Revenir en haut
Aller en bas

Voir le deal
299.99 €

 

- (terminé) Do you know. // Elio -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 266 - Points : 878
(terminé) Do you know. // Elio Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: (terminé) Do you know. // Elio ( le Dim 14 Juil 2019 - 19:38 )
Ban-Ry rentrait d’une longue journée, ses jambes épuisées l’avaient conduit jusqu’à chez lui. Il aurait très bien pu acheter une nouvelle maison à sa grand-mère, mais il était trop attachée à celle où ils vivaient à l’heure actuelle. Quelque chose de surprenant quand on le connaît, mais de temps en temps Ryu pouvait être un sentimental. Bien qu’il cachait farouchement cette partie de sa personnalité. Il n’avait pas envie qu’on en profite et que les gens s’habituent à voir cette facette. Il enleva ses chaussures et glissa ses pieds fatigués dans ses chaussons avant de saluer la maisonnée. Mei ne tarda pas à arriver en courant et en appelant son père. Le temps pour l’homme d’affaires de se baisser et le voilà à serrer la chaire de son sang. Il ferma les yeux, il savourait toujours ces instants qui semblaient volés au temps. Il embrassa ses cheveux et continua de la porter jusqu’à la cuisine où sa grand-mère faisait des bibimbaps.

“Ca sent drôlement bon.”
Il sourit à son aîné qui se tourna pour lui faire face : “Va donc enfiler des vêtements plus confortables.” Elle ne le disait plus, mais fut un temps où elle trouvait qu’il ressemblait trop à son père et cela l’insupportait. “Le repas devait être prêt dans une heure. Mei, vient donc m’aider.” La petite fille embrassa son père qu’il la reposa par terre pour aller aider son arrière-grand-mère.

Ban-Ryu les laissa seules et défit déjà sa cravate avant de rentrer dans sa chambre. Hyun-Joong était en train de lire des mangas tranquillement sur son lit.

“Je te manque tant que ça la journée ?”
Il posa son sac et enleva sa veste, puis son veston et enfin sa cravate. “Ton lit est plus confortable que le mien. - S’il n’y a que ça, va acheter un nouveau matelas.” Il chercha dans sa poche et lui lança sa carte de crédit : “Je ne voudrais pas qu’un patient meure sur la table à cause d’un manque de sommeil.” Il accrocha soigneusement ses affaires avant de déboutonner sa chemise. “Agata m’a dit qu’entre Elio et toi… Il y avait anguille sous gravillons.” La voix sérieuse de son frère ne laissait pas de place à la négociation. “Elle ferait mieux de se concentrer sur ses études. Comme toi.” Hyun-Joong pouvait être aussi tenace que son frère : “Qu’est-ce que tu fous avec un mec comme lui hein ?” Ryu souffla longuement en jetant sa chemise dans la corbeille à linge : “Je ne choisis pas vers qui mes sentiments vont, Hyun.” Il attrapa un marcel et l’enfila. “Tu devrais te trouver une autre femme, pour Mei.” Ryu hocha négativement la tête : “Il n’y a qu’une femme dans mon cœur et tu le sais.” Il regarda son alliance avant de soupirer. “Depuis quand tu es un sentimental hein ? Il est où ton sens du devoir ?” Ce fut la parole de trop pour Ryu qui se tourna vivement pour le foudroyer du regard : “Je t’interdis de me parler de devoir ! J’ai sacrifié des années de ma vie pour que tu puisses rester ici. Pour que tu puisses avoir une vie normale. Je me suis marié alors que mon cœur était en Italie. Oui, j’ai aimé Ae-Sin, mais ce n’est pas d’elle dont j’avais besoin pendant des années avant de me faire une raison. Avant que ta précieuse amie Agata ne s’en mêle et me dise de tourner la page. J’en viens même à m’en demander si tu n’étais pas de mèche !” Le silence de son frère est sans appel. Ryu enleva son pantalon et l’accrocha avec le reste du costume : “T’es vraiment culotté de me dire ça. J'arrive pas à y croire.” Il enfila un jean. “Alors dis moi ce que tu lui trouves. Que j’essaye de comprendre. Vous êtes aux antipodes lui et toi. - Le cœur à ses raisons que la raison ignore. Je sais juste que quand je ne suis pas avec lui je ressens un vide et quand il est là je suis tellement heureux que ça en fait mal.” Hyun-Joong souffla longuement, referma le manga. “Tant que tu es heureux.” Puis il sortit, laissant Ryu seul.

L’homme d’affaires leva ses yeux au ciel en soupirant. Il se sentait si con quand il parlait comme ça. Tellement idiot qu’il s’approcha vivement du sac de sables pour le frapper encore et encore. Il se détestait d’être aussi mielleux. Elio l’avait toujours rendu comme ça. Quand on sonna, il s’arrêta et sortit de sa chambre pour aller ouvrir. En voyant son ami de l’autre côté de la porte il fronça les sourcils :

“Elio ? Qu’est-ce tu fais là ?”


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
http://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jusq http://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 500 - Points : 1296
(terminé) Do you know. // Elio Tumblr_ocyb36RlZv1voop43o1_250
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Lun 15 Juil 2019 - 21:03 )
« Sois sage d’accord ? Et pas de crise pour aller dormir. L’heure, c’est l’heure. Promis poussin ? » Le petit garçon hocha la tête en faisant la moue. Qu’est-ce qu’il pouvait être adorable avec son visage renfrogné et son air faussement mécontent. « J’ai pas envie que tu partes ce soir » Elio embrassa le front de son fils avant de s’accroupir pour être à sa hauteur. Les grands yeux de Charlie lui rappelaient souvent son propre regard, celui qu’il avait perdu bien trop jeune, à la mort de sa mère. Le concierge fit mine de réfléchir avec de sourire en coin « Hum… Et est-ce que ça irait mieux si je te donnais quelques bonbons avant de partir ? » Le large sourire de l’enfant prouvait qu’il avait déjà gagné. « Avec un verre de jus d’abricot ?! » Elio hocha la tête en souriant « Va pour le jus d’abricot » Retrouvant son énergie habituelle, Charlie sauta sur place avant de courir vers le canapé. Le DVD du roi lion était déjà en route, il suffisait d’appuyer sur play. Elio servit le jus et ouvrit le placard pour regarder les différents paquets de friandises « Carambars ou fraises haribo ? » Charlie plissa les yeux comme si on venait de lui poser une question existentielle « Carambars ! ». La main dans le paquet, Elio attrapa trois bonbons avant d’apporter le tout sur la table basse. « Et voilà monsieur. Un vrai petit prince » Il prit la télécommande et appuya sur le bouton pour lancer le Disney avant de passer sa main dans les cheveux de son fils. « A demain mon grand. Sois sage, je t’aime » Charlie décortiquait déjà le papier pour libérer le bâton de sucre « Je t’aime aussi p’pa. Sois sage ! » Cela fit rire Elio qui se tourna enfin vers Jacinthe. « Merci encore de le garder » Il savait qu’il ne pourrait pas lui demander de rappliquer chaque soir « Les macaronis sont sur le four. Le temps que ça refroidisse…ça devrait être prêt dans 20 minutes » Il regarda rapidement son fils « Et s’il n’a pas bien faim à cause des bonbons,c’est pas grave, il mangera mieux demain ». Il lui colla un bisou sur la joue avant de se passer la main dans les cheveux en se regardant dans le miroir puis attrapa ses clefs pour quitter l’appartement.

L’Italien n’avait même pas prévenu Ryu de sa venue. Il avait simplement envie de le voir et pensait qu’une visite surprise lui ferait plaisir. Ce n’est pas comme si l’organisation était le point fort d’Elio de toute manière, son ami devait le savoir. Le casque sur les oreilles, le jeune père arpentait les rues qu’ils connaissaient par cœur. N’ayant jamais quitté cette ville, il avait parfois l’impression de pouvoir se rendre à un point A jusqu’au point B les yeux bandés. Et le quartier où vivait Ryu n’avait aucun secret pour lui. Chaque ruelle, chaque impasse, il les connaissait comme sa poche. C’est donc en empruntant un raccourci qu’il arriva devant la maison de son ami d’enfance. Voyant la fenêtre de la chambre de Ryu ouverte, il s’approcha et enleva son casque. Mais il réalisa bien vite que le Coréen était déjà en conversation, et vu le ton de sa voix, ce n’était pas le bon moment de le déranger. Curieux, il s’adossa contre le mur pour écouter les paroles de son ami. Il ne devrait pas non, mais Ryu parlait de la Corée et peut-être qu’ainsi il en apprendrait davantage. Le cœur d’Elio se serra quand il entendit le nom de l’ex-femme du PDG. Il avala difficilement sa salive et baissa les yeux, près à repartir chez lui. Mais rapidement, les mots de Ryu se firent plus plaisant. L’Italien ferma les yeux en souriant niaisement. Avait-il tant besoin de lui ? Cela le rassurait et il dû attendre quelques secondes pour reprendre contenance avant d’aller sonner, innocemment. Il ne dirait pas qu’il aurait entendu, il savait que cela gênerait son amant. La porte ouverte, Elio offrit son plus beau sourire au Coréen. « Je passais dans le coin » Faux, absolument faux, mais il ne savait pas si quelqu’un d’autre pouvait entendre. « J’peux entrer ? » Il espérait surtout ne pas mal tomber « Je voulais t’emmener quelque part ce soir. Comme au bon vieux temps » Observant les traits de son visage, il remit les cheveux de Ryu en place, dans un geste sûrement bien trop tendre « J’avais envie de te voir. 48h c’est trop long » Il regarda à droite et à gauche. Qu’est-ce qu’il avait envie de l’embrasser à ce moment précis. Les paroles du Coréen l’on rendu encore plus accro « Et si je tombe mal. Je peux bien te regarder t’entraîner » Il baissa la voix avant de lui faire un clin d’œil « Un Ryu transpirant, il y a pire comme vue »


 . You were made to be mine

≈ So who can stop me if I decide
That you're my destiny? ≈

Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 266 - Points : 878
(terminé) Do you know. // Elio Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Sam 20 Juil 2019 - 21:05 )
Hyun-Joong sortit, Ban-Ryu décida de frapper le sac de sables qu’il avait fait installé dans sa chambre ou plutôt sa grand-mère qui a comprit que cela pourrait aider son petit-fils à canaliser ses sentiments négatifs. Comme sur beaucoup de sujets : elle avait évidemment raison. Il se sentait toujours mieux après avoir donné quelques coups-de-poing dans le pauvre objet qui n’avait rien demandé à personne. Il était comme son propriétaire. Ryu n’avait pas demandé à ressentir des sentiments pour Elio. Il aurait préféré être fidèle à sa femme même cette dernière morte, mais l’italien avait toujours trouvé le moyen de le rendre fou. Depuis leur enfance. Combien de fois avait-il fait des efforts ? Avait-il fait des choses qui allaient contre ses convictions pour les beaux yeux de son ami ? Lui-même ne le savait pas et il savait que ce n’était pas un bon signe. Cela voulait dire qu’il l’avait trop fait pour s’en souvenir. Maintenant adulte, il semblerait que la passion pour le brun prenait le dessus sur sa faculté à ne pas montrer ses sentiments. Pourquoi aurait-il pris ainsi la défense d’Elio dans le cas contraire ? Pire encore, il avait été mielleux en affirmant être triste quand il n’était pas là. Quel idiot disait cela. Ban-Ryu se moquait toujours de ceux qui disaient ce genre de choses dans les films, mais voilà que le karma le rattrapait en réalisant qu’il était pareil. C’était pitoyable.
Quand on frappa, il arrêta ses faits et ses gestes pour aller ouvrir : sans penser un seul instant que derrière la porte se trouvait la raison de son état de confusion total. Incapable d’être aimable alors qu’il se détestait d’avoir ainsi déclaré ses sentiments pour Elio en privé, Ryu ne prit même pas la peine de saluer son ami. Ils n’étaient plus à ça prêt.

“Cette excuse marchait quand tu habitais à quelques blocs.” Il croisa ses bras et puis appui contre la porte, croisant ses jambes par la même occasion. “Au bon vieux temps, on se mettait toujours dans le pétrin quand on sortait toi et moi.” Cela le fit sourire au coin. “On n’est pas trop vieux pour ce genre de choses ?” Il laissa Elio remettre sa mèche de cheveux : réprimant de se reculer vivement. Des efforts, voilà qu’il en faisait encore. “On n'allait pas tarder à se mettre à table.” Il hocha négativement la tête : “Je ne m’entraînais pas. Si cela était le cas, je ne serais pas venu ouvrir la porte et tu aurais eu la face d’Hyun-Joong devant toi.” Puis il réfléchit : “Tu veux te joindre à nous ? Je suis certain qu’on a assez à manger pour rajouter un bol.”


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
http://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jusq http://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 500 - Points : 1296
(terminé) Do you know. // Elio Tumblr_ocyb36RlZv1voop43o1_250
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Lun 22 Juil 2019 - 21:56 )
« Cette excuse marchait quand tu habitais à quelques blocs » Cet air bougon le faisait craquer. Depuis quand est-ce que l’air mal luné de Ryu lui plaisait autant ? À y réfléchir, Elio n’avait pas tellement de réponses. Avant le départ du Coréen pour son pays natal, l’Italien ne voyait en lui qu’un simple ami. Un ami proche certes, le plus proche possible, mais rien de plus que cela. Il avait manqué les regards insistants, avait ignoré les remarques à double sens. Et voilà que maintenant, près de dix ans plus tard, Elio était à ses pieds. Il le regarda d’ailleurs s’installa convenablement contre la porte, croisant ses bras contre sa poitrine comme pour cacher les sentiments qu’ils venaient pourtant d’avouer à son jeune frère. La simple idée agrandit le sourire d’Elio. « Well… J’ai dit que je passais dans le coin. Pas que c’était un hasard » Avec les sms envoyés à Jaja pour qu’elle accepte de garder Charlie et les 3 chemises essayées avant de sortir, le hasard était le dernier des facteurs. « Correction : je me mettais dans le pétrin et tu arrivais à la rescousse » Du moins ce sont les souvenirs qu’il en avait. Vrai qu’ils avaient parfois poussé le bouchon trop loin, prenant des risques inutiles. « Trop vieux ? » Pour prendre un verre en centre-ville et discuter ? Elio haussa les épaules « Moi non. Mais à force de poser autant de questions, TOI tu vas avoir des rides avant l’âge » Le concierge plissa les yeux pour imaginer Ryu plus vieux. Les asiatiques vieillissent en général moins rapidement, ce qui était un point positif pour le Coréen. « Ne t’en fais pas va. Quand tu ne pourras plus marcher, je pousserais le fauteuil roulant » Il accompagna sa remarque d’un rire avant de s’inviter à l’intérieur de la maison. « Pas que ton frère soit dégeu à regarder, mais je préfère la tienne, de face ». Ryu le surprit cependant avec sa question. En lui proposant de manger avec eux, il l’invitait dans son univers. Bien sûr, Elio était déjà venu ici des centaines de fois. Un sentiment de bien-être s’empara d’ailleurs de lui quand il posa ses yeux sur la décoration qui n’avait pas changé. Il pouvait encore se voir, courant derrière Ryu en riant, alors qu’ils n’avaient qu’une dizaine d’années. La plupart de ses souvenirs heureux intégraient le Coréen, et beaucoup prenaient place dans cet endroit. « Man…Ça fait des années que je n'ai pas mis les pieds ici… » Sa voix s’était teintée de nostalgie alors que ses yeux détaillaient le vieux tapis de l’entrée. Il le pointa d’ailleurs du doigt « J’avais eu le malheur d’essuyer mes chaussures pleines de boue. Ta grand-mère a su me remonter les bretelles je m’en souviens encore » Cela le fit rire de nouveau. Se retrouver ici était étonnamment apaisant. C’était comme si en revenant dans cette maison, il retrouvait une partie de Ryu qui était partie avec lui en Corée. Elio releva les yeux vers le brun avant de poser une main sur son épaule « J’adorerais manger avec vous. Mais promets-moi qu’après on sort » Il alla ajouta un « pas longtemps », mais se retient. Il gardait cette réplique en stock, juste au cas où Ryu refuse sa requête pourtant si gentiment demandé.

« J’peux voir ta chambre ? » Elio était curieux. Pas de savoir comment son amant avait meublé l’endroit, mais plutôt de savoir quels genres de sentiments lui sauteraient au visage en revenant dans cette fameuse pièce. Il avait déjà quelques idées, mais se sentait assez fou pour s’y rendre tout de même. « Je ne crois pas que tu réalises ce que ça me fait de revenir ici Ryu » Ce n’était pas un reproche, bien au contraire. Il pensait ne jamais y remettre les pieds, et cette simple idée lui avait brisé le cœur à l’époque. Il sourit, visiblement nostalgique et pointa cette fois la table du salon. « On avait 15ans. J’étais terrifié après une colère de mon père et…je sais pas comment tu as fait, mais tu m’as calmé. On s’est assit là et tu m’as filé un bol de soupe. C’était pas grand-chose à tes yeux, t’as même pas parlé, mais t’étais juste présent » Son regard se tourna sur le Coréen, un regard remplit de remerciements et aussi…d’amour. Inutile de le cacher. « Je sais pas c’que j’aurais fait sans toi » Il haussa les épaules, comme si cette dernière révélation était une évidence. Après tout, ça l’était à ses yeux.


 . You were made to be mine

≈ So who can stop me if I decide
That you're my destiny? ≈

Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 266 - Points : 878
(terminé) Do you know. // Elio Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Jeu 25 Juil 2019 - 22:48 )
Ryu avait l’impression que Elio n’était pas là par hasard. Cela était trop d’effort pour être aimable et dire qu’en réalité : il était content de le voir. Ils avaient tous les deux des vies bien remplies, en particulier lui, mais cela ne l’empêchait pas de penser souvent à son ami qui était bien plus. Encore une fois, l’admettre serait trop demander. Un jour peut-être, certainement pas aujourd’hui. Prenant appui contre le cadran de la porte d’entrée, les bras croisés, il regardait Elio de toute sa hauteur. Le bougre ne tarda pas à confesser que cela n’était pas forcément un hasard s’il passait dans le voisinage. Étant un homme organisé, Ryu n’était pas réellement friand des surprises : même celle faites par l’italien. Cela n’était pas nouveau, il avait toujours été comme ça même enfant. Le genre qui ne fêtait pas ses anniversaires et qui avait bien trop les pieds sur terre pour rentrer dans le monde imaginaire des gamins de son âge.

“Cela ne change pas le fait que l’on est trop vieux maintenant. On a tous les deux des responsabilités. Que cela soit avec Mei ou Charlie et avec notre travail respectif.” Et voilà que le terre-à-terre homme d’affaires remit sur le tapis la voie de la raison.

Il savait cependant qu’il parlait à un sourd. Ses mots devaient passer dans une oreille et ressortir par l’autre. Elio n’était pas connu pour prendre un non comme réponse. Tête de mule comme il était.

“Tu ne le sais donc pas encore ? Même à 70 ans je ressemblerais à un homme de vingt ans de moins minimum. Il semblerait qu’on vieillisse mieux que vous.” Cela était un avéré maintenant. “Alors occupe-toi de tes rides hm ?” Un sourire en coin montra qu’il était à moitié sérieux.

L’italien n’attendit même pas de se faire inviter pour rentrer dans la maison. Ryu arqua un sourcil : “J’avais oublié que tu ne demandais jamais avant de rentrer.” Il se redressa et referma la porte. Elio semblait vouloir rester non ? Alors il lui proposa de venir manger avec eux. Cela n’enlevait pas son agacement. Pourquoi est-ce qu’il faisait ce genre de commentaire ? Ryu ne comprenait pas et cela l’exaspérait. “Et si tu veux baiser mon frère je crois que tu n’as pas de chance.” Son ton était sec. Non, il n’avait pas compris la blague. Loin de là.

Le coréen laissant Elio regarder l’entrée. Rien n’avait changé ? Ce fut à son tour de regarder la décoration : il est vrai que très peu de chose avaient bougé depuis des années.

“Enlève tes chaussures d’ailleurs. Tu connais les règles de la maison.” Il glissa ses mains dans ses poches et s’avança dans le couloir. “Je vais prévenir Mei, mais je ne ferais pas une telle promesse et tu le sais.” Il alla partir en direction de la cuisine quand il lui demanda s’il pouvait voir sa chambre. “Ah parce que maintenant tu as besoin d’une invitation ?” Demanda-t-il avec un sourire en coin. “Vas-y.” Dans sa chambre non plus rien n’avait changé. Il avait encore son lit une place et ses bibliothèques pleins de manga. Elio semblait chambouler, l’homme d’affaires connaissait sur le bout des doigts son ami. Le revoilà à parler du passé. “Ok ok Roméo, j’ai compris : on est devenu vieux et on a un tas de souvenirs ici. Puis... Je suis certain que tu t’en serais aussi très bien tirer sans moi.” Il lui fit un clin d’œil. “Va dans la chambre, j’arrive.” Puis il s’éclipsa. Il n’était pas le genre à ressasser le passé non. Même les souvenirs joyeux.

Il alla prévenir Mei qui était surprise de cette nouvelle. Sa fille, quant à elle, s’empressa demander si Charlie était là et elle fut évidemment déçue en apprenant que non : il n’était pas là. Pour sûr qu’elle allait demander à Elio aussi quand elle le verrait. Elle était du genre tenace. Comme sa mère. Hyun regarda son frère, il n’avait pas besoin de parler pour comprendre qu’il n’était pas réellement heureux de cette visite surprise. Mais Ryu ne s’en occupa pas et alla dans sa chambre :

“Tu as trouvé des merveilles ?” Il sourit et alla s’asseoir sur le lit. “Ma grand-mère n’a rien osé touché. Ma chambre à eue le même traitement que la maison.” Il regarda la déco quelque peu vieillit. Au moins, cela confirmait qu’aucune autre personne n’était venue ici pour y mettre sa pâte. “Tu as d’autres souvenirs ici ? Autre que la dernière nuit qu’on a passé ?” Il sourit, il ne regardait toujours pas Elio : “Moi je me souviens que tu comprenais pas comment lire les mangas et que tu étais tellement énervé que tu as arrêté. Tu n'as jamais réessayer depuis hein ?”


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
http://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jusq http://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 500 - Points : 1296
(terminé) Do you know. // Elio Tumblr_ocyb36RlZv1voop43o1_250
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Ven 26 Juil 2019 - 20:37 )
Elio aurait pu capituler en voyant le semi-refus de Ryu, mais il n’était pas ce genre d’homme. Non, il saurait se faire assez agaçant pour que le coréen finisse par craquer et accepte…À moins que ce soit lui qui flanche sous son air bougon. Il n’eu pas le temps d’y réfléchir puisque Ryu reparti sur un discours concernant leurs responsabilités. Elio les connaissait très bien, Charlie était l’une des personnes principales de sa vie, mais il devait aussi penser à lui. Ou en l’occurrence : à eux. L’Italien décida alors de tourner le tout à l’humour, parlant de la vieillesse de son amant. Après tout, il avait un an de plus. Mais celui-ci le rappela à l’ordre avec une remarque qu’Elio ne pouvait pas contester. « Je sais. Tu seras toujours plus beau que moi. Et l’écart sera encore plus grand avec l’âge » Il savait déjà que son amant prendrait un air fier, arborerait probablement dans les secondes suivantes un sourire en coin, comme lui seul connaissait le secret.

« Pourquoi demander alors que je connais déjà la réponse ? » La vérité ? Il ne voulait pas laisser à Ryu le loisir de refuser. Il savait son ami peu friand des surprises, mais il espérait quand même que sa visite lui fasse plaisir. Il n’était cependant pas arrivé au bon moment, étant témoin d’une dispute entre les deux frères. Que cela ne tienne, il redoublerait d’effort pour donner le sourire au brun. Il était généralement assez fort dans le domaine. En parlant de Hyun-Joong, Elio se permit une petite blague, qui ne fut pas au goût de Ryu. En entendant son ton sec, le concierge plongea ses yeux dans ceux de son amant, histoire qu’il ne doute pas de sa sincérité. « Je n’ai touché aucun homme durant ton absence. Ce n’est pas pour le faire maintenant que tu es de retour. Je tiens trop à toi pour ça » Surtout pas le frère de son propre petit-ami. Parce que c’était ce qu’ils étaient non ? Du moins, c’est ainsi qu’Elio le voyait. Ils n’en avaient pas vraiment parlé, mais les déballages de sentiments n’étaient pas la tasse de thé de Ryu. Alors Elio se disait qu’entre les non-dits et les regards en coin, il y avait cet accord tacite qu’ils s’appartenaient.

Enlevant ses chaussures comme demandé, Elio se remémora quelques souvenirs liés à la maison. Il ne pu s’empêcher d’en faire part. Parce qu’il était comme ça, jamais la langue dans sa poche, au contraire de son amant. Et alors qu’il eu l’autorisation de se diriger dans la chambre de Ryu, il parla de cette soirée si particulière la veille de ses 16 ans. Celle où il s’était retrouvé à courir dans les rues de Naples pour frapper chez son ami à 2h du matin. Ryu ne paru pas ému, mais Elio savait lire entre les lignes et son petit clin d’œil le fit sourire en coin, tout comme sa remarque. « Attends …Si je suis Roméo. Ça fait de toi Juliette ? » Il se mit à rire franchement « Tu serais mignonne en blonde. » Et alors que le Coréen s’éclipsa, Elio ajouta en riant « Vas ! Je t’attendrais sous ton balcon »

Au lieu de sortir sous le balcon comme un preux chevalier attendant sa princesse, Elio entra dans la chambre de Ryu. Il laissa son regard parcourir chaque meuble, chaque recoin. Dans ses pensées, il sursauta en entendant la question de son ami. « Tout est tellement semblable que je me demande si je vais encore trouver ta chaussette sale sous le lit » Celle qui se trouvait là le matin où Ryu était parti.

Des souvenirs ? Il en avait des centaines. Il ne s’était pas assez préparé aux milliers d’émotions qui lui sauteraient au visage en ouvrant cette porte. Elle n’amenait pas que dans une pièce, mais aussi dans un univers et des années qu’Elio avait mit un temps fou à refouler volontairement. Et alors que le sourire de Ryu s’élargissait, celui d’Elio disparaissait. Il avala difficilement sa salive avant d’hocher la tête comme simple réponse. Il se souvenait s’être réveillé après la soirée au bar. Il avait mis quelques secondes à comprendre pourquoi il se trouvait nu dans le lit de Ryu. Les images de la veille étaient vite revenues dans son esprit. L’alcool n’avait pas eu l’effet escompté : il se souvenait de chaque détail. De la sensation de la peau du Coréen sous ses doigts tout autant que ses gémissements de plaisir. Attendant dans le lit son retour, il a vite réalisé qu’il n’était pas simplement parti prendre une douche. Ses valises avaient disparu…cela voulait dire que lui aussi. Le cœur d’Elio se serra en repensant à la sensation de vide qu’il avait soudainement ressentit. Son regard se releva sur Ryu qui semblait tout aussi heureux qu’il y a 2 minutes. « Non. J’ai repoussé tout ce qui pouvait me faire penser à toi. De près ou de loin » Il s’approcha de lui et s’assit à son tour sur le matelas. « De toute façon, ça n’a jamais été mon truc la lecture » Non, il préférait largement de poser devant un film.
Entre les quatre murs de la chambre, Elio se permis de passer ses bras autour de son amant. « Juste quelques secondes » Il savait que Ryu n’était pas l’homme le plus tactile. Il plongea la tête dans son cou et resserra son étreinte « Je suis tellement heureux que tu sois enfin de retour » Il ne voulait pas que son amant en doute un seul instant. Redressant son visage pour pouvoir le regarder, Elio déposa ses lèvres sur celles du Coréen. Il avait trop attendu, résister n’avait jamais été son point fort. Pour quoi que ce soit. « Et si on se concentrait plutôt sur les souvenirs qu’on peut faire dans cette chambre … ? Plutôt que ceux qu’on a déjà ? » Et sur ses mots il se laissa tomber sur le lit, sans lâcher le corps du brun pour l’entraîner avec lui. Il rigola avant de sceller leurs lèvres de nouveau puis chuchota dans un sourire malicieux. « J’espère que le repas ne sera pas prêt trop vite… »


 . You were made to be mine

≈ So who can stop me if I decide
That you're my destiny? ≈

Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 266 - Points : 878
(terminé) Do you know. // Elio Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Sam 3 Aoû 2019 - 12:05 )
Le coréen savait qu’Elio n’allait pas lâcher le morceau, il le faisait rarement. Faut dire qu’il avait toujours été du genre tenace : n’abandonnant jamais facilement quand il avait une idée en tête. Une qualité pour certain, un défaut pour d’autres : un trait nécessaire quand on voulait être dans la vie de l’homme d’affaires qui avait bien souvent du mal à sortir de sa carapace et de son monde. Il pouvait facilement être comparé à une personne âgée de temps en temps à dire vrai. Probablement parce que le poids des responsabilités étaient bien trop lourd parfois et qu’il n’arrivait pas à s’extirper de son travail. Les joies d’être un homme d’affaires. Pour sûr que l’adolescence qu’il avait été devait se faire gifler face au comportement adulte et raisonnable de son présent. Avant la Corée, il se serait probablement jeté sur les lèvres d’Elio et l’aurait plaqué contre le mur pour assouvir un désir refoulé pendant longtemps. Ryu n’en faisait rien pourtant. Il trouvait toujours la force d’être désagréable, mais les mots gentils avaient du mal à passer ses lèvres. Oui, il allait mieux vieillir qu’Elio et sa réponse le fit sourire :

“T’en fais pas va, je resterais avec toi-même si ton visage devient ridé comme un pruneau.” Il n’avait jamais porté d’importance sur l’apparence. Il n’était pas comme beaucoup de coréens qui misaient tout sur le physique. Ryu aimait son ami sur tous les plans.

Elio rentra sans réellement attendre une réponse de sa part. Un coup classique. Il ne s’était jamais gêné pour faire quoique ce soit ce qui agaçait toujours sa grand-mère soit dit en passant même s’il était un homme poli tout de même. Si le visage de Ryu se détendait, il se refermait aussitôt quand il parla de son frère. En quoi cela était drôle ? Pourquoi est-ce qu’il avait dit une telle chose ? Ryu ne savait pas et très franchement ne voulait pas perdre de temps sur cette blague de mauvais goût. Alors, il exprima son opinion, qu’importe que le brun le regarde dans les yeux pour montrer sa sincérité : un désolé ne rattrapait pas les mots dit. Même sur le ton de la rigolade. Il y avait des choses sur lesquelles on ne plaisantait pas.
Le ton reprit une teinte plus légère alors qu’Elio se remémorait des souvenirs qu’il avait eu ici. Ryu ne s’attardait jamais sur le passé. Cela ramenait que des fantômes et des souvenirs qu’il souhaitait oublier. À l’inverse, son ami n’avait aucun mal à s’y replonger comme si cela était normal. Il le laissa faire, sans rien dire dans un premier temps avant de répondre. Il tentait de faire des efforts, de ne pas être aussi sec qu’en temps normal et trouva même les bons mots pour faire une petite blague. Assez pour dérider le visage d’Elio :

“Déjà essayer, le blond ne me va pas.” Il sourit : “Juliette est moins sotte que Roméo si tu veux mon avis.” Et sur ces mots, il partit en se retenant de rire en entendant son amant lui dire qu’il l’attendrait sous le balcon.

Mei informée, sa fille déçue de savoir que Charlie n’était pas là : l’homme d’affaires rentra dans sa chambre. Il regarda quelques instants Elio avant de prendre la parole. Il sourit en entendant l’histoire de la chaussette sale :

“Heureusement que j’ai grandi. Je crois que Mei n’aurait pas supporté avoir encore un adolescent sous son toit.” Il n’avait pas été facile, contrairement à Hyun.

Reprenant la parole, ce fut à son tour d’ouvrir la porte aux souvenirs même si cela n’était pas sa tasse de thé. Il pensait faire plaisir à Elio, mais le regard de ce dernier l’informa qu’il se trompait lourdement. Il soupira, avala sa salive sans rien répondre dans un premier temps. Il laissa son ami s’asseoir à côté de lui, passer son bras autour de lui. Ban-Ryu tourna sa tête pour le regarder. Il le laissa se coller à lui, embrassa ses cheveux avant de fermer les yeux. À nouveau, il le laissa parler : n’osant pas l’interrompre. Il ne le faisait jamais, avec quiconque. Quand il redressa sa tête, le coréen lui offrit un sourire et répondit au baiser en glissant sa main sur sa joue.

“Je pense que c'est une bonne idée.” Ryu ne comptait plus l’abandonner. Il n’était pas doué pour montrer ses sentiments, ne l’avait jamais été, mais faisait chaque jour un effort. La plupart du temps invisible, mais cela était mieux que rien. Ici, il n’était pas en Corée. Il pouvait être ce qu’il voulait et non ce qu’on attendait de lui.

S’allongeant avec Elio, il glissa son bras sur lui et passa sa main dans ses cheveux pour le regarder. Et puis, après quelques secondes d’hésitation, il prit la parole :

“Moi aussi j’ai refoulé tous les souvenirs que j’avais en Italie.” Il passa sa main dans les cheveux d’Elio : “Parce que cela était le seul moyen de tenir là-bas. Parce que mon père prenait un malin plaisir à t’utiliser contre moi. Encore et encore.” Il avala sa salive : “Tant de fois il m’a menacé de te faire du mal si je ne rentrais pas dans les rangs.” Il glissa son pouce sur ses lèvres : “Alors, j’ai appris à ignorer mes sentiments envers toi pour te protéger.” Il avala sa salive : “Ce n’est pas une excuse. Mais… Tu mérites de savoir.” Un Ryu qui se confiait, voilà qui était inédit. Nouveau. “Je suis désolé.” Et il l’était. Son regard valait tous les discours.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
http://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jusq http://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 500 - Points : 1296
(terminé) Do you know. // Elio Tumblr_ocyb36RlZv1voop43o1_250
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Concierge dans le building de l'entreprise Clarizio.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Sam 31 Aoû 2019 - 14:04 )
« Heureusement que j’ai grandi. Je crois que Mei n’aurait pas supporté avoir encore un adolescent sous son toit » Un léger sourire s’afficha sur le visage d’Elio. Cette remarque l’aurait même fait rire s’il n’avait pas été si plongé dans ses souvenirs. « T’étais le pire des ados ouais » Comparé à son frère en tout cas, bien que l’Italien ait toujours préféré la compagnie de l’ainé que du cadet Kim. Faut dire que les deux amis se complétaient déjà à l’époque. « T’es bien plus sage maintenant si c’est ce qui te concerne » Mais pas plus ennuyeux pour autant. Elio aimait le changement de caractère de son ami. Il savait que les années les forgeraient, impossible de revenir exactement le même après 10 ans. « Et moins bordélique »

Mais son sourire, il le perdit en entendant Ryu parler des mangas. Il se souvenait pourtant tenter de les lire, dans le sens inverse d’un bouquin Européen, avant d’abandonner. La lecture n’avait jamais été une activité passionnante à ses yeux. Pour lui, c’était trop scolaire. Il n’y avait jamais retouché après le départ du Coréen, trop haineux pour y trouver un quelconque plaisir. Elio aurait pu mentir, il aurait pu dire à son amant qu’il n’avait simplement pas eu le temps ou l’envie. Mais il en avait marre des non-dits, des sentiments cachés et des demi-mots. Alors il avoua simplement la vérité, même si elle n’était pas des plus agréables.

Ne voulant pas s’attarder sur ce sentiment néfaste, il s’assit sur le matelas pour enlacer le corps de Ryu. Ce n’était pas une chose qu’il faisait très souvent, alors il appréciait d’autant plus le geste. Le visage dans le cou du Coréen, Elio sentit son cœur rater quelques battements alors que les lèvres de Ryu embrassèrent ses cheveux. Il souffla de bonheur en resserrant son étreinte avant de l’embrasser. Et, trop heureux de cette proximité, l’Italien entraîna son amant avec lui sur le matelas. Ils étaient seuls, autant en profiter. Elio ne mit pas longtemps à se perdre dans les yeux bruns de Ryu, souriant légèrement alors qu’il lui caressait sa tignasse indomptable. Il le laissa parler, sans l’interrompre, ne le lâchant pas des yeux. Le coréen n’était pas de ceux qui parlent facilement, se confier était encore une autre histoire. Il se demanda comment le père de Ryu aurait pu lui faire du mal en se trouvant à l’autre bout du monde, mais il ne s’attarda pas sur la question. Et alors que le brun lui demandait de le pardonner, Elio leva légèrement sa main pour lui caresser le visage. « Et je suis désolé d’avoir douté de toi » Il réalisait maintenant à quel point il avait été stupide. Il avait laissé la colère et la jalousie l’emporter. « Tu as fais ce que tu as pu. Je ne connais pas ton père mais… Je sais ce que c’est d’être sous l’emprise d’un géniteur menaçant » Comment aurait-il réagi dans le sens inverse ? Il n’en avait aucune idée. Mais la seule chose dont il était certain, c’est qu’il aurait fait son maximum pour que Ryu soit tenu en dehors de tout ça. « Tu me connais… Je suis facilement... » Il chercha les mots, fronçant légèrement les sourcils alors que sa main quittait la joue du brun « Apeuré d’être laissé de côté ». Il sourit, un peu nerveusement. Jamais ils n’avaient eu une conversation aussi sincère et pleine de sentiments. « Et jaloux aussi » Il releva les yeux vers son amant « Parce que t'imaginer avec quelqu'un d'autre...Ça m'a rendu fou » Il avala difficilement sa salive « Je trouvais ça injuste. Parce que moi... J'avais pas eu le temps de te montrer que je t'aimais. Que je pouvais prendre soin de toi aussi, à ma façon.  »


 . You were made to be mine

≈ So who can stop me if I decide
That you're my destiny? ≈

Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin ©RQ
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 266 - Points : 878
(terminé) Do you know. // Elio Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le Mar 3 Sep 2019 - 14:45 )
“Tu peux parler, tu étais pire que moi à l’époque.” Et cela était vrai. “Tu m’embarquais toujours dans les pires aventures et tu espérais secrètement que j’allais t’en sortir. Avoue.” Il sourit en coin : “Ne me prends pas pour un idiot et admets au moins que tu avais une terrible influence sur moi.” Ryu était prêt à admettre ses torts, mais s’il était blâmé pour quelque chose alors Elio aussi devait prendre des accusations. “Je n’ai pas eu le choix de grandir et de prendre des responsabilités. L’insouciance, les conneries : ce ne sont pas des choses autorisées dans le milieu où je travaille.” Il devait constamment se montrer à la hauteur, être le meilleur : montrer à tous que son héritage n’a pas favoriser son ascension, mais bien son travail et sa façon de penser.

Parler du passé, du bon vieux temps était toujours douloureux pour le coréen qui était nostalgique de cette période. Lui-même savait qu’il avait changé du tout au tout. Qu’il ne ressemblait plus à celui qu’il avait été avant ses années dans le pays qui l’a vu naître. Il en était désolé, mais Ryu n’était pas le genre d’homme à s’apitoyer sur son sort. Il avait apprit à faire la part des choses et ne pas repenser à leurs souvenirs communs seulement dans les occasions qui ne blessaient pas. Comme à l’instant où ils étaient tous les deux dans sa chambre. Il était bien plus facile pour lui de s’ouvrir, de parler quand il n’y avait pas de public. Quand il n’avait pas d’image à conserver. Allongé sur le lit avec Elio, il regardait le plafond, non sans passer tendrement sa main dans ses cheveux avant de les embrasser. Puis, il glissa son regard dans celui du brun pour qu’il puisse constater par lui-même que la suite sortait du fond du cœur. Il ne mentait pas, se confiait à demi-mot. Il ne cherchait surtout pas une excuse : loin de là. Mais il voulait juste expliquer. Trouver les mots pour donner un Elio des raisons. Que ce dernier les acceptent ou non, cela était une autre histoire. Il ne tenterait pas de le convaincre, Ban-Ryu était en paix avec lui-même depuis longtemps. Il n’avait pas le choix.

“Tu avais toutes les raisons du monde de douter de moi. Je ne t’ai jamais blâmé pour cela.” Comment le pouvait-il ? S’il y avait bien un homme mal placé pour juger ou dire quoique ce soit : c’était bien lui. Il laissa Eli répondre, trouver les mots pour expliquer et se justifier. L’homme d’affaires ne tarda pas à lever sa main pour l’arrêter. “Je le sais.” Il n’avait pas besoin d’en dire plus. “Et j’ai fait tout ce que tu redoutais. Même en sachant que tu as peur d’être abandonné.” Ryu avait littéralement foiré. “Je ne peux pas changer ce qui s’est passé, mais je peux t’assurer que je vais faire mon possible pour qu’on en rigole dans quelques années. Tu n’as pas à être jaloux. Je n’ai aimé qu’un seul homme et c’est toi. Personne ne pourra prendre sa place.” Il se pencha pour l’embrasser : “Alors ne sois pas jaloux.” Il n’avait jamais flirté avec d’autres hommes. Il avait des relations d’un soir, mais rien de sérieux. Il ne se souvenait même pas de leurs noms et pourrait les croiser dans la rue qu’il ne se souviendrait pas d’eux.

Mei les appela à table, Ryu sourit et se redressa : “Allons-y.” Il l’embrassa à nouveau et se leva pour bien se rhabiller et aller retrouver la famille qui était déjà assise par terre à la table basse.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) Do you know. // Elio Empty
Sujet: Re: (terminé) Do you know. // Elio ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) Do you know. // Elio -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut