Revenir en haut
Aller en bas


 

- Renouveau. / Adonis -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
http://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gla http://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © LYA (vava)
Messages : 383 - Points : 529
Renouveau. / Adonis InconsequentialVeneratedIbisbill-size_restricted
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Renouveau. / Adonis ( le Lun 30 Sep 2019 - 16:25 )
Danser, c’est s’interroger, aller au plus profond de soi.
adonis & kalisha
Renouveau.
Je ne suis pas spécialement connue pour ma patience. Avec moi il faut que les choses avancent, le moindre grain de sable en travers de mon sablier peut me faire perdre toute contenance. Bien entendu j'évite d'éclater en public, mais ce n'est pas toujours évident surtout quand je me retrouve face à des incompétents et qu'ils m'affirment que ce n'est pas de leur faute. Comme à cet instant, dans ce pressing ou depuis des années je laisse mes vêtements ayant une entière confiance. Mais il y a eu un changement de propriétaire, et je n'en ai pas été avisée. Enfin peu importe. Tout ce que je sais c'est que je tiens le ticket de ma robe de soirée et que pour le moment tout le monde s'agite derrière le comptoir pour la retrouver. Je boue d'impatience devant la caisse, laissant passer devant moi les autres clients. Il y en a qui ont de la chance vu que chacun repart avec sa housse sous le bras. Tout le monde sauf moi.
« Mais comment on peut égarer une robe de soirée comme la mienne. En plus c'est la tenue que j'ai prévu de porter ce soir. »
Je fulmine ayant envie d'arracher les cheveux au premier venu et à tout ce qui se trouve là.
« Votre responsable n'est pas là. Ou la personne qui a réceptionné ma robe. Sandy je crois. »
Des excuses et puis d'autres excuses.
« Mais je m'en moque de vos excuses moi je veux ma robe. Robe que j'ai confié à Sandy la semaine dernière et qui devait être prête aujourd'hui. Tout est noté sur le ticket. En plus ce n'est pas le genre de robe que vous devez voir tous les jours. »
Va falloir que je change de pressing et pour celui là fini la pub gratuite. Je vous jure que je vais les descendre en flèche. On me demande de repasser parce que le responsable n'est pas joignable et que pour le moment la robe est introuvable.
« Vous êtes une bande d'incapable. Moi une personne de mon équipe me fait ce genre de connerie et c'est direct la porte à coup de pompe. Et vous croyez que j'ai que ça à faire de repasser. »
Oui je suis énervée. Enragée même. Déjà la semaine passée des idiots ont remis en doute ma réputation par rapport à l'histoire avec Constello et là … Là on perd ma robe de soirée. La robe que je dois porter ce soir. Dans quelques heures.
« De toute façon je n'ai pas le choix. Donc n'hésitez pas à me téléphoner dés que votre responsable est là. En l'attendant fouillez le magasin du sol au plafond en passant par tous les coins et les recoins. Ma robe a bien du atterrir quelque part. »
Et je sors sans un au revoir et avec un regard à glacer un iceberg. Ma journée avait si bien commencé, mais là j'en ai la rate au court bouillon.

Mais je devrais trouver un peu d'apaisement en allant voir un de mes anciens chouchous. Je sais que le moment risque d'être bien plus agréable que celui que je viens de passer. La prochaine fois j'achète une robe jetable comme ça plus de souci de nettoyage. Je me dirige d'un pas rapide vers la salle de danse de madame Contini. Je dois y retrouver son fils, Adonis. Ce petit est bourré de talent. Enfin il était avant qu'on ne l'enferme entre quatre murs. Puni parce que le monde ne veut pas voir plus loin que le bout de son nez. Adonis est un danseur hors pair. Qui a toujours su me donner la chair de poule. Danser est un don qui n'est pas donné à tout le monde. Enfin pour Adonis c'est même plus que ça, la danse coule dans ses veines, résonne dans ses tripes, enflamme son cœur et envole son âme.
J'ai appris sa libération et quand j'ai lu les notes de Satine Vasilis pour son prochain spectacle. J'ai su qu'Adonis est le meilleur choix à faire. Même si je me doute que rien ne va être évident. Pour l'instant je n'ai parlé à personne de cette idée. Je veux d'abord revoir Adonis danser. Voir s'il a toujours la même flamme. Même si pour moi elle n'a pas du s'éteindre, même enfermée. Son style risque d'être différent vu ce qu'il a vécu. Mais cela colle encore mieux aux attentes de la metteuse en scène. Je ne l'ai pas averti, ne voulant pas que ma visite lui insuffle de la peur ou des angoisses. Du coup cela sera une visite surprise. Une façon de constater sa danse à l'état brut. Voir le diamant avant qu'il ne soit taillé pour une nouvelle scène.

Je me retrouve enfin devant la salle, un peu calmée de ma mésaventure. Je rentre et cherche la salle où Adonis s'entraine. Une fois l'artiste repéré, je reste en retrait. Regardant d'un air avisé les mouvements qu'il exécute. Cette force qu'il est met me chamboule. Sa danse est troublante, emplit de peine, de colère et de détresse. Adonis ressemble à un écorché vif qui libère toutes ses émotions dans chacun de ses gestes. C'est saisissant, incisif, triste, joyeux. Plein de vie et de vérité. Il me coupe le souffle. Comment a t-on pu enfermer un tel talent ? C'est là qu'il remarque ma présence, du coup je m'avance.
« Bonjour Adonis. Désolée d'avoir jouer les curieuses. Mais contente de voir que tu as toujours autant de talent. Même si il a pris une saveur différente, encore plus vivace. »
Après avoir garder les distances je m'approche d'avantage pour le prendre dans mes bras et l'embrasser.
« Je suis heureuse de te revoir mon chou. Vraiment très heureuse.»
Mon étreinte comme mes mots sont sincères, je n'ai jamais été une langue de bois. Je ne dis pas que c'est beau si c'est horrible. Pour moi les gens qui font ça sont débiles. Enfin. Je le regarde de la tête au pied. Il semble en forme, du moins à l'extérieur, les dégâts sont surement bien plus présent à l'intérieur.  

vmicorum (fiche) rosewins & Arté (vava).


POUVOIR
Tu n'as de pouvoir que celui que l'autre te confère.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©..sassenach. & littlewolf (sign)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 208 - Points : 732
Renouveau. / Adonis Tumblr_inline_nzgclwAmZQ1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Ven 4 Oct 2019 - 16:17 )
Il n’avait pas de nouvelles de Lilas. Quand il ne travaillait pas, il regardait son téléphone en espérant voir le numéro de la belle, mais non. Alors, il faisait ce qu’il savait faire de mieux : s’entraîner. Encore et encore, jusqu’à épuiser son pauvre corps qui n’avait pas une seule seconde de répit depuis qu’il était sorti. Adonis ne voulait pas se laisser tirer vers le bas, il avait déjà trop souffert et perdu trop de temps. Il caressait encore l’espoir de remonter sur les planches et pour cela il devait être prêt physiquement. Il était tellement désespéré qu’il serait prêt à accepter n’importe quels rôles. Encore fallait-il pour cela qu’il reprenne contact avec son agent. Chose qu’il n’avait pas encore faite. Il n’avait pas peur que Kalisha le juge, juste qu’elle ne puisse rien faire et lui montre la porte de son bureau. Alors, Adonis s’était reposé sur son père pour faire travailler ses connexions, mais les recherches se sont prouvés infructueuses. Il ne baissait pas les bras, mais il n’espérait plus autant non : ayant bien trop peur de tomber de haut. Aujourd’hui, alors qu’il était en repos, il occupait comme à chaque fois une salle de l’école de danse. Sa mère laissait son fils l’utiliser à loisir : sachant très bien que cela était sa façon de décompresser. Elle mettait elle-même une composition de différentes musiques pour qu’il improvise et de temps en temps venait le voir pour s’assurer que ses positions étaient parfaites. Comme à chaque fois, cependant, cela était le cas. Adonis avait taillé son corps et son esprit pour répondre aux exigences de la danse de ballet. Alors, danser jusqu’à perdre son souffle était devenu une seconde nature et lorsqu’une chanson, alors inconnu, se fit entendre : laissa parler ses trippes en se mouvant avec une force qui lui était encore inconnu. Il laissait toutes ses émotions transparaître dans ses gestes. Que cela soit par des mouvements de bras et de jambes, mais également par les expressions de son visage.

Une fois terminé, il restait quelques instants dans le silence avant de revenir à la réalité et de remarquer une présence du coin de l’œil. Adonis se redressa et se tourna pour regarder Kalisha qui se tenait là. Elle était donc venue. Il se doutait que sa mère devait être dans le coup, mais ne lui en tiendrait pas rigueur. À la place de cela, il alla enfiler son marcel noir puis attrapa une serviette et sa bouteille d’eau avant de se diriger vers la belle.

“Merci Kalisha.” Il passa ses bras autour d’elle pour la serrer doucement contre lui. “Moi aussi.” Alors pourquoi n’était-il pas venu la voir plus tôt ? Il s’éloigna : “Je ne pensais pas que tu serais heureuse de me revoir…” Souffla-t-il enfin en essuyant son visage et son cou : “J’espère que mes histoires n’ont pas entaché ta réputation.” C’est que dans le milieu de l’art : le moindre faux bas pouvait vous faire tomber. “Je ne savais pas si je pouvais venir te revoir. Mes années sur scène sont terminées après tout.” C’était cette idée qu’il tentait d’accepter un peu plus tous les jours même si son optimisme ne l’entendait pas de cette oreille.


Forget every day, forget every night
That's my heart, let me help it feel ✻ Love is a wild animal, it bites and scratches and steps towards me. Rammstein
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
http://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gla http://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © LYA (vava)
Messages : 383 - Points : 529
Renouveau. / Adonis InconsequentialVeneratedIbisbill-size_restricted
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Mer 16 Oct 2019 - 16:09 )
Danser, c’est s’interroger, aller au plus profond de soi.
adonis & kalisha
Renouveau.
L'histoire avec le pressing m'a sérieusement énervé. J'ai horreur quand les gens ne sont pas foutus de faire leur travail correctement. Je suis exigeante dans le mien et je pense que tout le monde devrait l'être dans le sien. Perdre une robe de soirée ce n'est pas commun, le pressing ne doit pas en avoir tous les jours à nettoyer. Enfin la boutique sera bonne pour me rembourser, si à mon retour ils ne l'ont pas trouvé. Surtout que je comptais la porter ce soir. Pas question de laisser cette histoire en plan.
Mais à cet instant je n'ai pas envie qu'elle me gâche le spectacle que je suis en train de regarder. Vu qu'en sortant du pressing je suis directement allée  à la salle de danse. Je voulais voir Adonis pour lui soumettre l'idée de participer au futur spectacle de Satine Vasilis, persuadée qu'il a sa place dans ce style de projet.
Je ne pensais pas le trouver en plein exercice, ce qui me ravie car je connais son talent de danseur. Et je suis heureuse de constater que son enfermement n'a nullement nuit à celui-ci. Je reste donc discrète dans un coin voulant profiter de ce moment plein de grâce sans me faire repérer. Je l'observe alors que son corps se donne à la musique. Le revoir danser est magique et troublant. Je ne connais pas la musique qui envahit la pièce, mais elle semble habiter Adonis avec une force vorace. Le faisant lâcher prise, il s'abandonne et son interprétation me donne les frissons. Il est à fleur de peau entièrement lié à cet instant exquis. Qui montre combien l'homme peut au travers de ses gestes éveiller bien des émotions. Un pur diamant mis à nu, juste façonné par l'amour pour la danse.

Puis le silence se fait et je laisse à l'artiste le temps de redescendre sur terre avant de me faire remarquer. Alors que mon regard est encore teinté par l'émotion intense que j'ai éprouvé en observant Adonis danser. Je m'avance doucement vers lui remarquant que son corps est toujours aussi bien sculpté. Il se désaltère, se sèche avant d'enfiler un marcel noir. Puis il vient à ma rencontre. Je le salue et le complimente. D'ailleurs ma voix doit encore dégager ce que j'ai ressenti. Je suis heureuse de le revoir ce que je m'empresse de lui dire.  Il a l'air étonné par mes mots. Comme je suis bouleversée par sa remarque.
« Tu penses n'importe quoi. Je suis vraiment heureuse de te voir et de te voir en si bonne forme en plus. »
Je sais parfaitement pourquoi Adonis me dit cela. Mais je ne veux pas qu'il pense de cette manière.
« Ne t'inquiète pas pour ma réputation. »
Elle a plus été mise à mal avec l'affaire de Constello que celle d'Adonis. Mais cela fait partir du métier d'être piqué au vif quand un de nos artistes s'égarent.
« J'ai des crocs et des griffes et je sais très bien m'en servir. Alors ne te fais aucun souci pour ma réputation. »
Je sens tout son désarroi dans la suite de ses mots. Et le voir ainsi perdu me serre le cœur.
« Tu pouvais juste venir me voir en ami. Ma porte ne t'est nullement fermée. Et quand à ta carrière est bien .. »
Je marque un temps de pause ne voulant pas lui jeter ce projet à la figure comme un vulgaire verre d'eau.

« Est ce que tu as un peu de temps à m'accorder parce qu'il faut que je te parle ? »
Je le regarde parlant sérieusement.
« Un endroit tranquille mais on peut rester dans cette salle si personne ne compte la prendre d'assaut. »
Après tout c'est l'univers d'Adonis. Rester dans un endroit où il est bien, pourrait facilité l'accueil de ce projet.
« As-tu entendu parler de Satine Vasilis ? »
Histoire de savoir s'il a une idée du travail qu'elle fait. Il a peut être vu une de ses créations.
« Il se trouve qu'elle monte un spectacle au théâtre de Naples. Un concept novateur sur bien des points, un projet fou mais génial. Et je me disais que tu pourrais coller car elle cherche des danseurs. »
Pas la peine de tourner autour du pot, en plus je suis d'un naturel franc. Alors autant mettre cartes sur table d'entré. Après si Adonis dit non ou hésite je balancerais les arguments pour qu'il voit qu'il serait tout à fait à sa place dans ce spectacle. Qu'il a encore sa place sur scène.  

vmicorum (fiche) rosewins & Arté (vava).


POUVOIR
Tu n'as de pouvoir que celui que l'autre te confère.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©..sassenach. & littlewolf (sign)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 208 - Points : 732
Renouveau. / Adonis Tumblr_inline_nzgclwAmZQ1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Lun 21 Oct 2019 - 19:48 )
Danser, se laisser porter par la musique et par ses sentiments : voilà ce qu'Adonis aimait le plus faire, pourquoi la danse était si essentielle dans sa vie. Cela était bien la seule façon pour lui de s’exprimer. Il en avait besoin, c’était quelque chose de viscérale : qu’il ne pourrait vivre sans. Même en prison, il arrivait réussis à s’octroyer quelques moments de paix où la musique jouait dans sa tête et lui, dans son monde, tournait sur lui-même jusqu’à en perdre ses repères. Si cela lui avait valu des taquineries de la part de certains, peu avaient réellement osé parler devant lui de sa passion. Le fait était qu’il avait littéralement arraché les dents du premier et dernier qui avait osé le ridiculisé devant tout le monde. Adonis, c’était le paradoxe même de la douceur, de la danse et de la brutalité, de la force à l’état animal. Pour survivre, il n’avait pas hésité à devenir un homme qu’il déteste et détestera toute sa vie. Il était pertinemment conscient que maintenant - et pour toujours - il aurait cette noirceur. Il n’était donc pas étonnant que son séjour en prison ait façonné un autre type d’Adonis, un plus torturé, plus enclin à se laisser aller et non contrôler ses gestes : changeant irrémédiablement sa façon de danser. Pour le mieux ? Cela n’était pas un cas vérifié. Sa mère se désolait de revoir un jour son fils bouger comme avant. Le concerné, lui, s’était fait une raison. Il s’acceptait comme il était.
En s’arrêtant, il ne s’attendait pas à voir son ancien manager. Il n’était pas retournée la voir, non, il aurait probablement dû à sa sortie, mais il n’avait pas osé. Pour quoi faire ? Qu’elle lui dise ce qu’il savait déjà : que sa carrière était terminée ? Que jamais il ne remontrait sur les planches ? Il le savait trop bien pour avoir besoin qu’on lui crache cette vérité à la gueule. La voilà pourtant, à le serrer contre elle une fois qu’il s’est habillé un peu plus. Ce qu’elle lui dit étire un sourire sur son visage.

“J’aimerais pouvoir dire que je n’en ai rien à faire, mais cela serait mentir. Je sais ce que mon image peut renvoyer. Beaucoup ne croient pas encore à mon innocence.” Et il recevait des regards parfois sans équivoque. “J’y penserais la prochaine fois.”

Adonis s’essuya le visage et sa nuque, mais il arrêta ses gestes en l’entendant parler. Une proposition ? Confus, surpris, il hocha la tête et lui montra le banc où il y avait toutes ses affaires. Comme un enfant bien élevé : il s’installa et resta silencieux le temps que le couperet tombe. En réalité, il était bien trop impatient pour retarder l’échéance en parlant. Il préférait donc se taire et ainsi laisser l’opportunité à son ancien agent de lui expliquer ce qu’elle voulait lui dire.

“Bien sûr que j’ai entendu parlé d’elle. Avant d’aller sous les verrous, mon père avait trouvé une possible place dans son spectacle.” Évidemment, cela ne s’était jamais fait. “Elle est l’une de mes metteurs en scène préféré pour sûr.” Le reste le laisse sans voix. La bouche ouverte, il regarda avec ses grands yeux Kalisha : “Tu es sérieuse…?” Il voulait s’assurer que ce ne soit pas un rêve ou bien un faux espoir. “Elle accepterait de m’avoir dans sa troupe ? En sachant mon passé ?” Qui lui collait à la peau bien malgré lui. “Tu crois vraiment que c’est possible ?” Il baissa la tête et massa nerveusement ses mains : “Ca semble trop beau pour être vrai ce que tu me dis.”


Forget every day, forget every night
That's my heart, let me help it feel ✻ Love is a wild animal, it bites and scratches and steps towards me. Rammstein
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
http://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gla http://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © LYA (vava)
Messages : 383 - Points : 529
Renouveau. / Adonis InconsequentialVeneratedIbisbill-size_restricted
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Dim 27 Oct 2019 - 17:51 )
Danser, c’est s’interroger, aller au plus profond de soi.
adonis & kalisha
Renouveau.
Je regarde Adonis danser. Subjuguée. Tiraillée aussi par ce qu'il laisse paraître dans cet exercice ou il semble comme possédé. On peut lire à travers ses mouvements toutes les émotions qui le transpercent. C'est beau. Je vois parfaitement la différence entre le danseur qu'il a été et celui que la société a fait de lui en le mettant en cage. C'est même très frappant.
Quand il se rend compte de ma présence il s'approche, doutant sur le coup du lien qui nous unit. Et du fait que je sois heureuse de le revoir, enfin libre. Je peux comprendre que son enfermement est mis un voile sur sa vie sociale. Mais pour moi cela n'a rien changé. Je vois toujours l'homme au cœur pur. Ce qu'il a subi ne change en rien mon ressenti envers le danseur et je m'empresse de lui dire. De lui faire comprendre que ma porte lui est ouverte et le restera. Rien à faire de son emprisonnement. Je le connais. Je sais qui il est. Mais il est vrai que les gens s'accrochent souvent aux rumeurs que la société repend. Ils oublient l'homme qu'on a été avant. Et même quand on clame notre innocence, la prison entache à jamais. Mais loin de moi cette idée. Si on ose venir me dire quoi que se soit sur Adonis, je saurais leurs faire passer cette envie.
« Ceux qui n'y croient pas, ne te connaissent pas. Ils ne valent pas le coup que tu t'y attardes. Il y a des gens sur qui tu peux compter et c'est eux qui t'aideront à avancer. Et aussi la force que tu as en toi. Celle que tu mets dans ta danse. »
Celle que j'ai vu alors qu'il dansait s'accrochant à cette lueur comme à une bouée.

Mais si je suis là, dans cette salle de danse, ce n'est pas pour parler du regard que les gens portent sur Adonis. C'est pour lui donner l'opportunité de leurs montrer qu'il est quelqu'un de bien. Quelqu'un sur lequel on peut poser son regard sans crainte, ni dégoût. J'ai l'occasion parfaite pour réhabiliter le danseur dans sa gloire. Alors j'en viens rapidement au sujet de ma présence. Espérant qu'il a un peu de temps pour m'écouter. Le fait qu'Adonis est entendu parler de Satine est déjà un bon point. Il est difficile quand on est dans le monde du spectacle de ne pas avoir entendu son nom au moins une fois. Et puis le fait qu'il aurait pu avoir une place dans un des spectacles de la grecque est encore mieux.
« Parfait alors. A croire que tout s’emboîte. Tu n'as pas pu avant mais là tu vas pouvoir.»
Son emprisonnement lui a ôté la première occasion, et il semble que là le destin soit en sa faveur. Du coup je continue surtout que Satine est l'un de ses metteurs en scène favori. Je le regarde fronçant les sourcils quand Adonis me demande si je suis sérieuse.
« Est ce que j'ai la tête de quelqu'un qui plaisante là ? »
Je ne peux pas me mettre à sa place, mais je saisis ce qui d'un coup l'assaille.
Qui voudrait d'un ancien prisonnier ? Qui risquerait de mettre un nom sali parmi ses têtes d'affiches ?

Mais tout comme moi Satine ne s'encombre pas des convenances. Elle brise les règles et fait à sa convenance.
« Si je suis là c'est que c'est possible ? »
Je pose ma main sur la sienne, le sentant fébrile et tremblant. Consciente de tout ce qui doit se passer à cet instant en lui. Un mélange de joie et de peur lié à ce qu'il a vécu.
« Et c'est vrai Adonis. Satine prépare un spectacle hors norme qui va bouleverser le monde du théâtre et de la danse. Ce spectacle doit donc avoir des gens qui sortent de l'ordinaire. Des gens blessés, des écorchés vifs que la vie a méchamment et violemment bafouée. »
Je marque un temps de pause pour le laisser souffler. Je vois bien que mes paroles le happent et les émotions doivent être vives et déroutantes dans la tête et le coeur d'Adonis.
« Tu ne seras pas le seul à avoir enduré des choses compliquées et douloureuses sur scène. Et vu le scénario et le message sur l'amour que veut faire passer Satine, il lui faut des gens comme Constello Alma, Rowtag Boscorelli et toi pour que cela ait un impact. »
Je ne sais pas si Adonis a entendu parler de l'acteur et du musicien, je lèverais d'avantage le voile sur eux, si c'est non. Mais si c'est oui il verra que comme lui qu'ils ont un passé douloureux et surtout un honneur à retrouver. Bien sur il y en aura d'autres, mais autant parler des principaux.
 

vmicorum (fiche) rosewins & Arté (vava).


POUVOIR
Tu n'as de pouvoir que celui que l'autre te confère.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©..sassenach. & littlewolf (sign)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 208 - Points : 732
Renouveau. / Adonis Tumblr_inline_nzgclwAmZQ1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Lun 4 Nov 2019 - 23:39 )
“Ceux qui n'y croient pas, ne te connaissent pas. Ils ne valent pas le coup que tu t'y attardes. Il y a des gens sur qui tu peux compter et c'est eux qui t'aideront à avancer. Et aussi la force que tu as en toi. Celle que tu mets dans ta danse.”

Ces mots raisonnaient dans sa tête. Kalisha avait probablement raison, mais Adonis ne l’entendait pas de cette voix. Il avait toujours cette appréhension, cette peur tapies dans son cœur : celle de ne plus jamais re goûter aux joies de la scène. Pour danser, pouvoir montrer son art aux yeux de tous même si ces derniers le pensaient encore probablement coupable de crimes dont il était innocent. Pour beaucoup, il allait falloir plus qu’un simple compte rendus de court le lavant de tous les crimes dont on l’accuse, pour pouvoir être pardonné. Il aimerait dire à tout bout de champ que cela ne le dérangeait pas, mais pour un danseur de ballet comme lui cela était plus douloureux que de recevoir un coup de poignard dans le dos. Cette blessure que causait l’opinion publique était toujours à vif et son ancien agent mettait du sel dans cette dernière. Parce qu’elle lui parlait d’une chorégraphe qu’il adulait, avec qu’il aurait dû travailler sans cette foutue affaire. Kalisha tirait donc sur une corde du passé qui faisait écho à ces regrets qui l’assaillaient au quotidien. Il ne répondit d’ailleurs pas à sa phrase où elle disait que cela tombait à pic. Il n’entendait pas encore cela de cette oreille : appelons un chat, un chat. Pourtant, il suffit qu’elle lui offrir une mine sérieuse pour qu’il comprenne qu’elle ne plaisantait pas : qu’elle était sérieuse.

“Je n’ai jamais cru au miracle et tu le sais.”
Affirma-t-il en essuyant à nouveau son visage pour effacer la sueur de ses tempes et de son front. Les coudes posés sur ses genoux, il ne pouvait pas regarder Kalisha dans les yeux, mais son regard dévia sur sa main quand elle la posa sur les siennes.

Il se décide à lever sa tête en l’entendant parler du spectacle que montait la grande Satine. Ses pupilles plongés dans celle de son ancien agent, il ne perdit pas une seule syllabe du discours qu’elle tenait sans faiblir du regard. Cela semblait être trop beau pour être vrai… Et pourtant. Dans sa bouche, cela semblait si facile, mais surtout : possible. Kalisha décrivait des sentiments bien trop familier à Adonis pour qu’il ne se retrouve pas dans ces paroles. Elle cita également quelques grands noms qu’il avait également entendus. À moitié convaincu, il tourna à nouveau sa tête pour fixer un point devant lui et ainsi remettre ses idées en place. Cela faisait beaucoup à encaisser.

“Tu crois vraiment que j’ai encore ma place sur scène…?”
Demanda-t-il penaud en passant machinalement sa main dans ses cheveux. “Kalisha… On parle de grands artistes, j’ai à peine eu le temps de me faire un nom avant qu’on me coupe les ailes.” Il avait un avenir, très prometteur : une carrière en or avant cette histoire. Lui qui ne doutait de rien, remettait tout en question aujourd’hui. “Satine, elle sait mon dossier ? Qui je suis ? Que mon nom ne sera probablement jamais lavé du scandale ?” Il prit une longue inspiration et regarda Kalisha en continuant : “Et si je ne plaisais plus hein ? Et si les gens qui voulaient venir voient mon nom et décident de ne plus venir… Tu y as pensé à ça ? À l’ombre que je pourrais faire aux autres ?” Tel un enfant qui venait de recevoir une mauvaise note, le danseur avait besoin qu’on le rassurer, qu’on le guide dans cette nouvelle vie qu’il lui glissait entre les doigts sans qu'il puisse la contrôler.


Forget every day, forget every night
That's my heart, let me help it feel ✻ Love is a wild animal, it bites and scratches and steps towards me. Rammstein
Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
http://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gla http://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © LYA (vava)
Messages : 383 - Points : 529
Renouveau. / Adonis InconsequentialVeneratedIbisbill-size_restricted
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Lun 18 Nov 2019 - 8:33 )
Danser, c’est s’interroger, aller au plus profond de soi.
adonis & kalisha
Renouveau.
Je sens bien que les mots prononcés font écho à Adonis, j'en ignore par contre l'ampleur. Parce qu'ils ne sont qu'un petit facteur positif au milieu de facteurs négatifs. Je sais ses doutes et ses craintes, ses peurs aussi tout comme ses angoisses. Le regard des gens qui ne voient pas plus loin que le bout de leurs nez. Ceux qui d'entré de jeu mette une étiquette à cause de ceci ou de cela et qui ne l'ôtent pas même quand on le met le nez dans la réalité.
Mais je m'en moque un peu, voir beaucoup de tous ces gens là, celui que je vois moi c'est Adonis et son talent qui va bien au delà de tout ce qu'il peut imaginer à cet instant.
« Oui je le sais et je n'y crois pas non plus. Mais je crois en toi, en celui que tu es au fond de ton cœur et de tes tripes. Je crois au danseur qui t'habite et qui m'a fait voir des merveilles il n'y a pas dix minutes. Et je crois en moi et à la vision parfaite de ce que tu peux apporter à Satine et à son spectacle. »
Je suis consciente que la route sera longue, semée d’embûches. Je sais qu'Adonis parfois perdra la foi en lui, en moi, en l'humanité, mais c'est un battant et un battant se relève pour prouver qu'il peut encore combattre. Ses yeux me fuient mais les miens restent posés sur lui. Attendant qu'il relève la tête. Je lui laisse le temps dont il a besoin, tout en gardant ma main sur le sienne. Une façon de lui montrer que je suis avec lui dans ce combat.

J’enchaîne, sachant qu'à un moment mes mots feront tilt et qu'Adonis relèvera la tête. Je sais que je vais susciter son intérêt, sa curiosité. Malgré la prison il a toujours cette étincelle, celle qui le guidait quand il dansait. Celle qui l'habitait quand je suis arrivée et que ses pieds brûlaient le plancher. Je détaille, parle des artistes qui vont s'ajouter au fur et à mesure dans la liste déjà prête. Et je sens son regard se faire plus intense, Adonis devient curieux, écoute chaque mot. Mais rien n'est encore gagner, il n'y a qu'à voir comment, encore une fois, ses yeux s'échappent. Perdus dans un horizon qu'il essaie de maîtriser. Perdus dans un destin qui ne pense pas mériter, qui ne pense pas être sien.
« Je ne le crois pas j'en suis sure. »
La suite de ses mots fait ressortir sa souffrance, ce fait d'avoir été privé de la gloire alors qu'elle lui tendait les bras.
« Et il est temps qu'on te les donne tes ailes. Et chacun des artistes cités à une part de sombre dans sa vie. Tu ne seras pas le seul à vouloir montrer que tu mérites amplement ta place. Et c'est vos douleurs qui vont donner au spectacle une plus grande force, une âme. »
Adonis m'interroge montrant combien ses préoccupations sont grandes, suite à cette proposition.
« Oui elle est au courant. Je lui ai d'abord parlé du mauvais, montrant les articles de presse. Le jugement porté. Puis je lui ai montré une vidéo ou tu exploites ton talent. Et des répétitions que j'avais filmé. J'ai montré le combattant qu'une injustice a abattu. Oui elle sait et tout comme moi elle pense que tu as largement ta place sur scène. Satine Vasilis n'est pas du genre à refuser les défis. Moi non plus. Reste à savoir si toi tu l'es Adonis ? »

Je ne l'obligerais en rien, je lui mets les cartes en main, mais c'est le danseur qui décidera si oui ou non il les utilise. S'il s'en sert pour remonter la pente et pour conquérir la gloire qu'il mérite. Mais il est sur que ses doutes et ses craintes ne vont pas s'effacer en un claquement de doigt, la preuve se fait dans la suite de ses paroles.
« Déjà avec des si on referait le monde. Et là c'est de ta vie que l'on parle, de ton avenir. Et c'est tout ce qui importe à cet instant. »
Je passe ma main sous son menton pour relever son visage, je veux le voir fier et nullement abattu.
« Alors on arrêter de dire que tu pourrais ne pas plaire ou que ton nom pourrait freiner le public. Ou porter ombrage aux autres. Tu dois être positif. Et croire en toi. Parce que moi je crois en toi. Parce que tu le mérites Adonis.»
Ma voix est douce comme mon regard. Je n'ai été mère que peu de temps, mais je lui parle comme je parlerais à un enfant. Un enfant terrorisé par un avenir incertain qui doute de lui, qui ne croit pas en lui. Parce qu'on lui a brisé ses rêves.
« Je sais que cela va être difficile. Que rien n'est gagné. C'est un combat que tu vas devoir livrer, mais tu ne seras pas seul. Je serais là tout comme Satine qui a hâte de te rencontrer et de te voir comment ton corps s'exprime. Ta mère aussi sera derrière toi. Tu vas chuter c'est sur, mais tu vas te relever parce que tu es fort et bourré de talent. Talent que tu vas montrer au monde entier. Crois moi ils vont t'aimer. Mais le plus important dans ce combat que tu vas mener c'est que tu t'aimes toi. Que tu acceptes cette blessure profonde, même si elle est injustifiée, et que tu t'en serves pour rendre ton talent encore plus émouvant. »
La souffrance endurée peut devenir une force, une délivrance si Adonis le veut.  
 
vmicorum (fiche) rosewins & Arté (vava).


POUVOIR
Tu n'as de pouvoir que celui que l'autre te confère.
Revenir en haut Aller en bas
Adonis Contini10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adonis Contini
http://www.ciao-vecchio.com/t5395-j-aurais-du-cette-lettre-ne-pa http://www.ciao-vecchio.com/t5408-quand-le-rideau-tombe-adonis
Faceclaim : Ben Barnes ©..sassenach. & littlewolf (sign)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 208 - Points : 732
Renouveau. / Adonis Tumblr_inline_nzgclwAmZQ1rifr4k_500
Âge : 38 ans
Métier : Ancien danseur professionel, aujourd'hui Barista au Lorella & Tiziano aka Coffee Artist
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le Lun 2 Déc 2019 - 22:43 )
Il était facile pour des gens qui n’avaient pas besoin de l’opinion de public de l’ignorer : de se moquer de ce que les gens. Pour un danseur comme Adonis : le public faisait et défaisait des carrières et il n’avait pas envie d’être jeté dans la fosse aux lions. Il avait peur. De remonter sur scène, de voir entre deux projecteurs le regard de gens. Que ferait-il si jamais ces derniers se levaient en constatant qu’un ancien détenu dansait sur scène ? La bonne société n’était jamais bien à l’aise avec ce genre de choses. Il fallait appeler un chat, un chat. Les mots de Kalisha raisonnent dans son esprit. Tant bien que mal, il s’y accroche pour ne pas laisser son pessimiste s’emparer de ce faible espoir. Ce n’est pas comme s’il pouvait faire quelque chose d’autre après tout. S’il voulait remonter sur scène un jour : il allait devoir affronter l’avis des autres. Pourquoi ne pas le faire entourer de personnes qui avaient eut aussi des choses à prouver ? Un spectacle mettant en scène des âmes brisées. Voilà qui devrait faire fureur car si Adonis avait appris quelque chose au cours des années c’était bel et bien que l’homme en général aimait voir des tragédies. L’Histoire est une grande tragédie avec des acteurs différents, mais des actes similaires à chaque siècle. Le danseur ne jugea pas bon de répondre à Kalisha, il devrait voir au temps voulu. Si Satine savait qu’il était ainsi que son passé, mais que cela lui importait peu : alors soit. Son regard se fait même plus intense au fur et à mesure que son ancien agent continuait de parler pour le convaincre. Il n’y avait pas à dire, elle était toujours aussi douée à convaincre même le pire des indécis.

“Et si je ne la mérite plus ma place hein ?” Posa-t-il dans un souffle en lâchant la main de la femme. “Peut-être… Que c’est mieux ainsi tu sais ? Je me le répète tous les jours. Je n’étais probablement pas fait pour avoir une carrière.” Il haussa les épaules, baissa la tête pour masser ses mains. Adonis continua de l’écouter attentivement. À sa question, il répondit : “Si tu as déjà donné mon nom à Satine et qu’elle me veut dans son spectacle : alors je montrerais sur scène. Au moins une dernière fois pour faire mes adieux aux planches si cela est un échec.” Ou bien utiliser cette scène comme un tremplin vers d’autres horizons.

Kalisha le força à se plonger dans ses grands yeux bruns. Impossible pour lui d’échapper au regard perçant et déterminer de cette femme qui n’aurait pas prit “non” comme réponse. En l’entendant, il esquissa même un petite risette illuminant de quelque peu ses traits fatigués. Oui, oui il n’allait pas être seul et il devait se souvenir de ça à la fin de toute chose. C’était ce qui comptait le plus n’est-ce pas ? Tout comme en prison : il avait des gens sur qui compter dehors aussi et cela lui plaisait.

“Ok ok ok tu m’as convaincu.” Il essuya quelques larmes qui s’étaient échappées sans s’en rendre compte. Il renifla et rigola : “Tu as toujours trouvé les mots pour me convaincre de tout. Même d’accepter des rôles aux antipodes de ma façon de danser et je t’en ai toujours été redevable.” Il enveloppa les mains de Kalisha et la regarda en souriant plus franchement malgré son regard troublé. “Je dois me reposer à nouveau pour toi qui sait mieux que moi ce qui est bon pour ma carrière.” Il se pencha et embrassa le dessus de sa main : “Je te fais confiance.” Il se redressa : “Merci d’être venue me voir et de m’avoir proposé cette incroyable opportunité.”


Forget every day, forget every night
That's my heart, let me help it feel ✻ Love is a wild animal, it bites and scratches and steps towards me. Rammstein
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Renouveau. / Adonis Empty
Sujet: Re: Renouveau. / Adonis ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Renouveau. / Adonis -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut