Revenir en haut
Aller en bas


 

- Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 469 - Points : 1299
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Ven 9 Aoû 2019 - 7:29 )

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. # Albert Camus Celack

Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance

Une extrême urgence : personne n’avait la même définition d’extrême ou bien d’urgence, alors encore moins lorsque les deux étaient employés ensemble. Pour la première fois de sa carrière, pour la première fois de sa vie, Celian s’était octroyé des congés. Des congés pour raison parentale, certes, pour l’arrivée d’Amelia et Charly, leurs deux enfants, leurs deux jumeaux ; mais sa conscience professionnelle avait glissé qu’il restait disponible en cas d’extrême urgence justement. Grossière erreur. Dans un accès d’impulsivité, il aurait été capable de lancer son téléphone par la fenêtre ou de le fracasser contre le mur. Toujours est-il que la personne au bout du fil, son adjointe n’y était en rien dans cette décision : elle était juste celle qui devait l’appeler pour lui faire part de cette nouvelle. Elle était celle que les administrateurs envoyaient au front lorsqu’il s’agissait d’évoquer un sujet houleux, un sujet à controverse avec le Britannique. Elle se confondait en excuses auxquelles le jeune papa répondit que ce n’était pas de sa faute et qu’il arrivait. Ce fut à son tour de se confondre en excuses auprès d’Adelina, qui heureusement pour lui, était la personne la plus compréhensive à son égard qu’il ait jamais rencontré. Il savait qu’il vaudrait mieux pour lui qu’il n’ait pas à repartir de nouveau lors de son congé : il allait devoir revoir cette notion d’extrême urgence avec ses administrateurs. Notamment, leur préciser qu’une visite du laboratoire ne faisait absolument pas partie d’une extrême urgence, qu’importe les partenaires qui y étaient invités. Surtout qu’habituellement, ce n’était pas son rôle, ni dans ses fonctions. Il le laissait avec grand plaisir à son adjointe, qui était bien plus compétente dans ce domaine et dans les relations avec autrui. Il devrait clarifier ce point aujourd’hui et mieux expliciter sa définition d’une urgence. Les jumeaux étant rentrés dans un nouveau cycle de sommeil, la jeune femme aurait le droit elle aussi à un peu plus de sommeil. Peut-être arriverait-il même à rentrer avant la fin de ce dernier ? Dans un dernier bâillement, les cernes s’accumulant sous ses yeux, le Brunet ferma doucement la porte derrière lui afin d’aller répondre à ses obligations.

Qu’ils soient partenaires financiers ou partenaires de travail, tous semblaient avoir été invités à cette visite et s’amassaient à l’accueil du bâtiment lorsque Celian et son adjointe descendirent de leurs bureaux respectifs pour les saluer. Dix-huit… Dix-neuf et vingt. Je crois que tout le monde est présent. De toute façon, comme le dit le vieil adage : les absents ont toujours tort. Prenant à peine le temps de survoler la liste qui lui avait été fourni, il signa cette dernière, avant de la tendre à son adjointe. Bonjour à toutes et à tous. En votre qualité de partenaires très importants à ce laboratoire, vous avez été conviés à voir l’envers du décor et les recherches que nous y menons. Vous allez très rapidement vous rendre compte que ce n’est pas moi qui d’ordinaire gère ce genre de visites, mais plutôt Mme Michele, mon adjointe. Et pour votre bien à tous, elle va très rapidement reprendre en main cette visite et vous trouverez cela beaucoup plus agréable. Celian était sans filtre, provoquant une réaction mitigée de l’assemblée : certains en riaient, d’autres devaient clairement se demander quelle mouche l’avait piquée. Pourtant, dans ce flots de visages l’un d’entre eux semblait lui être familier. Comme une impression de déjà-vu. Un lointain souvenir. Il aurait définitivement dû lire cette liste. Un visage peut changer en quelques années, mais pas un nom. Vous avez tous reçu une paire de gants et des sur-chaussures, nous vous prierons de bien vouloir les enfiler avant d’entrer. Derrière cette porte, certaines recherches ont seulement quelques jours, d’autres sont en route depuis plusieurs années et nous ne pouvons pas nous permettre de ruiner l’une d’entre elles. La première question, de l’une des représentantes, ne se fit pas attendre : Excusez-moi, mais vous êtes ? Le Britannique retourna le badge resté coincé dans sa poche, alors que son adjointe étouffait un rire. Celian Andrei, directeur de ce laboratoire, si vous n’avez pas d’autres questions, nous pouvons peut-être démarrer maintenant.

Tout comme le Brunet l’avait prédit, il laissa rapidement son adjointe prendre les rennes de cette visite, ne faisant que simple acte de présence ou répondant parfois aux sollicitations qui pouvaient lui être faites. La visite se terminant, elle laissait place aux échanges plus informels et aux questions particulières sur une recherche en particulier ou sur un point précis qui avait été abordé. Il était également le temps des curiosités familières, ainsi que des retrouvailles d’enfance...
(c) crackle bones




Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©© Summers
Messages : 537 - Points : 1482
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Tumblr_inline_nvel4e8AR71qlt39u_250
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Mar 13 Aoû 2019 - 17:48 )
La vie continuait de couler tranquillement. Elle suivait son lit sans se soucier de rien d’autre. Elle semblait plus simple ici à Naples qu’à Chicago. Pourquoi ? Il ne le savait pas trop. Toujours était-il qu’ici Jack arrivait à lécher ses blessures sanglionantes. Il sait qu’elles ne se refermeront jamais, que tant que Mia n’avait pas été retrouvée - mort ou vive - il ne cesserait d’espérer, mais il était soulagé de voir qu’il pouvait savourer un moment de paix. Aussi bref soit-il. Il avait appris à apprécier ces instants. À défaut de pouvoir faire plus qu’il ne le fait déjà. Aujourd’hui, il devait aller visiter un laboratoire. Ce n’était pas son travail de prédilection, mais suite à un congé maladie sa collègue ne pouvait plus assister alors le directeur de l’hôpital à envoyer Jack en remplacement. C’est qu’à Chicago, il avait déjà eu à faire à des entreprises pharmaceutiques alors il savait deux trois petites choses. Ainsi donc, il conduisit jusqu’à son lieu de travail pour un jour. Il alla à la réception avec d’autres de ses collègues pour y recevoir un badge et de quoi éviter toute contamination possible des laboratoires. Bon élève, Jack suivait le mouvement. Sans parler. Sans regarder personne non plus d’ailleurs. Hormis avec son cercle d’amis, il n’était pas le plus bavard des hommes. Il était ici pour le travail, purement et simplement. Pas la peine donc de socialiser avec les autres. En voyant cependant ceux qui allaient faire la visite, son sourire s’agrandit. Il ne s’attendait certainement pas à voir son voisin d’enfance. Celui qui l’avait initié en premier aux joies de la science. Comme il se souvenait du set d’apprenti scientifique monté dans le garage des Andrei. Jack ne pourrait jamais oublier cet ami à l’accent chantant. Pour sûr qu’ils étaient des amis. La vie les avait séparées, mais ils avaient gardé le contact via des e-mails. Pourtant, avec Mia, il n’avait pas pris le temps d’entretenir les vieilles amitiés. Cela était probablement l’occasion de faire amende honorable.

La visite se passa sans encombre, Jack prit des notes pour le directeur de l’hôpital, mais ne faisait qu’observer alors que ses collègues posaient déjà des questions. Tout avait été expliqué et ce qui n’avait pas été dit ne serait certainement pas mentionné dans les questions / réponses. Le docteur ne voulait qu’une chose : que tout ceci se termine pour qu’il puisse enfin parler avec Celian. La visite terminée, il alla sans plus attendre retrouver le directeur :

“Allez viens, je te sauve des questions incessantes et répétitives.” Il rigola. En voyant que Celian était déjà occupé, tous ceux qui voulaient lui parler rebroussèrent chemin. “Directeur hein ? Man.. Il est loin le scientifique qui faisait des expériences dans le garage de ses parents.” Il rigola : “Comment tu vas ? Ce sont tes recherches qui te donnent des bagages sous les yeux ?”


Haunted by her ghost.
Lock in the cage of hope.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 469 - Points : 1299
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Ven 30 Aoû 2019 - 17:28 )

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. # Albert Camus Celack

Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance

Celian n’arrivait toujours pas à saisir en quoi cette visite rentrait dans le critère “d’urgence absolue nécessitant sa présence”, mais il avait tout de même fait l’effort de se déplacer. Un effort qu’il poussa jusqu’à la présentation de la visite avant de s’effacer pour laisser la place à son adjointe, bien plus compétente dans ce domaine. C’était déjà plus que suffisant pour lui et d’après lui d’avoir poussé cet effort jusqu’ici. De toute façon, son attention était déjà totalement dirigée vers autre chose. Ou plutôt vers une autre personne. Un visage qu’il avait repéré. Un visage qu’il aurait dû connaître voir même reconnaître. Mais en vieillissant les visages avaient tendance à changer. Il aurait dû prêter plus attention à cette liste de noms de participants. Tant pis, cela lui prendrait un peu plus de temps à chercher à l’intérieur de sa mémoire. De son palais mental. Se laissant guider dans ces couloirs qu’il connaissait par coeur, il ne reprenait l’attention de la visite que lorsqu’une question lui était directement adressée, ou que la Brunette avait besoin d’un complément d’information de sa part. Ce qui n’arriva que rarement, heureusement pour lui. Alors que la visite se terminait, ce groupe particulièrement, semblait être avide de questions, faisant traîner son supplice en longueur. Le Britannique se demanda si son adjointe devait affronter cela à chaque fois, en quel cas elle était bien plus courageuse que lui, ou alors si ce n’était que sa malchance qui l’avait entraîné jusqu’ici. Dans tous les cas, il savait une chose : il ne réitérerait pas cette expérience. Pas le moins du monde. Les relations aux autres, quelque soit l’autre, n’étaient toujours pas sa tasse de thé. Pourtant, il était capable de faire des efforts quand il s’agissait de personnes proches de lui.

Alors que certains semblaient vouloir saisir tenter leur chance pour poser des questions au Directeur, ce dernier fut sauvé par un visage familier. Un visage qu’il n’avait pas vu depuis si longtemps. Allez viens, je te sauve des questions incessantes et répétitives. Le léger rire de Celian se joignit au sien : For God’s Sake, avec grand plaisir, Jack. C’est une véritable torture ce genre de formalités. Pourtant, voir le visage de Jack, revoir son ancien ami d’enfance, avait donné tout à coup, un soupçon d’utilité à cette visite et à ce retour en urgence. Il était heureux de ne pas s’être défilé, car il l’aurait raté. Il aurait raté de telles retrouvailles. Celian n’était pas le genre de personnes très démonstratives mais le sourire accroché à son visage suffisait à traduire l’importance de ces retrouvailles. Directeur hein ? Man.. Il est loin le scientifique qui faisait des expériences dans le garage de ses parents. Le Guide du petit chimiste : jamais il ne pourrait oublier le cadeau que son paternel lui avait fait un soir de Noël pour son anniversaire. Ce cadeau qu’il avait finit par partager avec son voisin de quartier. Celui qui avait eu la curiosité de l’aborder alors qu’il lisait sur le chemin le menant à l’école primaire. Celui avec qui il avait noué une amitié. Ceux qui avaient testé ensemble toutes les expériences de ce guide. J’en suis arrivé là, uniquement parce que j’avais un excellent assistant à l’époque. Un assistant qui travaille à l’hôpital maintenant, tiens ? Bien entendu qu’il parlait de Jack. Combien de fois avaient-ils failli faire exploser le garage de la maison familiale ? Combien de fois une fumée grisâtre et opaque s’était échappée de ce garage, causant des sueurs froides à son père ? Il ne saurait dire, mais leurs rires enfantins résonnaient encore clairement dans sa tête. Pour ce qui est de la déduction, elle était facile avec le badge nominatif sous ses yeux. Comment tu vas ? Ce sont tes recherches qui te donnent des bagages sous les yeux ?

Instinctivement, il plaqua une main sous ses yeux, comme pour vérifier. Des bagages ? Il ne comprit qu’à retardement sa remarque : exactement la même que Louise lui avait faite quelques semaines plus tôt. Ah ça. Effectivement, ma recherche inlassable de sommeil depuis quelques semaines concorde avec l’arrivée des jumeaux et doit être la cause de ces valises. Aussi adorables qu’ils sont, ces deux petits loustiques qui sont les miens, sont également des dévoreurs d’énergie. Jack n’était pas au courant. Aussi proches qu’ils avaient pu l’être, les deux jeunes gens avaient continués à garder après le départ prématuré de Celian. La seule personne avec qui, il avait gardé contact. Pourtant au fur et à mesure, cela s’était estompé. Tu as le temps pour déjeuner ? Le Brunet faisait presque un effort surhumain. La socialisation, les relations aux autres : ce n’était un secret pour personne que ce n’était pas son point fort. Pourtant, il avait certains amis avec qui il était capable de faire un pas en avant et Jack en faisait parti.
(c) crackle bones




Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©© Summers
Messages : 537 - Points : 1482
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Tumblr_inline_nvel4e8AR71qlt39u_250
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Dim 1 Sep 2019 - 13:28 )
Jack écoutait attentivement de temps à autre, mais le reste du temps : il préférait chercher dans son esprit tous les souvenirs qui le liaient avec l’homme qui semblait être à la tête de toutes ces recherches. C’est que des amis en dehors des orphelins il n’en avait pas beaucoup. Celian faisait partit des privilégiés, de ceux avec qu’il n’avait pas besoin d’être en contact quotidiennement pour compter sur lui dans un moment dur. L’eau avait coulé sous les ponts, mais son affection amicale pour le scientifique n’avait jamais été ternie. C’est au nom de leur amitié qu’il s’empressa de le sauver des griffes de ceux qui voudraient lui poser des questions. Aucun doute sur le fait que Celian lui en serait reconnaissant et son injure envers Dieu prouva ses pensées : faisant rire un peu plus Jack qui posa sa main sur son épaule.

“Je le sais bien et après certains se demandent pourquoi je suis maintenant médecin légiste. Le silence est une vertu que peu de personnes connaissent. Au moins, cela veut dire qu’ils s’intéressent à ce que tu fais donc que tu peux avoir des subventions non ?” Le milieu de la science n’avait jamais été son cheval de bataille, mais son ami l’avait en grande partie initié au choix de la recherche.

Comment oublier le kit du petit chimiste reçu par son ami à un Noël quand ils étaient gosses ? Pour un petit garçon qui n’avait toujours connu que très peu de chose en dehors de son groupe d’amis : Celian lui avait permis de voir d’autres horizons, d’apprendre de nouvelles choses. Le genre de rencontre insignifiante au début, mais qui a probablement aidé à faire de lui un urgentiste respecté et respectable avant qu’il ne termine à la morgue.

“On sait tous les deux que si j’étais ton assistant, tu n’aurais pas réussi autant ta carrière. J’aurais probablement fait exploser le bâtiment avant même la fin de la première expérience.” Il regarda son badge, il remarqua seulement qu’ils avaient omis d’écrire "médecin légiste" sous son nom.

Un statut qu’il ne releva pas, au lieu de cela, il s’empressa de demander ce qui causait des bagages sous les yeux de Celian. Des recherches, ou bien autre chose ? Finalement, le couperet tomba et comme toujours durant ce genre d’annonce : le cœur de Jack ne pouvait pas se réjouir totalement. Non pas qu’il n’était pas heureux pour son ami, mais son cœur de père qui avait été vidé par l’absence de son enfant ne pouvait pas se réjouir.

“Des jumeaux hein ? Je savais bien que tu ne fais toujours pas le travail à moitié. Toutes mes félicitations, à ta compagne et à toi.” Adelina allait avoir des jumeaux aussi, il avait demandé des nouvelles à leur père et il avait été soulagé de savoir qu’ils se portaient tous bien. “T’en fais pas, ils trouveront un rythme normal à un moment ou à un autre.” Mia avait toujours été une enfant facile après son premier mois à les réveiller continuellement. “

Jack regarda sa montre, réfléchir avant de hocher la tête pour accepter. Il savait que Celian n’était jamais friands de ce genre de contact, alors ce genre d’occasion ne se refusait pas. Il se dirigea vers la sortie :

“Je connais un petit café pas loin, vu qu’il fait beau on peut acheter un sandwich et manger dehors ?”
Il ouvrit la porte, la tena pour Celian : “Alors, dis-m'en plus sur tes deux petits perturbateurs de sommeil ?”


Haunted by her ghost.
Lock in the cage of hope.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 469 - Points : 1299
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Ven 20 Sep 2019 - 15:01 )

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. # Albert Camus Celack

Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance

Celian n’aurait jamais pensé qu’il finirait par apprécier cette urgence nécessitant sa présence obligatoire au laboratoire pendant son congé. Pourtant, en retrouvant cet ami d’enfance, son ancien partenaire de “laboratoire”, son ancien partenaire d’expérience, son ancien voisin : cela éclaircissait son tableau. Cela y redonnait même des couleurs. Il ne le savait pas revenu à Naples et encore moins travailler dans l’un des organismes invités pour cette visite : mais qu’à cela ne tienne, il était particulièrement ravi qu’il vienne le sauver de toutes ces questions barbantes dont il serait assailli. Un sourire s’installa sur son visage. un véritable sourire que peu de gens connaissaient. Que peu de gens avaient eu l’occasion de voir. Une main sur son épaule, Jack enchaîna face à son enthousiasme : Je le sais bien et après certains se demandent pourquoi je suis maintenant médecin légiste. Le silence est une vertu que peu de personnes connaissent. Au moins, cela veut dire qu’ils s’intéressent à ce que tu fais donc que tu peux avoir des subventions non ? Il ne pouvait que l’approuver, lui qui n’était pas un grand bavard, bien au contraire : il ne savait tenir une véritable conversation que lorsqu’il s’agissait d’expérience, de pharmacologie ou d’astronomie. C’est souvent aussi une fausse politesse que cette feinte d’intérêt. Ou c’est pour un rapport. Ou alors, c’est pour essayer de trouver une pseudo-faille qui n’existe pas. C’était bien pour ça que le directeur n’était pas en charge de ce genre de visites : il était bien trop direct et franc pour ses visiteurs. Pourtant, son oreille avait tiqué sur la qualification de son ami : médecin légiste. Certes, la science avait toujours plutôt été le fer de lance de Celian et cela depuis le kit du petit chimiste qu’il avait reçu lorsqu’il était jeune à un Noël. Un kit rempli d’expérimentations qu’ils s’étaient tous les deux attelés à tester dans le garage du paternel Andrei. Un garage dont les murs avaient tremblés, faisant résonner de manière assourdissante le bruit d’explosion et de verre éclaté à chaque fois qu’ils rataient leur dosage. Des souvenirs partagés qu’il ne pourrait oublier et qui semblaient être également très vifs dans la mémoire de Jack. On sait tous les deux que si j’étais ton assistant, tu n’aurais pas réussi autant ta carrière. J’aurais probablement fait exploser le bâtiment avant même la fin de la première expérience. Un léger rire lui échappa. Va savoir ce qu’il nous serait arrivé. Après tout, le garage de mon père tenait encore debout lorsqu’on a arrêté nos expériences.

Ses cernes apparemment plus qu’apparentes furent le sujet de conversation suivant : une cause à laquelle il avait déjà l’explication, ses jumeaux. Des jumeaux hein ? Je savais bien que tu ne fais toujours pas le travail à moitié. Toutes mes félicitations, à ta compagne et à toi.T’en fais pas, ils trouveront un rythme normal à un moment ou à un autre. Celian aussi espérait pouvoir un jour trouver son rythme et sa place surtout. La faute à une famille brisée et morcelée qui ne l’avait pas réellement préparé à la construction d’une famille unie telle que la sienne à l’heure actuelle, celle qu’il construisait avec Adelina. Merci. Son invitation à déjeuner fut accepté et tous deux se dirigeaient déjà vers la sortie. Je connais un petit café pas loin, vu qu’il fait beau on peut acheter un sandwich et manger dehors ? il approuva d’un mouvement de tête en passant la porte qu’il lui tenait en premier. Les rayons de soleil qui les accueillirent à la sortie, soutinrent la proposition du médecin légiste. Alors, dis-m'en plus sur tes deux petits perturbateurs de sommeil ? Habitué maintenant du protocole apparemment de rigueur lorsque cette question lui était posé, il sortit instinctivement de la poche intérieur de son costume, son téléphone portable. La photo s’y affichait déjà.Amelia et Charly. Ils sont nés en juillet de cette année : j’ai failli être en retard à cause de ma panne de voiture, ma prise de tête avec l’assurance... Enfin, bla bla bla, je te passe les détails de ce qui me serait arrivé, si j’étais vraiment arrivé en retard : Adelina ne me l’aurait jamais pardonné, c’est évident.Le nom d’Adelina avait été lâché aussi naturellement qu’une évidence pour lui, car c’était exactement ce que c’était : une évidence. J’avoue que cela me fait encore bizarre… De faire ce genre de chose. D’annoncer que je suis père. Surtout que… Je ne me serais jamais imaginé dans cette situation, des années auparavant. Bien au contraire. Enfin, je n’ai pas réellement besoin de m’étendre sur le sujet, tu me connais. Le petit café dont son ami parlait ne devait plus être très loin maintenant, heureusement pour lui veiller aussi tard la nuit avait fini par lui donner faim. Je ne savais pas que tu étais revenu en ville. Il faut dire que notre dernière correspondance remonte à un certain temps, je m’en… Excuse. Le vent se levait telle une brise nostalgique faisant danser les souvenirs...

I
(c) crackle bones



Message Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 3407175773
 



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©© Summers
Messages : 537 - Points : 1482
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Tumblr_inline_nvel4e8AR71qlt39u_250
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Mer 25 Sep 2019 - 17:34 )
Comme le destin faisait bien les choses. Il y avait donc bel et bien des personnes qui étaient faites pour se retrouver : qu’importent les affres du temps. Celian, c’était cette partie heureuse de son enfance, cette insouciance qui lui faisait cruellement défaut aujourd’hui. Les souvenirs qu’ils avaient en commun étaient tout aussi beau et précieux que ceux avec les orphelins. C’est qu’il a été son premier ami en dehors du cercle à le considérer comme une personne à part entière et non ce petit-enfant frêle, chétif qui n’avait pas de famille. Heureusement, si les adultes ne semblaient pas vouloir de ce petit garçon : il avait trouvé et constitution sa propre famille avec ses amis. Au nom de leur amitié, il était de son devoir de le sortir des griffes de ceux qui voulaient l’accabler de questions. N’avaient-ils pas vu les deux valises sous les yeux du malheureux ?

“Clairement oui, cette envie de combler le silence au lieu de partir… Je crois pouvoir dire sans mentir que beaucoup de gens dans la profession médicale à connu ces grands moments de solitude.” Qui n’avaient jamais dérangé Jack : ne pas parler ne le mettait pas mal à l’aise. Cela n’était pas cependant prêt d’arriver avec Celian : ils avaient beaucoup de choses à rattraper. Des bonnes choses, comme des moins joyeuses.

En attendant, c’était le kit du petit scientifique qui raviva le sourire de Jack. Comment oublier ces expériences qui se terminaient rarement bien ? Pour sûr qu’ils en avaient cassés des choses à force de trop vouloir en faire. C’était ça qui était beau, dans les souvenirs qu’ils avaient en commun, c’était la complète insouciance de deux jeunes garçons avides d’en apprendre plus. Constamment plus. Affirmant que ce n’était certainement pas grâce à lui qu’il avait réussi sa carrière, Jack était juste réaliste. Celian était le cerveau des deux. Il était Cortex et lui Minus.

“Certaines choses sont certaines, mon ami. Je n’aurais pas été d’une grande aide dans tes recherches. Avoir un boulet pareil dans les pattes n’aurait pas été quelque chose de positif.” Et il ne se voilait même pas la face.

En apprenant que son ami avait des jumeaux, Jack ne put s’empêcher de le féliciter. Pas parce que la bienséance le demandait, mais parce qu’il était sincèrement heureux de savoir que Celian avait une famille. Lui aussi méritait d’être heureux, de trouver le bonheur. Chose qu’il semblait avoir trouvée. Proposant d’aller manger, les voilà tous les deux en chemin vers le petit restaurant de quartier. Le médecin ne put s’empêcher de rapidement demander plus d’informations sur les deux chérubins. C’est que si cela se trouvait : il pouvait l’aider. Il avait l’impression que c’était hier que sa petite Mia était dans ses bras : à le regarder avec ses grands yeux alors qu’il chantait doucement. Il manqua bien de dire que le nom d’Amelia n’était pas forcément annonciateur de bon souvenir pour lui. Celian utilisé un autre prénom, encore une fois familier. Adelina. Des jumeaux… Cela ne pouvait pas être une coïncidence. Avait-il devant lui son neveu et sa nièce ? Il se ressaisir rapidement et sourit en regardant la photo :

“Il y a un petit quelque chose de toi.” Ils étaient adorables. Des joues à croquer. “Je suis certain que la maman t’aurait pardonné, mais tu aurais regretté probablement.” Pourquoi mentir ? “Je n’aurais manqué l’arrivée de Mia pour rien au monde non plus.” Jack savait qu’il devait se forcer à parler d’elle. Et puis, Celian était un ami d’enfance alors pourquoi mentir et prétendre ? Il méritait mieux que cela. “Et ça le sera toujours, tu peux me croire.” Lui non ne s’était jamais habitué. “Comme quoi hein, il ne faut jamais dire jamais hein ?” Il le poussa amicalement du coude et rentra dans l’établissement mentionné un peu plus tôt. En entendant Celian s’excuser, Jack leva sa main pour l’arrêter : “Je n’ai pas moi-même été assidus.” La dernière fois devait être pour les trois ans de Mia : avant qu’elle ne disparaisse. “On en avait assez dans notre assiette pour aller regarder le râtelier de l’autre. Cela arrive. Maintenant que je suis à nouveau à Naples : on pourra se voir plus souvent.” Il l’espérait tout du moins.

Jack pointa du doigt un sandwich dans la vitrine et attendit que Celian commande pour payer leur déjeuner.

“Tu m’inviteras la prochaine fois ok ? Comme ça, nous avons obligation de nous revoir.” Les sandwichs en mains, il sortit en premier et une fois dehors reprit la parole. “Tu te souviens quand je disais que j’imaginais mon père être un super-héros ? Bah il est en fait un acteur.” Il s’installa sur un banc, non loin du café : “Je l’ai retrouvé par le plus grand des hasards ou plutôt… Il m’a retrouvé. On doit se revoir bientôt. Constello Alma qu’il s’appelle, tu le connais ? Perso je n’en avais pas entendu parlé, mais je ne suis pas un grand cinéphile alors...” Une façon comme une autre de confirmer ce qu'il avait déjà deviné.


Spoiler:
 


Haunted by her ghost.
Lock in the cage of hope.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 469 - Points : 1299
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Lun 7 Oct 2019 - 16:52 )

Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon ami. # Albert Camus Celack

Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance

Le hasard était une chose, le destin une autre. Le Brunet ne miserait pas sur le deuxième nommé, il n’y croyait que peu, pourtant l’évidence que représentait leur retrouvaille aujourd’hui, était un hasard plus qu’heureux. Un hasard presque inespéré vu que leur dernière correspondance avait été bien moins assidue ces derniers mois. Clairement oui, cette envie de combler le silence au lieu de partir… Je crois pouvoir dire sans mentir que beaucoup de gens dans la profession médicale ont connu ces grands moments de solitude. Celian roula des yeux telle une approbation à sa remarque : il ne comprenait pas la nature humaine et sa tendance à vouloir toujours combler les creux ainsi que les silences. Ce n’était pas sur lui qu’on pouvait compter pour ce genre de choses, et ses quelques proches le savaient pertinemment : Jack en faisait parti et avait sauté sur l’occasion pour le tirer d’une séance de questions/réponses assommantes. Certaines choses sont certaines, mon ami. Je n’aurais pas été d’une grande aide dans tes recherches. Avoir un boulet pareil dans les pattes n’aurait pas été quelque chose de positif. Ce qui fit sourire le Britannique. Il avait toujours été celui en charge de mener les expériences décrites dans le kit du petit chimiste : son ami, quant à lui, avait toujours endossé le rôle d’assistant comme celui qui riait d’un rire franc et spontané à chaque fois que l’une d’entre elles tournait mal. Ces souvenirs-là faisaient partis de ceux qui donnaient une teinte d’optimisme. Qui faisaient en sorte d’apporter une teinte de lumière à son enfance. Des souvenirs qu’ils allaient continuer à partager et à créer ensemble en allant déjeuner ensemble. Rapidement, le médecin remarqua les cernes sous ses yeux et la conversation dériva naturellement vers ses petits chenapans de jumeaux nés en début du mois de juillet. Il y a un petit quelque chose de toi. Je suis certain que la maman t’aurait pardonné, mais tu aurais regretté probablement. Je n’aurais manqué l’arrivée de Mia pour rien au monde non plus. Le nom de Mia n’était pas inconnu à ses oreilles : Celian n’avait jamais eu l’occasion de rencontrer la fille de son ami d’enfance, mais il avait pu voir son nom dans leurs différentes correspondances. Je ne sais pas si c’est une bonne idée pour eux d’hériter trop de moi. D’ailleurs comment va la tienne, Mia ? Sujet sensible dont il ne savait rien.

Ce nouveau statut de père était toujours si particulier pour lui. Et ça le sera toujours, tu peux me croire. La spontanéité de sa réaction trahissait sa surprise, chose arrivant rarement pour être souligné. Vraiment ? Face à sa remarque sur le fait qu’il ne s’était jamais imaginé dans le rôle de père, Jack le poussa légèrement du coude : Comme quoi hein, il ne faut jamais dire jamais hein ? Simple mais efficace comme constatation. Entrant dans le petit café, ce fut le moment choisi par le Britannique pour s’excuser de son manque de nouvelles, attitude assez notable pour montrer qu’il tenait à cette amitié. Je n’ai pas moi-même été assidus. On en avait assez dans notre assiette pour aller regarder le râtelier de l’autre. Cela arrive. Maintenant que je suis à nouveau à Naples : on pourra se voir plus souvent. Hochant la tête positivement, son ami d’enfance choisit son sandwich en premier, suivit par le jeune papa avant que ce premier ne règle l’addition. Tu m’inviteras la prochaine fois ok ? Comme ça, nous avons obligation de nous revoir. Sandwich en main, il sortit après lui : Je dirais même que c’est non négociable. Asseyant sur un banc, son ancien assistant chimiste continua la conversation : Tu te souviens quand je disais que j’imaginais mon père être un super-héros ? Bah il est en fait un acteur. Bien sûr qu’il s’en souvenait outre le fait qu’il soit hypermnésique, il était toujours passé devant cet établissement pour venir à sa rencontre. Devant l’orphelinat. Mais déjà à l’époque pour lui cela n’avait pas d’importance : alors que certains camarades le regardaient d’un air bizarre, Celian n’avait vu qu’une seule chose en son ami, quelqu’un qui essayait de le comprendre lui. Je l’ai retrouvé par le plus grand des hasards ou plutôt… Il m’a retrouvé. On doit se revoir bientôt. Constello Alma qu’il s’appelle, tu le connais ? Perso je n’en avais pas entendu parlé, mais je ne suis pas un grand cinéphile alors…

Une réflexion lancée au hasard qui allait pourtant tout changer. Se figeant quelques instants, Celian analysait et repassait en boucle dans sa tête, ses paroles, avant d’enfin ouvrir la bouche : Attends, tu viens bien de dire Alma ? A-L-M-A, c’est ça ? Non la similitude ne pouvait être une coïncidence. C’est une blague, ou encore quelque chose que je ne saisis pas, c’est ça ? Pourtant, il savait bien que ce n’était pas le genre de Jack. Bien sûr que je connais Constello, non pas pour ses films car je crois être autant cinéphile que toi, mais bien parce que c’est mon beau-père. Le monde était-il si petit pour que son ami soit finalement une partie de sa nouvelle famille par alliance ? Je… Adelina, ma compagne, la femme de mes enfants, c’est… Sa fille. A-L-M-A. Adelina Alma. Mais depuis quand es-tu au courant ? Adelina ne m’en a encore jamais parlé... Quelque peu perdu, ce qui ne lui arrivait que rarement, une autre déduction finit par atteindre son esprit : Donc cela veut dire que tu es aussi, techniquement, mon beau-frère ? Une famille recomposée qui pourtant sonnait comme quelque chose de sympathique à ses oreilles.
(c) crackle bones



Spoiler:
 



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
http://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot-t http://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston ©© Summers
Messages : 537 - Points : 1482
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Tumblr_inline_nvel4e8AR71qlt39u_250
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le Dim 13 Oct 2019 - 16:58 )
La vie avait toujours une façon bien à elle de remettre les gens sur le même chemin. Elle le prouvait à nouveau avec Celian et Jack qui ne s’étaient pas vu depuis des mois, pour ne pas faire l’affront de parler d’années, mais ils agissaient comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. C’était ça, les vrais amis. Les amitiés qui survivent aux silences et aux affres de la vie. Un autre signe que Jack ne devait pas perdre espoir ? Que le meilleur restait encore à venir et que lui aussi allait pouvoir un jour goûter pleinement au bonheur sans se sentir tiraillé entre les faits concrets et l’espoir. Toujours était-il qu’en attendant, ils retrouvaient leurs complicités et le scientifique n’avait pas besoin de parler pour que Jack comprenne qu’ils partageaient les mêmes opinions quant à ces personnes qui posaient des questions juste pour la beauté de pouvoir parler. Même si elles étaient sans fond et terriblement idiote. Certains ressentaient ce besoin. Comme s’ils ne pouvaient pas faire autrement. Se remémorant les souvenirs de leurs expériences : Jack n’oublierait jamais ces moments d'insouciance. Celian le faisait sentir comme les autres petits garçons de son âge et pour cela : il serait toujours reconnaissant envers lui. Bientôt, il eut le plaisir de voir les deux petits loups qui étaient son neveu et sa nièce, mais peut-être que ni l’un, ni l’autre ne seront ce lien qui les lie. Jack ne voulait pas s’immiscer dans le bonheur d’Adelina et maintenant de Celian ainsi que de leurs jumeaux. Il ne voulait pas être le cheveux sur la soupe. Le petit frère sortit du placard qu’on a oublié, qu’on ne souhaite pas accepter dans la famille. Constello lui avait fait sentir comme un membre à part entière, mais encore fallait-il que sa soeur l’accepte également. Il n’était pas le genre d’homme à forcer sa présence si elle n’était pas souhaitée. Quand son ami demanda comment allait Mia, il ne répondit pas. Il ne voulait pas en parler, pas maintenant tout du moins. Cela allait plomber l’ambiance alors il préférait passer sous silence cette question et savait déjà que son ami aurait la décence de ne pas en demander plus. Jack lui parlerait un jour, mais pas maintenant. Après quelques conseils soufflés et remarques pertinentes, ils rentrèrent dans le café pour commander à manger. Son ventre gargouillait à en faire honte le médecin. Celian s’excusa pour le manque de nouvelles, mais Jack ne pouvait pas lui en vouloir n’ayant pas été mieux à cause de la disparition de Mia. Alors l’idée de pouvoir déjeuner avec lui régulièrement semblait être le meilleur remède pour que cela ne se reproduise pas. Son ami d’enfance acceptait volontiers cette contrainte qu’il imposait.
Assis sur le banc, Jack se décida à parler du passé. De son père plus précisément. Maintenant qu’il l’avait retrouvé : il pouvait aisément dire que non, ce n’était pas un super-héros mais peut-être qu’un jour il ferait un film sur ce sujet et porterait un collant moulant avec un body. Si l’image était cocasse, elle ne faisait pas rire Jack qui lança la bombe en disant le nom de ce dernier. Il utilisa la carte du cinéma alors qu’en réalité : c’était bien via Adelina qu’il devait le connaître. Mais Jack voulait garder les surprises pour plus tard ne sachant pas trop comment il allait prendre tout cela. Il était hors de questions qu’il mette mal à l’aise Celian par ces révélations. Ce dernier ne tarda pas à réagir. Il hocha la tête de haut en bas en l’entendant épeler le nom de famille de son père. Un homme de son génie allait forcément comprendre.

“Non… Ce n’est pas une blague.” Il souffla longuement en prenant une bouchée de son sandwich. Il confirma ce que Jack avait déjà deviné par la force des choses. “Plus petit qu’on ne le pense.” Il avala les aliments : “Depuis quelques mois maintenant. Le détective que j’ai engagé pour…” Il laisse sa phrase en suspens. “Qu’importe, je savais qu’il était encore en vie. Je savais son nom, mais c’est bien lui qui m’a trouvé un jour dans un bar pour me dire qu’il était mon père.” Il regarda les passants, puis reporta son attention sur son déjeuner : “Eh ouais… À l’heure où certains de tes voisins disaient qu’on devrait être frère : il s’avère qu’aujourd’hui on l’est.” Il sourit en tournant sa tête pour le regarder dans les yeux : “Quand j’ai voulu le dire à Adelina, elle était enceinte jusqu’au cou et je ne voulais pas causer du stress pour elle alors… Je n’ai rien dit.” Il avala sa salive : “Mais je le ferais un jour… Elle mérite de savoir, même si je ne sais pas comment aborder le sujet sans créer plus de problèmes entre Constello et Adelina. Je ne sais pas toute l’histoire… Mais je me doute que ce n’est pas forcément au beau fixe.”

Spoiler:
 


Haunted by her ghost.
Lock in the cage of hope.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack Empty
Sujet: Re: Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Au détour d’une porte de laboratoire, se trouvent des souvenirs d’enfance (+) Celack -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut