Revenir en haut
Aller en bas


 

- Orange is not the new black. // Alexis -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Orange is not the new black. // Alexis Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Orange is not the new black. // Alexis Empty
Sujet: Orange is not the new black. // Alexis ( le Jeu 15 Aoû 2019 - 23:19 )
Cela faisait cinq ans qu’Adonis était enfermé. Cinq longues années où l’injuste qu’il subit au quotidien le ronge de l’intérieur. Dans ce monde où être faible revenait à signer son arrêt de mort : il avait dû lever ses poings au lieu de faire des pointes. Tout le monde le pensait coupable, encore plus au sein même de la prison et le fait qu’il ait supposément tué des richous faisait de lui un prisonnier populaire. Il avait trouvé au bout de quelques mois des amis dans ses compagnons de cellule. Ils formaient aujourd’hui une petite bande de sept personnes : soudés et prête à en découdre au besoin. Adonis savait qu’il lui restait 10 ans à tenir, alors il avait jugé bon de jouer le jeu. De devenir un caïd et d’apprendre à se battre, à esquiver les coups de civ et autres. C’est que de toute façon : il n’avait pas le choix. Il y a une semaine de cela, il avait dû signer les papiers pour divorcer de sa femme castratrice, qui lui avait fait vivre un enfer. Si certains auraient été soulagé de cette nouvelle : lui vivait difficilement cette nouvelle épreuve. Qu’importe ce qu’elle lui avait fait : il était encore amoureux d’elle. Et puis, ce divorce lui laissait également le goût amer qu’en dehors de ses parents et de Stephen : qui l’attendait dehors ? Même s’il sortait vivant d’ici : qui voudrait engager, venir voir sur scène un ancien détenu ? Sa vie était terminé. Sa carrière également. Il pourrait crever entre ces murs que cela ne chagrinerait pas beaucoup de monde. Au contraire, ses parents auraient même la paix. Adonis avait donc plusieurs fois tenté de trouver un moyen de se suicider, mais n’avait jamais put aller jusqu’au bout. Par lâcheté, mais surtout parce que l’image de sa mère en pleure lui brisait le coeur. Pourtant, il ne serait pas le premier à tenter de se pendre au beau milieu de la nuit. Grossir le nombre de suicide en prison... Voilà peut-être sa plus grande utilité maintenant ? A méditer.

C’est la voix d’un de ses camarades de cellule qui le sortit de ses sombres pensées. “Hey Contini.” Sam pointa du menton les nouveaux arrivants de la prison. Où ils arrivaient le matin, ou durant l’heure de la pause repas. Ils semblaient tous perdus avec leur plateau, à regarder les tables sans trop savoir où se mettre. Peut-être parce qu’ils avaient conscience que faire un mauvais faux pas maintenant rendrait leur séjour ici bien moins agréable. “Mates un peu les belles gueules qui viennent d’arriver.” Adonis leva son nez de la purée de pommes de terres - enfin il supposait que c’était cela - pour tourner sa tête et regarder les petits nouveaux dans leurs uniformes différents des leurs. “Il y a une place qui s’est libéré depuis la libération de Paolo. On pourrait en adopter un ?” Proposa Mike. “On te l’a déjà dit Caponi, les nouveaux détenus ce n’est pas juste que pour Noël.” La tablé se mit à rire à la blague d’Angelo. “Vas-y Contini, choisis-le pour nous.” Le danseur arqua un sourcil : “Sérieusement ? Depuis quand c’est moi qui m’y colle ? Envoyons Caponi, il a l’oeil pour ce genre de choses.” Nouvelle vague de rire. Finalement, Adonis se leva, fourra ses mains dans ses poches et s’approcha d’un des nouveaux détenus : “Moreno…?” Déchiffra-t-il sur son badge avec son nom, sa photo et son matricule. “Contini.” Il tendit sa main : “Tu t’habitueras à ne pas utiliser les prénoms ici.” Il lui sourit : “Viens t’asseoir avec nous.” Il montra la table : “Il est toujours bon d’avoir de la compagnie quand on est nouveau. Et de toute la prison ? Tu peux me croire que je te dis qu’on est les moins pires.” Il lui sourit un peu plus : “Promis, il n’y a pas d’entourloupe. Je n’ai jamais été doué pour mentir.”


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Alexis Moreno
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-moi http://www.ciao-vecchio.com/t5519-love-me-like-you-do-alexis#174406
Faceclaim : Josh Beech + Thinkky
Messages : 294 - Points : 365
Orange is not the new black. // Alexis Tumblr_m208a6YsyO1qcrj39o1_250
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Sans emploi
Orange is not the new black. // Alexis Empty
Sujet: Re: Orange is not the new black. // Alexis ( le Ven 16 Aoû 2019 - 12:54 )
La prison semble être une histoire de famille maintenant que c’est à son tour d’y faire son entrer. Il n’a pas réfléchi aux conséquences de ses actes. Il a vendu de la drogue pour obtenir de l’argent, encore et encore. Il s’est fait avoir bêtement par la police. Une arrestation, un interrogatoire assez long et désagréable. Des heures passées dans la cellule du poste de police, avant d’être transférée dans la prison. Un endroit qui ne lui donne vraiment pas envie. Il en a entendu des histoires. Il sait plus ou moins comment ça se passe, même s’il n’y a jamais les pieds avant aujourd’hui. Dans le convoi, il n’est pas seul. Il y a deux autres détenus. Ils discutent, on dirait qu’ils se connaissent. L’un semble avoir l’habitude, l’autre semble nouveau, comme lui. Ils parlent de comment ça se passe. L’habituer donne des conseils. Alexis se contente d’écouter, sans rien dire. Ce qui lui fait le plus peur, ce n’est pas les coups, les mots… C’est surtout de tomber nez-à-nez avec son géniteur, son bourreau. Il est emprisonné dans cet établissement lui aussi. Ce qui n’est pas une bonne idée. Ils arrivent finalement. Il suit les gardiens. Il fait ce qu’on lui demande. Il remet ses affaires personnelles. Il se retrouve dans une toute autre tenue. Horrible d’ailleurs. Le voilà qu’il arrive dans la fausse.

Il fait la file, prend un plateau, et se laisse servir. Il ne va pas faire son difficile. Il mangera ce qu’on lui donne. Il avance un petit peu. Pose les yeux sur les tables. Il essaie de trouver un endroit libre, où il n’y a personne. Il n’a pas spécialement envie d’avoir des ennuis. Il est surpris quand on lui adresse la parole. Puis il regarde son badge. Il est plutôt content qu’ils aient respectés son nouveau nom. Moreno, et non Melnikov. Ca le rassure déjà. Il pose les yeux sur sa main. Il hésite. Il écoute, regarde les autres personnes assises à la table. Il vient lui serrer la main rapidement. « - Je ne suis pas sûr. Je vais devoir faire quoi en échange de votre sympathie ? » Il sait que rien n’est gratuit ici. Les gens ne font pas de gestes pour rien. Il est hésitant. Mais il le suit. Il pose son plateau sur la table, avant de s’asseoir. « - Salut. » Dit-il simplement. Il lève les yeux sur les hommes qui sont là. Il prend ses couverts. Regardant le plat. Puis il ne tarde pas à manger. Avant de relever les yeux sur eux à nouveau. « - Désolé. J’ai faim. J’ai pas mangé de la journée encore alors… » Il ne sait pas vraiment ce qu’il peut dire. Il essaie de ne pas être désagréable. Puis il en profite, d’être poser comme ça. Pour pouvoir voir les personnes qui se trouvent dans cette pièce. Il veut être sûr. Il veut savoir. « - C’est vrai que les pédophiles sont mis à part ? Ils ne sont pas en contact avec les autres détenus ? » Question bizarre sans doute, mais il a besoin de savoir. Besoin d’être rassurer de suite. Il ne pourra pas être plus à l’aise sans avoir la certitude qu’il ne risque rien ici.




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©.kordeism & Alaska (moon of my life)
Messages : 113 - Points : 387
Orange is not the new black. // Alexis Tumblr_inline_nzh72b9rlv1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Orange is not the new black. // Alexis Empty
Sujet: Re: Orange is not the new black. // Alexis ( le Hier à 12:03 )
La question de Moreno le fait sourire et il serra fermement la main du nouveau détenu. “Evite de poser des questions. Puis si jamais il y a du grabuge, de prendre notre parti. On ne te demandera pas de faire quelque chose que tu ne veux pas faire.” Il avait repris un air sérieux. Il y avait déjà assez de gros bras dans leur troupe. Ils avaient besoin de cerveaux et de mecs posés pour couvrir.

Naviguant entre les prisonniers, il s’installa à sa place et fit signe à Moreno de prendre place à ses côtés. Les prisonniers le saluent également tout en ne rompant pas le contact visuel.

“Ca fait plaisir de voir que tu peux manger cette merde gamin.” Sam, le plus vieux de tous, avait le crâne rasé et des tatouages pleins les bras. Rasé de prêt, son visage abîmé témoignait de sa vie difficile en dehors et entre ces murs. “Voici Caponi.” Il pointa Angelo. “Lbrizzio.” En bougeant ton doigt vers Mike. “Et lui on l’appelle Sam entre nous parce que je suis le seul à pouvoir dire son nom de famille correctement. Bondartchouk.” Il regarda ses compagnons de cellule en souriant puis présenta les six autres restants avant de donner le nom du petit nouveau : “Voici Moreno.” Les présentations faites, il prit une cuillère de sa purée.

Quand le bleu posa une question, le silence s’installa à la table, puis ils se mirent à rire. Sam plus que les autres. Il prit plusieurs gorgées d’eau pour se calmer et finalement s’expliquer :

“Ouais, malheureusement. On adorait les tourmenter. C’était peut-être la seule chose sur laquelle on ne se dispute pas avec les autres. Probablement la principale raison pour eux de nous séparer avec ces grands malades.” Il regarda Moreno dans les yeux : “Mais de temps en temps…” Il se leva pour se rapprocher du brun et parla tout bas : “Ils en envoient un et ils nous le laissent pour qu’on s’amuse un peu. On peut alors le faire rentrer dans les statistiques de la prison : suicide.” Ils rigolèrent tous à nouveau, même Adonis qui participait rarement à la violence. Sauf là. Sam se réinstalla. Angelo s’arrêta de rire : “La dernière fois, ils ont ouvert la cellule trop tôt et ils ont malheureusement dû sauver le connard.” Il pointa sa fourchette vers Mike : “C’était qui déjà ? - Melnikov.” Sam cracha au sol et jura en Russe. Le silence s'installa. Un gardien arriva : “Bondartchouk, on t’a déjà dit que tu n’es pas dans un hall de gare.” Sam leva ses mains : “J’avais un excès de salive qui m’a glissé des lèvres. Je ne le referais plus.” Les autres pouffèrent de rire, Adonis sourit en coin en hochant négativement la tête. Le garde plissa ses yeux et repartit. Sam se rassit correctement. “T’en fais pas gamin. Les pédophiles ici on en fait notre quatre-heures. Et je vais avoir la décence de ne pas te demander pourquoi tu as posé la question.”  Adonis prit son dessert lacté au chocolat et le posa sur le plateau de Moreno : "Tiens, tu vas en avoir besoin pour ta première nuit ici. Prends des forces." Il n'y avait pas de raison d'être aimable. Les gars autour de la table avait fait pareil pour lui et cela avait aidé. "Tu en as pris pour combien ?" Demanda finalement Adonis.


Mais moi, j'aime ce genre de jeu
You're the one that I want, oh, honey, the one that I want. If you're filled with affection, you're to shy to convey. Better take my direction, feel your way.
© alaska.  

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Orange is not the new black. // Alexis Empty
Sujet: Re: Orange is not the new black. // Alexis ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Orange is not the new black. // Alexis -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Voyager dans le passé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut