Revenir en haut
Aller en bas


 

- Questionnement. (Matteo) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Las Cuevas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Declan O'Reilly10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Declan O'Reilly
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4363-ames-sensibles-s-abstenir http://www.ciao-vecchio.com/t4368-le-connard-de-service-a-votre-service#139421
Faceclaim : Vinnie Woolston © Schizophrenic (vava) / Meelan crackships (sandrine)
Messages : 749 - Points : 1329
Questionnement. (Matteo) Tumblr_plg57b0O2Y1rry1nko4_r1_250
Âge : 31 ans né le 17/02/1988 à Dublin
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Questionnement. (Matteo) Empty
Sujet: Questionnement. (Matteo) ( le Dim 23 Juin 2019 - 22:25 )
Taking refuge in the hatred of the past is not always the solution.
matteo & declan

Chercher la paix. Arriver à la garder. Ne plus se laisser emporter par la violence et la haine. Essayer de guérir pour pouvoir avancer. Ne plus faire payer les autres pour une faute qui ne leurs incombent pas. Cela reste un exercice compliqué pour moi. J'ai beau tourner et retourner dans ma tête les mots que Demetrio a dit. Certaines choses restent en travers de ma gorge et je ne sais pas comment les apaiser. Je sais que je ne réécrirais pas mon histoire et que dans la voie que j'ai choisi j'entache tous les jours mon avenir. Une lumière se présente à moi. Et je devrais songer à la saisir. Mais Meena est-elle bien la solution à toute ma haine ? A mes douleurs muettes ? A ce trou béant qui barde ma poitrine et qui se creuse jusqu'au plus profond de mon être. Je n'en sais rien. Je suis perdu. J'ai peur de faire des conneries. Et de devoir un jour en payer le prix.

Parler. Évacuer cette horreur par les mots. Je n'en ai pas la force. Les poings et ma colère sont bien plus facile à exprimer. Alors parfois j'erre comme une âme en peine dans les rues de Naples. Cherchant des réponses dans des coins paumés. Dans un verre d'alcool. Puis deux et je finis par plus compter. Je suis un chien sans collier qui a besoin d'un maitre. Mais l'idée de m'attacher et de souffrir encore m'insupporte. Pourquoi faut-il que je vive encore et encore ses actes abominables ? Des rêves incessants plus vraies que la réalité. Il suffit d'une odeur qui traine, d'un geste, et tout s'injecte en moi comme un venin mortel. Mes pas me guident et je finis par entrer dans ce bar discothèque. J'y suis déjà allé et parfois cela a failli dégénérer quand des mecs ont voulu me serrer de trop prés. A croire que j'ai une tête de suceur de bite ou bien de cul à enfiler. Bordel. Je n'aurais pas du entrer. Mais c'est fait et affalé au bar je commande mon verre de liquide doré, que je bois comme du petit lait. Il y a des odeurs de sueur, de parfum mélangé, de sexe aussi. Comme si c'était partouze dans les WC. Je devrais me tirer avant de vriller. Et de bruler mon feu rouge, alors que je sais que je viens de passer à l'orange. Mais je persiste et signe et je reste. Pauvre con. Je vais surement le regretter.

Et dans les secondes qui suivent mon regard accrochent le sien. Je le savais que j'aurais du prendre la tangente. Matteo est là de l'autre côté du bar à siroter son verre. Est ce qu'il m'a vu ? J'espère que non. Je pense que oui. Ce mec il met le bordel dans ma tête et ce depuis que j'ai appris qu'il était bi. Putain je l'aimais bien. Avant. Il aurait pu devenir mon pote. Pas le pote qu'on appelle juste quand on s'emmerde. Celui a qui on se confie. Celui qui est là quand tout va mal et que cela sent le brûlé. Mais il a fallu qui est un raté dans l'addition trop parfaite. A croire que l'amitié m'est interdite. Au final je ne mérite pas grand chose. Meena ferait bien de rester loin de moi. Et cela me fait chier de voir que tout mon passé me fait détester Matteo. Que je n'arrive pas à accepter qu'il aime se faire toucher par un mec. Et pas que toucher. Je devrais arrêter de réfléchir. Partir sans me retourner. Mais comme je le pensais il m'a vu et il vient en décochant un sourire comme si tout aller bien.  Comme si nos dernières rencontres avaient été aussi belles qu'un champ de fleur en été. « Salut Mat. Comme quoi Naples est petite. Je ne peux pas poser mes fesses dans un endroit sans voir ta gueule de beau gosse. » Ta gueule que j'ai déjà abimé. Ma voix est froide et distante. Une accolade. Putain mais pas envie de sentir ton corps heurter le mien. Même s'il ne pense pas à autre chose qu'à de l'amitié. Mais je lui donne son accolade, alors que l'envie de vomir tapisse ma gorge. Un verre de plus pour faire passer ce dégout qu'il éveille si violemment que je pourrais avoir le tournis. « Alors quoi de neuf à part envahir mon espace ? » Et le ton est donné. La rage pointe le bout de son nez. Salopard en action. Va pas falloir me faire chier.



drvgns. /
SWEET DISASTER & Nalex


Meena
The storm in my heart. the hurricane in my soul. the tsunami in my being. But I like these sensations.


Pour réchauffer Meena. Questionnement. (Matteo) 3203843487 Merci Sandrine. Questionnement. (Matteo) 3858275945 :
 
Revenir en haut Aller en bas
 
- Questionnement. (Matteo) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Las Cuevas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut