Revenir en haut
Aller en bas


 

- (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Dim 30 Juin 2019 - 2:49 )

depuis quand les poteaux ont des abdos ?
après winter is coming, c'est war is coming!
Coucou bande de nouilles ! Pourquoi est-ce que j’ai la chanson de Colonel Reyel dans la tête alors que mes yeux ne sont pas encore ouverts ? Et qui ronfle comme ça ? Mal au crâne, gros trou noir, je ne me souviens de rien. Alors qu’un de mes membres semble peser trente cinq kilos, je peine à rouler jusqu’à la sortie avant de décoller mes paupières. Constat : je ne suis pas chez moi. Ma langue est pâteuse si bien que j’ai l’impression d’avoir mâché un morceau de papier ou bouffer de la colle. Comme lors de mes années maternelle. Je soupire avant de me redresse. Crac, crac, la colonne vertébrale. J’inspecte les environs pour comprendre que je suis dans un appartement. Pas de chien pour venir me réveiller, pas de chat qui me jugeait. Non, personne à part l’énergumène qui ronfle. Je m’approche doucement de lui pour soulever le drap et inspecter. Est-ce un 9 ou un 3 ? Fesses flasques. Oh dear lord, je n’ai même pas envie d’aller jusqu’au bout. Je repose le drap avant de reculer sur la pointe des pieds et ma délicatesse légendaire pour m’en aller. Et c’est partie pour une nouvelle walk of shame. Je grimace en remettant mes talons. Forcément, je ne suis pas cette connasse de Cendrillon et mes pieds ont gonflé le lendemain. Clefs de voiture ? Absentes. Ah oui, ça me revient, j’ai encore dansé YMCA sur le bar la veille. Il faut que j’arrête les mélanges, tout le monde ne tient pas l’alcool. Et après le quatrième mojito, mes jambes font l’open bar. Je me regarde un instant dans le miroir de l’entrée avant de grimacer. On dirait un panda qui aurait la myxomatose. Des cheveux en bataille que je tente de discipliner en attendant le Uber avant de tirer sur ma jupe pour avoir l’air potable. Pour le maquillage, on repassera. Je monte dans la voiture avant d’indiquer mon adresse et refouler cette foutue nausée qui ne me quitte pas. Quelle bande de morues de ne pas m’avoir sortie de là. J’allais tuer mes colocataires. Et aussi avaler une aspirine. Je descends avant de voir qu’il y a une étrange agitation dans mon quartier aussi calme. « JAJA ! JAJA, me hurla la Syphilis dans les oreilles. » Je ne suis ni sourde, ni débile. Je plisse le regard. « Y’a un nouveau voisin. » Gné ? Mais la maison d’à côté a toujours été notre back up pour nos fêtes. On y balançait les invités chiants et on pouvait picoler tranquille. Au revoir grand jardin et bonjour palissade avec vieux moche qui allait nous casser les couilles. Enfin, les ovaires. Je me comprends. Je frotte mes yeux avant d’avancer pour aller jusqu’à la maison. Sauf que bien évidemment, ayant le sens de l’orientation d’un poulpe en train de crever, je me trompe de perron et je rentre dans quelqu’un. Un truc massif. Genre poteau. « Aie, il était pas là ce poteau hier, dis-je d’une voix rauque et enrouée. » J’ai encore dû faire du karaoké aussi. Je tâte le truc. « Et il n’avait pas d’abdos. » Ok, j’ai encore fait une boulette. Mais la honte, c’est pour les faibles ! Donc je lève les yeux pour…
MAIS QU’EST-CE QUE C’EST QUE CET AVION DE CHASSE ?
Et merde. Pourquoi quand je rencontre un beau mec, je ressemble toujours à une pieuvre qui aurait lâché son encre sur son visage ?
© nightgaunt




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Corso10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Corso
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Luke Evans, photoshoot de Charlie Gray, trouvé sur Pinterest
Messages : 32 - Points : 194
Âge : 41
Métier : Journaliste
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Dim 30 Juin 2019 - 10:51 )

Quand Gueule de bois rime avec Jaja

- « Mais c'est que tu t'embourgeoises, Corso... » Fit l'homme après un sifflement d'admiration. Il tendit la ensuite main pour rendre son téléphone portable à son ami.
- « Ca va, Ettore, c'est pas un palace non plus. » Répondit Cesare, reprenant son mobile en main pour jeter un énième regard à la page web du site d'immobilier.
- « A Posilippo ? Quand même un peu, non ? »
- « Oui, bon ! Je me suis fait plaisir. Pis commence pas à me faire la leçon, je t'ai vu lorgner sur des Lamborghini hier. »

Ettore ricana en tirant une cigarette de son paquet de Benson & Hedges pour l'allumer. Il croisa les bras au travers de sa poitrine avant de s'installer un peu plus confortablement contre le dossier en osier tressé de sa chaise. Gardant son sourire, il reprit :

- « Remarque, t'as raison, je devrais pas chercher à t'empêcher de te trouver une grande baraque vu que tu m'y inviteras pour des soirées. »
- « Exactement. Donc laisse-moi devenir une saleté de bobo qui se paye sa villa. » Rétorqua Cesare, lorgnant avec envie la clope de son ami alors qu'il en respirait l'odeur. Arrêter définitivement n'était pas chose aisée... « D'ailleurs, tiens, tout va changer : ma prochaine soirée ce sera une Healthy Party. Des smoothies avocat/kale, des steaks de soja, et du quinoa ras la gueule. »
- «Arrête, je vais gerber... Tu reprends quelque chose ? » Questionna Ettore après qu'il ai levé la main pour appeler une serveuse du bar.

Corso reprit une tequila, son ami commanda une bière, et les deux hommes poursuivirent leur conversation, qui tourna encore sur la nouvelle acquisition du journaliste. Un quatre pièce trop grand pour lui dans une rue calme d'un quartier huppé de Naples, voisinage calme, grand jardin avec, ô joie, une piscine. La vie en appartement avait commencé à perdre de son charme depuis quelques années, tant et si bien que Cesare, sur un coup de tête, avait revendu l'appart' qu'il occupait en centre ville pour un bon prix et s'était offert une belle bicoque. Le vent du changement avait parfois un effet euphorisant, à tel point que l'idée de devoir bientôt procéder à la corvée d'un déménagement n'arrivait pas à écailler le moral au beau fixe de Corso.
Il avait toujours bougé ses meubles tout seul à chaque fois qu'il avait changé de logement, peut-être bien que cette fois-ci il ferait appel à une société pour s'en occuper... Après tout, pourquoi pas, puisqu'aux dires de son ami Ettore, il était maintenant "de la Haute", autant assumer jusqu'au bout, tiens.

~ * ~

Le déménageur se prit les pieds sur la petite marche traitresse qui séparait le salon du hall d'entrée. Une lourde chute s'ensuivit. L'homme s'écrasa sur le parquet en bois verni, lâchant le carton qu'il tenait entre les mains. Ce dernier percuta lui aussi le sol de plein fouet et les pans s'ouvrirent, dégueulant le contenu du carton. Les légères flûtes à champagnes volèrent, extirpée du papier journal roulé en boule à la va-vite pour les protéger des chocs. Trois furent brisées, d'autres finirent fêlées ou griffées par leur glissade sur le parquet.

Corso, qui avait crié un inutile "Attention" alors que le déménageur avait déjà entamé sa chute, leva les bras au ciel avant de les laisser retomber mollement dans un geste d'abattement.

« Mais vous êtes tous finis à la pisse, c'est pas possible... » Soupira le journaliste, rendu aigre par une succession de mésaventures.

D'abord, les déménageurs étaient arrivés en retard car ils avaient eu du mal à trouver l'adresse de Cesare. Ensuite, l'un d'eux avait marché dans une crotte de chien et en avait ramené des morceaux sous sa semelle dans l'appartement que Corso quittait, et où il venait d'y faire le ménage. Puis un autre déménageur lui avait pété une lampe en la cognant contre le mur alors qu'il entrait dans l’ascendeur pour redescendre au camion. Sur la route vers Posilippo, ces branquignols manquèrent d'avoir un accident avec un vespa auquel ils refusèrent la priorité. Et maintenant, les flûtes à champagne. Plus jamais. Plus jamais, les déménageurs, c'était une idée à la con.

L'homme se releva et bredouilla des excuses en tentant de ramasser les morceaux d'une coupe toute proche. Corso grommela un "C'est bon, ça va, allez m'attendre dehors." et chassa l'employé qui partit retrouver ses collègues. Le journaliste prit deux minutes pour lui, pour se calmer et relativiser, regardant les pauvres flûtes décédées. Au final, c'était pas si grave, il en rachèterait. C'était simplement la cerise moisie sur un gâteau au caca. Après la succession d'infortunes, ça l'avait achevé, mais ce n'était certainement pas la fin du monde.
Pour réchauffer son cœur fatigué, il détacha son regard des flûtes brisées et préféra le porter sur son acquisition. Le salon était si spacieux, si parfait, et les grandes baies vitrées qui couraient le long des murs est et sud faisaient entrer la douce lumière du matin. Dehors, le vent faisait doucement se balancer les branches des beaux pins parasols qui trônaient fièrement au fond du vaste jardin et de jolies fleurs ajoutaient quelques explosions de couleurs ça et là.

Dai, Corso, La vitta e bella, no ?

Retrouvant l'ombre d'un mince sourire, Le journaliste mit les mains dans les poches de son jean et fit quelques pas, appréciant le bruit de ses semelles sur le bois noble du parquet, et l'écho qui résonna sur les murs blancs du salon. Il fit une ou deux claquettes juste pour en rajouter une couche, puis sortit pour aller dire adieux aux branquignols démoulés trop chauds qui lui avaient servi de déménageurs.
Il lâcha un soupir de satisfaction alors qu'il regarda partir la bande de zigotos dans leur camion grinçant, puis se dirigea vers son nouveau domicile pour cette fois-ci aller flâner un instant dans le jardin. Bientôt, il faudrait déballer les cartons, ce qui n'était pas une tâches des plus plaisantes. Autant la repousser encore un peu...

Corso longea le bord de la piscine. Par caprice, et pour faire chier l'agent immobilier, il avait demandé à la voir remplie avant de conclure la vente. L'agent avait bien dû s'y plier, car le journaliste était le seul intéressé par cette maison qui, aussi jolie qu'elle était, avait été le cadre d'un meurtre. Une sombre histoire d'infanticide il y avait environ dix ans de cela, un mari divorcé qui avait pété une durite et avait étouffé ses gosses avant de se donner la mort. Ce genre d'histoire, ça flanquait les miquettes à n'importe quel acheteur lambda, mais pas Corso. Il baignait dans les faits divers et les news dégueulasses, c'était pas la mort de deux mômes et d'un tordu qui allait se mettre en travers de son rêve, merde. Cesare avait même fait exprès, tiens ! Il avait cherché par lui-même ce genre de maison, sachant qu'elles étaient une plaie à refourguer. Utilisant ses sources et des archives, et faisant des recherches sur les propriétés aux sales histoires, il avait visité de la murder house vendue au rabais avant de jeter son dévolu sur celle-ci.
Il enleva chaussures et chaussettes, remonta son jean jusqu'aux genoux, puis s'assit sur le dallage anthracite qui bordait le bassin. Il glissa ses grands pieds dans l'eau froide, y créant des oscillations qui ridèrent la surface jusque là si lisse et tranquille. Il remua lentement les jambes, fixant les quelques feuilles et insectes morts qui étaient tombés dans l'eau depuis sa dernière visite. Plus loin, au dessus, un mouvement attira son regard. Il leva les yeux et vit, par la fenêtre de la maison voisine, des filles qui le regardait.
Prenant un sourire de circonstance, il leva son bras et fit un salut en direction de ces spectatrices impromptues qui se figèrent lorsqu'elles virent qu'elles avaient été repérées. Une rendit la politesse et adressa également un geste de la main à Corso, tandis que les autres eurent l'air de pouffer de rire, cachant leur bouche derrière leur main. Elles n'étaient pas désagréables à regarder... Quelle intéressante plus value...

Cesare retira ses pieds de l'eau et glissa ses chaussettes dans le fond de ses pompes avant de s'en saisir pour finalement se relever. Dans sa poche, son portable vibra. La mâchoire de Corso se tendit alors qu'il serrait les dents, redoutant de voir le numéro qui s'afficherait sur l'écran. Il sortit son mobile pour le regarda et se détendit. Au lieu du "Mamma" tant redouté, il s'agissait simplement de son rédac chef. Il décrocha, et une conversation orienté vers un article futur prit place. Corso déambula dans le jardin alors qu'il conversait, appréciant au passage la sensation des brins d'herbes qui se glissaient entre ses orteils à chaque pas.
Machinalement, il se rendit vers le portail principal de son domicile alors qu'il discutait de détails techniques avec son boss. Il tourna le dos à la rue, faisant face à sa propre maison, se laissant distraire par son envergure et forçant son rédac chef à répéter sa dernière phrase parce qu'il n'avait pas écouté. L'appel toucha à sa fin, mais Corso ne bougea pas immédiatement. Il rangea son portable dans sa poche avant d'y glisser à nouveau ses mains dans chacune. Il se sentait paisible. Comme ils étaient loin, les aléas et désagréments du déménagement chaotique de ce matin...

Un hurlement venant de la maison voisine lui fit tourner légèrement la tête et hausser un brin les sourcils. Il ne comprit pas exactement la phrase qu'une des voisine avait criée et fit volte face, gardant le visage levé vers la propriété d'à côté et cherchant du regard si oui ou non c'était à lui qu'une des demoiselles avait adressé le hurlement.

Puis vint l'impact.

Le choc qu'il se prit sur le devant le fit se courber un brin, plutôt sous le coup de la surprise que de la douleur. Il baissa la tête et les yeux afin de voir quelle petite comète l'avait mollement percuté.
Une fille. Plutôt menue et ne semblant pas bien lourde, ses cheveux bruns avaient décidé de suivre leurs propres règles ce matin, et donnaient à leur propriétaire l'allure d'un petit animal ébouriffé. Sa bouche était restée entrouverte après le choc qu'elle non plus ne semblait pas avoir vu venir. Et comment aurait-elle pu voir, après tout : Ses paupières étaient si lourdes qu'elles réduisaient ses yeux en presque deux fentes, et des iris marrons baignaient dans un blanc devenu rosé par le manque de sommeil. De cruels cernes sombres complétaient ce triste tableau peu flatteur.

- « Aie, il était pas là ce poteau hier. » Fit le semblant de demoiselle avant de lever une petite main pour patouiller le bidon de Corso qui tendit les muscles par réflexes. « Et il n’avait pas d’abdos. »
- « Roh, je savais pas que Posilippo avait des pandas nains, c'est exotique... » Ironisa Corso, un léger sourire aux lèvres.

(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Mer 3 Juil 2019 - 13:03 )

depuis quand les poteaux ont des abdos ?
après winter is coming, c'est war is coming!
J’avais une gueule de bois monstre. Je songeai à aller me mettre sous la couette et cuver jusqu’au lendemain. En plus, j’avais le vagin en compote. L’autre avait dû me pilonner comme un marteau piqueur et mal s’y prendre. Je savais toujours quand j’avais un orgasme. mon corps était plongé dans du coton mais là, j’avais mal partout. Je suis certaine que je devais même avoir un ou deux bleus à l’occasion. Quoiqu’il en soit, j’avais à peine mis mon talon hors du Uber que Phylis m’interpella pour me parler du colocataire. Je me tournai vers elle pour lui bailler à la tronche avant de m’avancer vers la maison et de rentrer dans un truc. Mais quoi comme truc ? Je décollai mes deux paupières avant de voir un homme. Bon, il est grand et semble musclé. Mais depuis quand avions-nous des voisins déjà ? Au revoir la seconde piscine et le jardin plus grand pour faire la fête. Nous allions devoir mettre une palissade et je devrais attacher Titus si je ne voulais pas qu’il aille dans son jardin. Car si ça se trouve, il n’aimait pas les animaux. Je mis ma main devant ma bouche avant de bailler. « Ouais, je me suis échappée du zoo car j’en avais marre de voir des abrutis me prendre en photos. Et j’ai atterri ici. » Je frottai mes yeux. « Désolée, je me suis trompée de palier et j’ai la gueule de bois. » Je m’éloignai avant de me tourner vers lui. « Et vous me trouvez grosse ? Car un panda, c’est gros, monsieur désagréable. »
© nightgaunt




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Corso10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Corso
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Luke Evans, photoshoot de Charlie Gray, trouvé sur Pinterest
Messages : 32 - Points : 194
Âge : 41
Métier : Journaliste
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Jeu 4 Juil 2019 - 10:35 )

Quand Gueule de bois rime avec Jaja

La demoiselle allait parler mais la fatigue prit possession de son visage, et elle porta sa main à sa bouche pour cacher un baillement à en voir les plombages.

- « Ouais, je me suis échappée du zoo car j’en avais marre de voir des abrutis me prendre en photos. Et j’ai atterri ici. » Fit-elle en une répartie qui força Cesare à étouffer un rire. Se frottant les yeux, elle continua : « Désolée, je me suis trompée de palier et j’ai la gueule de bois. »
- « Et les yeux encore collés, à ce que je vois. » Ajouta Corso, sans qu'on lui ai rien demandé.

Elle se tourna, avec l'intention de se diriger cette fois-ci vers le bon porche. Ses pas rendus un peu gauches par la cuite de la veilles et ses cheveux un peu en bazar lui donnaient définitivement l'air d'un bébé pingouin en galère sur la banquise, mais elle semblait en bonne voie et finit par atteindre la grille de la maison voisine. Elle se tourna et hasarda une question :

- « Et vous me trouvez grosse ? Car un panda, c’est gros, monsieur désagréable. »

Non, elle ne l'était pas. On pouvait dire ce qu'on voulait sur son apparence générale peu flatteuse à cause de la folle nuit qu'elle devait avoir passé, mais dire qu'elle était grosse serait mentir. Jambes, bras, taille, tout était fin et menu chez elle, ce qui ajoutait à la mignonnerie qu'elle dégageait. Elle donnait simplement envie de la voir dans un bon jour, plutôt que dans une matinée embuée par les restes d'alcools. Sinon, non, elle avait nettement pas le même poids qu'un panda plein de poils.

- « Non, pas vraiment. » Répondit Corso alors qu'il s'appuyait contre l'un des piliers de son portail, continuant de fixer sa voisine. « Mais poilue, ça, je sais pas encore. »

(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Ven 5 Juil 2019 - 14:14 )

depuis quand les poteaux ont des abdos ?
après winter is coming, c'est war is coming!
Il avait raison. J’avais les yeux collés. Tout ça a cause de ce fichu mascara. On nous vend cette merde 30€ et ça se démaquille mal. J’allais aller lui coller dans le fion a cette vendeuse de chez Sephora pour lui faire remonter et un lavage rectal. Je gronde avant de décoller mes cils. Et ça fait trop mal mon dieu. « Voilà ils sont décollés avec du mal. » Je prends une minute pour le regarder. Alors déjà il fait 3 mètres de haut donc je vais m’attraper un torticolis. Et ensuite il a l’air d’avoir une tronche renfrogné. Genre un sharpei en plus séduisant. Je passe une main dans mes cheveux avant de lui répondre de ma voix fatiguée pour soupirer et m’éloigner. « Je n’ai pas de racines portugaises. Enfin je ne crois pas mais je demanderai à ma mère. » non je n’avais pas de moustache et ma touffe était toujours très bien entretenue. Un buisson parfaitement taillé. « Bienvenue dans le voisinage. Nous sommes la colocation Aya Aya. Comme Bora Bora sauf que ça fait moins rêver comme les morues qui partagent mon quotidien. C’est moi la plus belle. » Je pourrais lui envoyer un clin d’œil mais à la place je me contente d’un salut de la main avant de rentrer chez moi. Une fois dans ma chambre je colle un peu de lotion sur ma tronche pour reprendre forme humaine. Je me colle donc en sous vêtements sur le rebord de ma fenêtre avant d’allumer une clope pour voir que le voisin regardait. « La vue te plaît, obsédé, demandai-je »
© nightgaunt




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Corso10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Corso
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Luke Evans, photoshoot de Charlie Gray, trouvé sur Pinterest
Messages : 32 - Points : 194
Âge : 41
Métier : Journaliste
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Ven 5 Juil 2019 - 23:05 )

Quand Gueule de bois rime avec Jaja

- « Bienvenue dans le voisinage. » Ajouta la voisine, ajoutant un salut de la main alors qu'elle passait son portail. « Nous sommes la colocation Aya Aya. Comme Bora Bora sauf que ça fait moins rêver comme les morues qui partagent mon quotidien. C’est moi la plus belle. »

Cesare se retint de lâcher un vilain "ben on dirait pas !" juste pour embêter un peu plus la demoiselle, peut-être pour la forcer à revenir, juste pour la voir encore... Mais il se retint. De toutes façons, ils étaient voisins, maintenant. En théorie, à moins qu'elle travaille de nuit ou ait un métier qui la force à s'absenter, il devrait logiquement la voir assez souvent sans avoir à trop l'asticoter, non ? .........

Oui, apparement. Car après que Cesare soit rentré lui aussi sur sa propriété et ai fait quelques pas dans son jardin, il leva les yeux pour faire plus attention à la villa voisine, qu'il n'avait vu que d'un oeil jusqu'à présent : un peu comme la sienne, la coloc' d'à côté avait des fenêtres vastes dont certaines à l'étage donnaient sur le toit. Et il apparaissait que l'une d'entre elle servait de perchoir pour le petit pingouin ébouriffé qui lui était rentré dedans plus tôt.
Mais il était devenu colombe, le pingouineau un peu mal atiffé : elle s'était débarrassée de sa robe, avait enlevé son maquillage usé par la nuit pour redonner à son tein une fraîcheur naturelle, et trônait maintenant sur le rebord de sa fenêtre en petite tenue. Mais c'est que c'était à croquer, tout ça...

Corso ne chercha même pas à se cacher, gardant les mains dans les poches et la tête haute alors qu'il observait obstinément, donnant ses lettres de noblesse au putain de male gaze tant décrié ces jours-ci. Bien entendu, il se fit prendre la main dans le sac, et la demoiselle se pencha un peu pour le houspiller :

- « La vue te plaît, obsédé ?»
-  « Boarf. » Fit Cesare, menteur. « C'est pas trop mal. J'habitais dans le centre, avant, et j'avais vue sur une petite vieille. Disons que vous pendouillez moins, c'est déjà ça ! »

C'était pas juste "déjà ça". Comparé à Madame Leonetti et ses seins qui lui tombaient aux genoux, la voisine d'en face était une indéniable et très plaisante amélioration par rapport à son ancien vis-à-vis...
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Mer 10 Juil 2019 - 11:40 )
J’avais décidé d’être sympa avec le voisin. Car bon, avouons-le, c’est un avion de chasse. Mais aussi il valait mieux un voisin qu’on ait dans la poche plutôt que contre nous. J’avais regardé les filles qui pouffaient comme des grognasses avant de voir que je ne ressemblais à rien. génial. Pas étonnant qu’il m’ait pris pour une échappée de prison. Je pris soin de me démaquiller avant de me coller sur ma fenêtre pour fumer une clope. Je prenais du bon temps alors que Titus vint poser sa grosse tête sur ma jambe pour me regarder d’un air triste. En effet, nous allions devoir poser des barrières pour qu’il n’aille plus dans la piscine de monsieur désagréable. Je tournai la tête avant de le voir qui me matait. Je tirai sur ma cigarette avant d’éclater de rire. « Chacun ses fantasmes. Désolée de ne pas être assez âgée pour les remplir. » Je lui adressai un clin d’œil alors qu’on m’appela pour les mojitos. Nous ne sommes que des alcooliques.

Deux jours plus tard,
Les mecs qui venaient poser la barrière venaient d’arriver. Je portai un minishort et un croc-top pour les accueillir. Quoi ? Si je pouvais avoir une réduction sur ma facture grâce à ma plastique, autant en profiter. Titus nageait dans notre piscine sans se soucier des nouveaux venus tandis que le chat reposait sur une poubelle en me jugeant. « Et voilà mademoiselle, nous avons fini. » Oh non, je n’allais pas oser. Je fis tourner ma mèche autour de mon doigt avant de leur sourire. « Vous prendrez bien une boisson fraiche ? De si beaux jeunes hommes comme vous ? » C’est pas beau de mentir. Mais c’est si bon de gagner un peu de thunes. « Non mademoiselle, nous allons y aller. » Je pris un air renfrogné. Je me tournai pour voir que le voisin venait de revenir. « Tiens, bonjour monsieur désagréable ! T’as vu, j’ai fait poser une barrière, tu ne pourras plus me mater à poil dans ma chambre. » Par contre, je pourrais toujours le voir torse poil en passant la tondeuse dans son jardin.




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Corso10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Corso
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Luke Evans, photoshoot de Charlie Gray, trouvé sur Pinterest
Messages : 32 - Points : 194
Âge : 41
Métier : Journaliste
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Ven 12 Juil 2019 - 23:12 )

Quand Gueule de bois rime avec Jaja

Le ton était drôle, les piques lancées étaient plaisantes, à prendre à la légère car ni la voisine, ni Corso n'étaient sincères dans les "méchancetés" qu'ils se lançaient. Le journaliste aimait cette ambiance badine, et le joli clin d'oeil que lui fit la demoiselle pour ponctuer sa réponse ne lui donna l'envie que de l'asticoter encore d'avantage à l'avenir...

Deux jours plus tard

Cesare fit rentrer très très trèèèèès doucement sa jolie voiture dans son allée de garage, s'appliquant au centuple pour être sûr que la peinture ne se fasse pas rayer par un malheureux impact contre les piliers de briques rouges qui cernait les deux côtés de l'allée. La manœuvre accomplie, il sortit du véhicule et il remarqua enfin, puisqu'il n'était plus distrait par le travail de précision que lui avait demandé sa caisse, quelques bruits de travaux dans la maison voisine. Il leva ses lunettes de soleil et les cala sur le sommet de sa tête alors qu'il traversait son jardin d'un pas nonchalant pour se rapprocher de la coloc' des fofolles.
Quelques ouvriers finissaient de s'affairer et apportait les dernières touches sur une haute barrière qui séparait encore plus nettement les deux maisons, encore plus que les haies moyennes ne le faisaient auparavant. Curieux, tentant le diable, Corso grimpa sur un grand coffre de rangement en plastique contenant quelques affaires pour le nettoyage de sa piscine, et il passa la tête au dessus de la barrière toute neuve. Lorsqu'il posa les mains dessus, il remarqua qu'elle était un peu branlante et se demandait si soit les ouvriers avaient fait un boulot merdique, soit leur patron ne s'embêtait pas à acheter des matériaux de bonne qualité. Enfin. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'un vent trop fort ne se mette à souffler un jour et risque de faire tomber quelques panneaux de cette récente structure...

Cesare épia un instant le jardin voisin. Un très gros chien, le même qu'il avait brièvement vu hier contre la cuisse de sa maîtresse, faisait des tours dans la piscine comme un gros pépère. Le reste de la maisonnée semblait silencieuse, ce qui laissait Corso croire que celle qui lui était rentré dedans deux jours plus tôt devait être seule au domicile, puisqu'elle était actuellement en train de discuter avec les ouvriers qu'elle draguait d'une manière éhontée.
Sauf que ça marchait pas des masses, apparemment, et les minauderies adjointes d'un tournicotage de mèche de cheveux n'avaient pas grand succès auprès des travailleurs qui signalèrent leur intention de partir.

- « Tiens, bonjour monsieur désagréable ! »  Fit la voisine lorsqu'elle remarqua la tête du journaliste qui dépassait de la clôture. « T’as vu, j’ai fait poser une barrière, tu ne pourras plus me mater à poil dans ma chambre. »
- « C'est triste tant de désillusion, hein les gars ? »  Répondit Corso, s'adressant aux ouvriers qui se regardèrent un peu intrigués, ne souhaitant pas vraiment être pris à parti dans ce qu'ils pensaient être une querelle de voisins. « Elle pense vraiment qu'il y a quelque chose d'interessant à mater. »  

Un des travailleurs donna un petit coup de coude à ses collègues, et ils se dirigèrent vers le portail pour sortir de chez la voisine et regagner leur camionnette. Leur boulot était fini, ils allaient pas non plus se mettre à servir d'arbitre, non mais !

- « Encore d'autres mecs que vous faites fuir, Martinelli. Ça craint ! »  Lâcha Corso, lui retournant le même clin d’œil malicieux qu'elle lui avait adressé deux jours plus tôt.
(c) princessecapricieuse


Dernière édition par Cesare Corso le Ven 19 Juil 2019 - 23:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jacinthe MartinelliLe vin est un puissant lubrifiant social
Jacinthe Martinelli
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5597-jaja-tu-veux-qu-on-s-emboite-t http://www.ciao-vecchio.com/t5605-jaja-soyons-honnete-le-sexe-cest-comme-une-partie-de-tetris-tu-finis-par-decoller-avec-ta-fusee-grace-a-une-foutue-barre-bien-placee
Faceclaim : La très jolie Emma Watson (lipslikeamorphine)
Je suis absent-e : PR jusqu'au 17/09
Messages : 388 - Points : 566
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  K7ac
Âge : 29 ans (née le 18 septembre 1989)
Métier : Elle est journaliste d'investigation à la Repubblica et envoie ses articles par email. T'as cru qu'elle allait se déplacer ou quoi ?
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Ven 19 Juil 2019 - 19:41 )
Je ne pouvais m’empecher de lever les yeux au ciel. Ce mec m’insupportait. Et pourtant il était beau gosse. Tout à fait mon genre. Plus âgé, brun et avec un cul d’enfer. Mais il faut croire que tu ne peux pas être beau ET intelligent. Il faut parfois faire un choix et la génétique avait choisi le physique. Je ne pus m’empêcher de glisser un doigt d’honneur aux airs de rouge à lèvres sur mes lèvres alors qu’il discutait avec MES ouvriers. Les pauvres gars semblaient gênés et je ne pouvais les en blâmer. Au revoir la réduction. « C’est sur que c’est pas chez toi qu’on va pouvoir mater. » j’aurai bien ajouté un gros con mais il y avait du monde. Je fixai Titus qui faisait des allers et venus dans la piscine sans se soucier du monde. « Quel dommage! Et le seul dont j’espère la fuite semble s’enraciner. » je fis un pas en avant pour planter mon regard dans le sien et le défier. « Qu’est ce qui se passe Monsieur desagreable, vous êtes tombés amoureux ? Vous avez découvert que sous cette couche de muscles il y aurait autre chose que votre penis qui tressaute ? »




you shall not pass
Jalexandre ☽ Je suis le Serviteur du Feu Secret, je détiens la flamme d'Anor. Le feu sombre ne vous servira a rien, flamme d'Udun! Regagnez l'Ombre! Vous ne passerez pas!


(si tu veux me mp, fais-le sous Bianca Lampedusa)
Revenir en haut Aller en bas
Cesare Corso10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Cesare Corso
Voir le profil de l'utilisateur
Faceclaim : Luke Evans, photoshoot de Charlie Gray, trouvé sur Pinterest
Messages : 32 - Points : 194
Âge : 41
Métier : Journaliste
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le Ven 19 Juil 2019 - 23:07 )

Quand Gueule de bois rime avec Jaja

Cesare étouffa un rire lorsqu'il la vit se servir de son doigt d'honneur comme d'un rouge à lèvre en un geste adorablement rebelle. Il rendit la politesse et fit apparaitre son propre doigt d'honneur par-dessus la nouvelle cloture, comme si c'était un show de marionettes.
Elle continua ses invectives, précisant qu'elle aurait préféré que se fut Corso qui s'escamota plutôt que la troupe d'ouvriers, puis asséna une nouvelle vanne :

- « Qu’est ce qui se passe Monsieur desagreable, vous êtes tombés amoureux ? Vous avez découvert que sous cette couche de muscles il y aurait autre chose que votre pénis qui tressaute ? »
- « Oh, non, rassurez-vous, Mademoiselle Godiche : Vous êtes loin de faire tressauter quoi que ce soit chez moi, côté cœur ou côté queue. Mais continuez d'essayer, vous gênez pas, foutez-vous sur votre transat en bikini de temps en temps pour mes beaux yeux, et on verra bien si ça me colle au moins une demie-molle. »

Ce gros patapouf de Titus avec son sens canin avait du sentir que l'importun de par delà la clôture commençait à brouter les cou- les ovaires de sa maîtresse, aussi il sortit de la piscine et vint se poster juste en dessous de sale voisin. Là, il s'ébroua avec force, chassant l'eau de ses poils drus et projetant une violente bruine dont une bonne partie éclaboussa la face à Corso qui hoqueta un "wargh !" alors qu'il descendait du coffre sur lequel il s'était hissé. Il s'essuya le visage du revers de la manche. Bien fait.
(c) princessecapricieuse
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja.  Empty
Sujet: Re: (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (Jasare) Quand gueule de bois rime avec Jaja. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant