Revenir en haut
Aller en bas


 

- Compte à rebours lancé. feat Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3633 - Points : 7940
Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Sam 10 Aoû 2019 - 11:18 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Gus finit de ranger la cuisine, le service c'est très bien passé. Il y a eu du monde mais tout c'est enchainé à la perfection. L'équipe est bien rôdé et cela rassure le cuisinier. Du coup il est un peu plus de quatorze heures quand il pose son tablier. Son personnel est dans les vestiaires et après un au revoir ils sortent de la trattoria, sachant que tout le monde reviendra ce soir pour un nouveau service. Une fois seul il file dans sa pièce, il se douche et se change.
Gus compte passer voir Vera.
Il ne l'a pas averti mais il sait par Winston qu'elle sera  à sa villa cette après midi. Il récupère la petite mallette de couteaux et le tablier qu'il a fait faire pour le pirate. Il veut les montrer à son amie et surtout à celui à qui ils sont destinés. Pour éviter une trop grosse effusion de joie sur le bateau. Il veut surtout voir où Vera en est des préparatifs et si elle n'a pas besoin de coup de main. Il a aussi envie de la voir pour papoter de chose et d'autre. De la croisière oui
Mais d'Azka aussi.
Parce qu'il se sent un peu perdu Gus, et ce depuis la soirée du musée et le départ d'Azka durant quinze jours chez sa mère. Et puis de son retour, de ses réactions. Enfin cette situation le bouleverse, et il a la désagréable sensation de mal agir, d'être à côté de la plaque. Complètement paumé, comme quand la mort de son frère le perturbait.
Ou alors tout va trop vite et cela le fait flipper.
Enfin Gus essaie de ne pas trop penser, se concentrant sur son boulot, tout ce qu'il a à finir à mettre en place avant son départ. Et puis les divers préparatifs pour la croisière qui arrive à grand pas. Avant de partir il passe par la cuisine pour récupérer les plats qu'il a préparé pour son amie et son fils, des lasagnes végétariens, des escalopes à la milanaise et du tiramisu. Il met cela dans un sac et sort de la trattoria.

Gus s'arrête chez fleuriste juste à côté de l'établissement, elle est en train d''ouvrir et il récupère le bouquet qu'il a fait préparer. Des fleurs pour la plus belle de Naples, pour la féliciter d'avoir retrouver sa voix. Même si pour le moment il ne l'a entendu que sur les enregistrements que Vera lui a fait passer via le portable. Peut être aujourd'hui aura t-il droit une petite démonstration. Il monte en voiture et puis il prend la route direction Posillipo, Il roule tranquille, fenêtre ouverte, la radio allumée. Une fois devant la villa, il sonne.
« Livraison express pour madame Venezzio. »
Il essaie de modifier sa voix pour que la cantatrice ne capte pas. Et se mord la langue pour ne pas éclater de rire. Le portail s'ouvre, et il entre sa voiture dans la cours et la gare. Il récupère le sac contenant les divers mets et le bouquet de fleurs.
Gus a laissé la fleuriste choisir.
Il a juste dit qu'il voulait un bouquet qui respire l'envie de vivre et qu'il était pour une femme divine, admirable et une amie précieuse. Et le cuisinier est tout à fait content du résultat. Il se présente à la porte et sonne. Il pose son sac au sol.

C'est Vera qui ouvre.
« Bonjour madame Venezzio je viens pour être sur que tout va bien pour vous. »
Gus ne laisse pas à Vera le temps de réagir, il l'attrape dans ses bras, tenant toujours le bouquet. Il la soulève et la fait tourner.
« J'avais trop envie de te voir. »
Surement pousser aussi par les diverses taquineries qu'ils se sont échangés par SMS. Il la pose au sol, claquant par la même occasion des bises sur ses joues. Puis il la regarde pour s'assurer que tout va pour le mieux.
« Je t'avais dis que je continuerais à veiller. »
Il lui tend le bouquet de fleurs.
« Pour la plus merveilleuse des amies. » Il reprend son sac.
« Et ça c'est pour la plus gourmande des amies. » Il se met à rire, il est tout simplement heureux. Il a la sensation que face à Vera, et surtout en ce moment, il peut vraiment l'homme qu'il a envie d'être. Cela peut paraitre idiot, mais c'est ce qu'il éprouve.
« Je viens surtout m'assurer que tu t'en sors avec tes valises et voir si tu as besoin d'aide. Je sais que si je te l'avais demandé par message, tant bien tu m'aurais dis non. Du coup me voilà. »
Vera doit surement se demander comment Gus savait qu'elle serait bien présente chez elle. Mais il ne compte pas balancer son partenaire. Même sous la torture il ne parlera pas, il l'a juré à Winston.
« Le pirate n'est pas là ? »
Le restaurateur pensait le trouver aussi, mais il semble qu'il ait également piégé Gus en le laissant seul avec sa mère. Futé le gamin.



Azkadelio

L'autre moitié de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©Avocado-Avatar
Messages : 625 - Points : 1795
Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_oiovrjc3JY1vxvhnto1_250
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Mar 13 Aoû 2019 - 22:51 )
Il y avait tellement de choses à gérer avant la croisière. Elle aurait aimé être une diva en bonne et du forme, n’avoir à se soucier que de ses tenues qu’elle allait porter. Cependant, Vera était une femme d’affaires. Une femme qui avait reprit la compagnie de son mari et prouvait à tous qu’elle était aussi intelligente qu’élégante. Alors qu’elle avait espéré pouvoir passer la matinée à terminer de préparer sa valise, elle l’avait passé au téléphone avec les actionnaires de la compagnie. Ses cheveux commençaient à peine à repousser et pourtant elle était tentée de se les arracher. Sur le bateau, elle n’aurait probablement pas le temps d’avoir des yeux partout, elle avait l’impression de ne pas pouvoir déléguer et il était tout bonnement hors de questions que son père la remplace durant son absence. Elle ne ferait pas l’erreur de faire rentrer le loup dans la bergerie. Winston, quant à lui, était surexcité et sautait absolument partout. Il était une vraie pile électrique : avide de vouloir voyager et voir de nouveaux horizons. Il savait également qu’il allait pouvoir profiter de sa mère, même si comme tout enfant de son âge : il n’avouerait pas, pour ne pas dire jamais, une telle chose.
Cependant, avant de partir, il voulait passer une dernière après-midi et soirée chez son meilleur ami alors aux alentours de midi : Vera l’a conduit chez ce dernier avant de revenir et de reprendre le téléphone pour continuer de passer des coups de fils. Ce n’est que lorsqu’on sonna à la porte qu’elle releva les yeux des papiers. Elle regarda l’heure et souffla longuement : elle perdait toujours la notion du temps quand elle s’occupait de la compagnie. Son majordome étant en congé, elle se leva et décrocha.

“Livraison express pour madame Venezzio.”


La cantatrice fronça les sourcils : elle n’attendait rien pourtant. Elle ouvrit la grille, s’assura que sa perruque était bien mise puis ouvrit sa porte d’entrée : se promettant d’installer des caméras pour au moins savoir qui elle faisait rentrer la prochaine fois. Enfin, il faisait jour et ses voisins étaient dehors : elle ne risquait rien. Quand elle vit Gus, un immense sourire éclaira son visage.

“Quelle bonne surprise.” Elle ferma ses bras autour de son cou et rigola quand il la porte pour la faire tourner. Pour sûr qu’il lui faisait tourner la tête. Dans tous les sens du terme, mais ce n’était pas un fait nouveau. “Tu sais que tu es toujours le bienvenu ici hein ?” Elle embrassa sa joue avant qu’il ne le fasse. “Quel preux chevalier tu fais.” Vera rigola et prit les fleurs avant de plonger son visage dedans. “Elles sentent si bon… Cela fait une éternité qu’on ne m’a pas offert des fleurs. Merci.” Elle déposa un nouveau baiser sur sa joue. Touchée par les attentions, elle ne pouvait s’empêcher de sourire : “La gourmande que je suis te suis reconnaissante.” Elle prit le sac avant de rentrer pour aller dans la cuisine et prendre un vase. “Les valises, ça va. Ce sont les hommes d’affaires qui me donnent un mal de tête !” Souffla-t-elle. Elle coupa le bout des tiges avec un ciseau en regardant de temps en temps Augusto. “Tu aurais pu m’envoyer des messages aujourd’hui, je n’aurais pas eu le temps d’y répondre. Je dois m’assurer que tout est en ordre avant que je parte. Je ne fais pas confiance à beaucoup de monde quand il est question de business. Je sais que la plupart aimeraient que je ne sois que figure de l’entreprise et non tête pensante.” Elle mit les fleurs dans le vase avant de le remplir d’eau.

Elle porta ce dernier et le mit sur le comptoir avant de regarder dans le sac. Comme une enfant.

“Il voulait profiter de ses derniers instants avec ses copains avant de devoir passer du temps avec sa maman.” Elle sortit les boîtes, inspectant le contenu : “Il m’a assuré que sa valise était déjà faite, mais je vais aller y jeter un œil avant qu’il revienne demain et enlever le superflu. Tu verras par toi-même que je ne rigolais pas quand je disais qu’il voulait emporter toute sa chambre.” Elle ouvrit un tupperware, respira la bonne odeur : “Dire que je vais manger ta cuisine tous les jours pendant trois semaines…” Elle rigola de plaisir avant de refermer la boîte et de la ranger avec les autres dans le frigo. “Je te sers quelque chose à boire ?”


Back on stage ?
Fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus savoir que tu souffres.
Proverbe touareg by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © mistspell (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3633 - Points : 7940
Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 31 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale.
Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Ven 16 Aoû 2019 - 18:40 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Les jours passent trop vite. Bien trop vite. Même si Gus est pas mal épaulé par son équipe et ses parents, il veut que tout soit régler comme du papier à musique. Il a donc pris le temps de tout noté, vu avec tous ses fournisseurs. Histoire de facilité le boulot de tout le monde et d'éviter que ses parents se tracassent trop. Côté trattoria tout semble parfaitement prêt. En plus ses parents connaissent bien l'établissement, ce qui le rassure aussi.
C'est plus côté privé que c'est compliqué, vu que sur le bateau il aura diverses casquettes. Il y aura le côté professionnel quand il sera en cuisine. Ou bien en salle car il compte s'assurer que tout le monde est satisfait de ses préparations. Du coup il a prévu des vestes et des tabliers en double afin de se présenter toujours propre si le commandant le demande.
Et puis il y aura le côté détente et le côté privé, ce côté là Gus le passera surement avec Vera. Il l'écoutera chanter, et s'assurera aussi qu'elle décompresse et qu'elle prenne du temps pour elle. Du coup il a prévu des tenues habillées, costumes, smoking, et d'autre plus décontractées, short chemise et même maillot de bain. Vu comment toute cette préparation lui prend de l'énergie il se doute que pour Vera cela doit être pire.
Elle est encore fragile. Alors il a décidé de lui faire une visite surprise. Une façon de s'assurer qu'elle s'en sort et aussi de la gâter.

Gus se présente incognito, voulant jouer le suspens jusqu'au dernier moment. Bien entendu l'effet est immédiat et ils affichent tous les deux le plus beaux des sourires. Et comme à son habitude il n'est pas venu les mains vides, il sait comment lui faire plaisir.
« Il ne me manque plus que l'armure et le cheval blanc. »
Il sourit en la voyant faire avec les fleurs. Son bonheur fait plaisir à voir. « Je vais t'en offrir plus souvent alors. »  
Le cuisinier a même droit à une nouvelle bise pour ses attentions. Il fait la moue quand elle lui parle des hommes d'affaires qui lui posent plus problème que ses valises.
« Il va falloir que j'intervienne comme pour la mère de la gamine. »
Gus n'est pas prêt d'oublier ce fameux coup de fil. Il lui sourit alors que la belle coupe les tiges des fleurs.
« C'est pour ça que je n'ai pas envoyé de message et que je suis venu en chair et en os. »
Gus la regarde d'un air attendri.
« Et tu n'es pas du genre à déléguer non plus. Tu ne pourrais pas avoir un homme de confiance pour alléger un peu ce boulot. Parce que le stress ce n'est pas super bon pour toi. »
Il s'inquiète un peu sur le coup. Vera prend bien soin de fleur, formant un sublime bouquet, il se dit qu'il a bien choisi. Puis la belle s'attaque au sac et aux diverses boites apportées.

C'est là que Gus relève l'absence de Winston, il était persuadé que le gamin serait là.
« Ou il voulait nous laisser seul, surtout qu'il savait que je venais. »
Il n'est pas du tout sérieux quand il dit ses mots, mais l'idée d'être seul avec Vera lui plait.
« Il est pressé de partir c'est certain, je l'ai bien vu à sa voix quand je lui ai demandé pour aujourd'hui. Après c'est un gamin alors il veut tout emporter. On ira y jeter un coup d’œil et je te filerais un coup de main. »
La gourmandise prend le dessus quand Vera ouvre une boite pour se laisser titiller par la bonne odeur du plat. 
« Tu vas être une vraie privilégiée.  Et cela va être un moyen de bien refaire tes forces. »
Même si Vera à meilleure mine, elle a besoin de reprendre des couleurs et surtout de refaire le plein d'énergie, cette croisière tombe vraiment à pic parce que l'air marin il n'y a rien de mieux pour requinquer.
« Je veux bien un café. Tu veux que je te montre ce que j'ai prévu pour mon petit chef ? »
Pendant que Vera prépare le café, Gus sort le tablier et la mallette de couteau.
« Tu crois que cela va lui plaire ? Ce sont les mêmes que les miens mais fait pour sa main. »
Et sur le tablier noir il y a son nom et son prénom en lettre dorée et en dessous sous chef de la croisière. Gus récupère sa tasse.
« Merci. Sinon tout va bien ? Tu as choisi ce que tu allais chanter au cours de la croisière ? »
Et si la belle lui propose il ne dira pas non à écouter un petit bout du répertoire, enfin si sa voix le lui permet. Pas question de la faire forcer. .



Azkadelio

L'autre moitié de son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©Avocado-Avatar
Messages : 625 - Points : 1795
Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_oiovrjc3JY1vxvhnto1_250
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Hier à 15:43 )
Vera comptait les jours, bientôt : elle allait prendre la rage avec Winston, mais aussi Augusto. Elle était tellement heureuse qu’il ait accepté cette proposition, même si elle n’avait jamais réellement été inquiétée quant à la nature de la réponse. Elle n’avait pas glissé son nom par hasard, ni parce qu’il était son ami : elle pensait de tout son cœur qu’il avait un don et qu’il était temps que ce dernier soit mis sous le feu des projecteurs. Si elle pouvait aider sa carrière à prendre une nouvelle route, pour sûr que Vera allait faire son possible pour lui donner un coup de pouce. Augusto avait tellement fait. Que cela soit avant sa maladie, mais surtout pendant sa convalescence. Il avait été un pilier sur lequel elle s’appuyait encore et dont elle aurait toujours besoin probablement. En dehors de ça, pouvoir passer du temps loin de tout avec Augusto entre ses représentations et les services : voilà qui avait le don d’illuminer son visage avec un sourire radieux. Oui, elle était sincèrement heureuse à la perspective d’avoir Augusto pour elle toute seule. Elle savait que des moments difficiles l’attendaient, des moments de doutes, mais elle savait également qu’il ne suffirait qu’un coup d’œil vers le cuisiner pour qu’elle retrouve son courage.

“S’il n’y a que ça, je peux te trouver tout l’attirail. J’en suis capable.” Vrai qu’elle le serait et Gus devait s’en douter. Elle était tellement touchée de ces petites attentions. Elle plongea la tête la première dans le bouquet pour gonfler ses poumons de leur odeur. “Même si je ne dirais pas non, je devrais trouver quelque chose à te donner en retour.” Parce que Vera aimait recevoir des cadeaux comme tout le monde, mais elle aimait par-dessus tout en donner.

Un rire franc et sincère traversa ses lèvres alors que son ami se portait volontaire pour leur parler et mettre les choses aux clairs avec eux comme il l’avait fait avec la maman de la petite fille.

“Et pour que tu prennes la mouche vu qu’ils ne sont pas aimables et malpolis ? Ils ne valent pas la peine que tu perdes son énergie. Ne t’en fais pas, tout va être réglé bientôt. Tu arrives à point nommé : je vais prendre une pause dans tout ça.”


Puis elle se dirigea d’un pas léger vers la cuisine et entreprit de trimer les fleurs comme lui avait appris à sa mère. Cela faisait partie de sa formation pour être une parfaite femme de maison. Elle haussa les épaules :

“J’ai pensé sincèrement à prendre quelqu’un oui. Mais je ne sais pas en qui je peux avoir confiance quand il est question de business. Je pense que si jamais j’ai réellement besoin, je demanderais à Armand. Il connaît la compagnie et ce qu’il faut faire.” Elle releva sa tête pour regarder dans les yeux son ami : “Ne t’en fais pas, je vais mieux et j’aurais le temps de détresser sur le bateau.” Elle arrangea le bouquet et poussa le vase pour le mettre au milieu du comptoir.

Il était temps maintenant de s’attaquer aux gourmandises que son ami avait apporté rien que pour elle. Elle sait pourtant qu’elle devrait partager avec son fils : pour sûr qu’il lui en voudrait si jamais elle ne lui en donnait pas une part. Il était tout aussi amoureux de la cuisine de Gus qu’elle. Winston était chez un ami, mais jamais Vera n’avait pensé qu’il avait organisé cela pour qu’elle soit toute seule avec le chef.

“Pourquoi aurait-il fait une telle chose ? Il adore te voir et ne manque jamais une occasion de parler de toi.” Elle décidait d’ignorer pourquoi cette idée faisait battre son cœur plus vite. Se retrouver seule avec lui n’avait jamais été un problème, bien au contraire. Mais depuis quelque temps, elle s’était demandée si ses sentiments pour Augusto étaient réellement amicaux où bien s’il y avait plus. “Deux paires de mains ne seront pas de trop. Merci de te dévouer.” Elle retrouva son sourire et ouvrit les boîtes.

Elle prit de longues inspirations avant de tout refermer soigneusement et de bien les ranger au réfrigérateur pour ne pas le perdre. Elle n’aurait pas à cuisiner ce soir, voilà qui était une bonne chose. Elle avait fait des progrès grâce à l’homme qui lui faisait face, mais elle était encore bien loin d’avoir son niveau.

“Je ne m’en fais pas tu sais ? Tu me fais toujours sentir spéciale et à part entière.” Et c’est probablement une des raisons qui faisait qu’elle l’adorait plus que de raison. Elle tourna sur elle-même et mit la machine à café en route avant de préparer les tasses. Le temps qu’elle installe tout qu'Augusto avait déjà sortit sa surprise.

Elle laissa le café passé et s’approcha rapidement des cadeaux que le cuisiner avec prévu pour son fils. Elle caressa du bout des doigts les couteaux en ne cessant pas de sourire.

“Il va être si heureux ! Je l’entends déjà d’ici et l’imagine sauter de joie. Il va être si fier.” Elle prit le tablier et caressa les broderies : “Je crois qu’il a trouvé une nouvelle passion et une nouvelle voix grâce à toi. Il adore toujours autant de la musique et Dieu sait que sa voix est aussi douce que celle d’un ange, mais je crois que la cuisine à pris le pas sur son désir de devenir musicien.”

Elle replia soigneusement le tablier tout en parlant avant d’aller chercher les mugs et de préparer le café d’Augusto comme il l’aimait. Elle mit du lait d’amandes dans le sien et alla s’installer sur le canapé.

“Miranda à inviter d’autres chanteurs, elle est une grande admiratrice de Mozzart alors je sais déjà que l’on va chanter quelques chansons de son Requiem. Sa fille qui à 16 ans est obsédée par The Greatest Showman alors elle m’a demandé de travailler sur la chanson Never Enough ce qui va être difficile car j’ai tendance à en faire un peu trop pour la chanson, mais les résultats sont concluants.” Elle prit une gorgée de café : “Winston souhaite aussi chanter alors on travaille une chanson de la suite du Phantom of the Opera par Andrew Lloyd Weber.” Elle attrapa son portable de sa poche et chercha le dossier : “Écoute comment il se débrouille bien..” Et elle lui fit écouter un extrait de la performance. Une fois terminée, elle sourit : “Il y a encore quelques fausses notes, mais d’ici quelques jours ça sera réglé, j’en suis certaine.” Elle le reposa sur la table et passa sa main dans ses cheveux : “Autrement, Miranda et Alberto ont proposé aux invités de me soumettre des chansons qu’ils aimeraient entendre et je devrais me préparer en conséquence. Ce qui en soit ne me dérange pas, mais cela risque d’être éreintant.”

Elle posa sa main sur le bras de son ami avant de demander :

“Et toi alors ? Tes menus sont prêts ? Tes valises aussi ?”


Back on stage ?
Fais de ta plainte un chant d’amour pour ne plus savoir que tu souffres.
Proverbe touareg by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: Compte à rebours lancé. feat Vera ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Compte à rebours lancé. feat Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut