Revenir en haut
Aller en bas


 

- La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nori Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4123-are-you-that-somebody-nori http://www.ciao-vecchio.com/t4136-life-is-what-happens-to-us-while-we-are-making-other-plans-_-nori
Faceclaim : Candice Bae Paton + VOCIVUS
Messages : 736 - Points : 1025
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_inline_nvg1qynD3P1qlt39u_250
Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Lun 26 Aoû - 16:30 )
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles

J’ai le loft pour moi toute seule, en effet, les filles sont sorties après ces quelques jours passés à se reposer et se soigner. J’ai attrapé un coup de froid qui s’est transformé en rhume puis en bronchite, il a fallu bien entendu que je contamine les filles. Toutes les trois rétablies, on en a profité pour chacune s’occuper de notre côté. J’ai pour ma part invité un ami qui est arrivé il n’y a pas longtemps à Naples.

Je profite de ranger un peu la cuisine avant son arrivé, je vide le lave-vaisselle et range des coupes de champagnes qui auraient dû être à leur place depuis fort longtemps. Une fois mon petit rangement effectué, je vais m’installer au salon afin de vérifier quels films passent au cinéma en ce moment, avant qu’on ne sonne à ma porte Je suis étonnée de voir que parmi ceux-ci y figurent la Panthère Rose qui n’est, pourtant pas très récent, mais reste un classique. Mais celui qui m’intéresse réellement est le Roi Lion, je veux absolument le voir en version originale pour pouvoir reconnaître les voix de toutes les célébrités qui ont participé à ce projet, je serais certainement plus sensible au film ainsi.

La sonnette se fait entendre, je pose mon téléphone sur la table basse du salon, je vais tout naturellement ouvrir la porte à mon inviter. Je suis contente de pouvoir le revoir, je ne l’ai pas vu depuis longtemps. « Ciao ! » dis-je avec mon plus bel accent italien avec un sourire en coin. Juan vient d’Espagne et il a ce petit accent chantant, d’ailleurs je lui en faisais toujours la réflexion. Maintenant, qu’il est en Italie à lui de supporter notre gestuelle et notre accent.

Je le laisse entrer après l’avoir salué et lui fait signe d’aller s’installer sur le canapé. Nous aurions pu sortir, mais le temps n’est pas des meilleurs aujourd’hui. De plus, Juan avait l’air plutôt mal en point au téléphone, alors c’est tout naturellement que je lui ai proposé de venir à la maison, ça serait également l’occasion pour moi de lui faire découvrir l’une de mes recettes.

« Je suis super contente de te voir ici…ça me fait presque bizarre, la dernière fois que nous étions ensemble c’était en Espagne et te voici chez moi ! Comment s’est passé ton voyage ? » Je regarde le brun avec un sourire tendre et affectif. Je n’arrive pas à expliquer pourquoi je suis capable de m’entendre aussi bien avec des personnes que je rencontre lors de mes voyages, mais qu’ici à Naples, je ne suis pas capable de reproduire le même schéma.

Nous nous sommes rencontrés alors que j’étais en Espagne, je voulais assister à une corrida et découvrir cette tradition qui peut être un peu barbare pour certain. Une expérience à couper le souffle et très peu descriptible. Ce n’est que quelques jours après ce « spectacle » que j’ai recroisé le torero dans un bar, je l’ai tout de suite reconnu, car il avait un regard magnétique. Je vous avoue que la façon dont je le regardais était assez gênante, je le dévisageais presque. C’est lui qui est venu à ma rencontre et après quelques bafouillages, je lui avais expliqué que j’avais assisté à une corrida et que j’étais presque certaine l’avoir vu dans l’arène, ceci a tout de suite engager la discussion et nous nous sommes mêmes revus pour boire un verre ou découvrir la ville, tant que j’étais encore dans les parages. Il m’a surtout recommandé plusieurs bonnes adresses dans la ville et je lui ai dédié un article dans mon blog.
lumos maxima


@Juan Velasco


©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 204 - Points : 512
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Sam 31 Aoû - 15:09 )

Retrouvailles
Enea & Juan
Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon amie.
Je suis heureux d'aller voir Nori. Je lui avais proposé de passer avant. Mais un vilain virus c'était emparé de tout son être la mettant à plat, contaminant ses colocataires durant quelques jours. Par sécurité j'ai préféré attendre qu'elle aille mieux pour lui rendre visite. Et puis prendre froid avec ma blessure n'est pas recommandé. Déjà j'ai un sacré traitement pour les douleurs et les risques inflammatoires, donc des cachets en plus non merci. Et puis tousser et éternuer ne ferait qu'accentuer mes douleurs déjà bien présentes. Bon j'avoue que parfois je joue un peu au con, j'ai du mal à rester tranquille. Rester des journées sans bouger trop peu pour moi. Ce n'est pas dans mon caractère, ni dans mon style de vie. Et je commence à compter les jours qui me séparent avec une possible reprise de mes activités. Enfin je verrais ce point au moment donné. En attendant j'arrive devant chez Nori, une amie que j'ai rencontré pour la première fois en Espagne. Je lui ai fais découvrir le monde tauromachique, car il y a regardé et regarder une corrida. Surtout quand on se trouve au centre de tous les regards. Même si quand je parle de mon univers, je ne cherche pas à influencer. Je respecte les avis de chacun et le fait qu'on puisse ne pas aimer cet univers. Nori m'a parlé de son blog et je l'ai conseillé. Un peu normal en bon sévillanos de vouloir faire découvrir sa ville. Puis on a gardé contact et de fil en aiguille, notre amitié c'est dessiné. Et en plus cerise sur le gâteau, c'est une très belle femme que je me plairais de charmer. Mais chaque chose en son temps, je ne suis pas homme à me précipiter.

Je sonne et la belle n'ouvre sourire aux lèvres. Avec en prime son accent italien. Aussi chantant que le mien. « Ciao bella ! Comment tu vas ? Guérie ? » Je viens la prendre dans mes bras pour lui poser une bise sur chacune de ses joues. Elle a encore le visage un peu fatiguée, mais dans l'ensemble elle semble en forme. Je souris d'avantage à sa remarque. « Je suis content aussi. Et puis Naples est une ville magnifique je ne m'en lasse pas. Et il fallait bien que je me décide à venir te voir dans ta tanière. » Je me mets à rire. « Le voyage a été un peu fatiguant, pas évident de trouver une bonne position pour ne pas souffrir. Et c'est encore pénible. A croire que cette fichue blessure ne veut pas se soigner. Je maudis ce toro tous les jours. Et je me maudis moi de ne pas avoir été plus prudent. » Il est vrai qu'à force de revoir et revoir les images de l'accident, je me rends compte que j'ai eu un instant d’inattention. Du coup la bête à corne en a profiter pour m'embrocher. Ce qui me rend parfois amer, parce que cette erreur je la paie cher. Et en plus cela me fait remettre pas mal en question. Dois-je reprendre mon métier? Ou tout en restant dans la branche de la tauromachie trouver un métier moins à risque ? Et penser un peu plus à ma vie privée, vu que je l'ai laissé de côté au point qu'il n'y a jamais eu personne dans ma vie de réellement important. A part Ezio. Je rentre donc l'appartement de la belle Nori. « C'est sympa chez toi. Et le quartier me semble fort agréable. » A force de trainer dans les rues de Naples, même si je n'en connais pas chaque recoin, je sais quel quartier est plus agréable que l'autre. « Alors tu me racontes quoi de neuf ? Tu es allée te balader ailleurs ces derniers mois ? » Je sais qu'elle bouge beaucoup alors autant parler de ce qu'elle aime faire en priorité. Et puis je n'ai pas envie d’attarder la conversation sur mon accident. Même si je l'ai évoqué en donnant de nouvelles et en parlant en arrivant de comment c'est passé mon voyage.

vmicorum.


@Nori Alestra


El Domador III
Cuando mis ojos le miraron fijamente, supe que no me daría un regalo. Que tenía mi vida entre sus cuernos.
Revenir en haut Aller en bas
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nori Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4123-are-you-that-somebody-nori http://www.ciao-vecchio.com/t4136-life-is-what-happens-to-us-while-we-are-making-other-plans-_-nori
Faceclaim : Candice Bae Paton + VOCIVUS
Messages : 736 - Points : 1025
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_inline_nvg1qynD3P1qlt39u_250
Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Ven 6 Sep - 16:53 )
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles

Je suis contente de pouvoir recevoir Juan chez moi. Il m’avait fait découvrir tant de chose chez lui que maintenant qu’il est à Naples, je souhaiterais lui rendre l’appareil. Cependant, j’étais malade au départ et maintenant le temps n’est pas au beau fixe. Enfin bon, je ne pense pas qu’il va tout de suite partir, je devrais donc avoir du temps pour lui faire découvrir des lieux secrets. “Ca va bien mieux, je te remercie! “ Je lui souris tout en lui laissant l’espace pour pouvoir entrer. “Oui tout ne risques plus rien, ne t'inquiète pas!” Je souris de plus belle, montrant cette fois-ci toutes mes dents. Après une petite embrassade, nous allons nous installer sur le canapé et j’ai hâte de rattraper le temps perdu. “C’est vrai que tu étais déjà venu à Naples, mais il faudra vraiment que je te montre certains coins typique que tout le monde ne connaît pas!” J’adore explorer la ville, découvrir de nouveaux lieux, des petits restaurants sympas, des bars ou alors des musées sur lesquels les gens ne s’attardent pas vraiment. “Mais arrête, je vais finir par croire que je ne sors jamais de chez moi..” Je me met à rire avec lui. Je dois avouer que je suis une personne qui aime explorer, mais qui a besoin de son petit confort une fois chez elle et je peux rester dans ma tanière comme il le dit pendant des jours sans réellement ressentir le besoin de poser les pieds à l’extérieur.

“Oui c’est proche de tout! On est bien située.” Peut-être un peu trop proche de tout au final. J’ai toujours adoré notre loft et le quartier, car justement il est en plein centre et qu’on a accès à tout à n’importe quelle heure de la journée. Mais depuis, les messages insistants, cet homme en bas de l’immeuble ou encore l’agression, je me dis que j’aurais peut-être été plus en sécurité à la campagne. “Ton ami habite dans quel coin lui?” Je sais qu’il co-habite avec son ami Léandro, mais je n’en sais pas plus à son sujet, ni où il vit.

“Pas grand chose…” mensonge et pour le cacher je me lève pour aller nous chercher de quoi boire et grignoter. Je continue à lui parler depuis la cuisine qui donne sur le salon. “Je suis allée en Afrique du Sud, j’avais besoin de partir loin d’ici, je commençais à étouffer et me retrouver dans un pays comme celui-ci c’était juste superbe!” On peut sentir à quel point ce voyage m’a fait du bien au ton de ma voix. Je reviens avec un plateau chargé de boissons et d’apéritifs espagnols que j’ai concocté moi-même. “J’adore Naples, mais avec ce que je fais dans la vie, parfois j’ai l’impression d'étouffer, de ne pas avoir une vraie boulot, une vraie vie...alors me retrouver paumée au milieu de la nature c’est exaltant.” Je m’assois à nouveau à ses côtés avant d’enchaîner. “Je me suis dit que tu avais peut-être le mal du pays, alors je nous ai préparé des petites choses bien de chez toi!” Je lui souris en lui tendant le plat pour qu’il puisse se servir.



lumos maxima


@Juan Velasco


©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 204 - Points : 512
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Dim 15 Sep - 18:05 )

Retrouvailles
Enea & Juan
Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon amie.
Je suis heureux de retrouver Nori. De voir qu'elle va mieux, j'aurais aimé la voir avant mais j'ai préférais de la laisser reprendre des forces. De toute façon je suis encore là pour un bout de temps, je n'ai pas encore l'idée de retourner dans ma belle ville espagnole. Même si pas mal de chose me manque notamment ma famille et l'ambiance qui règne dans les rues animées quand viennent les beaux jours. Je dois d'abord reprendre des forces, me stabiliser moralement. Et puis retrouver mes reflex. Du coup on aura largement le temps de se voir. Je la regarde en détail quand elle me dit aller mieux. Puis j'entre pour partager avec elle une étreinte vu que je risque aucune contamination. « Je peux te serrer un peu plus fort contre moi alors. » Je lui souris avant d'y faire un clin d’œil, la taquinant en usant d'une voix charmeuse. « Oui j'ai plein de souvenirs liés à cette belle ville. Mais je suis toujours curieux de découvrir des lieux loin des touristes. Des pépites réservés aux gens du coin. Donc je sera avec plaisir que je me laisserais guider. » Ezio m'en a pas mal montré, mais il doit bien en rester. Et puis même si je revois les mêmes endroits, j'aurais une autre vision des choses vu que je ne serais pas avec la même personne. « Tu es au moins sortie pour venir en Espagne et plus particulièrement à Séville. Sinon on ne se serait pas rencontrée. » Une belle rencontre que j'aime me remémorer. Et plus quand je suis avec Nori, je peux sans problème aborder mon métier. Chose que je fais rarement ici. Cela m'évite les prises de tête, car tout le monde n'est pas ouvert à mon univers. « Mais là en étant malade normal que tu n'es pas bougée. » Personnellement moi 'j'ai du mal à rester enfermer. Je le vois bien en ce moment, avec ma blessure je devrais être plus prudent. Enfin j'ai un bon docteur alors ça va.

« Ezio habite dans le quartier de Chiaia aussi mais du côté Riviera c'est pas mal non plus. On a une belle vue sur la mer. » J'aurais pu chercher une location de mon côté, pas spécialement tout de suite, mais au final vivre chez Ezio me plait bien. En plus les premiers mois j'ai apprécié quand je me sentais mal de l'avoir à mes côtés. Et j'apprécie encore maintenant de le savoir présent. Surtout avec les cauchemars qui viennent sérieusement pourrir mes nuits ces dernières semaines. Rejouant sans cesse cette scène douloureuse. « Au final on est presque voisin. » J'en profite pour demander à Nori ce qui se passe de nouveau dans sa vie. Elle me parle de son voyage en Afrique et de cette sensation d’étouffer qui lui a donné l'envie de s'éloigner. « Cela fait du bien parfois de s'éloigner de ses habitudes. J'avoue que cette coupure loin de Séville me fait du bien. Même si moi c'est plus par obligation que par plaisir. » D'un côté cette séparation me fait me remettre en question. La belle revient avec un plateau chargé de bonnes choses. « Tout cela me semble bien appétissant. » Elle le pose sur la table basse du salon. Je passe doucement mon bras autour de sa taille pour l'attirer à moi. « Arrête de dire des bêtises. Tu as un vrai boulot et une vraie vie. Parce que si tu dis ça je peux dire la même chose. » Je sais que je ne pourrais pas faire ce métier éternellement. Mais je ferais quoi une fois que je n'aurais plus la force physique et mentale de me tenir face au toro. Je ne sais faire que ça. Ma vie n'est faite que de tauromachie. « Tu es adorable merci. » Et je pose un baiser contre sa joue avant de laisser se dessiner un large sourire sur mes lèvres. « Tu sais moi aussi je me remets en question. Et encore plus avec cet accident. J'ai peur de ne plus être à la hauteur. Peur d'avoir la trouille à présent .. En plus en ce moment je fais des cauchemars .. je revois l'accident sans cesse .. » J'en ai pas parlé avec Ezio, mais je sais qu'il a compris combien mes nuits étaient compliquées et douloureuses. « Mais je ne veux pas plomber l'ambiance. Goutons à ces délices d'Espagne. »

vmicorum.


@Nori Alestra


El Domador III
Cuando mis ojos le miraron fijamente, supe que no me daría un regalo. Que tenía mi vida entre sus cuernos.
Revenir en haut Aller en bas
Nori Alestra10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Nori Alestra
http://www.ciao-vecchio.com/t4123-are-you-that-somebody-nori http://www.ciao-vecchio.com/t4136-life-is-what-happens-to-us-while-we-are-making-other-plans-_-nori
Faceclaim : Candice Bae Paton + VOCIVUS
Messages : 736 - Points : 1025
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_inline_nvg1qynD3P1qlt39u_250
Âge : 29 ans
Métier : Blogueuse cuisine et lifestyle
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Mer 25 Sep - 17:03 )
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles

Je souris au jeune homme et le laisse me serrer un peu plus fort contre lui. “Oui tu peux…” Je n'ai pas l'habitude d'avoir ce genre d'étreinte avec les hommes, si ce n'est avec Léo qui est mon meilleur ami et que je considère comme mon frère. Il est très certainement la seule image masculine que j'ai pu avoir tout au long de ma vie. Après cette accolade, nous nous installons très rapidement. “Oui tu es un peu comme moi à ce sujet-là, j'aime voir et être dans des lieux authentiques et pas ces attrapes touristes...quoique parfois certains attrapes touristes valent vraiment le détour, mais ce n'est pas très récurrent.” L'Espagne et l'Italie ont beaucoup de points communs, il fait bon vivre dans ces deux pays et je trouve que les deux populations sont très chaleureuses. On mange divinement bien dans les deux pays et les deux langues sont d'un charme à tomber par terre. Beaucoup de personnes disent que l'italien parlé par un homme est très charmant, mais à mes yeux notre langue n'a rien à envier à l'espagnol, j'adore leur accent et leur manière de parler. “J'ai adoré passer du temps à Séville, il faudrait que j'y retourne et pourquoi pas découvrir encore un peu plus l'Espagne, il y a tellement de choses à voir et à faire dans ton pays et c'est fou comme les régions sont différentes les unes des autres!” L'Espagne est un pays bien plus grand que l'Italie et il y a une diversité de paysage impressionnante , certainement une des raisons pour laquelle je souhaite y retourner. Je sais qu'il y a encore beaucoup de coins de paradis que je ne connais pas là-bas. “Franchement c'était affreux, je n'aime pas du tout être malade et ne pouvoir rien faire et là c'était encore plus horrible, car on était trois zombies dans un loft, donc chacune se plaignait d'un truc…” Je me mets à rire en repensant à la semaine que nous avions passée. En tant que femmes qui vivent ensemble nos cycles menstruels sont à peu près synchronisés, donc très souvent dans la même époque du mois, nous nous plaignons toutes d'avoir des douleurs et nous ne sommes pas très joviales, mais nous n'étions encore jamais tombées malades les trois en même temps. Nous aurions presque dû placer une caméra afin d'immortaliser notre état.

“Oh ça doit être magnifique si vous voyez la mer depuis chez lui… les couchers de soleils doivent être splendides!” J'ai toujours été attirée par la mer, je trouve cela mystique et envoûtant. Je pourrais passer des soirées à contempler l'agitation des vagues. “Oui c'est cool, on pourra se voir souvent et rapidement! Mais promis la prochaine fois c'est moi qui me déplace, il faut vraiment que tu te reposes avec ta jambe.” Je lui souris en jetant un coup d’œil à sa blessure. Je n'ose même pas imaginer la douleur qu'il doit avoir.

“Oui, mais d'un côté, je me dis que c'est peut-être mieux que tu sois ici plutôt que là-bas...car même si ici tu penses forcément à ce qu'il t'es arrivé, tu ne peux pas te dire que tu vas retourner sur les lieux pour revoir ou revivre la scène, ça te permet de prendre un peu de recul.” Ca ne doit vraiment pas être une situation facile à vivre, surtout pour le grand passionné qu'il était. “En tout cas si ce n'est pas bon, fait semblant d'aimer.” Dis-je en rigolant en parlant de ce que j'ai concocté. C'est à ce même moment qu'il choisit de m'attirer vers lui, alors mon rire disparaît tout aussi soudainement. Non pas que ses bras autour de moi me dérange, mais plutôt parce que je ne suis pas très habituée à ce genre de contact et que mon cerveau se met à réfléchir dans tous les sens pour savoir exactement ce que je dois faire ou ne pas faire. “Si ...tu le dis, en tout cas ton boulot requiert une activité bien plus difficile que la mienne.” Tenir un blog et être une personne active sur les réseaux sociaux c'est du boulot certes, car il faut penser au contenu, aux images, à la cohérence et aux mots justes, cependant, ce n'est pas physique, je ne suis pas obligée de me lever aux aurores, j'organise moi-même mon emploi du temps. Il me complimente, puis dépose un baiser sur ma joue ce qui me déstabilise un peu plus. Je ne parle pas pendants quelques secondes avant qu'il me dise que lui-même se remet en question. Ce qui me chagrine, car il ne devrait pas, sauf s'il pense à arrêter ce qu'il fait. Je pourrais le comprendre après son accident. Je lui réponds alors de ma voix la plus douce qui soit : “avoir peur de retourner dans l'arène ça je le conçois, mais, franchement ne pas être à la hauteur?” Mes yeux s'écarquillent avant que je continue “ je t'ai vu à l'action et jamais je n'ai vu un homme avoir plus sa place en face d'un taureau que toi.” Je pense sincèrement ce que je lui dis. Après avoir assisté à son show si je puis dire, j'ai assisté à d'autre torero et je n'ai vu personne maîtriser son domaine aussi bien que lui. Il avait comme une maîtrise sur le taureau, mais sur les spectateurs également, s'en était presque hypnotisant.

Lorsqu'il me parle de ces cauchemars, je ne peux m'empêcher de penser aux miens. En ce moment, je n'arrête pas de revivre mon agression. J'en ai parlé qu'à Meena, mais même comme ça, je ne suis pas encore tranquille. “Toi aussi tu fais des cauchemars?” Dis-je de la façon la plus anodine, sans penser à un moment que cela pourrait se retourner contre moi. “Tu veux en parler? Je t'assure que ça ne me dérange pas du tout...au contraire si cela peut t'aider à aller mieux?” Je pose ma main sur sa cuisse avec un peu d'hésitation, car je n'ose pas forcément le prendre dans mes bras pour le réconforter et je ne sais pas ou d'autre la placer. Lui tenir la main me semblerait trop étrange, donc c'est de ce geste très con et simple que j'espère qu'il comprendra qu'il peut compter sur moi. Puis, après quelques secondes je m'empare du plateau pour qu'il n'ait pas à trop bouger sa jambe. “Sers-toi...j'espère que ça te conviendra en tout cas!”



lumos maxima


@Juan Velasco


©️crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Juan VelascoToujours frais après un litre de café
Juan Velasco
http://www.ciao-vecchio.com/t5823-jusqu-a-la-mise-a-mort-juan http://www.ciao-vecchio.com/t5850-a-la-pointe-de-l-epee-juan
Faceclaim : Ryan Guzman ©.Ante mortem (vava)
Messages : 204 - Points : 512
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Tumblr_nvc9tblidu1qehsoxo6_250
Âge : 30 ans né le 18/12/1988 à Séville Espagne
Métier : Torero est plus précisement Marador. Celui qui tue le toro.
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le Sam 12 Oct - 16:05 )

Retrouvailles
Enea & Juan
Ne marche pas devant moi, je ne te suivrai peut-être pas. Ne marche pas derrière moi, je ne te guiderai peut-être pas. Marche à côté de moi et sois simplement mon amie.
Après une étreinte bien mérité, vu que Nori est à présent en pleine forme, nous nous installons dans le salon pour papoter. Nous commençons à discuter sur les merveilles, celles découvertes et celles à découvrir, de nos villes respectives. Séville et Naples ne se ressemblent pas mais elles offrent, l'une comme l'autre, quand on sort un peu des sentiers battus, de très beaux endroits. Il est vrai qu'il y a la partie touristique, et souvent les gens s'en contentent. Parce que c'est la facilité, passant à côté de l'essence même des villes visitées. Même si les circuits touristiques font découvrir des coins sympathiques et de grandes renommés. Nori sait qu'elle a encore beaucoup de chose à voir en Espagne, comme je sais que j'en ai à voir en Italie. « Tu sais que tu peux compter sur moi pour te servir de guide, si tu retournes en Espagne. Ou si tu veux que je te prépare un circuit en te mettant en contact avec des amis. J'en connais quelques uns qui serraient très heureux de t'aider dans ta visite. » Je sais qu'en retour elle en ferait de même pour moi. Et puis c'est plaisant de découvrir un pays avec une personne qui y vit et le connait. Parce qu'il existe malheureusement des gens qui ne connaissent rien de leur propre pays. Juste les alentours de là où il vive. Je la taquine sur le fait que ces derniers temps elle est restée enfermée. Mais c'est tout à fait dans la logique vu qu'elle était malade. « Cela devait quand même être drôle à voir. Remarque vous vous êtes tenues compagnie. » Je la comprends parfaitement dans le fait de ne pas aimer être malade. Je vois combien cela m'est pénible de ne pas pouvoir faire ce que je veux avec ma fichue blessure. C'est vraiment handicapant quand on n'est plus maitre de son corps et qu'on doit subir la maladie. « Vous n'avez pas eu envie de vous entre tuer au moins ? » Et je me mets à rire. J'imagine bien les trois demoiselles sur le canapé se lamentant de leurs nez bouchés et de leurs maux de tête en buvant une tisane au miel. Avec en fond sonore des éternuements et des quintes de toux.

J'en profite pour donner quelques précisions sur l'appartement dans lequel je squatte, il est vrai qu'il est bien placé. Et la vue qu'il offre est un véritable spectacle apaisant. « Ne t'en fais pas je me repose. Je me repose tellement que je vais finir tout mou comme une guimauve. Je suis en train de perdre tous mes muscles. Cela va être compliqué pour me remettre en forme si la guérison de ma blessure traine encore. » Bientôt cela fera un an et j'ai la sensation d'avoir aussi mal qu'au début. Même si je fais attention au maximum. « C'est ce que je me dis aussi. Être loin de Séville évite d'éveiller la tentation de reprendre un entraînement intensif. Mais cela peut être aussi à double tranchant. » Je sais que le mental est important aussi. Rester loin du milieu de la tauromachie ne m'aide pas. Et y revenir trop vite pourrait accentuer mes craintes. Du coup je suis partagé dans le fait de rejoindre Séville et doucement me remettre dans le bain. Ou rester à Naples et attendre que la blessure se referme. « Pourquoi tu voudrais que cela ne soit pas bon ? » Vu comme les mets qu'apporte Nori semblent appétissants, j'ai du mal à croire qu'ils puissent être mauvais. Du coup je me lance dans la dégustation des choses que la belle à préparer. « C'est sur que mon métier est plus difficile que le tien mais au niveau utilité et bien je frôle le zéro. » Oui il faut être honnête être toréro est bien plus un métier de spectacle qu'un métier utile. Je ne prends pas conscience que mon baiser déstabilise Nori. C'est une très belle femme. Une femme que tous les hommes doivent avoir envie de charmer. « C'est vrai que je mets toutes mes tripes quand je suis devant un toro. J'aime ce métier et ne pas pouvoir le pratiquer me pèse. Je sais qu'il est dangereux et frôler la mort m'a sérieusement fait réfléchir. »

Et la cicatrice que je vais garder au niveau du bas ventre va continuer à me rappeler à quel point je suis un être fragile. « Au fait c'est délicieux Nori. Tu as tout pour séduire le sévillan que je suis. » Je lui souris un brin charmeur tout en laissant mes yeux se perdre dans les siens. « Il va falloir que je creuse un peu plus pour découvrir tes autres talents. » Ce qui ne me déplairait pas. J'aime être en sa compagnie, parler de tout et de rien. Je l'apprécie et le courant passe entre nous. C'est là que la discussion bifurque sur les cauchemars que mon accident entraine. Ce qui cause une remise en question sur mon avenir. Dois-je continuer ce métier qui me passionne ? Ou bien me tourner vers un métier moins dangereux ? Surpris par la tournure de sa question je regarde avec plus d'intensité mon amie. « Est ce que tu fais des cauchemars aussi ? » En parler ne me pose pas de problème. Peut être que cela exorcisera mon malaise. « Je parle des miens et en retour tu me parles des tiens. » Je viens poser ma main sur la sienne comme pour la rassurer. « Les amis sont faits pour ça s'épauler dans les moments difficiles. » Je ne l'obligerais pas si Nori ne le désire pas, mais au moins elle sait que je l'écouterais en retour avec attention. « Mes cauchemars sont surement dus au fait que je regarde trop la vidéo de mon accident. Au départ je le fais pour analyser les événements et trouver l'erreur que j'ai pu faire. Parce que certains gestes restent flous dans ma tête. » Je soupire passant ma main derrière ma nuque. Cette erreur je ne l'ai pas trouvé. Tant bien je n'en ai pas fais et c'était juste le destin. « Mon cauchemar commence alors que je suis face au toro prêt à porter l'estocade. J'avance en même temps que lui et sa corne entre dans ma chair .. sans que mon épée ne le touche .. tout va très vite il me soulève  .. » Mes mains deviennent moite, j'avale difficilement ma salive. « Et il y a du sang partout .. je me réveille en nage avec une douleur intense au niveau de ma blessure. Je regarde souvent de peur d'y voir du sang. » Même là juste en parlant de mon cauchemar j'ai la sensation que la douleur se fait plus lancinante.

vmicorum.


@Nori Alestra

HJ:
 


El Domador III
Cuando mis ojos le miraron fijamente, supe que no me daría un regalo. Que tenía mi vida entre sus cuernos.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan Empty
Sujet: Re: La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- La plus belle étape de la vie c'est les retrouvailles ft Juan -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut