Revenir en haut
Aller en bas


 

- En un aire de España. (Sullivan) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Kidd (vava)
Messages : 71 - Points : 161
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: En un aire de España. (Sullivan) ( le Lun 5 Aoû 2019 - 0:58 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
Je marche mon étui de guitare à la main en direction du port. Je dois retrouver Léandro et quelques amis de son école de danse. Le temps est tellement agréable que l'on a décidé de se retrouver à l'extérieur pour répéter quelques pas de flamenco. Léandre veut améliorer sa technique et montrer à ses amis combien il maitrise de mieux en mieux cette danse espagnole. C'était un peu compliqué de danser quand je suis arrivé en janvier, je devais d'abord finir de cicatriser avant de reprendre cette activité. Même si elle est une passion quand je la pratique je me donne à fond. Vu que je vais de mieux en mieux, je pourrais participer d'avantage. Bien entendu j'éviterais d'en parler à mon médecin, le docteur Dagostino, à ma prochaine visite, il dirait surement que c'est encore trop tôt. Le souci du flamenco c'est quand tu te lances tu ne peux pas faire les pas à moitié, et le claquement des talons fait pas mal de vibration. De quoi bien me secouer les entrailles. Enfin je vais y aller mollo et puis sinon je me contenterais à jouer de la guitare. Je vois enfin le petit groupe installé sur un banc, une glacière surement remplie de bière est posé à ses pieds. Heureusement que j'ai prévu ma bouteille d'eau. Et puis il y a un bar à deux pas si j'ai besoin d'un truc plus frais. Tout sauf de l'alcool, pas question de déroger à cette règle de mon hygiène de vie. « Salut les gars. Vous allez bien. » Quelques tapes dans le dos. Des serrements de main. Léandro qui me demande si j'ai pu me reposer. « Oui vieux frère j'ai pu et je suis en pleine forme pour te mettre la pâté. » Je dois dire que pour un italien Léandro se débrouille plus que bien en flamenco. Bon il a eu un bon professeur. Et non je ne me jette pas des fleurs.

Je m'installe sur le banc et sors ma guitare de son étui. Elle peut paraître vieille, patinée par les années, mais c'est un peu logique vu que c'est celle de mon grand-père. J'en ai des plus ressentes mais cela sonne tellement mieux que toutes les autres. Et c'est un peu ma guitare fétiche. « Bon vous êtes prêts on attaque doucement. » Et je commence à jouer alors que Léandro commence à danser accompagné par ses amis. L'ensemble donne pas mal. Quand ils se trompent je conseille et aiguille tout en continuant à jouer ou en marquant le tempo de mes mains. Les gens se sont un peu agglutinés autour de nous, mais je ne pense qu'à la musique et les pas que les danseurs enchainement avec plus d'aisance. Jusqu'à ce qu'ils bloquent. « Non faut que tu appuies plus sur ton pied gauche. Et que tu balances le poids de ton corps. » Mais mes explications verbales n'ont pas l'air d'être compréhensives. « Attendez je vais vous montrer. » Je pose ma guitare et je me lève, tenant mon côté droit. Léandro me dit de faire doucement. « T'inquiète pas. » Puis je reprends les pas en les découpant doucement avant de les faire en rythme tout en frappant dans mes mains. C'est là que j’aperçois dans notre public improvisé le docteur Dagostino. Je termine mes pas, suivi de mon ami on accélère un peu plus. « Oui voilà tu piges le truc. »

Puis je m'arrête, posant encore une fois la main sur mon côté et je me tourne vers le médecin. « Docteur c'est sympa de vous voir ailleurs que dans une salle d’hôpital. » Je fais les présentations, et je l'invite à se joindre à nous. Je m'installe à nouveau sur le banc, jouant la prudence face au médecin. Tant bien il m'a vu faire le con cinq minutes avant. « Vous voulez une bière ? Elles sont fraiches. »  Je me remets à jouer et ils se remettent à danser. Le tout s'enchainant rapidement et parfaitement bien sous les applaudissements des quelques spectateurs. « Bon je crois que vous avez trouvé votre public les mecs. Et l'enchainement est parfait, pile dans le tempo. » Puis Léandro et ses danseurs doivent s'en aller, comme aime me le répéter mon ami il a un boulot lui. « Oui je sais moi je suis en vacances. » Je souris. « On se retrouve plus tard à la salle vieux frère. » Autant profiter d'un instant hors de son contexte pour faire connaissance avec le beau docteur Dagostino. Je continue à gratter sur ma guitare jouant une mélodie plus douce alors que les gens reprennent leurs marches. « Vous passiez par là par hasard ? » Moi je ne crois pas au hasard, pour moi toutes les choses sont écrites. Et si elles sont écrites c'est pour aboutir à quelque chose.

vmicorum.


El Domador III
Cuando mis ojos le miraron fijamente, supe que no me daría un regalo. Que tenía mi vida entre sus cuernos.
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + Niagara
Messages : 538 - Points : 1103
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_n8e64kXnVz1qari1to5_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Mar 6 Aoû 2019 - 13:30 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Le déménagement est maintenant fait. Il ne retournera plus dans cet appartement, si ce n’est pour rendre visite à son ex petit-ami de temps en temps. Il vit enfin réellement dans cette belle maison. Celle dont il a toujours rêvé. C’est une situation un peu bizarre, puisque l’habitude n’est pas encore là, mais il va s’y faire certainement. Il se sent déjà un peu mieux de toute façon. Il a la conscience bien plus légère. Il peut faire ce qu’il a envie, comme il en a envie. Le quartier est encore à découvrir par contre. C’est pourquoi il a décidé de ne pas rester enfermer chez-lui. Autant aller se balader un petit peu, voir ce qu’il y a dans le coin. Découvrir les gens du quartier. Profiter simplement. Il marche pendant un petit moment, s’éloignant un peu plus, pour aller vers le port. Un endroit assez beau, accueillant. Il observe ce qui se passe autour de lui, et se voit surprit de voir un petit groupe de personne. Curieux, il se dirige directement vers l’endroit. Il entend finalement la musique, puis il voit ces danseurs. Et Juan qui semble faire partir de ceux-ci. Il est d’ailleurs entrain de faire une démonstration, ce qu’il n’est pas censé faire. Il le remarque assez vite aussi. Sullivan ne dit rien pour le moment, approchant finalement. « - Le plaisir est partagé. Enchanté. » Dit-il en saluant ses amis directement. Il regarde les bières. Il ne travaille pas, il peut donc se le permettre. Il en prend une, avant de se mettre sur le côté, pour ne pas déranger.

Silencieux, il observe la scène. Les gens semblent vraiment s’intéresser à ce qui se passe. Ils sont doués, il comprend, puis la musique est entraînante. Même si ça n’est pas dans les habitudes. Il salue les jeunes hommes quand ils doivent partir. Restant poser là. Se reconcentrant sur son patient finalement. « - Oh non. Je venais exprès ici, pour surveiller. J’ai pour habitude d’espionner mes patients pour voir s’ils respectent mes consignes. » Dit-il sur le ton de l’humour. Il plaisante bien évidemment. Il ne le suit pas. Il n’est pas ce genre de personne. Mais on peut dire qu’il est arrivé au mauvais moment pour le jeune espagnole. « - Je vis pas loin de là. Je me promenais. Je ne pensais pas que c’était vous qui attiriez les foules. » Il lui adresse un sourire, alors qu’il boit quelques gorgées de sa bière. Il regarde les gens qui passent, ceux qui ont reprit le cours de leur vie simplement après que le spectacle se soit terminé. « - Mais, j’ai bien vu que vous ne respectiez pas mes indications. La douleur ne vous arrête donc pas. » Il a bien vu qu’il se tenait le côté. Ce qui veut bien dire qu’il n’est pas à l’aise non plus. C’est logique en même temps. C’est pour ça qu’il est en repos. Et qu’il est censé rester tranquille. Ne pas faire d’effort. « - Vous êtes doués en tout cas. La danse, la musique. Je ne savais pas que vous aviez ce genre de talent. » Il n’a jamais cherché plus loin non plus en réalité. Il est son patient. Puis il connait ses anciennes activités en plus de ça. Bien que Sullivan ne juge pas, ça fait aussi partie du métier. Faire avec, même si ça n’est pas dans ses valeurs. Le principal c’est que le jeune homme ne soit pas désagréable avec lui.
AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Kidd (vava)
Messages : 71 - Points : 161
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Jeu 8 Aoû 2019 - 17:53 )

Guitare & Flamenco
Sullivan & Juan
Todos los niños nacen artistas. El problema es cómo seguir siendo artistas al crecer. (Pablo Picasso)
J'aime partager ces moments ou l'Espagne vient frôler les portes de l'Italie. Et quoi de mieux que la danse et la musique pour partager un moment intense. Oublier les tracas de la vie et juste profiter d'un moment entre amis. Je suis heureux d'avoir pu apprendre l'art du flamenco à Léandro, il a toujours été un bon élève de ce côté là. Peut être parce que la danse est lié a son univers tout comme le mien est lié à la tauromachie. Ce sont un peu nos oxygènes. Dans ces instants là on devient différent, juste contrôler par ce qui nous prend aux tripes. On devient des hommes meilleurs. Même si dans mon cas mon métier fait pas mal de vague. Enfin ici pas de crainte, je ne veux pas dire que j'éprouve des craintes chez moi à Séville. C'est juste qu'il a des gens qui parfois me gueulent dessus en me traitant d'assassin. Ce n'est pas une chose qui m'arrivera dans les rues de Naples.

Enfin revenons à nos moutons et à notre séance improvisée de répétitions de flamenco en pleine rue. Difficile de résister à l'appel de la musique et des pas. Même si danser frôle l'imprudence. Surtout sous les yeux du docteur Dagostino, c'est lui qui s'occupe de moi depuis que je suis à Naples. Lui que je vois pour l'évolution de ma blessure, pour les ordonnances de renouvellement de mes comprimés. Il est là dans la foule et je l'invite à nous rejoindre lui présentant la bande, Puis sonne le moment du dernier tour de piste. Je reprends ma guitare, mon côté me faisant mal, les danseurs enchainenet les pas, avant que tout le monde décide de m'abandonner.  

Enfin je ne reste pas tout à fait seul. Vu que le beau docteur se pose à mes côtés en acceptant la bière que je lui propose. « Ah je vois. Du coup là je suis mal barré. » Le médecin a bien du repérer mes quelques hésitations et le fait que je me tienne le côté. Même un enfant a du le voir, alors un pro. Je vais avoir droit à un petite remontage de bretelle. Mais cela pourrait être amusant. Et faire passer le temps. « J'aime bien attirer les foules. Je ne peux pas le faire dans mon domaine .. » Ma voix est légèrement blasée, même si je garde la peur au ventre depuis l'accident. Les arènes me manquent. Et tout l'univers qui va avec. « Alors je joue sur d'autres cordes. »  Même si elles ne sont pas spécialement conseillées. « C'est exactement ce que j'ai pensé en vous voyant. Mais j'aime vivre dangereusement et je dois garder mon corps en forme. C'est un peu une question de survie. » Avoir des réflexes, être souple, rester vif, la danse me permet cela. Je récupère ma bouteille d'eau dans mon sac. Elle est encore fraiche. « Enfin j'en respecte des règles vu que je ne bois pas d'alcool. J'évite le mélange cachets et boissons non recommandées. » Après j'en ai jamais bu mais ça le doct n'est pas censé le savoir. Je suis jeune et j'aime m'amuser, alors il pourrait parfaitement penser que de temps à autre je laisse l'alcool gouverner mon corps.

Malgré ses remontrances, pour ma santé bien entendu, j'obtiens un compliment sur ma pratique du flamenco. « Disons que comme la corrida j'y suis tombé dedans à ma naissance. Ma mère dansait le flamenco accompagné par mon grand-père alors qu'elle était enceinte de six mois. Alors cela coule dans mes veines depuis un bail. Et puis je suis de Séville et tout homme d'honneur ce doit de pratiquer cette danse. J'ai du l'apprendre en même temps que j'ai appris à marcher. » Je me mets à rire. Me voilà en train de déballer toute ma vie. « La guitare c'est arrivé plus tard. Celle là c'est mi abuelo. » Le mot m'échappe en espagnol. « Pardon mon grand-père ..je me mélange parfois. » Je reprends en italien. « Qui me l'a offerte, elle était à lui. Je l'emmène partout, sans elle je ne suis entier. » C'est comme ma chaine avec une médaille de la Vierge Marie et la première oreille de toro que j'ai reçu. Que je porte toujours caché sous mes vêtements. Ce sont des portes bonheurs. « Vous dansez ? » Cela peut surprendre sur le coup mais cette information peut s’avérer utile pour plus tard. Et pour ne rien vous cachez le docteur Dagostino reste un homme des plus séduisants. Alors peut être que mon regard prend une autre teinte que lorsque je suis dans son cabinet.

vmicorum.


El Domador III
Cuando mis ojos le miraron fijamente, supe que no me daría un regalo. Que tenía mi vida entre sus cuernos.
Revenir en haut Aller en bas
Sullivan DagostinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Sullivan Dagostino
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t4731-un-anglais-en-italie-sulli http://www.ciao-vecchio.com/t4742-quand-on-est-medecin-autant-avoir-des-relations
Faceclaim : Jared Padalecki + Niagara
Messages : 538 - Points : 1103
En un aire de España. (Sullivan) Tumblr_n8e64kXnVz1qari1to5_250
Âge : 37 années (17 juillet)
Métier : Médecin généraliste
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le Jeu 15 Aoû 2019 - 11:41 )
Un air d'Espagne
Juan & Sullivan


Sullivan garde un sourire amusé sur les lèvres, pendant que le jeune homme parle. Il approuve d’un signe de tête. Il a tout vu, et il ne peut pas rester sans rien dire. Il est son médecin avant tout. Bien que même avec ses proches, le côté médecin ressort assez souvent, même s’il essaie que non, ce n’est pas si simple que ça. « - Je peux comprendre, votre envie de bouger. De faire de l’exercices. Mais quand vous le faites, vous avez mal. C’est bien la preuve, que vous ne devez pas le faire. » Il lève les yeux sur le visage du brun. Il n’est ni aveugle, ni stupide. Il sait de quoi il parle. « - Si vous forcez trop, ça sera pire. Et plus c’est pire, plus vous allez devoir vous reposez. » C’est un cercle, c’est ainsi. S’il ne fait pas attention, son corps mettra bien plus de temps à s’en remettre. Il rit légèrement ensuite, posant les yeux sur la bouteille ça. « - C’est déjà ça. » Et heureusement qu’il respecte cette règle. Il n’a pas envie de le retrouver à l’hôpital en plus de ça. Même s’il serait sans doute plus proche pour les consultations. Mais il doute que ça plaise à l’Espagnol.

Il l’écoute parler de son histoire. Il n’a jamais été en Espagne. Il a déjà entendu plusieurs rumeurs à ce sujet. Ce qu’on y fait, ce qu’on y voit. C’est aussi l’endroit préféré pour les vacances. La plupart du temps du moins. C’est une destination qu’il faudra qu’il découvre réellement. La corrida n’est pas une discipline qu’il apprécie, étant contre la violence animal. Mais ce n’est pas dans son intérêt de discuter là-dessus de toute façon. Il n’est pas là pour juger. « - Les traditions alors. C’est une bonne chose. C’est quelque chose à transmettre en tout cas, ce qui n’est pas plus mal. » Il y a des familles qui peuvent se transmettre ce genre de choses de génération en génération. Et c’est beau. Il aime vraiment cette idée. Il pose les yeux sur la guitare, comprenant une fois de plus. Ca a beaucoup d’importance pour lui, il le voit bien. « - Je ne vous souhaite que de continuer. Mais, tout en faisant attention. La guitare, ça va. Mais la danse, vaut mieux attendre encore un peu. » Mais il pourrait tout à fait en refaire par la suite. Du moins il est confiant. Sa blessure se remettra avec le temps.

« - Non pas vraiment. » Dit-il suite à sa question concernant la danse. « - Enfin, j’ai déjà fait un slow bien sûr. J’ai déjà dansé en boite de nuit. Mais ça n’a rien avoir. » Il n’a jamais vraiment pensé à ça. Il s’est juste contenté de faire simple. Il s’est débrouillé. Il a déjà fait plusieurs danses avec Alvaro, des slows, rien de plus. Après, il a déjà fait un striptease aussi, mais ça, il le garde quand même pour lui. Il n’a pas spécialement envie de dévoiler ce genre de chose. Il réfléchit quelques minutes avant de reprendre finalement. « - Je n’ai pas spécialement de fibre artistique. Même pour décorer ma maison, j’ai demandé conseils. On va dire que ça n’est pas ma spécialité. » Il n’a jamais essayé le reste, mais il doute que ça soit vraiment son truc. Son truc c’est plus la psychologie, la médecine et les soins aux personnes. Il a consacré presque toute sa vie à sa carrière.
AVENGEDINCHAINS




♛ Je jure solennellement que mes intentions sont bonnes, enfin je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
En un aire de España. (Sullivan) Empty
Sujet: Re: En un aire de España. (Sullivan) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- En un aire de España. (Sullivan) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Port de Santa Lucia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut