Revenir en haut
Aller en bas


 

- (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Rôles attendus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nino Carrizo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nino Carrizo
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5056-nino-o-le-destin-nous-entraine http://www.ciao-vecchio.com/t5150-nino-o-nos-vies-qui-s-egarent
Faceclaim : Miguel Gomez, ©Art Acide
Messages : 126 - Points : 309
Âge : 33 ans.
Métier : sapeur-pompier.
(♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice Empty
Sujet: (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice ( le Jeu 13 Juin 2019 - 22:58 )
I hate you I love you, I hate that I love you. Don't want to, but I can't put Nobody else above you. I hate you I love you, I hate that I want you.
Tea
feat Adria Arjona (non négociable)
identité :Tea. Son prénom est court, alors les surnoms se font rares. Nino en avait inventé un qu'il utilisait souvent : Teaina. C'était affectif, soufflé lors des moments tendres, doux, ou lorsqu'il la réconfortait. Il n'appréciait pas qu'on se l'approprie. C'était sa propriété. L'entendre aujourd'hui lui déclenche parfois une crise de larmes.

naissance :vingt-neuf ans, va sur ses trente ans cette année. Elle est née dans une petite commune à quinze minutes de Naples en voiture. Italienne, mais avec des origines portugaises.

statut :célibataire. Son ancienne relation l'a détruite, si bien qu'elle n'est pas apte à ouvrir son cœur à un autre homme. Ses sentiments pour Nino sont toujours très forts et très présents, trop pour s'imaginer dans les bras d'un autre.

métier :assistante de direction de @Demetrio Clarizio depuis juin 2018, un emploi qu'elle a su garder, mais qui exige de la disponibilité horaires. Il lui arrive de devoir se déplacer. Pour elle, il s'agit d'un bon tremplin vers l'un des secteurs Clarizio : l'immobilier.

groupe :TIRAMISU

La relation avec Nino a mis en avant des traits de caractère qu'elle ne pensait pas avoir. Sa jalousie extrême qui, à son contact, devenait ingérable. Avec lui, elle était étouffante, ne supportait pas la moindre discussion avec une femme et le lui disait, insultant toutes celles qui s'approchaient trop près. Pétasse, pouffiasse, il en a entendu des termes peu glorieux. Dès lors qu'elle le pouvait, elle était donc constamment avec lui lors des soirées. Et les moments où elle ne pouvait pas, Tea l'appelait sans arrêt, lui envoyant des messages pour savoir où il était, ce qu'il faisait. Possessive, elle pouvait quitter son lieu de travail juste pour se rendre à leur discothèque préférée (Las Cuevas) juste pour s'assurer qu'il n'était pas en bonne compagnie. Ce qui lui a fait défaut professionnellement ; elle a passé des nuits à travailler sur des dossiers pour les rendre à son boss.

S'il y a de nombreuses disputes, il y a aussi des moments calmes, apaisés, durant lesquels sa douceur se révélait. Il l'a connue sensuelle, à poser ses mains sur son visage, ses lèvres sur son cou, ses épaules. Aux yeux de Nino, c'est une femme sexy, sans être vulgaire et explosive, qui se laisse facilement emporter par son impulsivité, mais elle est également sensible et a constamment besoin de son attention. Un cocktail qui lui allait très bien.

Conservatrice, elle ne porte pas vraiment dans son cœur les homosexuels. Elle tolère, mais ça s'arrête à ça. Elle ne comprend pas les lois pour le mariage gay et l'adoption, convaincue qu'un enfant doit être élevé par une mère et un homme.

A fleur de peau, conservatrice, douce, féminine, fière, impulsive, jalouse, observatrice, possessive, sanguine, sensible, travailleuse, violente.

• Elle vient d’un milieu modeste. Une famille de trois enfants, dans laquelle elle avait l’impression d’étouffer, d’être moins importante. Entre l’aînée qui représente la fierté de la famille et la dernière, atteinte d’une maladie et qui demande beaucoup d’attention et de soins, Tea peine à s’y retrouver, mais elle fait son bout de chemin, apprécie tout de même les siens. Ce qui justifie son besoin extrême que Nino ne voit que par elle.

• La rupture a lieu à ses 15 ans. En décrochage scolaire, ses parents ne savent plus quoi faire, ni quoi lui dire pour qu’elle soit motivée, qu’elle s’y remette. Tea galère, alors son oncle propose de lui donner des cours particuliers. A reculons, elle se rend à son domicile. Il l’aide à comprendre ses lacunes, mais devient plus proche d’elle au fil des jours. Proche à la rendre mal à l’aise. D’abord une main sur son épaule, ensuite sur sa cuisse, jusqu’au point de non-retour. Un événement qui la bouleverse et dont elle se préserve en le laissant de côté dans un coin de son esprit. Il l’a abusé d’elle deux, trois fois et a cessé lorsque sa femme l’a pris sur le fait, avec elle sur le lit. Si elle s’en est offusquée, si elle l’a menacé de tout révéler s’il n’arrêtait pas, elle n’a jamais trahi son mari par peur des suites possibles. Quant à Tea, lors des violences physiques, elle s’est totalement dissociée de son corps au point d’oublier ce qui la chagrine tant aujourd’hui, sans qu’elle ne sache pourquoi. En savoir plus sur la situation de Tea et ses conséquences. Elle est mal à l'aise avec son corps, se détruit physiquement, s'automutile et ça ne lui fait pas du bien, mais ça lui est nécessaire.

• Agée de dix-huit ans, elle ressent le besoin de fuir, de s’en aller. Elle s’installe alors à Naples, en souhaitant poursuivre ses études et entre dans une école en rapport avec l’immobilier. Ses relations avec les hommes sont difficiles, problématiques. Elle ne comprend pas pourquoi elle se sent si mal après l’acte, mais elle souffre au point de s’en aller, de mettre un terme à chacune de ses histoires. Ils ne la mettent pas à l’aise.

• En 2015, un homme change la donne. Nino. Ce n’est pas tant qu’il l’ait fait se sentir belle lors de leur premier rapport, ou qu’il l’ait pris dans ses bras lorsqu’elle s’est effondrée en larmes le lendemain, c’est de pouvoir exprimer toute cette violence, ce mal-être qui sommeille en elle depuis des lustres et qu’elle peut plus ou moins exprimer avec lui, sans qu’il ne prenne la fuite. Elle va mal, elle ignore pourquoi, mais sort toute la rage qui la consume lors de sujets sans aucune importance et qui prennent de l’ampleur inutilement. Nino n’est pas tout blanc. Il la provoque, fait tout pour qu’elle s’énerve un peu plus en n’atténuant pas les disputes.

• En 2018, Tea est embauchée pour remplacer une assistante de direction qui ne reviendra pas, en urgence. Elle doit apprendre des tonnes de choses et surtout, doit, de temps à autre, se déplacer pendant plusieurs journées pour accompagner son patron. Chose qui déplaît fortement à Nino qui n’aime ni son entreprise, ni ses obligations horaires. Quant à elle, elle n’aime pas les risques de son métier, encore moins qu’il travaille en pleine nuit. C’est simple, ils ne sont pas en phase avec leur mode de vie, ne le cautionnent pas et c’est un problème en plus. Encore un, mais pour Nino, ce n’est pas grave. Cette relation lui va très bien, les problèmes auxquels ils font face également ; c’est l’excessivité de Tea qui lui plaît le plus, mêlé parfois à sa douceur. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que si c’était plat, si c’était calme, si elle était toujours d’accord avec lui, sur la même longueur d’onde, il l’aurait quittée depuis longtemps. C’est parce qu’ils sont explosifs ensemble qu’il a tant accroché. Elle, elle est convaincue qu’il la détestait.

EX, COMPLIQUÉ • Ils se sont rencontrés en 2014, au Las Cuevas, trois mois après l’arrivée de Nino à Naples. Une amie en commun l’a présentée au petit groupe de la bande. Nino ne parlait pas beaucoup italien, mais apprenait auprès du groupe. Souvent, il fallait lui traduire les choses en anglais, mais ça ne les a pas empêché de se comprendre. Très vite, ils ont commencé à s’embrouiller ; le fait est qu’ils avaient souvent des avis divergents concernant des sujets, comme sur l’homosexualité. Les débats étaient donc très houleux et quand ce n’était pas des débats, c’était des sujets sans aucune importance, banals.

• C’est en 2015 qu’ils commencent sérieusement à se tourner autour. Des querelles qui finissent par des baisers, des contacts physiques, des lendemains pas toujours faciles pour Tea, mais qu’il arrive à rendre moins dur dès lors qu’il la réconforte. S’il avait eu dans l’idée de s’en aller après le premier rapport, ses larmes l’ont rappelé à l’ordre. Il sentait que c’était important. Ca lui a rappelé son passé.

• Ils s'installent ensemble en juin 2015. Leur relation est faite de hauts et de bas, mais sans aucune séparation. Des disputes, des jours sans se parler, mais il n’a jamais été question de rompre, bien qu’elle ne le comprenne pas très bien, Tea. Elle a souvent pensé qu’il ne la supportait pas vraiment, qu’elle ne le satisfaisait pas. Ca a pris de l’ampleur à chaque rapport charnel ; Nino n’allait jamais jusqu’à l’orgasme. Le plus haut point culminant qu’elle atteignait, mais que lui, pas. Un détail très important pour Tea qui a perdu confiance en son corps, se demandant s’il était à la hauteur des espérances de Nino sans lui en parler, de peur de la réponse. Pourtant, il l'a toujours trouvée à son goût, mais souvent, il se contentait de la dévorer du regard sans la complimenter. Une erreur.

• En octobre 2018, suite à une dispute violente liée à un déplacement de Tea, ils en viennent aux mains. Si ce n’est pas une première pour Tea qui a l’habitude de heurter son torse, ou le gifler quand l’émotion est trop forte, c’est nouveau pour Nino qui la pousse avec violence contre le mur. La tête de Tea se cogne contre celui-ci. Geste de trop. Le latino sait bien qu’il a failli lever la main sur elle, mais surpris par sa propre brutalité, Nino a préféré s’en aller avant de dérailler. C’est ce qui provoque la fin de leur relation.

• En janvier 2019, Nino débute une nouvelle relation et ça lui fait un mal de chien. Elle, elle essaie, mais se retrouve dans la même situation avant lui, en se sentant mal dans sa peau. Si en mars, son ex devient de nouveau célibataire, il s'autorise parfois des aventures, ou découche et ça l'insupporte.

• Ils vivent ensemble de juillet 2015 jusqu’au 25 mars 2019, date où Nino décide de partir de leur appartement ; ils ont beau ne plus être ensemble, elle lui reproche sans cesse ses contacts féminins, comme s’ils formaient encore un couple et lui, il ne supporte pas non plus de sentir une odeur différente de la sienne, alors il prend l’initiative de s’en aller, sachant très bien qu’ils sont en train de se pourrir la vie, chose qui ne l'aurait pas dérangé en temps normal, mais la crainte de lever la main sur elle sommeille en lui.

A savoir :
• Même si elle a un caractère très fort, qu'elle tient tête à Nino, elle est très fragile et ça se ressent à travers les marques sur son bras liées aux lames de rasoir ou autres objets tranchants. Nino est au courant et s'il l'engueulait à chaque fois, il était surtout très inquiet. Le fait de le voir inquiet ne l'a pas motivée à arrêter ; elle ne lui a jamais expliqué les raisons, mais elle avait besoin de ça pour comprendre qu'il tenait un peu à elle.

• C’est une relation destructrice, mais qui lui faisait du bien, à lui. Si leur dernière querelle n’avait pas été aussi violente, probablement qu’ils seraient encore ensemble à ce jour. Parce qu'à côté de leurs différends, il y avait également des moments tendres, complices, où tous les deux se retrouvaient. Ils se soutenaient, pas toujours de la bonne façon, mais ils étaient là l'un pour l'autre et se défendaient dès lors qu'on osait dire du mal de l'autre. Il n'y a qu'eux qui en ont le droit.

• En trois ans, il y a beaucoup eu de non-dits. Elle ne lui a jamais expliqué pourquoi il lui arrivait de pleurer avant certains rapports, parce qu'elle en ignore la raison et bien qu'il ait saisi que quelque chose de grave s'était passé, Nino a attendu qu'elle s'ouvre à lui et lui faisait comprendre qu'il était là pour elle. Quant à Nino, il a gardé pour lui son histoire personnelle, ne s'est jamais attardé sur son passé, avant son arrivée à Naples. Frustrant pour eux deux ; ils auraient aimé plus de confidences, plus de confiance, qu'ils communiquent plus. Peut-être n'était-ce tout simplement pas le moment.

Novembre 2014

« Moi je suis pour. » dit-elle, doucement, en parlant de la peine de mort. C’est l’une des rares à avoir cet avis, mais la première à oser le dire. Elle est pour tuer une personne. Tous les regards se tournent vers Nino qui s’arrête de boire. De tous ceux présents ici, c’est celui qui l’ouvre le plus quand ça concerne des sujets délicats. Silencieuse, elle sirote la fin de son cocktail et se lève. « Je vais chercher à boire. Quelqu’un veut quelque chose ? » Avec le sourire, certains répondent à l’appel de la boisson, quand Nino se remet tout juste de l’absurdité qui vient de sortir de sa bouche. Tea s’éloigne, tandis qu’il secoue la tête. « Il faut de tout pour faire un monde. » On ne peut pas être d’accord sur tout, d’accord, mais qui est-il pour laisser passer une telle chose sans rien dire ? Cette remarque le fait sortir de ses gonds et aussitôt, Nino part la rejoindre. « Hé. T’es sérieuse là ? » Avant même qu’elle ait atteint le bar, Nino saisit son bras et l’oblige à se retourner. « Tu peux pas t’en empêcher, hein, t’es toujours obligé de chercher la merde. Mais oui ! Oui, j’suis sérieuse. Je suis pour ! » s’exclame-t-elle, en anglais, pour qu’il comprenne bien ce qu’elle souhaite dire. Il a encore des lacunes et même si ça fait six mois qu’il apprend, il y a plein de mots qui lui échappent. « T’es pour tuer un homme, alors que si ça se trouve, il peut être innocent ? Mais t’entends ta connerie là ? » « Et si ça se trouve, il n’est pas innocent. » répond-elle, fermement, les yeux dans les siens, alors qu’elle se dégage de son emprise avec véhémence. « Tu sais ce que ça fait aux victimes de devoir vivre en sachant que le type qui leur a fait mal peut sortir ? Ou les familles qui ont perdu un être cher, de la plus horrible des manières, alors que l’agresseur est sous les barreaux, nourri, logé. Alors oui, je suis pour Nino. Je suis pour la peine de mort. » Arguments qui ne trouvent aucune réplique ; elle en a des bons. Pourtant, les siens ne sont pas mal non plus et s’inspirent d’histoires tout aussi réelles. Des hommes que l’on a condamnés, alors qu’ils n’étaient pas coupables. « Et ce n’est pas en me donnant un faible pourcentage d’innocents morts que tu réussiras à me faire changer d’avis. » conclut-elle, en tournant les talons. Nino souffle. Nino est agacé. Peut-être aussi parce qu’il n’a pas obtenu le dernier mot.

1er janvier 2015

C’est en chiens de faïence qu’ils s’observent l’un et l’autre. Le cœur de Tea bat si fort qu’il pourrait sortir de sa poitrine et celui de Nino n’y est pas très loin non plus. Ils viennent de se disputer, encore une fois et pour éviter d’en faire profiter leurs amis, ils ont été continué leur discussion à l’extérieur de la maison louée pour le nouvel an. Ils étaient supposés tous en profiter, s’amuser, mais ils avaient également tous conscience qu’en laissant Nino et Tea dans la même pièce, ils se risquaient à faire entrer une tornade. Et elle est là. « Tu ne peux vraiment pas supporter que quelqu’un ne soit pas d’accord avec toi et tes idées. » « Pas quand elles sont si… arriérées ! » « Tu me traites d’arriérée ? » Le latino acquiesce d’un signe de tête. C’est ce qu’elle est pour lui, oui. Comment, en 2015, peut-on encore dire des absurdités concernant l’homosexualité ? Qu’elle soit née sur le sol italien n’est pas une excuse. Ce pays est conservateur, mais à un moment, il faut évoluer, laisser une place à tout le monde, accepter, tolérer. Le fait qu’il soit transexuel ne l’aide pas à prendre du recul face à la situation, mais ça, elle l’ignore. « Ils sont comme toi, comme moi. Leur préférence n’est peut-être pas la tienne, mais un jour peut-être, faudra que t’apprennes à faire preuve de tolérance. » « De tolérance ? » Elle rit. « En soi, j’ai rien contre eux, bien que voir deux hommes s’embrasser me met mal à l’aise, mais ce qui me choque le plus, c’est de les voir élever un enfant, alors qu’il n’a rien demandé. C’est pas normal. Il a besoin d’une mère et d’un père. » Nino lâche un grognement, alors qu’il pose ses mains sur sa tête. Il fait quelques pas et hurle : « Mais putain, tu t’entends ? Deux hommes ensemble peuvent tout à fait élever un gamin. Il y a des couples hétérosexuels, aujourd’hui, qui maltraitent leur gosse ! » Elle hausse les épaules, consciente que c’est vrai, mais pour autant, elle ne souhaite pas revenir sur ses idées. Lui, il pourrait en parler. Il n’a pas eu tout l’amour qu’il aurait dû recevoir de la part de son père qui l’a maltraité à une période de sa vie. « Tu vas me dire que c’est toujours mieux qu’un couple gay ? Pauvre fille. » crache-t-il, tandis qu’elle s’approche d’elle, les poings serrés. « Je dis que c’est toujours mieux, oui. Pauvre type. » lâche-t-elle, avec rage, les yeux plantés dans les siens. Elle ne veut pas les baisser pour lui donner le dernier mot. Tea souhaite lui montrer qu’elle est capable de lui tenir tête, bien que ses membres entiers tremblent, sur les nerfs, tout comme Nino. Quinze longues secondes passent avant que soudainement, il pose sa main sur sa nuque pour la rapprocher de lui. Ses lèvres se pressent contre les siennes et bien qu’elle en soit surprise, Tea enroule ses bras autour de son cou pour prolonger le baiser. C’est fou, c’est du n’importe quoi. Mais c’est bon, oui.

Octobre 2018

« Ce n’est que pour deux jours. » dit-elle, en soupirant. Un énième déplacement, encore un. Depuis qu’elle travaille chez Clarizio, Tea enchaîne les séjours professionnels, ailleurs qu’à Naples. Ce n’est pas une partie de plaisir, mais il n’aime pas qu’elle soit seule avec son patron, qu’elle puisse partager un repas en sa compagnie, ou ne serait-ce que lui adresser la parole. Ca l’énerve et il n’hésite pas à le dire. Le latino se lève, fait les cent pas et la mâchoire serrée, le regard détourné vers un pan du mur de leur salon, il répond : « Que deux jours. Tu te fous de ma gueule en plus ? » Mécontente, elle se lève du canapé, les mains sur les hanches. « Tu crois que ça me fait plaisir ? Pendant ce temps, tu vas avoir l’occasion de t’amuser avec tes petites pétasses. » Il ne l’a jamais trompé, jamais. Nino répond lorsqu’on s’adresse à lui et il arrive également qu’il danse avec une demoiselle, souvent trop proche d’elle, ayant pour objectif de provoquer sa petite amie. Et ça marche toujours. Pourquoi donc agirait-il autrement ? Seulement, pour Tea, c’est différent. Avec les nombreuses disputes qui s’installent dans leur couple et qui les pourrissent au quotidien, elle a l’impression qu’il ne l’aime pas, qu’il la déteste même, sans savoir pour quelle raison il reste. Probablement parce qu'elle s'y retrouve également, qu'elle aime savoir qu'elle peut lui crier dessus sans qu'il prenne la tangente, mais ses doutes lui rendent l'expérience pénible. Elle ne s’imagine pas qu’il prend son pied dans cette histoire destructrice, que c’est justement parce que tout n’est pas rose, qu’il aime tant leur relation à laquelle il s’accroche sans aucun mal. C’est simple : ils ont beau s’envoyer des horreurs dans la figure, ils n’arrivent pas à se séparer. Ils s'aiment, intensément, fort, mal. Chose incompréhensible pour leur entourage commun qui les voit se déchirer constamment. Quand on demande à Tea ce qu’elle fait avec Nino, elle arrive à trouver des avantages ; Nino, il est sanguin, comme elle, mais il est tendre lorsqu’elle est vraiment dans le besoin et surtout, il est réceptif à la rage qui la consume de l’intérieur et qu’elle laisse exploser à ses côtés. Elle en a besoin. Lui crier dessus, le gifler quand il va trop loin, ou quand il a fait quelque chose qui la met en colère, ça lui est nécessaire. Il ne se laisse jamais faire, empoigne souvent son bras pour qu’elle cesse ou la provoque de nouveau, mais depuis le temps, elle sait comment y faire face. Du moins, elle a le tempérament d’une nana qui sait répondre, mais ses membres tremblent, l’épuisent bien souvent. « Et pendant le tien, tu vas pouvoir flirter avec ton boss. C’est pour quand votre coucherie, que j’sois au courant quand un autre mec te baisera ? » Son sang ne fait qu’un tour et sans réfléchir, elle presse le pas vers lui pour lui donner une gifle qu’il mérite, qu’il accueille en tournant la tête tant son geste est violent. « J’ai raison, hm. T’attends que ça. C’pour ça que t’acceptes tous ces déplacements. Pour qu’il te saute, pour que tu puisses avoir ta putain de promotion. » C’est trop. Elle le pousse, le cœur lourd, geste qui n’a aucun impact sur lui. « Au moins, lui, quand il me sautera, j’suis sûre qu’il ira jusqu’au bout ! » Sujet de discorde ; Nino ne va jamais jusqu’à l’orgasme et ça la vexe. Elle est convaincue que le problème vient d’elle, qu’elle ne fait pas ce qu’il faut pour le satisfaire et à chaque fois qu’elle essaie d’en discuter avec lui, il s’agace et change de conversation. « J’vais peut-être faire ça, ouais, au moins quelqu’un satisfera mes envies. » dit-elle, en frappant sur son torse. « Et peut-être que j’entendrai son souffle m’appeler. » De colère, Nino empoigne ses épaules avec force. Une férocité qu’il ne se connait pas jusque-là. Elle fait ce qu’il sait faire de mieux : provoquer. « Vas-y à ton putain de déplacement. T’attends que ça ! Faut bien mettre à l’honneur ce que t’es : une catin. » Il ne l’a jamais appelée de la sorte, jamais et ça lui fait un mal de chien, si bien qu’une autre gifle commence à partir, mais il retient son bras et la pousse en arrière, sans retenir sa force. L’imaginer avec ce type, lui faire toutes ces choses, ça l’énerve tellement qu’il ferme les poings, alors que Tea se cogne la tête contre le mur. Et quand il s’en approche, une main sur le mur, le poing se heurtant brutalement contre le mur derrière elle, Nino s’arrête subitement. Ce n’est pas nouveau ; ils se disputent, se blessent et peu après, se retrouvent, mais c’est bien la première fois qu’il ressent une envie de la frapper. Après quelques secondes, Nino se recule, l’observe, le cœur battant, le souffle court, puis prend sa veste et s’en va rapidement.
ft. Miguel GomezNino Carrizo



Nino Carrizo
Victus universis caro ferina est lactisque abundans copia qua sustentantur, et herbae multiplices et siquae alites capi per aucupium possint, et plerosque mos vidimus frumenti usum et vini penitus ignorantes.


Dernière édition par Nino Carrizo le Sam 29 Juin 2019 - 13:51, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nino Carrizo10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nino Carrizo
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5056-nino-o-le-destin-nous-entraine http://www.ciao-vecchio.com/t5150-nino-o-nos-vies-qui-s-egarent
Faceclaim : Miguel Gomez, ©Art Acide
Messages : 126 - Points : 309
Âge : 33 ans.
Métier : sapeur-pompier.
(♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice Empty
Sujet: Re: (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice ( le Dim 16 Juin 2019 - 16:15 )
Mes Préférencesje te présente ma liste de courses.
Bonjour/bonsoir.  (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice Herz Si tu lis ces lignes, c'est que le rôle t'a plu. Avec de la chance, la suite ne t'effraiera pas.  (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 261764818

Avant tout, il faut faire preuve d'ouverture d'esprit. Nino a un gros secret : c'est un transexuel. Il faudra donc ne pas ressentir de gêne face à ça. Tea l'ignore, mais c'est un détail qui me semble important pour toi, futur-e joueur-se. C'est conseillé de lire ma fiche ici. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 4210718188

Présentation : pour me faire une idée de ta plume qui m'est inconnue, j'aimerais qu'il y ait au moins une anecdote dans ta fiche. Exemple.

Evolution : ce sera à voir en RP, mais il est évident qu'après une si forte histoire, les sentiments sont toujours d'actualité, pour l'un comme pour l'autre. Viens, on en discutera. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 4210718188

Activité & orthographe : je demande un certain investissement sur le forum, aussi bien en flood qu'en RP. Deux RP par semaine me va. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 2457096833 Si tu ne te sens pas de t'investir, ou si tu es trop dépendant de ton lien principal, attendant seulement après lui, alors ne tente pas. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 4210718188

Le nombre de mots dans les RP m'importe peu, bien que je ne sois pas une fan des grands pavés. Perso je fais en moyenne 400-900 mots. Fais juste attention à ton orthographe. A savoir que le "Elle" et le "Je" me vont sans souci, mais le "Tu" me met mal à l'aise. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 4210718188

Un dernier mot : si tu as tes idées, n'aies pas peur de les mettre en œuvre. Les surprises ne me dérangent en aucunement, au contraire. Sens-toi libre, c'est important. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 3537243446

N'hésite surtout pas à me poser des questions dans la zone invités si tu en ressens le besoin, ou à venir me voir dans ma boîte MP. Je répondrai à toutes tes questions sans aucune hésitation. (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice Herz Sachant que je suis plus souvent connectée sous Dante, mon premier compte (tu l'auras compris, je ne risque pas de m'en aller). (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice 4210718188


Nino Carrizo
Victus universis caro ferina est lactisque abundans copia qua sustentantur, et herbae multiplices et siquae alites capi per aucupium possint, et plerosque mos vidimus frumenti usum et vini penitus ignorantes.
Revenir en haut Aller en bas
 
- (♀/libre) Complexe - Relation conflictuelle, intense et destructrice -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Rôles attendus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut