Revenir en haut
Aller en bas


 

- Le passé nous rattrape tous (+) Adelian -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 465 - Points : 1277
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Empty
Sujet: Le passé nous rattrape tous (+) Adelian ( le Dim 22 Sep 2019 - 13:06 )

   
C’est seulement à l’instant de les quitter que l’on mesure l’attachement à un lieu, à une maison, ou à sa famille Adelian ♥
   

   
Le passé nous rattrape tous

   
Le quartier de Chiaia, un quartier dans lequel il n’avait plus mis les pieds depuis très longtemps. Depuis une éternité. Depuis vingt ans pour être exact. Même depuis son retour à Naples, il y avait de cela presque deux ans maintenant, le Britannique avait essayé par tous les moyens de rester à distance de ce quartier. De ne pas s’y attarder, seulement de le traverser rapidement en cas d’extrême nécessité. Un passé et des souvenirs qui le rattrapaient bien plus qu’il n’aurait pu l’imaginer. Pourtant, ces souvenirs étaient heureux comparés à ceux qu’il avait pu développer sur la fin de son adolescence et sur ses premières heures de jeune adulte. C’était justement cette envie de ne pas souiller ces souvenirs si précieux que Celian avait évité de les provoquer en évitant ce quartier. C’était à son tour maintenant de tenir le rôle du paternel, celui que son propre père avait tenu pendant ses dix-sept premières années avant de s’éteindre. Il avait toujours été un exemple pour lui. Un exemple de famille unie, dans cette déchirure familiale. Il se demandait s’il allait être à sa hauteur, si lui aussi était capable d’être, à sa manière si particulière, un conducteur de lumière dans les ténèbres. Ses doutes sur sa propre légitimité en tant que père augmentèrent d’un cran en passant dans ce quartier. Malgré toutes les preuves et autres affirmations de ses proches lui démontrant qu’il se débrouillait très bien, le Brunet avait la tête dure et l’entêtement facile. Pourtant ce quartier il allait devoir s’y habituer à nouveau, car toute sa petite famille pourrait potentiellement habiter ici : qui plus est dans la maison familiale dans laquelle il avait lui-même grandit.

   Ce n’était qu’une idée au départ. Une idée rangée dans un coin de sa tête depuis qu’Adelina avait évoqué avec lui son envie d’avoir une maison. Une maison à eux, pour eux et pour leurs jumeaux. Il avait mis du temps à en parler avec sa petite amie car il n’était pas sûr que ce soit une bonne idée. Même si la maison avait bien été entretenue toutes ces années, il y avait veillé en mandatant un prestataire, elle portait les marques d’une famille Andrei tiraillée et d’un garage dont le plafond avait été quelque peu noirci par les expériences du duo de chimistes en herbe : Jack-Celian. Une maison avec un jardin à quelques pas du bord de mer. Cette maison brillait par ses souvenirs heureux et la lumière qu’elle représentait, ce qui avait finit par convaincre le Brunet de la proposer à Adelina pour être leur nouveau chez eux. Cette maison dont il en avait hérité à la mort de son père. Mais ce n’était qu’une idée et Celian était ferme sur ce sujet : si elle ne le souhaitait, les jeunes parents reprendraient des recherches immobilières plus classiques. Il ne voulait pas qu’elle se sente oppressée ou même forcée. Je te le redis Adelina mais tu n’es pas obligée de me dire que tu as envie d’habiter ici pour me faire plaisir. C’est une visite comme une autre. Ce n’est qu’une idée que j’ai eu. Pas réellement en réalité, ce n'était pas une visite comme une autre : même la Brunette connaissait déjà cette maison pour y être venue étant enfant. Et je ne suis même sûr de savoir si c’était une bonne idée, ou non. Murmura-t-il.

Le Britannique gara la voiture dans l’allée, une fois arrivée à destination. Il n’était que tous les deux : Amelia et Charly étant chez Constello au plus grand bonheur de leur grand-père. Ne t’étonnes pas de la poussière, ni des bâches : pour ce qui est du reste, elle est en bon état. La clef dans la main, cette dernière tremblait légèrement face à la porte d’entrée. Expirant un bon coup, il la déverrouilla leur permettant d’entrer dans le salon-salle à manger ouvert sur la cuisine. Il y avait encore une suite parentale et une buanderie au rez-de-chaussée, deux chambres et une salle de bain à l’étage à découvrir. Celian ouvrit les volets afin d’y laisser entrer la lumière et de redécouvrir cette maison qu’il avait connu. Une maison imprégnée de souvenirs en tous genres.
   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Empty
Sujet: Re: Le passé nous rattrape tous (+) Adelian ( le Lun 23 Sep 2019 - 20:33 )
Une maison, c’est ce dont Adelina avait envie, après tout ils étaient quatre maintenant, peut être plus par la suite on ne sait jamais, mais elle va éviter de fait fuir Celian. Elle n’avait pas envie de passer sa vie dans un appartement, elle voulait que ses enfants puissent jouer dehors, courir. Elle avait envie d’espace ou ils pourraient inviter leurs proches, faire des barbecues par exemple. Son petit ami avait eu une bonne idée, en lui proposant la maison de son défunt père. En plus elle-même connaissait la maison, à l’époque ou ils étaient plus jeunes, elle était déjà venue chez lui, le père de Celian était quelqu’un de génial, elle avait été attristée par sa mort, il était encore jeune. Cela faisait bizarre de revenir dans cette maison, elle n’aurait jamais deviné qu’elle remettrait un jour les pieds ici, ça fait quand même plus de vingt ans. Aujourd’hui, encore elle avait eu beaucoup de mal à s’habiller, il faut dire que peu de choses lui allait, merci les bourrelets qui feraient mieux de disparaître, dur d'éliminer les kilos pris pendant la grossesse, d’ailleurs elle n’en avait même pas parler avec Celian. Ces derniers temps, elle se montrait moins tactile avec lui, elle qui avait aussi l’habitude de s’asseoir sur ses genoux, elle ne le faisait plus. Ils avaient laissé les jumeaux chez son père, vu que ce ne serait pas l’idéal de les emmener, surtout que la maison devait être bien poussiéreuse depuis le temps.

« Ne t’inquiète pas, je te le dirais si ça ne me va pas, puis je trouve que c’est une bonne idée. »
Les deux tourtereaux arrivèrent à leur destination. Dire que personne n’y avait vécu depuis des années, ça faisait bizarre. « Je n’en doute pas. » Et effectivement tout semblait en bonne état, ça lui rappelait des souvenirs, elle se sentait bien ici. « C’est parfait Celian, je crois que c’est la maison idéale pour nous. » Elle était sincère, c’est à ce moment la que son ventre se mit à gargouiller, ah la honte. « Je meurs de faim, alors que je ferai mieux de commencer mon régime. » C’est la première fois qu’elle abordait le sujet avec son petit ami. « D’ailleurs il va falloir que tu m’expliques, comment tu fais pour garder la ligne alors que moi je m’épaissis, pourtant on mange la même chose. » Adelina commençait à se dire qu’elle s’était peut être un peu trop laisser aller durant sa grossesse, elle en subissait maintenant les conséquences.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Celian Andrei10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celian Andrei
http://www.ciao-vecchio.com/t3187-celian-le-monde-est-plein-de-c http://www.ciao-vecchio.com/t3233-celian-l-extraordinaire-est-une-chose-le-mystere-en-est-une-autre
Faceclaim : Benedict Cumberbatch + © Ladyfame + © Sherlollyressources + © Thescienceofsherlolly +© Sara'h
Messages : 465 - Points : 1277
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian 55qr
Âge : 37 ans à boire du thé à 17h précises (24/12/1981)
Métier : Directeur d'un laboratoire de recherches pharmaceutiques, situé à l'extérieur de la ville. C'est son hommage personnel et caché à son paternel dévoré par la maladie
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Empty
Sujet: Re: Le passé nous rattrape tous (+) Adelian ( le Mer 2 Oct 2019 - 22:31 )

   
C’est seulement à l’instant de les quitter que l’on mesure l’attachement à un lieu, à une maison, ou à sa famille Adelian ♥
   

   
Le passé nous rattrape tous

   
La sensation qu’il éprouvait, était plus qu’inhabituelle : encore un sentiment qu’il ne connaissait pas et qu’il ne maîtrisait pas, surtout. Un mélange de mélancolie et de nostalgie accompagné de souvenirs heureux. Il avait l’impression que son passé, notamment familial, était teinté de noirceur. Pourtant, un simple coup d’oeil à cette maison apportait une lumière éblouissante à ce pessimisme qui l’habitait. Cette maison focalisait et regorgeait de souvenirs qu’il chérissait, de souvenirs d’enfance dont il ne souhaitait jamais oublier. Une grande partie d’entre eux était associée à Allessandro, à Jack, à d’autres amis si peu nombreux mais pourtant si proches à l’époque et qui avaient surtout réussi à voir au-delà de la carapace du jeune homme. Un panel proche dont Adelina faisait partie. Dont Adelina avait déjà une place plus qu’importante. Voir même la place la plus importante. La Brunette connaissait cette maison, elle y avait été invité plus d’une fois, tout comme lui-même avait connu la maison familiale des Alma à l’époque. Leurs passées avaient toujours été emmêlés et liés. Le fait que Celian lui propose cette maison comme résidence principale en était la manifestation même. Bien plus, cela représentait la preuve de tout l’affection et de tout l’amour qu’il pouvait porter à la jeune femme : il n’y avait qu’elle pour avoir susciter cette idée dans son esprit. Il n’y avait qu’à elle qu’il pouvait proposer ce genre de choses, parce qu’il n’y avait qu’avec elle qu’il imaginait construire sa famille. Une famille qui était déjà en bonne voie de construction avec l’arrivée des deux jumeaux. Avec l’arrivée d’Amelia et Charly. Mais sa pensée n’était pas de lui forcer la main, bien au contraire, lui-même avait encore du mal à se rendre compte de ses actes et de la proposition qu’il lui faisait. Ne t’inquiète pas, je te le dirais si ça ne me va pas, puis je trouve que c’est une bonne idée. Il voulait en être sûr. La maison allait être poussiéreuse, c’est pour cela que les jeunes parents avaient laissé les jumeaux chez leur grand-père.

   Tous deux finirent par visiter les différentes pièces de la maison : la cuisine ouverte, le salon, la suite parentale et les deux chambres à l’étage avec une deuxième salle de bain. C’est parfait Celian, je crois que c’est la maison idéale pour nous. Celian ne s’attendait pas à une réponse aussi rapide. A une décision si rapide. Tu as déjà pris ta décision, tu en es sûre ? Ce n’était peut-être pas la dernière fois qu’il lui demanderait si elle était sûre. Sortant la dernière facture en date des travaux ayant été fait par l’entrepreneur dans la maison, le Brunet ouvrit le meuble sous l’évier de la cuisine pour vérifier le changement de la plomberie. Je meurs de faim, alors que je ferai mieux de commencer mon régime. Se redressant brusquement, il tiqua à sa remarque : Cela fait presque vingt ans que la maison n’a pas été habitée, ce n’est pas ici que tu trouveras à manger, pour le moment. Je t’invite dès que nous avons terminé ici. Il arqua un sourcil. D’ailleurs il va falloir que tu m’expliques, comment tu fais pour garder la ligne alors que moi je m’épaissis, pourtant on mange la même chose. Cette maison faisait bien plus que rappeler des souvenirs, elle leur permettait de revivre cette jeunesse. La différence est on ne peut plus normale, elle n’a rien de magique : c’est une question de métabolisme et de microbiote intestinal. De réactions chimiques plus ou moins importantes et de bactéries. Pourquoi cette question ? Le Britannique avait toujours une façon si particulière pour expliquer et répondre à des questions existentielles. Toi, il faudrait plutôt que tu m’expliques d’où te viens cette idée et quel est l’intérêt de faire un régime si tu as faim ? Je t’ai toujours dis que tu étais très bien telle que tu étais… Telle que tu es. Sans s’en rendre compte, c’était un compliment qu’il lui faisait.

   
(c) crackle bones

   



Je ne savais pas qu'ensemble bientôt, on créerait un nous. Ton coeur est tout ce que j'ai et dans tes yeux, tu tiens le mien. Suivons notre chemin, je vois mon futur dans tes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Adelina Alma10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Adelina Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t2209-il-faut-avancer-ne-jama http://www.ciao-vecchio.com/t2210-adelina-alma
Faceclaim : Louise Brealey + ran94(avatar), .plùm(sign), tumblr + sherlollyresources(gifs)
Messages : 7682 - Points : 3635
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Tumblr_puo95edz7m1r9p3hpo4_400
Âge : 37 ans (18/07/1982)
Métier : Directrice/Animatrice en centre de loisirs
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Empty
Sujet: Re: Le passé nous rattrape tous (+) Adelian ( le Sam 5 Oct 2019 - 0:15 )
« Oui j’en suis sure, puis ce qui me rassure, ce que ce n’est pas un endroit inconnu pour nous, on y a passé certains moments, ça ne nous rajeunit pas. » Le temps semblait filé à une vitesse, bon ils étaient encore jeunes, ils n’avaient pas encore atteint la quarantaine, encore quelques années de répits. La jeune femme n’avait pas pu s’empêcher de se plaindre de son apparence, en plus son ventre gargouillait. « Je me doute qu’il n’y a rien à manger, et je préfère juste me contenter d’une salade verte, c’est plus raisonnable. » Même si à ce moment-là, elle avait plutôt envie d’un bon steak avec des pates. Il ne fallait pas qu’elle écoute son estomac, sinon elle mangerait n’importe quoi. Celian ne changeait pas, c’était un scientifique, donc il donnait des explications scientifiques. « Tu peux traduire, car je ne parle pas ce langage ? Et je suis sûr que tu sais pourquoi je te le demande. » Elle soupira, c’est vrai qu’il ne se préoccupait de son apparence, mais elle ça la dérangeait. « C’est adorable ce que tu viens de dire, mais tu sais très bien que je dois faire attention. Le souci est que je ne rentre même plus dans mes vêtements d’avant ma grossesse. » Elle lui attrapa les mains et les posa sur ses hanches. « Honnêtement est ce que tu trouves ça joli ces fichus bourrelets. » Il fallait toujours qu’elle prenne rapidement aux endroits qu’il ne fallait pas. « J’ai juste envie d’être sexy pour toi et en ce moment je ne le suis pas. » Les gens pour la rassurer avait tendance à lui dire que c’était normal qu’elle n’arrive pas à perdre du poids tout de suite, surtout qu’elle avait porté pendant neuf mois deux bébés dans son ventre. « Puis je vois souvent des femmes te tourner autour, tu as trop de charme, vu que tu n’as pas d’alliance, elles se permettent de te faire des avances. » Oui elle avait été témoin de ça à certains moments alors qu’elle le rejoignait pour un moment à deux. « J’ai une idée, je pourrai te mettre un t-shirt ou il y a écrit « propriété de Adelina Alma. » Elle laissa passer quelques secondes et se mit à rire. « T’inquiète je plaisante. » De toute façon, elle savait que son petit ami ne comprenait pas quand une autre femme le draguait ce qui était une bonne chose. N’empêche que malgré ce petit moment, elle était encore préoccupé par son poids actuel.


Adelian
« uc. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Le passé nous rattrape tous (+) Adelian Empty
Sujet: Re: Le passé nous rattrape tous (+) Adelian ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Le passé nous rattrape tous (+) Adelian -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut