Revenir en haut
Aller en bas


 

- CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. -

CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Caterina Prati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Caterina Prati
http://www.ciao-vecchio.com/t6079-caterina-prati-la-famiglia-pri http://www.ciao-vecchio.com/t6101-caterina-la-phrase-pas-encore-trouvee-sourry-_#193913
Faceclaim : Lucy HALE + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 1191 - Points : 1476
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Q1u3
Âge : 3O ans + née à Naples le 20.06.1989
Métier : gérante du café-littéraire de Poppy Skyes
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 1:36 )
On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille.
CATERINA PRATI
pré-lien de Loris Veraci
Identité :PRATI, de part mes défunts parents. CATERINA, prénom choisi par ma mère, puisqu'il s'agissait du prénom de sa grand-mère. Mes proches me surnomment "Catou" et parfois, on me surnomme "Kate", faisant un anglicisme.

Naissance :Ayant 3O ans depuis le 20 juin de cette année, je suis née à NAPLES, en 1989.

Origines :Authentique italienne, mes grands-parents paternels et maternels l'étaient tout autant.

Statut : Actuellement célibataire, je ne cherche pas désespérément le prince charmant. Concernant mon orientation sexuelle, je suis davantage attirée par les hommes que par les femmes, même si je suis ouverte à de nouvelles expériences.

Métier :J'ai la chance de travailler pour Poppy Skyes, étant donné que je suis la gérante de son café-littéraire.

Argent :Financièrement parlant, je n'ai pas à me plaindre. Je ne roule pas sur l'or, mais j'ai toujours à manger dans mon réfrigérateur puis je ne suis jamais dans le rouge sur mon compte en banque. Je ne suis pas radine bien que je fasse souvent mes comptes, mettant de côté puisqu'on ne sait jamais ce qui peut arriver dans la vie.

A Naples depuis :Je suis native de Naples, j'y réside depuis toujours. Je n'ai jamais désiré aller vivre ailleurs, puisque toutes les personnes que j'aime vivent ici, puis j'aime ma très belle ville de naissance.

Lorsque l'on connaît des événements difficiles dans son existence, dès son enfance, il faut être fort, il faut avoir un sacré tempérament, ce qui est mon cas. Ayant un panel de qualités, j'ai également un panel de sacrer défauts. Alors, si je devais me décrire, je dirais que je suis courageuse, silencieuse aussi. Je ne parle pas pour ne rien dire. Je sais écouter, soutenir, compatir, aider, encourager, mais attention, je ne me laisse pas marcher sur les pieds. Malgré ma petite taille et ma frêle silhouette, je ne suis pas faite de sucre, je sais me défendre. Déterminée, combative, je défends toujours les miens. Travailleuse, appliquée, je me donne toujours à cent pour-cent dans tout ce que j'entreprends, notamment au travail. Réfléchie, j'écris pas mal dans mes carnets, puis je suis méthodique, j'aime faire des listes. Je n'ai pas peur d'être seule chez-moi, je n'ai pas peur des ombres, des bruits que j'entends une fois dans mon lit : pour faire simple, je suis intrépide. Lorsque l'on m'interroge sur mon passé, je me braque, je me ferme, n'est pas Loris qui veut ! Quand je me trouve fatiguée, je peux être irritable, ce que je déteste chez-moi. Têtue, butée, il faut me prouver A + B que je me trompe et lorsque c'est le cas, j'admets difficilement que je suis en tords. Cependant, je sais sincèrement m'excuser lorsque je viens à blesser une personne, surtout lorsqu'il s'agit de l'un des miens. Me trouvant fâchée ou en froid avec une personne, il faut me laisser ruminer quelques jours avant de potentielles explications des deux parties. Autrement, j'use d'autodérision, j'aime rire, m'amuser tout en ayant connaissance de mes limites, puisque je suis de nature raisonnable et mature, bien que très rarement, je peux les dépasser, mais il faut que ce soit de circonstance puis il faut également que je sois avec les miens pour le faire, ne risquant rien.

poids :
54 kg
alcool :
1 à 2 verres
cigarettes :
0 par jour


la chanson la plus écoutée en boucle :
To Build a Home The Cinematic Orchestra


Conclusion de ta vieJe n'ai pas eu une enfance facile, c'est certain. Aller à l'orphelinat a été une rude épreuve également, seulement, j'y ai trouvé une véritable famille en y allant. J'ai apprit à m'ouvrir, à rire, à me confier, j'y ait appris la vie, si je puis dire. Sur mes trente années d'existence, je pense que ce sont mes années à l'orphelinat qui m'ont forgé, faisant de moi la femme que je suis devenue. Puis, j'y ai rencontré les miens, ceux avec qui j'ai noué des liens indéfectibles. Je pense avoir eu de la chance quand j'y pense. Je n'aurais pas été heureuse si j'avais continué à vivre avec mes parents. Je ne serais pas celle que je suis si j'avais continué à assister à ses scènes d'horreurs alors qu'à l'époque, je n'étais qu'une petite fille. En somme et pour conclure, je pense qu'après le tournant du décès de mes parents, j'ai eu une bonne étoile. J'ai au jour d'aujourd'hui une vie qui me plaît bien que tout ne soit pas parfait. Mais je suis heureuse avec « ma famille » des orphelins et je pense sincèrement que c'est tout ce qui compte pour moi à présent.

(un) N'étant pas plus haut que trois pommes, je passais mon temps à sourire et rire. Mon père ne cessait de m'appeler « son rayon de soleil » puisque dès le réveil, je souriais déjà. Mes maîtres et maîtresses étaient de son avis, puisque je me montrais enjoué et émerveiller face aux choses les plus simples au monde, comme voir au travers d'un rayon de soleil de la poussière stagnant dans l'air. Le fait est que cette période de joie, d'insouciance n'a duré que de courtes années, si bien que je ne m'en rappelle que grâce aux récits de mon défunt père, alors que je devais avoir huit ou neuf ans. (deux) Avant mes six ans, je ne me rendais pas compte de ce qu'il se passait au sein de notre appartement. C'est lors d'une nuit où je m'étais réveillée parce que je devais me rendre aux toilettes que j'ai découvert avec effroi ce que j'ignorais jusqu'alors… Entendant les cris de mon père, je me suis rendue jusqu'à la chambre de mes parents, inquiète, puisque sa peur et sa détresse étaient palpables. Ayant couru, je suis entrée sans frapper avant de rejoindre mon cher papa, inquiète, apeurée. « PAPA ! » Je m'étais exclamée, mes bras enroulant ses jambes, comme pour l'étreindre, mes grosses billes vertes étant noyées de larmes. « Papa. » J'ai soufflé, voulant le consoler par mes mots et gestes, lorsque ma mère a pris la parole. « Tu as de la chance qu'elle soit là, Patricio. » Le fixant avec son regard noir, sèche, le menaçant avec l'un de ses doigts, sa haine étant palpable, j'ai commencé à avoir peur d'elle alors qu'elle posait son regard sur moi. « Toi ! La prochaine fois que tu entres ainsi, sans mon autorisation, dans notre chambre, je te promets de t'asséner une fessée magistrale ! » Sur ses mots, nous regardant l'un après l'autre, elle a tourné les talons, nous laissant seuls à l'appartement. (trois) « Tu rentres tard Patricio. » Ma mère s'est exclamée, ivre, tanguant, une bouteille d'alcool à la main. « S'il te plaît, Carla, arrête mon amour. Ma journée de travail a été longue et épuisante. » Avançant avec lenteur, ses mains se trouvant positionner devant lui, il me semblait essayer de la calmer, du moins, comme il le pouvait. « OH ! Regarde qui voit là. Caterina, mon ange, vient. » Il me tendait les bras, seulement, ma mère s'est interposée. « REGARDE-MOI ! PAS ELLE ! » Elle a hurlé, de plus en plus en rogne. « Je me fiche qu'elle soit ici ta petite fille tant belle, ta petite fille chérie ! C'est moi ta femme, je suis LA FEMME DE TA MISÉRABLE VIE ! » La bouteille de vin qu'elle avait en main s'écrase contre la porte d'entrée. « Toi. Si tu ne déguerpis pas, tu vas voir ce qui t'attend un de ces jours ! » Sans plus de cérémonie, elle lui a asséné de nombreux coups, tandis que je ne pouvais pas bouger, étant paralysée par le spectacle qui se déroulait sous mes yeux, des larmes silencieuses roulant sur mes joues. (quatre) « Que se passe-t-il ? Pourquoi suis-je ici ? Est-ce que ça va mon ange ? » Mon père s'est exclamé, inquiet, son regard emprunt d'interrogation. « Est-ce qu'un de tes camarades s'en est pris à toi ? » Ne pipant mot, la directrice de l'école où j'ai étudié s'est éclairci la voix. « Monsieur Prati. Caterina n'a rien. C'est plutôt son camarade de classe qui a quelque chose. Votre fille ici présente s'est mise en rogne contre le petit Fabrizio, mais là n'est pas le plus grand souci. Elle l'a également mordu. » Interdit, le regard de mon papa s'est posé sur moi. « Si vous voulez bien rester ici et m'excuser, je dois aller voir les parents du jeune garçon qui viennent d'arriver. » Nous laissant, fermant la porte derrière nous, le silence est devenu pesant. « Caterina. Ce que tu as fait ne doit jamais plus arriver. Si tu n'es pas d'accord avec l'un de tes camarades, tu en as le droit, mais tu ne dois pas l'agresser. Tu ne dois pas agir comme ta mère. » La tête baissée, je n'ai pas osé croiser son regard. « Je ne suis pas méchante comme maman. » J'ai dit, me trouvant blesser, avant d'éclater en sanglots. (cinq) « Papa. » J'ai prononcé dans un souffle, me sentant mal, blesser. « Je ne veux pas être comme elle. Comme maman. » Des trémolos étaient perceptibles dans ma voix. L'entendant soupirer, il a plongé son regard dans le mien, embrumé par mes larmes. « Mon ange, écoute moi bien. Si tu ne désires pas lui ressembler, tu ne dois pas être méchante avec tes camarades et qui que ce soit d'autres d'ailleurs. Tu ne mords pas. Tu ne frappes pas. Personne. » Faisant « oui » dans un mouvement de tête, j'ai commencé à avoir peur de tenir davantage d'elle, ma mère, plutôt que de mon père. « Je ne mordrais plus l'un de mes camarades. Je ne mordrais jamais plus personne. » J'ai fini par souffler, me demandant si je n'étais pas un « monstre », comme Carla, à qui on m'a déjà dit beaucoup lui ressembler, physiquement parlant. (six) « Pourquoi sommes-nous ici ? Est-ce que Caterina a fait quelque chose ? » C'est enquis ma mère, alors que nous nous trouvions à nouveau à l'école où j'étudiais, seulement, il a s'agit de ma maîtresse de l'époque cette fois-ci. « Non. Il ne s'agit plus d'une histoire de morsure ou autre. » Le regard noir de ma mère s'est posé sur moi. « Il s'agit de parler de Caterina, ici. De ses résultats, de ses capacités. Je pense, à juste titre, qu'elle est une H.P.I. » Offrant un regard interrogateur à ma dite maîtresse, elle a repris. « Caterina a des facilités de compréhension. Elle fait des déductions extrêmement rapidement. Le terme H.P.I. signifie haut potentiel intellectuel. » Le silence s'est installé durant une bonne grosse minute. « Une quoi ? C'est quoi ça ? Que devons-nous comprendre ? » La main de ma mère s'est posée naturellement sur celle de mon père. « Si vous voulez… Comment dire… Si elle devait passer des tests, disons qu'elle serait bien au-dessus de la moyenne. Les connexions dans son cerveau sont plus rapides que les miennes par exemple ou encore les vôtres. Disons simplement que votre fille est très intelligente. » Hébétée, mes parents n'étaient pas certains de comprendre et le rendez-vous à l'école s'est éternisé. (sept) « Tu vas nous les passer ces examens Caterina. » Ma mère a commencé, dès lors que nous avons passé la porte de l'appartement. « Tu vas nous les faire, les réussir et tu vas tout prendre en charge lorsque tu seras plus grande. Tu vas tout nous payer. » Elle a continué, son regard scintillant par cette perspective, ce qui n'était pas mon cas, ne voulant pas passer ces examens. « Je ne veux pas les faire. » J'ai dit, baissant le regard, dans un souffle. Sans attendre une seconde, elle s'est emparée de mon bras avec force, puis a relevé mon menton avec sa main libre. « Écoute-moi bien. Tu vas le faire, tu vas devenir riche, un point c'est tout ! Il est hors de question que tu sois inutile comme ton père qui ramène seulement de l'argent pour payer les factures et courses. Suis-je claire ? » J'ai eu peur sur l'instant, très peur, seulement, je ne voulais pas dire oui, je ne voulais pas acquiescer, puisqu'elle parlait mal de mon père. « Si je les passe, je réponds mal. Si tu m'obliges à les passer, je les rate. » Petite, je l'ai défié du regard, me moquant des conséquences, quand elle m'a donné une gifle mémorable, cette fameuse gifle dont elle m'a parlé, celle qu'elle a désiré me mettre il y a quelque temps. Mon regard étant empli de larmes et de haine, je l'ai mordu violemment. « Saleté de… TU NE DIS RIEN ? TU NE FAIS RIEN ? » Elle s'est emporté, fixant mon père avec colère, quand son regard s'est à nouveau porté sur moi. « Tu sais quoi, Caterina ? Tu peux aimer ton père comme une folle, tu me ressembles comme deux gouttes d'eau. Tu seras comme moi plus tard. » Sur ses mots, elle nous a laissés à l'entrée, faisant claquer l'une des portes de l'appartement. (huit)
« Je ne savais pas qu'à cause de moi, de ce jour où je l'ai défié, je mettais fin à leurs vies. »
L'atmosphère est devenue pesante. Lorsque je rentrais de l'école, sa colère était palpable. Depuis ce soir où je l'ai mordu, elle ne me lançait plus que des regards noirs, des regards à glacer le sang, ce qui me faisait peur à moi, mais aussi à mon père. « Tu lui as parlé à TA fille ? » J'étais non loin d'eux, je les écoutais. « Tu vas rapidement lui faire comprendre qu'il faut qu'elle les passe ses fichus tests ! Tu penses que je vais vivre ainsi toute ma vie ? Dans un petit appartement minable ? Avec un époux qui ne peut pas ramener suffisamment d'argents au foyer ? Tu penses vraiment que je vais vivre ainsi ? » Elle s'est arrêté de hurler durant quelques secondes, pour reprendre de plus belle. « TU COMPTES ME RÉPONDRE ? » Sans attendre, elle lui a asséné un premier coup, ce qui m'a poussé à sortir de ma cachette. « Arrête ! » J'ai prononcé, mon corps tremblant comme une feuille. « Je vais les passer les tests, je vais les passer ! » J'ai prononcé tout en pleurant, quand mon cœur a eu un raté, la tête de mon père se cognant contre le coin de la table, avant que son corps ne tombe sur le sol. « PAPA ! » J'ai prononcé, en pleures. « PAPA ! » J'ai hurlé, dans un cri déchirant. « Patricio ! Patricio, réponds-moi ! » Elle l'a rejoint, se trouvant à sa hauteur, essayant vainement de le réveiller, de le faire réagir, alors que son visage devenait pâle à mesure des secondes qui se sont écoulées. « PATRICIO ! Mon Dieu, qu'est-ce que j'ai fait. » Éclatant en sanglots, elle est restée quelques minutes poster contre son corps, sa tête reposant sur sa poitrine. « Patricio ! Qu'ai-je fait, ce n'est pas possible ! » J'ai ressenti sa peine, sa souffrance, son désespoir. « Tout est de ta faute ! » Elle a finalement prononcé, me regardant. « Tout est de ta faute Caterina ! Tu vas le payer et sur l'instant ! » Se redressant, elle m'a laissé dans la cuisine, alors que je m'approchais avec lenteur du corps inhabité de mon papa. J'ai saisi sur l'instant qu'il n'était plus, ce qui m'a évidemment brisé le cœur. « CATERINA ! REGARDE-MOI. » Me retournant, une fois que son regard a capté le mien, elle a appuyé sur la détente. Tout est soudainement devenu flou, avant que je ne sois happée par l'obscurité. (neuf) « Selon les informations que l'on m'a données, elle ne parle que très peu. Elle dit ne pas se souvenir de ce qu'il s'est produit. Sa mère s'est tiré une balle dans la tempe, après avoir tué sous ses yeux son époux. C'est terrible. Comment peut-on se remettre de ça ? En assistant à la scène vraisemblablement, puisqu'elle avait des projections du sang de sa mère sur elle ? Je ne vois vraiment pas comment elle pourra avoir une vie stable et heureuse après ce qu'elle a vécu. » J'ai entendu les mots, mais je n'ai rien dit. Je suis restée dans mon mutisme, tout bonnement. Ce n'est pas que j'ai décidé de ne plus parler à qui que ce soit, c'est que c'était trop difficile. La douleur que j'ai ressentie était si puissante que j'étais incapable de faire quoi que ce soit, alors parlé est devenue surhumain. « Elle va finir à l'orphelinat. Aucun membre de la famille de ses parents ne veut d'elle. » Je n'ai pas été surprise, puis je m'en moquais, puisque je ne les connaissais pas de toute façon. « Chut ! Elle doit t'entendre, crétin. » Quelques secondes se sont écoulées. « Tu crois ? À mon avis, elle n'entend plus rien. Cette gamine à pas dix ans qu'elle est déjà brisée. » Sur ses mots, je n'ai pu qu'être d'accord, j'étais brisée et je le serais toujours, je le savais et je le sais encore aujourd'hui. (dix) L'orphelinat m'a sauvé. C'est sans doute étrange de dire cela, de l'écrire, pourtant, c'est vrai. Au sein de celui-ci, je me suis trouvé une véritable famille, des personnes auxquelles je me suis véritablement attachée, alors que je n'y songeais même pas. Au début timide, restant de mon côté, je me suis fait apprivoiser par Loris, à qui je me suis confiée, sur ce que j'ai vécu. Bien sûr, il n'y a pas eu que lui, puisque nous avons formé un groupe, qui avec le temps s'est renforcé. Aujourd'hui encore, nos liens sont forts, comme si à chaque année qui passe ils se renforçaient, se trouvant aujourd'hui indestructible et je dois dire que sans eux, sans ma famille, celle que l'on a créé, je ne serais pas parvenue à être aussi forte, je ne serais pas parvenue à me relever de mon passé si difficile, si sombre, pour ne pas dire obscur. Vouant une confiance aveugle à mes frères et sœurs de l'orphelinat, je me suis rendu compte que je pouvais leur confier ma vie, et cela, je ne m'en serais jamais douté. Lors des départs de l'orphelinat, nous n'avons pas oublié nos liens, ils ne se sont pas rompus, au contraire même ! C'est comme si la distance avait renforcé ce que nous étions les uns pour les autres et très sincèrement, trouver une telle cohésion avec les drames que nous avons vécu chacun de notre côté respectifs avant l'orphelinat, ça n'a pas de prix. En allant à l'orphelinat, j'ai trouvé ceux dont j'avais besoin, j'ai trouvé des personnes qui m'ont permises de me relever, de sortir la tête hors de l'eau, puisque notre famille est ma force, chaque personne la composant m'insufflant du courage, puis également un sentiment de bien être, de sécurité, me donnant également du baume au cœur, surtout lorsque je me trouve au plus mal, comme lorsque Loris a quitté l'orphelinat, nous y laissant. (onze) « Pourquoi tu m'abandonnes ? Pourquoi tu me laisses ici Loris ? » J'ai voulu lui poser ces questions, seulement, je n'y suis pas parvenue. Je suis restée silencieuse alors que ces questions se bousculaient dans ma caboche à l'époque, avec bien d'autres, ne comprenant pas pourquoi il ne me prenait pas chez lui par exemple, quand je me suis décidée à trouver mes réponses, des réponses qui me faisaient parfois souffrir, comme celle-ci : il ne me désirait pas comme boulet à son pied. Mais heureusement, il y avait aussi des réponses positives, comme celles-ci : il voulait tourner la page ou bien même commencer une nouvelle vie, loin d'ici ce que je ne pouvais que comprendre. Seulement, me faisant trop défaut, j'ai fugué une première fois pour le retrouver, dormant chez lui, et cela, s'est répété à de nombreuses reprises, notamment « aux dates » des drames que j'ai vécu, avant d'atterrir à l'orphelinat. (douze) Niveau études, je n'ai pas brillé comme j'aurais pu ou dû le faire. Mes résultats ont été corrects, parfois très bons, sans ne jamais véritablement exceller. Je n'ai pas désiré développer mon « potentiel », celui dont je n'ai jamais parlé à qui que ce soit, même pas Loris. « À quoi bon ? » M'étais-je demandée à l'époque, ne sachant pas de quoi mon avenir sera fait et ne voulant pas faire de longues études, d'autant que je n'en avais pas les moyens. Alors, une fois que j'ai eu dix-huit ans, une fois sortie de l'orphelinat, j'ai fait des pieds et des mains pour me trouver un tout premier emploi. Ne rechignant pas à la tâche, j'ai tout accepté à l'époque, comme plongeuse dans la restauration, serveuse dans quelques cafés, me montrant motiver ainsi qu'assidue, afin de pouvoir me loger, me nourrir, tout en mettant de côté afin d'avoir de l'argent en cas de besoin. (treize) Terrible idylle. Nous avons échangé des sourires, des « bonjour » ainsi que des « bonsoir » avant de se lancer. Après un premier rendez-vous, nous avons réitéré les soirées ensemble, jusqu'à échanger un premier baiser après deux semaines de fréquentation. Je n'étais pas amoureuse, mais attachée à cet homme qui travaillait à l'époque avec moi. Passant la plupart de nos nuits ensemble, étant en couple, nous nous sommes séparés après plus de six mois de relations. La raison ? Une dispute qui a tourné « au drame », puisqu'il avait reluqué une autre, et cela, lors d'un dîner, puisque j'avais dû me rendre aux toilettes. Il s'agissait d'une serveuse avec qui il semblait flirter ce qui m'a fait virer au rouge. Une fois à mon petit appartement, ma colère a grondé et en quelques courtes minutes, il y a régné le chaos. Tableaux jonchant le sol, verres et autres vaisselles brisés, j'en suis venue à lui jeter un cadre au visage, ce qui m'a glacé le sang. Depuis ce jour, je n'ai jamais plus désiré sortir avec qui que ce soit, ne voulant pas devenir comme ma mère, ne voulant pas tenir d'elle, ayant trop peur que cela arrive au point de ne plus pouvoir affronter mon propre regard dans la glace. (quatorze) Chacun porte son fardeau. Ma peur de devenir comme ma mère a été et est toujours omniprésente. J'ai peur de blesser un compagnon, j'ai peur d'agir comme une tornade renversant tout sur son passage, alors je reste la Caterina que tout le monde connaît ou pense connaître. Mature, débrouillarde, sérieuse, à l'écoute, je fais taire cette partie sombre qui est en moi, parce que j'en ai honte mais aussi parce que j'ai peur qu'en faisant passer ne serait-ce qu'un peu de cette facette de moi, j'en vienne à la laisser prendre le dessus sur la Caterina douce, forte, bien que sensible. Puis, ayant un sacré caractère avec ce que j'ai vécu, je parviens à mettre de côté cette Caterina, comme si je l'enfermais dans une boîte fermée avec cadenas, afin qu'elle reste en sommeil. (quinze) Aujourd'hui, si je suis heureuse et que je tiens, c'est grâce à ma famille : celle qui s'est formée à l'orphelinat. Nous voyant tout le temps, nous envoyant des messages en permanence, nous sommes comme de véritables frères et sœurs. Le fait de ne pas avoir eu de parents a été une force pour nous, puisque nous sommes unis à présent, nous sommes un noyau indestructible. Puis, je m'épanouis dans mon travail, aimant ce que je fais puisque j'adore ce que ce lieu allie, c'est-à-dire les livres, puisque j'adore « en dévorer », puis j'aime également être au contact des clients, arborant toujours un sourire sur mon visage, étant heureuse là-bas. Puis je dois m'occuper l'esprit, afin de ne pas divaguer pour être enseveli par mes peurs, pour ne pas être dévoré par mes angoisses qui ont la plupart du temps l'ascendant sur moi, même si je ne le montre pas.
ton groupe :TIRAMISUton avatar :LUCY HALE


pseudo, prénom :PRETTY.LITTLE.DOLLcombien de bougies ?28 ANSd'où viens-tu ?BOURGOGNE - FRANCEcomment t'as atterri ici ?TOP SITE




LA FAMIGLIA PRIMA DI TUTTO
JE VOUS AIME MES ORPHELINS
NOTRE FAMILLE EST MA FORCE, CHAQUE PERSONNE LA COMPOSANT M'INSUFFLE DU COURAGE.




Dernière édition par Caterina Prati le Sam 28 Sep - 0:46, édité 65 fois
Revenir en haut Aller en bas
Caterina Prati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Caterina Prati
http://www.ciao-vecchio.com/t6079-caterina-prati-la-famiglia-pri http://www.ciao-vecchio.com/t6101-caterina-la-phrase-pas-encore-trouvee-sourry-_#193913
Faceclaim : Lucy HALE + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 1191 - Points : 1476
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Q1u3
Âge : 3O ans + née à Naples le 20.06.1989
Métier : gérante du café-littéraire de Poppy Skyes
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 1:36 )
@MOIRA VERALDI . @LILAS MARTIN . @VITTORIA MARTINELLI . @SULLIVAN DAGOSTINO . @CONSTELLO ALMA . @LEONARDO BELLINI . @RAOUL DE ST ANGE . @UGO DIFAZIO . @AZKADELIO MELCHIORRE . @TOBIAS SPILSBURY . @ALESSANDRO GIANNIOTTI

Si vous faites partis des tagués, c'est parce que vous aviez un lien défini ou un RP avec mon ancien personnage Ava Castelli sur lequel j'avais un blocage CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 1280640431, d'où mon changement complet. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3537243446 Nous pourrons nous trouver des liens avec ma demoiselle lorsqu'elle sera validée si vous le désirez. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 1993868421


LA FAMIGLIA PRIMA DI TUTTO
JE VOUS AIME MES ORPHELINS
NOTRE FAMILLE EST MA FORCE, CHAQUE PERSONNE LA COMPOSANT M'INSUFFLE DU COURAGE.




Dernière édition par Caterina Prati le Ven 27 Sep - 2:18, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @A Wanderer (donc s'il est nul...) et Rogers (code de signature)
Messages : 3890 - Points : 1549
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 2:15 )
Rebienvenue officiellement à la maison!
Je te souhaite une rédaction inspirée et une bonne intégration!
J'ai déjà hâte d'avoir un lien et de voir ce que tu nous réserves avec cette choupette



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Caterina Prati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Caterina Prati
http://www.ciao-vecchio.com/t6079-caterina-prati-la-famiglia-pri http://www.ciao-vecchio.com/t6101-caterina-la-phrase-pas-encore-trouvee-sourry-_#193913
Faceclaim : Lucy HALE + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 1191 - Points : 1476
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Q1u3
Âge : 3O ans + née à Naples le 20.06.1989
Métier : gérante du café-littéraire de Poppy Skyes
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 2:19 )
@Constello Alma - Merci mon petit sucre. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773
On en a déjà un de prévu avec POPPY d'amour. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 2668777967


LA FAMIGLIA PRIMA DI TUTTO
JE VOUS AIME MES ORPHELINS
NOTRE FAMILLE EST MA FORCE, CHAQUE PERSONNE LA COMPOSANT M'INSUFFLE DU COURAGE.


Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Diana Miller
http://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-bu http://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lempika
Messages : 1958 - Points : 984
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ScratchyTestyIrishterrier-small
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 2:20 )
Rebienvenue! Bonne chance pour ta fiche CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 4210718188


You've got that power over me
Everything I hold dear resides in those eyes. The only one I know, the only one on my mind  ▬ Call and I'll rush out. All out of breath now
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @A Wanderer (donc s'il est nul...) et Rogers (code de signature)
Messages : 3890 - Points : 1549
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 2:24 )
Qui a dit que je me limitais à un lien! CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3203671698



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Caterina Prati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Caterina Prati
http://www.ciao-vecchio.com/t6079-caterina-prati-la-famiglia-pri http://www.ciao-vecchio.com/t6101-caterina-la-phrase-pas-encore-trouvee-sourry-_#193913
Faceclaim : Lucy HALE + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 1191 - Points : 1476
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Q1u3
Âge : 3O ans + née à Naples le 20.06.1989
Métier : gérante du café-littéraire de Poppy Skyes
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 2:24 )
@Diana Miller - Merci ma belle. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773

@Constello Alma - Pardon tu as raison mon petit sucre. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3537243446 CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 2805480963


LA FAMIGLIA PRIMA DI TUTTO
JE VOUS AIME MES ORPHELINS
NOTRE FAMILLE EST MA FORCE, CHAQUE PERSONNE LA COMPOSANT M'INSUFFLE DU COURAGE.


Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot ©praimfaya.
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 1052 - Points : 2122
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Tumblr_psn25khaCW1wygd7so1_500
Âge : 34 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 9:04 )
Ouiiiiiiii !!!! Rachel is here CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 4210718188

Hâte de RP avec toi, on définira le lien avec Jack si tu veux CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 357267121


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Caterina Prati10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Caterina Prati
http://www.ciao-vecchio.com/t6079-caterina-prati-la-famiglia-pri http://www.ciao-vecchio.com/t6101-caterina-la-phrase-pas-encore-trouvee-sourry-_#193913
Faceclaim : Lucy HALE + ©avengedinchains + pretty.little.doll
Messages : 1191 - Points : 1476
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Q1u3
Âge : 3O ans + née à Naples le 20.06.1989
Métier : gérante du café-littéraire de Poppy Skyes
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 9:30 )
@Vera Venezzio - oui, elle est là ! CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 575950806
Avec plaisir mon petit cœur. J’ai déjà une petite idée. CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773


LA FAMIGLIA PRIMA DI TUTTO
JE VOUS AIME MES ORPHELINS
NOTRE FAMILLE EST MA FORCE, CHAQUE PERSONNE LA COMPOSANT M'INSUFFLE DU COURAGE.


Revenir en haut Aller en bas
Ishbel Tejeiro10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ishbel Tejeiro
http://www.ciao-vecchio.com/t5598-j-aimerais-m-reveiller-sans-me http://www.ciao-vecchio.com/t5644-cherche-regard-neuf-sur-les-choses-ishbel
Faceclaim : Natalie Portman ©Herjuliwiii + bone_echo
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 184 - Points : 534
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Tumblr_inline_nulx231yrv1qlt39u_250
Âge : 35 ans
Métier : Femme au foyer, bénévole au refuge animalier Refuge Un'Altra Chance et dans une maison de retraite
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le Mar 24 Sep - 9:45 )
@Caterina Prati >> La boîte MP est grande ouverte CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773 CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773 CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3407175773 Comme ses bras d'ailleurs CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. 3858275945


Perdre le contrôle. ♛ by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. Empty
Sujet: Re: CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- CATERINA PRATI - La famiglia prima di tutto. -
CIAO VECCHIO :: Gestion des Personnages :: Présentations :: Terminées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant