Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -33%
Mini enceinte filaire JBL ON TOUR MICRO BL
Voir le deal
19.99 €

 

- [terminé] Moments entre père et fils. // Constello -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @Aerie & ©hearthkiwi
Messages : 852 - Points : 2327
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Tumblr_inline_ogsyt5OEvl1rifr4k_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le Jeu 24 Oct 2019 - 21:50 )
Jack avait décidé d’être plus sincère envers ses proches, il se devait de mettre un point d’honneur à parler de ce qui se passe dans sa vie, ou plutôt ce qui s’est passé. Constello méritait de savoir, s’il voulait faire partir de son quotidien : il devait savoir. Les Orphelins savaient, Loris plus que les autres, mais Jack était conscient que le combat qu’il devait mener : il ne pourrait pas le mener tout seul. Il avait essayé… Il avait échoué. Pourtant, il était encore prêt à donner des coups-de-poing dans la vie pour retrouver celle qui donnait une raison d’avancer. Il ne cessera jamais de la chercher, jamais. On ne lui ôtera pas cette douce illusion qu’un jour il la serrerait à nouveau dans ses bras. Même s’il devait la reconstruire, la sauver des pires bandits : il le ferait. Jack savait qu’il serait capable de tuer, de venir le pire tortionnaire que la terre est portée si jamais on lui a fait du mal. Il connaissait l’anatomie humaine, il savait comment faire mal mais surtout tenir en vie. Quand l’espoir n’était plus, il se contentait de boire en imaginant ce qu’il ferait à ceux qui ont touché sa petite fille et étrangement : cela le console le temps qu’il s’endorme pour se réveiller le lendemain avec la même douleur comme si rien ne s’était passée. La triste vie de Jack en outre. Un quotidien morose ou la dépression flirtait avec l’abandon total de la vie.
Certes, il avait perdu Mia, mais il lui restait une bande d’amis qui était sa famille. Celle qu’il avait choisie, ceux qui l’ont accepté comme il était. Avec ses travers et ses forces, sans le juger. Ils ont tous touché le fond mais ils se sont tous aidés jusqu’à devenir les personnes qu’ils sont aujourd’hui. Jack était pourtant conscient qu’ils ne pouvaient rien faire pour l’aider car aucun des cinq ne pouvait lui ramener Mia. La conversation ne s’attarda pas seulement sur ce noyau qui lui permettait d’avancer. Jack apprit avec plaisirs deux trois anecdotes qui le firent rire. Même la blessure de Constello ne mit pas à mal son moral qui était remonté. Il remercia son père pour le cours de cuisine en apportant tout sur la table et en faisant attention à ce qu’il n’en fasse pas trop.

“Leonardo Da Vinci disait qu’il ne voulait pas faire de son ventre un cimetière. Je me suis toujours retrouvé dans cette citation. Même s’il m’arrive de manger de la viande : j’ai considérablement réduit ma consommation.” Prenant une première bouchée, il soupira d’aise : “Fais gaffe… Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd.” Qui sait, appeler Constello serait probablement une façon de ne pas dépérir plus que de raison quand son âme fricotait avec des idées obscures. “C’est une bonne idée pour le repas…” Il avala sa bouchée. “Mais encore faut-il qu’elle accepte tout ça.” Il pointa Constello avec sa fourchette puis se pointa : “Enfin tu sais…” Pas besoin d’en rajouter plus n’est-ce pas ? Il comprendrait. Il prit une gorgée de fin avant de reposer son verre : Il rigola avec son père concernant la boutade sur le mariage. Il se confia sans gêne d’ailleurs sur ses propres relations : “Oui j’ai quelqu’un en vu...” D’ailleurs, un sourire idiot se dessina sur son visage : “Elle me fait sentir vivant et on a les mêmes passions.” Qu’il ne divulguerait pas ce soir. Un autre jour peut-être. “Une femme qui me fait tourner la tête plus que de raison.”

Et puis, Jack prit son courage à deux mains et demanda :

“Dis… Je pourrais venir te voir ? Tu sais… Sur scène ?” Demanda-t-il d’une petite voix comme un enfant qui demanderait la lune. “J’aimerais beaucoup en tout cas… Si c’est possible et ne te dérange pas bien sûr.” Il posa son regard dans son assiette et mangea en fuyant le regard de Constello de peur qu’ils disent non. Après tout… Il comprendrait. Il était une célébrité et il savait que les journalistes étaient prêts à tout pour vendre leurs feuilles de choux.


L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console.
William Shakespeare ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4944 - Points : 2206
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le Dim 17 Nov 2019 - 1:35 )
Je n’avais pas la relation la plus aisée du monde avec mes parents. J’avais pris au cours de ma vie plusieurs décisions qui ne leur avaient pas plu et qui avaient influencé la manière dont nous avions grandi avec cette distance – initialement si petite aujourd’hui devenue un gouffre pratiquement infranchissable. Cela ne voulait pas dire pour autant que je ne les aimais pas. Mais j’avais conscience que notre relation parent-enfant se passerait toujours avec un silence et plusieurs non-dit. Noël viendrait et je ferais l’effort d’aller les voir à la maison de retraite où ils étaient maintenant installés – et contrairement à mon frère et à mes sœurs, je savais que j’irais un peu à reculons parce que ce qu’ils m’avaient dit dans la tempête m’était resté au creux de la gorge…

Pourquoi penser à mes parents dans ce souper ? Parce que je ne voulais pas reproduire ce patron avec mes enfants. Je savais que le lien avec Jack prendrait du temps à réellement se créer mais j’appréciais entre les anecdotes et les indications en cuisine d’apprendre à le connaître avec une facilité potentiellement dérangeante. J’avais fait des efforts pour que ma fille n’ait pas peur de se tourner vers moi en cas de problème et j’avais l’intention de faire la même chose avec mon fils même si cela voulait dire de construire la relation lentement et au détour de ce genre d’échange trop peu fréquent dans l’espèce de tornade qui pouvait parfois m’emporter : « Si seulement tu savais combien ça ne me dérange pas que tu viennes… La solitude n’est pas trop ma tasse de thé et j’envisage de me prendre un animal de compagnie sous peu pour meubler le silence. » avouais-je avec un beau grand sourire.

Il était dans les premiers à qui je mentionnais cette possible adoption. Je n’étais pas fait pour la solitude et la maison vide me faisait une étrange impression d’étouffement. Certes, je ne m’étais pas imaginé qu’en me séparant de ma femme, je tomberais automatiquement sur Mr. Right… mais disons que je n’avais pas anticipé d’avoir à trimer aussi fort pour rebâtir la confiance avec ma fille même si la situation s’était sérieusement améliorer, assez pour que j’envisage un souper à trois : « Je te dirais qu’elle a commencé à accepter mes… mensonges… à défaut de meilleurs termes … » Je n’avais pas su pour l’existence de Jack avant relativement récemment… et puis, au temps qu’il m’avait fallu pour que j’admettre que ce dont j’avais besoin Lucia ne pouvais me l’offrir… Disons que ce n’était pas un mensonge mais d’avantage moi qui avait longuement joué à l’autruche avec ma réalité personnelle. Petit sourire au visage, je rajoutais : « Et je ne pense pas qu’elle serait le genre à s’y opposer. Mais nous verrons en temps et lieux… »

Je ne voulais pas non plus presser les choses mais j’avais quand même cette impression que Jack ne voulait pas déranger mon petit univers sans réaliser qu’il ne pouvait pas réellement déranger ce que l’ouragan que j’avais moi-même causé. Je préférais donc me concentrer entre deux bouchées sur ses amours à lui, sur apprendre à connaître son univers particulier justement dans l’envie de mettre en confiance et d’établir se dialogue à double sens : « La seule chose qui est important dans la vie c’est de trouver quelqu’un qui te ressemble et qui te complète… Quelles passions partagez-vous ? » demandais-je curieux. Après tout, savoir pour sa famille de cœur s’était intéressant mais j’aimais beaucoup en savoir plus sur l’homme qu’il était aujourd’hui et ce qui l’animait réellement comme passion.

Puis vient la question qui concernait ma prochaine prestation. Quelque chose à laquelle je n’avais pas réellement pensé dans la tourmente. Mais la réponse était dans ma tête nécessairement évidente… C’était peut-être le vin qui aidait à ce que je vois moins les nuances dans toute cette histoire : « Bien sur que tu vas pouvoir venir… Je réussis à tirer des ficelles pour Adelina quand elle veut alors je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas pour toi. » dis-je avant de réfléchir un court moment sur les raisons qui auraient pu justifier un traitement différent. Avais-je vraiment encore à perdre au niveau de mon image de marque ? Non… Pas tant si je me devais d’être sérieusement honnête. Finissant ma troisième boulette de rizotto, je dis : « Normalement au début du mois de novembre, je commence une nouvelle pièce. Une création de Satine Vasilis… Je devrais pouvoir t’avoir des billets pour la première si jamais tu es intéressé et peut-être un accès aux loges après coup… Mon agente réussit normalement à le faire passer dans mes contrats. » dis-je avec un beau grand sourire honnête.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @Aerie & ©hearthkiwi
Messages : 852 - Points : 2327
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Tumblr_inline_ogsyt5OEvl1rifr4k_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le Dim 1 Déc 2019 - 21:38 )
Cette soirée avait un goût particulier. Pour Jack, cela raisonnait comme l’espoir que tout n’était pas perdu entre ce père - qu’il n’avait jamais connu - et lui. Cela était peut-être idiot, mais malgré ses trente-six ans : il avait cruellement besoin d’une figure paternelle. Il avait passé sa vie à chercher l’homme qui se tenait devant lui et ne comptait pas lâcher prise. Les doutes concernant Constello, concernant les bien-faits d’arriver avec de gros sabots dans la vie de l’acteur, s’étaient tous envolés. Dans cette cuisine, après avoir confié à son père le plus lourd secret de sa vie : Jack se sentait un peu plus léger. Pour une personne qui vit constamment dans la douleur et la mélancolie : ces petits instants de paix étaient salvateurs et nécessaires pour qu’il continue de mettre un pied devant l’autre. Et il comptait bien réitérer cette expérience, ce que Constello accepta.

“Alors je viendrais.” Et qui sait, un jour il aurait Mia avec lui pour qu’elle puisse rencontrer son grand-père. L’homme devant lui était une bouffée d’air frais. Il faut dire que Jack se jetait à corps perdus dans cet échange. “Et quand tu auras un chien, je viendrais le nourrir même si je ne suis pas friand de ces bestioles. Je préfère les chats.” Mais il aiderait au besoin. Le docteur était prêt à tout pour ses proches.

Le sujet dévia sur quelque chose de moins joyeux puisque sa demie-soeur ne savait pas encore son existence et malgré la rencontre avec Celian qui l’avait rassuré : une part de lui était terrorisée à l’idée de lui faire face et lui expliquer la nature de leur lien. Jack avait trop de fois été abandonné dans sa vie pour subir cela à nouveau. Pourtant, il savait qu’Adelina avait le droit de savoir son existence : ce n’est pas comme s’il avait choisi de naître n’est-ce pas ?

“Je suppose que c’est la beauté de la famille… On finit par tout pardonner.” Quand bien même il n’avait jamais été en mesure de pardonner Amelia et il ne serait jamais en mesure de le faire.

En parlant de la personne qui faisait chavirer son cœur, Jack réalisait qu’il n’en avait encore touché un mot à personne d’autres que les orphelins. Il hocha la tête en entendant son père expliquer qu’il fallait trouver quelqu’un qui complète les trous du quotidien.

“Les courses automobile.” Pas la peine de dire qu’elles étaient illégales et qu’il était lui-même pilote à la nuit tomber. Sa voiture était encore en réparation et cela lui manquait de flirter avec l’asphalte. “Une femme comme on n'en fait pas beaucoup en outre.” Ebba avait cette emprise sur lui. Il se savait piéger et perdu. Condamné à espérer qu’un jour il pourrait se réveiller à ses côtés tous les matins.

Posant ses couverts, Jack se permit de lui demander quelque chose d’important pour lui. Il ne s’attendait pas à ce que ce dernier accepte à dire vrai, mais il fut soulagé lorsqu’il le fit. Un immense sourire illumina son visage comme un gamin qui viendrait d’apprendre qu’on allait l’emmener à Disneyland.

“Génial !” Sincèrement heureux, il attrapa son verre de vin et en prit une gorgée : “Avec grand plaisir ! La pièce va parler de quoi ?” Ce n’était pas un monde qu’il connaissait, mais il était toujours intéressé par ce que faisaient les autres.


L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console.
William Shakespeare ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4944 - Points : 2206
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le Dim 5 Jan 2020 - 19:44 )
Je ne pouvais pas m’imaginer avoir vécu une tragédie comme celle que Jack avait traversé mais je n’avais pas l’intention de m’acharner sur les blessures psychiques qui avait marqué le jeune homme. J’espérais que ce nouveau début dans nos vies respectives se ferait sous le signe de l’acceptance : je savais qu’en un certain sens j’en demandais beaucoup aux gens qui m’entouraient. Je demandais que mes parents malgré leur âge avancé acceptent celui que j’étais, que ma fille accepte l’ensemble du mensonge qu’avait été mon mariage à sa mère et l’existence d’un demi-frère que je n’avais jamais réellement planifier lui donner, que mon fils accepte l’absence avec laquelle il avait du composé toute sa vie. Je ne voulais pas arrêter d’avancer vers un avenir qui serait sans doute plus prometteur qu’un passé qui m’avait étranglé comme la chaleur étouffante des pires mois de l’été. Je rebondis doucement sur le fait que l’on finissait dans une famille par se pardonner sur le long terme. Je n’étais pas nécessairement d’accord et bon philosophe, je déclarais doucement : « Disons que je sais que ça peut être long pardonner. Je ne te présenterais probablement pas à mes parents – ils sont encore en vie. Pas parce que j’ai honte de toi ou de ce que j’ai fait… mais plutôt parce que ce qu’ils m’ont dit quand j’ai finalement admis ce que je suis n’a pas été très flatteur. Et je ne crois pas que leur âge soit suffisant pour pardonner. Mais Adelina est peut-être plus résiliente que moi… et les circonstances sont différentes » dis-je avant de prendre une longue gorgée de vin. Dans ma relation avec mes parents, j’avais l’impression d’être à la fois juge, jury et victime. Et ce n’était pas une position qui donnait le pardon facile même si j’avais eu l’ambition de lui faire connaître au moins un ancêtre. La complexité de ma relation avec mes parents se dressait comme un obstacle que je n’étais pas nécessairement prêt à tasser du chemin.

Préférant ne pas me heurter à la triste morosité qui appartenait chez moi au département déception parentale, je préférais m’intéresser à la demoiselle qu’il m’avait dit avoir rencontré et qui trainait visiblement dans un cercle quelque peu particulier. J’haussais doucement un sourcil perplexe : la course automobile était ce qui les reliait. Je n’étais pas le genre à juger pour les préférences d’autrui (ayant dans mon propre placard encore plusieurs squelettes )… Mais disons que ce n’était pas toutes les femmes qui avaient une passion criante pour les moteurs ronronnant et les accélérations à vous en donner la tête qui tourne. « En effet, en voilà une passion qui sort de l’ordinaire… et qui doit aller avec une femme aussi… particulière. Mais tout ce qui est important c’est que tu trouves chaussure à ton pied. » dis-je avec un beau grand sourire sincère. Le bonheur était la seule chose qui comptait et j’avais pris longtemps me l’admettre et quelque quatre mois après m’être fait brusquement expulser de mon placard, je commençais à comprendre que le bonheur n’était pas inaccessible mais quelque chose qu’il fallait choisir et travailler pour obtenir. Ce n’était pas une terrible épidémie qui nous tombait dessus par surprise mais d’avantage le résultat de bonnes décisions que nous prenions.

Et je m’efforçais peut-être pour me protéger un peu de trouver le bonheur dans ces petits moments du quotidien comme ce diner partagé et cette invitation à ce qu’il vienne voir ma plus récente pièce et donc la curiosité avec le sourire sincère firent naître chez moi cette passion qui m’animait à chaque fois que je parlais de mes projet professionnel. « À ce point, c’est pratiquement une pièce sur mesure. C’est l’histoire d’un homme qui présente deux facette : une facette joyeuse et extravertie qu’il affiche ouvertement au public et une facette un peu plus sombre qu’il laisse à la maison. Mais ses deux univers entre en contact quand ses amis s’invitent chez lui et bousculent sa routine. Il y a de la musique, de la danse, des changements de costumes à vue… . » déballais-je avec bonheur. J’avais conscience de la chance immense qui m’était donnée et le visage tout illuminé de Jack aidait sans doute pour que je ne me montre pas nécessairement vorace en détaille. « À mes yeux, Satine, la metteure en scène est une des meilleures actuellement et elle a pris en considération mes doutes. Ça devrait normalement être excellent. » déclarais-je en prenant ce qui allait être une dernière bouchée du plat principal pour ma part.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Jack Delaney10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Jack Delaney
https://www.ciao-vecchio.com/t5126-felicitations-tu-vas-bientot- https://www.ciao-vecchio.com/t5136-la-vie-est-un-reve-effrayant-james
Faceclaim : Tom Hiddleston @Aerie & ©hearthkiwi
Messages : 852 - Points : 2327
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Tumblr_inline_ogsyt5OEvl1rifr4k_500
Âge : 35 ans
Métier : Médecin légiste
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le Jeu 9 Jan 2020 - 22:28 )
Il était si difficile de passer outre la douleur quotidienne, d’oublier le vide que Mia avait laissé depuis sa disparition. Jack vivait au jour le jour : ne sachant jamais à l’avance dans quel état d’esprit il allait se réveiller. C’était tout blanc ou tout noir avec lui, aucune nuance de gris à l’horizon. Il était un écorché qui marchait avec la peau et les nerfs à vif. Cela passait ou cassait. Constello était son père et le doc avait la chance de pouvoir lui parler, de le rencontrer enfin. Un Jack plus jeune aurait probablement été amer envers cet homme, cependant, il avait appris avec les années à pardonner aux gens qui l’ont dessus. Comme l’acteur lui avait dit : il ne savait pas qu’il existait : comment donc prendre soin de lui ? Jack voulait le croire, de toute façon : personne d’autre ne pouvait lui donner une autre version. Si sa mère débarquait demain devant sa porte : il la lui claquerait au nez. Heureusement, elle n’avait pas cherché à renouer avec lui. Probablement parce qu’elle savait que jamais elle ne pourrait se faire pardonner. Quand il est devenu père à son tour, il s’est sincèrement demandé comment on pouvait délaisser un enfant de la sorte. Il ne voulait pas commettre les mêmes erreurs qu’elle et malgré tout cela était le sentiment qui restait dans son esprit. Il avait échoué…

“C’est pas faux. Je ne pardonnerais jamais à Olivia de m’avoir abandonné.” Il était sérieux. “Mais c’est une autre histoire je suppose.” Il prit une gorgée de son vin : “Même si ça prends des années, j’attendrais. J’ai passé toute ma vie sans savoir que j’avais une demie-soeur alors je peux encore attendre un peu. Même si je suis impatient aussi.” La vie était courte, autant ne pas rater une occasion. “Ne t’en fais pas, j’ai déjà une famille autour de moi. Avec Adelina et toi : je n’ai pas besoin de plus.” Les Orphelins étaient les membres qu’il a choisis.

Le sujet changea, il ne s’agissait pas que ce premier en-tête à tête avec son père tourne au vinaigre en parlant de personne qui ne méritaient pas de perdre du temps sur eux ou bien de parler de Mia. Parler d’Ebba semblait être un plan bien meilleur : comment ne pas tomber sous le charme de La Louve ? Jack ne tarissait jamais de mots pour parler d’elle : sauf quand la concerner était devant lui. Cela allait de soit.

“Je pense que je l’ai trouvé oui… Enfin je préfère ne pas m’avancer et … Pour l’instant j’ai la tête ailleurs, mais je saisirai ma chance si elle se présente. Je ne la laisserais pas me filer entre les doigts.”

La soirée allait de surprise en surprise puisque Jack eut le courage de demander à son père s’il pouvait venir le voir. Cela serait un grand honneur : lui qui n’était pas souvent allé au théâtre. Il faut dire qu’il ne s’était jamais sentit à sa place dans ce monde, mais aller voir Constello pourrait lui faire découvrir une passion qui sait. Jack s’attendait à tout maintenant. Il ne perdit pas un mot de ce que lui disait son père : bien trop fasciné par l’histoire de la pièce. Il faut dire que l’acteur en parlait avec une telle passion qu’il était difficile de faire autre chose.

“Cela à l’air fantastique !” Il n’y connaissait rien, mais l’engouement de son paternel était contagieux : à n’en pas douter par les yeux pétillants d’un Jack qui en oubliait de terminer sa bouchée. “Je ne connais pas cette dame, mais elle à l’air de savoir ce qu’elle fait en tous cas.” Il leva son verre : “A cette représentation alors.” Il trinqua et prit une gorgée.

Bien plus détendus, oubliant même la terrible épée de Damoclès au-dessus de sa tête : la soirée se poursuit dans la joie et la bonne humeur. Le père et le fils se retrouvaient enfin : comme s’ils ne s’étaient jamais quittés. Pour Jack cela était comme une bouffée d’oxygène.


L’esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l’amitié le console.
William Shakespeare ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Moments entre père et fils. // Constello - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Moments entre père et fils. // Constello ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Moments entre père et fils. // Constello -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2