Revenir en haut
Aller en bas


 

- Erio || SOS Fantômes -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aisha Njoya10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aisha Njoya
http://www.ciao-vecchio.com/t5857-aisha-emancipate-yourself-from http://www.ciao-vecchio.com/t5868-aisha-bigger-than-the-picture-they-framed-us-to-see
Faceclaim : Berta Vazquez : ealitya
Messages : 288 - Points : 655
Erio || SOS Fantômes Giphy
Âge : 29 ans
Métier : Femme à tout faire
Erio || SOS Fantômes Empty
Sujet: Erio || SOS Fantômes ( le Mer 18 Sep 2019 - 23:23 )
Ce soir-là, Aisha avait décidé de prendre l’expression « dormir d'un oeil ouvert » au pied de la lettre, et ça pour plusieurs raisons. La première parce qu’elle venait de l’apprendre et ne savait pas vraiment ce que cela signifiait, par conséquent elle avait décidé de l’interpréter elle-même. Donc oui, elle fermait un œil pendant une minute et alternait pour essayer de dormir de façon aléatoire. Elle aurait pu dormir paisiblement ce soir-là, si elle n’avait pas eu l’idée stupide d’écouter Erio et ses histoires à la con. Comme si le coup des esprits ne lui avait pas servi de leçon, il avait fallut qu’Aisha répète l’opération avec Bloody Mary. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, elle était très friande d’histoires et de films d’horreurs parce qu’elle avait tendance à rire lorsque quelqu’un se faisait tuer tellement ça manquait de réalisme. Parce qu’elle avait le recul nécessaire de se dire que la fiction était bête et méchant, la vie réelle était bien plus pire. Là au moins, lorsqu’elle voyait quelqu’un se faire tuer dans son sommeil ou possédé par un esprit, c’était parce qu’elle le décidait. Mais bref. Ici, elle n’avait pas voulu croire en la légende que lui avait racontée Erio. Alors, devant le miroir de la salle de bain avant de se glisser sous les draps, elle se regarda de longues secondes dans le miroir en ajustant son foulard autour de ses cheveux. Après de longues secondes à se fixer, elle fronça les yeux et prononça trois fois le nom de Bloody Mary, se concentrant bien sur la prononciation comme si sa vie en dépendait. Au bout de la troisième fois, la lumière de la salle de bain s’éteint tout d’un coup, la faisant sursauter. De justesse, elle se rattrapa au rebord du lavabo tout en lâchant un petit cri, avant de sortir à toute vitesse de la pièce sans se retourner. Jusqu’à ce qu’elle regagne le canapé, Aisha récita une sourate du Coran en fermant son poing au niveau de son cœur, là où se trouvait normalement le collier de sa mère qu’elle n’avait toujours pas retrouvé. Dans un soupir, elle s’endormit le temps de quelques secondes en faisant attention à comment elle se positionnait. La tête posée sur son oreiller mais pas non plus trop enfoncée pour pouvoir esquiver si un esprit se postait au-dessus d’elle. Le corps bien droit sous la couverture, les pieds couverts pour être certaine qu’aucun djinn ne viendrait l’attraper par le pied. Pas bête la guêpe.

Au bout de quelques secondes, la jeune femme entendit les premiers bruits suspects. Peut-être était-ce le vent qui tapait contre une vitre. Ou un fantôme qui s’avançait pour lui faire sa fête. Personne ne pouvait en être sûr. Personne, sauf Aisha qui avait prévu le coup en envisageant de fuir le plus vite possible. D’où le fait qu’elle ne dormait littéralement que d’un seul œil. En faisant légèrement bouger sa couverture, elle se redressa doucement, prête à attaquer. Les sourcils froncés tandis que sa vue s’adaptait doucement à l’obscurité, elle sentit quelque chose lui frotter la jambe et par réflexe, elle gigota dans le canapé avec ferveur. La force qu’elle mit dans son gigotement la fit perdre l’équilibre au point qu’elle tombe par terre dans un bruit sourd pourtant assez bruyant pour alerter Erio qui elle l’espérait, ne l’avait pas entendu. Avec la même vivacité, elle se leva d’un bond sur ses pieds avant de tendre les poings comme prête à se battre. Un autre bruit alerta Aisha qui, sans chercher d’où il pouvait provenir, donna un coup de pied sec devant elle qui toucha le vide. Un deuxième qui rencontra à nouveau le néant. Puis un troisième qui tapa dans quelque chose de mou, pareil à un membre humain. « Sheitan ! » Hurla Aisha qui cogna une seconde fois avec son poing. Le diable travaillait dur, les poings de l’Ethiopienne travaillaient encore plus durs.



Step out your estimate
If you feel insignificant, you better think again. You better wake up cause you're part of something way bigger. Not just a speck in the universe, not just some words in the Bible verse. You are the living word. Bigger than you, bigger than me. Bigger than the picture they framed us to see.   ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1083 - Points : 3937
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio || SOS Fantômes Empty
Sujet: Re: Erio || SOS Fantômes ( le Mer 25 Sep 2019 - 1:51 )
Un bruit étrange retentit et c’est en sueur qu’Erio se redresse brusquement. Sa main gauche est appuyée sur son matelas, ses doigts resserrés autour du drap témoignent de la tension ressentit face au cauchemar qui vient de perturber son sommeil, mais aussi de ce réveil brutal. Depuis son enfance, l’italien est hanté par des images vues auparavant et auxquelles il n’aurait jamais dû être confronté. Bien que l’habitude soit là, il n’arrive toujours pas à s’y faire. Trop de violence dans les gestes d’un père qu’il estimait énormément et qui lui a laissé un lourd héritage, difficile à porter. Trop de douleur dans les prunelles de cette femme se faisant tuer sous ses yeux. Avec les années, ce visage s’est peu à peu transformé, dû à des souvenirs lointains, pourtant, il n’a aucun mal à s’en rappeler. Erio ne peut oublier l’horreur qu’il a lu dans son regard larmoyant lorsqu’il n’était qu’un gamin, à son dernier souffle, sa poitrine cessant de se soulever, ses membres perdant la vie, entre les mains de son père qui désirait la faire taire, la priver d’une lueur d’espoir qu’elle avait vu en s’échappant quelques minutes plus tôt. Le cœur au bord des lèvres, il passe sa main sur son visage afin de se reprendre, efface quelques perles roulant sur son front, puis au nouveau son qui atteint ses oreilles, se tend dans le lit, en alerte et la première chose à laquelle il songe, c’est à Aisha qui se trouve dans la pièce d’à côté. Il saisit son couteau sous son oreiller et s’engouffre dans le salon avec prudence. La bouche entrouverte, il s’apprête à interpeller la squatteuse, lorsque cette dernière le frappe au niveau du genou en prononçant un mot dont il comprend le sens pour l’avoir déjà entendu, notamment dans des films d’épouvante, mais sur lequel il ne se focalise pas. « Ptain ! » lâche-t-il, agacé, ronchon, en relâchant sa prise sur le couteau qu’il garde néanmoins dans sa main. « Tu fous quoi là ?! » s’emporte-t-il, en saisissant son poignet pour qu’elle arrête de gesticuler et surtout, qu’elle redescende sur terre. Il la tient prisonnière quelques secondes, puis tâte le mur pour y trouver l’interrupteur. La pièce s’éclaire alors, dévoilant les deux visages. Erio la jauge, l’air sévère, tandis qu’il tend le bras vers le premier meuble pour y poser le couteau. « Tu peux m’dire c’qui se passe dans ta p’tite tête pour que tu m’fasses chier en pleine nuit comme ça, hein ?! » Même s’il sait pertinemment qu’il se serait tout de même réveillé dans de pareilles circonstances. Et comme à chaque fois, il est de mauvaise humeur, mais là, il a encore plus de raisons d’être mécontent, est en droit de l’être : la demoiselle fait un boucan infernal et semble se défendre de quelque chose qui n’existe pas. « Y’a personne dans l’appart’, là, oh ! » Pas même un chat pour venir la déranger, alors qu’est-ce qui lui prend d’agir ainsi ? Mais est-ce que ça l’étonne vraiment ? Les femmes sont toutes des chieuses et c’est d’ailleurs pour ça qu’il ne souhaitait pas avoir une colocataire. Etant déjà passé par là, Erio ne souhaitait pas refaire les mêmes erreurs et n’a même pas pris la peine de déposer une annonce dans les boulangeries et autres commerces du coin de peur de tomber sur une nana qui le harcèlerait jusqu’à ce qu’il dise oui. Parce que les femmes, quand elles ont une idée en tête, sont exaspérantes. Dario serait là qu’il lui soufflerait qu’il l’a cherché ; le fait est qu’il a ouvert sa porte à cette étrangère avec qui il s’efforce de garder une certaine distance, sans vraiment y arriver. Ils partagent tout de même l’appartement ; même si Aisha n’a pas ses clés, elle l’attend et lui s’arrange pour ne pas terminer trop tard en la sachant à la porte de chez lui. « C’est quoi ton problème bordel ? Tu peux pas dormir, comme tout le monde ? » C’est trop lui demander ?


Erio Mazzei
Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Aisha Njoya10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Aisha Njoya
http://www.ciao-vecchio.com/t5857-aisha-emancipate-yourself-from http://www.ciao-vecchio.com/t5868-aisha-bigger-than-the-picture-they-framed-us-to-see
Faceclaim : Berta Vazquez : ealitya
Messages : 288 - Points : 655
Erio || SOS Fantômes Giphy
Âge : 29 ans
Métier : Femme à tout faire
Erio || SOS Fantômes Empty
Sujet: Re: Erio || SOS Fantômes ( le Ven 27 Sep 2019 - 15:16 )
Les yeux fermés de peur de croiser ceux du Diable, Aisha continuait à donner des coups au vent dans l’espoir que cet esprit  maléfique s’éloigne d’elle. Lorsqu’elle sentit son pied heurter quelque chose, elle étouffa un cri et se prépara à donner un autre coup pour mettre à terre son adversaire. Faisant abstraction du juron qui vola à travers la pièce, elle se figea sur place en sentant une main lui agripper le poignet. Ca y est. Elle allait mourir. L’esprit l’avait attrapé parce qu’elle n’apprenait jamais de ses erreurs et il venait récupérer son âme. Elle aurait dû le voir venir. L’appartement d’Erio était un repère de mauvais esprits, ce n’était d’ailleurs pas étonnant qu’il soit sans cesse de mauvaise humeur à force d’être titillé par le Diable qui devait sans cesse demander quand il serait de retour au bercail. Aisha avait toujours pensé qu’elle finirait ses jours d’une façon stupide, ici elle devait avouer que cette fin dépassait ce qu’elle avait toujours espéré. Dans un sens, elle était arrivée à se surprendre. Mais pas décidée à abandonner aussi facilement, elle retrouva ses sens en essayant de mordre la main qui l’avait saisi, les yeux toujours fermés avec une telle force qu’elle commençait à imaginer des formes sous ses paupières. En sentant la lumière l’éblouir malgré les yeux fermés, elle les ouvrit doucement en battant des cils à toute vitesse pour que sa vision s’ajuste à la lumière de la pièce. Les sourcils froncés, le visage sérieux, elle observa autour d’elle à la recherche de la chose qu’elle devait abattre, mais tout ce qu’elle vit fut le visage d’Erio. Et il n’avait pas l’air content. Tant mieux, ils allaient être deux à être mécontents ce soir. Intérieurement, elle était même un peu contente de le voir. Pas parce qu’elle pensait bêtement qu’il saurait la protéger en cas de danger. Non. C’était juste que comme c’était lui qui avait commencé avec cette histoire de Bloody Mary, si elle ne dormait pas, il n’y avait aucune raison pour que lui trouve le sommeil ce soir. « Hein !? » Lâcha Aisha de façon plus agressive que ce qu’elle aurait pensé. Elle reprenait juste la fin de sa phrase parce qu’elle n’avait pas comprit le sens de sa question, mais dans le feu de l’action c’était sorti avec plus de violence que ce qu’elle aurait voulu. Oups. Alors qu’il continuait à aligner des mots sans qu’elle ne comprenait pas, l’attention de la jeune femme était déjà ailleurs. Il faisait trop de bruit. Il était pénible. Dans une tentative vaine de le faire taire, elle souffla fort avant d’agiter la main comme pour lui demander de se taire. « Silence ! » Intima presque l’Ethiopienne d’une voix qui traduisait bien son inquiétude. Elle avait entendu quelque chose. « Dormir, mourir !» Dis comme ça sa phrase ne voulait rien dire. Mais elle voulait juste dire que c’est en dormant qu’elle baissait sa garde et qu’elle risquait de mourir dans son sommeil à cause d’un esprit démoniaque. Dit comme ça, c’est plus logique. Un nouveau bruit fit sursauter la jeune femme qui écrasa le pied du lieutenant au passage avant de dégager son poignet de son emprise pour le forcer à se mettre face à elle. Il servirait de bouclier. « Bloody Mary ! » Hurla presque la servante. « Erio, sacrifice. Lui ok. Ami du diable. » Est-ce qu’elle demandait à un mauvais esprit de l’épargner en sacrifiant Erio à sa place ? Oui. Est-ce qu’elle le regretterait ? Sûrement. Est-ce qu’elle avait la capacité intellectuelle de penser qu’elle le regretterait un jour… ? « Prendre Erio. Inutile, bon sacrifice. » Visiblement, non.



Step out your estimate
If you feel insignificant, you better think again. You better wake up cause you're part of something way bigger. Not just a speck in the universe, not just some words in the Bible verse. You are the living word. Bigger than you, bigger than me. Bigger than the picture they framed us to see.   ~ byendlesslove.

Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t5675-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t1460-erio-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Ally Bee
Messages : 1083 - Points : 3937
Âge : trente-trois ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio || SOS Fantômes Empty
Sujet: Re: Erio || SOS Fantômes ( le Lun 7 Oct 2019 - 0:44 )
« Hein ?! » répète Erio, agacé par leur incompréhension. Quand elle ne saisit pas ce qu’il dit, c’est souvent ce mot qui ressort et il a beau faire des efforts pour articuler et parler plus lentement, les mauvaises habitudes reviennent rapidement au galop. Là, en l’occurrence, c’est à cause de sa colère qu’il peine à atténuer et la morsure n’est pas là pour aider. Erio grimace, grogne rageusement en retirant sa main brutalement de sa bouche. « Mais putain ! » Il se passe quoi dans sa tête pour qu’elle réagisse de la sorte, si sauvagement ? S’il lui repose la question, à coup sûr, elle lui répondra par ce petit mot qui la qualifie si bien. Une grimace ne quitte plus son visage, tandis qu’il masse l’endroit où elle a planté ses dents avec tant d’ardeur, comme si sa vie en dépendait, par désespoir, mais il n’est pas son ennemi à ce qu’il sache. « Oh, tu m’ordonnes rien, de un. Et ça là, c’que tu viens de faire. Plus jamais. Ca fait un mal de chien putain !! » Il pourrait jouer le type viril, qui n’a pas eu mal, mais il aime bien râler et dire ce qui ne lui plaît pas est une seconde nature chez lui. Néanmoins, il s’exécute et se tait, pas parce qu’elle le désire, mais parce qu’il est curieux de savoir pour quelle raison elle est si oppressante. « Quoi ? » A-t-elle fait un cauchemar sur ce qui lui est arrivé ? Ce qui expliquerait sans doute pourquoi elle craint de dormir. Seulement, à part eux, il n’y a personne. Aucun homme pour lui faire mal. Le tueur ne la trouvera pas ce soir. Encore faut-il qu’il la cherche. « Oooohhh ! » s’exclame Erio, la bouche en grand, en se retrouvant face au vide, comme un ultime sacrifice pour une entité invisible. Alors c’est donc ça. Cette fameuse légende qu’il lui a contée plutôt dans la soirée, juste pour s’amuser. Il ne pensait pas que ça la torturerait à ce point. L’italien lâche un rire et fait un pas en avant, puis se retourne de nouveau vers elle. Devinant sa silhouette, il la frôle, fait lentement le tour et se penche vers son oreille pour y murmurer : « C’pas moi qu’elle cherche. C’est la personne qui l’a invoquée. Elle aime pas être dérangée. » Il pourrait la rassurer, lui dire que tout ça, ça n’existe pas, mais l’occasion est trop bonne et ne pas s’en servir pour l’effrayer serait décevant. Il le regretterait le lendemain. « Tu as prononcé trois fois son nom devant le miroir Aisha ? » demande-t-il, avec sérieux, alors qu’un sourire en coin se loge. A présent derrière elle, Erio souffle sur sa nuque, glisse ses doigts sur celle-ci, dégageant quelques mèches qu’il ne voit pas, mais qu’il sent, dans la seule optique de provoquer en elle des frissons d’horreur. Il joue, il prend son pied et avec quelqu’un qui croit facilement ce qu’il raconte, c’est encore mieux. « Si oui, alors il y a bien une méthode pour lui échapper… Prendre du sel, en semer tout autour de toi pour former un cercle et attendre, jusqu’au petit matin. Si tu as le malheur d’en sortir, je n’donne pas cher de ta peau. » commence-t-il, en tournant autour d’elle, tel un vautour. « Mais il faudra recommencer tous les jours, parce qu’un esprit démoniaque, ça ne disparaît pas en claquant des doigts. Là, j’te donne juste la solution pour survivre ce soir. » Tout ceci est faux. Il ne sait même pas ce qu’il raconte, invente au fur et à mesure.


Erio Mazzei
Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Erio || SOS Fantômes Empty
Sujet: Re: Erio || SOS Fantômes ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Erio || SOS Fantômes -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut