Revenir en haut
Aller en bas

Voir le deal
39.99 €

 

- [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1008 - Points : 2074
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias 1557330548-155665680836801069-13
Âge : 47 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Mer 12 Juin 2019 - 17:11 )
Citation :
Circuit 1 - Devinette 5 : On peut y accéder en ferry.


learn to harden the body.
tobias & raoul
Depuis cette soirée avec Wayland, ton âme souffre de mille maux comme déchiré par un douleur encore plus vivace. Tu remets en question tes choix passés et le fait qu'ils ont entrainé la mort de Maeva et de Kewan. Cette soirée ou Wayland a dormi chez toi. La présence de ce gamin sur certains points a bousculé ton être sans aucun ménagement. Toutes tes réflexions tournent et retournent dans ta tête foutant un bordel monstre. Alors depuis cette fameuse nuit tu te lèves aux aurores et tu pars courir jusqu'à user ton souffle. Trempé de la tête aux pieds. Espérant ainsi vaincre tes démons, tes regrets, tes remords. Tu te dis parfois que tu devrais agir pour sortir le métis de cet enfer. Même si tu n'es rien pour lui. La lueur de son regard te faisant vriller comme si un fantôme venait te hanter. Mais le sauver risquerait fort de remettre en question ta vengeance. Et tuer le connard reste ta priorité. Alors tu continues ta vie, d'ailleurs aujourd'hui tu dois passer à la salle de boxe pour retrouver un certain Tobias Spilsburry. Une connaissance t'a parlé de lui et du fait qu'il voudrait avoir quelques bases pour se défendre. Tu n'as rien d'un entraineur. Tu te demandes même si tu auras la patience vu ton état d'esprit, de lui enseigner quelques mouvements de base. Mais tu as dis oui. Alors tu enfiles tes affaires de sport et tu pars courir. Tu iras à la salle une fois ton footing poussé à l’extrême terminé. Au moins tu auras dépensé ton énergie et cela ne sera pas ce pauvre Tobias qui devra l'encaissé lors de votre échange. Tu as tout prévu à la salle pour te changer pour la suite. Capuche sur la tête tu pars de ton appartement. Tu regardes droit devant toi essayant de ne pas penser. De ne pas penser à ce gosse qui a pris des risques pour toi. Et qui tant bien morfle encore. Avec les fous qui trainent au Ruby, tu te doutes que des clients chelous il doit en avoir. Et vu son caractère, enfin ce que tu en as vu et ce qu'il t'en a dit, le métis doit foncer tête baissée quitte à se ramasser des représailles. Arrête de réfléchir Nolan. Cours et arrête aussi de penser en tant que Nolan. Ici tu es Raoul. Bouge mec et fais le vide dans ta tête.

Et tes foulées s'enchainent t'entrainant sur ton parcours habituel. Tu cours. Foulées longues, élancées, rapides. Tu augmentes la vitesse, ce qui parfois est compliqué vu ce que tu fumes. Un jour tu finiras par cracher tes poumons. Et les deux heures passent. Quand tu arrives à la salle, il y a juste le concierge qui vient d'ouvrir les portes et deux habitués. Tu les salues d'un geste de la main et tu files au vestiaire. Première priorité une bonne douche. Puis tu boufferas un truc et tu attendras Tobias qui est censé arriver tôt. Tu sors tes affaires de sport et ta serviette. Tu fileras une fois la séance, avec le rouquin, finit chez toi pour repasser sous l'eau et enfiler un costume avant d'aller bosser. Double dose de footing, de quoi moins gamberger. Tu jetes tes affaires pleine de transpiration au sol. Tu files sous la douche en laissant ta serviette à disposition. Tu apprécies l'eau sur ton corps ou chaque cicatrice est encore douloureuse. Tu prends ton temps. Essayant de détendre tes putains de muscles qui n'arrivent plus à encaisser le débit de ton cerveau sur toutes tes réflexions débiles et inutiles. Oublie Wayland. Plus facile à dire qu'à faire. Tu es tellement pris par tes pensées que tu n'entends pas ce qu'il se passe dans ton dos. Ni que l'on rentre dans le vestiaire. Puis tu coupes l'eau et tends la main vers ta serviette. « Putain merde. » Tu penses qu'elle a du tomber. Mais rien au alentour. « C'est quoi ce bordel ? »

Tu hésites quelques secondes et puis tu te décides à sortir de la douche nu comme un vers. Bon ce n'est pas le genre de chose qui va te poser problème. De plus tu es dans le vestiaire homme et ça se balade souvent à poil après les entrainements. « Il y a quelqu'un ? » Tu vas directement vers le banc où tu as posé tes affaires mais il se trouve qu'en plus de ta serviette, ton short, ton tee-shirt ainsi que ton boxer et tes chaussettes ont mystérieusement disparus. Reste juste sur le sol, tes affaires sales et trempées de transpiration. « Okay c'est peut être amusant pour vous et je ris aussi. Mais si je vous attrape vous allez rire jaune. » Tu sais que peu de gamins trainent dans le coin. Et tu ne t'es pas fais spécialement de copain pour ce genre de blague. L'heure tourne et Tobias ne va pas tarder. Tu voudrais bien être dans une tenue plus présentable. Parce que là, avec les fesses à l'air, et pas que les fesses, tu risques fort de faire tout sauf sérieux. « Bon est ce que cette plaisanterie un peu débile peu finir ? » Ta voix porte plus haut et plus fort. Tu n'es pas spécialement en colère, mais ce n'est ni le jour, ni le moment pour ce genre de connerie. Et c'est là qu'un haricot sur deux pattes entre. Ou un poulet avec juste la peau sur les os. Pas épais le rouquin. Merde est ce qu'il s'agirait de monsieur Spils quelque chose sur le coup son nom de famille t'échappe. Mais à la base il ne te connait pas, donc autant faire comme si. « Bonjour vous cherchez quelqu'un ? » Tu n'as même pas l'idée de mettre tes mains devant  .. enfin  c'est un mec alors il connait le matos. Quoi que vu le gabarit .. Tant bien il sera plus impressionné par tes cicatrices.  

drvgns.




Le cœur qui perd pied. La raison qui s'affole. Les tripes qui se tordent.


Dernière édition par Raoul de St Ange le Lun 5 Aoû 2019 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Schizophrenic & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1121 - Points : 2230
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Ven 21 Juin 2019 - 23:26 )
Vivre dans la peur, se complaire dans la terreur de sortir : Tobias ne pouvait pas se laisser aller de la sorte. Il devait se battre, il devait remonter à cheval. Ce n’était pas le moment de se laisser abattre : il y avait un mariage à préparer et il voulait être là pour Safiya. Cela voulait également dire que, non seulement il devait se ressaisir, mais il devait également apprendre à se battre pour pouvoir la protéger. Francesco lui avait mis la pression sans le savoir durant cette fameuse soirée où ils se sont rencontrés. Alors, il avait demandé à un de ses amis s’il avait des conseils. Il lui avait alors donné le nom d’une salle de boxe et celui d’un homme. Raoul De St Ange. Il savait déjà qu’il n’allait pas aimer sentir la sueur sur sa peau, ni bouger dans tous les sens et ses limites étaient déjà assez repoussées comme ça au quotidien : mais il devait prendre le taureau par les cornes et faire des efforts pour sa Safiya. Rien n’était trop beau, ni impossible pour elle. Alors, il avait pris son courage à deux mains et avait accepté de rencontrer ce fameux Raoul. Qui sait… Cela lui ferait du bien, pourrait l’aider à expier la colère, la rage mais aussi, et surtout, la peur. Il quitta l’appartement bien trop en avance, mais au moins : il ne serait pas en retard et n’aurait pas le temps de trop cogiter. Il n’était pas le plus brave des hommes et prenait volontiers la tangente s’il le pouvait Tobias prenait réellement sur lui. Son sac fermement accroché sur son dos avec ses affaires de sports et de rechange ainsi qu’une serviette pour se laver après l'entraînement et le voilà sorti de l’appartement.
Tobias trouva la salle de boxe grâce à google map. Il fut immédiatement intimidé par les deux armoires à glace qui s’entraînaient. À côté, il avait vraiment l’air chétif. Il avala sa salive, bomba son torse maigre et s’avança vers les deux boxeurs.

“Bonjour, est-ce que vous savez où je peux trouver Raoul ?” L’un des deux arrêta de sauter sur place pour regarder Tobias : “Il se change.” Il donna un coup de menton. “Tu devrais faire pareil.” Il hocha la tête et serra un peu plus la bandoulière de son sac avant de rentrer dans les vestiaires.

Pour sûr, qu’il ne se sentait pas à son aise et ce n’était pas difficile à voir. Il rentra à pas feutré, mais une voix grave le fit sursauter.

“Bon est ce que cette plaisanterie un peu débile peu finir ?”

Et soudain, un homme nu apparu dans son champ de vision et par correction : il baissa immédiatement ses yeux. Il racla sa gorge et alla poser son sac dans un coin avant d’enlever ses chaussures. Quand l’homme lui posa une question, il tourna lentement sa tête.

“Je… Il…” L’Historien prit une longue inspiration : “Je cherche Raoul St Ange ? Abraham est un ami en commun qui m’a dit de venir le voir pour apprendre à me battre.” Il se déshabilla et remarqua rapidement qu’il avait l’impression d’être une brindille comparée à l’homme dans le vestiaire. Un long soupire traversa ses lèvres : “J’espère qu’il a prévenu Raoul que je suis un cas désespéré quand il est question de sport.” Il plia soigneusement ses vêtements avant d’enfiler son short et son t-shirt.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1008 - Points : 2074
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias 1557330548-155665680836801069-13
Âge : 47 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Ven 28 Juin 2019 - 19:18 )

learn to harden the body.
tobias & raoul
Les petits cons tu en as fréquenté de toutes sortes. Tu as réussis à en remettre certains dans le droit chemin. D'autre on finit derrière les barreaux. D'autres dans les caniveaux ou sous des tonnes de béton. Mais là tu ne sais pas trop si tu vas les laisser sortir vivant, vu que tu te retrouves à poil.  Alors que tu avais tout prévu pour te changer après une bonne douche. En plus tu es censé entrainer un mec et pas question de le faire dans cette accoutrement. Tout ce que tu risquerais c'est de finir arrêter par les flics pour exhibitionnisme. Mais ta nudité ne t'empêche pas de te ramener dans le vestiaire sans penser que tu pourrais choquer un nouveau venu. Parce que même si vous ne vous baladez pas nu tout le temps ce genre de chose arrive parfois. Sans que cela fasse virer au rouge tomate. Mais vu le ton que tu as employé avant pour balancer ta menace, s'il y a quelqu'un et bien il saura qu'il n'est pas seul. Cela pourrait même lui donner l'idée de fuir plutôt que de voir qui se cache derrière cette voix forte et colérique. Bon ton ton ne dit pas que tu es en tenue d'Adam, il montre juste que tu es très énervé. Logique parce que tu n'aimes pas trop qu'on se fiche de ta tronche. Et qu'on te prenne pour un con. Un mec censé prendre même ses jambes à son cou pour éviter de croiser ton regard. Mais pas le rouquin qui en te voyant baisse le regard. A croire qu'il a fait une bêtise et qu'il ne veut pas que tu le saches. Est ce cet individu taillé comme un haricot qui t'a piqué tes fringues ? Tu ne réalises pas non plus tout de suite que ce rouquin pourrait être le rouquin que tu es censé entrainer. Non tu es trop en ronge, bon pas de bave qui coule de ta bouche mais tu vois rouge. Alors que lui devient rouge.

Toi tu restes là à poil avec ton imposante masculinité. Et faut pas croire qu'elle ne se voit qu'à ton entre jambe. Ton corps en jette aussi pas mal. Tu lui demandes s'il cherche quelqu'un. Te retenant de rire face à sa gêne. A croire qu'il n'a jamais vu de mec à poil. Heureusement pour lui que Eve a manger la pomme et que du coup le monde a eu droit à des fringues sinon il aurait passé sa vie aussi rouge qu'une pivoine. Tu plaindrais presque sa femme ou sa copine. Mais tu oublies vite cette pensée, quand il balance ton identité. Tu te dis qu'Abraham aurait du préciser bien plus de chose sur le haricot sur pattes. C'est le genre de mec qu'un coup de vent trop fort fait envoler. Et non tu n'es pas méchant tu es juste énervé. Bon et à poil mais tu n'es pas responsable de cet état de fait. Tu l'écoutes sans rien dire. Réfléchissant à comment tu allais lui avouer que tu es Raoul de St Ange. Et qu'en effet en le voyant tu pensais qu'il était un cas désespéré. Mais bon Abraham t'a dit que Tobias avait vraiment besoin de ce coup de main. Alors tu vas faire ton maximum. Tu soupires, te disant que la situation n'est quand même pas la meilleure pour faire connaissance. « Je crois que vous l'avez trouvé. » Tu avances vers lui main tendue. « Je suis Raoul de St Ange. » Une bonne chose de faite, enfin faut qu'il te croie. Tu pourrais quand même passer pour un fou pervers. Tu l'inspectes un peu plus alors qu'il  se change. « Abraham m'a juste dit qu'il y avait du travail et que je devais y aller mollo. Je comprends mieux. »  

Tu regardes les casiers autour de toi. Qui pourrait te prêter des fringues pour passer aux choses sérieuses. Parce qu'il va finir par croire que tu prends du plaisir à rester nu devant lui. En même temps tu cherches si tu vois les petits cons qui t'ont fait ce sale coup. « Bon faut que je trouve de quoi m'habiller vu que des imbéciles ont décidé de me dérober ce que je devais porter. » Tu commences à triturer certains cadenas. Un va bien finir par céder. Tu le fais sur des casiers de personne que tu connais et tu n'oublieras pas de préciser le pourquoi de ton acte. « Ne t'en fais pas je connais ces gars là. » Et en quelques mouvements le cadenas cède. « Au moins il a ma taille et en plus il ne vient pas aujourd'hui. Du coup je ne vole rien j'emprunte juste.» Tu ne veux pas en plus passer pour un voleur, déjà que Tobias vu sa tête doit se poser des questions et remettre en doute cette future séance d'entrainement. Tu récupères des fringues que tu enfiles alors que tu es encore mouillé. « Dis moi tu veux apprendre à te défendre pourquoi ? Parce que je suppose qu'il y a un pourquoi à cette prise de risque ? Ne t'inquiète pas je sais me tenir et je ne vais pas te massacrer. » Tu précises parce que vu ton comportement pas sur qu'il soit rassurer Tobias. Tu joues aussi de la situation pour voir ses réactions, parce que quand on nous attaque par surprise faut savoir être prêt à toute éventualité. Donc finalement c'est une bonne mise en condition.


drvgns.




Le cœur qui perd pied. La raison qui s'affole. Les tripes qui se tordent.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Schizophrenic & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1121 - Points : 2230
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Dim 30 Juin 2019 - 1:12 )
Tobias s’attendait à tout, sauf à se retrouver face à face avec un homme nu dans les vestiaires d’une salle de boxe. Pour sûr… Il n’avait pas escompté qu’une telle situation lui arrive. Déjà à l’école, il détestait se changer avec ses camarades. Par pudeur, mais aussi par timidité. Alors être face à un homme bien développer, autant dire qu’il se sentait encore plus ridicule. Ni une, ni deux, il posa son sac et tenta de se faire tout petit en enlevant ses vêtements : cachant non seulement son corps chétif, mais en plus les cicatrices qui allaient encore rester plusieurs mois selon le docteur, voir ne jamais partir. Il aurait aimé que cela ne soit pas le cas, mais sa peau lui à démontrer par le passé qu’elle préférait garder des preuves visibles des souffrances passées. L’homme en tenue d’Adam lui posa une question et il se tourna timidement en gardant la tête baissée. Peut-être que cet homme pouvait l’aider à trouver ce fameux Raoul. Tobias allait de surprise en surprise. Voilà que celui qui devait lui apprendre à se battre était devant lui. Comme premier contact… Il y avait mieux. La main tendue, Tobias releva à peine les yeux avant de s’approcher à petit pas comme un enfant intimité pour serrer rapidement sa dextre. Il était poli. Gêné pour un rien, frêle, mais qui avait tout de même des notions de politesse. Évidemment, il comprit que l’homme parlait de lui.

“Je suis une déception pour beaucoup, si cela peut vous faire sentir moins mal.” Tobias avala sa salive et lui offrit un sourire désolé en le regardant droit dans les yeux, pas autre part.

Sans plus attendre, Raoul se mit à chercher des vêtements, enfin, c’est ce que supposa l’historien qui retourna dans son coin pour enlever son t-shirt et en enfiler un autre. Rangeant soigneusement ses affaires : pliant son pantalon, sa chemise et sa veste sans oublier d’aligner parfaitement ses chaussures ; il s’installa sur le banc pour enfiler ses baskets.

“Je vous aurais bien proposé mes vêtements… Mais je crains qu’ils ne soient trop petits.”
Ils ne jouaient pas dans la même cours non et même un aveugle pourrait le voir.

Laçant ses chaussures, il ne s’occupa pas de ce que faisait son professeur. C’est quand il l'alpagua de nouveau qu’il arrêta ses gestes. Un étau enserra sa gorge. Le même depuis des semaines. Il arrêta ses faits et ses gestes pour regarder un point invisible sur le sol. Tentant de calmer ses tremblements, cela était une peine perdue. Il se racla la gorge et termina d’attacher ses chaussures. Sans répondre dans un premier temps. Finalement, il se leva, prit son courage à deux mains et se tourna pour faire face à l’homme. Il tira sur le t-shirt pour dévoiler l’étoile de David qui avait été gravé dans sa peau :

“J’ai été attaqué.” Sa voix était sérieuse, soudain : il n’était plus l’homme de lettres qui quelques minutes plus tôt n’osait pas regarder Raoul : “J’ai été pris en traître. Je n’ai pas su me défendre. J’ai été impuissant. Une nouvelle fois. Je suis sur le point de marier la femme de ma vie : je veux pouvoir me défendre et la défendre. Ne pas laisser des enflures sans tirer aussi facilement.” Son regard était dur, il était peut-être pas bâti pour se battre, mais il allait apprendre. Il allait s’endurcir. “Je suis venu parce que je ne veux plus être une victime. Je ne veux pas non plus être un bourreau. Je veux juste qu’on arrête de me marcher dessus. Je veux juste protéger ma famille.”


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1008 - Points : 2074
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias 1557330548-155665680836801069-13
Âge : 47 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Sam 6 Juil 2019 - 11:52 )

learn to harden the body.
tobias & raoul
Tu n'éprouves aucune honte à te trouver nu face au rouquin. Par contre lui se sent très mal à l'aise et cela se voit comme un nez au milieu de la figure. Et encore plus quand il comprend que c'est toi qui va l'aider à acquérir quelques notions de défense et de riposte. Tu lui tends la main pour que les présentations soient faites en bon et du forme. Et puis cela te permet aussi de voir l'ampleur de la tâche. Même si tu peux parfaitement comprendre qu'un mec frêle et habillé peut être mal à l'aise face à un mec plus costaud et à poil de surcroît. En tout cas tu constates qu'Abraham ne t'a pas menti sur Tobias. Pauvre brindille qu'un coup de vent pourrait faire envoler. Mais tu as vu des gens de son gabarit foutre de belles branlées à des plus costauds. Juste par la force des nerfs et du mental. Et tu comptes bien te servir de la force que renferme Tobias pour qu'il puisse avoir du répondant si un jour il en a besoin. « Faut jamais dire ça mon gars. Positiver est la première arme. Alors que là tu te dévalorises. Et ça n'importe quel adversaire peut s'en servir. Le mental dans ce genre de situation est autant important que la force. » Tu te mets à chercher une solution afin de pouvoir assurer cet entraînement. Tu surveilles Tobias du coin de l’œil. Et les cicatrices viennent attirer ton regard un peu plus. Tu ne sais pas par quoi il est passé. Mais il a du encaisser sévère. On ne l'a pas ménagé. Et pourtant il est là c'est qu'il a du potentiel. Un survivant. C'est qu'en lui la rage de vivre est bien présente. Et tu comptes te servir de cette rage et de cette envie de vivre pour motiver sa force. Même si là elle ne saute pas aux yeux.

Tu souris quand Tobias te propose ses fringues. Alors que tu réussis à enfin trouver ton bonheur dans le casier d'un des gars de la salle. Bon tu aurais préféré avoir tes affaires, mais là par la force des choses tu fais avec. Tu passeras juste signaler l'incident au responsable au cas ou il est vu les voleurs ou que tes affaires réapparaissent par magie. « Elles risqueraient de finir comme les fringues de Hulk. » Et tu te mets à rire pour détendre un peu l'atmosphère. Parce que tu sens que le petit rouquin il est loin d'être dans son élément. Il serait surement mieux derrière un bureau à feuilleter des livres. Une fois habillé tu lui demandes ce qui l'a poussé à venir prendre des leçons de défense. Bon tu as vu ses cicatrices quand il s'habillait et elles semblaient assez anciennes. Alors c'est quoi qui l'a poussé ? Et tu obtiens rapidement ta réponse. Tu t'installes sur le banc à côté de lui après qu'il t'est montré l’œuvre de ses agresseurs. D'un coup sa voix change et l'ambiance dans les vestiaires devient plus sombre. Ses mots viennent bousculer ton cœur et ton âme, entailler tes tripes et faire bouillir ton sang. Protéger sa famille. Tu comprends parfaitement ce besoin. Et tu sais combien cela ronge quand on échoue dans cette tâche. Tu es bien placé pour le savoir. Tous les jours depuis la mort de Maeva et de Kewan tu te dis que tu as manqué à tous tes devoirs et celui de les protéger plus particulièrement.

« Je comprends parfaitement ce besoin de protéger ceux qu'on aime.C'est une tâche de tous les instants. Parfois on échoue et puis on porte ce fardeaux toute sa vie. » Comme tu le fais depuis ce jour maudit. Mais contrairement à Tobias, tu veux être le bourreau du connard qui a mis fin à la vie de Nolan Parker en lui arrachant ce qu'il avait de plus précieux. Sa famille. « Mais c'est une tâche noble quand on réussit. Je ferais de mon mieux pour que tu puisses t'en sortir. Mais tu auras une sacrée part dans ce boulot. Parce que comme je te l'ai dit il n'y a pas que la force physique, la force mentale est tout autant importante. Et je sais que tu en as tes autres cicatrices en sont les témoins. » Tu poses ta main sur son épaule. « Tu es un survivant Tobias. Et il va falloir que tu te serves de cette partie de toi pour t'aider à accomplir l'autre. Tu as connu l'enfer et tu en es sorti. Ne l'oublie jamais. Quoi qu'on est voulu te faire tu es en vie. Sers toi de cette rage pour devenir le protecteur de ta famille. Elle est un atout majeur dans cette quête. Elle en est même le moteur. » Tu y laisses le temps de digérer ce que tu as dis. Et puis tu te lèves pour aller récupérer des bandages. « Donne moi tes mains. » Tu places ces doigts dans une bonne position. « Toujours comme ça tes poings si tu ne veux pas te casser un doigt en frappant. » Puis tu les protèges avec les bandages. « Ce n'est pas trop serré ? Tu es prêt à affronter des ennemis ? Alors suis moi. » Et vous dirigez vers la salle. Et plus particulièrement dans le coin ou se trouve les sacs. Tu positionnes Tobias devant un sac moyen et tu te mets à côté de lui. Face à toi un sac bien plus impressionnant. « Positionnes tes jambes comme moi. Et regarde moi.» Sans bouger les jambes du alterne les coups droite, gauche. Doucement en détaillant les mouvements pour bien que Tobias voit comment frapper sans se faire mal. Puis tu accélères le rythme. « Imagine que ce sac c'est ton agresseur, celui qui t'a fait ta dernière cicatrice. Et montre lui de quoi tu es capable. Donne tout. Ne pense pas au autre. Vois juste ce sac comme ton putain d'agresseur. Et fais lui la peau. » Tu te places derrière le sac pour l'immobiliser et que Tobias n'est pas de retour de celui ci en plein dans la figure. « Aller frappe je sais que tu peux te surpasser et le terrasser. Ne bouge pas les jambes concentre toi sur tes bras. Évacue tout Tobias.» Et tu le laisses taper, cela va te permettre aussi de juger son endurance. Va peut être falloir que tu le mettes au jogging pour la cardio. Mais là tu veux qu'il extériorise toute sa rage. Qu'il voit la force qu'elle peut devenir et donc un atout maitre en cas d'une autre agression.


drvgns.




Le cœur qui perd pied. La raison qui s'affole. Les tripes qui se tordent.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Schizophrenic & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1121 - Points : 2230
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Dim 14 Juil 2019 - 18:49 )
Tobias avait envie de plonger sa tête dans un trou tant la vision le perturbait. Il n’était pas doué dans ce genre de cas, ne savait jamais quoi faire et surtout ne savait pas où mettre ces mains, ni son regard. Alors, il se contente de regarder les dalles au sol. Au moins, il ne croisait rien de gênant. Cela était sans compter l’identité de l’homme et l’obligation de devoir serrer sa main. Ni une, ni deux, il serra cette dernière le plus rapidement possible avant de retourner dans son coin pour se changer et tenter d’oublier ce malencontreux événement. En entendant Raoul lui intimer de positiver, il haussa les épaules :

“Je ne suis pas doué pour ça.” Il le savait. Il avait toujours vu la coupe à moitié vide même s’il se forçait à faire le contraire. “Les deux me font défaut.” Il avait été bien trop brisé pour son propre bien et pourtant le voilà à se changer pour apprendre à se battre. Lui qui s’était toujours promis de ne pas être comme ses bourreaux. Ce n’était pas son but de toute façon. Lui ce qu’il voulait s’était pouvoir se défendre et prendre soin de sa femme en devenir.

Alors que son coach cherchait des vêtements, Toby détendit l’atmosphère en permettant de faire une petite boutade. Rien de méchant, juste pour montrer qu’il avait un humour qui laissait à désirer. C’est ce qui faisait son charme. Disait sa mère qui avait toujours prit la défense de cette âme chétive et maladroite : incapable de socialiser comme les autres quand il n’était pas décidé. Quand son coach lui demanda ce qui l’avait poussé à rentrer dans un monde qui n’était clairement pas le sien, Tobias hésita avant de se jeter à l’eau. Puisqu’ils allaient passer du temps ensemble, autant qu’il sache le haut de l’iceberg. Il n’avait pas besoin de dévoiler beaucoup. L’étoile de David sur son torse était la preuve la plus récente, la dernière de ses épreuves. Il voulait que les paroles de Raoul le rassurent, mais cela ne faisait que mettre de l’huile sur le feu. Oui. Il portait encore le fardeau de ce qui s’était passé, il y a des années dans le désert. Il se pensait coupable d’avoir entraîné Safiya dans cette folie.

“Elle n’a pas encore été mise en danger à Naples, mais je veux être prêt si jamais cela arrive.” Raoul avait raison, il allait devoir prendre sur lui et devenir ce qu’il avait toujours eu en horreur. “Je n’ai pas de force mentale…” En sentant sa main sur son épaule, il eu l'instinct de se reculer. “Qu’est-ce que vous en savez que je suis un survivant hein ?” Il avala sa salive : “L’enfer est un euphémisme comparé à ce qui nous est arrivé.” Il le laissa s’éloigner et tendit sagement ses mains. Raoul savait ce qu’il faisait, Tobias retenait ses conseils et regarda ses poings pour mémoriser le positionnement de ses doigts.

Alors que l’historien se faisait à la sensation d’étau autour de ses mains, voilà que son entraîneur était déjà sur ses deux jambes prêt à en découdre avec la terre entière. Et s’il n’était pas prêt ? Et si cela n’était pas une bonne idée ? Il prit une longue inspiration et trouva la force de suivre le boxeur. Il leva la tête pour regarder le sac de sable et jeta un coup d’œil à celui de son entraîneur qui était deux fois plus gros que le sien. Dans quelle folie il s’était embarqué ? Raoul semblait si confiant, si sûr de lui… Tobias avala sa salive et une fois l’exemple terminé baissa la tête pour tenter de positionner correctement ses jambes.

“Je ne peux pas imaginer que… Que ce sac est celui qui m’a fait du mal.” Il avait bien trop peur d’ouvrir cette porte. Il savait que cela allait attirer d’autres démons. Le regard du brun, cependant, ne lui laisse pas le choix.

Alors, il prit son courage à deux mains et commença à frapper. D’abord timidement, avant de prendre de l’assurance et de rapidement extérioriser sans s’en rendre compte ces années d’humiliations. Il sentit rapidement la sueur couler sur son front. Pas sportif pour deux sous, il était essoufflé, mais même avec le souffle court : il continuait de frapper encore et encore. Cela faisait depuis longtemps qu’il avait appris à vivre avec une douleur constante alors il savait repousser ses limites.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1008 - Points : 2074
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias 1557330548-155665680836801069-13
Âge : 47 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Jeu 18 Juil 2019 - 19:12 )

learn to harden the body.
tobias & raoul
Le destin joue parfois de drôle de tour. Comme là quand tu te retrouves en tenue d'Adam face à Tobias. Mais ce n'est pas ce qui va te bloquer, ni dans tes gestes, ni dans tes paroles. Et puis cela te permet, quand tu comprends qui il est, de voir ce qu'il a dans les tripes. Et il ne semble pas y avoir grand chose. La route risque d'être compliqué. Mais tu as l'habitude des choses qui ne sont pas évidentes, les défis ne te font pas peur. Et Tobias est un défi à lui tout seul. Tant par son corps, à l'opposé d'un corps fait pour se battre, qu'à sa façon de faire. La gêne qu'il éprouve, tout comme les paroles qu'il prononce. La force mentale comme la force physique semblent lui faire défaut. En le regardant tu ne peux pas nier cet aveu. Mais tu sais très bien que parfois derrière une image peut s'en cacher une autre. Et tu es certain que c'est le cas de Tobias. Il doit y avoir un moteur pour mettre en marche la rage et l'envie de combattre. Un point sensible qui pourrait te servir pour lui faire dépasser ses limites. Tu es sur et les marques sur son corps rend ton raisonnement plus vraisemblable qu'il peut devenir un autre. Un être capable de se défendre et de défendre ce qu'il a de plus cher. Reste plus qu'à trouver les bons mots et surtout la chose ou la personne qui lui donnent l'envie de vivre. Qui l'a poussé à venir braver la sueur et la testostérone. Une fois que tu auras son moteur, faudra juste que tu mettes la bonne dose d'essence pour le lancer, après cela devrait aller tout seul. Mais bon cela risque de prendre du temps.

Tu trouves enfin de quoi cacher ta nudité, cette vision de ton corps n'a pas l'air de plaire à Tobias. Et puis pas la peine de prendre le risque de choper la crève non plus. Ou de te faire remarquer par un des mecs de la salle. Surtout le proprio. Tu sais qu'il est flic et il t'a déjà cherché des poux autour du Ruby, pas besoin d'aller plus loin. Bien entendu en t'habillant tu cherches le pourquoi du comment. Tu le titilles un peu, pour voir de quel bois il est fait. Pour voir pour quoi ou pour qui il est prêt à mouiller le maillot. Une étoile de David et de nombreuses cicatrices t'aiguillent un peu. Tu peux sembler froid ou distant. Mais tes questions, tes remarques servent à te faire une idée sur sa véritable motivation. Tu es toi même un homme brisé, alors tu sais combien la rage peut rendre fort mais aussi vulnérable. Alors faut que tu saches ce que Tobias cache. Ce qu'il cherche à combattre. Tu ne le ménages pas, de toute façon tu n'es pas là pour ça. Tu ne comptes pas faire du baby sitting. Tu ne comptes pas en faire un Rambo non plus. Mais si vraiment il le veut tu peux lui donner de quoi riposter. De quoi la protéger. « Il s'agit donc d'une femme. Belle je suppose. Une femme que tu as déjà vu en danger ?? Est ce que je me trompe sur ce point là où je touche pile au centre. » Tu sais très bien combien se sentir impuissant quand l'être aimée est bafouée est des plus frustrant. Alors tu le comprends, tout en devinant que c'est bien plus profond. Plus profond que l'enfer même. « L'homme est ignoble. Pourri jusqu'à la moelle et quand il tient notre point faible il l'exploite. Le détruit s'il le peut. Et nous détruit par la même occasion. » Ta voix prend une sonorité différente. S'il veut la défendre c'est que sa belle est encore en vie, qu'elle se tient à ses côtés. Peut être qu'elle l'épaule dans cette quête. Ce qui n'est plus ton cas. « Et pour ce qui est de savoir que tu es un survivant, ton corps parle pas besoin de plus Tobias. Les cicatrices que tu as, sont un signe de ce fait. Et il faut qu'elles te servent. » Quand on a vécu l'enfer on peut le subir encore sans qu'il nous impacte. Enfin quand on y est préparé, et qu'on a la niaque. Tobias semble un peu désarmé de ce côté, même si tu le trouves sincère dans le fait qu'il veuille la défendre.

Il est grand temps de passer aux choses sérieuses. Mais avant tout tu prends soin des mains de Tobias, mal bandées il pourrait se blesser. Et ce n'est pas du tout ce que tu souhaites, même si lui risque fort de ne pas apprécier cette soudaine pression autour de ses doigts. Selon ce qu'il a subi, cela pourrait même éveiller de mauvais souvenirs. Tout comme la suite, mais il le faut si tu veux obtenir ce que lui est venu chercher en franchisant la porte de cette salle de boxe. Une fois face aux sacs tu lui montres la marche à suivre et puis tu lui demandes de frapper le sac comme s'il était son ennemi. « Si tu ne peux l'imaginer alors tu ne pourras pas la protéger. Et tu ne veux pas qu'on lui fasse du mal. » Ta voix est un brin provocante. Tu sais que cela peut très bien lui foutre la trouille d'agir ainsi, en le touchant dans ce qu'il lui est cher. Pas sa propre vie, mais la vie de sa douce, de sa dulcinée, de sa promise peut être. Mais la vie de la dame semble aux yeux de ton élève bien importante que sa vie. Ton regard se durcit, pas de pitié. Et Tobias se met à frapper d'abord dans la réserve, il laisse vite sa rage paraître. Il n'a pas l'endurance, ni le souffle, mais il frappe et il frappe fort. Tu le laisses faire le regardant en silence. Tu ne sais pas combien de temps, mais il transpire le rouquin.

Puis tu viens poser tes mains sur ses poignets si tu le laisses continuer il va manquer de souffle. « Calme toi. Doucement. Respire Tobias. Respire. » Cette fois tu parles avec douceur. Tu cherches à le calmer. « Pour un mec qui ne se sentait pas capable. Tu t'es bien débrouillé. Tu vois que tu peux voir le sac comme un ennemi. Ça va ? » Tu lui files une gourde d'eau fraiche et une serviette. « Maintenant que j'ai vu ce que tu as dans le ventre et ce que tu es prêt à cracher. Il va falloir qu'on mette en place un programme. Je suppose que tu ne pratiques pas de sport. Ni course, ni natation. Du coup on va y aller mollo. Pour avoir de l'endurance et que tu tiennes le choc va falloir prévoir un programme sportif. » Tu le regardes guettant ses réactions. « Du coup je te propose deux heures de jogging et deux heures de natation par semaine. Plus l'entrainement à la salle six heures à répartir dans la semaine. Est ce que cela te semble possible ? Et ne t'en fais pas je serais à tes côtés et je me mettrais à ton rythme. » Cela peut paraître beaucoup au départ, effrayant peut être mais il faut que le corps soit préparer pour que le travail porte ses fruits. « Après je suppose que tu as un vie saine, enfin je parle côté alcool et cigarette. » Tu précises tu ne voudrais pas que Tobias voit dans ta question une demande déplacée. Remarque toi en tant que sportif aguerri tu es loin d'avoir une vie saine côté alcool et cigarette. Mais bon tu fais du sport depuis que tu es jeune et tu as pris l'habitude de le pratiquer avec de l'alcool dans le sang et de la fumée dans les poumons. Pour Tobias, cela risque de poser problème s'il use de ce genre de chose.


drvgns.




Le cœur qui perd pied. La raison qui s'affole. Les tripes qui se tordent.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Schizophrenic & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1121 - Points : 2230
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Dim 21 Juil 2019 - 12:33 )
Le sentiment de ne pas à être à la hauteur s’était saisit de lui à l’instant où il était rentré dans les lieux. Incapables de se défaire de cette sensation : il tentait de se raisonner à chaque seconde en s’intimant que cela était pour le mieux. Il ne pouvait pas être un lâche incapable de se défendre toute sa vie. Il devait prendre son destin en main. Il n’avait pas le choix. Pour le bien-être de Safiya et de tout ce qu’ils veulent construire ensemble. Cela valait bien toutes les peines et toutes les gênes. Comme celle, pour n’en citer qu’une, d’un professeur nu comme un ver devant lui. Non seulement, il était mal à l’aise, mais il était aussi intimidé. Il avait eu la même impression quand il avait rencontré Francesco et ses muscles saillants visibles même sous son costume. Son corps était loin d’être aussi athlétique et il ne le serait probablement jamais. Cela redoublait un peu plus son appréhension et il ne le cachait pas. Qui sait, Raoul verrait qu’il n’est pas fait pour la tâche et le renverrait chez lui ? Tobias pourra alors dormir sur ses deux oreilles le temps de quelques jours en se confortant qu’il avait fait de son mieux. Il se mentirait à lui-même, oui, pas longtemps certes : juste assez pour pouvoir trouver un peu de repos. La nudité de son coach caché, Tobias se pensait tirer d’affaires et ses épaules s’affaissèrent légèrement avant de se contracter à nouveau en l’entendant parler à nouveau. Il venait de montrer ses cicatrices, n’était-ce pas suffisant comme réponse ? Pourquoi devait-il gratter là où ça faisait mal ? Il n’avait pas besoin d’imaginer Safiya en danger : il avait assisté impuissant à des scènes qui n’auraient même pas la place dans un film de Tarantino. Raoul met le point sur ce fait et au lieu de serrer les poings et les dents, Tobias perdit un peu plus de ses couleurs tout en se contentant d’avaler sa salive. Il ne répondrait pas. Il ne pouvait pas. Cela serait ouvrir la porte à quelque chose de bien trop dangereux pour son esprit. Peut-être que son silence valait toutes les réponses ? Dans ce cas cela lui convenait parfaitement. Son discours sur la nature humaine fait écho dans son cœur et raisonne dans son esprit. Cela lui rappelle les paroles de Safiya, alors, il hocha la tête pour les approuver, mais sans ouvrir la bouche pour autant. Il ne peut s’empêcher cependant de montrer les crocs en l’entendant affirmer sans sourciller qu’il était un survivant.

“Elles ne servent à rien d’autres que d’apporter des cauchemars et des douleurs fantômes.” Tobias les voyait comme une croix à porter au quotidien. Déjà qu’il n’avait jamais été friand de son corps frêle et chétif, mais il le détestait encore plus depuis qu’il était marqué : témoin perpétuel de ce qu’il avait subi. Pas seulement lui, les zébrures sur le corps de Safiya lui rappelait également de ses souffrances à elle.

Le sportif s’approcha de lui et Tobias le laissa bander ses mains avant de l’écouter attentivement. Il était fort pour écouter les indications et suivre à la lettre les recommandations. Il n’était pas le genre d’homme à marcher hors des sentiers battus : ayant bien trop peur de ne pas être capable de retrouver son chemin. La pression autour de ses os le fit légèrement grimacer, mais il encaissait. Il savait le faire quand cela était nécessaire.

Arriver devant les sacs, son entraîneur lui demande l’impossible. Cela était un combat de tous les jours de tenir museler ses démons : ce n’était pas pour leur donner une chance de s’échapper. Il n’était pas masochiste. Raoul le provoque. Si cette technique marchait chez certains, Tobias ne répondait pas aux provocations. Probablement parce qu’il savait que cela apportait des ennuis. Il était plus du genre à baisser la tête et fuir. Il n’avait pourtant pas le choix en cet instant. Il était venu de lui-même se frotter au monde de la violence. Cela était une initiative, ce n’était pas quelque chose d’imposer, de mis sur sa route par force. Alors, il ne tenait qu’à lui de prendre le peu de courage qu’il a dans son cœur avec ses deux mains et de commencer à frapper comme ordonné par son professeur. Rapidement, une sensation inconnue s’empara de lui : plus forte que l’appréhension, plus forte que sa gêne. Tobias se surprend à devenir sourd à toute autre chose que l’impact de ses poings sur le sac ; des vibrations que causaient ses coups dans son corps. Cela en était presque grisant. Quand Raoul posa ses mains sur ses poignets, il sursauta et tourna vivement sa tête pour le regarder. Combien de temps avait-il fait cet exercice ? Il ne saurait pas le dire. Il ramena ses bras, engourdis par cette soudaine activité, contre son corps avant de regarder ces mains. Surprit de ce qu’il venait de faire. La respiration saccadée et son rythme cardiaque élevé lui faisait voir des points lumineux.

“Je ne l’ai pas vu comme un ennemi…” Il toussa, il était à bout de souffle : “Juste que je suis venu ici de mon plein gré, ce n’est pas pour reculer devant un problème.” Tobias devait apprendre à se surpasser physiquement. Il devait prendre l’habitude de faire des choses qui ne font pas partit de son quotidien.

Il attrapa la bouteille d’eau et bu par petite gorgée. Le liquide glacé coulait dans sa gorge, lui permettait de reprendre ses esprits. Il était encore essoufflé et le serait pour les prochaines minutes à venir. Il n’avait réellement aucune condition physique. Raoul avait bien vu le manque d’endurance de son élève, il proposa un programme sportif. Tobias referma la bouteille :

“Je sens que je ne vais pas aimer la suite.” Souffla-t-il. Le verdict ne se fait pas attendre, voilà Raoul qui lui donne son programme sous les yeux inquiets de Tobias. “Je crois oui…” Il avala sa salive d’anxiété. En serait-il seulement capable : “Je vais m’arranger avec le travail.” Sa voix penaude transpirait d’insécurité. “Je ne fume pas et ne boit que rarement.” Il n’avait jamais attiré par ce genre de choses. Sa consommation d’alcool avait baissé depuis que Safiya et lui étaient ensemble. Il voulait être un homme meilleur pour elle.

Il rouvrit la bouteille pour boire à nouveau, essuya la sueur qui coulait sur son front et dans son cou : laissant une impression de froid désagréable. Son souffle était toujours court, mais après quelques quintes de toux : il reprit un rythme presque normal.

“Cela fait longtemps que vous êtes entraîneur ?”
Demanda finalement Tobias. Une occasion pour lui de reprendre sa respiration et ses esprits.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
http://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois- http://www.ciao-vecchio.com/t5021-tout-n-est-pas-tout-blanc-ou-tout-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Nuit Parisienne (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1008 - Points : 2074
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias 1557330548-155665680836801069-13
Âge : 47 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Ven 26 Juil 2019 - 16:40 )

learn to harden the body.
tobias & raoul
Tu as vite saisi l'ampleur du démon qui faisait de Tobias son diner préféré. Il y a des regards, des réactions, des gestes qui ne trompent pas. Tu as vu combien il devait lutter pour faire face à tes mots. Tu as vu la lueur au fond de son regard. Celle d'un homme qui coule d'avantage chaque jour et qui ne sait plus comment remonter. Elle t'est familière cette lueur même si chez toi on la décèle avec plus de difficulté. Elle passe parfois par fragment quand un événement te perturbe, quand tu t'attaches. Quand tu as envie de crier ta rage et ta haine. Quand tu brules de l'intérieur et que même les coup de poing contre ton mur n'éteignent pas l'incendie qui te ravage. Vous n'avez surement pas vécu le même enfer, mais vos démons se ressemblent. La différence c'est que Tobias semble bien plus paniquer que toi à l'idée de les affronter. Toi tu n'as plus rien à perdre le connard t'a tout pris alors si tu merdes et que tu y restes, tu n'en as rien à foutre. Tobias lui à une étoile dans sa vie, un être particulier, un astre cher à son cœur et c'est surement pour cela qu'il est tiraillé de toute part. Il voudrait pouvoir la protéger mais ne sait pas où puiser la force. Il a peut être échoué jadis et il se dit qu'il est incapable d'offrir à son étoile un abri ou rien ni personne ne l'attendra. Tu te doutes que son combat est permanent qu'il est sur la défensive et que la moindre étincelle pourrait tout foutre en l'air. Tu vois dans ses yeux l'amour qu'il lui porte quand il parle de cette étoile qui est la solution à tout son malheur. Parce qu'il peut voir la lumière au bout du tunnel. Que s'il agit bien et qu'il survit encore aux monstres elle l'attendra. Lui tendra les bras. Toi tu sais que ta lumière est éteinte depuis bien des années. Personne ne réactivera sa flamme. Alors même si vous êtes des hommes détruits, ballottés par la vie sans aucune modération, il y a une différence. Tobias il a un espoir au fond de son cœur. Celui d'une vie meilleure. Toi tu n'as plus rien. Ton cœur n'est plus qu'un abîmé sans fond.

Alors tu le bouscules parce que tu veux qu'il croit en lui. En l'homme qui anime son être aussi chétif soit-il. Aussi abîmé soit-il. Il est là à fleur de peau, criant toute sa rage et tu veux qu'elle sorte. « Un jour elles t'apporteront autre chose que des cauchemars et des douleurs fantômes. Un jour tu verras qu'elles te tiennent en vie. Juste pour prouver qu'ils avaient tort de douter de l'homme que tu pouvais être. » Tu parles franchement peut être un peu sec parfois avec un manque de tact. Mais tu sais que pour sortir vivant de l'enfer faut accepter de s'y bruler. Et souvent profondément. De toute manière si ta méthode de brute ne convient pas à Tobias il est libre de prendre la porte et de partir. Tu ne l'obliges en rien. Il n'y a pas de contrat entre vous. Il y a juste un contrat entre sa vie, sa conscience et lui. Toi le tien il y a longtemps que tu l'as déchiré. Et encore une fois tu le pousses alors que ses mains semblent avoir du mal à s'adapter aux bandages. Tu veux voir s'il a du répondant, s'il a des tripes. Si ce qu'il y a à l'intérieur de vibrant peut éclabousser l'extérieur juste pour qu'il voit qu'il n'est pas ce qu'il dit être. Qu'il peut vaincre même avec ses poings. Qu'il peut la défendre, la protéger. Tu le laisses frapper, tu le motives juste. Tu le laisses mettre à mal ses limites. Tu le pousses à être à bout de souffle. Et cela marche, tu vois son rythme augmenter et ses coups se faire plus forts. Peut être même que lui n'arrive pas à y croire. Qu'il ne se savait pas capable de cette frappe. Puis tu le stoppes avant qu'il ne finisse par s'écrouler. Tu le sens à bout. Et tu ne veux pas le briser plus qu'il ne l'est. Tu n'es pas là pour ça. Tu es là pour lui donner confiance et lui montrer les bons gestes. Tu lui apprendras à encaisser pour pouvoir ensuite mieux redonner. Mais chaque chose en son temps. Là il lui faut une pause.

« Avoir la volonté est une bonne chose aussi. Et tu as l'air d'en avoir une bonne dose. Je devrais arriver à sortir quelque chose de ta petite carcasse. » Tu ne perds pas de temps pendant que Tobias reprend son souffle, qu'il se désaltère tu lui fais part de son plan. Parce que taper dans un sac est une chose. Et avoir la forme pour le faire comme il faut et régulièrement en est une autre. « Ne part pas négatif d'entré. Dis toi que tu vas gagner en masse musculaire et les femmes aiment les hommes un peu musclés. Et puis cela pourrait même changer l'opinion que tu as de toi. » Tu ne dis pas ces mots pour le vexer mais tu as la sensation qu'il n'a pas confiance en lui. Sculpter son corps pourrait l'aider, même s'il ne va pas se transformer en Musclor. « On peut s'entrainer le soir ou tôt le matin comme cela te convient sans que nos horaires gênent ton travail. Mes horaires sont facilement adaptables du coup je ferais en fonction de toi. » Si tu n'as pas envie de bosser un matin ou une après midi voir une journée, tu ne te prends pas la tête pour ça. Pratique de travailler pour son propre compte. « Une vie saine c'est le mieux. Surtout pour un débutant. » Toi tu as appris à cracher tes poumons et vomir le trop de whisky. Mais c'est sur que Tobias ne supporterait pas ton rythme de vie. Vu que tu passes parfois tes nuits à surveiller le Ruby avant d'aller courir des heures et puis de bosses. Ou bien tu liquides une bouteille parce que tu as merdé. Mais tu ne vas pas lui dire à la crevette. Tu sais qu'avec lui tu ne mettras pas à mal ton existence. « Je ne suis pas entraineur. J'ai été boxeur plus jeune. J'aurais pu faire carrière mais j'ai choisi une autre voie. Gardant juste la boxe en passion comme le sport. » Et quand tu es flic, il vaut avoir de l'endurance parce que les petits malfrats et bien ils courent plus vite que des guépards. « C'est juste que Abraham m'a vu donné des conseils et montrer des petites astuces à quelques gosses. Des jeunes doués et qui grâce à la boxe pourraient sortir de la merde dans laquelle ils sont. Du coup il m'a parlé de toi. Voilà c'est tout. Je suis juste accro à ce sport que je pratique depuis mon plus jeune âge. J'aime ses règles, le respect qu'il faut avoir de l’adversaire. Après toi c'est pour  défendre ta belle et toi donc les règles ne sont pas les mêmes. A vrai dire dans la rue il n'y a pas souvent de règles. C'est à celui qui frappe en premier. Ou celui qui est le plus sur de lui. » Tu le regardes tout en buvant quelques gorgées. « C'est sur qu'un mec qui veut te chercher des noises quand il voit ton gabarit et selon le sien il pensera qu'il a tout bon et qu'il peut te piquer ton porte-feuille ou t'en foutre plein la gueule pour pas un rond. Et encore plus s'il voit que tu plies au lieu de lui montrer que tu n'as pas peur de lui. Faut que tu apprennes à prendre confiance en toi. Faut faire de tes faiblesses tes forces. Et tu verras que la montagne n'est pas si dure à gravir. » Puis tu attrapes deux cordes à sauter. Et tu en tends une à Tobias. « Vas y à ton rythme. L'essentiel de l'exercice est de tenir le plus longtemps sans finir essouffler. » Et tu commences alternant les moulinets rapides et lents. Simples et croisés. « Tenir sur la durée sans être essouffler. Quand tu y arriveras correctement tu pourras même chanter en sautant. Tout est un question de respiration. Il ne faut pas que ton cœur s'emballe. Tout doit être en harmonie. » Et tu repars dans un rythme encore plus rapide sans lâcher Tobias du regard. « Et la corde à sauter c'est le béaba de la boxe. »


drvgns.




Le cœur qui perd pied. La raison qui s'affole. Les tripes qui se tordent.
Revenir en haut Aller en bas
Tobias SpilsburyLe vin est un puissant lubrifiant social
Tobias Spilsbury
http://www.ciao-vecchio.com/t545-i-may-be-drunk-miss-but- http://www.ciao-vecchio.com/t587-tobias-and-it-left-me-to-wonder-if-people-ever-know-each-other
Faceclaim : Eddie Redmayne ©Schizophrenic & Padawan my love
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1121 - Points : 2230
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Tumblr_p7iahguhmE1qeiryko1_500
Âge : 37 ans
Métier : Historien et Conservateur au Musée Nationale d'Archéologie.
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le Dim 28 Juil 2019 - 19:10 )
Tu es en vie Tobias. Voilà ce qu’on lui répétait encore et toujours. Oui il l’était, mais cela ne rendait pas la tâche plus facile. Parfois, il était bien trop happé par ses ténèbres qu’il n’arrivait pas à voir la lumière au bout du tunnel. Il y avait des jour où même la douceur de Safiya et son sourire ne pouvaient rien faire contre son spleen. Abraham avait mis l’idée dans sa tête que le sport, notamment la boxe, pourrait lui faire le plus grand bien. Peut-il qu’il était temps de guérir psychologiquement par le renforcement physique. Évidemment, l’Historien était dubitatif. Probablement parce que pour lui le cerveau est plus fort que l’esprit. Cependant, travailler le corps permettait de fatiguer toutes les cellules de son être. Il avait entendu parler de ces gens qui après le sport tombaient de sommeil en quelques secondes. Tobias n’avait rien à perdre à essayer. Il était là de son plein gré et même s’il n’était pas le plus courageux, le plus fort des hommes : il continuerait à marcher sur cette route. Même si cela était difficile, même si les piques de son coach remuaient le couteau dans la plaie. Raoul affirmait qu’un jour, ces évènements qui ont marqué sa vie et polluent encore son quotidien seraient sa force. Cela semblait trop beau pour être vrai et Tobias ne pouvait pas y croire. Il ne s’y autorisait tout simplement pas. Il avait bien trop peur que la désillusion soit trop grande.
Alors, les coups partent. D’abord timide, pas assuré et puis rapidement il oublie tout ce qu’il l’entoure pour se concentrer sur cette rage qui l’habite, qui fait bouillir son sang sans qu’il ne soit jamais été en mesure de l’exprimer verbalement. Par pudeur, parce qu’il avait été bien élevé et ne supportait pas les injures ? Très certainement. Tobias n’avait pas pensé qu’il pouvait l’exprimer par le sport. Cela ne lui était jamais venu à l’esprit non. Il aurait voulu continuer, faisant taire les signes de son corps, qui en temps normal, le ferait abandonner cette folie. C’est son coach, qui en posant une main sur son épaule, le fit revenir à la réalité. Ses bras étaient engourdis, sa tête tournait : son corps lui faisait payer ces minutes intenses de sport. Clairement. Mais Tobias savourait la naissance de quelque chose de nouveau. L’espoir était ravivé, assez pour le convaincre de continuer et se féliciter d’avoir fait cette démarche.

Attrapant la bouteille et la serviette, il se désaltéra en écoutant son coach. Sa carcasse hein ? Il semblait confiant pour pouvoir en faire quelque chose, mais de-là à atteindre cet objectif : il y avait encore des kilomètres. Tobias souffla longuement, toussa en gonflant trop ses poumons avant de boire à nouveau. Raoul lui expliqua le programme à venir. Si un peu de volonté s’était insufflé dans son corps et esprit en frappant le sac : il rebroussa immédiatement chemin. Un pas en avant, dix en arrière. Malgré tout, l’homme qui lui faisait face semblait bien décider à ne pas le laisser rebrousser chemin. Une poigne de fer, c’est peut-être ce don il avait besoin ? Alors qu’il se dénigre, comme toujours, Raoul montre bel et bien qu’il ne le laisserait pas tourner le dos à ses efforts, ni les minimiser.

“Est-ce que je suis négatif ou juste réaliste ?” Il haussa les épaules, baissa la tête pour regarder son corps mince et élancé : “On n’est pas tous égaux aux yeux de la musculature.” Et Tobias ne se faisait pas d’illusion. “Mais, au nom de la science, je suis toujours prêt à revenir sur mes jugements si on me prouve le contraire.” Il n’y avait qu’en faisant cela que l’on pouvait grandir et l’historien savait qu’il n’y avait pas de honte à admettre ses torts.

Alors, il allait laisser Raoul le sculpté et se promettait déjà de donner le meilleur de lui-même. Qu’importe que cela ne soit pas suffisant, il ne pouvait pas jurer donner à son coach des exploits sur-humains. Heureusement, ce dernier ne semblait pas être ce genre d’homme à attendre des autres l’impossible. Ou bien il se mentait à lui-même pour donner à Raoul un visage moins terrifiant. Pour sûr que l’homme de lettres ne voulait pas être du mauvais côté de la barrière le concernant.

“Le matin si cela ne vous dérange pas.” Il avait tendance à avoir plus d’énergie au lever plutôt qu’en fin de journée. Probablement parce que se batailler constamment contre des peurs imaginaires était drainant. “Je peux vous retrouver ici ou bien chez vous si cela est plus simple ?” Tobias ne voulait pas être un poids. “Est-ce que travailler jusqu’à des heures avancées dans la nuit rentre dans l’équation d’une vie saine ?” Parce que cela était bien le seul vice de l’historien.

Poussé par cette curiosité qui a toujours animé son cerveau, il se permet de demander à Raoul s’il a toujours été entraîneur. Il s’installa sur le petit banc et reprit plusieurs gorgées d’eau en l’écoutant attentivement. Il tendit la bouteille d’eau à son coach :

“Je suppose que l’Histoire laisse moins de traces que la boxe sur le corps, c’est une passion moins dangereuse.” Bien que tout autant enivrante probablement. “Merci, de prendre le temps de m’entraîner. Je ferais mon possible pour ne pas être un poids.” Parce que, si cet homme ne vivait pas de la boxe, cela voulait dire qu’il avait une profession à côté, n’est-ce pas ? Tobias ne voulait pas lui faire perdre son temps.

Le gringalet baissa la tête, il regrettait d’avoir ses mains emmaillotées : il ne pouvait pas jouer avec ses doigts comme en temps normal. Il allait devoir apprendre à faire sans.

“Je ne sais pas si mon gabarit peut changer autant que ça… Pour intimider tout du moins. Et puis, rien ne me dit que même si j’apprends tout de vous, que je deviens plus fort : devant le fait accomplit je ne panique pas.” Parce que cela aussi pouvait arriver.

Raoul s’éloigna pour aller chercher deux cordes à sauter. Pause terminée donc. Tobias se releva en sentant déjà de nouveaux muscles faire leur apparition. Il prit l’objet que lui tendait son entraîneur. Il reste droit comme un piquet alors que l’homme à la musculature de Superman commençait déjà à sautiller sur place avec une aisance déconcertante. L’historien regarda la corde à sauter, hésitant, avant de prendre un bout de la corde dans chaque main. Il n’en avait jamais fait, mais ne voulait pas l’avouer. Si des enfants pouvaient le faire, pourquoi pas lui. Alors, maladroitement, il tenta de comprendre le mécanisme. Il lui fallu échouer plus d’une vingtaine de fois avant de pouvoir réussir à faire un seul saut. Il pouvait entendre les autres habitués faire des réflexions, mais tenta de ne pas s’en occuper et recommença. Encore et encore. N’abandonnant pas. Il passait pour un idiot, certes, un imbécile, mais au moins il essayait en répétant tout bas les conseils de Raoul. Il ne les mettait pas en pratique, mais cela lui permettait de ne pas penser à autre chose.


L'agréable sentiment d'avoir quelque chose à faire, un but à poursuivre.
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Frapper plus fort. ft Tobias Empty
Sujet: Re: [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Frapper plus fort. ft Tobias -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant