Revenir en haut
Aller en bas


 

- {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Sam 6 Juil 2019 - 11:17 )
Généralement, je ne restai jamais longtemps triste. Déjà parce que c’était inutile et ensuite ça donnait des rides. Donc je me ressaisissais aussi vite que l’éclair -comme Pikachu qui se fait guérir par l’infirmière Joëlle- et je ne reparlais plus de ce genre de choses. Je laissais les évènements traumatisants à mes rêves. Ne pas dormir m’a permis d’apprendre à parler plusieurs langues. Ça peut s’avérer constructif. Alors que nous nous dirigeons vers le salon, je commence à essayer de le charmer. Sauf que je me fais l’impression d’être Winnifred dans Hocus Pocus avec mon mascara qui a coulé et mon nez rouge. Ou alors serai-je Pennywise dans It ? Je caresse doucement les contours de sa mâchoire avant de sourire à sa réponse. J’appréciai qu’un homme ait du mordant, un quelconque répondant pour me tenir tête. déjà parce que dans une relation, il faut des disputes sinon tu t’emmerdes profond et ensuite le sexe post-engueulade est génial. « On raconte que les légumes sont bons pour la santé, tu devrais essayer. » Même si vue sa stature de géant, il n’en avait clairement pas besoin. Alexandre devait faire trois mètres de haut si bien qu’il avait dû croiser la cigogne qui a amené Dumbo à sa maman. Bref je divague. Je ris plus franchement à sa remarque alors que ma tête repose sur son torse -faut de pouvoir atteindre l’épaule-. « C’est faux. Simba mange des légumes. Et puis c’est toi qui as dit monsieur Le Lion que j’étais une gazelle. » J’ajoutai un clin d’œil avant de descendre les marches. On en vient à une discussion sur mes fesses. J’en déduis que l’homme en question doit regarder le fessier d’une femme avant de plonger son regard clair dans celui de la demoiselle. Même si vu sa rigidité -et non, je ne parle de son pénis-,  il ne devait pas avoir conquêtes souvent. La théorie de la fiancée perdue pendant les attentats se révélait de plus en plus plausible. D’un coup, il me fait sursauter avant de nous arrêter. Son compliment me touche mais malheureusement, j’en avais fini avec ce genre de conneries. me réveiller auprès de Gollum m’a appris deux choses : ne jamais abuser de mojitos en soirée et s’avérer plus sélective en soirée. « Les gens ne s’arrêtent qu’au physique. Certes, je suis bien fichue car je fais beaucoup de sport mais après une nuit auprès d’un inconnu ne restera qu’une nuit auprès d’un inconnu. Je ne le fais plus parce que même s’il faut soigner ses stats en étant célibataire, les soigner avec de mauvais performeurs peut nuire à l’intégrité de mon vagin. Et puis, je me suis réveillée auprès d’un mec immonde après un blackout total il y a quatre mois donc depuis, je fais ceinture. Gollum ne rentrera plus jamais son précieux en moi. J’ai un mini-Gandalf qui patrouille en bas. » Je ris à ma remarque car dit à voix haute, la chose est réellement ridicule. « Et j’en ai marre qu’un mec prenne mon clitoris pour une nintendo Switch. Déjà, il faudrait annoncer que les préliminaires c’est useless et mal faits, ça fait mal. » Je grimaçai avant de frissonner. J’avais encore les souvenirs de cette maudite nuit où j’ai dû m’asseoir sur un sac de glace pendant deux heures. Mon vagin n’était plus qu’un carpaccio mais je ne suis pas un champ de maïs qu’on peut labourer. Du moins pas sans mon consentement. On en vient à parler nourriture. Une pizza aux anchois ? C’est comme les câpres. Comment les gens pouvaient-ils manger cette horreur ? Rien que d’en voir sur une pizza, j’avais envie de vomir. La vue de la viande ne me révoltait pas tant que ça parce que l’homme avait un régime omnivore et une poignée de personnes avaient choisi de se comporter comme des imbéciles et de ne manger que du quinoa. Au passage, le quinoa, c’est dégueulasse. Une fois en bas, je prends les deux pizzas en me rappelant que les morues allaient sans doute en vouloir une part. Avec Amalia qui venait vivre chez nous, nous aurions plus de pesos et je ne jugeai pas les professions d’autrui. Il faut des filles de joies pour que les hommes mariés se sentent utiles. « Je t’enverrai la facture, dis-je en riant. » Doucement, je vins me coller à lui. Ma peau est toujours aussi fraîche de ma brasse dans la piscine. Où Titus devait être encore. Je dépose mes lèvres sur sa joue alors que ma main caresse distraitement sa nuque. Je pourrais apprécier cette chaleur nouvelle. « Mon favori c’est Titanic. Il faut croire qu’on aime tous les deux des films où le héros meurt à la fin. » Je hausse un sourcil alors qu’il me parle de Raiponce. « Je suis presque certaine qu’ils se sont inspirés de Maximus pour faire le cheval mais désolée dans Raiponce mon personnage favori est Pascal. » Je roule des yeux alors qu’il me provoque. « Arrête de t’exciter de la sorte sinon je te force à regarder l’intégrale d’High School Musical avec moi qui chante à côté. » Je lui souris de toutes mes dents avant de me lever pour ouvrir le placard avec nos nombreux DVD. Chacune avait sa collecion et la rangeait à sa façon. Pour ma part, la mienne était mise par ordre alphabétique. Je vérifiai cependant que c’était le bon DVD et pas une version porno du film. Merci Phylis de m’avoir gâchée un rencard avant de le mettre dans le lecteur pour allumer home cinéma, télé et tout le bordel. Puis, je choppe une part de pizza vegan Pepperonni avant de m’enfoncer dans le canapé, coller à lui. « J’ai fantasmé sur Russell Crowe très longtemps. A croire que j’ai un faible pour un homme aussi chaud que l’iceberg qui a collé Leonardo au fond de l’eau et le transformant en nourriture pour poissons. » Je lui lançai une œillade équivoque avant de rire. Je n’aurai jamais pensé me prendre de sympathie pour un blond. Mais il faut bien une exception à toutes règles.




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 218 - Points : 1031
Âge : 35 ans
Métier : Inspecteur de Police
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Mar 9 Juil 2019 - 15:27 )
Il ignorait si elle le charmait où si elle s'amusait simplement, mais cela n'était pas déplaisant. Du moins pourvu qu'on y accorde un semblant d'importance. Car en vérité il avait déjà été la proie de ces dames ces dernières années, mais en vérité, avec sa gueule aussi fermé qu'un bloc de béton et sa répartie assassine de temps à autres, aucune n'avait trouvé l'espoir et l'envie de continuer. Avec Jacynthe, les choses se déroulaient autrement. Peut-être parce qu'il le voulait bien, mais aussi parce qu'il sentait chez elle une force motrice hors du commun, un entêtement digne des plus grandes casses-couilles et un charme - ce qu'il fallait bien reconnaître - qui ne le laissait pas indifférent. La petite journaliste, cousine d'une inspectrice était en fait loin du cliché qu'il avait pu se faire. Certes elle jouait de son charme, mais elle avait révélé une personnalité qui restait sensible et fragilisée, la faute à la perte d'une amie chère. Ce n'est pas qu'il trouvait cela attendrissant, mais plutôt inattendue, car qui aurait pu croire que du haut de ses trois pommes et caché par son caractère de chieuse - d'après certains - se cachait en vérité une jeune femme dont on avait arraché une partie du coeur? En plus d'une répartie et de références dont il ne se lassait pas, elle savait jouer avec les mots, une qualité rare qu'il savait apprécier à sa juste valeur. La preuve lorsqu'elle répondit au fait qu'il n'était pas très porté sur les légumes verts: Il devrait essayer, c'était bon pour la santé.
- La viande est elle aussi nécessaire au corps humain d'après les diététiciens. Du moins faut-il en consommer avec modération. Une petite réplique bien envoyée pour la végétarienne - ou Vegan? Pitié pas Vegan - qu'elle était. Mais visiblement simba mangeait des légumes. Ah bon? Des insectes oui. Mais pas des légumes. On ne doit pas avoir la même version du roi lion toi et moi... Lâcha-t-il alors se demandant réellement si il n'avait pas loupé un truc. Ce qui revient à ce que j'ai dit: La viande est nécessaire. La gazelle ça se mange non? Fit-il alors qu'il ne put retenir un grand rire. Il délirait complet, et cela ne lui était pas arrivé depuis un petit moment maintenant. En fait, ils jouaient. Tous les deux. Ils se cherchaient, s'envoyaient les répliques les unes après les autres. Et dieu seul savait comment cela allait se terminer.

Lorsqu'elle lui annonça que ses colocs étaient bien meilleures qu'elles pour se faire un bon coup les soirs où elles sortaient, il ne put s'empêcher de prendre légèrement la défense de la brune. Il ignorait pourquoi il le faisait, peut-être parce qu'elle se sous-estimer plus que ce qu'elle aurait dû. Elle avait du charme, elle était intelligente, et c'était bien sûr le genre de femmes dont le physique devait attirer plusieurs hommes à ses pieds. Et pourtant, mademoiselle avait opté pour une certaine "chasteté". C'était son choix. L'explication qu'elle donna le fit sourire. Malgré tout ce qu'elle pouvait faire pour laisser penser qu'elle était le genre de femmes qui aimait bien le sexe, et mettre des hommes dans son lit, elle s'était tout de même rendu compte qu'un coup d'un soir restait ce qu'il était: Une nuit avec un inconnu, certes une nuit qui pouvait être agréable, mais avec un inconnu. Comme si elle avait arrêter parce qu'elle désirait autre chose. Etait-ce le cas? Là aussi, l'explication ne mit guère de temps à venir alors qu'ils arrivaient en bas. Elle avait tout simplement vécu une mauvaise expérience après une soirée sans doute trop arrosée, et la comparaison avec le seigneur des anneaux l'amusa beaucoup.
- Très belle référence, fit-il pour montrer qu'il avait bien saisi alors qu'elle riait de sa propre répartie. Elle avait un avis sur tout. La preuve: Les préliminaires. Bah oui parlons-en. "Useless". "ça fait mal". Visiblement, elle n'avait pas aimé les derniers en dates. Il eut un sourire et se contenta de répondre. C'est parce qu'ils ne savent pas s'y prendre, voilà tout. La nitendo Switch c'est Useless. Le mieux c'est la Xbox. Ajouta-t-il taquin.

Et voilà qu'elle en arrivait à la pizza. Madame avait fait un effort, notez-le, elle avait acheté une pizza à la viande, mais bien sûr, il lui était redevable, faut pas déconnez non plus. Elle le confirma lorsqu'elle déclara qu'elle lui enverrait la facture.
- Trop aimable. Se contenta-t-il de dire alors que déjà elle se collait à lui, sa peau encore fraîche depuis sa dernière brasse. En plus de la petite attention qu'elle avait eu pour la pizza, voilà qu'elle déposait ses lèvres sur sa joue, et il sentit la main de la brune lui caresser la nuque. Le contact, loin de le crisper, eut le don de soudainement le détendre. C'est comme si toute la tension qu'il accumulait sur ses épaules depuis des années venaient de disparaître, comme si elle avait trouvé le bouton qui lui permettait d'arrêter de penser à tout cela et qu'elle avait appuyé sur "off". Il ne pensait plus à rien si ce n'était à la soirée qui se présentait devant lui. La petite réflexion qu'elle apporta sur les films le fit sourire et il tourna son visage vers celui de la brune pour planter son regard dans le sien.
- C'est peut-être parce qu'on connait pas le "happy ending". Fit-il dans un sourire un peu triste. Mais il ne voulut pas s'attarder sur ce moment et enchaîna directement. Ou parce que les réalisateurs ont jamais pensé que Rose était une connasse qui avait jamais voulu faire la place à Leonardo sur la planche. Et que Russell aurait pu survivre si seulement elle l'autre idiote avait appelé un médecin plutôt que de lui parler de tout un tas de conneries. C'était le genre de discours d'un type qui aurait bien aimé que la fin se déroule autrement... Mais qui reconnaissait volontiers que la fin était de toute manière, la plus belle qu'ils aient pu faire pour les deux films qu'ils avaient là. Quand à Raiponce, elle était sûre qu'ils s'étaient inspiré de Maximus pour faire le cheval. Sans doute. Reste que son perso préféré est le caméléon. Non, moi j'adore le p'tit Flint! Fait-il alors. Charmant, mignon et vraiment doué. Elle finit par le calmer alors qu'il la bouge un peu pour qu'elle mette le film: Si il continue, elle le force à regarder High school musical avec elle qui chante. Il fait mine de regarder par la fenêtre et se cale à nouveau dans la canapé. Non merci, je tiens à garder le beau temps dans le coin. Fait-il finalement en riant alors qu'elle se lève pour aller mettre le dvd. Elle allume la télé et finit par venir se rasseoir, se collant encore à lui. Malgré sa peau encore fraîche, la chaleur de son corps contre le sien lui offre une sensation oubliée depuis longtemps, mais dont sa mémoire se souvient. Alors qu'ils commencent à manger et que le film démarre, il ose finalement demander.
- Tu fais souvent ce genre de soirées avec un mec? Histoire de savoir si c'est normal ou si il apporte une touche un peu exceptionnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Mer 10 Juil 2019 - 14:03 )
Ok donc c’est qu’il me chauffe le jeune homme. Comment peut-on être passer à la soirée « je t’envoie bouler beau gosse » à finalement, « je joue avec mes cheveux comme une gogole pour t’amener dans mes filets » ? Je ne chercherai pas mais je pense que ce jeune homme, j’allais le garder près de moi. même s’il a une couleur de cheveux étranges et des yeux qui ont l’air d’inspecter jusque les tréfonds de mon âme. Dommage que je n’en ai pas. Comme la culotte, c’est optionnel d’avoir une âme. « Je pourrais faire une entorse à mon régime. » De vegaconnasse. J’assume d’être une connasse et d’être végane donc autant allier les deux. Tout comme j’aimais faire du charme aux entrepreneurs pour avoir une ristourne sur mes factures. Mais à quoi pourrait me servir ce corps de rêve ?  Je lui souris de toutes mes dents avant de caresser doucement sa joue du bout des doigts. « Non, je ne pense pas. » J’avais susurré ses mots pour battre des cils comme une biche. Ok, j’en fais trop. « Mais faut être certain de pouvoir l’attraper. » Qu’est-ce que je pouvais être débile parfois. J’avance donc pour aller jusqu’au salon tandis que je ne pouvais pas parler de Mini-Gandalf au passage. Certes, je devais m’être bien ridiculisée devant lui mais dans le fond, who cares ? Soit, il allait être charmé par mon déhanché et ma répartie. Mais comme il avait avancé que je n’étais pas son genre. Aie. Je me tournai vers lui pour incliner la tête sur le côté. « Et toi, tu manies parfaitement bien la manette de Xbox je suppose ? » Pour plus de précisions : je parle bien de masturbation. Ceux qui se vantent d’être des bons coups au lit sont souvent ceux qui se touchent le plus. dans le noir. Devant du porno. En mangeant des ailes de poulet de chez KFC. Certes, je ne dirai pas qu’il faisait quelques écarts. Vu son corps. Suis-je actuellement en train de baver ? Oui. Je vins m’asseoir pour lui lancer un clin d’œil. Avant de m’approcher de lui pour venir lui passer une main dans le cou, les lèvres sur sa joue et murmurer quelques mots à son oreille. « c’est peut-être parce que nous ne les connaissons pas encore ces happy ending à la con ? » Je ne croyais pas en ce genre de choses. Mettre le mot fin sur une histoire ou sur une vie ? Tout est en construction, en perpétuel mouvement et il ne faut jamais prendre quelque chose ou quelqu’un pour acquis. « C’est Jack qui dit à Rose de monter sur la planche et qui a choisi de rester dans l’eau, notai-je en prenant la défense de cette pauvre demoiselle en détresse, et dans Gladiator j’avoue qu’elle est conne mais bon il avait décidé de mourir pour rejoindre femme et enfant. » Tout ça à cause de celui qui portait le nom d’un meuble. On n’aurait pas idée de s’appeler Commode quand même. quel nom stupide. Déjà qu’il partait avec un désavantage certain à cause de son bec de lièvre. « Mignon ? Serait-ce ton côté gay qui parlerait Alexandre Le Grand ? » Je me penche un peu avant de mettre le film pour hausser un sourcil alors qu’il stipule l’inexistence de ma voix d’opéra. « Je chante très bien pour ta gouverne. » Je colle le DVD avant de lancer le film pour commencer à manger. Sa question ne me surprend pas mais je noterai une pointe de jalousie dans sa voix. Avant de répondre, je prends une gorgée de bière puis je m’essuie les mains avec lenteur avant de poser mes doigts propres sur son bras. Volontairement, je plonge mon regard dans le sien pour l’accrocher au maximum. « Tu veux dire : est-ce que je sors souvent dans les bars, doucement ma main remonte le long de son avant-bras, pour rencontrer des flics aussi chaleureux que le Terminator, je parvins jusqu’à son biceps, pour finalement lui accorder le droit de venir chez moi afin de regarder mes dossiers les plus intimes ? » J’ajuste ma position avant de rapprocher doucement mes doigts de son visage pour caresser sa joue et les plonger dans ses cheveux. « Ensuite, me mettre à pleurer comme une madeleine, lui confier un secret intime et échouer devant un film violent pour flirter de manière grotesque avec lui ? » Je me penche pour venir effleurer ses lèvres avant de parvenir à son oreille. « La réponse est non. » Je laisse ma bouche courir le long de l’arête de sa mâchoire avant de plonger à nouveau dans son regard bleuté. Mes lèvres retrouvent les siennes sans véritablement s’y attarder. Puis, je décide de rompre la magie avant de sourire et de me remettre en position initiale pour voir que Marc-Aurèle discutait avec Maximus. « Et si ta question concernait faire une soirée films, bières avec des mecs lambda ? Non. Je ne le fais qu’avec Elio mais il est gay. T’es le seul mec hétéro qui est à mes côtés. Sans m’avoir arrachée ma culotte au bout de dix minutes. » J’attrapai ma bouteille avant d’étendre mes jambes sur les siennes avant de le regarder, un sourire taquin collé sur mes lèvres. « Suis-je bête, je n’en porte pas. »




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 218 - Points : 1031
Âge : 35 ans
Métier : Inspecteur de Police
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Mer 10 Juil 2019 - 18:08 )
Elle était prête à faire une entorse à son régime. Tiens, une première vraie bonne nouvelle, non ? Mais depuis quand s'en souciait-il ? Depuis quand se souciait-il qu'elle fasse une entorse à son régime ? Elle faisait bien ce qu'elle voulait non ? Si elle avait envie de laisser les autres bouffer KFC et qu'elle préférait de loin les superbes choux de Bruxelles en promo chez Lidl, grand bien lui fasse, non ? Et pourtant, ils jouaient au jeu du chat et de la souris. Ils se cherchaient. Et Alexandre ne se demandait pas pourquoi il jouait à ce jeu-là. D'habitude, il ne rentrait pas dans un tel jeu, mais là… C'était différent ? Pourquoi ? Parce qu'elle avait un joli petit minois et une belle paire de fesses ? Non. Enfin si aussi. Mais non. Cela était si simple de répondre : Parce qu'elle est différente. Mais c'était pourtant la réponse. Jacynthe n'était pas réellement comme on le lui avait décrit. Certes, elle avait ce côté provocateur, la preuve avec la répartie qu'elle lui lança : Encore fallait-il attraper la gazelle. Oui, elle n'était pas dérangé avec tout ce qui touchait au sexe, mais d'un autre côté, il découvrait que madame surveillait ses fréquentations : Ce n'était pas open bar… Contrairement à ce qu'on lui avait plus ou moins dit. Mais d'un autre côté, Jacynthe était loin d'être mauvaise, sans cesse tourner vers obscénité et le profit. Elle avait accepté de lui livrer des dossiers dont il n'ignorait pas la valeur, et il était clair que certains journalistes n'aurait pas hésité à l'envoyer boulé. Le dernier en date avait eu la malheureuse idée de lui balancer « Retourne donc enfoncer des voitures dans le Colisée, cela consolidera peut-être le monument. » Le pauvre. La gueule d'ange du journaliste se souviendrait pendant un moment de l'énorme coup de poing que le flic lui avait envoyé. Moment peu glorieux il fallait bien l'admettre, surtout quand deux de ses collègues était apparu pour mettre fin à la bagarre. Et il ne fallait pas mentionner l'entrevue finale avec Monsieur le commissaire et le formidable pétage de câbles auquel Alexandre avait assisté. Un vrai spectacle digne d'un film de Tarentino. Sauf que c'était pas un film. Elle, au contraire, avait joué les difficiles avant de finalement lui offrir un accès quasiment illimité à ses données. Il le savait et au fond de lui, il lui était reconnaissant. Alors oui, se prêter au jeu avec ce petit bout de femme qui joue les durs, c'est plaisant.
- Cela dépend du jeu auquel je joue. Lâcha-t-il finalement concernant son talent avec la manette de Xbox alors qu'il avait très bien compris le sous-entendu. Depuis la perte de sa femme, Alexandre n'avait pas vraiment eu envie de retenter une expérience, malgré l'encouragement de certains, et le sexe n'était pas dans ses priorités. Son boulot, le Whisky et les cigares formaient le triangle parfait à son sens. Il n'avait pas eu besoin d'y ajouter autre chose. Il n'en ressentait pas le besoin. Pourtant, devant les petites attentions de la brune, il était incapable de dire si les choses avaient changé, si il voulait plus, ou si ce n'était que le temps d'une foutue soirée. Les mots de Jacynthe prononcés à son oreille éveillèrent cependant sa curiosité. Le happy ending, en réalité, ce n'est que pour les histoires. Comment avoir un happy ending alors qu'il te reste minimum trente ans à vivre, si ce n'est plus – dans le cas où tu n'as pas d'accident ou de maladies mortel avant bien sûr – et que tu as encore le temps de vivre des tas de trucs ? Alexandre l'avait trouvé ce happy ending. Il y avait goûté. On le lui avait enlevé, volé, arraché. Il se contenta de répondre simplement :
- Ouais, ça doit être ça… Comme tu dis. Que rajouter d'autres ?

Et la voilà qui venait le reprendre, et prenait la défense de Rose. C'était la faute de Jack.
- Elle aurait pu lui intimer de monter sur la planche, merde ! Fit-il alors qu'elle enchaînait. Ouais bon, pour Maximus, elle n'avait pas tort. Mais quand même… Cette manie de le contredire. Et lorsqu'il eut le malheur de parler de Flint, ça y est, elle enchaîna. Elle ne le loupa pas et trouva là une occasion de placer une jolie petite pique.
- Pour ta gouverne je n'ai jamais essayé les mecs… Il planta son regard dans celui de la brune avant de prendre sa bière pour en boire deux gorgées. Et je ne suis pas attiré par les courbes masculines. Fit-il avant de lâcher dans un sourire. Alexandre le Grand… Si seulement… Fit-il en soufflant, laissant son regard dériver vers la télé, puis se perdre dans le salon. C'est ma mère qui a choisi mon prénom à la naissance. Lâcha-t-il alors, confiant cette petite anecdote à la brune. Mon père voulait m'appeler Brandon ou une connerie du genre. Mais comme ma mère était intransigeante, il a cédé. Il s'arrêta le temps de manger un morceau avant de reprendre. Elle aurait voulu que je fasse de grandes choses… Que mon nom soit gravé dans le marbre. Bah il l'était dans celui du Colisée avec en prime la plaque d'immatriculation d'une voiture de la police. Mais bon… Il semblerait que j'ai foiré deux trois trucs au passage. Il regarda la brune. Finalement, après la menace de la brune, elle ajouta qu'elle chantait bien. Laisse moi en juger par moi-même… En voyant qu'elle était capable de se mettre à chanter de suite, il l'arrêta. Le moment venu hein… Ne pressons pas les choses. Fit-il en riant alors qu'elle se levait pour lancer le film.

Puis, il se décida à lui demander si ce genre de soirées lui arrivait souvent. Non pas qu'il était jaloux, mais curieux. Elle faisait bien ce qu'elle voulait, et, même si il en doutait, elle avait peut-être un copain attitré ou au moins un sexfriend régulier. Après tout, il ne lui avait pas demandé, mais qui sait ? Bon, cela dit, quand il voyait le manège auquel elle se livrait depuis toute à l'heure. Finalement, elle répondit à sa question. Elle commença alors à laisser sa main remonter le long de son avant bras, lui demandant si il entendait par sa question qu'elle sortait souvent dans les bars, pour rencontrer des flics aussi chaleureux que Terminator, il ne put que sourire à sa remarque d'autant qu'il avait très bien compris qu'elle parlait de lui alors qu'elle laissait sa main s'égarer sur son biceps tandis qu'elle continuait, déroulant en fait en un bref résumé, leur rencontre et son déroulement jusqu'à maintenant. Sa main glissa sur son visage, dans ses cheveux, il la laissa faire, hypnotisé par son regard, buvant ses paroles comme un enfant qui a soif d'apprendre comment les jouets du père Noël sont fabriqués.
- Film violent… Film violent… Non, réaliste juste. Gromella-t-il lorsqu'elle qualifia Gladiator de film violent. Mais finalement, elle vint murmurer à son oreille la réponse : Non. Soudainement, le contact des lèvres de Jacynthe sur l’arête de sa mâchoire lui arrache un frisson alors qu'elle continue, sans se soucier de quelconques principes, allant jusqu'à ses lèvres pour y voler un baiser auquel il se surprend à répondre. Elle le rompt bien vite. Peut-être même trop vite à son goût alors que le film continue, et qu'il sent bien que ce baiser là n'avait rien d'un lot de consolation ou autre. Il était voulu. Désiré. Elle en avait envie. Il en a également envie maintenant. Elle vient juste de réveiller cette petite flamme qu'il croyait éteinte : L'envie. Il fallait qu'on la lui donne. Elle l'avait fait. Elle finit par répondre à une autre question, celle qui était en fait sa question de base, a savoir, si elle se livrait souvent à ce genres de soirées. Hormis un ami gay, elle souligne cet aspect là comme pour appuyer le fait qu'il n'avait rien à craindre de la concurrence, il est le seul. Le seul en tout cas qui se tenait à ses côtés depuis plus de dix minutes sans l'avoir dénudé. Il eut un petit sourire. Elle étendit alors, malicieuse, ses jambes sur les siennes, avant de boire quelques gorgées de bière, là, elle ajouta ensuite, plus provocante que jamais, qu'elle ne portait pas de culotte. Il planta son regard dans le sien, tentant d'y déchiffrer le petit jeu auquel elle jouait. Mais la seule réponse qu'il obtint fût la sienne : Elle lui plaisait. Son visage d'ange, ses baisers rapides et légers… Elle l'allumait depuis toute à l'heure. Alors que Maximus livrait combat contre les prétoriens plutôt que de se voir mourir à cause d'un coup de glaive dans le cou, Alexandre posa sa main sur la jambe de la brune. Il ne se montra pas violent, laissa ses doigts glisser sur le peau lisse et parfaite de la brune. Caressant son mollet, il remonta sur sa cuisse alors qu'il se penchait vers elle, tandis que sa main suivait la galbe de ses jambes. Il ne savait pas si il devait dire quelque chose ou non.
- Quel dommage qu'il soit gay… Fit-il alors dans un sourire en faisant référence au seul homme qui semblait partager quelques soirées avec la belle. Alexandre se pencha vers les lèvres de Jacynthe, et sans demander une quelconque autorisation, il l'embrassa. Mais contrairement à elle, il laissa le baiser se prolonger, il goûta à ses lèvres tendrement alors qu'il laissait sa main remonter sur la jambe de la brune avant de venir caresser sa hanche tandis que son autre main venait caresser du bout des doigts le visage de celle qui ne cessait de lui faire du charme depuis le début. Il ne rompit pas le contact. Pas maintenant. Et si elle ne désirait pas ce contact, elle le lui ferait savoir d'une bonne claque, il n'en doutait pas… Mais au fond, il s'en doutait : Elle en avait envie autant que lui. Il s'arrêta finalement, les laissant respirer avant de finalement cesser ses caresses, comme gêné par la situation.
- Hem... Je... Je suis désolé. Ouais, il pouvait l'être. Enfin je sais pas ce qui... La phrase tout droit sorti d'un film allait sortir. Il ne fallait pas qu'il s'arrête en si bon chemin. Je sais pas ce qui m'a pris. Et bien voilà. Quand il voulait, il pouvait faire du cinéma. Bien sûr qu'il savait ce qu'il lui avait pris, bien sûr qu'il pouvait se justifier. D'ailleurs cela ne tarda pas, et devant le regard de la brune, il finit par répondre. Okay, ça va, j'avoue... Je sais ce qui m'a pris. Il s'arrêta. Il faut croire que Ken le surfeur est pas juste attiré par les poupées blondes.
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Mer 10 Juil 2019 - 18:55 )
« Tant que ce n’est pas Fortnite ». Le jeu qui faisait un carton auprès de tout le monde. L’autre jour, Phylis a ramené une piñata avant de se rendre compte que c’était une connerie sortie de ce jeu débile. Et dire qu’on m’avait demandée de faire un reportage sur un gamin qui avait explosé le record là-dessus. J’en avais encore des nausées. Le jour où j’aurai un enfant -ça sera la fin du monde- il ne jouera qu’à Pokémon et à Mario. Les jeux abrutissants comme Fortnite ou Minecraft. Non merci. Je me retrouve assise sur le canapé, en kimono-nuisette ma tête posée sur son épaule en lui faisant quelques caresses pour qu’il se détende. Cette soirée prenait une tournure intéressante. Je ne faisais jamais de papouilles aux hommes. je me contentai de quelques préliminaires et après, je leur demandai gentiment de partir. Mais l’approche de la trentaine et un sac de glaçons plus tard, j’étais prête à essayer de les regarder dans les yeux et ne plus admirer leur pénis. Quoi ? Les hommes regardent nos seins et nos fesses et nous ne pouvons pas admirer le galbe masculin ? Non merci. « ça viendra. » Je me hasardai à le regarder. Les pièces du puzzle s’emboitèrent petit à petit. Son regard triste, sa détresse lors de la découverte du dossier, son insistance et ce côté aussi glacial qu’une banquise : la fiancée ou la femme décédée pendant les attentats. Ce n’était pas un enfant. Mais plutôt une peine amoureuse. J’aurai pu faire une très bonne flic. « T’es un type bien donc je pense que ça viendra. Evite de finir comme Maximus. » Je continuai de caresser distraitement sa nuque pour le sentir se détendre. Donc, il appréciait les caresses dans le cou. Point sensible à noter dans un coin de ma tête. « C’est vrai mais que veux-tu, nous autres femelles sommes très superficielles et ne partageons pas. Mais promis, si on se retrouve dans un océan glacé, tu pourras grimper sur la planche. Et peut-être pas uniquement sur elle. » Je lui glisse un clin d’œil. Lasse de défendre Rose. C’est vrai qu’elle nous a bien fait pleurer cette connasse. « J’ai eu des doutes quand j’étais plus jeune. Après une expérience à la fac, je me suis rendue compte que j’aimais les hommes. » Je l’écoutai me parler de l’origine de son prénom. Ainsi, il avait été choisi par sa mère. Je prenais toute information le concernant parce qu’il était secret et se livrait peu. « T’es encore jeune, t’as le temps de laisser ton nom dans l’Histoire. » Je le rassurai comme je pouvais. Me faisant étonnamment douce pour un court instant. Ma main se posa sur la sienne et je lui souris. « Je porte le prénom de ma grand-mère. Une vieille bigotte qui rêve que je me marie et que je ponde un ou deux héritiers. Mon père n’a pas eu son mot à dire, il est mort trois semaines avant ma naissance. » Je soupirai avant de continuer à caresser sa main. « Mais ça va. Ce qu’on n’a pas connu ne peut pas nous manquer, n’est-ce pas ? » J’eus un petit sourire avant de me lever pour aller mettre le DVD avant de me tourner vers lui. « Je chante souvent au karaoké et aussi, après deux ou trois mojitos. » Je partis en éclats de rire avant de revenir m’asseoir vers lui. Je n’aime pas la bière. Mais j’allais m’en contenter. « Je te prends au mot, Brandon. » Bon ok, cessons les blagues. Si ça se trouve Papa Lecomte est mort ou s’est barré avec sa secrétaire laissant bébé Lecomte seul avec maman. Ça serait malvenu et pourrait le rendre d’humeur morose. Sa question ne me surprend pas. savoir si je ramenai beaucoup d’hommes à Aya Aya pour regarder des films, boire de la bière, manger de la pizza et ainsi faire du gras pour l’hiver. « C’est un peu violent quand même, murmurai-je. » Je caressai distraitement son visage pour rapprocher le mien. La tension était palpable. Je pouvais sentir la chaleur irradier de nos deux corps mais je ne cèderai pas à l’appel des sirènes phalliques. Je ne coucherai pas avec Alexandre ce soir. Peut-être faire tout le reste mais pas coucher ? Mini-Gandalf avait déjà sorti son bâton et s’apprêtait à lui dire « VOUS NE PASSEREZ PAS. » Je vins effleurer ses lèvres alors qu’il me rendit mon baiser. Ok, mon cœur s’emballe un peu plus et je sens une chaleur nouvelle prendre possession de mon corps. Couché, vagin ! Lorsqu’il pose sa main -énorme- sur ma jambe, je sens une décharge éléctrique et je remercie le seigneur de tenir une bière fraiche dans ma main. Ça me permet de m’ancrer dans ce monde de tentation. « Hm. » Ressaisis-toi Jaja. Ne te laisse pas avoir par un salaud de mec qui va te jeter dès le lendemain. « Dois-je préciser, murmurai-je d’une voix plus rauque, qu’il est devenu gay après avoir couché avec moi ? » Allez Alexandre, stoppe-toi là avant que…
Et merde.
Ses lèvres vinrent trouver les miennes et je lui rendis son baiser… au centuple. Ma main se perdit dans ses cheveux alors que je collai un peu plus mon corps contre le sien. Mon cerveau se déconnecta pendant quelques secondes. Et je restai un peu hagarde avant d’écouter ses excuses. Hein ? Oh non ! J’ai rendu un autre mec gay. J’ai rendu Ken gay. Mine de rien ça coule sous le sens mais… FOCUS JAJA ET ÉCOUTE. Ne me dites pas que je suis la première depuis sa fiancée/femme. Je me sentirai trop mal. « Barbie est une connasse et elle ne mérite pas Ken. » Bon au diable ce film. Maximus est en train d’envoyer bouler Commode. Décidément ce prénom fait perdre tout ce crédit au film. Je me colle à califourchon sur lui pour passer mes mains autour de sa nuque et prendre une profonde inspiration. « Heu… » Ok, c’est à mon tour d’être gênée. Bon, soit je la joue franche, soit je reste en retrait. « Je t’apprécie. » Bon on va se la jouer franche alors. « Et, je ne sais pas si je suis la… » Ta gueule, Martinelli. « Bref, je ne sais pas si je suis la première depuis Barbie mais ça faisait très longtemps que je n’avais pas été attirée par un homme autre que sexuellement. » Bon, il fallait vraiment que je ferme ma tronche. « Donc, tu peux m’embrasser comme tu viens de le faire aussi souvent que tu peux ou me peloter la cuisse de la manière que tu veux, le balrog que t’a dans le caleçon ne passera pas Mini-Gandalf. » Je me penchai pour venir l’embrasser de manière un peu plus… bref à la Jaja quoi. Ma main toujours dans ses cheveux. « Du moins pas ce soir, murmurai-je contre ses lèvres. » Doucement, je vins enrouler mes bras autour de sa nuque pour venir coller mon visage dans son cou. Quelque chose me disait que ce géant blond avait besoin d’un peu de douceur et que moi aussi. Et puis, j’avais froid.




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 218 - Points : 1031
Âge : 35 ans
Métier : Inspecteur de Police
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Ven 12 Juil 2019 - 15:59 )
La jolie brune lui arracha un sourire. Tant que ça n'était pas Fortnite. L'allusion par rapport au jeu vidéo l'amusa fortement. Il n'était pas fan de jeux vidéos, et encore moins de fortnite, mais il connaissait le jeu de nom, pour l'avoir entendu au détour d'un couloir dans une conversation que tenait certains de ses collègues de travail, plus gamers que lui. Pour lui, il n'avait ni le temps, ni l'envie de jouer à ce genre de jeu. Les seuls jeux qui l'intéressaient - et encore il n'y jouait plus depuis un moment - étaient les jeux de Foot comme Fifa ou alors les jeux de voitures. Un garçon dans toute sa splendeur me direz-vous, et c'était vrai. Alexandre ne cachait pas qu'il était - dans ce domaine du moins - le gars de base, simple. Mais dans tout cela, elle argua qu'un jour ils finiraient par connaître ce happy ending. Il lui adressa un maigre sourire, amusé en réalité. L'espoir ne faisait-il pas vivre? Chaque jour le monde allait plus mal et les drames s'enchaînaient, mais elle voulait croire qu'un jour ils pourrait peut-être toucher du doigt un peu de bonheur. Quel euphémisme. Elle sembla deviner sa pensée et crut bon d'ajouter une justification. Parce qu'il était bon, il y aurait droit. Malheureusement, la question n'était pas toujours d'être bon ou mauvais. Parfois tout cela dépendait... D'un coup de chance? De la bonne fée? Allez savoir! Cependant il était clair que le dernier conseil était de toute manière le meilleur: Eviter de crever semblait une bonne option si on voulait essayer un jour de goûter au bonheur. C'était pas bête du moins.
La conversation finit par s'orienter sur un problème: La fin un peu idiote de deux héros quasiment géniaux dont on ne se remettait pas. Il sourit lorsqu'elle ajouta que les filles étaient un peu superficielles - Ne devait-on pas y ajouter "stupide"? - Peut-être, en tous les cas... Elle lui fit la promesse que si cela devait leur arriver, elle promettait de lui faire une place sur la planche... Et bien sûr, Jacynthe rajouta évidemment une part d'elle-même: Il pourrait monter sur la planche et pas seulement. Il ne put s'empêcher de rire malgré tout. Bien sûr, le malheureux commentaire sur Flint lui valut de la part de la brune la suspicion qu'il ait des penchants pour les hommes, mais qu'elle se rassure à ce niveau, les hommes ne l'attiraient pas. Elle en revanche s'était déjà posé la question, mais comme elle le lui raconta, cela l'abandonna une fois une aventure terminée à la Fac. La Fac... Le lieu de bien des rencontres et de bien des réponses. Elle avait trouvé quelques unes des siennes donc.

Alors qu'il lui raconta le comment du pourquoi il avait hérité de son prénom, elle l'écouta attentivement avant de lui dire qu'il avait encore le temps de marquer l'Histoire de son nom. Oui... C'est vrai. Mais ça il l'ignorait encore.
- Alexandre a marqué son temps à l'âge de vingt trois ans je crois. J'ai largement dépassé ce stade. Je suis moins bon il faut croire... Fit-il dans un brin d'humour alors qu'elle lui racontait comment elle avait hérité de son prénom. Il ne put s'empêcher, encore une fois, de rire légèrement. Lorsqu'elle lui expliqua qu'elle n'avait pas connu son père, mort avant sa naissance, il en fut attristé pour elle alors qu'elle ajouta bien vite, comme si elle voulait le rassurer, que ce qu'on a pas connu ne peut pas nous manquer.
- Dans le cas où cela ne nous est pas nécessaire à la limite. Mais quand tout le monde sort le week-end frapper le ballon avec son père, ou apprends à conduire avec son père et qu'on se retrouve dans une situation qui n'est pas celle-ci... On se rend compte qu'il nous manque quelque chose malgré tout. Il la regarda avant de reprendre. Peut-être qu'il ne t'a pas manqué dans un sens. Mais de là à ne jamais avoir regretté de ne pas l'avoir connu... J'ai un doute. Il s'arrêta avant de terminer. Quoi qu'il en soit, j'ignore ce que ça fait. Autant être honnête. Mais je peux affirmer avoir la chance d'avoir connu le contraire. Termina-t-il. Il le reconnaissait, certains avaient des vies plus compliqués, et visiblement, celle de la brune était bien plus complexe et plus sinueuse que ce qu'elle laissait entendre. Cacherait-elle, sous ses airs de butineuses d'hommes et de femmes fatales, une douleur plus profonde? Peut-être pas forcément lié à son père. Il se posa la question. Finalement, elle lança le film, non sans préciser qu'elle chantait au Karaoké ou dans ses moments où elle était légèrement... Bourrée. Elle maintient que Gladiator reste un film un peu violent tout de même, mais déjà ses derniers mots s'envolent dans son esprit. La jolie brune use encore de ses charmes sur lui, et la tension qui règne en cet instant n'est pas lourde. Mais il se décide à bouger à son tour. Il se décide à agir. Depuis le départ qu'elle l'allume, qu'elle le pique, il finit par répliquer. Et de sa réplique, la brune n'a pas le temps d'aligner son argument que déjà elle réponds à son baiser, se collant un peu plus contre lui, s'agrippant aussi à lui.

Sentir le corps de la belle contre le sien, les mains de la jeune femme qui se saisissent de ses cheveux ou de son visage alors que la sienne caresse le visage de la brune et que l'autre s'attarde à caresser sa jolie jambe. Loin d'être déplaisante, la situation a un goût des plus agréables, il se surprend à y trouver du plaisir, son esprit se libérant de tout poids, de toutes contraintes, pour se concentrer uniquement sur ses lèvres... Du moins jusqu'à ce que la sombre réalité le rattrape, que la gène s'installe et qu'il s'éloigne, rompant le contact. Elle l'écoute avant de répondre que Barbie est une connasse de toute manière. La répartie de la brune a le don de détendre l'atmosphère alors qu'elle vient se mettre à califourchon sur lui, enroulant ses bras autour de sa nuque. Cette fois-ci, c'est la petite journaliste qui semble perdre ses mots. Il détourne le regard lorsqu'elle lui fait comprendre qu'elle a bien compris que Ken avait perdu Barbie. Il voudrait lui en parler, mais rien que le fait d'y penser ravive la plaie béante qui se trouve au plus profond de son être et dont la douleur est si lancinante qu'il a peur de sombrer dans la nuit pour toujours. Il peut faire ce qu'il veut, mais elle ne coucherait pas avec lui, pas ce soir. Malgré tout, elle l'embrasse. Et il répond. Soudainement, c'était comme si le baiser qu'elle lui donnait était pour lui un second souffle, alors il s'accroche à ses lèvres qu'il goûte avant qu'elle ne rompe le baiser pour venir nicher sa tête dans son cou, ne le libérant pas de son étreinte. Finalement, il laisse ses mains caresser les hanches de la jeune femme et vient poser son menton sur sa tête, l'enserrant de ses bras puissant. C'était comme si il tenait une petite peluche qui avait le pouvoir de le rassurer en même temps qu'il voulait la protéger de tout danger.
- Je voudrais t'en parler. Lâcha-t-il alors, sans bouger d'un pouce, la gardant dans ses bras, appréciant de sentir son corps contre le sien. Mais j'y arrive pas. Pas maintenant. Il caressa les cheveux de Jacynthe, se rappelant les doux souvenirs des après-midi en compagnie de sa femme où ils profitaient, heureux, de ce genre de moments. Et... Ouais... Depuis Barbie il y en a pas eu d'autres. Il s'arrêta alors, caressant du bout des doigts le dos de la brune, sillonnant sa peau comme si il cherchait à graver dans son esprit chaque marque de son corps, la position de chaque muscle, de chacun de ses os. En fait j'y ai jamais mis du mien, je reste toujours froid, con, et j'ai pas envie d'aller plus loin. Donc c'est pas la faute des femmes... C'est moi qui suis trop... Il ne termina pas. Pourri? Détruit? Les femmes méritaient mieux non? Et elle alors? Jacynthe ne méritait-elle pas mieux? Peut-être. Sans aucun doute en fait. Mais sa présence lui faisait du bien. Merci. Murmura-t-il alors, tout simplement, ravi de ce contact si simple, et pourtant si agréable, si salvateur. Personne ne l'avait serré comme elle le faisait maintenant. Et il aimait cela. Il se sentait... Il se sentait quelqu'un, il avait la sensation d'exister à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Ven 12 Juil 2019 - 18:34 )
« Oui et il est mort à l’âge de 32 ans. Les gens entraient plus tôt dans l’histoire mais en sortait plus vite. » Il avait amplement le temps devant lui. Je lui souris avec bienveillance alors que je lui parlais de l’origine de mon prénom. Du fait que c’était celui de ma grand mère maternelle. Pendant les premières années de ma vie: elle fut celle qui m’a élevée. Puis ma mère a repris le dessus sur la dépression et s’est mise à m’éduquer. Religieusement. De la meilleure manière qui soit. Je restai silencieuse alors qu’Alexandre exposait les choses que l’on pouvait faire avec un père. Il ne m’avait jamais manqué. Ma mère avait rempli son rôle à la perfection. « j’ai jamais eu besoin de lui. Ma mère... elle a fait ça toute seule et s’en est bien sortie. » ma voix paraissait plus froide comme si je cherchai a mettre une certaine distance entre ce sujet et moi. J’avais vu un psy à l’adolescence donc je savais que j’avais un souci avec le père. Mais je ne l’admettrai jamais. Je décidai donc de changer de sujet alors que la situation dérapa à notre avantage. Mes lèvres contre les siennes. Sans me poser aucune question. Je pourrais sans doute coucher avec lui. En faire l’affaire d’une nuit mais notre joute verbale me plaisait trop. Je lui tendis son baiser. Comme si ma vie en dépendait pendant un court instant. J’avais compris au détour de la conversation, de son chagrin et de part son baiser qu’il n’avait pas connu ça depuis un moment. Sa manière affamée, la tristesse dans son regard, la culpabilité. Je n’avais pas eu de copain depuis longtemps. Depuis Rémi. Mais l’essentiel était d’apprendre à se connaître et de voir où tout pourrait nous mener. Je serrai un peu plus mon étreinte alors qu’il commença a parler. Et confirmer mes dires. Je n’osai relever la tête et restai silencieuse. Alors qu’il avait fini de parler, je redressai ma tête pour venir plonger mon regard dans le sien. Je pris une profonde inspiration avant de me décoller pour venir prendre le dossier qu’il m’avait rendu. Lorsque je l’ouvris. Je tombai sur une photo de moi avec le visage ravagé. « Nous avons tous les deux... » Je me mordillait la lèvre inférieure avant de le refermer. « j’ai moi-même pas eu d’intérêt pour quelqu’un depuis... des années. » Lentement, j’ouvris les pans de mon kimono pour le faire tomber au sol. «  je joue à la connasse sarcastique.. » Je fis un pas avant. « ... a la fille facile car c’est plus facile que de s’attacher. » C’est plus facile que d’avoir des sentiments pour quelqu’un. je revins me mettre sur ses genoux avant d’avoir un petit sourire. Je me penchai pour venir l’embrasser à nouveau mais de manière plus douce. « Tu m’en parleras en temps voulu. Et je te parlerai de... de lui après une bonne dose d’alcool et de quelques sourires de ta part. Sauf si tu préfères rester une statue jusqu’à la fin de la soirée. » J’osai un regard vers son membre inférieur avant de sourire plus librement. « Ça sera douloureux de rester tendu pendant encore deux heures. »




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 218 - Points : 1031
Âge : 35 ans
Métier : Inspecteur de Police
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Lun 15 Juil 2019 - 15:55 )
Et cultivé en plus. Lorsqu'elle lui donna l'âge auquel était mort Alexandre le grand, il en resta agréablement surpris. La jeune femme était cultivé et démontrait qu'elle n'était pas le genre de dindes qui se promenaient toute fière avec un physique de rêve. Non, elle en avait aussi dans la cervelle. Elle le démontrait sans cesse dans ses réparties, mais là, elle venait d'enfoncer encore plus le clou du "Je suis pas une conne". Alors qu'ils en venaient à parler de leur prénom, et finalement de leur famille, Jacinthe devint plus froide lorsqu'ils parlèrent de son père. Elle ne l'avait pas connu. Et le ton sur lequel elle lui répondit lui fit comprendre que le sujet était sensible. Il le nota dans un coin de sa tête histoire de ne pas refaire la même bêtise. Pour Jacinthe, sa mère avait très bien rempli son rôle, et elle n'avait pas vu de différence. Ils préférèrent tous les deux cesser d'en parler. Et finalement, Alexandre craqua pour la jolie brune. Leurs lèvres se rencontrèrent à nouveau, mais cette fois-ci pour un baiser plus passionnel alors que leurs corps ne demandaient qu'à se toucher un peu plus. Pourtant, bien vite, il fût ramené à la réalité. Il avait peur au fond. Peur de faire une bêtise. Peur de faire quelque chose qu'il n'avait pas à faire. Mais au fond, qu'est-ce qui était mal dans cela? Il ne s'était tout simplement pas remis de la perte de sa femme qui restait en lui comme un fantôme hantant les murs d'une vieille bâtisse. Le baiser lui rappelait des souvenirs inoubliables faits de douceurs, de soleil et de plaisir. Les caresses lui remémoraient le vent, la passion qu'il avait vécu. Il n'avait pas encore tourné la page, et il s'en rendait bien compte. Finalement, elle se leva après une profonde inspiration. Elle se saisit du dossier, et il la regarda faire. Elle avait perdu quelqu'un oui, elle le lui avait expliqué. Mais finalement, ce qui l'interpella la plus fût qu'elle lui avoua ne pas avoir eu d’intérêt pour quelqu'un depuis des années. Lorsqu'elle parlait d’intérêt, elle ne parlait sans doute pas d'un intérêt physique, voir sexuel, il s'en rendait bien compte. C'était peut-être un peu plus. Un mince espoir. Celui qui vous dit que vous avez fait plus que les derniers, que vous avez touché plus profond. Il ne releva pas. Alors quoi? Ils se plaisaient et c'est tout?

Lorsqu'elle commença à ouvrir les pans de son kimono, il resta d'abord sceptique, se demandant même à quoi elle jouait. Et finalement, elle le laissa tomber à terre, se dévoilant dans toute sa nudité. Elle avait un corps magnifique, mais ça, on avait dû lui répéter une dizaine de milliers de fois au moins. Ses jolies jambes, sa fine taille, son élégante poitrine, et surtout son visage d'ange. Alors qu'elle revint vers lui en admettant qu'elle jouait à la "connasse sarcastique", chose plus simple à faire que de s'attacher, il comprit qu'elle aussi devait peut-être avoir un peu peur d'aller au delà, de tourner la page. Elle revint sur lui et l'embrassa tendrement. Il apprécia tant qu'il ne se refusa pas à aller caresser ses hanches, à laisser ses mains courir la peau douce de la belle brune dont la seule marque bien visible était la cicatrice de sa blessure, récoltée en Syrie. Il lui rendit son baiser, tendrement, alors qu'elle déclara qu'il lui parlerait de sa femme... De sa vie d'avant... Une autre fois. Elle ferait de même... Après une bonne dose d'alcool et quelques sourires de sa part. Il lui adressa un grand sourire, ne put s'empêcher de rire par ailleurs lorsqu'elle lui fit remarquer que c'était une condition si il acceptait de ne pas rester une "statue" toute la soirée. Elle lui lança alors une remarque concernant son membre tendu - il fallait bien admettre qu'elle ne le laissait pas indifférent - et il répondit immédiatement.
- Si tu t'étais tenue un peu plus, j'aurais peut-être eut droit à un heure de difficulté au lieu de deux, tu ne penses pas? Fit-il taquin avant de venir caresser l'épaule de la brune. Bah au moins on est deux cons dans le domaine alors... La connasse sarcastique et le gars aussi froid qu'un mur de glace... On fait là une belle équipe, non? Finalement, il l'embrassa alors que ses mains redescendirent sur les jambes de la brune qu'il caressa à nouveau, allant même jusqu'à toucher ses fesses. Finalement, provocateur, il lança:
- Oui, je dois admettre que ça risque d'être difficile... Tu as une solution pour ce problème où il faut que je rejoigne Titus dans la piscine pour éviter d'avoir une déchirure musculaire?
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Lun 15 Juil 2019 - 18:25 )
Je ne savais pas si nous allions trop vite ou bien si le temps s’était figé. Mais nous étions dans une sorte de bulle qui n’emprisonnait qu’Alexandre et moi. Pendant un court laps de temps, je ne savais pas s’il s’agissait de son regard clair ou de son adorable minois, mais j’eus envie de me confier vis-à-vis de Rémi. De lui dire que si je ne m’étais laissée à aucune relation avec un homme, c’était parce que le dernier en date m’avait frappé si violemment qu’il avait réussi à déchirer mon âme en deux quitte à la faire disparaitre. C’est tellement plus simple de répondre aux hommes avec autodérision, avec un sarcasme non-déguisé pour les éconduire. Et pourtant, lui n’avait pas fui. Il était fièrement assis sur mon canapé, devant un film que nous regardions à peine. Avec des cartons de pizza et des bières. Tout en simplicité. Je n’avais pas eu à faire une coiffure sophistiquée, sortir ma robe la plus courte, mon maquillage le plus élaboré pour le séduire. Car je pouvais voir dans son regard avide qu’il parcourait les lignes de ce corps dont je n’avais pas honte. Ce corps qu’on avait brisé en mille morceaux, que je m’étais évertuée à réparer. Mais l’esprit était-il intact ? Je n’en avais aucune idée. je savais juste que nous étions tous les deux en lambeaux. Des pièces de tapis qui s’accorderont peut-être une fois rafistolés ? Qui sait ce que l’avenir nous réservera. J’eus un sourire alors que l’étoffe tombait le long de ce corps qui n’avait rien de naturel. Je faisais beaucoup de sport, je vivais un régime assez sain pour éviter de grossir. Je n’avais que ma poitrine qui pouvait me complexer, trop petite à mon goût. Puis, je pris de nouveau place sur ses jambes immenses avant de passer une main dans ses cheveux. Lentement, je me rapprochai de lui. de sa chaleur qui était entravée par ses vêtements. Je pourrais aisément céder s’il n’y avait pas eu l’envie de le revoir par la suite. de ne faire qu’une nuit sans conséquences. Mais j’avais envie de plus. Tout comme lui. Alors mes lèvres se posèrent avec une certaine douceur sur les siennes. Ce contact que j’avais oublié mais qui était grisant. J’en avais échangé des baisers. Celui-ci était chargé d’un tel magnétisme que si j’avais eu des vêtements, ils auraient pris feu. Ma jambe se perdit entre les siennes alors que je me rapprochai toujours un peu plus. Laissant échapper quelques remarques qui m’étaient propres avant de faire mon plus beau sourire face à son rire. Cette facilité de faire passer quelqu’un de la tristesse à la joie en un quart de seconde. Je pense que ce mec avait besoin qu’on prenne soin de lui tout autant qu’on le bouscule de temps à autre. « Sauf que tu apprendras une chose sur mon compte, Alexandre » J’avais susurré son prénom du bout des lèvres. Lui donnant une consonance des plus érotiques avant de caresser distraitement son visage. « Je ne sais pas me tenir. » Il ne m’avait jamais vu danser ou chanter sur un bar avec une foule de personnes autour de moi. Il ne m’avait jamais vu rembarrer ses collègues avec la fourche qui me servait de langue. Il ignorait ceci. Mais peut-être s’y piquerait-il ? « La glace, on peut la faire fondre. Tandis que le sarcasme est incurable. » Mes mains se firent plus entreprenantes, retirant un à un les boutons de cette chemise qui me gênait. Je voulais voir ce qui se cachait au-dessous de ce géant des glaces. « J’aurai bien quelques idées. Mais elles sont toutes un peu lubriques. » Mes doigts se firent joueurs. Le sourire toujours aux lèvres. Ces dernières se perdant dans son cou pour venir le mordiller comme déposer une multitude de baisers. « J’ai bien peur que tu ne puisses plus voir Gladiator de la même façon après cette soirée. » Mes mains devenues indépendantes de ma volonté, ma bouche suivant le contour de mes envies. Mes jambes toujours résolument fermées. Et cette chaleur qui enveloppait mon ventre et qui se faisait délicieuse. J’aurai pu capturer ce moment pour le faire mien pendant une éternité. Tant il était chargé d’érotisme, de sous-entendus et de promesses. « Peut-être serions-nous plus tranquilles dans ma chambre ? Je m’en voudrai que l’une des colocataires puisse admirer… » Je laissai mon regard se perdre sur son torse désormais à disposition de mon regard, chemise ouverte. « Ah non. ce n’est pas du jeu, rétorquai-je sur un ton faussement offensé, tu ressembles à un mannequin sorti d’une pub pour sous-vêtements alors qu’on peut clairement voir ma cellulite. » Je me mis debout pour le regarder de mon œil à la fois le plus envieux et le plus boudeur pour reprendre mon vêtement et le remettre sur mon corps qui désormais ne paraissait plus aussi beau. « C’est un crime d’avoir le corps aussi beau que le visage. Et arrête de faire ton sourire en coin parce que je sens que Mini-Gandalf va tomber dans le trou de la Moria et crever. » Je tapai du pied faussement indigné avant de me tourner vers lui avec mon air le plus enfantin. « Et si tu me croques tout entière ce soir, je doute que t’es envie de construire ton régime qu’à base de Jaja pour l’avenir. On dit que je ne suis pas très bonne pour la santé. » On remerciera ses collègues pour ça. Et je pense qu’ils avaient dû le mettre pleinement au courant de ma réputation de salope toxique. Bande d’enfoirés. Tout ça parce que j’ai refusé de les sucer.




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre LecomteLe vin est un puissant lubrifiant social
Alexandre Lecomte
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Chris Hemsworth
Messages : 218 - Points : 1031
Âge : 35 ans
Métier : Inspecteur de Police
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le Jeu 18 Juil 2019 - 15:08 )
Alexandre ne savait pas vraiment comment tout ces événements faisaient pour s'enchaîner. Alors qu'il croyait qu'elle allait le faire suer au plus haut point, il se demandait désormais si tout cela était un rêve, quelque chose qui n'était pas réel et qui d'un seul coup allait s’effondrer, comme un réveil brutal. Oui. C'était cela. Il allait se réveiller brutalement, parce qu'il s'était endormi sur son canapé, un dossier complexe ouvert sur la table du salon, un verre de whisky entamé posé non loin, un cigare éteint dans le cendrier. Pourtant, à chaque seconde qui passait, à chaque geste qu'elle faisait, tout semblait plus réel que jamais. Elle réveillait en lui des sentiments anciens, dont il ignorait qu'ils étaient toujours là. Elle alignaient d'autres qualités qu'il appréciait, mais surtout, elle semblait ne pas avoir froid aux yeux. La voilà qui se mettait à nue, littéralement, devant lui. Elle ne cachait rien de sa peine, de la douleur qui entravait son cœur, tout comme elle dévoilait sa cicatrice devant lui, sans aucune honte. Le corps de la petite brune était loin de lui déplaire. Il avait beau conserver encore des souvenirs anciens, et puissants, qui faisait qu'il restait fermé tout autre échange charnel, il n'en demeurait pas moins un homme qui avait des désirs. La vision qu'elle lui offrait n'était absolument pas déplaisante, et il se doutait qu'il faisait parti des rares privilégiés qui avaient la chance de la voir dans cette tenue. Le contact physique qu'ils échangeaient, loin de lui déplaire, ne le ramener pas seulement des années en arrière : Il lui faisait voir combien cela lui avait manqué. Il ne fallait pas se leurrer, Alexandre était un homme seul, sortant parfois avec quelques amis, il restait cependant le genre de gars résolument froid et fermé à tout contact avec les autres, dont la répartie assassine était loin de plaire à tous, quand bien même elle pouvait faire sourire. Alors qu'il la taquine en lui déclarant qu'elle aurait pu se tenir pour qu'il ait moins de temps à passer dans la difficulté, elle finit par venir susurrer son prénom, attirant son attention alors qu'il sent les doigts fins de la journaliste caresser son visage. « Je ne sais pas me tenir. » Voilà qui était dit. Il lâcha un sourire à Jacynthe avant de lui répondre.
- Je me doutais que tu ne savais pas te tenir… Vu ton caractère de feu. Oui. De feu. Et il ne changera pas d'avis sur le sujet. Et comme elle le dit si bien, la glace peut fondre. Le sarcasme est incurable lui. Le feu fait fondre la glace, il est vrai… Mais si derrière la glace se trouve un rocher, autant dire que la montagne ne fera que changer de couleur, virant du bleu glace au gris de la roche, mais elle restera là : Insurmontable. Alors qu'il sentit les mains de la brune venir déboutonner sa chemise, il laissa encore ses mains courir les hanches de la jeune femme, lui répondant :
- Je suis d'accord… Mais si la glace fond pour laisser place à un roc froid et dur… Inutile de dire qu'on a fait que retirer une première couche…

En tous les cas, lorsqu'il demande si elle a une idée pour réduire la difficulté, elle lui répond aussitôt. Des idées, elle en a. Mais bien sûr, toutes ont un penchant pour la luxure. Il n'en doute pas, venant d'elle alors qu'elle arbore un sourire joueur avant de se pencher pour venir mordiller la peau de son cou. Il la laisse faire, ne l'interrompant pas, se laissant aller au début d'un plaisir qu'il n'avait pas connu depuis longtemps, se laissant aller à de petites attentions qu'il refusait depuis bientôt quatre ans. Lorsqu'elle lui déclare, joueuse, qu'il ne verra plus Gladiator de la même façon après cette soirée, il sourit avant de répondre aussitôt :
- Avec toi, j'ai bien peur de ne plus voir beaucoup de choses de la même manière… Les journalistes par exemple. Dont il a en horreur, il faut bien le dire. Mais elle semble différente. Non. Elle ne le semble pas. Elle l'est. Son parcours le démontre. Alors que les mains de la brune continuent de jouer sur sa peau, celle de son torse que la chemise ne couvre plus. Elle propose alors, pour sa plus grande surprise à lui, d'aller dans sa chambre. Mais lorsqu'elle pose le regard sur son torse, elle semble soudainement vexée. Il sourit lorsqu'elle se compare à lui, se redressant pour se rhabiller.
- Allons, tu exagères un peu là… Fait-il lorsqu'elle parle de sa soit-disante « cellulite ». Il n'en revient pas. Elle n'a pas une once de graisse là. De quoi est-ce qu'elle parle ? Il a bien envie de lui expliquer, mais déjà, elle enchaîne, comme si elle était jalouse du corps du blond par rapport au sien qu'elle semble dévaloriser. Voilà qu'elle admets qu'elle pourrait craquer, et si elle ne le dit pas clairement, il comprend très clairement qu'elle pourrait céder dés ce soir, et visiblement, elle semble indigné de craquer la première. Elle lui arrache un sourire. En effet, il ne peut retenir ce sourire niais en voyant combien elle semble gêné devant ce Ken dont elle n'aurait sans doute pas misé un kopeck sur lui ce soir. Et voilà qu'elle se dévalorise encore, arguant qu'un régime à base de Jaja n'est pas très bon. Il secoue la tête et se redresse pour la rejoindre.
- Bon, tais-toi un peu… Fait-il en l'attirant à lui en la prenant par les épaules. Et regarde-moi un peu tête de mule. Fait-il en redressant du bout des doigts le menton de Jacynthe pour qu'elle le regarde. Je vois pas de cellulite chez toi là… Il laissa sa main dévier vers les fesses de la brune qu'il pince légèrement. Ouais, peut-être un peu ici. Fait-il joueur. Avant qu'elle ne réplique, il vient poser un doigt sur les lèvres de la brune et continue. Non, pour une fois tu te tais et tu te tiens le temps que je termine. Il souffle avant de reprendre. Toi tu te dévalorises… Et moi j'ai pas eu droit au régime Jaja pour savoir ce que c'est… Et je me fiche de ce que les autres disent… j'aime me forger mon propre avis… Cette fois, c'est lui qui laisse tomber sa chemise au sol, avant de la serrer dans ses bras pour l'embrasser encore. Il goûte à nouveau à ses lèvres, se faisant un plaisir d'aller chercher leur saveur, se donnant pour objectif d'en imprimer le goût dans son esprit. Finalement, lorsqu'il rompt ce baiser qu'il a sut apprécier, il finit par murmurer :
- Je suis prêt à épargner Mini-Gandalf ce soir… Il laisse alors remonter ses mains sur la poitrine de Jacynthe qu'il palpe légèrement, sans y aller de manière trop engagée, se laissant aller à caresser simplement la courbe de ses seins à travers le tissu de son kimono, osant finalement passer sous le tissu pour les prendre dans ses mains. Par contre je vais avoir du mal à me refuser certaines petites choses… Ou alors je crois que je vais vraiment rejoindre la piscine et dormir avec le chat pour éviter de mener un combat aux mines de la Moria. Termine-t-il taquin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
{Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise.  - Page 3 Empty
Sujet: Re: {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- {Hot} (Jalexandre) Méprise rime avec surprise. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant