Revenir en haut
Aller en bas


 

- Mergellina 2012 - Constello -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rita Salfati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Rita Salfati
http://www.ciao-vecchio.com/t5703-rita-le-titre-est-fini http://www.ciao-vecchio.com/t5705p10-rita-dans-l-aquarium
Faceclaim : Hafsia Herzi
Messages : 126 - Points : 152
Âge : 30 ans
Métier : Doctoresse en océanographie sans emploi
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Mergellina 2012 - Constello ( le Mer 17 Juil 2019 - 1:48 )
24/02/2012

C’était la première fois que j’assistais au tournage d’un film.

J’avais rencontré le frère du réalisateur au restaurant U de l’université Parthénope de Naples et nous étions devenus amis ; il m’avait contactée pour répondre à quelques questions de son frère, cinéaste. Il avait un projet de film qui se passerait au port de Mergellina, et dont l’un des personnages serait l’Océanographe.
J’avais accepté, pour un salaire symbolique — plus une sorte d’indemnité dérangement qu’autre chose — et le droit d’assister au tournage, de me joindre à l’aventure sur mon temps libre. Comme nous n’étions pas dans la même ville, j’avais eu de longues conversations sur Skype avec lui pendant l’écriture du scénario, puis avec l’acteur qui devrait jouer l’Océanographe, Constello Alma. Je m’efforçais d’être efficace et professionnelle pour ne pas laisser paraître que j’avais littéralement grandi avec les rediffusions de Dolce Vita et, plus encore, avec les films indépendants que j’allais voir dans les petits cinémas de quartier à l’époque où j’allais à l’université Parthénope — bref, que j’étais une grande fan et que mon cœur défaillait à l’idée d’agir directement sur sa performance d’acteur dans son prochain film ET QUE HIIII J’ÉTAIS EXCITÉE COMME UNE PUCE PARCE QUE J’ÉTAIS IMPLIQUÉE DANS LE TOURNAGE D’UN FILM AVEC CONSTELLO ALMA

Je pense que je me débrouillais plutôt bien, même si c’était difficile d’en rester à une relation purement professionnelle puisque lui-même était beaucoup plus avenant que je ne l’ai jamais été dans ma vie, y compris avec des membres de ma famille, et que cette sympathie joviale tendait autant de pièges qui menaçaient de me faire déballer ma vie dans ses plus menus détails, puisqu’un de mes acteurs préférés semblait sincèrement s’y intéresser. Bref.

Le tournage se passait à la fin de l’hiver, pour des raisons pratiques de basse saison touristique. Il fallait guetter le soleil, pour les scènes d’extérieur. Moi, j’étais assise sur un muret, dans un gros pull en laine, avec l’ensemble de mes cheveux qui me revenait sur le visage à cause du vent, et un livre sur les genoux, et parfois j’en levais les yeux et je regardais l’équipe technique qui s’affairait en pestant contre les bourrasques. Au bout d’un temps assez long, le réalisateur disait : action !, et ce signal me détournait de mon livre à nouveau pour voir ce qu’il se passait. Je me sentais comme quand ma mère devait me garder avec elle sur son lieu de travail, à la mairie, et que j’étais parfaitement inutile, superflue, ignorante et toute petite, entourée de grandes personnes affairées qui savaient très bien ce qu’elles faisaient et dont j’essayais de ne pas traîner entre leurs jambes.

Cette impression ne s’envolait qu’à ces mots lancés à pleine voix : « c’est bien ! pause de 15 minutes pour tout le monde »
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3133 - Points : 1387
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le Ven 19 Juil 2019 - 5:05 )
Quand j’avais lu le scénario que me tendait mon agent, j’avais toute suite eu un coup de cœur pour l’œuvre. Il faut dire que je n’ai pas la réputation d’être difficile en matière de scénario. Mais le personnage de l’océanographe était magnifiquement bien écrit, ce n’était pas ma première collaboration avec ce réalisateur et il savait définitivement ce qui me plaisait dans un scénario. J’avais accepté et c’était mon agent qui s’était occupé de trouver où diable le cadre dans mon horaire.

Moi ? Bourreau de travail ?
Non ! Jamais !


Sauf que l’on se retrouvait sur le bord d’un port et sur un bateau en plein hiver. Pour une rare fois, j’aurais ouvertement préféré un tournage en studio. Il faisait froid. Froid pour mon petit climat personnel de Napolitain qui assumait son amour des chaussettes de laine épaisses quand il faisait sous la barre symbolique des 18 degrés. Et mes bonnes vieilles chaussettes de bambou épaisses ne collaient majoritairement pas avec le personnage et la période de l’année qui était pourtant demandé. J’avais froid. Dieu merci que je n’étais pas le genre à faire ma diva. J’avais depuis longtemps compris que dans ce métier, il faut faire avec les désavantages d’être une vedette. Une réputation de diva pouvait s’occuper de miner une carrière bâtie sur de la chance (uniquement). J’avais été profondément chanceux sur toute la ligne alors ce n’était pas vrai que j’allais mettre en péril mes acquis parce que j’avais froid. C’était pour la même raison que je faisais attention à l’équipe avec laquelle j’avais la chance de travailler.

Sur cette équipe-ci, il y avait même une conseillère en océanographie justement parce que le réalisateur tenait au réalisme possible et jouant l’océanographe, j’avais demandé quelques rencontres avec elle avant le tournage pour m’assurer que ma prononciation des termes scientifiques était convenable mais également pour m’assurer d’avoir un bagage nécessaire pour réellement être en mesure de comprendre le personnage et de m’immerger dans sa réalité. Elle était maintenant assise sur un muret avec un livre à la main entre les prises alors que je révisais un peu anxieusement mes lignes et les didascalies avant le cri du réalisateur qui lancerait la prise. Et je m’illuminais comme un sapin de Noël rentrant dans le personnage. Ce qui ne m’empêcha pas de sourire à grandes dents lorsque le réalisateur appela la pause de quinze minutes.

Un manteau mis sur mon corps frissonnant (je n’ai jamais été vraiment du genre gros gabarit alors, pas de gras, pas de conservation de la chaleur) et je me rapprochais de la jeune demoiselle avec un sourire : « Mademoiselle Salfati. Comment allez-vous en ce beau matin glacial ? Puis-je vous intéresser pour un café ? » déclarais-je en me relançant vers le petit stand de café après lui avoir tendu le coude. Parce que, moi ? Passer quinze minutes sans parler ? Pratiquement impossible. À moins que j’ailles une extinction de voix ou que l’on m’occupe. « Comment trouvez-vous votre première expérience sur un plateau de tournage ? » demandais-je avec un joli sourire.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Rita Salfati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Rita Salfati
http://www.ciao-vecchio.com/t5703-rita-le-titre-est-fini http://www.ciao-vecchio.com/t5705p10-rita-dans-l-aquarium
Faceclaim : Hafsia Herzi
Messages : 126 - Points : 152
Âge : 30 ans
Métier : Doctoresse en océanographie sans emploi
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le Ven 19 Juil 2019 - 19:45 )
Lorsque la sainte pause était annoncée, enfin mon oisiveté s'évanouissait au milieu du papillonnement d'allées et venues et de paroles échangées. En l'occurrence, quelqu'un apparaissait au milieu de cette effervescence et se dirigeait vers moi — c'était Constello Alma.

« Mademoiselle Salfati. Comment allez-vous en ce beau matin glacial ? Puis-je vous intéresser pour un café ?
— Bonjour, monsieur Alma ! dis-je en refermant mon livre et en le rangeant dans mon sac. Vous pouvez m'appeler Rita. Je vais bien, et vous ? — pour le café, avec plaisir. »

Je pris le bras qu'il me tendait galamment, amusée par cette courtoisie vintage et joviale dont il faisait preuve. Nous nous sommes dirigés vers une petite buvette un peu plus loin sur le port.

« Comment trouvez-vous votre première expérience sur un plateau de tournage ? m'a-t-il demandé.
— Impressionnant. Vous jouez si bien l'homme qui n'a pas froid du tout. »

Et moi, je jouais si bien la femme qui n'est pas flattée qu'on se rappelle son nom. Arrivés au comptoir, je saluai le jeune homme accoudé derrière, seul dans sa baraque sur ce port quasi-désert.

« Qu'est-ce que vous prendrez ? dis-je à Constello — pour moi, un espresso, s'il vous plaît... merci. — Et pour vous répondre plus sérieusement... C'est très intéressant à voir. Quand on voit un film, on ne se rend pas compte du temps que ça prend, de la patience de fourmi qu'il y a derrière chaque scène. Une... minutie, qui n'est pas étrangère à celle qu'on doit avoir dans le travail universitaire. Mais chez nous, ça se passe en laboratoire et devant un écran où l'on aligne des mots. Alors qu'au cinéma, ça passe par la technique et les corps. Et puis, dans les deux, il y a une relation particulière au café » ajoutai-je en levant ma tasse.

Je trempai mes lèvres dans la mousse brûlante et amère pour en boire une petite gorgée avec une grimace de plaisir.

« Comment avez-vous commencé le cinéma ? Par amour des fourmis ou par amour du café ? »


#7F525D


Dernière édition par Rita Salfati le Ven 9 Aoû 2019 - 0:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3133 - Points : 1387
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le Sam 3 Aoû 2019 - 6:12 )
Ma cinquantaine s’était doucement imposée quelques semaines plutôt : une invitée qui avait surgit de la fosse comme un clown dans une boîte à surprise. Mes méthodes vieillottes de dragues trahissait ce que la glace complétait. Je vieillissais doucement. Pensée qui savait très bien m’arracher un petit gémissement d’exaspération. Ma fille allait avoir trente ans en juillet. C’était peut-être justement parce que je vivais d’un métier d’apparences que je m’efforçais de traiter les autres avec dignité. J’avais bien conscience que j’avais des collègues divas : pire que l’affreuse belle-mère de Cendrillon, belle-fille par excellence. Des artistes qui n’acceptaient de voir que des photos d’eux de leurs bons profils et qui traitaient les subalternes avec dédain. Je n’avais jamais été de ce genre. Peut-être à cause de mes origines humbles ou parce que je n’avais jamais vraiment eu l’impression qu’il fallait que je sois un intouchable. C’était peut-être pour cette raison que je voulais apprendre à connaître tout le monde sur un plateau, d’où cette approche de la consultante avec un sourire. « Seulement si vous m’appelez Constello. Très bien même si j’avouerais que je prendrais quelques degrés de plus. » dis-je avec un petit éclat de rire en refermant le manteau sur mon corps frigorifié.

Je ne pouvais m’empêcher de penser à cette pause diner si lointaine où un bon bol de riz chaud m’attendait avec une montagne de légumes. On se motive comme l’on peut n’est-ce pas. Toujours tout sourire, j’enchainais du tac au tac. « Ce sont des années d’expériences que vous voyez agir sous vos yeux pour prétendre que je ne suis pas frigorifié ou à vendre au rayon des surgelés. » J’aurais peut-être même envisagé un triple expresso en espérant que la caféine ne m’empêche de me transformer en une vulgaire branche recouverte de givre. Mais à la place, je me contentais d’écouter l’impression un peu plus sérieuse de la jeune femme sur sa première expérience à titre de simple observatrice sur un plateau. Il fallait dire que ces derniers étaient depuis bien longtemps devenus comme une seconde famille pour moi. Il suffisait que je jette un œil au maquilleur en chef pour me rendre compte que j’avais peut-être un rapport plus intime avec certains des membres de la production qu’avec ma propre femme. Mais son parallèle me fit sourire. « Un double expresso s’il vous plait. » commençais-je par commander avant de lui répondre. « Le café est un des groupes alimentaires essentiels, j’en suis certain. On oublie qu’un tournage de matin comme celui-ci exige que l’on soit debout avant les cinq heures du matin. Mais en effet, la minutie est similaire même si je n’avais ni la volonté, ni le désir de faire une carrière d’universitaire au plus grand dam de mes parents. Je vous donc une admiration sans borne à tous ceux qui optent pour ce genre de carrières. » Je ne pouvais pas parler pour cette carrière puisque je n’avais pas eu un tel boulot formel.

Mes mains se collèrent contre la brûlante tasse alors qu’elle me demanda pour mes premiers pas au cinéma. « Un mélange des deux probablement. Si je dois être honnête, je sais que mon métier n’est fait que de la chance. Je devais avoir dix ans quand j’ai vu ma première pièce de théâtre et ça a été un véritable coup de foudre. J’étais encore en formation lorsque le rôle sur Dolce Vita m’a été proposé. J’étais un très jeune papa et je correspondais à ce qu’ils cherchaient. C’était le genre d’occasion qui ne se refuse pas surtout quand on a une petite bouche à nourrir. Et c’était un tremplin magistral. J’ai été choyé. Je me suis laissé guidé par les aléas de la vie. » Je n’avais choisi que d’être acteur. Le restant, je prenais ce qui passait selon le gré des personnages qui m’étaient offerts. « Et vous, pourquoi océanographe ? Amour des mots latins ou besoin de sauvegarder la faune ? »



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.


Dernière édition par Constello Alma le Lun 2 Sep 2019 - 3:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rita Salfati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Rita Salfati
http://www.ciao-vecchio.com/t5703-rita-le-titre-est-fini http://www.ciao-vecchio.com/t5705p10-rita-dans-l-aquarium
Faceclaim : Hafsia Herzi
Messages : 126 - Points : 152
Âge : 30 ans
Métier : Doctoresse en océanographie sans emploi
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le Jeu 22 Aoû 2019 - 19:23 )
« Le café est un des groupes alimentaires essentiels, j’en suis certain. »

Je ris. Il poursuivit :

« On oublie qu’un tournage de matin comme celui-ci exige que l’on soit debout avant les cinq heures du matin. Mais en effet, la minutie est similaire même si je n’avais ni la volonté, ni le désir de faire une carrière d’universitaire au plus grand dam de mes parents. Je voue donc une admiration sans borne à tous ceux qui optent pour ce genre de carrières. »

Je voue donc une admiration sans borne à tous ceux qui optent pour ce genre de carrières... C’était un compliment, ça, non ? Je sentais le rose me monter aux joues face à ce témoignage d’admiration, de respect vis-à-vis de la carrière à laquelle je me destinais, venant de Constello Alma.

* * *
J’écoutai son récit avec attention. Lorsqu’il eut finit, je dis :

« C’est marrant, les meilleurs disent toujours qu’ils ont eu de la chance... »

C’est vrai, ils disent tous ça. J’imagine que c’est assez honnête. Si le talent faisait tout, ça se saurait. Avec tous les aspirants comédiens qui existent sur la face de la Terre, et le si petit nombre de places sous le feu des projecteurs, c’est évident que tous ceux qui mériteraient le succès ne l’obtiennent pas forcément. Alors, reconnaître sa chance, c’est comme un hommage... à ceux qu’elle n’a pas aidés.

« Eh ben... Je suis née l’année de sortie de la version longue du Grand Bleu. Ça m’a peut-être prédestinée à faire des études longues sur le grand bleu ? Plus sérieusement, quand j’étais petite j’allais en Tunisie tous les ans, à Sfax. Une ville côtière qui fait face l’archipel de Kerkennah. La maison de mes grands-parents est pas loin de la mer. Cette part de mon identité est assez proche de l’océan. J’ai toujours eu envie de le connaître et de le comprendre. À la fin du lycée, je savais pas trop ce que je voulais faire, mais je savais que j’aimais bien étudier. J’ai fait une licence en océanographie à Parthénope, et je me suis prise au jeu. J’aimerais faire de la recherche. Là, je me suis plus orientée vers la biologie marine. C’est un monde totalement autre. Notamment, le masculin et le féminin sont très brouillés — il y a des espèces où les animaux changent de sexe avec l’âge, ou en fonction des besoins du groupe. Par exemple les poissons clowns : les femelles sont les plus gros, les mâles reproducteurs sont de taille moyenne, et les plus petits ne peuvent pas se reproduire. Si la femelle est tuée, le mâle reproducteur grossit et devient femelle... C’est fou, non ? »

« Dans la science, on s’oublie et en même temps on ne s’oublie pas. Je veux dire : on s’absorbe dans des choses qui nous sont extérieures et parfois totalement étrangères... On s’oublie dans ces objets qui constituent un monde tellement plus vaste et divers que nous — les humains — et en même temps, on ne se perd jamais totalement de vue. En le faisant — en s’oublient, je veux dire — consciemment ou non, on...
— ON REPREND DANS CINQ MINUTES !
— Déjà ? C’est de l’arnaque, ces pauses, je vous le dit. Vous... Voulez peut-être que je vous laisse vous concentrer ? »


#7F525D
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Dante (merci! merci! Merci!) et Rogers (code de signature)
Messages : 3133 - Points : 1387
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le Lun 2 Sep 2019 - 3:30 )
Je n’avais jamais vraiment été l’élève modèle de la classe. Mon esprit avait une capacité extraordinaire pour les mots, la plume des auteurs… Mais les mathématiques et moi ne nous étions jamais vériablement bien entendu. Je remerciais sincèrement l’enseignant qui avait pensé à me présenter le théâtre qui était petit à petit devenu ma bouée de sauvetage. Jamais je ne l’aurais échangé. Tout comme je n’aurais pas échangé la majorité des gens qui m’entouraient. Ils contribuaient à mon bonheur : Kalisha, mon agente depuis maintenant quatre ans qui savait me trouver les contrats, mon comptable qui s’occupait de la partie financière de ma vie, mes amis qui contribuaient, même ma femme qui se montrait d’une patience d’ange malgré la distance qui s’imposait lentement mais surement entre nous, par ma faute. C’était flatteur de dire que j’étais parmi les meilleurs et je souris doucement : « Dans ce milieu, être le meilleur ne suffit pas. Même si le compliment est très flatteur Si je n’avais pas eu le rôle d’Edouardo, jamais je n’aurais eu la carrière que j’ai aujourd’hui le grand bonheur d’avoir… et j’en ai conscience. Être croyant, je remercierais Dieu, mais à la place, je remercie mon agente d’artiste qui agit comme la providence. »

Il y avait longtemps que j’avais cessé de croire en Dieu et en l’église. Depuis le moment où j’avais réalisé que notre très sainte église catholique n’apprécierait jamais l’homme que j’étais au fond de moi, peu n’importe toutes les bonnes choses que je faisais. Je connaissais des gens du milieu qui étaient de véritables du cul. Ils ne savaient pas reconnaître la chance qu’ils avaient. Des artistes talentueux qui vivaient de paie en paie, il y en avait par centaines, par millier. Vivre de sa passion, c’était l’essentiel.

Sur ce point, je m’informais justement auprès de la jeune demoiselle sur ce qui l’avait poussé à choisir son métier. Dans son cas, les aléas de la vie simplement l’avait poussé ce qui ne me rendait que plus admiratif. Surtout qu’elle avait des connaissances dont je n’avais même pas pu m’imaginer. J’étais fasciné par l’histoire des poissons-clowns. « Je peux comprendre votre soif d’en savoir plus si de tels phénomènes peuvent être observés dans la nature. Parce que j’avoue que c’est plutôt impressionnant. »

Ainsi rappelé à l’ordre par le directeur, elle s’interrompt. « Et bien dans le domaine des arts, on oublie parfois que le temps passe à une vitesse folle. L’horaire est un peu serré toujours mais c’est ce qui crée cette ferveur. » J’avalais d’une traite le fond de ma tasse. « En effet, je vais devoir passer en vitesse par-dessus le script. Par contre, nous pourrons reprendre cette conversation à la pause-diner qui devrait être la prochaine si je ne m’abuse. Vous viendrez me rejoindre dans ma roulotte si vous le voulez. » dis-je après avoir jeté un petit coup d’œil à ma montre. Resserrant un peu le manteau sur moi, je m’éloignais vers le plateau pour y récupérer ma copie du texte et le feuilleter pendant un bref instant. Le temps de me replonger dans le personnage.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Mergellina 2012 - Constello Empty
Sujet: Re: Mergellina 2012 - Constello ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Mergellina 2012 - Constello -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut