Revenir en haut
Aller en bas


 

- It's a date. // La Louve -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©red-i-ctive
Messages : 350 - Points : 1139
It's a date. // La Louve - Page 2 Tumblr_inline_o4uwmnRHEh1qm0wjz_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
It's a date. // La Louve - Page 2 Empty
Sujet: Re: It's a date. // La Louve ( le Sam 3 Aoû 2019 - 12:03 )
Se laisser enivrer par l’instant : voilà ce que voulais faire Jack. Ne penser à rien d’autre si ce n’est la clarté du regard de la belle. Il faut dire que La Louve était particulièrement belle ce soir. Il n’en faudrait pas plus pour que le docteur en perdre son latin, mais il préférait continuer de la séduire. Se ressaisir, il le devait. Sinon, il prenait le risque de se noyer et de se perdre. Pourquoi montrer tout de suite l’effet qu’elle lui faisait ? La soirée ne faisait que commencer et dans le jeu de la séduction : il ne pouvait y avoir qu’un vainqueur. Lequel sortira victorieux ? Cela restait encore à décider car la femme qui lui faisait face semblait aussi redoutable dans la vraie vie que sur l’asphalte. Un challenge en soit que le musicien était prêt à relever. Que ne ferait-il pas pour ces grands yeux clairs ? Il aimerait savoir son prénom, l’imaginait d’origine scandinave : elle avait tous les attraits d’une déesse nordique. Mais vu son silence, il se demandait s’il le saurait ce soir ou bien si elle allait le faire languir pour un autre jour. Son pari allait sur la deuxième possibilité.

“Je crains, ma chère, que je suis bien trop habituée à t’avoir en adversaire pour te laisser un jour partir. Je suis même certain que sans toi : je ne ferais pas les courses.” Probablement parce qu’il n’y aurait plus de challenge. “Ne nous voilons pas la face, je ne connais que très peu de pilote qui excelle comme toi.” Dans les courses illégales tout du moins, même si quelque chose lui disait qu’elle ne serait pas ridicule face à des pilotes professionnels.

Ils n’allaient probablement pas être sage ce soir non. Tant mieux, l’un comme l’autre ne semblait pas friands dans ce mot qui ne faisait pas partie de leur vocabulaire. Son regard dériva quelques secondes sur ses lèvres à défaut de faire l’affront de regarder son décolleté. Il avait l’impression qu’elle non plus n’était pas indifférente à lui. Étant donné qu’il n’avait pas eut de relation depuis des années avec une autre femme : il ne saurait pas dire et préféra chasser cette saugrenue idée. Pourtant, son cœur s’affola quand il sentit les lèvres de La Louve contre sa joue. Ses pommettes prirent une teinte rougies et il se racla la gorge tentant de boire les dernières gouttes de sa bière. Comme il aurait aimé qu’elle soit pleine. Il ne rajoute rien de plus et attira son rendez-vous dehors.

“Je savais que l’on avait plus en commun que les courses.”
Lui aussi sa voiture était quelque chose de précieux et pour rien au monde il ne prendrait pas le risque de l’abîmer ou de la rayer. “Ne t’en fais, je suis certain que quelqu’un n’oserait jamais déformer de colère ce visage si joli.” Un compliment cacher.

Jack lui ouvrit la porte et rentra après elle avant de donner l’adresse au chauffeur. Vrai que cet instant était à marquer dans les annales. Pour deux pilotes, cela était un comble de se faire conduire. Le doc fit son possible pour ne pas regarder trop La Louve. Il ne voulait pas montrer qu’elle le troublait. Arrivé à bon port, il lui ouvrit la porte comme un parfait gentleman et répondit à son sourire :

“Disons que je suis comme beaucoup de personnes : je n’aime pas me tromper et encore moins choisir le mauvais restaurant. La soirée avait si bien commencer, il serait dommage que cela soit gâché par un restaurant non ?” Il lui fit un clin d’œil et rentra.

Comme il le pensait, elle connaissait ce nom. Mieux encore, elle connaissait son frère. Dans le but de garder une certaine contenance, Jack prit le temps de déplier la serviette, de commander le vin et de servir deux verres d’eau avant de répondre. Il ne savait pas à dire vraiment comment aborder le sujet. Cela était sensible. Il était fier d’être un Delaney, aimait son frère adoptif, mais le fait que son père avait toujours fait une nette différence entre les deux garçons avait toujours blessé Jack. La Louve expliqua comment elle connaissait Michelangelo, il l’écouta en buvant doucement.

“Tu as donc rencontré Maya ?” Il sourit en pensant à sa nièce : “Elle est comme un rayon de soleil.” Et même si parfois cela était difficile car elle lui faisait penser à Mia : il aimait sa compagnie. Cela était toujours une bonne raison pour aller voir son frère qui plus ait.

Il ne peut se retenir de proposer à la pilote s’il veut que son frère vienne ? Au diable, il pourrait même lui laisser sa place. Cela était souvent comme ça. Angelo était plus charismatique que lui à son, goût et meilleur en tout. La jalousie à l’état pur, celle qui cache une affection incommensurable pour son aîné. Surpris par la blonde, il releva son regard et frissonnant quand elle effleura ses doigts. Il retrouva son sourire d’ailleurs, il ne pouvait pas s’en empêcher. Elle l’électrisait. Ni plus, ni moins.

“Ebba…” Répéta-t-il. Il avança un peu plus sa main pour venir caresser ses doigts : “Cela te va bien.” Jack savait que cela était à son tour de parler. “Cela aurait pu. John est un vrai prénom à dire vrai. Mais non. Je suis Jack. Jack Delaney.” Et sans demander l'autorisation, il se plongea à nouveau dans son regard.

Le serveur coupa cet instant, le docteur se redressa et regarda la bouteille qu’on lui présenta. Il hocha la tête et au moment de le servir, il mit sa main sur son verre :

“Faites goûter à la dame d’abord, si elle aime : nous prendrons la bouteille.” Et pourquoi pas après tout. Cela ne devrait pas être forcément l’homme qui choisit le vin.


Alone with your nightmares.
Alone with her ghost.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-un http://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © YOU.FIRST (avatar) + crack in time (sign) / padawan (crackships)
Messages : 687 - Points : 1126
It's a date. // La Louve - Page 2 2obAM1PR_o
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars. 40 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
It's a date. // La Louve - Page 2 Empty
Sujet: Re: It's a date. // La Louve ( le Mer 7 Aoû 2019 - 20:15 )

Nous sommes tous à la recherche de cette personne unique qui nous apportera ce qui nous manque dans notre vie. Et si on ne parvient pas à la trouver on n’a plus qu’a prier pour que ce soit elle qui nous trouve...  

John Doe & La Louve
Je tisse ma toile doucement autour de John Doe. Jouant sur le mystère et le fait qu'il puisse s’alanguir en attendant la suite. Chacun pose sa pierre ou son pion dans l'avancé de ce jeu. Des atouts parfois apparaissent au milieu des questions qui attisent nos esprits. En savoir plus l'un sur l'autre est-il prudent ? Se dévoiler va t-il rendre le danger lors d'une future course moins présent ? Ou bien alors augmenter le taux d'adrénaline car les secrets seront tombés ? Mais est ce que je souhaite les faire tomber ? Et lui le veut-il aussi ? Je l'ignore j'avance doucement, m'appuyant sur ses dires, rebondissant sur ses réponses. Sur cette facette douce qu'il m'a fait voir et qui me donne envie d'en découvrir plus. A t-il peur de me décevoir ? Je ne crois pas. Ai-je peur de le décevoir ? Peut être. Tout cela tourne dans ma tête alors que son regard alimente mon regard d'une nouvelle requête. D'une nouvelle saveur. Je puise dans ses yeux, mes moments de halte, je suspens le temps comme une quête invisible mais qui m'électrise. Il a le don de me mettre en haleine d'une vision nouvelle. Ressent-il ce trouble qui semble venir du plus profond de mes tripes ? Je l'écoute. Il m'écoute. On partage comme le ferait de vieux amis. Mais il y a bien plus que ça. Parce que cette amitié ou ce sentiment qui nous lie, nous le forgeons sous la gomme de nos pneus. Alors que là c'est sous d'autres horizons que nos regards ronronnent. Que nos cœurs grondent. Que nos corps se répondent. Une utopie ? Ou il y a cette alchimie à chaque fois ressenti lors d'une course contre lui qui vient me caresser avec la même force. La même dextérité. La même envie. Je sais juste une chose je veux que cet instant se prolonge. Qu'il ne s'arrête pas même. Pas de peur. Pas de crainte. Juste une envie frêle et nouvelle. Ou bien une bombe à retardement qui pourrait bien exploser à tout instant au cours de cette soirée.

Nous sommes rapidement au restaurant. Nous nous sommes faits conduire, quelle drôle de fatalité. Mais la prudence sur ce coup là a été maître d’œuvre. Un constat aussi, nos gouts communs se trouvent renforcés, comme quoi on se ressemble bien plus que l'on ne l'aurait pensé. C'est autant rassurant que grisant. Cela ne fait qu'accentuer l'envie de poursuivre cette soirée. De la faire se prolonger bien au delà de ce que un simple humain pourrait imaginer. Même si certaines envies n'ont rien à voir avec le divin. Même si John Doe reste un met divin qui me tente avec plus de force. Une table réservée, un nom qui se dévoile et lève sur l'horizon quelques nuages blancs comme le coton. Je ne m'attendais pas à me retrouver face à un Delaney. Ils sont beaux garçons dans la famille. Même si John a un charme qui me déroute d'avantage que celui de Michelangelo. Son regard peut être. Les traits de son visage. Ou bien cette ombre secrète qui semble paraît son âme. « J'ai eu en effet cette chance de croiser cette jolie demoiselle. Et je comprends la comparaison. Elle est lumineuse et semble mener son père par le bout du nez. Elle a débarqué alors que je faisais mes courses. » Je pose d'avantage mon regard dans le sien. « Et oui en tant que simple mortelle je fais mes courses comme une femme normale. J'ai cru qu'elle était perdue, je suis restée surprise parce qu'elle m'a trouvé belle et qu'elle ne s'est pas gênée pour me le dire tout naturellement. Même devant son père qui pour l'occasion avait été maquillé et coiffé par les soins de ta nièce. Je te laisse imaginer la scène. » Je me mets à sourire a repensant à Michelangelo avec ses kikis partout dans les cheveux. « La pauvre elle était malade et ton frère semblait un peu dépassé. Je lui donné des conseils. La belle en a profité pour manger ou du moins essayer de manger un pot de crème. » Mes courses avaient été épiques ce jours là. « En tout cas elle est vraiment adorable. Ils grandissent trop vite. » Quand je vois l'age des miens à présent. J'aimerais parfois retourné en arrière juste pour retrouver leur visage de poupon.

Je ne sais pas ce qui se passe vraiment entre les deux frères mais je sens à la distance que prends John dans ses paroles que ce n'est pas tout rose entre eux. Ou que cela ne l'a pas été. Alors je ne lui en demande pas plus. Mais cette faiblesse me donne envie de lui dire mon prénom. Ou bien c'est moi qui me suis sentie faible face à son regard océan. « Merci. » Du coup je pense avoir son nom et son prénom. Mais si son pseudo et son prénom commence par la même lettre, il y a une petite différence. « Alors enchanté Jack Delaney et ravie de passer cette soirée en ta compagnie. Et moi c'est Ebba Jacobsen, je porte toujours mon nom de jeune fille. Je n'ai pas voulu me marier et pourtant Andrew me l'a demandé très souvent. Je voulais rester libre de ce côté là. » Le mystère sur nos identités est entièrement levé. Mais non savons l'un comme l'autre qu'au moment d'une course. Ce sera John Doe contre La Louve. Deux univers, deux fois plus d'adrénaline. Puis le serveur vient troubler notre discussion. J'ai presque envie de rire face au geste que fait Jack. Le pauvre serveur sur le coup semble en perdre son latin. Mais j'apprécie cette attention. Du coup je prends mon verre, fait tourner le nectar délicat pour m'enivrer de sa couleur, puis je le goute. « C'est parfait vous pouvez servir monsieur. » Je souris amuser. Il prend notre commande, puis nous laisse à nouveau seul. « Je crois que ce genre d'expérience ne lui était jamais arrivé. En tout cas merci pour ce geste Jack. » Le repas se déroule dans la bonne humeur, ayant pris des plats différents chacun fait gouter l'autre. Je trouve cela très sensuel. Nos regards s'accrochent souvent. Très souvent, livrant des messages secrets à l'autre. Nos rires parfois s'enlacent à nos paroles. L'instant est doux. Magique. Puis vient le dessert. « Est ce que cela te tente de prendre nos desserts et d'aller les manger ailleurs ? Sur la plage par exemple ou chez moi ? » Je sais que le restaurant le fait. Ils ont mêmes des boites exprès pour facilité le transport. J'attends donc la réponse de Jack. Sachant que je dois régler l'addition avant que l'on puisse partir pour d'autres horizons. Peut être un peu moins sages vu que nous l'avons été depuis le début de la soirée.  


drvgns.


“ Croquer la vie. Saisir l'instant. Vivre tout simplement.”
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©red-i-ctive
Messages : 350 - Points : 1139
It's a date. // La Louve - Page 2 Tumblr_inline_o4uwmnRHEh1qm0wjz_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
It's a date. // La Louve - Page 2 Empty
Sujet: Re: It's a date. // La Louve ( le Dim 11 Aoû 2019 - 16:41 )
Il ne s’agissait pas de faire une course cette soirée, il était question de prendre son temps et de savourer les émois d’un premier rendez-vous. Cela faisait bien longtemps que Jack n’avait pas eu le privilège de vivre cette expérience avec une femme. Il n’avait jamais cherché à se recaser après son divorce et même s’il avait eu des aventures à droite et à gauche : il a rapidement compris que rien ne pouvait combler le vide dans sa poitrine. Pourtant, les yeux d’Ebba amoindrissaient la douleur, la rendaient supportable. Elle lui faisait penser à autres choses que ses problèmes personnels. Il pensait que cela était seulement sur l’asphalte, mais il semblait qu’autour d’un verre aussi elle arrivait à lui changer les idées. Est-ce que l’alchimie et ce petit je ne sais quoi allait durer ? Jack ne savait pas trop. Toujours est-il que la réservation avait été faite au restaurant et qu’il n’était pas question pour le docteur de manquer à l’appel. Ils allaient donc pouvoir continuer de se découvrir autour de mets savoureux. Si le courant continuait de passer, peut-être que la soirée se prolongerait. Au moins, Jack sera fixé. Le premier test était lancé, il ne savait pas comment elle allait réagir en entendant son nom de famille. À condition qu’elle le connaisse tout du moins. Au fond, il aurait aimé que cela soit le cas, mais elle confirma rapidement qu’elle connaissait les Delaney. C’est alors que l’amertume arriva rapidement. Évidemment qu’elle avait rencontré Angelo. Elle semblait également avoir parlé avec Maya. Sa nièce adorée qui le faisait autant rire que pleurer.

“Un fait que je savais déjà. Même si tu as prétendu ne pas savoir qui j’étais. Le mystère commence à se lever.”
Il tentait de faire une petite blague, mais cela sonnait faux. Il était inquiet qu’elle soit sous le charme de son frère. Pourquoi d’ailleurs il était stressé à cette idée ? Il ne savait pas trop. Ce n’est pas comme s’il y avait quelque chose entre eux ? Ils n’étaient que des rivaux. Ou pas. “Maya n’a jamais eu sa langue dans sa poche. Et elle a toujours été capable d’avoir ce qu’elle voulait même si Michelangelo sait mettre des barrières au besoin.” Il fronça les sourcils en entendant qu’elle avait mangé un pot de crème. Il souffla longuement et passa lassement sa main dans ses cheveux. Pourquoi ne l’avait-il pas appelé ? Il aurait pu aider.

La suite mis fin à ses divagations. Ebba. La femme qui lui faisait face s’appelait Ebba. Un nom qui lui allait à merveille, chose qui ne se priva pas d’affirmer à haute voix. Ce fut à son tour de dire son prénom. Bien moins exotique que La Louve, plus commun. Un prénom qu’il n’avait jamais aimé, mais qu’il n’avait pas pour autant souhaité changer. Cela était pour lui un moyen de savoir quel genre d’homme il voulait être. Une personne qui ne voulait pas laisser son passé définir son présent.

“Moi de même Ebba Jacobsen.”
Répondit Jack en souriant. “Le mariage ne veut pas forcément dire perdre sa liberté. Mon ex-femme a gardé son nom de jeune fille, même après notre mariage. Et notre fille portait mon nom et le sien.” Cela avait glissé d’entre ses lèvres. Il avala sa salive et prit plusieurs gorgées d’eau.

Heureusement, le serveur le sauva en apportant le vin. Il laissa La Louve le goûter et donner son avis ce qui déstabilisa le jeune homme qui s’exécuta pourtant. Jack trouvait cela idiot de laisser l’homme décider, pourquoi est-ce que son rendez-vous ne pourrait pas le faire ? Ebba semblait être une femme qui avait du goût. Le vin servit, il prit son verre le respira et le goûta avant d’hocher la tête pour approuver.

“Ne me remercie pas. Tu conduis mieux que la plupart des hommes que je connais, je ne vois pas pourquoi tu ne serais pas en mesure de choisir le vin tout aussi bien.” Il leva son verre : “A cette soirée et à cette course perdue.” Il trinqua avec Ebba, prit une gorgée de vin avant de reposer son verre et de regarder la carte.

Le dîner s’était passé sans faux-pas, dans la joie et la bonne humeur. Jack n’avait pas rit autant avec des personnes autres que les orphelins depuis des mois. Bon sang qu’elle était rafraîchissante cette dame. Le repas se passait tellement bien qu’il accepta de goûter le plat de La Louve avant de lui faire goûter sa propre assiette : permettant ainsi à Jack d’en savoir plus sur ce que la blonde aime et n’aime pas. Au moment du dessert, il sourit en entendant la proposition.

“Il fait encore bon, on peut aller le manger sur la plage si tu le souhaites ?” Il sourit en coin : “Non pas que je n’ai pas envie de découvrir la tanière de La Louve, mais utilisons cette option en plan B. Ils annoncent de la pluie pour ce soir.” Il alpagua le serveur et demanda que leurs desserts soient préparés pour être à emporter avant de se tourner vers Ebba : “Et l’addition aussi.” Il rigola et laissa le serveur partir : “Je vais devoir me retenir de sortir ma carte bancaire. Je n’ai pas l’habitude de laisser une femme m’inviter.”

Il termina son verre de vin avant de se lever : “Je reviens.” Puis il s’éloigna pour aller aux commodités. De retour à la table, le sac était prêt et Ebba également. Il posa sans réellement s’en rendre compte sa main dans le bas de son dos et pointa la sortit avec son autre bras : “Après vous, Signora.” Une fois dehors, il réalisa que le vent s'était levé. Alors, il mit sa veste autour des épaules de La Louve : "Je viens de penser qu'on risque d'avoir du sable dans les desserts si jamais on va sur la plage." Il réfléchit : "Je n'habite pas loin, tu veux venir prendre un dernier verre avec ton gâteau chez moi ? Ou bien chez toi. Comme tu le sens." Proposa-t-il en plongeant son regard dans le sien.


Alone with your nightmares.
Alone with her ghost.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
It's a date. // La Louve - Page 2 Empty
Sujet: Re: It's a date. // La Louve ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- It's a date. // La Louve -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2