Revenir en haut
Aller en bas


 

- En un aire de España. (Sullivan) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Lempika. light (vava)
Messages : 411 - Points : 740
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: En un aire de España. (Sullivan) ( le Lun 5 Aoû 2019 - 0:58 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Je marche mon étui de guitare à la main en direction du port. Je dois retrouver Ezio et quelques amis de son école de danse. Le temps est tellement agréable que l'on a décidé de se retrouver à l'extérieur pour répéter quelques pas de flamenco. Léandre veut améliorer sa technique et montrer à ses amis combien il maitrise de mieux en mieux cette danse espagnole. C'était un peu compliqué de danser quand je suis arrivé en janvier, je devais d'abord finir de cicatriser avant de reprendre cette activité. Même si elle est une passion quand je la pratique je me donne à fond. Vu que je vais de mieux en mieux, je pourrais participer d'avantage. Bien entendu j'éviterais d'en parler à mon médecin, le docteur Dagostino, à ma prochaine visite, il dirait surement que c'est encore trop tôt. Le souci du flamenco c'est quand tu te lances tu ne peux pas faire les pas à moitié, et le claquement des talons fait pas mal de vibration. De quoi bien me secouer les entrailles. Enfin je vais y aller mollo et puis sinon je me contenterais à jouer de la guitare. Je vois enfin le petit groupe installé sur un banc, une glacière surement remplie de bière est posé à ses pieds. Heureusement que j'ai prévu ma bouteille d'eau. Et puis il y a un bar à deux pas si j'ai besoin d'un truc plus frais. Tout sauf de l'alcool, pas question de déroger à cette règle de mon hygiène de vie. « Salut les gars. Vous allez bien. » Quelques tapes dans le dos. Des serrements de main. Ezio qui me demande si j'ai pu me reposer. « Oui vieux frère j'ai pu et je suis en pleine forme pour te mettre la pâté. » Je dois dire que pour un italien Ezio se débrouille plus que bien en flamenco. Bon il a eu un bon professeur. Et non je ne me jette pas des fleurs.

Je m'installe sur le banc et sors ma guitare de son étui. Elle peut paraître vieille, patinée par les années, mais c'est un peu logique vu que c'est celle de mon grand-père. J'en ai des plus ressentes mais cela sonne tellement mieux que toutes les autres. Et c'est un peu ma guitare fétiche. « Bon vous êtes prêts on attaque doucement. » Et je commence à jouer alors que Ezio commence à danser accompagné par ses amis. L'ensemble donne pas mal. Quand ils se trompent je conseille et aiguille tout en continuant à jouer ou en marquant le tempo de mes mains. Les gens se sont un peu agglutinés autour de nous, mais je ne pense qu'à la musique et les pas que les danseurs enchainement avec plus d'aisance. Jusqu'à ce qu'ils bloquent. « Non faut que tu appuies plus sur ton pied gauche. Et que tu balances le poids de ton corps. » Mais mes explications verbales n'ont pas l'air d'être compréhensives. « Attendez je vais vous montrer. » Je pose ma guitare et je me lève, tenant mon côté droit. Ezio me dit de faire doucement. « T'inquiète pas. » Puis je reprends les pas en les découpant doucement avant de les faire en rythme tout en frappant dans mes mains. C'est là que j’aperçois dans notre public improvisé le docteur Dagostino. Je termine mes pas, suivi de mon ami on accélère un peu plus. « Oui voilà tu piges le truc. »

Puis je m'arrête, posant encore une fois la main sur mon côté et je me tourne vers le médecin. « Docteur c'est sympa de vous voir ailleurs que dans une salle d’hôpital. » Je fais les présentations, et je l'invite à se joindre à nous. Je m'installe à nouveau sur le banc, jouant la prudence face au médecin. Tant bien il m'a vu faire le con cinq minutes avant. « Vous voulez une bière ? Elles sont fraiches. »  Je me remets à jouer et ils se remettent à danser. Le tout s'enchainant rapidement et parfaitement bien sous les applaudissements des quelques spectateurs. « Bon je crois que vous avez trouvé votre public les mecs. Et l'enchainement est parfait, pile dans le tempo. » Puis Ezio et ses danseurs doivent s'en aller, comme aime me le répéter mon ami il a un boulot lui. « Oui je sais moi je suis en vacances. » Je souris. « On se retrouve plus tard à la salle vieux frère. » Autant profiter d'un instant hors de son contexte pour faire connaissance avec le beau docteur Dagostino. Je continue à gratter sur ma guitare jouant une mélodie plus douce alors que les gens reprennent leurs marches. « Vous passiez par là par hasard ? » Moi je ne crois pas au hasard, pour moi toutes les choses sont écrites. Et si elles sont écrites c'est pour aboutir à quelque chose.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 639 - Points : 1281
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Mar 6 Aoû 2019 - 13:30 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Le déménagement est maintenant fait. Il ne retournera plus dans cet appartement, si ce n’est pour rendre visite à son ex petit-ami de temps en temps. Il vit enfin réellement dans cette belle maison. Celle dont il a toujours rêvé. C’est une situation un peu bizarre, puisque l’habitude n’est pas encore là, mais il va s’y faire certainement. Il se sent déjà un peu mieux de toute façon. Il a la conscience bien plus légère. Il peut faire ce qu’il a envie, comme il en a envie. Le quartier est encore à découvrir par contre. C’est pourquoi il a décidé de ne pas rester enfermer chez-lui. Autant aller se balader un petit peu, voir ce qu’il y a dans le coin. Découvrir les gens du quartier. Profiter simplement. Il marche pendant un petit moment, s’éloignant un peu plus, pour aller vers le port. Un endroit assez beau, accueillant. Il observe ce qui se passe autour de lui, et se voit surprit de voir un petit groupe de personne. Curieux, il se dirige directement vers l’endroit. Il entend finalement la musique, puis il voit ces danseurs. Et Juan qui semble faire partir de ceux-ci. Il est d’ailleurs entrain de faire une démonstration, ce qu’il n’est pas censé faire. Il le remarque assez vite aussi. Sullivan ne dit rien pour le moment, approchant finalement. « - Le plaisir est partagé. Enchanté. » Dit-il en saluant ses amis directement. Il regarde les bières. Il ne travaille pas, il peut donc se le permettre. Il en prend une, avant de se mettre sur le côté, pour ne pas déranger.

Silencieux, il observe la scène. Les gens semblent vraiment s’intéresser à ce qui se passe. Ils sont doués, il comprend, puis la musique est entraînante. Même si ça n’est pas dans les habitudes. Il salue les jeunes hommes quand ils doivent partir. Restant poser là. Se reconcentrant sur son patient finalement. « - Oh non. Je venais exprès ici, pour surveiller. J’ai pour habitude d’espionner mes patients pour voir s’ils respectent mes consignes. » Dit-il sur le ton de l’humour. Il plaisante bien évidemment. Il ne le suit pas. Il n’est pas ce genre de personne. Mais on peut dire qu’il est arrivé au mauvais moment pour le jeune espagnole. « - Je vis pas loin de là. Je me promenais. Je ne pensais pas que c’était vous qui attiriez les foules. » Il lui adresse un sourire, alors qu’il boit quelques gorgées de sa bière. Il regarde les gens qui passent, ceux qui ont reprit le cours de leur vie simplement après que le spectacle se soit terminé. « - Mais, j’ai bien vu que vous ne respectiez pas mes indications. La douleur ne vous arrête donc pas. » Il a bien vu qu’il se tenait le côté. Ce qui veut bien dire qu’il n’est pas à l’aise non plus. C’est logique en même temps. C’est pour ça qu’il est en repos. Et qu’il est censé rester tranquille. Ne pas faire d’effort. « - Vous êtes doués en tout cas. La danse, la musique. Je ne savais pas que vous aviez ce genre de talent. » Il n’a jamais cherché plus loin non plus en réalité. Il est son patient. Puis il connait ses anciennes activités en plus de ça. Bien que Sullivan ne juge pas, ça fait aussi partie du métier. Faire avec, même si ça n’est pas dans ses valeurs. Le principal c’est que le jeune homme ne soit pas désagréable avec lui.
AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Lempika. light (vava)
Messages : 411 - Points : 740
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Jeu 8 Aoû 2019 - 17:53 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
J'aime partager ces moments ou l'Espagne vient frôler les portes de l'Italie. Et quoi de mieux que la danse et la musique pour partager un moment intense. Oublier les tracas de la vie et juste profiter d'un moment entre amis. Je suis heureux d'avoir pu apprendre l'art du flamenco à Ezio, il a toujours été un bon élève de ce côté là. Peut être parce que la danse est lié a son univers tout comme le mien est lié à la tauromachie. Ce sont un peu nos oxygènes. Dans ces instants là on devient différent, juste contrôler par ce qui nous prend aux tripes. On devient des hommes meilleurs. Même si dans mon cas mon métier fait pas mal de vague. Enfin ici pas de crainte, je ne veux pas dire que j'éprouve des craintes chez moi à Séville. C'est juste qu'il a des gens qui parfois me gueulent dessus en me traitant d'assassin. Ce n'est pas une chose qui m'arrivera dans les rues de Naples.

Enfin revenons à nos moutons et à notre séance improvisée de répétitions de flamenco en pleine rue. Difficile de résister à l'appel de la musique et des pas. Même si danser frôle l'imprudence. Surtout sous les yeux du docteur Dagostino, c'est lui qui s'occupe de moi depuis que je suis à Naples. Lui que je vois pour l'évolution de ma blessure, pour les ordonnances de renouvellement de mes comprimés. Il est là dans la foule et je l'invite à nous rejoindre lui présentant la bande, Puis sonne le moment du dernier tour de piste. Je reprends ma guitare, mon côté me faisant mal, les danseurs enchainent les pas, avant que tout le monde décide de m'abandonner.  

Enfin je ne reste pas tout à fait seul. Vu que le beau docteur se pose à mes côtés en acceptant la bière que je lui propose. « Ah je vois. Du coup là je suis mal barré. » Le médecin a bien du repérer mes quelques hésitations et le fait que je me tienne le côté. Même un enfant a du le voir, alors un pro. Je vais avoir droit à un petite remontage de bretelle. Mais cela pourrait être amusant. Et faire passer le temps. « J'aime bien attirer les foules. Je ne peux pas le faire dans mon domaine .. » Ma voix est légèrement blasée, même si je garde la peur au ventre depuis l'accident. Les arènes me manquent. Et tout l'univers qui va avec. « Alors je joue sur d'autres cordes. »  Même si elles ne sont pas spécialement conseillées. « C'est exactement ce que j'ai pensé en vous voyant. Mais j'aime vivre dangereusement et je dois garder mon corps en forme. C'est un peu une question de survie. » Avoir des réflexes, être souple, rester vif, la danse me permet cela. Je récupère ma bouteille d'eau dans mon sac. Elle est encore fraiche. « Enfin j'en respecte des règles vu que je ne bois pas d'alcool. J'évite le mélange cachets et boissons non recommandées. » Après j'en ai jamais bu mais ça le doct n'est pas censé le savoir. Je suis jeune et j'aime m'amuser, alors il pourrait parfaitement penser que de temps à autre je laisse l'alcool gouverner mon corps.

Malgré ses remontrances, pour ma santé bien entendu, j'obtiens un compliment sur ma pratique du flamenco. « Disons que comme la corrida j'y suis tombé dedans à ma naissance. Ma mère dansait le flamenco accompagné par mon grand-père alors qu'elle était enceinte de six mois. Alors cela coule dans mes veines depuis un bail. Et puis je suis de Séville et tout homme d'honneur ce doit de pratiquer cette danse. J'ai du l'apprendre en même temps que j'ai appris à marcher. » Je me mets à rire. Me voilà en train de déballer toute ma vie. « La guitare c'est arrivé plus tard. Celle là c'est mi abuelo. » Le mot m'échappe en espagnol. « Pardon mon grand-père ..je me mélange parfois. » Je reprends en italien. « Qui me l'a offerte, elle était à lui. Je l'emmène partout, sans elle je ne suis entier. » C'est comme ma chaine avec une médaille de la Vierge Marie et la première oreille de toro que j'ai reçu. Que je porte toujours caché sous mes vêtements. Ce sont des portes bonheurs. « Vous dansez ? » Cela peut surprendre sur le coup mais cette information peut s’avérer utile pour plus tard. Et pour ne rien vous cachez le docteur Dagostino reste un homme des plus séduisants. Alors peut être que mon regard prend une autre teinte que lorsque je suis dans son cabinet.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 639 - Points : 1281
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Jeu 15 Aoû 2019 - 11:41 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Sullivan garde un sourire amusé sur les lèvres, pendant que le jeune homme parle. Il approuve d’un signe de tête. Il a tout vu, et il ne peut pas rester sans rien dire. Il est son médecin avant tout. Bien que même avec ses proches, le côté médecin ressort assez souvent, même s’il essaie que non, ce n’est pas si simple que ça. « - Je peux comprendre, votre envie de bouger. De faire de l’exercices. Mais quand vous le faites, vous avez mal. C’est bien la preuve, que vous ne devez pas le faire. » Il lève les yeux sur le visage du brun. Il n’est ni aveugle, ni stupide. Il sait de quoi il parle. « - Si vous forcez trop, ça sera pire. Et plus c’est pire, plus vous allez devoir vous reposez. » C’est un cercle, c’est ainsi. S’il ne fait pas attention, son corps mettra bien plus de temps à s’en remettre. Il rit légèrement ensuite, posant les yeux sur la bouteille ça. « - C’est déjà ça. » Et heureusement qu’il respecte cette règle. Il n’a pas envie de le retrouver à l’hôpital en plus de ça. Même s’il serait sans doute plus proche pour les consultations. Mais il doute que ça plaise à l’Espagnol.

Il l’écoute parler de son histoire. Il n’a jamais été en Espagne. Il a déjà entendu plusieurs rumeurs à ce sujet. Ce qu’on y fait, ce qu’on y voit. C’est aussi l’endroit préféré pour les vacances. La plupart du temps du moins. C’est une destination qu’il faudra qu’il découvre réellement. La corrida n’est pas une discipline qu’il apprécie, étant contre la violence animal. Mais ce n’est pas dans son intérêt de discuter là-dessus de toute façon. Il n’est pas là pour juger. « - Les traditions alors. C’est une bonne chose. C’est quelque chose à transmettre en tout cas, ce qui n’est pas plus mal. » Il y a des familles qui peuvent se transmettre ce genre de choses de génération en génération. Et c’est beau. Il aime vraiment cette idée. Il pose les yeux sur la guitare, comprenant une fois de plus. Ca a beaucoup d’importance pour lui, il le voit bien. « - Je ne vous souhaite que de continuer. Mais, tout en faisant attention. La guitare, ça va. Mais la danse, vaut mieux attendre encore un peu. » Mais il pourrait tout à fait en refaire par la suite. Du moins il est confiant. Sa blessure se remettra avec le temps.

« - Non pas vraiment. » Dit-il suite à sa question concernant la danse. « - Enfin, j’ai déjà fait un slow bien sûr. J’ai déjà dansé en boite de nuit. Mais ça n’a rien avoir. » Il n’a jamais vraiment pensé à ça. Il s’est juste contenté de faire simple. Il s’est débrouillé. Il a déjà fait plusieurs danses avec Alvaro, des slows, rien de plus. Après, il a déjà fait un striptease aussi, mais ça, il le garde quand même pour lui. Il n’a pas spécialement envie de dévoiler ce genre de chose. Il réfléchit quelques minutes avant de reprendre finalement. « - Je n’ai pas spécialement de fibre artistique. Même pour décorer ma maison, j’ai demandé conseils. On va dire que ça n’est pas ma spécialité. » Il n’a jamais essayé le reste, mais il doute que ça soit vraiment son truc. Son truc c’est plus la psychologie, la médecine et les soins aux personnes. Il a consacré presque toute sa vie à sa carrière.
AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Lempika. light (vava)
Messages : 411 - Points : 740
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Mar 20 Aoû 2019 - 22:58 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Difficile de nier, je me suis fais choper en flagrant délit d'abus d'exercice par mon médecin. Il est vrai que sur le fond le docteur Dagostino a raison je joue avec le feu. Je sens bien que mon corps n'est pas encore prêt et que je le malmène plus que ce que j'en prends soin. Mais c'est plus fort que moi. Et puis quand je danse je pense moins. Et de cette façon je garde le moral, et c'est aussi une bonne façon d'aider à la guérison. « Je le reconnais je joue un peu avec ma santé. Mais difficile de résister au flamenco. Et quand je danse j'oublie que je ne peux pas pratiquer mon métier. L'ambiance des corridas me manque. Je vous promet de faire attention et de rester prudent. Quoi que si je vais mal aller voir mon médecin est assez agréable. » Je tourne mon visage vers le beau docteur et appuie mes mots d'un clin d’œil. Il est autant sexy avec sa blouse que sans. Et puis je fais quand même attention en buvant que de l'eau. J'insiste un peu sur ce fait, même si je n'ai jamais bu d'alcool. Mais le médecin n'a pas besoin de savoir que cette règle je l'applique tous les jours de ma vie.  Faut bien qu'il pense que je fais quand même attention à ma santé. « Du coup j'ai droit à un bon point pour bonne conduite et un sourire de mon docteur adoré en prime. » Ma voix se fait taquine laissant comme un goût d’ambiguïté. Avant de mettre à rire. Oui je suis du genre joueur surtout face à un beau gosse.

Puis je lui parle un peu plus de mes racines et des traditions qui me lient depuis ma naissance au flamenco comme à la corrida. En plus mon métier j'en parle rarement depuis que je suis à Naples. J'aborde le sujet parfois avec Ezio, parce que mon ami est au courant. Mais sinon ce n'est pas un sujet qui vient dans la conversation facilement. Parce pas toujours bien perçu. C'est là que je me rends compte que d'un côté j'ai le mal du pays. Mais qu'en même temps je n'ai pas spécialement envie d'y retourner pour le moment. « C'est important les traditions. Passer le flambeau. Je pense que mon grand-père espère que sa guitare se retrouvera un jour entre les mains de ma descendance. Mais je ne suis pas sur de faire des enfants. Enfin. Si cela arrive le nom de El Domador risque fort de ne pas avoir de quatrième génération. » Mes mots finissent dans un soupir las. Parce que je ne peux m'empêcher de penser qu'en effet je pourrais être le dernier de la lignée des Velasco toréador. « El Domator cela veut dire le dompteur, mon grand-père a pris ce nom en devenant matador, puis mon père a pris la relève et enfin moi. Troisième génération. » Pas de quoi être fier pour certain, mais pour moi c'est important. Puis nous revenons sur la danse et la guitare. « Okay je vais faire plus attention. Quoi que si je vais mal je pourrais vous voir plus souvent. » Encore une petite taquinerie que je glisse dans mes phrases. Bon cela pourrait faire penser à du rentre dedans, mais j'évite les regards trop insistant. Même si parfois mes yeux croisent le fer avec les siens.

J'y vais un peu au culot quand je lui demande s'il sait danser. Je rigole légèrement quand le docteur Dagostino me parle de slow. « En effet cela n'a rien à voir. Mais si vous savez suivre la musique c'est une bonne chose. » Même si le flamenco reste une danse complexe qui demande pas mal d'apprentissage. Tout n'est pas perdu et je suis un bon professeur alors cela pourrait coller. Enfin si le médecin est tenté par cette danse. « Je suis sur que je pourrais tirer quelques bonnes choses de vous. » Je le regarde avec plus d'attention, le détaillant d'avantage sans aucune gêne. « Sinon c'est quoi qui vous fait vibrer dans la vie. A part de prendre soin de vos malades même en dehors du cadre professionnel. » Encore une fois je le taquine, mais cela m'amuse. En espérant que ma façon d'agir ne mettra pas mal à l'aise le beau docteur. J'avoue que faire plus ample connaissance avec lui me plairait beaucoup.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 639 - Points : 1281
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Lun 26 Aoû 2019 - 13:36 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Le jeune docteur se mit à rire doucement. « - C’est dommage de se faire du mal pour pouvoir me voir quand même. » Dit-il avec une pointe d’humour. Il vaut mieux le prendre bien de toute façon. Il ne lui cassera pas la tête. Il lui a déjà dit ce qu’il pensait de sa situation et de ce qu’il a vu. Ce n’est pas plaisant, mais il ne sait pas faire grand-chose de plus. Il ne va pas rester derrière ses fesses toute sa vie non plus. Il approuve ensuite, toujours avec ce sourire amusé sur les lèvres. Un bon point oui. Juste pour la prise de médicament correcte. C’est déjà ça on va dire. Ca l’aide. S’il ne les prends pas, c’est lui qui souffrira malheureusement. Il observe le visage du brun pour le moment, avant de se mettre à rire simplement, haussant les épaules.

Il l’écoute ensuite attentivement. Sullivan ne connaît pas spécialement l’Espagne. Du moins pas sur le bout des doigts. Il connait ce qu’un touriste peut connaître, rien de plus. Cette image d’un père qui transmet les choses, ça le fait sourire. Car Sullivan accorde une grande importance à la famille et ce genre de chose. Il n’a eu que son père pourtant, mais c’est quelque chose qui lui a toujours tenu malgré tout. Il aurait aimé avoir un frère ou une sœur avec qui partager des choses. Il hoche la tête. « - Je vois un peu ce que vous voulez dire. Mais tout n’est pas perdu. Surtout si vous y tenez. » Mais il faudra le temps, pour son côté. Ca dépend un peu de son état, de comment vont aller les choses. Il hausse un sourcil presque automatiquement quand il entend ses autres mots. « - Je vais devoir pratiquer des soins à domicile à force. Vous savez, si vous forcez et que vous avez du mal à bouger ensuite. » Dit-il en imaginant très bien les choses de son côté.

La danse, ce n’est pas vraiment une activité qu’il pratique. Sauf pour s’amuser bien sûr. Il ne se retient pas pour ça. Mais ça n’a rien avoir avec la danse de Juan. « - Ca fait longtemps. » Dit-il directement. Il n’a plus fait de slow depuis un moment maintenant. Mais il s’en souvient encore. C’était pas si mal. Il n’a jamais écrasé les pieds de son partenaire. « - Peut-être, peut-être pas. Pas de suite par contre. Enfin, vous êtes en convalescence, je serai mauvais médecin de vous faire faire le contraire de ce que je vous dis. » Il se mit à rire une fois de plus. Puis sa question suivante lui pose un peu soucis. Il réfléchit un peu. Il ne sait pas vraiment quoi lui répondre. Mais il reprend quand même. « - Et bien, a vrai dire ça fait un moment que je me concentre uniquement à mon boulot. Et à voir les amis et la famille de temps en temps. » Dit-il directement. Il lit beaucoup pour son métier. Car il s’intéresse beaucoup à la psychologie sans vouloir se mettre là-dedans non plus. « - Mais j’aime bien la photo. J’en faisais pas mal avant. Ca fait longtemps que j’ai plus pris le temps pour ça. Ce qui est dommage. » Dit-il directement en pensant à ça. Il hausse les épaules. Maintenant qu’il a un peu plus de temps, peut-être qu’il devrait s’y remettre. « - J’ai l’air un mec complètement chiant comme ça. Je m’en rends bien compte. » Il rit légèrement passant la main dans sa nuque directement.

AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Lempika. light (vava)
Messages : 411 - Points : 740
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Sam 31 Aoû 2019 - 16:05 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Mon rire se joint au rire du médecin quand celui-ci me dit qu'il serait dommage de me faire mal pour le voir. C'est sur que si je peux utiliser une autre technique, je l'adopte tout de suite. Et puis le retrouver en dehors du cercle professionnel sera bien plus plaisant et amusant. Même si je me fais remonter les bretelles, de façon plus préventive que dramatique. Bon cela ne me fait pas de mal de me faire tirer un peu les oreilles, je joue au con, j'en ai conscience. Ezio aussi me le rabâche me prévenant qu'un jour il finira par sévir. Et moi lui rétorquant que je demande à voir. Je pourrais jouer à ce jeu avec le docteur Dagostino. Mais bon je ne suis plus un gosse et il faut aussi que je me prenne en main. Je pense que je joue un peu au con pour retarder l'instant de la guérison parce que ce moment me mettra en face d'une grande décision. Retourner dans l'arène ou pas ? Dilemme qui fait bouillir mon cerveau de plus en plus souvent. Enfin pour le moment le problème ne se pose pas. Et je me mets à parler au médecin de mes racines et de mes liens avec l'Espagne. Avec Séville et mon amour pour le flamenco. Difficile de sortir d'une passion quand on y est tombé tout petit. La corrida tout comme le flamenco coulent dans mes veines, alimentant mon cœur et mes entrailles. Alors ne pas pratiquer c'est un peu comme ne pas respirer. Je me prive de mon métier, parce que je ne suis pas assez fort pour combattre. Mais danser j'en suis capable, même si je grimace.

« J'essaie de m'y tenir. Mais l'accident est arrivé en septembre alors cela commence sérieusement à me saouler de jouer la carte de la prudence. » Parfois j'ai la sensation que c'est mon propre corps qui refuse de guérir, repoussant ainsi l'échéance. Le retour dans ma réalité. Mon regard plonge un peu plus dans le sien quand il me parle de visite à domicile. « Attention je pourrais devenir imprudent juste pour vous avoir à la maison docteur Dagostino. » Ma voix se fait plus chaude, à peine charmeur sur ce coup là. Je crois qu'à cet instant nous pensons tous les deux à une autre danse que le flamenco ou à un autre combat qu'une corrida. Puis on revient sur la danse et j'essaie de le décider à faire quelques pas de flamenco. Parce que le médecin n'est pas un bon danseur d'après ses dires, mais je suis un bon professeur; alors je suis persuadé que je pourrais tirer quelque chose de bon d'une collaboration entre lui et moi. Bon cela me permettait aussi de le titiller d'avantage. « En effet je suis en convalescence et vous êtes un médecin consciencieux et intègre. Du coup vous ne me pousserez pas aux vices de mouvements qui pourraient être mauvais pour mon petit être fragile. » Je souris. Après pas sur qu'il dise non si je lui propose un flamenco en position allongée. Cette vision me fait sourire un peu plus.

Après j'aiguille ma conversation pour en apprendre un peu plus sur lui. Vu qu'il a de gros avantages sur moi, il connait pas mal de choses à mon sujet. Il a même eu plusieurs fois la chance de voir mon anatomie. Enfin en tout bien tout honneur, mais bon il m'a vu en boxer et je n'ai eu la chance; pour le moment, que de le voir en échange en tenue de docteur. Sauf aujourd'hui. Mais bon malgré ses fringues il reste désirable. « Faut savoir larguer un peu les amarres doc. Sinon vous risquez fort de vous retrouver aussi en convalescence. » Ma voix se fait plus sérieuse à cet instant. « C'est cool la photo. Vous pourriez assister à un cours de Ezio, et prendre ses élèves certains sont super doués. En tant que sévillanos je n'en reviens pas parfois du talent de certains italiens. Et vous m'écouteriez jouer de la guitare. Certains cours ont lieu le soir. Cela pourrait coller. » Une petite invitation déguisée pour le revoir dans un autre contexte qu'un rendez vous médical. « Non pas du tout. Vous êtes un mec passionné par son boulot qui se donne à fond pour ses patients. Chose que je peux certifier. Et c'est déjà beaucoup doc. Et vous avez un petit nom. Parce que là vous me battez sur pas mal de point. Alors savoir votre prénom pourrait équilibrer un petit peu les choses. Une madame Dagostino ou un monsieur .. » Il y a des regards qui ne trompent pas, mais bon je préfère taper sur les deux tableaux vu que personnellement je croque dans les deux fruits.

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 639 - Points : 1281
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Mar 3 Sep 2019 - 14:43 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Levant les yeux sur lui. Il reprit avec une pointe d’humour dans la vie. « - J’en déduis que vous n’avez pas beaucoup de patience monsieur Velasco. » Dit-il en secouant la tête. Il comprend parfaitement qu’il ait envie de faire plus de chose. Bouger, faire de la danse, peut-être même reprendre son activité. Son corps ne le lui permet pas pour le moment. Il lui faut du temps pour se remettre. Mais il le sait parfaitement. « - Une invitation pourrait suffire. Pour une visite à domicile. » Non médicale dans ce cas-là. Même s’il lui viendrait en aide s’il en a besoin. Un sourire sur les lèvres, il chasse quand même ses idées. Il faut qu’il fasse attention à ce qu’il fait. Ce qu’il dit aussi sans doute. Il reste son patient après tout. Même s’il est libre de faire ce qu’il veut de sa vie privée. Surtout depuis qu’il est célibataire. « - Vous avez tout compris. » Dit-il par rapport à la danse. Peut-être qu’il est préférable d’attendre un peu pour ça. Même s’il ne dit pas non d’apprendre à ses côtés par la suite. Peut-être qu’il pourrait avoir un truc en plus dans sa vie.

Il se mit à rire doucement. « - Je sais. Mais mon boulot me servait de refuge. Enfin, vous avez raison. » Dit-il en hochant la tête. Il faut qu’il sorte un peu la tête de là. Qu’il fasse d’autre chose. Comme prendre du temps pour lui. C’est pour ça qu’il a décidé de partir en vacances. Il verra ce que ça donnera. Il écoute ses mots par rapport à la photo, et son ami qui est partit un peu plus tôt. « - Ok, je vais passer voir ce que ça donne. Puis je vais pouvoir vous entendre à nouveau, ça ne me déplait pas. J’aime bien la musique aussi. » Dit-il en posant les yeux sur la guitare. C’est agréable à l’oreille en tout cas. Il boit un petit peu, réfléchissant avant de sourire. « - Sullivan. C’est mon prénom. Sulli si tu préfères. La plupart des gens m’appelle comme ça de toute façon. Et je suis célibataire. Mais j’aime les messieurs et les dames. » Il est bisexuel, il n’a jamais caché ça. Après tout, il est libre d’aimer qui il a envie. Il a été en couple avec des femmes, et des hommes. Il n’a pas vraiment de préférence. Même si des fois il espère plus une chose que l’autre.

« - Et vous ? Vous avez quelqu’un dans votre vie ? » Il hausse un sourcil préférant demander. Mais il lui semble que non. Du moins, il ne se permettrait pas de draguer comme il le fait si c’était le cas. Ou alors il est libre. Sans doute que ça ne le regarde pas de ce côté-là. « - Vous vous posez ou vous êtes plus du genre à vous amusez ? » Il bouge un peu, pour pouvoir s’asseoir de manière plus à l’aise voulant quand même en savoir encore plus. « - On va pouvoir finir par se tutoyer non ? »Autant baisser les barrières après tout.


AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Lempika. light (vava)
Messages : 411 - Points : 740
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Jeu 12 Sep 2019 - 16:28 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
« Dans ce domaine là en effet je suis du genre impatient. Après dans d'autre j'aime prendre mon temps. » Et j'appuie ma réponse d'un clin d’œil pour laisser imaginer au beau docteur Dagostino dans quel domaine je pourrais prendre mon temps. Notamment celui de la drague. Même si là je lui fais un peu de rentre dedans, je ne suis pas le mec à chercher à avoir dans mon lit le premier soir, la personne qui me plait. J'aime user de charme avant, pour la connaître un peu plus. Mais bon pour le moment nous parlons de danse et pas d'autre chose. « Je note donc que vous ne diriez pas non à une invitation, hors du cadre professionnel. » Je cherche juste à m'assurer que le médecin est tenté, certains pourraient être choqué vu qu'à la base nous nous sommes rencontrés dans le cadre médecin, patient. Et non dans le cadre vie privée, mais un petit ajustage doit être possible. Je note également que même dans le cadre privé, le beau docteur ne me pousserait pas à la faute afin d'éviter de prendre des risques. Quoi qu'il ne parle peut être que de danse. Cette question va être à approfondir. Et cette idée ne me déplait pas. Et puis faut bien aussi décompresser de temps à autre, sinon le docteur pourrait bien devoir se poser par obligation. « Je comprends parfaitement le fait qu'un boulot peut servir de refuge. » D'une certaine façon je me sers du mien le mettant souvent en avant quand des décisions sur le plan privé font surface. Comme l'idée de me mettre en couple et de fonder une famille. Nous en venons au fait que même si nos métiers sont prenants, il faut aussi prendre du temps pour soit. Histoire de ne pas finir complètement épuisé.

C'est là que le docteur Dagostino me parle de photo et je lui propose naturellement de venir assister à un cours de Ezio. Il pourrait exercer son art sur des personnes en mouvement. Il n'oublie pas de préciser qu'il serait heureux de m'entendre jouer. « Pas besoin d'assister à un cours pour ça. » Je remarque son regard glisser sur ma guitare. « La musique apaise pas mal de tension. J'arrive à me vider complètement la tête quand je joue. Parfois j'ai la sensation de ne faire qu'un avec elle. » Je joue toujours le même morceau avant d'entré dans les arènes. Cela fait partie du rituel que je mets en place avant chaque corrida. Je souris quand il accepte de me donner son prénom. Et mon sourire se fait plus grand quand il précise qu'il aime les hommes comme les femmes. « Alors va pour Sulli. Et moi aussi j'aime les messieurs et les dames. Mais tu t'en doutais peut être un peu. » Je me mets à le tutoyer, vu le sujet abordé autant balancer le vous aux orties. Mais Sulli reprend sur le vous. « Je suis célibataire aussi. Avec mon métier j'ai rarement eu de relations sérieuses dans ma vie. Certaines ont fui en découvrant mon métier. Et pour d'autre c'est moi qui est refusé l'engagement ne voulant pas me déconcentrer. » J'ai toujours eu peur que m'investir dans une histoire d'amour me rende faible face au toro. C'est un peu idiot comme réflexion. Vu que mon grand-père et mon père se sont mariés, ce qui n'a rien changé dans leurs jugements face à la bête. C'est peut être que je n'ai tout simplement pas trouvé la bonne personne.

« J'aime m'amuser. Mais je ne suis pas quelqu'un qui couche sur un coup de tête. Pas de rencontre d'un soir qui finisse au lit. J'aime bien découvrir la personne avant. Partager certains points communs. Je suis un grand romantique quand on parle de relation … même si j'en ai jamais eu de vraiment sérieuses. Et vous ? » Je le vois s'installer pour être plus à son aise et du coup cela nous rapproche. « Je pense aussi que de ce côté là on peut sauter le pas Sulli. » Je lui souris et puis je reprends ma guitare. « Alors tu aimes la musique ? » Je commence à gratter les cordes de mon instrument. Je sais jouer du flamenco mais je sais jouer aussi un peu de jazz, de la variété, du rock. Plus à l'oreille qu'en suivant une partition. Du coup je fais divers petits enchainements. Jouant des airs connus pour voir si le sexy Sulli les découvre. Je joue même des morceaux plus doux, plus tendres, autant à mon aise ma guitare entre les mains que lorsque je tiens ma capote ou ma muleta. « Alors quel style te fait le plus vibrer ou craquer ? »

vmicorum.


L'amitié
ne connaît ni feinte ni déguisement, tout y est sincère, tout part du cœur.  
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + jenesaispas
Messages : 639 - Points : 1281
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_ncjfiqj2ZY1st5z40o4_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Sam 21 Sep 2019 - 15:01 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Les yeux sur son visage, il ne peut que sourire une fois de plus quand il entend ses mots. Il constate assez rapidement qu’il est charmeur. Ce qui n’est pas pour déplaire au docteur. Alors quand il lui demande une confirmation quand au fait de pouvoir se voir en dehors du cadre professionnelle, il approuve. « - Bien sûr. Je n’ai pas de raison pour dire non après tout. » Il est célibataire, il peut donc faire ce qui lui plait, quand ça lui plait. Et il n’a pas vraiment peur de se lier avec ses patients. Bien qu’il devrait parfois mettre des barrières. Il sait juste avec qui il peut aller plus loin et avec qui il ne peut absolument pas le faire. Sullivan est bien trop gentil généralement avec les autres. Mais depuis son agression et les aventures qu’il a vécues dernièrement, il est un petit peu plu prudent. Il s’est enfermé dans le boulot un peu trop longtemps. Il a envie de retrouver une vie sociale un peu plus active. Voir des personnes. Sortir. Juan lui permettra peut-être de faire ce genre de chose.

La photo est une passion, même s’il n’en parle pas réellement autour de lui. Il en fait de temps en temps. Il aime voir le résultat, et essayer de rendre les choses encore plus belles. Bien sûr, il n’est qu’un amateur. Il apprend encore. Il est content à l’idée de pouvoir revoir le jeune garçon en tout cas. « - Je pense que c’est un truc de musicien. De se sentir mieux par le son de son instrument. C’est important d’avoir un moyen de se vider la tête. » Surtout quand la vie n’apporte pas des choses positives. Quand ça ne va pas forcément bien. Il fait bien d’avoir quelque chose pour lui remonter le moral. Il a aimé l’entendre jouer. Il imagine que ça ne sera pas la dernière fois qu’il le fera. Il se mit à rire doucement. « - En effet, avec ton petit air de séducteur, je l’avais deviné. » Dit-il en levant les yeux sur son visage. Il ne serait pas ainsi sinon. « - Tu as un métier assez particulier en effet. C’est compliqué pour certaine personne. De comprendre. Par rapport à l’animal, sa mort. » Dit-il en pensant à ça. C’est une image assez difficile pour lui aussi. Après, ça ne l’empêche pas d’être là. De discuter et de le respecter. Le métier ne fait pas l’homme non plus. « - De mon côté, j’ai été en couple pendant 4 ans alors. Après, avant ça, j’ai eu des relations éphémères bien sûr. Ce n’est pas vraiment ce que je cherche en premier maintenant. En réalité, j’ai décidé de suivre le fil du temps et rien chercher de particulier, on verra bien. » Il laisse place au hasard. Il verra bien comment ça se passera. Surtout qu’il rêve d’avoir au moins un enfant. Et il n’y renoncera pas.

Il se concentre sur la musique. Approuvant d’un signe de tête pour lui dire que oui, il aime ça. Et c’est agréable à son oreille. L’entendre comme ça, ça le détend vraiment. « - J’aime beaucoup l’Indie Rock, les ballades également. » Il pense notamment aux chansons de Josh Beech, que personne, ou peu de personne ne connaît. Il a une voix assez particulière selon lui en plus de ça. Il adore écouter ce genre de musique. Mais il y en a bien d’autre. Rien que Carry on, donne vraiment la pêche quand on l’écoute. Ca dépend un peu de ce qu’il recherche en tout cas. « - Et toi ? Le flamenco ? » Il boit un petit peu. Mais il n’abuse pas, il se contentera d’une certainement. Pour ne pas finir dans le mal à la fin de cette soirée.


AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- En un aire de España. (Sullivan) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant