Revenir en haut
Aller en bas


 

- │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
En ligne
Lilwenn Boschetti
http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + heavydirtysoul. :: crédit de l'avatar - beylin :: crédit du codage de la signature - « Helium » par Sia :: texte de la signature
Messages : 1468 - Points : 1756
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. 6uo3
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Empty
Sujet: │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. ( le Sam 20 Juil 2019 - 2:00 )
VALENWENN ♔ Parenthèse de 48 heures pour souffler.
Il n'y a que le son du vent et des vagues. Me berçant, je me trouve blesser, me demandant comment parvenir à garder la tête hors de l'eau. Perdue dans mes pensées, je songe à ma Barbara, ma Babou, qui de jour en jour s'amaigrit. Je suis impuissante face à la situation puisque je ne peux rien faire, ce qui semblent être également le cas des médecins avec les mois qui défilent. Nous a-t-on averti d'une fin relativement proche ? Oui et non. « Pas toi ma Babou. Ne m'abandonne pas toi aussi. » Je souffle, ayant mes pieds dans le sable, scrutant sans m'en rendre véritablement compte l'immensité qui s'offre à moi, sous mes yeux, chaque jour que Dieu fait. Poussant un long soupire, croisant les bras par le vent qui s'engouffre dans ma chevelure, qui caresse ma peau, me faisant ainsi frissonner, je retrouve la terre ferme lorsque j'entends mon iPhone sonner. « Oui ? » Je réponds, lorsque j'entends la voix de ma Babou. Un sourire s'inscrivant sur mon visage, je l'écoute, levant les yeux au ciel. « Je te l'ai dit, je n'ai pas le dernier Avengers Babou. Je ne télécharge pas illégalement sur Internet. » Je réponds, faisant mine d'être agacé, puisqu'elle me le demande depuis un moment. J'agis ainsi afin de l'amuser, puisque lorsque je le suis véritablement, je me montre froide et tranchante. « Babou… Quoi ? » Je prononce, quand elle me fait part de l'heure. « Put… » M'arrêtant de justesse, j'évite de prononcer un gros mot, puisque lorsque je le fais devant ma chère sœur, je dois réaliser une sorte de défi, ce qui la fait rire. C'est par ailleurs pour cette raison que je réalise tout ce qu'elle me demande, puisque seul son bonheur compte à mes yeux. « Je n'ai pas dit le gros mot ! Je me suis arrêtée à temps. » J'affirme, quand elle me prie de me rendre chez mon amie. « Merci de m'avoir appelé miss rappel et calendrier. » Je souffle, dans un sourire, avant de lui dire que je l'aime. « Au revoir ma Babou. » Je prononce, bien qu'elle ait déjà raccroché.

Me garant rapidement, n'habitant pas bien loin de chez mon amie Valentina puisque nous résidons dans le même quartier, je m'empare de mon sac afin de rejoindre sa maison, puisqu'il est convenu que je reste chez elle ce soir, afin que nous passions du temps entre copines. « Valentina, je suis devant ton chez-toi. Tu peux m'ouvrir s'il te plaît ? » Je demande, sur sa boite vocale, puisqu'elle doit être au téléphone ou occuper, que sais-je. « Tu ne sais pas à quel point tu me sauves. » Je prononce dans un murmure, puisque grâce à son idée de m'inviter à dormir chez elle, j'évite de rester dans l'immense demeure où je dois cohabiter avec mon « père », cet homme pour lequel je ne ressens que de l'amertume ainsi qu'une immense colère qui ne désemplira jamais. « Pense à autre chose Lily. » Je souffle, lorsque j'arrive devant la porte d'entrée de chez mon amie. « Valentina. » Je prononce, lorsqu'elle m'ouvre, afin de m'accueillir. « Tu ne sais pas à quel point je suis contente de te voir. » Je dis, la prenant dans mes bras.  


@VALENTINA BASINI


Je sais pas encore.
ICI. ━ Texte. ━ Dernier texte.


Dernière édition par Lilwenn Boschetti le Mar 17 Sep 2019 - 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Basini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Valentina Basini
http://www.ciao-vecchio.com/t5257-valentina-pas-d-idee-de-titre http://www.ciao-vecchio.com/t5259-valentina-basini
Faceclaim : Courtney ford + ealitya(avatar) , .plùm(sign), tumblr (gifs)
Messages : 88 - Points : 118
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Tumblr_inline_pqgaigTY2J1rvmmrv_540
Âge : 36 ans (15/04/1983)
Métier : sans emploi actuellement
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Empty
Sujet: Re: │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. ( le Jeu 5 Sep 2019 - 22:18 )
Vivre dans cette immense maison après autant de temps, ça lui faisait toujours bizarre, même si ça faisait plusieurs mois qu’elle était ici. Il faut dire qu’elle a passé des années à habiter dans des petits studios miteux, et même au début, elle était limite à la rue, c’est fou comme on peut passer d’un extrême à un autre. Au final malgré les difficultés, sa vie n’avait pas été si mal, grâce à sa fille notamment et aux quelques amis qu’elle avait eus, elle avait été soutenue, elle n’aimait pas forcément leur demander de l’aide mais par moment elle n’avait pas eu le choix, c’était la seule solution pour que sa fille s’en sorte. Dire qu’aujourd’hui, elle avait une chambre deux fois plus grande que les studios ou elle avait logé, ça lui faisait trop bizarre. L’une des choses qu’elle était allée voir quand elle avait hérité de la maison, c’était son ancienne chambre qui a sa grande surprise ne ressemblait plus à une chambre, mais à une salle de cinéma, elle avait été vite effacée, une manière de plus de prouver que ses parents l’avaient renié, elle avait été surprise d’hériter de tout, elle aurait pensé être rayé du testament depuis. Elle est quand même triste qu’aucun d’eux n’ait voulu la recontacter ou connaître leur petite fille, satanés riches.

La jeune femme ne comptait pas se la couler douce jusqu’à la fin de sa vie, elle espérait retrouver du travail, mais ça semblait difficile, il faut dire qu’elle n’avait pas de diplôme, elle avait arrêté l’école à seize ans et pour certains c’était impensable, mais elle n’était pas idiote, elle savait beaucoup de choses, l’école ne fait pas tout. Elle avait quand même besoin de compagnie, donc elle avait invité une amie plus jeune qu’elle, mais elles n’habitaient pas très loin l’une de l’autre, elle allait donc lui ouvrir quand elle arriva. « Moi aussi je suis contente, je ne savais pas que je t’avais autant manqué. » Elle se mit à rire gentiment bien sûr et la fit entrer, elle lui proposa ensuite à boire. « J’ai du mal à me faire à cette maison et pourtant ça fait quelques mois. » Il y avait toujours un malaise, mais elle finirait sans doute par s’y habituer. « Parle moi un peu de toi, ça va en ce moment. » Valentina n’allait quand même pas monopoliser la conversation.


Valentina Basini
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Lilwenn BoschettiToujours frais après un litre de café
En ligne
Lilwenn Boschetti
http://www.ciao-vecchio.com/t4992-lilwenn-boschetti-evitez-l-aig http://www.ciao-vecchio.com/t5756-lilwenn-boschetti-la-mort-est-prematuree-a-tout-age#182086
Faceclaim : j'ai pour avatar Dakota Johnson + heavydirtysoul. :: crédit de l'avatar - beylin :: crédit du codage de la signature - « Helium » par Sia :: texte de la signature
Messages : 1468 - Points : 1756
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. 6uo3
Âge : 30 ans + née à Paris, le 18 juin 1989
Métier : bibliothécaire à temps plein
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Empty
Sujet: Re: │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. ( le Mar 17 Sep 2019 - 15:01 )


Parenthèse de 48 heures pour souffler.

VALENTINA ET LILWENN

J'ai promis à ma Barbara de m'amuser. Je lui ai promis de ne pas penser à elle, mais à moi, ce que je ne fais jamais. Un mince sourire naissant sur mon visage à cette pensée, je réalise qu'elle n'a pas tord lorsqu'elle me rabâche que je ne songe jamais à mon bien-être. Elle n'a évidemment pas tord, comme toujours. Barbara me connaît mieux que je ne me connais moi-même, elle est mon ange sur Terre, mon ange gardien. Émue en songeant à cela, je renifle, mes prunelles inondées de larmes. « Ne pleure pas Lily. » Je me dis, me le soufflant, lorsque Valentina m'ouvre. Lui offrant un doux sourire chaleureux, je ne peux m'empêcher de lui dire que je suis heureuse de la voir, ce qui est bien évidemment le cas. La pressant dans mes bras, je finis par lui emboîter le pas, n'ayant pas répondu au fait qu'elle aussi est ravi que je sois là. « Tu sais bien que je m'échappe de mon "palace doré" lorsque je viens chez toi. » Je dis, puisque je déteste l'endroit où je vis, où plutôt, je déteste la personne à qui appartient l'endroit où je vis : mon paternel. Beaucoup de personnes pourraient ne pas comprendre pourquoi j'aime m'échapper de la villa vu que l'étage « m'appartient » en quelque sorte, seulement, ses personnes ne savent pas tout ce que j'ai vécu avec monsieur le propriétaire.

« J'veux bien quelque chose de frais, genre de l'eau. » Je ne suis pas difficile à contenter, du moins, lorsqu'il s'agit de boire ou de manger. « Ouais, j'te comprends. » Je commence, faisant la grimace. « J'vis dans ma prison dorée depuis que je suis arrivée à Naples, j'avais seize ans et je m'y fais toujours pas. » M'arrêtant, je ne vais pas continuer en disant que j'aurais préféré vivre à Paris dans notre petit appartement minable que je partageais avec ma mère, bien que parfois, en y songeant, je me dis que j'aurais aimé y rester, pour ainsi être avec elle, parce que malgré ma douleur, ma peine rapport à tout ce qu'elle prenait, je l'aimais. « Elle s'y fait ta princesse, à son château ? » Je dis, dans un sourire, puisque cela doit la changer, la chambouler, tout comme sa mère. « Ça me fait toujours bizarre de me réveiller dans une immense chambre. » Je dis, m'asseyant dans la cuisine, devant son plan de travail. « Parfois, lorsque je me réveille, je me demande où je suis. Je suis surprise de ne pas me réveiller dans ma minuscule chambre à Paris. » C'est vrai que cela est courant, du moins, lorsque l'on s'approche de la date de décès de ma mère, ou encore, lorsque je rêve d'elle. « Tu vas t'y faire, t'en fais pas. » J'ajoute, l'espérant pour elle, puis il n'y a pas de raison qu'elle n'y parvienne pas. « J'ai pas grand-chose à dire. » Je murmure, postant mes coudes sur monsieur son plan de travail, tandis que ma tête se cale sur les paumes de mes mains. « Madame la perche blonde était à la cuisine, on se dit pas un mot. Monsieur mon géniteur travaille, pour changer. » Je n'ajoute pas qu'il pourrait s'abandonner dans les bras d'une autre, ne voulant pas lui accorder plus de temps dans notre conversation avec mon amie. « Question morale, ça va. » Je prononce, sans me pencher sur le sujet. « AH ! Ma Babou m'a appelé pour me dire de ne pas t'oublier, comme j'ai une petite tête et un minuscule cerveau. » Je dis, un sourire s'inscrivant sur mon visage en forme de cœur puisque je songe à ma jeune sœur. « Ça avance ta recherche d'emploi ? » Je demande, après quelques minutes à réentendre la voix de ma Barbara dans ma tête, à réentendre notre conversation quelques minutes plus tôt, lorsqu'elle m'a téléphoné.

(c) oxymort
@VALENTINA BASINI



Je sais pas encore.
ICI. ━ Texte. ━ Dernier texte.
Revenir en haut Aller en bas
Valentina Basini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Valentina Basini
http://www.ciao-vecchio.com/t5257-valentina-pas-d-idee-de-titre http://www.ciao-vecchio.com/t5259-valentina-basini
Faceclaim : Courtney ford + ealitya(avatar) , .plùm(sign), tumblr (gifs)
Messages : 88 - Points : 118
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Tumblr_inline_pqgaigTY2J1rvmmrv_540
Âge : 36 ans (15/04/1983)
Métier : sans emploi actuellement
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Empty
Sujet: Re: │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. ( le Dim 6 Oct 2019 - 21:35 )
« Tu n’as pas l’air si bien chez toi. » C’est ce qu’elle pouvait déduire vu ce que venait de dire son amie. La solution pour elle serait peut-être de déménager, mais Valentina s’abstiendrait de lui dire ça, elle ne voulait pas forcément insister sur le sujet. « Va pour de l’eau. » C’était bien de ne pas avoir quelqu’un de compliqué, elle revint donc avec un verre d’eau fraiche qu’elle tendit à Lilwenn. « Dis-toi au moins que tu as un toit sur la tête, ce n’est pas le cas de tout le monde. » Valentina savait de quoi elle parlait, elle avait souvent eu du mal à se loger, parfois elle devait même se faire héberger par des gens qu’elle connaissait et elle n’aimait pas ça, car elle se sentait impuissante. Pourtant si un jour elle pouvait aider quelqu’un comme ça elle le ferait, sa maison était assez grande, mais trop pour elle, elle ne vivait qu’avec sa fille, elle avait l’impression de ne pas avoir besoin de tout cet espace et pourtant elle y avait vécu les seize premières années de sa vie. « Je pense que ça lui fait bizarre, tu sais elle n’a pas eu l’occasion de vivre dans ce genre d’endroit, c’étaient plutôt les studios miteux. » Elle espérait pouvoir avoir sa fille avec elle, pendant un an ou deux minimums, car sa fille était adulte à présent si ça se trouve, elle voudra prendre son indépendance et en tant que mère, Valentina redoutait ce moment. « Parfois je me demande si c’est réel, et oui ça l’est. » Ce n’était pas un rêve, dommage qu’elle n’ait jamais pu se réconcilier avec ses parents. « Les relations familiales c’est souvent compliqué, au moins tu as ta sœur. » Heureusement qu’elle s’entendait bien avec sa fille. « Je n’ai rien pour le moment, tu sais sans diplôme c’est dur ou alors c’est des boulots avec des heures impossibles pour un salaire minable. » Elle se souvint soudain que tout à l’heure, elle avait reçu un colis mystère, elle alla le chercher. « J’ai reçu ça, je me disais que ce serait sympa que quelqu’un l’ouvre avec moi. » C’était une petite boite, elle l’ouvrit et fut surprise de voir ce qu’il se trouvait à l’intérieur. Il s’agissait un médaillon ancien, elle n’en revenait pas. « C’est le médaillon que ma grand-mère m’avait donné, j’ai dû le vendre quand j’étais sans argent. » Elle en avait les larmes aux yeux, c’était un bijou de famille très important pour elle et ça lui avait fait mal au cœur de devoir le vendre, mais qui lui avait envoyé et surtout comment ? Elle n’y comprenait rien, mais c’était une merveilleux de l’avoir à nouveau avec elle.


Valentina Basini
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
│VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. Empty
Sujet: Re: │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- │VALENTINA│ Parenthèse de 48 heures pour souffler. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut