Revenir en haut
Aller en bas


 

- What are you drinking about? -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Le Ruby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
https://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-b https://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lemon ; gifs : (c) liloo_59
Messages : 3476 - Points : 2500
What are you drinking about? Tumblr_m5j5ljwnX31qdoa6uo5_250
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
What are you drinking about? Empty
Sujet: What are you drinking about? ( le Mar 1 Oct 2019 - 20:06 )
Il est tard alors que Diana commande un taxi à la résidence Rocca. Encore une fois, Stefano n’est jamais rentré du travail à l’heure qu’il lui avait dit et elle a eu la chance de manger son repas, seule, devant son ordinateur. Elle a réussi à répondre à tous ses courriels question de ne pas accumuler de retard. Elle termine son verre de vin et enfile son manteau avant de sortir. Sur la banquette arrière de la voiture, elle n'adresse même pas un regard au chauffeur. Je vais au Ruby, merci. Elle sort son téléphone et texte rapidement Stefano pour lui envoyer un message de bêtise. Est-ce l’alcool? Peut-être. Mais c’est aussi probablement la frustration accumulée des dernière semaines. Se faire planter constamment ne fait pas partie de ses habitudes et elle ne sait pas comment gérer. Après une vingtaine de minutes en voiture, elle arrive devant le club. Elle remet le double de ce que la course a coûté au chauffeur, simplement parce qu’elle est trop paresseuse pour faire le compte. Elle sort sans dire merci et entre dans l’établissement. Sans être une régulière, la majorité du staff la connaisse et l’apprécie, car elle laisse généralement toujours un pourboire assez généreux. Diana se dirige directement au bar, prenant place sur la chaise la plus éloignée de l’entrée. Toujours scotchée sur son téléphone, espérant une réponse de Stefano, elle ne remarque qu’une silhouette s’approchant d’elle, de l’autre côté du bar. Sans même relever la tête, elle commande un margarita, son plaisir coupable. Avec beaucoup de sel, merci. Elle sort sa carte de crédit, au nom de Stefano Rocca, qu’elle fait glisser vers l’homme. Vous pouvez commencer une facture, je vais être ici un moment. Quelle meilleure revanche que de se gâter sur le dos de celui qui l’a abandonné ce soir?


I wanna go so what'd you say, when you gonna let me know if you give a damn about me? •  'Cause you got my hands tied. In my defense I always fall for confidence & your compliments look good on me ♪ (c) delusional angel
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 395 - Points : 601
What are you drinking about? 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Mer 9 Oct 2019 - 6:54 )
What are you drinking about?
Diana & Alvaro
Des feuilles recouvraient la totalité de mon bureau. Je crois que je n'aurais jamais un bureau assez grand pour mettre l'entièreté des factures, contrats, bons de commandes que je dois prendre connaissance. Je pouvais passer des heures à tout démêler des transactions, mettre à jour nos données et m'assurer des paiements d'articles pour nos clients.

Mais, vous savez quoi ? J'adore cela ! J'adore avoir la tête remplie de tâches, de responsabilités et d'objectifs. Cela me donne une adrénaline, une force incommensurable. Je me sens vibrant, vivant. On me regarde de haut et je tiens à ce que cela soit respecté. Sinon, je plains celui qui osera me confronter...

Chaque feuille est une possession, quelque chose qui m'appartiens: un club, un employé, une arme...Tout ceci est sous ma direction. Il y a que moi qui décide de ce qui va leur arriver. Une signature et tout change, tout se transforme.

Pendant des années, j'ai géré et je gère encore les entreprises ailleurs dans le monde. J'ai rendu de petit bars en de puissantes entreprises, de véritables vaches à lait pour rendre mon clan encore plus prospère tout en étant discret sur ma véritable identité. On riait de mes choix, de mes décisions, ceux-ci ne rient plus et doivent fermer. Je ne fais que les regarder avec un immense sourire levant mon verre de whisky. La chute est brutal quand on se croit bien haut...

C'est pourquoi je ne lâche jamais. Je tiens les reines bien serrés voulant faire de cet endroit une forteresse intouchable. Et j'ai réussie. Oui, il y a de la compétition, mais je les attend de pied ferme. J'ai cela dans le sang. Je ne peux faire qu'autrement que prendre les devants, foncer et prendre des risques.


Tous ces nouveaux papiers étalés sur mon bureau: les chiffres, les dépenses, les acquis, les nouveaux employés, mes prochaines futurs stars. Tout devait être parfait...

Je veux la perfection. Mon image, ma réputation, mon fric...tout cela est en jeu.

C'est pourquoi je ne perds pas la vu de ces papiers. Bien sûr, j'avais des comptables, des superviseurs de mes biens, mais j'avais toujours le dernier mot. Surtout quand il y avait des failles dans les chiffres. Des trous...un déséquilibre qui ne devrait pas être figuré.

Je voyais tout, je savais tout...

" Vous m'avez appelé, Monsieur...."

" Oui...Approchez, mon cher..." disais-je tenant ce nouvel achat. Une magnifique toile d'un artiste local. De l'abstrait, certes, mais qui me laissait prendre au jeu de chercher des formes. Je voyais des courbes féminines évidement. Percevant une femme cachée derrière ces lignes qui semblait être des arbres. Bref, elle m'avait plu dans la galerie...Et elle était magnifique dans mon bureau...

Je devais simplement l'accrocher adéquatement...

Malgré la présence de mes deux hommes de main, je souhaitais l'accrocher moi-même prendre le temps de simuler sa position dans la pièce et   juger du meilleur emplacement.

" J'ai regardé l'inventaire des boissons des mois derniers...Mon cher ami Santos à trouver quelque chose d'étrange dans vos rapports." disais-je nonchalant passant devant lui avec la grande toile allant d'un mur à un autre.

" Monsieur ?"

" Oui, une différence entre vos chiffres. C'est Santos lui-même qu'il a calculé à partir de donnés que j'ai moi-même compté...Awwwww, regardez-moi cette merveille !!!...Ici, je crois qu'elle sera magnifique, n'est-ce pas, mon cher ?"

" Euhhhh....certes, oui, Monsieur...Mais, j'ai pourtant calculer comme dans tous mes autres rapports, Monsieur...Je ne vois pas..."

" Et bien, justement, mon cher...Nous avons pris le temps Santos et moi de nous pencher sur vos anciens rapports....Et nous avons remarqué une constance...sur certains points en particulier...Voudriez-vous tenir cela, s'il-vous-plait...?" demandais-je à mon employé craintif lui tendant ma nouvelle acquisition.

Je lui mettais carrément le cadre dans ces mains pour, ensuite, me diriger à mon bureau. Il ne savait que faire ce cette chose qu'on appelait de l'art, pourtant, il ne bougeait pas regardant un de mes hommes qui n'avait aucunement bouger depuis le début de la conversation.

" ....Les chiffres ne balancent pas..."

Ce n'est qu'en me voyant, revenir avec un marteau, que les choses prenaient une autre tournure...

D'un geste brusque, sans me gêner, je fracassais le mur d'un coup de marteau, tout près de lui, tout près de son visage, me foutant bien du trou que je venais de créer. Tout ce que je désirais était de le secouer, de lui faire comprendre que j'avais découvert son petit jeu...

Une frousse...La panique sur son visage, tenant toujours mon cadre dans ces petites mains...

" ...Pourquoi ces chiffres ne balancent pas, mais que votre compte en banque ne cesse de monter...? Expliquez-moi...et vite..." disais-je en sortant le marteau du mur pour l'enfoncer une seconde fois de l'autre côté de son visage approchant le mien de plus en plus près.

La rapidité d'élocution...La panique dans sa voix. Je n'avais jamais vu un homme se coucher aussi vite. Se rendre comme un vulgaire débutant du crime. Ainsi, il avait des dettes d'argent...Des dettes de jeux qui avaient du mal à conclure...Alors, cela avait commencer par des petits montants pour en prendre de plus en plus falsifiant quelques chiffres de temps en temps croyant que j'allais gober.

C'était cela qui me rendait aussi tendu, aussi colérique. Pas le vol en soi, mais qu'on se croit capable de se jouer de moi...

Un silence...Un regard...Un mouvement d'acquiescement de ma part.

"...Très bien...." murmurais-je avant de reculer de quelques pas.

Pour m'élancer et détruire au genou, l'épaule, l'estomac et la tête...à coup de marteau.

Non, je ne l'avais pas tuer...Ce serait trop facile. Non, je voulais qu'il soit encore conscient pour qu'il sente la douleur, la honte et le déshonneur. Un manque flagrant de mon respect...préférant jouer les cambrioleurs que venir me voir et discuter...

Oui, j'aurais pu l'aider. Après tout, on est une famille...non ?

Je balançais le marteau au sol le fixant avec haine.

Et bien, il m'avait trahit...

" On-ne-me-vole-pas..." soufflais-je dans son oreille en lui serrant sa chevelure, penché sur son pauvre corps endoloris. Je le relâchais d'un geste de la main tout en me redressant le regardant souffrir sur mon parquet légèrement tâché de sang...

Pour ensuite observer mon mur troué:

" Oui...elle irait très bien là. S'il-vous-plaît, bouchez les trous, posez cette oeuvre et fouttez-moi cela à l'hôpital avant qu'il massacre mon tapis...Je ne crois pas qu'il arrivera à s'avouer voleur à qui que ce soit..."

Un geste du doigt, mes hommes exécutaient mes ordres, prenant mon ex-employé et le faire sortir en douce par la porte de service...tout cela camouflé par la musique forte, les rires et le bruit du cognement des verres dans la salle. On n'avait rien entendu...

En effet, malgré cette situation fâcheuse, mon business tournait toujours offrant à mes clients une autre de ces belle soirées comme il se fait nulle part ailleurs...

" J'ai besoin d'air..." disais-je doucement tapotant l'épaule d'un de mes hommes qui arrivait en renfort devant ma porte. Celui-ci me regardait passer avec une nouvelle chemise entrouverte et un blazer ne posant pas de question. J'en espérais pas non plus. Tout ce que je voulais, c'était un verre. Un verre que je voulais me faire moi-même.

Tranquillement, subtilement, je me faufilais dans la foule, je rencontrais des regards, des sourires, des gestes plutôt invitant, mais je tenais fermement à ce verre. Je glissais aisément derrière le comptoir du bar n'alertant personne. Non, mes barmans savaient qui j'étais et le droit que j'avais dans cet établissement. Et puis, je pouvais facilement passer pour un des leur, si ce n'était que de mon accoutrement. Plus classe, plus tendance et combien plus à l'aise avec les bouteilles...n'ayant besoin que de faire le mien...

Pourtant....

Avec beaucoup de sel, merci.

Avais-je bien entendu...? On venait de me réclamer un verre ? Me prendre pour un barman ?

Une voix féminine et aucunement attentive à qui elle s'adressait, trop déranger par l'ambiance ou peut-être ce téléphone qui était accroché à sa main...La nouvelle extension du corps que bien des gens, surtout les jeunes.

Je n'étais pas de cette génération, mais en regardant bien cette demoiselle, j'aimerais en découvrir d'avantage sur eux. Je mettais de côté ce que j'avais concocté afin de me concentrer sur cette nouvelle cliente. Elle ne me connaissait pas. Elle ne savait nullement qui j'étais et cela ne faisait que m'amuser d'avantage.

Très bien, alors, j'étais Alvaro, le barman...le temps qu'on me permettait de l'être...

Allongeant bien mes deux bras sur le rebord du bar, je me penchais la tête tout en regardant avec attention ce bout de plastique qu'elle me tendait me donnant la preuve de son rang, de sa richesse et de son alliance avec un certain Rocca...Cela dit, ce Rocca ne semblait pas être présent, en sa compagnie. De là l'attitude et la déprime sur son doux visage. Ce n'était que des hypothèses, mais, je vous l'avais dit plutôt; je n'étais pas de cette génération, mais j'avais l'expérience. Le flaire...

" ....Monsieur Rocca est en retard...?" murmurais-je tout bas en levant mes yeux vers elle, le sourire aux lèvres.

CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
https://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-b https://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lemon ; gifs : (c) liloo_59
Messages : 3476 - Points : 2500
What are you drinking about? Tumblr_m5j5ljwnX31qdoa6uo5_250
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Mar 29 Oct 2019 - 18:49 )
Diana tapotait toujours sur son cellulaire, attendant de recevoir son verre. Elle se foutait bien des gens qui l’entourait et n’était certainement pas venue ici pour faire la conversation. Elle venait ici pour fuir : fuir cet homme qui ne semblait pas vouloir d’elle, fuir le stress de son travail, fuir sa solitude. C’est ironique car elle était encore seule, mais elle avait cette drôle d’impression qu’au moins, ici, elle n’avait pas à jouer un jeu. Elle n’avait pas besoin d’être dans les apparences comme elle l’est tout le temps au travail ou dans les diverses soirées mondaines. Diana avait donc commandé son verre avant de remettre la carte de crédit de Stefano au barman. S’il était la cause de ses problèmes, il pouvait au moins payer pour.  

La jeune femme terminait de répondre à un message pour le travail lorsque l’homme derrière le bar lui adressa la parole. Comment connaissait-il le nom de Stefano? Normalement vive d’esprit, Diana n’avait pas encore capté qu’il avait simplement lu le nom sur la carte de crédit. Il la tenait entre ses mains, un sourire au visage. Il était mystérieux, avait un côté espiègle et vilain qu’elle ne détestait pas. Il devait d’ailleurs avoir le même âge que Stefano et c’était quelque chose qui l’attirait. Elle avait toujours aimé les hommes plus vieux qu’elle. Ils étaient en général plus matures, certes, mais ils avaient aussi en général aussi un portefeuille plus lourd. Et l’argent l’attirait plus que tout au monde, surtout le pouvoir qui venait avec. Je ne tiens pas particulièrement à parler de lui. Elle reprit la carte de ses mains avant de lui donner la sienne. Mais si vous devez tout savoir, je serai surprise le jour où il ne sera pas en retard. Voyant qu’il reste planté devant elle, Diana ferme son téléphone avant de le mettre dans son sac. Sans être complètement charmée, elle est fascinée par sa présence. Il l’intrigue, il lui donne envie d’en savoir plus. Joueuse de nature, Diana se lève légèrement de son banc, posant ses avant-bras sur le comptoir pour lui permettre de s’avancer vers lui, leurs visages n’étant qu’à une dizaine de centimètres, offrant une vue privilégiée sur son décolleté. Alors ce verre, il arrive ou bien je dois trouver un autre endroit monsieur...? Diana ne finit pas sa phrase, laissant le soin à l’homme de se présenter.


I wanna go so what'd you say, when you gonna let me know if you give a damn about me? •  'Cause you got my hands tied. In my defense I always fall for confidence & your compliments look good on me ♪ (c) delusional angel
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 395 - Points : 601
What are you drinking about? 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Sam 16 Nov 2019 - 21:14 )
What are you drinking about?
Diana & Alvaro
Être confondus à un de mes employés. Suis-je vexé ?
Au premier instant, peut-être. Je détonnais totalement des autres au bar par mon accoutrement et les nombreux colliers qui entouraient mon cou. Cela dit, j'exigeais un certain uniforme auprès de mon personnel: classe, sans être des pingouins.

Je n'ai pas de mal à vêtir un beau complet et des cravates, mais nous étions dans un endroit où la plupart des gens viennent de terminer une dure journée et la vue de ce genre de vêtement pourrait déranger. Alors, j'avais imposer une certaine structure sans pour autant être tiré par les cheveux. Et je crois que j'avais bien tiré l'épingle du jeu voyant la quantité et la qualité de mes clients. C'était bien ce genre de foule que je souhaitais obtenir et ce type d'argent qui entre dans mes poches.

Alors, non, je n'étais pas vexé, si cela me permettait de me camoufler parmi les gens de mon entreprise, j'étais enchanté. Je ne vous cache pas que cela me permettais souvent de filer en douce à la vue de certaine personnes ou de jouer le rôle du simple employé auprès d'adversaire, voir ennemis.

Mais, quand il s'agit d'une femme...c'est tout autre. Je veux jouer...et m'amuser.

Il en fallait pas moins pour constater la tension qu'elle dégageait. Elle était au prise d'une colère, d'une impatience envers quelqu'un dont je n'aurais aucunement envie d'être. Et en juger par son attitude, cette carte et de la manière froide dont elle l'avait rangé, cet homme manque grandement de classe, d'intérêt envers elle...

C'était...fort...dommage, car j'avais devant moi une beauté éblouissante. L'effet des lumières, du reflet des verres sur son visage. Il n'y avait pas à dire; cet homme est un pure idiot de lui avoir poser un lapin. Il fallait donc corriger tout cela et rendre sa soirée des plus...inoubliables...Non ?

" Il n'a aucun sens des priorités...Le bonheur d'une femme est primordiale...à mes yeux."

Elle avait peut-être un sacré caractère, mais une franche audace, que j'aimais fortement. Après qu'une échange, elle osait s'aventurer dans une voie dangereuse s'approchant de moi, de mon visage dévoilant aisément ces attributs des plus accrocheurs...

" Monsieur qui vous voulez que ce soit..."

Je ne bougeais pas. Non. Je la fixais. Je l'admirais avec un léger sourire en coin. Je ne me laissais pas intimider, loin de là. Je ne faisais qu'observer...et prendre ce même chemin qu'elle...scrutant ces yeux autant qu'elle scrutait les miens.

"...Mademoiselle sera servi....Ce serait un terrible péché de faire attendre une femme...Vous êtes ma priorité, ce soir..."

Lentement, sans me détourner, je reculais afin de prendre un verre métallique et ainsi commencer à verser les glaçons.


CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
https://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-b https://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lemon ; gifs : (c) liloo_59
Messages : 3476 - Points : 2500
What are you drinking about? Tumblr_m5j5ljwnX31qdoa6uo5_250
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Lun 25 Nov 2019 - 20:17 )
Diana avait probablement plus de défauts que de qualité et la loyauté ne faisait pas partie de la dernière liste. En effet, elle n’avait jamais eu de problèmes à tromper, manipuler, mentir et tricher pour arriver à ses fins. Elle n’était fidèle qu’envers elle-même et ses désirs et ne s’en cachait pas. Évidemment elle tentait toujours de garder ses secrets pour elle-même et ne désirait pas étaler au grand jour tout ce qu’elle faisait pour atteindre ses buts. Par contre, elle n’avait jamais trompé Stefano depuis le début de leur relation, car elle se devait d’être irréprochable si elle espérait un jour avoir une bague au doigt et changer Miller pour Rocca. Elle n’était pas dupe et se doutait bien que ce n’était pas réciproque. Nombre de fois qu’il était pris au travail, dans une réunion ou milles autres excuses. Cela n’avait jamais affecté sa confiance, car elle savait très bien que ça n’avait rien à avoir avec elle. Ce n’est pas qu’elle n’était pas assez belle, désirable ou attirante. C’était que Stefano aimait le pouvoir plus que tout et quoi de mieux que d’accumuler conquête après conquête pour se le prouver à lui-même. Et ce soir, elle avait envie de l’oublier pendant quelques heures et de n’être qu’une femme assise au bar.

À son plus grand bonheur, le barman semblait aussi de la partie pour passer une belle soirée. On se la joue mystérieux? Pas de problème, mais sachez que d’une façon ou d’une autre je saurai qui vous êtes. Il continue de la fixer avec une certaine confiance et cela la déstabilise. Diana a toujours été habituée à déstabiliser les autres par sa beauté, ses attributs, son charisme. Mais ce soir, il lui donnait un défi et elle n’aimait pas perdre. Oh que non. Votre priorité? J’espère que ce ne sera pas des frais en plus sur ma facture. Surtout si vous mettez 10 minutes à chaque fois pour me servir un simple cocktail. Peut-être avez-vous besoin d’aide? Elle penche la tête légèrement vers la gauche, soutenant toujours son regard. En fait, je me demande si tout ça n’est pas qu’un simple subterfuge pour passer plus de temps avec moi. Se levant à nouveau de son siège pour lui permettre d’avoir accès au bar, elle attrappe la bouteille de Tequila et un verre à shooter avant de le remplir. Elle vide d’un trait, le remplit à nouveau avant de tendre la bouteille à l’homme qui semblait un peu subjugué. Dites-moi...Y a-t-il une femme qui vous attend, à la maison? Ou bien ai-je le plaisir de vous garder toute la nuit avec moi? Diana était joueuse, mais surtout elle ne passait pas par quatre chemins pour exprimer ce qu’elle voulait. Et elle n’était pas du genre à ce qu’on lui refuse quoi que ce soit non plus.


I wanna go so what'd you say, when you gonna let me know if you give a damn about me? •  'Cause you got my hands tied. In my defense I always fall for confidence & your compliments look good on me ♪ (c) delusional angel
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 395 - Points : 601
What are you drinking about? 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Dim 8 Déc 2019 - 6:56 )
What are you drinking about?
Diana & Alvaro
Une musique divine, qui ferait danser les nymphes de l'Olympe. La plupart d'entre-elles se trouvaient, d'ailleurs sur la piste de danse profitant du rythme pour exprimer leur corps comme elles le désiraient. Personnes ne s'en plaignait. Personne. Au contraire, c'était un véritable spectacle à contempler. Bien des hommes en profitaient. Pour ma part, je préférais m'attarder à une nymphe égarée.

Une qui n'avait pas l'humeur de danser, ni de se laisser contempler par des yeux malsains d'hommes en état avancé. Non, son désir était tout autre et j'étais bien heureux de ces priorités. Et je me devais de les réaliser en commençant par son cocktail.

Je prenais mon temps, certes. Je laissais suspendre le mystère sur mon identité afin d'éveiller aucun soupçon. L'idée était d'être un barman du Ruby jouant le magicien de la boisson. Je me débrouillais très bien travaillant dans le domaine depuis des lustres. Je connaissais les nectars et les mélanges n'ayant aucune problème de satisfaire les papilles de la demoiselle. Cependant, cette jolie nymphe à la robe décolletée était assoiffée me faisant preuve d'une certaine impatience...

Je souhaitais simplement rajouter un peu de couleur et d'alcool dans son breuvage contrairement aux règles de la maison. J'exigeais à mes barmans et barmaids de ne jamais dépasser les quantités..., mais il y avait des exceptions, comme servir une femme dans le besoin.

" Je ne veux qu'offrir la perfection à la demoiselle...Il faut se laisser désirer...La patience est une vertu."

Pourtant, je ne m'attendais pas de la voir prendre ces aises et se servir soi-même. Prendre cette bouteille et ce verre comme si elle était chez elle, sans ce soucier de quoi que ce soit. Surprenant? oui. Insultant ? Légèrement. Sexy...? Totalement...

Néanmoins, j'étais content de voir un de mes barmans s'approcher voyant la demoiselle dépasser le seuil du bar. Respecter les délimitations entre le client et la marchandise. Cela me rassurait de constater qu'on appliquait mes exigences

Toutefois, en me voyant, en me regardant dans les yeux, surpris de me voir derrière le comptoir, il comprenait qu'il n'y avait rien de mal. Que je contrôlais la situation, comme toujours. Alors, il excusait son geste en saisissant un verre à la volée afin de le nettoyer et repartir à son poste.

En concentrant, à nouveau, sur elle, je vois la bouteille de Tequila. Elle me la rendait. Sourire aux lèvres, je la prenais ne la quittant pas des yeux. Malheureusement, je devais me concentrer afin de déposer la bouteille au bon endroit. Je prenais cette occasion pour prendre une tranche de citron et le déposer sur le verre contenant l'élixir parfait, créer de mes mains...

Le verre était splendide. Une mixture d'une couleur vive et alléchante. Le sucre autour du verre avec les fruits accrochés rendaient cela encore plus vibrant.

Dites-moi...Y a-t-il une femme qui vous attend, à la maison? Ou bien ai-je le plaisir de vous garder toute la nuit avec moi?

Sourire en coin alors que j'essuyais la base du verre d'un linge propre. J'adorais ces mots...Ils sont saisissants, certes, mais ils exprimaient bien l'état et l'envie de la jeune demoiselle, en face de moi. Et cela me permettait de constater que...j'avais toujours ce charme, cet aura qui intriguait les femmes.

Lentement, je prenais le bijou alcoolisé avec un sous-verre. Je me penchais afin de déposer le sous-verre et ainsi me retrouvez nez à nez avec elle...

"...Vous enchaînez toujours vos conversations ainsi ou suis-je un....privilégié ? Vous me connaissez à peine." disais-je en poussant un rire léger montrant quelques dents blanche sous mes lèvres.

Je reculais doucement afin de saisir sa commande version deluxe...et lui glisser le verre entre nos deux visages

" Commencez par y goûter afin de voir si...je réponds à vos critères..." disais-je en plaçant le cocktail sur le sous-verre.

Je restais bien devant elle, reprenant cette posture; les deux mains contre le bar, mes yeux rivés sur elle...

CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
https://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-b https://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lemon ; gifs : (c) liloo_59
Messages : 3476 - Points : 2500
What are you drinking about? Tumblr_m5j5ljwnX31qdoa6uo5_250
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Mar 17 Déc 2019 - 1:40 )
Diana se sent confortable ici et comme l’autre barman peut le voir, elle prend ses aises. Sans même demander quoi que ce soit, elle avait pris la bouteille de Tequila question de se servir elle-même, voyant que cela prendra un moment avant d’obtenir le cocktail désiré. Le collègue de l’homme en face d’elle s’approche comme pour intervenir, mais recule aussitôt qu’il croise le regard d’Alvaro. Dis donc, vous faites peur rien qu’avec votre regard? Vous devez être important ici. Elle s’en doutait déjà, mais là ça venait d’être confirmé. Diana avait le même effet avec ses subordonnés au boulot. Elle n’avait pas souvent besoin de parler pour se faire comprendre : son visage disait tout. Et il en effrayait plus d’un. Non pas de sa laideur, mais parce qu’elle était capable d’exprimer ce qu’elle voulait de façon aisée rien qu’avec une moue. Elle lui redonne finalement la bouteille question qu’il puisse finir son verre. Il est concentré, il est minutieux. Comme si chaque cocktail qu’il préparait était le plus important. Elle admire son travail et ne peut décrocher son regard de l’homme. Finalement, il ajoute la touche finale avant de le glisser sur le comptoir, le déposant tout près de son visage. Pas besoin d’y goûter pour savoir que vous correspondez à mes critères. Elle y va droit au but, elle n’a pas peur de dire ce qu’elle pense. Elle prend la tranche de citron qu’elle presse pour en faire sortir le jus. Elle en suce le peu qu’il reste de l’agrume avant de le déposer sur la petite serviette à côté. J’ai toujours aimé l’acidité. C’est bien plus intéressant  que le sucré, non? Ça vient nous chercher rapidement, ça fait sortir le méchant. J’adore. Diana utilise la paille pour prendre une gorgée de son maragarita avant de lécher presque sensuellement le bord du verre question de mélanger tous les arômes et toutes les saveurs.Délicieux. Il est parfait. Elle reprend une gorgée, sans la paille cette fois. Maintenant que ça me plait, que c’est établi...allez-vous répondre à ma question? Elle sourit à pleines dents, elle se fait joueuse. Qui vous attend dans votre lit Monsieur...? Elle lui donne une nouvelle chance de se présenter, bien qu’elle ait peur qu’il évite la question à nouveau. Pensez-vous que je pourrais venir vous rejoindre de l’autre côté, question que vous me montriez comment fabriquer ce merveilleux cocktail à votre façon? Ou bien votre collègue va-t-il arriver et me plaquer au sol? Elle fait un clin d’oeil à ce dit barman du même coup, lui faisant perdre sa concentration. Il échappe le verre qu’il était en train d’essuyer et il se casse en plusieurs morceaux au sol. Oops. Elle fausse la surprise, comme si elle ne savait pas exactement ce qu’elle faisait.


I wanna go so what'd you say, when you gonna let me know if you give a damn about me? •  'Cause you got my hands tied. In my defense I always fall for confidence & your compliments look good on me ♪ (c) delusional angel
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 395 - Points : 601
What are you drinking about? 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Jeu 19 Déc 2019 - 6:38 )
What are you drinking about?
Diana & Alvaro
Il faut apprécier ces moments. Ne pas toujours cracher sur les jours noirs et maudire la vie, en général. Certes, le périple peut être, parfois, difficile et même ardue, mais ils sont souvent récompensés quand on prend le temps de le reconnaître. Constater qu'elle est conciliante, nous permettant d'apprécier ces cadeaux ainsi offert. C'est agréable et même stimulant. Nous sommes, donc, prêt à encaisser d'autres coups, aussi vile qui soit pour retrouver ces privilèges mérités.

Car, on les mérite...Si je suis aussi confiant, à mon affaire et déterminé, c'est que j'ai tellement travaillé. Tant au niveau professionnel que personnel. Des claques, j'en ai reçue et même plus qu'il ne fallait. J'ai dû faire des choix terribles qui m'ont conduits, souvent à des décisions déterminantes ou même des culs-de-sac. Faire des sacrifices, perdre des miens et me questionner sur ma propre existence. Oui, ces moments intenses sont souvent épuisantes et même horribles, mais ce n'est que pour prendre conscience des bénéfices recueillis...

Car, je le mérite...

Je mérite ce regard, ce sourire et sa manière de m'aborder. Je dégage une aura imposante et qui suscite un respect. Peut-être même une frayeur...

Je ne voulais pas qu'on me dérange, qu'on brûle mon identité. J'adorais ce petit jeu d'incarner un membre du personnel. Voir ce que je ne vois pas étant le patron, celui qu'on tente d'impressionner ou fuir.

Je n'allais pas corriger cet autre barman qui venait d'afficher un visage étonné en ma présence, mais il n'en fallait pas en rajouter. Aucun "Monsieur", aucun " Navarro"; rien...J'y tenais beaucoup.

Malgré le plaisir de ce moment, j'étais toujours sur le qui-vive. Bien des gens de la justice souhaite me voir derrière les barreaux, voir même mort, donc, je prenais le temps d'analyser le tout avant de me prononcer. Et encore, il m'arrive de changer de prénom pour une soirée... Une façon simple de me protéger et brouiller les pistes.

Alors, rapidement...

" Je lui ai fait sa formation. Je suis stricte. Tant mieux si je lui fais peur...J'espère que ce n'est pas votre cas...?" disais-je en essuyant mon plan de travail.

Une simple question de formalité, mais je savais fort bien que ce n'était pas le cas. Il suffit de la voir concentré sur mes gestes. La manière dont elle posait les yeux sur moi. Son sourire. Non, je ne crois pas que je lui fais peur. Au contraire...

Elle souhaitait en apprendre plus à mon sujet...C'était très flatteur.

Sourire sur mes lèvres alors qu'elle prenait le temps de savourer le cocktail que je lui avait préparé avec attention. C'était une cérémonie à contempler. Je ne vous cacherais pas l'intérêt de ma part d'admirer ces lèvres pulpeuses alors qu'elle mordait cette tranche de citron, lécher le sucre sur le rebord du verre. C'est dans ce genre de situation que je rêvais d'être un verre à cocktail. Rien que pour goûter à ce plaisir des lèvres de ces femmes qui les touchent....

Mais, parfois, ce rêve n'est point nécessaire quand ces femmes sont aussi directes...

Une telle audace. Aussi crue et déterminée; j'adore cela. C'était vivifiant de me sentir à ce point...désiré par une femme aussi intrigante.

Je profitais de l'occasion, alors que j'essuyais le comptoir, pour glisser mon tronc et ainsi la surprendre en approchant mon visage près du sien. Je pouvais sentir l'odeur de l'alcool entre ces lèvres. Je les fixais d'ailleurs gardant une légère distance dans les règles de l'art.

Pourtant...

" Vous êtes bien curieuse, ma chère...Qu'espérez-vous comme réponse ? Vous souhaitez plus que des cocktails de ma part...?"

La tension était palpable, mais il a fallu, encore que mon charmant collègue vienne briser cette belle aura entre nous de part sa maladresse. Je ne cachais pas ma colère en me tournant la tête vers lui. Je n'attend pas plus que la perfection auprès de mes employés. Ce n'était pas le premier verre qu'il brisait. Alors, de le voir perdre ces moyens devant une femme...

Je peux comprendre..., mais cela me prouvait qu'il était encore jeunot...

" Il n'en fera rien. Vous pouvez me croire..."

Il en fallait pas moins pour que ce petit comprenne que je ne voulais plus le revoir de la soirée. Il s'éloignait prenant une autre portion du bar.

C'était peut-être l'occasion de me détacher, de ne plus être déranger par le travail et me consacrer totalement à cette demoiselle. Seulement, il fallait être courtois et lui permettre d'être à l'aise...

Je reviens à une posture plus adéquate avant de lancer le linge dans le lavabo et prendre le temps de me laver les mains. En m'essuyant, le regard sur elle...

" Vous voulez donc connaître le secret...Je peux vous montrez les étapes ici ou bien vous formez dans un des bars privés de la place...Ce qui vous conviendra...Je vous l'ai dit : Vous êtes ma priorité, ce soir..." disais-je tout bas, pour ensuite, lui tendre la main.

CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
https://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-b https://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©lemon ; gifs : (c) liloo_59
Messages : 3476 - Points : 2500
What are you drinking about? Tumblr_m5j5ljwnX31qdoa6uo5_250
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Mar 24 Déc 2019 - 1:33 )
Diana s’amusait à analyser la relation entre Alvaro et le barman. Il était clairement le mâle alpha et il menait la danse ici. La majorité des regards étaient sur lui et ceux qui ne l’étaient pas semblaient le craindre. Principalement d’autres employés, dont ce jeune homme qui s’était lancé en leur direction lorsque Diana avait pris la bouteille d’alcool de derrière le comptoir. Je n’ai peur de rien. Elle était confiante dans son regard, comme pour ajouter à ce qu’elle venait de dire. Et c’était presque vrai : elle ne craignait que très peu de choses et de personnes, car elle savait qu’elle était toujours capable de se sortir de n’importe quelle situation. Elle déguste le cocktail en faisant bien exprès de prendre son temps, de savourer et découvrir toutes les saveurs. Après tout, s’il avait prit son temps pour le préparer, ce n’était que du respect que de faire de même en le buvant. Il y avait du détail dans ce verre et probablement beaucoup de pratique. Elle était curieuse de connaitre la recette et surtout la technique. Elle regarde son téléphone rapidement pour voir l’heure et remarque qu’il commence à se faire tard et elle craint qu’il ne doive quitter bientôt. Ce serait dommage de terminer une soirée ainsi et la forcer à retourner seule au domicile. Elle espère donc que personne ne l’attend chez lui afin qu’il puisse rester avec elle un peu plus longtemps. Plus que des cocktails? Rien de moins comme allusion...Je vous laisse deviner.La jeune femme se lève, prête à aller tout de suite derrière le bar, mais le barman les interrompt encore, cette fois en brisant un verre par accident. Le regard d’Alvaro est noir et ça la surprend sur le coup. Comment un homme est-il capable d’émotions qui sont aussi aux antipodes en si peu de temps? Elle se reconnaît en lui de plus en plus. Capable du pire comme du meilleur. Capable de s’adapter à toute situation en très peu de temps. Elle commence à avoir de plus en plus de mal à croire qu’il n’est que barman. Ce genre de caractère ne se plait pas longtemps à servir les autres. Il doit être en affaires. Qui sait, peut-être que ce bar lui appartient? Elle se retient de poser ses questions, ne voulant pas gâcher l’ambiance. Je crois qu’on serait mieux en privé, non? Ne pas être dérangé à nouveau...Et ce sera plus simple pour moi de bien suivre le Maître. Elle attrappe son sac et son manteau : aucune chance qu’elle ne laisse tout ça sans surveillance.Je vous laisse me guider Monsieur. Diana a abandonné le projet de connaitre son nom et n’utilise que Monsieur pour le moment. Et faut dire que ça lui va plutôt bien. Elle se sent fébrile, mais excitée à la fois. Elle se fiche bien de Stefano en ce moment, mais y’a quelque chose qui lui dit qu’elle est en train de se mettre en danger en le suivant ainsi. Mais Diana n’a jamais reculé pour si peu. Et puis des fois ce qui fait mal peut faire du bien aussi.


I wanna go so what'd you say, when you gonna let me know if you give a damn about me? •  'Cause you got my hands tied. In my defense I always fall for confidence & your compliments look good on me ♪ (c) delusional angel
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 395 - Points : 601
What are you drinking about? 70.31.245.251-5e229e067c355
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le Dim 29 Déc 2019 - 7:31 )
What are you drinking about?
Diana & Alvaro
J'ai un profond respect pour mes employés. Enfin, tant que ceux-ci respectent mes convictions, mes exigences. Je suis méticuleux lors des entrevues, des tests. Je possède une des boites des plus éclectiques, mais aussi intimistes de la région. Mes clients se doivent d'être agréablement servis et s'assurer de la plus grandes discrétion. D'où mes règles, mes directives les plus strictes. Les premiers temps, cela peut être difficile à tout ingérer, à tous suivre sans accrochages. Je suis capable de garder mon calme sachant le peu d'expériences de certains d'entre-eux, mais quand cela est répétitif et désagréable, je n'ai pas de coeur. Aucunement.

Il le savait très bien. Je n'avais qu'à le regarder, qu'à le fixer de mon regard profond et noir. Je pouvais sentir son inconfort, son malaise à ma vue. Il n'en fallait pas moins pour le voir reculer et partir vers l'extrémité du comptoir et ainsi ne plus me faire face. Malheureusement pour lui, ces heures sont comptés au bar. Je n'avais pas l'intention qu'il reste et continuer de semer la zizanie dans mon établissement.

Bien sûr, on pouvait accuser ma présence, mon aura qui lui aurait créer un stress, mais le voyait-il pas que je ne voulais pas incarner cette supériorité. Je désirais simplement être un barman tout comme lui et interagir avec une cliente. Je ne peux accepter ce genre d'attitude. Tout client important, puissant, il serait capable de casser une douzaine de verre...

Mais, comme mentionné, ce soir, je n'étais pas la patron. Non, je ne voulais pas démontrer aucune autorité. Je désirais juste m'amuser et entretenir une conversation avec cette demoiselle.

Une demoiselle tenace et qui semblait avoir une idée bien précise. Tout comme moi, elle souhaitait mettre de côté son rôle, son quotidien, sa monotonie....

Elle voulait s'amuser, mettre un peu de piment en cette nuit fade. J'allais donc exaucer son souhait et privilégier ces désirs, quels qu'ils soient.

Sa main dans la mienne, nous quittions le bar et l'ambiance festive autour. Les regards se multipliaient, sans surprise. Certains me reconnaissaient, mais n'osaient pas me questionner ou m'arrêter dans mon élan. Non, les femmes préféraient regarder ma compagne, curieuses ou bien envieuses de la voir entre mes mains s'éloignant de cette atmosphère bruyante et disparaître derrière les rideaux. Utiliser les escaliers privés sous la supervision de mes hommes. Un signe de tête qui en disait long. De plus en plus, le personnage du simple barman se transformait. Étais-je peut-être employé de longue date ?

Enfin, nous nous retrouvions à un étage supérieur, l'étage VIP, au-dessus de la piste de danse. Quelques clients privilégiés s'y trouvaient assis à des tables longeant à rembarre, mais je n'avais pas envie de m'y attarder et eux non plus. Leur sales regards étaient rivés sur les jeunes demoiselles qui dansaient en bas. Voilà pourquoi je n'aime pas me considérer à leur niveau, à cette mentalité...les mettant hors d'atteinte.

Toujours cette main douce dans la mienne, toujours dans un silence, j'ouvrais une des portes de l'étage; celle d'un de mes bars privés. Puis, jetant un coup d'oeil à la demoiselle, j'installais un sourire sur mon visage, l'invitant à y entrer.

" Si Mademoiselle veut bien entrer...Nous y serons tranquille."

Rien de très extravagant. Non, j'étais plutôt du style minimaliste, mais avec du goût. Mélangeant les styles. Des vieux divans en cuir, une table en bois. Des luminaires métallique de style industriel, des toiles, une sculpture, une bibliothèque contenant des classique et le vieux bar au fond avec un mur de bouteille de divers alcools...

D'ailleurs, après avoir fermé la porte, je laissais la demoiselle faire le tour de la pièce me dirigeant vers le bar...

" Alors,...cette recette..." disais-je en m'installant déjà derrière prenant un verre propre.

CRIMSON DAY


If you think
I look good...
Imagine how I taste...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
What are you drinking about? Empty
Sujet: Re: What are you drinking about? ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- What are you drinking about? -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Le Ruby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant