Revenir en haut
Aller en bas


 

- Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Je suis absent-e : du 17/08 au 26/08 -> Vamos a la playa ~
Messages : 427 - Points : 1182
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Ven 9 Aoû - 11:29 )

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. # Albert Camus Celack

Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance

Une extrême urgence : personne n’avait la même définition d’extrême ou bien d’urgence, alors encore moins lorsque les deux étaient employés ensemble. Pour la première fois de sa carrière, pour la première fois de sa vie, Celian s’était octroyé des congés. Des congés pour raison parentale, certes, pour l’arrivée d’Amelia et Charly, leurs deux enfants, leurs deux jumeaux ; mais sa conscience professionnelle avait glissé qu’il restait disponible en cas d’extrême urgence justement. Grossière erreur. Dans un accès d’impulsivité, il aurait été capable de lancer son téléphone par la fenêtre ou de le fracasser contre le mur. Toujours est-il que la personne au bout du fil, son adjointe n’y était en rien dans cette décision : elle était juste celle qui devait l’appeler pour lui faire part de cette nouvelle. Elle était celle que les administrateurs envoyaient au front lorsqu’il s’agissait d’évoquer un sujet houleux, un sujet à controverse avec le Britannique. Elle se confondait en excuses auxquelles le jeune papa répondit que ce n’était pas de sa faute et qu’il arrivait. Ce fut à son tour de se confondre en excuses auprès d’Adelina, qui heureusement pour lui, était la personne la plus compréhensive à son égard qu’il ait jamais rencontré. Il savait qu’il vaudrait mieux pour lui qu’il n’ait pas à repartir de nouveau lors de son congé : il allait devoir revoir cette notion d’extrême urgence avec ses administrateurs. Notamment, leur préciser qu’une visite du laboratoire ne faisait absolument pas partie d’une extrême urgence, qu’importe les partenaires qui y étaient invités. Surtout qu’habituellement, ce n’était pas son rôle, ni dans ses fonctions. Il le laissait avec grand plaisir à son adjointe, qui était bien plus compétente dans ce domaine et dans les relations avec autrui. Il devrait clarifier ce point aujourd’hui et mieux expliciter sa définition d’une urgence. Les jumeaux étant rentrés dans un nouveau cycle de sommeil, la jeune femme aurait le droit elle aussi à un peu plus de sommeil. Peut-être arriverait-il même à rentrer avant la fin de ce dernier ? Dans un dernier bâillement, les cernes s’accumulant sous ses yeux, le Brunet ferma doucement la porte derrière lui afin d’aller répondre à ses obligations.

Qu’ils soient partenaires financiers ou partenaires de travail, tous semblaient avoir été invités à cette visite et s’amassaient à l’accueil du bâtiment lorsque Celian et son adjointe descendirent de leurs bureaux respectifs pour les saluer. Dix-huit… Dix-neuf et vingt. Je crois que tout le monde est présent. De toute façon, comme le dit le vieil adage : les absents ont toujours tort. Prenant à peine le temps de survoler la liste qui lui avait été fourni, il signa cette dernière, avant de la tendre à son adjointe. Bonjour à toutes et à tous. En votre qualité de partenaires très importants à ce laboratoire, vous avez été conviés à voir l’envers du décor et les recherches que nous y menons. Vous allez très rapidement vous rendre compte que ce n’est pas moi qui d’ordinaire gère ce genre de visites, mais plutôt Mme Michele, mon adjointe. Et pour votre bien à tous, elle va très rapidement reprendre en main cette visite et vous trouverez cela beaucoup plus agréable. Celian était sans filtre, provoquant une réaction mitigée de l’assemblée : certains en riaient, d’autres devaient clairement se demander quelle mouche l’avait piquée. Pourtant, dans ce flots de visages l’un d’entre eux semblait lui être familier. Comme une impression de déjà-vu. Un lointain souvenir. Il aurait définitivement dû lire cette liste. Un visage peut changer en quelques années, mais pas un nom. Vous avez tous reçu une paire de gants et des sur-chaussures, nous vous prierons de bien vouloir les enfiler avant d’entrer. Derrière cette porte, certaines recherches ont seulement quelques jours, d’autres sont en route depuis plusieurs années et nous ne pouvons pas nous permettre de ruiner l’une d’entre elles. La première question, de l’une des représentantes, ne se fit pas attendre : Excusez-moi, mais vous êtes ? Le Britannique retourna le badge resté coincé dans sa poche, alors que son adjointe étouffait un rire. Celian Andrei, directeur de ce laboratoire, si vous n’avez pas d’autres questions, nous pouvons peut-être démarrer maintenant.

Tout comme le Brunet l’avait prédit, il laissa rapidement son adjointe prendre les rennes de cette visite, ne faisant que simple acte de présence ou répondant parfois aux sollicitations qui pouvaient lui être faites. La visite se terminant, elle laissait place aux échanges plus informels et aux questions particulières sur une recherche en particulier ou sur un point précis qui avait été abordé. Il était également le temps des curiosités familières, ainsi que des retrouvailles d’enfance...
(c) crackle bones




Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Jack Delaney
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©red-i-ctive
Messages : 362 - Points : 1169
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Tumblr_inline_o4uwmnRHEh1qm0wjz_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Mar 13 Aoû - 21:48 )
La vie continuait de couler tranquillement. Elle suivait son lit sans se soucier de rien d’autre. Elle semblait plus simple ici à Naples qu’à Chicago. Pourquoi ? Il ne le savait pas trop. Toujours était-il qu’ici Jack arrivait à lécher ses blessures sanglionantes. Il sait qu’elles ne se refermeront jamais, que tant que Mia n’avait pas été retrouvée - mort ou vive - il ne cesserait d’espérer, mais il était soulagé de voir qu’il pouvait savourer un moment de paix. Aussi bref soit-il. Il avait appris à apprécier ces instants. À défaut de pouvoir faire plus qu’il ne le fait déjà. Aujourd’hui, il devait aller visiter un laboratoire. Ce n’était pas son travail de prédilection, mais suite à un congé maladie sa collègue ne pouvait plus assister alors le directeur de l’hôpital à envoyer Jack en remplacement. C’est qu’à Chicago, il avait déjà eu à faire à des entreprises pharmaceutiques alors il savait deux trois petites choses. Ainsi donc, il conduisit jusqu’à son lieu de travail pour un jour. Il alla à la réception avec d’autres de ses collègues pour y recevoir un badge et de quoi éviter toute contamination possible des laboratoires. Bon élève, Jack suivait le mouvement. Sans parler. Sans regarder personne non plus d’ailleurs. Hormis avec son cercle d’amis, il n’était pas le plus bavard des hommes. Il était ici pour le travail, purement et simplement. Pas la peine donc de socialiser avec les autres. En voyant cependant ceux qui allaient faire la visite, son sourire s’agrandit. Il ne s’attendait certainement pas à voir son voisin d’enfance. Celui qui l’avait initié en premier aux joies de la science. Comme il se souvenait du set d’apprenti scientifique monté dans le garage des Andrei. Jack ne pourrait jamais oublier cet ami à l’accent chantant. Pour sûr qu’ils étaient des amis. La vie les avait séparées, mais ils avaient gardé le contact via des e-mails. Pourtant, avec Mia, il n’avait pas pris le temps d’entretenir les vieilles amitiés. Cela était probablement l’occasion de faire amende honorable.

La visite se passa sans encombre, Jack prit des notes pour le directeur de l’hôpital, mais ne faisait qu’observer alors que ses collègues posaient déjà des questions. Tout avait été expliqué et ce qui n’avait pas été dit ne serait certainement pas mentionné dans les questions / réponses. Le docteur ne voulait qu’une chose : que tout ceci se termine pour qu’il puisse enfin parler avec Celian. La visite terminée, il alla sans plus attendre retrouver le directeur :

“Allez viens, je te sauve des questions incessantes et répétitives.” Il rigola. En voyant que Celian était déjà occupé, tous ceux qui voulaient lui parler rebroussèrent chemin. “Directeur hein ? Man.. Il est loin le scientifique qui faisait des expériences dans le garage de ses parents.” Il rigola : “Comment tu vas ? Ce sont tes recherches qui te donnent des bagages sous les yeux ?”


Alone with your nightmares.
Alone with her ghost.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut