Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tu n'es pas seule. // Lilween -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-me http://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman ©plateau-avatars + bone_echo
Messages : 126 - Points : 393
Tu n'es pas seule. // Lilween Tumblr_inline_ogw7ncBZYY1rifr4k_500
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
Tu n'es pas seule. // Lilween Empty
Sujet: Tu n'es pas seule. // Lilween ( le Jeu 15 Aoû 2019 - 20:40 )
Après avoir fait sa ronde auprès des personnes âgées, Ishbel était allée récupérer ses affaires dans son casier. Trois fois par semaine, elle venait voir ces adultes oubliés de tous, mais surtout : incompris. Beaucoup n’entendaient plus, ne pouvaient plus communiquer. Sachant parler le langage des signes : Ishbel aimait parler avec eux ou bien leur apprendre à s’exprimer avec des gestes. Si des bébés pouvaient signer, alors les vieux aussi en étaient capables. C’était ce qu’elle répétait à certaines infirmières qui lui demandait constamment pourquoi elle s’acharnait à passer du temps avec eux. Côtoyés, ces résidents à l’article de la mort lui permettaient également de faire face à une de ses plus grosses frayeurs. La mort. Tant de fois la faucheuse avait laissé son empreinte dans sa vie, qu’aujourd’hui, Ishbel voulait prendre le taureau par les cornes et ne plus se laisser intimider par elle. Qu’elle le veuille ou non, elle avait vu deux facettes de la mort. Celle violente, avec le visage sans vie de sa mère et le visage plus calme comme celui d’Helmut ou bien de son père avant leur mise en terre. Alors… Pourquoi ne pas aider ces gens jusqu’à leur dernier instant pour qu’ils aient également un visage paisible en s’endormant ? Il valait mieux ça plutôt que leurs traits soient déformés par la peur et la douleur. Son service terminé, elle s’arrêta à la pharmacie proche de la maison de retraite. Elle allait bien mieux, son corps s’était parfaitement remis des coups portés par Segio, mais elle n’avait pas pour autant chercher à arrêter la prise des médicaments. Parce que les anti-douleurs lui permettaient de parler normalement. Jamais encore elle n’avait parlé aussi longuement sans bégayer. Et cela était… Jouissif. Elle pouvait s’exprimer librement, sans avoir à buter sur les mots. Durant son séjour à l’hôpital, un psychiatre était venu la voir : avait tenté d’ouvrir les portes fermées à triple tour de son esprit. Puisqu’il lui avait semblé bien aimable, elle avait accepté de le revoir aujourd’hui : pour tenter de définir ce qui se passait dans sa tête. Qu’est-ce qu’elle avait à perdre ? Rien probablement. C’était un fait indéniable. Au pire, elle passera une heure à le regarder dans le blanc des yeux comme elle l’avait tant de fois fait avec ses prédécesseurs. Ishbel le savait. Elle savait que tant qu’elle ne parlerait pas elle ne pourrait pas guérir. Revivre sans arrêt l’accident l’épuisait et elle arrivait doucement, mais sûrement, à la fin du chemin. Bientôt, elle était consciente qu’elle allait craquer. Accepter cependant de se faire accepter, de définir le mal qui la rongeait était une toute autre histoire et malgré l’urgence de sa situation : cela n’était pas encore concevable. La vérité étant qu’elle avait déjà vu des spécialistes, essayer des traitements, mais qu’aucun n’avait réussit à apaiser son esprit. Alors, pourquoi s’acharner ?
Elle appuya sur le bouton pour changer les feux tricolores de couleur quand elle vit de l’autre côté de la rue une jeune femme : accroupie au milieu du trottoir. Fronçant les sourcils, remarquant que personne ne s’arrêtait : elle souffla longuement et traversa quand le bonhomme fut verre. Doucement, elle se mit à la hauteur de la jeune demoiselle et posa sa main dans son dos.

“Signora ?” Elle tenta de capter son regard, sourit doucement : “Qu’est-ce qui se passe ? Vous avez besoin d’aide ?” Oui, Ishbel prenait des risques. Peut-être que cette jeunette était une droguée, allait l’attaquer ou bien l’insulter. Pourtant, elle restait près d’elle, sans bouger. Même si cette personne décidait de l’attaquer, de la blesser voir de la tuer : qu’est-ce qu’elle avait à perdre ? Au moins, elle serait en paix avec elle-même : elle aurait tenté d’aider une autre personne. A défaut de s’aider soi-même.


Pour le meilleur et pour le pire.
Dans la santé ou la maladie.
Jusqu'à ce que la mort nous sépare.
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tu n'es pas seule. // Lilween -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut