Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © lux aeterna (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3838 - Points : 8322
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Sam 10 Aoû 2019 - 11:18 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Gus finit de ranger la cuisine, le service c'est très bien passé. Il y a eu du monde mais tout c'est enchainé à la perfection. L'équipe est bien rôdé et cela rassure le cuisinier. Du coup il est un peu plus de quatorze heures quand il pose son tablier. Son personnel est dans les vestiaires et après un au revoir ils sortent de la trattoria, sachant que tout le monde reviendra ce soir pour un nouveau service. Une fois seul il file dans sa pièce, il se douche et se change.
Gus compte passer voir Vera.
Il ne l'a pas averti mais il sait par Winston qu'elle sera  à sa villa cette après midi. Il récupère la petite mallette de couteaux et le tablier qu'il a fait faire pour le pirate. Il veut les montrer à son amie et surtout à celui à qui ils sont destinés. Pour éviter une trop grosse effusion de joie sur le bateau. Il veut surtout voir où Vera en est des préparatifs et si elle n'a pas besoin de coup de main. Il a aussi envie de la voir pour papoter de chose et d'autre. De la croisière oui
Mais d'Azka aussi.
Parce qu'il se sent un peu perdu Gus, et ce depuis la soirée du musée et le départ d'Azka durant quinze jours chez sa mère. Et puis de son retour, de ses réactions. Enfin cette situation le bouleverse, et il a la désagréable sensation de mal agir, d'être à côté de la plaque. Complètement paumé, comme quand la mort de son frère le perturbait.
Ou alors tout va trop vite et cela le fait flipper.
Enfin Gus essaie de ne pas trop penser, se concentrant sur son boulot, tout ce qu'il a à finir à mettre en place avant son départ. Et puis les divers préparatifs pour la croisière qui arrive à grand pas. Avant de partir il passe par la cuisine pour récupérer les plats qu'il a préparé pour son amie et son fils, des lasagnes végétariens, des escalopes à la milanaise et du tiramisu. Il met cela dans un sac et sort de la trattoria.

Gus s'arrête chez fleuriste juste à côté de l'établissement, elle est en train d''ouvrir et il récupère le bouquet qu'il a fait préparer. Des fleurs pour la plus belle de Naples, pour la féliciter d'avoir retrouver sa voix. Même si pour le moment il ne l'a entendu que sur les enregistrements que Vera lui a fait passer via le portable. Peut être aujourd'hui aura t-il droit une petite démonstration. Il monte en voiture et puis il prend la route direction Posillipo, Il roule tranquille, fenêtre ouverte, la radio allumée. Une fois devant la villa, il sonne.
« Livraison express pour madame Venezzio. »
Il essaie de modifier sa voix pour que la cantatrice ne capte pas. Et se mord la langue pour ne pas éclater de rire. Le portail s'ouvre, et il entre sa voiture dans la cours et la gare. Il récupère le sac contenant les divers mets et le bouquet de fleurs.
Gus a laissé la fleuriste choisir.
Il a juste dit qu'il voulait un bouquet qui respire l'envie de vivre et qu'il était pour une femme divine, admirable et une amie précieuse. Et le cuisinier est tout à fait content du résultat. Il se présente à la porte et sonne. Il pose son sac au sol.

C'est Vera qui ouvre.
« Bonjour madame Venezzio je viens pour être sur que tout va bien pour vous. »
Gus ne laisse pas à Vera le temps de réagir, il l'attrape dans ses bras, tenant toujours le bouquet. Il la soulève et la fait tourner.
« J'avais trop envie de te voir. »
Surement pousser aussi par les diverses taquineries qu'ils se sont échangés par SMS. Il la pose au sol, claquant par la même occasion des bises sur ses joues. Puis il la regarde pour s'assurer que tout va pour le mieux.
« Je t'avais dis que je continuerais à veiller. »
Il lui tend le bouquet de fleurs.
« Pour la plus merveilleuse des amies. » Il reprend son sac.
« Et ça c'est pour la plus gourmande des amies. » Il se met à rire, il est tout simplement heureux. Il a la sensation que face à Vera, et surtout en ce moment, il peut vraiment l'homme qu'il a envie d'être. Cela peut paraitre idiot, mais c'est ce qu'il éprouve.
« Je viens surtout m'assurer que tu t'en sors avec tes valises et voir si tu as besoin d'aide. Je sais que si je te l'avais demandé par message, tant bien tu m'aurais dis non. Du coup me voilà. »
Vera doit surement se demander comment Gus savait qu'elle serait bien présente chez elle. Mais il ne compte pas balancer son partenaire. Même sous la torture il ne parlera pas, il l'a juré à Winston.
« Le pirate n'est pas là ? »
Le restaurateur pensait le trouver aussi, mais il semble qu'il ait également piégé Gus en le laissant seul avec sa mère. Futé le gamin.



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Mer 18 Sep 2019 - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©shilon-avatars
Messages : 950 - Points : 2042
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Mar 13 Aoû 2019 - 22:51 )
Il y avait tellement de choses à gérer avant la croisière. Elle aurait aimé être une diva en bonne et du forme, n’avoir à se soucier que de ses tenues qu’elle allait porter. Cependant, Vera était une femme d’affaires. Une femme qui avait reprit la compagnie de son mari et prouvait à tous qu’elle était aussi intelligente qu’élégante. Alors qu’elle avait espéré pouvoir passer la matinée à terminer de préparer sa valise, elle l’avait passé au téléphone avec les actionnaires de la compagnie. Ses cheveux commençaient à peine à repousser et pourtant elle était tentée de se les arracher. Sur le bateau, elle n’aurait probablement pas le temps d’avoir des yeux partout, elle avait l’impression de ne pas pouvoir déléguer et il était tout bonnement hors de questions que son père la remplace durant son absence. Elle ne ferait pas l’erreur de faire rentrer le loup dans la bergerie. Winston, quant à lui, était surexcité et sautait absolument partout. Il était une vraie pile électrique : avide de vouloir voyager et voir de nouveaux horizons. Il savait également qu’il allait pouvoir profiter de sa mère, même si comme tout enfant de son âge : il n’avouerait pas, pour ne pas dire jamais, une telle chose.
Cependant, avant de partir, il voulait passer une dernière après-midi et soirée chez son meilleur ami alors aux alentours de midi : Vera l’a conduit chez ce dernier avant de revenir et de reprendre le téléphone pour continuer de passer des coups de fils. Ce n’est que lorsqu’on sonna à la porte qu’elle releva les yeux des papiers. Elle regarda l’heure et souffla longuement : elle perdait toujours la notion du temps quand elle s’occupait de la compagnie. Son majordome étant en congé, elle se leva et décrocha.

“Livraison express pour madame Venezzio.”


La cantatrice fronça les sourcils : elle n’attendait rien pourtant. Elle ouvrit la grille, s’assura que sa perruque était bien mise puis ouvrit sa porte d’entrée : se promettant d’installer des caméras pour au moins savoir qui elle faisait rentrer la prochaine fois. Enfin, il faisait jour et ses voisins étaient dehors : elle ne risquait rien. Quand elle vit Gus, un immense sourire éclaira son visage.

“Quelle bonne surprise.” Elle ferma ses bras autour de son cou et rigola quand il la porte pour la faire tourner. Pour sûr qu’il lui faisait tourner la tête. Dans tous les sens du terme, mais ce n’était pas un fait nouveau. “Tu sais que tu es toujours le bienvenu ici hein ?” Elle embrassa sa joue avant qu’il ne le fasse. “Quel preux chevalier tu fais.” Vera rigola et prit les fleurs avant de plonger son visage dedans. “Elles sentent si bon… Cela fait une éternité qu’on ne m’a pas offert des fleurs. Merci.” Elle déposa un nouveau baiser sur sa joue. Touchée par les attentions, elle ne pouvait s’empêcher de sourire : “La gourmande que je suis te suis reconnaissante.” Elle prit le sac avant de rentrer pour aller dans la cuisine et prendre un vase. “Les valises, ça va. Ce sont les hommes d’affaires qui me donnent un mal de tête !” Souffla-t-elle. Elle coupa le bout des tiges avec un ciseau en regardant de temps en temps Augusto. “Tu aurais pu m’envoyer des messages aujourd’hui, je n’aurais pas eu le temps d’y répondre. Je dois m’assurer que tout est en ordre avant que je parte. Je ne fais pas confiance à beaucoup de monde quand il est question de business. Je sais que la plupart aimeraient que je ne sois que figure de l’entreprise et non tête pensante.” Elle mit les fleurs dans le vase avant de le remplir d’eau.

Elle porta ce dernier et le mit sur le comptoir avant de regarder dans le sac. Comme une enfant.

“Il voulait profiter de ses derniers instants avec ses copains avant de devoir passer du temps avec sa maman.” Elle sortit les boîtes, inspectant le contenu : “Il m’a assuré que sa valise était déjà faite, mais je vais aller y jeter un œil avant qu’il revienne demain et enlever le superflu. Tu verras par toi-même que je ne rigolais pas quand je disais qu’il voulait emporter toute sa chambre.” Elle ouvrit un tupperware, respira la bonne odeur : “Dire que je vais manger ta cuisine tous les jours pendant trois semaines…” Elle rigola de plaisir avant de refermer la boîte et de la ranger avec les autres dans le frigo. “Je te sers quelque chose à boire ?”


Still growing strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © lux aeterna (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3838 - Points : 8322
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Ven 16 Aoû 2019 - 18:40 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Les jours passent trop vite. Bien trop vite. Même si Gus est pas mal épaulé par son équipe et ses parents, il veut que tout soit régler comme du papier à musique. Il a donc pris le temps de tout noté, vu avec tous ses fournisseurs. Histoire de facilité le boulot de tout le monde et d'éviter que ses parents se tracassent trop. Côté trattoria tout semble parfaitement prêt. En plus ses parents connaissent bien l'établissement, ce qui le rassure aussi.
C'est plus côté privé que c'est compliqué, vu que sur le bateau il aura diverses casquettes. Il y aura le côté professionnel quand il sera en cuisine. Ou bien en salle car il compte s'assurer que tout le monde est satisfait de ses préparations. Du coup il a prévu des vestes et des tabliers en double afin de se présenter toujours propre si le commandant le demande.
Et puis il y aura le côté détente et le côté privé, ce côté là Gus le passera surement avec Vera. Il l'écoutera chanter, et s'assurera aussi qu'elle décompresse et qu'elle prenne du temps pour elle. Du coup il a prévu des tenues habillées, costumes, smoking, et d'autre plus décontractées, short chemise et même maillot de bain. Vu comment toute cette préparation lui prend de l'énergie il se doute que pour Vera cela doit être pire.
Elle est encore fragile. Alors il a décidé de lui faire une visite surprise. Une façon de s'assurer qu'elle s'en sort et aussi de la gâter.

Gus se présente incognito, voulant jouer le suspens jusqu'au dernier moment. Bien entendu l'effet est immédiat et ils affichent tous les deux le plus beaux des sourires. Et comme à son habitude il n'est pas venu les mains vides, il sait comment lui faire plaisir.
« Il ne me manque plus que l'armure et le cheval blanc. »
Il sourit en la voyant faire avec les fleurs. Son bonheur fait plaisir à voir. « Je vais t'en offrir plus souvent alors. »  
Le cuisinier a même droit à une nouvelle bise pour ses attentions. Il fait la moue quand elle lui parle des hommes d'affaires qui lui posent plus problème que ses valises.
« Il va falloir que j'intervienne comme pour la mère de la gamine. »
Gus n'est pas prêt d'oublier ce fameux coup de fil. Il lui sourit alors que la belle coupe les tiges des fleurs.
« C'est pour ça que je n'ai pas envoyé de message et que je suis venu en chair et en os. »
Gus la regarde d'un air attendri.
« Et tu n'es pas du genre à déléguer non plus. Tu ne pourrais pas avoir un homme de confiance pour alléger un peu ce boulot. Parce que le stress ce n'est pas super bon pour toi. »
Il s'inquiète un peu sur le coup. Vera prend bien soin de fleur, formant un sublime bouquet, il se dit qu'il a bien choisi. Puis la belle s'attaque au sac et aux diverses boites apportées.

C'est là que Gus relève l'absence de Winston, il était persuadé que le gamin serait là.
« Ou il voulait nous laisser seul, surtout qu'il savait que je venais. »
Il n'est pas du tout sérieux quand il dit ses mots, mais l'idée d'être seul avec Vera lui plait.
« Il est pressé de partir c'est certain, je l'ai bien vu à sa voix quand je lui ai demandé pour aujourd'hui. Après c'est un gamin alors il veut tout emporter. On ira y jeter un coup d’œil et je te filerais un coup de main. »
La gourmandise prend le dessus quand Vera ouvre une boite pour se laisser titiller par la bonne odeur du plat. 
« Tu vas être une vraie privilégiée.  Et cela va être un moyen de bien refaire tes forces. »
Même si Vera à meilleure mine, elle a besoin de reprendre des couleurs et surtout de refaire le plein d'énergie, cette croisière tombe vraiment à pic parce que l'air marin il n'y a rien de mieux pour requinquer.
« Je veux bien un café. Tu veux que je te montre ce que j'ai prévu pour mon petit chef ? »
Pendant que Vera prépare le café, Gus sort le tablier et la mallette de couteau.
« Tu crois que cela va lui plaire ? Ce sont les mêmes que les miens mais fait pour sa main. »
Et sur le tablier noir il y a son nom et son prénom en lettre dorée et en dessous sous chef de la croisière. Gus récupère sa tasse.
« Merci. Sinon tout va bien ? Tu as choisi ce que tu allais chanter au cours de la croisière ? »
Et si la belle lui propose il ne dira pas non à écouter un petit bout du répertoire, enfin si sa voix le lui permet. Pas question de la faire forcer. .



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©shilon-avatars
Messages : 950 - Points : 2042
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Sam 17 Aoû 2019 - 15:43 )
Vera comptait les jours, bientôt : elle allait prendre le large avec Winston, mais aussi Augusto. Elle était tellement heureuse qu’il ait accepté cette proposition, même si elle n’avait jamais réellement été inquiétée quant à la nature de la réponse. Elle n’avait pas glissé son nom par hasard, ni parce qu’il était son ami : elle pensait de tout son cœur qu’il avait un don et qu’il était temps que ce dernier soit mis sous le feu des projecteurs. Si elle pouvait aider sa carrière à prendre une nouvelle route, pour sûr que Vera allait faire son possible pour lui donner un coup de pouce. Augusto avait tellement fait. Que cela soit avant sa maladie, mais surtout pendant sa convalescence. Il avait été un pilier sur lequel elle s’appuyait encore et dont elle aurait toujours besoin probablement. En dehors de ça, pouvoir passer du temps loin de tout avec Augusto entre ses représentations et les services : voilà qui avait le don d’illuminer son visage avec un sourire radieux. Oui, elle était sincèrement heureuse à la perspective d’avoir Augusto pour elle toute seule. Elle savait que des moments difficiles l’attendaient, des moments de doutes, mais elle savait également qu’il ne suffirait qu’un coup d’œil vers le cuisiner pour qu’elle retrouve son courage.

“S’il n’y a que ça, je peux te trouver tout l’attirail. J’en suis capable.” Vrai qu’elle le serait et Gus devait s’en douter. Elle était tellement touchée de ces petites attentions. Elle plongea la tête la première dans le bouquet pour gonfler ses poumons de leur odeur. “Même si je ne dirais pas non, je devrais trouver quelque chose à te donner en retour.” Parce que Vera aimait recevoir des cadeaux comme tout le monde, mais elle aimait par-dessus tout en donner.

Un rire franc et sincère traversa ses lèvres alors que son ami se portait volontaire pour leur parler et mettre les choses aux clairs avec eux comme il l’avait fait avec la maman de la petite fille.

“Et pour que tu prennes la mouche vu qu’ils ne sont pas aimables et malpolis ? Ils ne valent pas la peine que tu perdes son énergie. Ne t’en fais pas, tout va être réglé bientôt. Tu arrives à point nommé : je vais prendre une pause dans tout ça.”


Puis elle se dirigea d’un pas léger vers la cuisine et entreprit de trimer les fleurs comme lui avait appris à sa mère. Cela faisait partie de sa formation pour être une parfaite femme de maison. Elle haussa les épaules :

“J’ai pensé sincèrement à prendre quelqu’un oui. Mais je ne sais pas en qui je peux avoir confiance quand il est question de business. Je pense que si jamais j’ai réellement besoin, je demanderais à Armand. Il connaît la compagnie et ce qu’il faut faire.” Elle releva sa tête pour regarder dans les yeux son ami : “Ne t’en fais pas, je vais mieux et j’aurais le temps de détresser sur le bateau.” Elle arrangea le bouquet et poussa le vase pour le mettre au milieu du comptoir.

Il était temps maintenant de s’attaquer aux gourmandises que son ami avait apporté rien que pour elle. Elle sait pourtant qu’elle devrait partager avec son fils : pour sûr qu’il lui en voudrait si jamais elle ne lui en donnait pas une part. Il était tout aussi amoureux de la cuisine de Gus qu’elle. Winston était chez un ami, mais jamais Vera n’avait pensé qu’il avait organisé cela pour qu’elle soit toute seule avec le chef.

“Pourquoi aurait-il fait une telle chose ? Il adore te voir et ne manque jamais une occasion de parler de toi.” Elle décidait d’ignorer pourquoi cette idée faisait battre son cœur plus vite. Se retrouver seule avec lui n’avait jamais été un problème, bien au contraire. Mais depuis quelque temps, elle s’était demandée si ses sentiments pour Augusto étaient réellement amicaux où bien s’il y avait plus. “Deux paires de mains ne seront pas de trop. Merci de te dévouer.” Elle retrouva son sourire et ouvrit les boîtes.

Elle prit de longues inspirations avant de tout refermer soigneusement et de bien les ranger au réfrigérateur pour ne pas le perdre. Elle n’aurait pas à cuisiner ce soir, voilà qui était une bonne chose. Elle avait fait des progrès grâce à l’homme qui lui faisait face, mais elle était encore bien loin d’avoir son niveau.

“Je ne m’en fais pas tu sais ? Tu me fais toujours sentir spéciale et à part entière.” Et c’est probablement une des raisons qui faisait qu’elle l’adorait plus que de raison. Elle tourna sur elle-même et mit la machine à café en route avant de préparer les tasses. Le temps qu’elle installe tout qu'Augusto avait déjà sortit sa surprise.

Elle laissa le café passé et s’approcha rapidement des cadeaux que le cuisiner avec prévu pour son fils. Elle caressa du bout des doigts les couteaux en ne cessant pas de sourire.

“Il va être si heureux ! Je l’entends déjà d’ici et l’imagine sauter de joie. Il va être si fier.” Elle prit le tablier et caressa les broderies : “Je crois qu’il a trouvé une nouvelle passion et une nouvelle voix grâce à toi. Il adore toujours autant de la musique et Dieu sait que sa voix est aussi douce que celle d’un ange, mais je crois que la cuisine à pris le pas sur son désir de devenir musicien.”

Elle replia soigneusement le tablier tout en parlant avant d’aller chercher les mugs et de préparer le café d’Augusto comme il l’aimait. Elle mit du lait d’amandes dans le sien et alla s’installer sur le canapé.

“Miranda à inviter d’autres chanteurs, elle est une grande admiratrice de Mozzart alors je sais déjà que l’on va chanter quelques chansons de son Requiem. Sa fille qui à 16 ans est obsédée par The Greatest Showman alors elle m’a demandé de travailler sur la chanson Never Enough ce qui va être difficile car j’ai tendance à en faire un peu trop pour la chanson, mais les résultats sont concluants.” Elle prit une gorgée de café : “Winston souhaite aussi chanter alors on travaille une chanson de la suite du Phantom of the Opera par Andrew Lloyd Weber.” Elle attrapa son portable de sa poche et chercha le dossier : “Écoute comment il se débrouille bien..” Et elle lui fit écouter un extrait de la performance. Une fois terminée, elle sourit : “Il y a encore quelques fausses notes, mais d’ici quelques jours ça sera réglé, j’en suis certaine.” Elle le reposa sur la table et passa sa main dans ses cheveux : “Autrement, Miranda et Alberto ont proposé aux invités de me soumettre des chansons qu’ils aimeraient entendre et je devrais me préparer en conséquence. Ce qui en soit ne me dérange pas, mais cela risque d’être éreintant.”

Elle posa sa main sur le bras de son ami avant de demander :

“Et toi alors ? Tes menus sont prêts ? Tes valises aussi ?”


Still growing strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © lux aeterna (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3838 - Points : 8322
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Mar 20 Aoû 2019 - 13:15 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Même  si Gus a des tas de chose en tête, la croisière qui se profile à l'horizon, accapare beaucoup ses pensées. Même trop parfois, alors qu'il faut qu'il finisse de tout mettre en place pour la trattoria. Et puis il y a sa vie privée à côté, son couple avec Azka, qui de temps à autre semble prendre l'eau. Il ne sait pas pourquoi, et il ne se pose surement pas les bonnes questions. Ne voulant pas blesser son petit ami, surtout quand il voit comment partent certaines discussions. L'éloignement durant quelques semaines leurs fera le plus grand bien. Surtout que dans cette éloignement il va pouvoir exercer ses talents de cuisinier.
Offrir à d'autres papilles sa façon de voir la cuisine italienne, de la rendre plus moderne.
Et puis il y aura Winston avec qui il adore passer du temps, ce gamin lui montre combien la paternité lui plairait. Et il y aura Vera, Vera chère à son cœur, il veut la voir sourire à la vie et il sait que cette croisière lui en donnera la possibilité. Lui qui est passionné par la cuisine comprend parfaitement combien c'est dur de ne pas pouvoir exceller dans l'art que l'on fait avec passion. Il compte durant ces quelques semaines la chouchouter et chouchouter Winston. Prendre du temps pour lui aussi, loin de Naples. Il y a longtemps qu'il n'en est pas parti.
Cela lui permettra aussi de finir de faire le deuil de cette part de lui qui parfois encore lui serre le cœur.

Et pour ce qui est de chouchouter la cantatrice, et bien Gus s'y applique même avant la croisière. Cela lui fait autant plaisir qu'à Vera. Ce plaisir partagé le rend énormément heureux. Et ce bonheur est augmenté par les taquineries qu'ils partagent.
« Attention je pourrais te prendre aux mots. »
Gus s'imagine arriver devant chez Vera sur un cheval blanc et toute en armure. Pas mal comme idée. Les fleurs vont aussi leur petit effet.
« Ton sourire et ton visage radieux est déjà un superbe cadeau. »
Le restaurateur ne fait pas cela pour avoir un retour, enfin il l'a le retour quand il voit le bonheur se dessiner sur le visage de son amie. Après tout ce qu'elle a vécu, c'est la plus belle récompense pour Gus. Son rire aussi qui résonne alors qu'il se propose de prendre les choses en main avec les hommes d'affaire. Il avait pris ce rôle très à cœur lors du problème avec Winston.
« Tu sais que je suis ton homme si tu as besoin et ce dans toutes les circonstances. Je crois que je pourrais même abîmer quelques portraits si on te malmenait. »
A jouer le chevalier autant le jouer correctement. Même si cette phrase pourrait sonner d'une drôle de façon si Gus y réfléchit bien. Mais cette réflexion lui vient naturellement. Une fois dans la cuisine, Vera arrange les fleurs, Gus la regarde attendri alors qu'elle lui dit qu'elle aurait du mal à trouver un homme de confiance pour la société.
« Je peux donner l'adresse de l'entreprise qui gère la trattoria, tant au niveau comptable que juridique. C'est la même depuis sa création et ils sont toujours de bons conseils. »
Gus est cuisinier mais pas du tout un homme d'affaire, tout comme son père et son grand-père avant lui, alors il peut comprendre qu'avoir confiance est important et pas toujours évident à faire.
« De toute façon je vais tout faire pour que tu détresses. »
Il sait qu'il aura du travail vu le nombre de personne prévue pour la croisière. Comme il sait que la belle aura du travail aussi de son côté pour être au point à chaque représentation. Mais ils pourront s'accorder des moments à deux ou il n'y aura que le plaisir de se reposer et d'être ensemble.

Puis Vera range les boites que Gus lui a apporté, sans oublier de les ouvrir pour savourer les odeurs que les plats offrent. C'est là que l'absence de Winston titille le restaurateur.
« Non j'ai dis ça comme ça. Mais c'est vrai que c'est un peu illogique connaissant Winston. »
Ou alors très logique si le gamin avait envie que les deux amis se retrouvent seuls. L'idée semble peut être idiote mais elle plait à Gus, et il préfère ne pas s'y attardait car il sent que cette idée pourrait bien éveiller d'autres sensations. C'est certainement du à son état d'esprit qui se sent pas mal paumé en ce moment. En tout cas il ne s'y penche pas trop dessus, et aider Vera à ranger la valise de son fils lui permettra de ce concentrer sur autre chose. Que cette idée de se retrouver seul avec la belle. Les boites trouvent leurs places dans le frigo et puis Vera prépare le café.
Petite pause avant de s'occuper de la valise du pirate.
Gus ne relève pas quand elle lui dit qu'il l'a fait toujours se sentir spéciale. C'est parce que pour lui leur lien est unique, magique, il a eu diverses saveurs et il les aime toutes. Peut être même que certaines lui manquent. Non il n'est pas raisonnable de penser de cette manière. Ils repartent sur le sujet Winston et le cuisinier en profite pour montrer ce qu'il compte lui offrir. 
« Je suis heureux d'entendre cela. Et tant bien il va inventer un nouveau contexte le musicien cuisinier. Je vois bien une cuisine ouverte ou Winston ferait autant le bonheur de ses clients en préparant de bons petits plats tout en chantant des airs magnifiques. »
Il se met à sourire en imaginant cette scène. Wisnton est doué, il le sait, son père lui a dit qu'il le revoyait lui enfant. La même curiosité et la même envie. De quoi rendre fier un père. Vera finit de préparer les cafés et il note qu'elle se souvient de comment il l'aime. Même avec un tas de choses en tête, elle n'oublie jamais. C'est ce genre de petit détail qu'il la rend unique aux yeux du cuisinier, unique et précieuse. Puis ils reparlent de la croisière et surtout du programme de Vera.

Gus l'écoute tout en savourant son breuvage noir. La cantatrice annonce les titres qu'elle va interpréter. Winston va même participer, d'ailleurs elle lui fait écouter un morceau. Et il sent un tas de frissons envahir son être sous la voix du gamin. Il a même ses yeux qui s'humidifie de larmes tellement l'émotion le prend aux tripes.
« Wahou je sens que vous allez me faire pleurer tous les deux quand je vous écouterais. Vous allez envouter tout le public. Cette croisière va vraiment être magique. Va falloir que le chef cuisinier soit à la hauteur vu la classe des artistes. »
Il lui fait en clin en disant ses mots. Gus frissonne à nouveau mais cette fois c'est le contact de la main de Vera sur son bras qui déclenche cette réaction. Il la regarde et laisse leurs yeux se perdent. Troublé il l'est. Mais il met cela sur le compte de ce qu'il vient d'écouter.
« Winston est vraiment bouleversant quand il chante. »
Il rajoute pour essayer d'apaiser ce qu'il éprouve.
«  Oui j'ai pas mal avancé. Mes plats ont été validé, même si je réserve quelques surprises. J'ai prévu des menus simples avec buffets à volonté. Et puis des menus plus gourmands. Mes affaires de cuisinier sont prêtes et pour mes affaires personnelles il ne reste plus grand chose. J'hésite pour le maillot de bain. » Il se met à rire se souvenant de leurs échanges SMS.
« Après il y a Azka, je ne sais pas s'il le prend bien. Enfin il est heureux mais j'ai du mal à le cerner. Ne sachant pas trop comment agir quand on est en public. Parfois il est distant et semble effrayé par le regard des gens et puis d'autre il ose. Donc je me sens un peu le cul entre deux chaises. Enfin je pense que cette séparation nous fera du bien et me permettra de faire le point. »
Il reprend sa tasse et boit quelques gorgés de plus.
« Du coup je vais remporter les cadeaux pour Winston et je lui donnerais sur le bateau. Et toi c'est motus bouche cousu. Sinon je te fais ta fête. »
Il vient la prendre dans ses bras et embrasse tendrement sa joue.
« J'ai vraiment hâte. »
Peut être même un peu trop hâte.



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©shilon-avatars
Messages : 950 - Points : 2042
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Mar 20 Aoû 2019 - 22:25 )
Se sentant comme une princesse, elle prit le temps d’admirer les fleurs qu’Augusto lui avait apporté tel un preux et beau chevalier servant. Il ne manquait plus que son fidèle destrier blanc pour parfaire le tout. Dans le pire des cas, Vera se contenterait de lui. Juste lui. Elle n’avait pas besoin de plus. Quand il était là, elle rigolait, elle se sentait légère. Oui, rien d’autre comptait quand elle pouvait se plonger dans ses beaux yeux.

“Je saurais te faire une surprise également.”
Elle en avait déjà une de prévus de toute façon. Cependant, cela attendrait d’être sur le bateau : sans quoi l’effet ne sera pas le même.

Les petites attentions ne s’arrêtaient pas là, rapidement, il se proposa de l’aider avec les hommes d’affaires. Le sujet était plus complexe que la dernière fois où il a décroché le téléphone de la belle. Ce n’était pas une parent d’élève, mais bien des hommes hautains, pleins aux as qui supportent difficilement avoir une femme à leur tête. Elle toucha ses muscles :

“Il y a encore un peu de travail, mais je suis certain que bien charger : ces fusils peuvent faire mal.”
Elle rigola de plus belle et l’invita à rentrer en allant dans la cuisine pour prendre soin des fleurs offertes. “C’est une bonne idée.” Elle réfléchit : “Je garde ça sous le coude si je n’arrive pas à leur faire fermer le clapet avant de partir. J’aime avoir un plan B. C’est toujours utile.” Même si parfois, cela n’était pas possible. “Rien que ta présence suffit, tu le sais ça hein ? Alors si en plus tu es épanouie, c’est la cerise sur le McDo comme dit Winston.”

Les bons petits plats cuisinés trouvèrent une place de choix dans le réfrigérateur, non sans que Vera les ait ouvertes comme une gamine pour voir ce qu’il y avait à l’intérieur. Elle n’avoua pas à Gus, mais elle salivait rien qu’à les sentir. Ce soir, Winston et elle allaient se régaler. En parlant du gobelin, le cuisiner remarqua son absence ce qui la fit sourire. Ils étaient seuls. Pourquoi est-ce que son cœur s’emballait un peu plus à cette idée. Cela n’était pas la première fois que c’était le cas. Pourquoi maintenant elle se sentait perturbé ? En attendant, ils continuaient de parler de Winston et de sa vocation qui commençait à changer.

“Rigole, mais je suis certaine que dans quelques années cela sera le cas. Il avait besoin d’un modèle et ma foi… Je crois que tu rentres parfaitement dans le rôle.”

Elle prépara les cafés, sans oublier de ne rien ajouter à celui d’Augusto puisqu’il l’aimait noir. Vera aimait prendre soin de ses invités, encore plus quand ces derniers vous comblait de joie et d’attentions à la moindre occasion. Pour sûr qu’elle ne mettrait ni sucre, ni lait dans le café du cuisiner. Elle voulait qu’il revienne après tout. Maintenant installés sur le canapé, ils peuvent savourer leurs breuvages tout en parlant. Vera répondit à Gus concernant les chansons qu’elle allait interpréter. Elle précise également que Winston tenait lui aussi à monter sur scène. Elle lui donna même un aperçu et remarqua l’émotion dans les yeux de son ami. De quoi attendrir un peu plus son sourire.

“Oh bah non ne pleure pas…” Elle rigola : “Je te donnerais un paquet de mouchoirs avant alors, comme ça tu seras équipé au cas où.” Elle le taquinait évidemment, même si elle était à moitié sérieuse.

Son regard dans le sien, sa main sur son bras, ce fut à son tour de poser les questions et de ne pas laisser une seule miette lui échappée. Elle sourit un peu plus à chaque fois qu’il énonce ce qui est prêt. Elle était réellement excitée à l’idée de le faire connaître à un cercle de personne qui pouvait enflammer sa carrière et faire de lui un chef dont on se dispute les services.

“Tant que ce n’est pas un slip de bain ou bien un caleçon trop serré…” Elle laissa en suspend sa phrase : “Tu seras ebn sécurité des femmes qui s’ennuient de leur mari et veulent de la viande fraîche.” Un clin d’œil entendu pour ponctuer sa phrase et voilà que des images apparaissaient dans sa tête, car elle savait ce que ces vêtements cachaient.

La discussion prit une toute autre tournure quand il commença à parler d’Azka. Elle se redressa pour pousser sa tasse sur la table basse.

“Cela ne doit être évident pour lui, s’il fait des efforts… Vois où ça mène sans lui fermer la porte, mais surtout, fais confiance à ton instinct. Il se trompe rarement.” Elle lui sourit doucement : “Un peu de temps loin de l’autre peut éclaircir tes idées, oui.”

Vera retrouva son rire quand il lui fit promettre de ne rien dire :

“Et rater une occasion de voir mon fils surprit et aux anges ? Je ne ferais jamais une telle chose. Je ne suis pas une mère indigne.”

En voyant Augusto se rapprocher d’elle pour la prendre dans ses bras, elle ne se fit pas prier et l’enserra à son tour. Elle glissa sa tête dans le creux de son cou et ferma les yeux en respirant doucement son odeur. Bon sang ce qu’elle aimait son odeur, sa présence. Lui. Tout simplement.

“Moi aussi…” Glissa-t-elle alors que sa main massait doucement la nuque de son ami. Elle voulait rester ainsi pendant des heures. Elle se permit de glisser un petit baiser dans son cou avant de s’éloigner. Sa main libre se posa sur sa joue : “Allons voir quelle merveille Winston à empaqueter hm ?” Puis, sur ces mots, elle se leva et monta à l’étage, puis dans une des chambres d’amis où la valise de son fils était. Elle tenta de la porter, mais prétendit en être incapable : “Ô preux chevalier, j’ai besoin de tes muscles, de ta force…” En voyant Augusto rentrer, elle posa le dessus de sa main sur son front dans un geste digne des plus grandes actrices hollywoodienne de l’époque : “Je ne suis qu’une pauvre femme sans force dans les bras.”


Still growing strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © lux aeterna (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3838 - Points : 8322
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Dim 25 Aoû 2019 - 12:00 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Gâter Vera, Gus s'en fait une joie à chaque fois. Pour lui c'est juste une façon de lui montrer qu'il tient à elle, qu'il sera toujours là dans les bons comme dans les mauvais jours. Alors quand la belle le compare à un chevalier cette idée le fait sourire. C'est vrai qu'il braverait bien des dragons et des armées pour la cantatrice. Il se dépasserait surement sans même se poser de question pour voir son sourire et son regard briller de mille étoiles. Bien entendu la discussion reste taquine sur ce sujet.
Mais Gus est sérieux, prendre soin de Vera est une de ses priorités.
Même si elle venait à avoir un homme dans sa vie, il sera là. Il sera toujours là. Autant pour la belle que pour son fils.
« C'est sur que mes fusils sont dangereux, très dangereux même. »
Mais quand il pose son regard sur la cantatrice, il n'y a que douceur et tendresse, un peu d'amour aussi. Parce que ce sentiment à plusieurs facette et se décline en diverses couleurs. En tout cas il est sur qu'à cet instant la maison se remplit de bonheur, parsemé d'odeur de fleurs et de bons petits plats. Ils parlent sans problème de leurs tracasseries et cela chagrine Gus de voir que des hommes d'affaire mettent à mal son amie. Elle qui a besoin de paix et de tranquillité pour se consacrer  à son art. Il lui propose bien entendu son aide.
« Oui un plan B c'est toujours très utile. »
Il comprend parfaitement qu'il faut que Vera règle certains soucis avant de partir en croisière. Ils auront bien entendu des moments de détente, mais cela reste à la base une croisière professionnelle. Un moyen pour Vera de se remettre en selle et pour Gus de voir sa cuisine s'envoler vers d'autres horizons.
« La cerise sur le McDo ?? Va falloir que Winston change d'expression. »
Et il se met à rire.

Vera range les différentes choses que Gus a rapporté, prenant le temps de tout savourer, avec ses yeux comme avec son nez. Gus la regarde faire tout en continuant de papoter, bien entendu Winston est bien présent dans l'échange. Mais il tient une place importante dans la vie de la belle et en prend une de plus en plus grande dans la vie du cuisinier. Il faut dire qu'il est doué le gamin et qu'il allie pour le bonheur de la cantatrice comme du restaurateur la passion du chant et celle de la cuisine.
Un petit prodige attendrissant qui pourrait bien lancer une nouvelle tendance culinaire.
Gus est touché par les mots de son amie quand elle lui dit qu'il sert de modèle à Winston.
« Merci cela me touche. En plus c'est un amour ce gamin. Et j'aime passer du temps avec lui. »
Et la croisière va à nouveau lui laisser ce plaisir et il compte bien en profiter. Puis une fois les cafés fait, avec amour bien sur, ils se posent sur le canapé. Même si à la base Gus est venu pour aider Vera pour ses valises, ils prennent le temps. Elle lui fait écouter les différents enregistrements qu'elle a fait de la voix de Wisnton tout en lui parlant du programme qu'elle a prévu avec l'organisatrice de la croisière. Et Gus est rapidement attendri par la voix de l'ange. De quoi donner des frissons même au plus dur des durs.
« Je crois que j'aurais besoin de plus d'un paquet avec vous deux. »
Il essuie ses larmes. Leurs regards, leurs gestes, leurs sourires se font plus tendres. Vu qu'ils partent en croisière le port du maillot va se faire nécessaire par moment, du coup ils se taquinent à ce sujet.
« A vrai dire je pensais carrément ne pas en prendre. »
Il devient très sérieux quand il dit cette phrase.
« Mais faudrait pas qu'il y est un émeute. Quoi que tant bien tu me protégerais de ses femmes qui ne cherchent que la viande fraiche. »
Il lui rend son clin d’œil, imaginant la scène. Vera en Wonder Woman qui défend un Gus tout nu face à des femmes affamées. Cela le fait rire mais l'idée lui plait.

Puis Gus se ravise et se met à parler d'Azka, il est pas mal paumé en ce moment dans son couple. Ne comprenant pas toujours les réactions de son petit ami. Cela le perturbe beaucoup qu'il n'accepte pas les gestes tendres en public.
« Oui je pense que la séparation sera bénéfique pour lui comme pour moi. »
Il ne préfère pas s'étendre parce que cela lui pèse de ne plus savoir où il en est dans sa vie privée. Tout lui semblait clair après l'aveu de ses sentiments en décembre, mais depuis le braquage et puis son agression, il sent Azka fuyant. Il repart sur les attentions pour Winston, faisant promettre à Vera de ne pas vendre la mèche.
« Une mère indigne j'ai déjà entendu cela!! »
Il se fait pensif avant de reprendre.
« C'est vrai que tu as oublié de dire à ton fils qu'on ne soulevait pas les jupes des filles. »
Il l'a taquine se rappelant ce jour ou il lui avait remonté le moral après cet incident idiot. Puis il la serre contre lui, profitant de son parfum et de sa chaleur, ce qui le trouble bien plus qu'il ne le laisse paraitre. L'un comme l'autre languisse de larguer les amarres. Gus ne peut s'empêcher de frissonner lorsque Vera pose un baiser au creux de son cou. Il met cela sur le compte de toutes les émotions qui l'ont traversé durant cet échange.
De toute façon cela pourrait quoi d'autre ?
Il faut quand même penser aux choses sérieuses et là la priorité c'est la valise de Winston qui promet d'être aussi pleine que la caverne aux merveilles d'Aladdin.
« Votre preux chevalier arrive ma mie. »
Et voilà Gus qui débarque à l'entré de la chambre de Winston comme s'il était sur son destrier. Au geste de la douce damoiselle Vera il saute de son destrier pour l'attraper dans ses bras.
« Ma douce faite attention de ne pas vous blesser. Le damoiseau a surement mis des tonnes d'or dans sa valise. Laissez moi faire
Gus se retient de rire à ses propres bêtises, il soulève alors la valise et la pose sur le lit.
« Il ne faudrait pas qu'elle soit piégée. »
Du coup il l'ouvre tenant à l'écart Vera.
« Mais ce gamin est fou. »
Et il part dans un fou-rire autant par rapport à tout ce qu'il vient de dire, que par rapport à tout ce qu'il voit dans la valise de Winston.
« Si il prend tout ça on est sur de couler avant même d'avoir quitter le port. »



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©shilon-avatars
Messages : 950 - Points : 2042
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Sam 31 Aoû 2019 - 19:42 )
Veronica se mit à rire de bon cœur avec Augusto. Cela faisait longtemps que la maison n’avait pas été le témoin de ce genre d’allégresse. C’est qu’elle a connu des jours plus sombres qu’heureux. Parfois, malgré toute la bonne volonté de sa maîtresse actuelle : il y avait clairement eu plus de bas que de hauts entre ces murs. La cantatrice était bien décidée à changer la donne et redonner à cette maisonnée une âme plus chaleureuse. Les visites de Gus aidaient toujours à la chose, à cette mission pour oublier le passé en le mettant sous le tapis. Au diable les hommes d’affaires, le stress de remonter sur scène : elle chassait tout cela d’un claquement de doigt pour se concentrer seulement sur l’odeur des fleurs et toutes les autres attentions que son invité avait apporté pour Winston, mais également pour elle. Gus avait toujours été prévoyant à son égard, une amitié solide qui était faite pour durer assurément.

“Penses-tu, je ne sais pas s’il les entend ou bien s’il les invente, mais tous les jours il a une nouvelle phrase en tête.” Il était un garçon rafraîchissant qui aimait faire rire son monde en faisant le pitre. Un enfant clown qui mettait de la gaieté dans le cœur de Vera.

Dans la cuisine, elle entreprend de s’occuper des fleurs puis de ranger les plats dans le réfrigérateur : salivant d’avances à tous ces mets qu’ils allaient pouvoir manger ce soir. Une chose en moins à faire aujourd’hui. De quoi retourner rapidement dans la salle de musique pour s’entraîner sans pour autant forcer. En attendant, Vera ne manqua pas de dire que son fils prenait le cuisiner en exemple et que si un jour il affirmait vouloir suivre ses pas : elle ne serait pas du tout étonné. Elle était soulagée que son fils est des figures masculines dans son horizon : au moins cela lui donnait une bonne idée de la conduite à tenir. Tous les parents voulaient que leur enfant tourne bien, mais Vera plus particulièrement. Une part d’elle avait peur que les gênes de son géniteur ne transparaisse alors que le docteur lui avait assuré une multitude de fois que cela ne pouvait pas se transmettre ce genre de comportement. Qu’importe, la cantatrice avait peur. Son mari était mort, mais son fantôme hantait toujours les murs de cette maison qu’elle se refusait de laisser.

“Oh voyons, nous ne sommes pas si dramatiques.” Répondit-elle en plaisant à la blague des mouchoirs. Ils s’étaient installés sur le canapé et elle n’avait pas put résister à l’envie de lui faire écouter quelques notes qu’ils avaient enregistrées avec Winston. Les larmes sont rapidement chassées par un rire de la part de Vera : “N’allons pas choquer les vieilles dames hm ?” Pour sûr que beaucoup ne diraient pas non pour regarder Gus et elle n’avait pas que des femmes en tête. “Ou bien je te regarderais te débattre de ces harpies. En dernier recours, je viendrais, mais cela les fera encore plus jaser mon ami.” Et Vera était bien placée pour savoir au combien la soirée mondaine aimait lancer ou bien répéter des potins.

En arborant le sujet Azka, la cantatrice ne peut s’empêcher de ressentir malgré elle la détresse émotionnelle de son ami. Elle pouvait la sentir sans même avoir à se forcer ou bien à se concentrer. Alors, elle ne décida pas de mettre de l’huile sur le feu. Au lieu de cela, Vera entreprit de promettre de garder le secret. C’est que lire l’expression de surprise sur le visage de son fils était toujours un plaisir. Elle leva ses yeux au ciel quand Augusto reprit ces termes. Elle attrapa même un oreiller et lui en donna un coup. “Tu ne perds rien pour attendre.”

Une fois l’étreinte faite, il était maintenant temps de passer aux choses sérieuses alors elle embarqua Gus dans la mission : enlever le surplus de la valise de son fils. Elle posa sa tasse sur la table de chevet de la seconde chambre et tenta de porter la valise de Winston avant d’avoir une idée. Telle une héroïne en détresse, elle appela à son secours son preux chevalier : sa main sur son front, son corps légèrement penché en arrière : qu’on lui donne un oscar pour cette performance. Son ami la rattrape et elle se laissa tomber dans ses bras en rigolant avant de se redresser et de laisser les muscles d’Augusto faire le travail pour elle. C’était bien d’avoir un homme à la maison parfois. Quand il l’ouvrit, elle posa ses mains dans sa nuque et constata l’étendue des dégâts.

“Bon sang… La peur de manquer chez cet enfant est effrayante.”
Elle souffla longuement, puis prit une longue inspiration : “Faisons un peu le tri.” Et sur ces mots, elle enleva les vêtements trop chauds ou bien en trop grandes quantités. Le linge entre ses bras, elle alla le ranger. Quand un des pulls tomba au sol, elle se pencha pour le rattraper et vit quelque chose de brillant du coin de ses yeux. Le temps de se mettre à genoux qu’elle vit sous le lit de son fils un préservatif. Encore dans son emballage. “Gus ?” Appela-t-elle en se redressant. Elle montra le paquet : “J’ai déjà tenté de lui parler la dernière fois, quand j’ai trouvé des ... ” Elle racla sa gorge, soudainement gênée : “Des sex-toys dans son tiroir de sous-vêtements, mais je crois que cela n’est pas suffisant.” Vera se laissa tomber sur le lit de Winston : “C’est normal pour un garçon à quatorze ans tout ça ?” Elle ne savait pas si elle devait s’inquiéter ou non.


Still growing strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © lux aeterna (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 3838 - Points : 8322
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psss57Iu7w1wbmcc5o1_540
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Lun 2 Sep 2019 - 17:45 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Gus est détendu, la présence de Vera est comme un baume. Avec elle pas de prise de tête, juste du plaisir et vu comme ils éclatent de rire, la preuve n'est plus à faire.
Ils chassent rapidement tout ce qui pourrait obscurcir leur horizon.
Ils ont bien autre chose en tête notamment la croisière et tous ses préparatifs. Et puis Wisnton aussi qui revient fréquemment dans la discussion. Il faut dire qu'il est doué et qu'il est compliqué d'oublier le gamin quand il est entré dans votre vie.
Avec sa bouille, ses bons mots et ses sourires, tout le monde tombe dans le piège. Et sous le charme. En tout cas Gus et fier et heureux d'être dans sa vie et de pouvoir le guider dans certains domaines, notamment celui de l'art de la cuisine.
« Je pense qu'il serait bien du genre à les inventer. Tu tiens une perle Vera. Ton fils va faire exploser l'avenir avec toutes ses idées folles. »
La croisière en sa compagnie va être une oasis de fraicheur, et en cuisine une bonne dose de plaisir. Gus sait que Winston aime rire, mais qu'il sait être sérieux quand il le faut. Quand il lui donne diverses tâches, le gamin s'applique pour  tout faire correctement. Il a plusieurs fois cuisiné avec lui et à chaque fois Winston l'a bluffé par sa facile d'adaptation et de mémorisation. Oui il est doué et même créatif.
Et le cuisinier éprouve une réelle tendresse pour lui. Peut être même plus.

Une fois les affaires rangés, et installés dans le canapé Gus écoute la mère et le fils chanter. Difficile de ne pas céder aux émotions sous les deux voix qui s'élèvent. Cela fait un moment que le cuisinier n'a pas entendu Vera alors l'écoute le prend aux tripes.
Et Winston le bouleverse aussi.
Ce gamin a vraiment un tas de talent et un potentiel immense. Vera peut en être fière. En tout cas Gus lui se dit qu'il risque de verser souvent sa petite larme lors de cette croisière. Bien entendu cela est pris à la rigolade par la cantatrice.
« Oui mais moi je suis une pauvre petite chose sensible. »
Il y a même des trémolos dans sa voix, un peu acteur le cuisto ? Non vraiment touché par ce qu'il vient d'entendre. Et un autre moment de joie suit ce moment d'émotion, Gus ne peut s'empêcher de plaisanter sur l'histoire du maillot de bain déjà évoquer dans leur échange SMS.
« Et pas que les vieilles j'espère. »
Un petit clin d’œil complice. Pas qu'il mette Vera dans le lot, mais il se souvient d'un temps ou elle aussi bavait sur ses courbes.
Baverait-elle aussi à le voyant en maillot de bain ?
« Je crois que cela ferait jaser les femmes comme les hommes. Parce que si tu te promènes à mon bras je vais en faire des envieux et des jaloux. »
Il a vu les regards que les hommes posaient sur la belle. Et il est sur que si on la sait libre, il y en a qui ne se gêneront pour essayer de la conquérir. En tout cas Gus sera là pour rétablir l'ordre si la belle venait à être trop importuné. Il en fera même sa priorité. Elle a besoin de respirer, et pour cela, pas la peine qu'elle soit entouré d'homme qui ne la verrait pas tel que Vera doit être vu. Oui il jouera les protecteurs pour la belle durant cette croisière.
« Bilan les gens risquent de jaser durant cette croisière. »
Un tendre sourire se dessine sur ses lèvres.

Et puis Azka apparaît dans la discussion. C'est un point un peu flou, Gus ne sait pas trop où il en est. Mais Vera voit rapidement que cela le perturbe alors elle ne cherche pas en à savoir plus. Et il apprécie sa discrétion à ce sujet. Ils en reparleront surement durant la croisière, mais le cuisinier en sera peut être plus aussi de son côté. Ils conviennent de garder le secret de ce qu'a prévu Gus pour Winston, de toute façon il pourrait sévir si Vera dévoilait la surprise.
Et comme elle parle de mère indigne, et bien il rebondit sur la situation vécu à la trattoria.
En retour il reçoit un coup d'oreiller.
« Toi tu risques de passer à l'eau quand on sera en pleine mer. »
Et il attrape un autre cousin et frappe la belle, avant de l'enlacer. Deux vrais gamins sur le coup. Mais faut reprend les choses sérieuses et s'occuper de la valise de Winston, d'après Vera il veut emporter toute sa chambre. Là encore c'est leur côté joueur qui prend le dessus. Et voilà que dans la chambre c'est un preux chevalier et sa princesse en détresse qui se retrouve. Et la valise finit enfin ouverte sur le lit.
« Ah merde en effet. Je me demande même comment elle n'a pas craqué quand je l'ai soulevé. »
Vera s'occupe des vêtements et Gus sort les jouets, les mettant de côté. « Voilà pourquoi il faut bien mieux laisser sa mère faire sa valise. »
Il a presque envie de rire quand il voit la belle les bras chargé de vêtements.
« Tu lui as dis qu'on allait au pôle nord ? » Sa marque le ton de la plaisanterie. Puis un vêtement tombe et Vera se baisse pour le ramasser.
« Quoi ? »
Gus la regarde presque inquiet vu le ton employé.

Puis il éclate de rire quand il voit l'emballage de préservatif. Putain c'est un qu'il lui a filé. Du coup c'est un rire nerveux. C'est vrai qu'il n'a pas parlé de cette conversation entre hommes à Vera.
« Heu .. »
Il se gratte la tête quand elle parle de sex-toys dans son tiroir. Okay ça Wisnton n'en a pas parlé à Gus, enfin pas directement. Il reste debout alors qu'elle se laisse tomber sur le lit.  
Est ce qu'il est dans la merde ?
« Okay .. tu ne vas pas me frapper .. »
Non mais elle va peut être le tuer. Il la regarde timide d'un coup.
« Bon on a parlé avec Winston .. et il est assez précoce sur certain sujet .. »
Gus vient s'asseoir à ses côtés.
« Bon les sex-toys il ne m'en a pas parlé .. par contre il m'a parlé de son ami .. qui en a acheté .. peut être qu'il les a eu par lui ? »
Il se sent un peu con le cuisinier sur le coup.
« Après les préservatifs c'est moi qui lui est filé. » Et voilà c'était dit.
« Pas qu'il ait eu l'intention de s'en servir. Mais ils en ont parlé à l'école et il a voulu aussi montrer qu'il savait ce que c'était .. il n'a pas osé te le demander .. du coup la dernière fois il m'en a jeté un mot .. vu que j'en ai toujours et bien .. »
Et bien il lui en a filé sans penser qu'ils finiraient sous son lit.
« Avec tout ça j'ai zappé de t'en parler. Désolé. » Gus se doute que pour un garçon aborder ce genre de sujet avec sa mère cela doit être compliqué.
« Et puis je ne voulais pas trahir sa confiance. Je comptais vraiment te le dire mais .. »
La croisière. Azka. Le boulot. Cette histoire est passée au second plan. Il espère que la cantatrice ne lui en voudra pas trop.
Gus tu es un homme mort.



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©shilon-avatars
Messages : 950 - Points : 2042
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Mer 4 Sep 2019 - 21:49 )
Winston était devenu sa raison de vivre, la seule chose constante de sa vie. Sa plus grande fierté. Alors, elle parlait un peu trop souvent de lui, cela était un fait, mais elle ne le faisait pas avec tout le monde. Elle savait que Gus adorait son garçon et que cela était réciproque. Que demander de plus ? Cela était la plus grande crainte de ses parents : le manque de présence masculine dans la vie de leur petit-fils. Si Vera leur avait fait comprendre que cela ne les regardait pas, elle avait également mis de l'eau dans son vin en disant qu'il avait un support masculin au besoin. Que cela soit Gus ou les autres amis chanteurs de Vera : elle savait qu'elle n'était pas seule. Son ami connaissait bien son fils, assez pour dire le fond de sa pensée et confirmer qu'en effet : il est probable que le bougre invente des mots. Winston trouvait toujours le moyen de sortir de la normale. Une qualité aux yeux de Vera.

"Je l'espère, le principal c'est qu'il soit heureux et en bonne santé." Rien d'autre comptait. Car il était la preuve, elle l'espérait une nouvelle fois, que le pire des hommes pouvait tout de même donner un garçon plein d'esprit et de joie.

Dans le canapé, elle donne un aperçu de leur travail acharné. Bien malgré elle, Vera avait donné le goût de la scène à son fils et Winston avait proposé de lui-même de chanter avec sa mère. Parce que... Pourquoi pas ? Le couple qui organisait la croisière était plus que ravie d'une telle idée.

"Une pauvre âme sensible ? Toi ? Oh mon cher je ne te pensais pas à fleur de peau." Elle rigola doucement, mais ce n'était pas de moquerie. "C'est entendu, je te donnerais de quoi sécher tes yeux."

Le coup de maillot bain rendit la conversation encore plus légère et décontractée. Bon sang ce qu'il arrivait toujours à la faire rire et sourire.

"Tout dépends ce que tu n'entends par vieilles." Elle réfléchit. Elle avait compris l'insinuation. "Mais contrairement à celles qui vont s'agglutiner à toi : je sais que si je frappe à la porte de ta chambre tu m'ouvriras." Taquine, elle l'avait toujours été avec Gus. C'est que, leur relation avait commencé ainsi. "Très certainement, je reste convaincue que si mon père avait encore le droit de diriger ma vie : il me remarirait." Elle sourit : "Vive le statut de veuve dans mon cas." Car elle ne répondait à personne sauf à elle-même. "Tu vas découvrir le monde mondain mon cher. Et après cette croisière : tu feras tout pour l'éviter." Et il pourra rejoindre le club de ceux qui ne supporte plus ce genre de soirée.

Si Vera était libre, le cuisiner ne l'était pas. Azka et lui était bien ensemble et même si elle ne l'avait pas rencontré : le fait que Gus soit heureux était le principal. Elle avait appris avec le temps à ne pas se mêler de ce qu'il ne la regarde pas. S'il avait besoin de conseil et d'aide, elle serait là. Mais de son propre chef, elle n'irait pas mettre son nez dans les affaires de Gus. Le ton de la plaisanterie revient. Quand il utilise le terme de mère indigne : elle n'hésite pas un seul instant à lui donner un coup de coussin.

"Essaye toujours, je suis une excellente nageuse." Vrai qu'elle avait toujours été douée pour la natation. L'eau lui avait toujours permis de s'évader.

À l'étage, les fous rires reprennent de plus belle alors qu'ils jouent un dramaturge qui leur ressemble. La valise sur le lit, elle laisse son ami constater les dégâts.

"Tu as vu ! Je n'exagérais pas hein ?" Et la voilà à enlever les affaires en trop. "Penses-tu, il a 14 ans maintenant : il aime prétendre qu'il n'a pas besoin de sa mère. Tu comprends." Rigolant de plus belle quand Gus demanda si elle a précisé à son fils qu'il n'allait pas au Pôle Nord, elle alla ranger les affaires dans la chambre de Winston.

C'est là où elle trouva le préservatif encore dans son emballage. Elle appelle Super Gus à la rescousse, preux chevalier pour un jour. En le voyant se gratter la tête et être dubitatif, elle plissa ses yeux. Elle pouvait sentir la culpabilité à des kilomètres. Voilà qu'il demandait si elle allait le frapper. Un sourcil arqué, elle croisa ses bras : attendant une explication.

"Précoce hein ?" Répeta-t-elle. Gus avoue finalement. "Il t'a donné un nom ?" Qu'elle aille secouer les pendules à des parents. Elle reste sans voix quand il confesse. "Tu lui as donné ça ?" Elle mit en avant la preuve. "Il est trop jeune pour penser à ce genre de choses." Il faut dire que tout ce qui est lié à l'amour n'avait pas été un plaisir que de rares fois dans sa vie alors elle avait parfois du mal à comprendre. Elle souffla longuement, se laissa tomber sur le lit pour s'allonger dessus. "Et puis d'ailleurs, pourquoi tu en as besoin toi ? Tu es en couple avec un homme hein ?" Elle tourna sa tête pour le regarder. "Tu peux respirer Pinocchio, je ne vais pas te jeter au feu pour ne pas m'en avoir parlé." Elle leva son bras, regarda le préservatif. "Je suppose que je ne sais pas ce que c'est d'avoir une adolescence normale. Au moins… Je sais qu'il peut compter sur toi." Parce qu'à l'âge de Winston, elle avait déjà été repérée par l'homme qui était devenu son mari deux ans après par la force des choses.


Still growing strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant