Revenir en haut
Aller en bas


 

- [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t1709-tous-ces-moments-se-perdront-dans-loubli-comme-des-larmes-dans-la-pluie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © Dublín (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 4012 - Points : 8503
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera - Page 2 Tumblr_lqph3ixutt1qdz3fpo1_500
Âge : 32 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familliale. / Chef sur une croisière grand luxe pour un mois.
[terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera ( le Ven 6 Sep 2019 - 19:06 )
Est ce que tes valises sont prêtes ?feat Vera
Gus et Vera surfent sans aucuns problèmes sur divers sujets. Il s'attardent sur certains comme quand ils parlent de Winston qui est devenu pour le cuisinier un centre d'attention prioritaire. Ils en effleurent d'autres, replongent plusieurs fois sur leurs taquineries. En tout cas ils passent du rire aux larmes, enfin niveau larmes c'est surtout Gus qui les versent en écoutant la mère et le fils pousser la chansonnette, sur un enregistrement.
Son pauvre petit cœur fragile ne résiste pas à ce moment exquis.
La croisière promet de lui en faire vivre d'autre. La belle Vera ne se gêne pas pour le charrier sur sa sensibilité.
« Ce n'est pas parce que j'ai des muscles que je ne suis pas un être sensible. »
Bon il est peut être aussi à fleur de peau à cause de son histoire avec Azka, le bateau de sa vie privée prend un peu l'eau et il ne sait pas s'il ne va pas finir par couler.
« Sinon j'irais les faire sécher au vent, je suppose qu'on en manquera pas sur le pont du bateau. »
Il soulève les épaules et soupire comme si cette solution serait la seule, alors que la cantatrice lui propose de lui donner le nécessaire. Puis revient sur le tapis l'histoire du maillot de bain, il fait même fureur ce sujet là. Et Gus imagine parfaitement la scène.
« Je crois que même si tu tapais à mon hublot je t'ouvrirais. »
Ils se mettent à rire, laissant encore une fois éclater leur complicité qui n'est plus à faire.
« Ton preux chevalier viendrait te sortir de ce mariage arrangé. Une veuve canon et sexy, logique que tous les hommes craquent quand ils te voient. Moi le premier. »

Gus avait succombé le premier soir,, il y a un bout de temps maintenant,  bon l'alcool l'avait aidé. Mais au bout d'un moment c'était l'envie qui avait pris le dessus. Alors il peut comprendre que des hommes soient attirés par la belle.
« Va falloir que tu me donnes les codes et les ficelles de ce monde sinon je vais me faire croquer rapidement. »
Même s'il avait touché un peu à ce monde grâce aux divers buffets qu'il avait fait pour Mégara, Il est loin d'avoir toutes les cartes en main pour y survivre durant un mois. Une dernière petite taquinerie après avoir effleurer le sujet Azka, trop perturbant pour s'y attarder, ils se décident d'aller voir la valise de Winston. Tout un programme d'après Vera.
Sur le coup ils se transforment en Roméo et Juliette, ou Tristan et Yseult. Ce qui les fait encore une fois beaucoup rire. Avant que la valise ouvre ses entrailles sur le lit pour déborder d'un tas de choses plus folles les unes que les autres. Gus en a le souffle coupé.
« En effet je pense qu'il a sérieusement besoin d'un coach valise.  A quatorze ans on est presque un homme alors avoir maman qui met son nez dans ses affaires pas trop cool tu vois. »
Il se souvient comment son jumeau et lui réagissaient quand leur mère venait mettre son grain de sel dans leurs chambres. Il en a encore les poils qui se hérissent. Faut dire qu'il planquait pas mal de chose sous son lit.

Et Gus ne semble pas être le seul vu ce que trouve Vera.

Oh putain de merde, là il est dans le caca jusqu'au cou. La cantatrice va surement lui faire sa fête. Et elle risque fort d'être carabinée. Il se sent comme un ado qui vient d'être pris sur le fait. La main dans le sac. Mais il se veut honnête parce que bon là sur le coup c'est lui le coupable. Winston aurait pu trouver une autre planque que sous son lit.
A croire que les mec ados ont tous les mêmes idées débiles.

Il fait oui oui de la tête quand elle reprend sur précoce et non non quand elle lui demande si son fils lui a donné un nom. Et voilà que Vera secoue la preuve sous son nez en appuyant le fait que c'est le cuisinier qui l'a donné à Winston.
« Oui c'est moi et non il n'est pas trop jeune. Enfin les temps changent Vera. »
Et les jeunes pensent au sexe à peine la dizaine passée. Il voit bien que cette trouvaille la mine. Va falloir qu'il coache sec le gamin sur ce coup là, cela ne dérangera pas Gus de jouer les fournisseurs mais faudra jouer la prudence à présent. Car il se doute que la cantatrice va les surveiller. Bon il ne s'attendait pas à ce retour de question.
« Cela m'empêche pas d'être prudent et prévenant. Je ne vois pas le mal d'avoir des préservatifs en réservent même en couple. »
Même s'il n'en met pas avec Azka.
« Cela peut dépanner un ami. » La phrase qui va peut être causer sa mort.
Mais elle finit par le rassurer même si elle lui accroche le nom de Pinocchio. Il se met à bouder.
« Tu as vu mon nez s'allonger ? »
Gus prend Vera dans ses bras à la remarque sur l'enfance.
« Tu n'as pas de souci à te faire. Winston n'a rien fait. On a abordé le sujet et vu que je ne suis pas pudique, j'ai répondu à ses questions. Des questions logiques pour un gamin de son âge et en plus en avance sur certains. Il sait qu'il doit respecter les filles et que les choses ne doivent pas être faites précipitamment. Il ne fera pas le con avant l'heure crois-moi et il a promis de venir me voir s'il avait besoin. Et comme tu le dis il sait qu'il peut compter sur moi. La prochaine fois je t'en parlerais mais il ne faudra rien dire. Je ne veux pas qu'il pense que je suis un traitre. »
Gus parle avec sérieux et calme, puis il pose un baiser contre la tempe de Vera.
« Ne t'en fais pas. Tu es une mère géniale. »
Il la rassure, parce qu'il sent qu'elle en a besoin. Pas évident de jouer les deux rôles à certain moment de la vie d'un gamin.
« Bon on finit cette valise. »
Un dernier câlin et ils se remettent à la tâche.



le sourire

ne s'apprend pas c'est un don.
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Compte à rebours lancé. feat Vera -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2