Revenir en haut
Aller en bas

-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal

 

- Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @atlantis
Messages : 1496 - Points : 2349
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le Jeu 15 Aoû 2019 - 20:49 )
Vera était enfin prête à partir. Sa voix semblait stable et n’avait pas fait des siennes lors de ses derniers essais. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’elle reste ainsi et ne fluctue pas. Il était hors de questions qu’elle se ridiculise le jour de son retour sur scène. Cela était tout bonnement une chose inadmissible. Avant le grand jour où elle allait à nouveau être sous le feu des projecteurs, il y avait encore quelques détails à voir ici. La valise était fermée depuis ce matin, mais Vera ne cessait de ruminer : par peur d’avoir oublié quelque chose. Elle savait que cela ne serait pas catastrophique si jamais cela était le cas, mais son côté perfectionniste avait bien du mal à accepter cette idée. Alors, elle avait invité une de ses proches amies pour refaire le point avec elle. Laissant Amanda flâner dans son dressing, elle ouvrit un tiroir et sortit de la lingerie.

“Tu n’emportes pas ça ?” Vera se pencha pour regarder avant de lever ses yeux au ciel : “Je ne vais pas en croisière pour trouver quelqu’un.” Elle pouvait entendre de la chambre le rire de son amie : “L’un n'empêche pas l’autre. Tu ne peux pas laisser Alessio et Yonah t’atteindre comme ça. Ni Mona d’ailleurs, tu n’as pas de nouvelles d’elle ?” Le silence de Vera était équivoque. La blonde retourna dans la chambre et se jeta sur l’immense lit de la cantatrice. “Ca va faire combien de temps que tu n’as pas vu quelqu’un, Vera ? Que quelqu’un n’a pas prit soin de toi hm ?” La concernée arrêta de plier son tshirt pour tourner sa tête vers Amanda. Son silence valait toutes les réponses. “Exactement ! Profite un peu de ta jeunesse bon sang ! Tu es belle, tu es célibataire, tu as une voix de sirène et pourtant tu passes tes Samedi soirs devant la télé avec un verre de vin.” Vera souffla longuement et continua de ranger la valise. Le point avait été fait, elle ne manquait rien. “Tu sais très bien pourquoi je ne cherche pas plus que cela une relation.” Elle entendit son ami souffler : “Parce que tu as peur de souffrir. Je sais… Mais ma chérie : tous les hommes ne sont pas des connards qui vont abuser de toi. Toutes les femmes n’abandonnent pas après quelques soirs.” La chanteuse haussa ses épaules. Elle se retenait de la contredire. Il y avait déjà quelqu'un dans son coeur. Mais ils avaient accepté d'être de simples amis et pour rien au monde elle ne mettrait cette amitié en danger. Et puis... Il était heureux avec quelqu'un d'autre de toute façon. Un homme, certes, mais Vera ne briserait pas ce qu'il a. “Il faut que tu reprennes confiance en toi…” Voilà. Elle venait de mettre le doigt sur un nouveau problème. La confiance en elle.

Vera se trouvait belle avant la maladie, elle adorait brosser ses cheveux bruns. Elle aimait se pomponner et s’habiller avec distinction. Oui, elle avait aimé cette période, cependant, avec son cancer : elle avait perdu ses cheveux et recommençait seulement à garder les calories ingurgitées. Quand on sonna en bas, elle se redressa immédiatement, à l’affût. Amanda sauta du lit :

“Et ça… C’est ma surprise pour toi.” Dit-elle en rigolant avant de s’élancer en dehors de la chambre pour aller ouvrir : laissant Vera pantoise comme une idiote au milieu de sa chambre avec la valise ouverte.

Curieuse, la propriétaire des lieux se leva et en haut des marches entendit une voix qu’elle ne reconnaissait pas. Son majordome avait pris sa soirée et Winston n’était pas là non plus. Elle avait la maison pour elle toute seule : d’où la présence d’Amanda pour lui tenir compagnie. Descendant lentement les marches, elle croisa rapidement le regard brun d’un jeune homme tout à fait charmant. Amanda se racla la gorge :

“Theo, je te présente Signora Venezzio : la meilleure cantatrice italienne de sa génération.” Vera leva sa main pour l’arrêter : “N’exagérons rien s’il te plaît ? - Tu verras, elle est modeste.” Dit-elle en se tournant vers Theo : “Ne te laisse pas charmer par sa voix de sirène, tu risques de perdre la tête.” La chanteuse leva ses yeux au ciel : “Tu as fini oui ?” Même si elle était amusée de la situation. Amanda prit son manteau et son sac à main : “Je l’ai déjà payé, amuse-toi bien.” Puis elle sortit en faisant de grands signes : laissant Vera seule avec le dénommé Théo.

Le silence s’était rapidement installé. La trentenaire se racla la gorge, non-contente d’avoir gardé sa perruque pour ne pas montrer ses cheveux courts et disparate sur son cuir chevelu. Elle n'était pas non plus habillée en pouilleuse, mais avait un jeans et un tshirt de Metallica. Elle prit finalement la parole :

“Je suis désolée pour tout ceci.” Elle était sincère : “Je ne sais pas pour quels services elle vous a payé, mais vous pouvez partir. Je lui dirais que vous avez été ... “ Quoi ? Elle ne savait même pas ce qu’il faisait dans la vie. “Satisfaisant.” Elle sourit à l’inconnu, espérant que cela le convainc de partir. En attendant, elle restait en bas de l'escalier à une distance raisonnable de lui.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Etiam Galliano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Etiam Galliano
http://www.ciao-vecchio.com/t4367-lost-soul http://www.ciao-vecchio.com/t4370-face-off
Faceclaim : Matthew Daddario, Flora/Moo’ (avatar) & hellfire + ki4 (gifs)
Messages : 2416 - Points : 1027
Âge : 30 ans (18 avril 1989 à Naples)
Métier : Massothérapute. (Etiam) est actuellement mis à pied du centre de bien-être, suite à une plainte infondée. Il lui est interdit de pratiquer la massothérapie, professionnellement, le temps de l’enquête. / (Theo) Escorte, donneur d'orgasmes.
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Re: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le Sam 17 Aoû 2019 - 2:02 )

Une charmante jeune femme lui ouvre. Elle est ravie de sa présence et beaucoup trop enthousiaste lorsqu’elle l’invite à entrer. Etiam en rit et réalise rapidement qu’elle n’est pas la cliente à proprement parlé. C’est bien elle qui le paie, c’est avec elle qu’il a discuté des modalités, mais, elle n’est pas celle qui bénéficiera des services. S’ils ont échangés longuement, c’est concernant la situation particulière de cette autre femme à satisfaire. Vera. Une amie à qui Amanda souhaite offrir Etiam, ou plutôt Theo. Une trentenaire magnifique.  

Cette très belle femme qu’il doit séduire, se montre enfin. Elle apparait tout en haut de l’escalier, dans un tshirt à l’effigie de Metallica. Amanda n’a pas menti. Elle ne lui a même pas fait honneur, en fait. Vera est très belle, elle est sublime. Elle a beaucoup de prestance. Elle est impressionnante, intimidante, presque. Et une fois de plus, l’escorte est surpris par la beauté de sa clientèle. Des femmes bien nanties, de belle apparence et tout à fait désirable. Seulement elles l’ignorent, elles l’ont oubliés. Elles manquent de confiance en elle. Souvent, parce qu’un homme leur a fait du mal, qu’elles ont été seules trop longtemps, jusqu’à douter d’elles-mêmes. Et parfois, ces femmes à la recherche de chaleur humaine, qui paient pour que Theo leur appartiennent un moment, sont simplement trop occupées. Elles ont un travail prenant, qui exigent d’elles beaucoup de temps et d’énergie. Parfois, elles souhaitent qu’on prenne les décisions pour elles, lassent de le faire chaque jour, au travail. Elles aiment sentir que tout est sous contrôle, entre les mains d’un autre. Parfois, elles souhaitent seulement qu’on les prenne, elles. Se sentir femme à nouveau, qu’un homme les domines. Et d’autres, bien sur souhaite assouvir un ou des fantasmes, quel qu’il soit.

Vera, appartient à la première catégorie. Elle est blessée. Elle met de côté sa vie de femme, refusant d’ouvrir son coeur à nouveau. Et encore moins ses cuisses. Etiam lui sourit, la contemplant jusqu’à ce que l’amie de celle-ci ne se fasse entendre à nouveau. « Theo » tourne doucement la tête vers elle. « Je te présente Signora Venezzio : la meilleure cantatrice italienne de sa génération. » L’artiste le nie. Et l’escorte sourit. Il est amusé par l’échange qui s’ensuit, entre les deux femmes. Amanda prend ensuite ses effets et elle quitte les lieux, encourageant son amie à profiter du jeune homme, sans toutefois mentionner la nature de ses services. Etiam l’a regardé partir sans un mot.

Ses yeux sur la poignée de porte qui se referme, glissent jusqu’au sol puis à ses pieds. Vera se racle la gorge. Il lui sourit, bêtement. « Molto felice, bellissima ! » qu’il lâche enfin, brisant un silence malaisant. « Un incontournable ! » De la main, il pointe son haut. Metallica est l’un des groupes de musique les plus célèbre. Un choix étonnant, toutefois, pour une cantatrice. Etiam n’aurait pas imaginé ses goûts aussi éclectique. « Vous êtes surprenante ! » qu’il se permet d’ajouter, avant que la brunette ne viennent confirmer ses doutes quant au mystère l’entourant. « Vous pouvez partir. Je lui dirais que vous avez été ... Satisfaisant. » Il marmonne un « Hum-hum, d’accord... », songeur, presque inaudible, accompagné d’un hochement de tête. « J’peux vous demander un verre d’eau, avant de repartir ? SVP. » Il n’a pas vraiment soif, et il devine les doutes qu’elle pourrait avoir en ce sens. Mais, il s’est découvert de la sympathie, un intérêt certain pour l’histoire de ces femmes, avec le temps. Celles qui font appel à lui, et celles à qui on l’offre. Cette seconde catégorie est beaucoup plus rare, mais, elle existe. En général, ce sont des enterrements de vie de jeune fille, afin que la future mariée puisse profiter de son célibat, une dernière fois. Elles lui demandent alors de se dévêtir sensuellement. Ni Etiam, ni Theo n’est un stripteaseur. Il ne danse pas au table. Mais, il accepte de se dévêtir en partie, ou en totalité, selon la demande, avant de venir caresser, masser leur corps fébrile. Elles veulent aussi toucher le sien. Et si elles frôlent parfois l’adultère, elles franchissent rarement la limite du raisonnable. Chose certaine, elles ont toutes en commun, l’envie de se sentir femme, à nouveau. Belle, séduisante. Écoutée, aussi. Et bien évidemment appréciée. Elles ont eu ce besoin de sentir un lien, une chimie entre elle et l’homme qu’elles paie. Et cela, parce qu’une femme fonctionne différemment d’un homme. Lorsqu’elles font appel à un escorte, peu importe le type de service retenu, c’est qu’elles y ont déjà réfléchis. La rencontre fait souvent suite à des échanges écrits ou verbaux. Elles ont besoin d’être séduite, puis rassurée. Et Vera n’est peut-être pas bien différente, même si elle n’est pas celle qui a demandé à voir l’italien.

Un nouveau sourire et un hochement de tête de part et d’autre, Vera fait signe à Etiam de la suivre à la cuisine. « Vous n’êtes pas curieuse ? » qu’il demande. Il n’insistera pas si elle refuse, si elle ne veut pas de lui. Mais, il a été payé et il serait bien mal à l’aise, de ne pas offrir, à tout le moins, une alternative à ses services. Il n’imagine pas non plus quitté les lieux, sans essayer de lui parler, d’en apprendre plus. « Vous ne voulez pas savoir ce que j’offre comme services, ni la raison pour laquelle votre amie a souhaité m’offrir à vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @atlantis
Messages : 1496 - Points : 2349
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Re: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le Sam 17 Aoû 2019 - 15:43 )
Vera ne savait pas ce qu’avait manigancé Amanda, mais elle avait été à plusieurs enterrements de vie de jeune fille organiser par elle pour savoir qu’elle devait s’attendre au pire. Elle hésita même à descendre, avant de s’y résigner. Descendant les marches, son regard accrocha rapidement celui qui venait de rentrer dans sa demeure, sans y avoir été invité par la maîtresse des lieux. Quand son amie la présente, elle arrête les frais de peur qu’elle en ait déjà dit trop. Elle était très privée concernant sa vie en dehors de la scène. Elle gardait jalousement son passé et ses histoires qu’elle traînait comme des casseroles derrière elle. Pourtant, elle se doutait que la blonde ait déjà tout dévoilé au dénommé Théo. Dieu sait qu’elle avait répété encore et encore qu’elle ne voulait pas être à nouveau la cible des magazines peoples, qui auraient put enterrer définitivement sa carrière, à cause de feu des conquêtes de feu son mari. Se retrouvant bientôt seul avec cet homme qu’elle ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam, le silence s’installa, mais ne la met pas mal à l’aise. C’est qu’elle préférait aucun mot ne soit prononcé plutôt qu’une bêtise soit mentionné. C’est Theo qui le brise en premier avant de la féliciter sur le t-shirt qu’elle portait. Vera baissa sa tête, sourit en coin :

“C’est celui de mon frère, il était un grand fan. Le métal, le hard rock et le rock étaient ses genres de musique préférés. J’écoute de temps en temps en temps également les morceaux qu’il aimait le plus.” Elle en avait hérité et portait régulièrement les t-shirts trop grands de Winston. Un moyen d’être proche de lui, même si cela faisait des années qu’ils ne sentaient plus son odeur à son plus grand désarroi.

Finalement mal à l’aise d’être en présence d’un inconnu, seul qui plus est, dans sa maison, elle tenta de couper court à la situation en affirmant qu’elle dirait à Amanda qu’il avait été des plus satisfaisants. Qu’importe pour quels services elle l’avait payé, bien qu’elle ait une petite idée sur la question, Vera préférait passer sa soirée seule avec un verre de fin devant un Opéra.

“Oui, bien sûr.” Elle n’était pas non plus un monstre. Elle l’invita à entrer et se dirigea vers la cuisine : couper de la salle à manger par un comptoir. “Curieuse de la raison pour laquelle vous êtes ici ?” Demanda-t-elle. Elle ouvrit un placard, en sortit un verre avant de le remplir d’eau fraîche : “Ma foi, je me doute que vous n’êtes pas ici pour jouer au sudoku ou aux petits chevaux.” Le verre plein, elle lui tendit : “Quant à la raison, elle me l’a dite plus tôt, avant que vous arriviez. Que je ne m’amuse pas assez, que je ne prends pas assez soin de moi, que je devrais laisser quelqu’un s’occuper de ma personne et de mes besoins blablala.” Elle prit le verre de vin d’Amanda, maintenant partit, et le versa dans le sien. “J’ai toujours été mal à l’aise avec l’idée que certains vendent leurs corps et leurs charmes pour donner de l’illusion à une personne. Le fait que mon mari à eu des maîtresses à la pelle, les payant parfois plus que gracieusement, disons que je ne suis pas forcément en faveur de ce genre de travail. Si certains en ont besoin, grand bien leur fasse. Cependant le sexe ne devrait être un plaisir que dans de rares occasions en dehors de la procréation.” Vera n’avait jamais été friande de ce genre de contact physique de toute façon. Il y avait toujours des exceptions à la règle, mais elle n’était pas douée pour la chose et ne cherchait pas à le devenir. Elle prit une gorgée de vin : “Mais tant que c’est une profession de choix et non imposé par un proxénète ou autre, que vous êtes heureux : je ne peux que vous admirer pour faire cela.” Elle leva son verre, trinqua avec celui de Theo avant d’en reprendre une gorgée.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Etiam Galliano10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Etiam Galliano
http://www.ciao-vecchio.com/t4367-lost-soul http://www.ciao-vecchio.com/t4370-face-off
Faceclaim : Matthew Daddario, Flora/Moo’ (avatar) & hellfire + ki4 (gifs)
Messages : 2416 - Points : 1027
Âge : 30 ans (18 avril 1989 à Naples)
Métier : Massothérapute. (Etiam) est actuellement mis à pied du centre de bien-être, suite à une plainte infondée. Il lui est interdit de pratiquer la massothérapie, professionnellement, le temps de l’enquête. / (Theo) Escorte, donneur d'orgasmes.
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Re: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le Mar 10 Mar 2020 - 7:10 )

L’escorte voit bien que l’artiste n’a pas envie de les rejoindre. Elle met un moment à le faire. Et s’il n’a pas eu à la convaincre, c’est uniquement parce que son amie s’en est chargée pour lui. Le trentenaire s’est contenté d’observer la scène, un sourire aux lèvres. Il s’en suit, alors, une très cocasse présentation. Aussi amusante, que l’organisatrice, qui les abandonnes ensuite.

Un long silence s’installe relativement tôt. Et la particularité de la situation rend Theo fébrile. Il a l’impression de ne pas être en contrôle de cette situation, qu’il doit pourtant rendre mémorable. Le grand brun décide de rompre le silence malaisant, et d’aborder le groupe qui apparait sur le haut de la cantatrice. « Je sais que c’est bête, mais, on imagine pas de grandes voix comme Pavarotti, ou vous-même, être fan de ce type de musique ! » qu’il ajoute, avant même qu’elle ne réplique à son commentaire précédent. Mais, lorsqu’elle le fait, le trentenaire penche légèrement la tête vers la droite. Curieux, dévorant déjà chacune de ses paroles. Était ? Voilà un sujet qu’il suppose délicat. Il ne peut toutefois s’empêcher de le soulever. « Je suis navré pour votre perte... » Une main dans ses cheveux. Ce geste qui trahi bien malgré lui son trouble. « Il était votre ainé ? Était-il musicien, également ? » qu’il se permet, de demander.

Vera, quant à elle, tente déjà de le congédier. Mais, Theo a plus d’un tour dans son sac. Rien de très original ou flamboyant. Cela ne conviendrait pas, ni à la situation, ni à la cliente. Ainsi, il demande simplement un verre d’eau. « Oui, bien sûr » qu’elle lance simplement, l’invitant à la suivre à la cuisine. Elle lui donne par le fait même, l’occasion de poursuivre la discussion. Vera n’est pas dupe. Elle devine son rôle et la raison pour laquelle il est là, bien évidemment. Mais, cela ne l’embête pas, quand bien même le jugement de la brune est sévère à son endroit. Etiam sourit. Theo hausse les épaules, nonchalamment. « Je vous suis entièrement dévoué. Si c’est de petits cheveux dont vous rêvez, ou de sudoku dont vous voulez combler notre temps ensemble, cela me convient tout à fait... » qu’il lance, en se saisissant du verre d’eau.

La sublime brune reprend, citant son amie. Etiam se tait, attentif à le moindre mot prononcé. Autant qu’à ses gestes. Et lorsqu’elle vide le verre abandonné dans le sien, un sourire vient étirer ses lippes. « J’ai toujours été mal à l’aise avec l’idée que certains vendent leurs corps et leurs charmes pour donner de l’illusion à une personne. [...] » qu’elle débute, lui avouant ensuite les infidélités de son mari. L’italien hoche la tête, sensible à son malheur. Elle enchaine, et le fait sourciller. « Cependant le sexe ne devrait être un plaisir que dans de rares occasions en dehors de la procréation » Non pas par jugement. Il n’oserait pas. Il n’est même pas du tout ce genre d’homme. Elle attire simplement sa curiosité. L’intrigue un peu plus encore, par ce dédain inhabituel. « Puis-je vous demandez pourquoi vous pensez cela ? » qu’il l’interroge, avant même d’en obtenir l’autorisation.

Theo se permet même d’approcher la belle, afin de remplir sa coupe de ce vin à proximité. Celui qu’elle semble avoir servie à son amie qui les a quitté, et dont elle semble se délecter. Le brun lui sourit, acceptant de trinquer avec elle, à l’aide de son verre d’eau. « Pourquoi pensez-vous qu’elle ait cette impression ? Amanda. Et le fait que vous ne profitiez pas assez de la vie ? » Une question simple et un réel intérêt à en connaître la raison. Et pour l’encourager à se confier, il en fait de même. « Je suis massothérapeute. Je n’ai pas choisi d’être escorte. On ne m’a pas forcé à le devenir, non plus... La vie me l’a imposé pour diverses raisons. Et puis, j’ai choisi, ou alors, j’ai dû, prendre cette voie. Et j’y ai vu aussi du bon... » Un haussement d’épaule. « Je ne sauve pas des vies. Mais, parfois, je fais une petite différence dans la vie des gens que je rencontre. Un baume sur le coeur de ces femmes... » Il n’en dit pas plus que cela. Etiam sait déjà qu’il lui sera impossible de lui faire voir les choses autrement.


When u say nothing at all
It's amazing how you can speak right to my heart. Without saying a word, you can light up the dark. Try as I may I could never explain, what I hear when you don't say a thing. ▬ All day long I can hear people talking out loud. But when you hold me near, you drown out the crowd. Try as they may they can never define, what’s been said between your heart and mine.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @atlantis
Messages : 1496 - Points : 2349
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Re: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le Dim 15 Mar 2020 - 11:11 )
La situation dans laquelle son amie l’avait mis lui rappelait bien trop les nombreuses soirées où son mari la forçait à aller. Vera, inconfortable une fois mise au pied du mur, aurait aimé pouvoir fuir : le problème étant qu’ils étaient chez elle. Difficile donc d’y échapper et elle n’était pas le genre de femme malpoli qui met dehors ceux qu’elle ne veut pas. La bienséance italienne ou bien le produit d’une éducation menée à la baguette par des parents pour en faire une parfaite épouse ? Elle ne saurait dire. Toujours était-il qu’elle descendit les marches pour les rejoindre et imposa le silence comme arme de défense : comme moyen de montrer son mécontentement. Encore plus quand son amie part, la laissant seule avec cet homme qu’elle ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam. Il pouvait être un psychopathe pour ce qu’elle en savait. L’inconnu brise la glace en parlant du groupe sur son t-shirt et il étira un petit sourire sur son visage en affirmant qu’on imaginait mal des chanteurs d’Opéra écouter ce genre de musique :

“Je suppose que c’est le principe même de la célébrité : on pense les gens différents alors qu’ils ont les mêmes goûts, occupations que les autres.” Vera avait souvent eu ce genre de commentaire et cela l’amusait plus qu’autre chose. Surprendre les gens était un plaisir qu’elle se réservait de droit. Il s’excuse de la perte de son frère, elle ne releva pas ses paroles, ni ne répondit à la suite. “Il ne serait pas judicieux de parler de ce genre de choses si vous êtes bel et bien là pour mon plaisir.” Un sourire entendu conclut la phrase avant qu’elle n’essaye d’écourter cette rencontre.

Quand il lui demanda un verre d’eau, elle accepta. Elle restait une hôtesse et une chrétienne qui refusait rarement d’aider les autres. Ainsi, elle se dirigea vers la cuisine pour lui servir un verre d’eau et le lui donner. Puisqu’ils allaient être ensemble pendant quelques instants, elle se permit de continuer la conversation et ainsi ne pas laisser la possibilité à Theo de reparler de son frère. Vera n’était jamais trop prudente sur le sujet et préférait garder la main. Il arrivait à la faire rire en disant que si jouer à des jeux de sociétés son désir alors il le ferait. Une idée intéressante, qui piquait sa curiosité. Que serait-il prêt à faire pour le coup ? Telle était la question. Vera versa le verre de son amie dans le sien et n’hésita pas plus longtemps à expliquer son point de vue sur le travail qu’il faisait. Elle ne jugeait pas, mais elle avait son opinion sur la chose. Sa dernière phrase sembla piquer à vif l’homme qui lui faisait face, car il lui demanda l’origine de cette pensée sur le sexe

“Parce que le sexe, le désir primaire de la chair est quelque chose qui peut être contrôlé. Parce que très peu d’animaux dans le nature font l’amour par plaisir : juste par nécessité. Certainement parce que pendant six ans de ma vie, je me faisais violer tous les soirs.” Le vin montait à la tête. Elle ne devrait probablement pas parler de tout cela, mais tant pis. Elle le faisait quand même. Qu’il vend ce potin dans les journaux et les feuilles de choux : elle en ressortira encore plus forte, car aujourd’hui, les femmes comme elles devaient parler pour tenter de changer une société patriarcale.

Vera trinqua avec Theo comme si de rien n’était. Il y avait quelques temps, elle avait fait la paix avec ce passé tumultueux : notamment, parce qu’il y a eut des hommes après qui l’ont rendus heureuse et lui ont fait reprendre confiance en elle. Elle fut surprise d’entendre l’homme lui parler de son travail, de se confier : probablement pour l’inciter à faire de même, mais elle saluait l’effort.

“J’entends bien et probablement que le monde, ces femmes esseulées et délaissées de leurs maris ou pour d’autres raisons doivent vous être reconnaissantes. Je n’avais pas pensé votre travail de cette façon. Vous apportez un peu de bonheur aux personnes qui en manquent, je suppose...”


Vera n’était pas le genre de personne butée. Elle était ouverte - de part son métier - à tous les horizons et avait bien changé au fil des années sur le sujet. Tant qu’on lui donnait de bons arguments, tant qu’on expliquait le pourquoi du comment des choses : elle était prête à écouter et pourquoi pas changer un peu son avis.

“Pour répondre à votre question, je me suis retrouvée seule à élever mon fils à la mort de mon mari. Que je n’ai pas arrêté de chanter pour autant : le confiant à ma costumière quand je montais sur scène. Mon succès, ma carrière est la seule chose qui semble rester fort qu’importe les intempéries. Alors pour elle, je donne tout. Même ma vie de femme.” Elle regarda le liquide vermeil dans son verre avant de le porter à ses lèvres pour prendre une longue gorgée : “Et je le vis bien, au fond.” C’était ça le pire, elle s’en complaisait. “Je ne suis pas en position pour me plaindre. Je suis même fière de ne pas avoir à me reposer sur quelqu’un dans ma vie.” Et cela valait également pour le plaisir charnel.

Vera releva ses yeux de son verre vers Theo, sourit et demanda :

“Vous faites quoi en temps normal aux femmes comme moi ?” Voilà qu'elle était curieuse mainenant.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam Empty
Sujet: Re: Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Enjoy and relax, qu'ils disaient. // Theo AKA Etiam -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut