Revenir en haut
Aller en bas


 

- [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
http://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-bu http://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©cranberry
Je suis absent-e : PR du 6 au 30 octobre
Messages : 856 - Points : 327
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Mer 2 Oct 2019 - 1:07 )
C’est un mardi soir comme les autres et Diana revient du boulot. Sa journée a été longue et elle sent que le reste de la semaine ne sera pas de tout repos. Plusieurs réunions importantes au travail, Stefano qui brille par son absence et l’anniversaire de sa mère qui approche. Elle a normalement toujours assez de temps pour faire un aller-retour aux États-Unis question de la visiter, mais cette année ça sera difficile. Sa mère ne cesse de l’appeler pour avoir des nouvelles et elle esquive Facetime à chaque fois, petite fille ingrate. C’est donc fatiguée qu’elle arrive chez elle et ne réalise pas que la porte est déjà ouverte. Même que le cadre de porte est défoncé à certains endroits. Elle pose ses clés sur la petite table près de l’entrée avant de retirer ses talons. Enfin, le silence, la solitude. Diana n’a pas besoin de faire une dizaine de pas avant de remarquer le bordel. Les tiroirs ouverts, les portes d’armoires arrachées, des bibelots et cadres manquants. Son coeur se met à battre vite, très vite. Son monde s’arrête et elle devient étourdie. C’est un mauvais rêve, un cauchemar et elle va se réveiller. Right? Elle court jusqu’aux escaliers, montant les marches deux par deux pour arriver à sa chambre. C’est là qu’elle le voit, un homme masqué en train de vider son tiroir à linge à la recherche de bijoux. Elle n’a pas le temps de crier qu’il se retourne et se rue vers elle pour sortir. Il l’accroche au passage la faisant tomber au sol après s'être accrochée au coin de la base de lit. Rien de trop grave, une lacération superficielle sur sa joue et une égratignure au bras.

Ayant la tête froide, elle se relève aussitôt pour tenter d’avoir une description physique du voleur avant d’appeler la police. Elle regarde par la fenêtre et le voit embarquer dans une voiture qui démarre aussitôt, avant même qu’il ne ferme la portière. Elle prend rapidement une photo de la plaque alors qu’une goutte de sang de son visage tombe sur l’écran. Merde. Deuxième renfort, elle appelle Stefano et pour une fois il répond qu’après deux sonneries. Stef’? C’est moi. Je...j’viens de me faire cambrioler, la police s’en vient mais ils ont tout pris et je saigne et la porte...ils ont défoncé la porte! L’adréaline commence à tomber et son discours devient décousu. Elle est sous le choc et elle a besoin de lui, besoin de quelqu’un. C’est trop pour elle, même pour Diana. Il lui dit qu’il s’en vient avant de raccrocher. À peine deux minutes plus tard, elle entend quelqu’un entrer. L’américaine est encore tremblante alors qu’elle se rend aux escaliers pour voir qui est là. Madame Diana Miller? Je suis l’agent Franco et lui c’est mon partenaire l’agent Di Fruscia. Vous avez appelé à propos d’un possible cambriolage? Malgré le choc, ça ne l’empêche pas d’être Diana sur certains points, surtout si on s'en prend à ses biens. Un possible cambriolage? Ce n'est qu'une possibilité? Elle met l'accent sur le dernier mot. Mais vous êtes aveugle? Avez-vous vu l’état de mon appartement? La brune descend au premier étage de son appartement question de se rapprocher des policiers. Ils passent une dizaine de minutes à discuter ou plutôt argumenter lorsqu’un autre homme fait son entrée. L’un des agents remarque l’individu qui est derrière Diana. Bonjour monsieur....Miller? Vous êtes le mari de madame?


Oh truth hurts & lies worse
But we're running through the fire when there's nothing left to save. It's like chasing the very last train when we both know it's too late  ▬ Let me hold you for the last time, it's the last chance to feel again


Dernière édition par Diana Miller le Ven 4 Oct 2019 - 17:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Adriano Rocca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adriano Rocca
http://www.ciao-vecchio.com/t5748-dove-c-e-ombra-c-e-luce-adrian http://www.ciao-vecchio.com/t5763-dans-les-tenebres-de-mon-coeur-adriano#182167
Faceclaim : Richard Madden
Messages : 231 - Points : 511
Âge : 33 ans
Métier : Mécanicien pour voitures et petits avions. Ainsi que pilote pour courtes distances
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Mer 2 Oct 2019 - 9:25 )

our world is moving * Adiana #4


Adriano avait reçu le coup de fil de son père sans aucun plaisir. Au moment où le prénom de Stefano s'inscrivit sur son écran, il savait qu'il allait passer un mauvais moment. Pourtant, il devait répondre. Et cela était beaucoup plus important maintenant qu'avant: Eilis était dans un piteux état. Accoudé à son bar de cuisine, Adriano écoutait la voix monocorde de son paternel sans vraiment entendre ce qu'il disait. Leur dernière conversation concernait le mécontentement de celui-ci au sujet du travail de son fils. Adriano lui avait appris qu'il s'était fait surprendre par Diana à l'atelier. Un malheureux hasard qui aurait pu faire tout capoter. Depuis Stefano était lui aussi sur ses réserves avec la belle brune. Mentir ne le dérangeait pas mais quand il n'était pas le créateur du mensonge, il redoutait de dire quelque chose qui ne s'encadre pas avec la vérité. Evidemment, elle devait penser que c'était à cause du fait qu'il était fâché qu'il l'évitait un peu ces derniers temps. Et tout s'expliquait donc parfaitement, mettant fin peut-être à ses investigations sur le sujet de l'atelier. Mais Adriano ne dormait pas tranquille pour autant. Et quand il entendit le prénom de l'américaine prononcé par son père au bout de cinq minutes, son attention fut enfin interpellée. C'était choquant. Elle avait été cambriolée, elle était en état de choc et Stefano n'avait pas commencé par ça. Non, il avait préféré bassiner son fils avec des trucs inutiles tels le marché de la bourse avant de lui annoncer qu'il l'appelait surtout pour qu'il aille chez Diana s'assurer que tout allait bien. « Je suppose que c'était une trop basse besogne pour toi. » soupira Adriano après qu'il ait raccroché. Mais sans perdre un instant, il sauta dans un taxi vers les résidences de Chiaia.

En quelques minutes, il se retrouva devant le bâtiment abritant l'appartement de sa future belle-mère. La pensée lui donnait habituellement la nausée mais là, il était surtout inquiet pour elle. Stefano lui avait dit qu'elle avait été nez à nez avec le voleur. Montant les escaliers deux par deux, il pénétra dans l'appartement et entendit un flic lui poser des questions. Sans même répondre quand l'agent se retourna vers lui pour l'interroger, il se dirigea vers elle. « Comment tu vas? » Il n'avait pas encore fait les honneurs avec l'agent qui n'avait pas l'air très inquiet par la situation. Il se retourna et sur un ton impérieux lui aboya presque ses ordres « Peu importe qui je suis. Avez-vous déjà pu identifier des suspects? Le bâtiment a des caméras de sécurité, qu'est-ce que vous attendez pour aller faire votre travail? » Il avait entendu la question inappropriée qui avait été posée avant qu'il n'entre dans l'appartement. Peut-être un cambriolage... Qu'est-ce qu'il pensait? Que Diana avait mis en scène tout cela? Une fois seuls, Adriano la taquina « Je te manquais à un tel point que tu n'as pas su comment faire d'autre pour me voir que de te faire cambrioler? » Il lui adressa un clin d'oeil mi-complice mi-froid.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
http://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-bu http://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©cranberry
Je suis absent-e : PR du 6 au 30 octobre
Messages : 856 - Points : 327
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Mer 2 Oct 2019 - 18:01 )
Diana est interrompue par l’agent qui mentionne son possible mari derrière elle. Diana se retourne, retrouvant un semblant de sourire en espérant voir Stefano. Elle tombe plutôt sur le fils. Elle n’a pas vraiment le temps de réagir qu’il commande aux policiers d’aller vérifier les caméras et faire leur boulot plutôt que de poser des questions débiles à la jeune femme. Diana montre quand même les photos de la voiture et de la plaque à l’agent en charge avant qu’ils ne quittent son appartement pour aller rencontrer le concierge au rez-de-chaussée.

Un peu déboussolée par sa présence, son temps de réponse est un peu décalé. Peut-être est-ce l’incident ou le fait qu’elle se soit encore fait laissée tomber par Stefano, mais elle n’est pas vraiment dans son assiette. Alors qu’ils sont enfin seuls, la brune parvient à s’ouvrir un peu. Ça va, c’est rien. Ce n’est pas lui qu’elle voulait, ce n’est pas à lui qu’elle a envie de se confier. Stefano était trop occupé pour moi? Fuck, what does it take to see him? Do I need to be dead to be important enough?! Elle crie sans même s’adresser à lui. Elle crie dans le vide, elle a besoin de faire sortir cette frustration qui s’accumule depuis des semaines maintenant. Sa gorge se serre, elle veut pleurer, mais elle n’oserait jamais devant lui. Il ne peut pas la voir ainsi. Diana se retourne, essuyant rapidement une larme avant qu’elle ne coule. Elle voit alors un peu de sang sur ses doigts. La cuisine étant plus proche, elle se rend à l’évier pour passer de l’eau sur sa joue question de laver la plaie. Je n’ai pas besoin de toi, tu peux t’en aller maintenant. Elle attrappe sa trousse de premiers soins qu’elle laisse toujours près du four, pour le peu de fois qu’elle cuisine, au cas où elle se blesserait. Ses mains tremblent encore alors qu’elle tente d’ouvrir la petite boîte et d’en sortir l’alcool à friction et un pansement. Ça doit te faire bien rigoler de voir ça hein? Voir une bourge se faire voler, c’est le karma pour toi surement? Même si une part d’elle est soulagée qu’il soit là, avec elle, elle n’arrive pas à lui démontrer. Parce que lui dire serait se montrer vulnérable. Et elle s’était promis que plus jamais elle ne laisserait quelqu’un la voir ainsi. Plus jamais quelqu’un pourrait jouer avec ses émotions. Son père l’avait fait une fois et ce fut le premier et ce sera le dernier.


Oh truth hurts & lies worse
But we're running through the fire when there's nothing left to save. It's like chasing the very last train when we both know it's too late  ▬ Let me hold you for the last time, it's the last chance to feel again
Revenir en haut Aller en bas
Adriano Rocca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adriano Rocca
http://www.ciao-vecchio.com/t5748-dove-c-e-ombra-c-e-luce-adrian http://www.ciao-vecchio.com/t5763-dans-les-tenebres-de-mon-coeur-adriano#182167
Faceclaim : Richard Madden
Messages : 231 - Points : 511
Âge : 33 ans
Métier : Mécanicien pour voitures et petits avions. Ainsi que pilote pour courtes distances
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Mer 2 Oct 2019 - 23:37 )

our world is moving * Adiana #4


Elle était tellement absorbée par ce qui s'était passé, par le tumulte dans sa tête qu'elle avait du mal à prendre en compte la présence d'Adriano. Il lui avait demandé ce qu'elle ressentait, comment elle allait mais elle ne lui disait rien à lui. Pas jusqu'à ce que l'agent soit parti et que le stress ne cesse un peu. Alors, elle se détendit partiellement et lui aussi. En tant qu'homme, il estimait que c'était son devoir d'aider une femme en détresse. Il ne comprenait pas que Stefano soit si insensible. Il s'agissait de sa petite-amie, il aurait dû accourir et non pas l'envoyer lui. Mais le riche cinquantenaire avait mieux à faire que de tenir la main de l'américaine. Après tout, elle était en vie. Et comme il venait de le penser, Diana eu le même songe. Son agacement était visible et Adriano s'étonna de ne pas la voir cogner dans un coussin ou mettre un coup de pied à son canapé. « Stefano est... »  Il n'osait même pas finir cette phrase. Rien ne justifiait qu'il ne soit pas là. Autant Adriano trouvait la brune un peu trop diva et trop en demande d'attention, autant ici, elle avait raison de vouloir qu'on la prenne en considération. « ...il est juste Stefano. » Y avait rien d'autre à ajouter. Son ton était neutre, il ne voulait pas donner le sentiment qu'il accusait son père. Car montrer un désaccord entre eux aurait été donner des armes à Diana pour le déforcer. Et même dans une situation pareille, il ne parvenait pas à ne pas se méfier d'elle. Tout comme elle n'arrivait pas à baisser sa garde. Elle le chassait sans aucune raison immédiate. Cependant, Adriano ne pouvait pas partir ainsi. « Impossible de me mettre à la porte, tu n'en as plus. » Elle prit mal son humour. C'était un manque de tact qui habituellement ne la dérangeait pas outre mesure. Mais ce soir, elle semblait moins ouverte à la taquinerie. « Je ne suis pas un monstre, tu sais? » Il contourna le canapé pour aller se servir un verre de scotch sans en demander la permission. Il remit un porte-photos en place sur la table basse et s'assit dans le canapé en regardant le petit souvenir d'une Diana plus jeune. « Même si je ne te souhaite pas forcément tout le meilleur du monde et qu'effectivement, je pense que le karma existe, je ne suis pas là pour me réjouir de ta situation. » Il la fixait avec un air étrange, comme s'il ne savait pas s'il croyait lui-même à ce qu'il disait. « Elle date de quand cette photo? T'as presque l'air gentille dessus. » Il reposa le cadre sur la table d'où il l'avait soulevée, en profitant pour regarder autour de lui. Cet endroit était supposé représenter sa belle-mère. C'était luxueux malgré le désordre du cambriolage et cosy à la fois. Beaucoup moins pompeux que chez son père, ça c'était sûr. Mais ça manquait de vie, il se demandait combien de temps elle passait ici.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
http://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-bu http://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©cranberry
Je suis absent-e : PR du 6 au 30 octobre
Messages : 856 - Points : 327
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Jeu 3 Oct 2019 - 0:01 )
Diana était d’accord sur ce point : Stefano était Stefano. Et il ne changerait probablement jamais pour elle, peu importe sa beauté, son charme et ce qu’elle était. C’était difficile à accepter, difficile de concevoir que peut-être elle n’aurait jamais le pouvoir sur lui. Si dans ses pires moments il n’était pas présent, c’était facile de s’imaginer la suite. Elle était perdue dans ses pensées, à se demander ce qu’il faisait avec elle. Pourquoi garder Diana dans sa vie s’il ne la voyait jamais? Elle était tellement dans la lune qu’elle ne fit même pas vraiment attention à la blague d’Adriano. Elle ne fit qu’une grimace avant de se retourner, pas intéressée par l’humour pour le moment. L’homme se déplace au salon, observant les alentours avant de poser son attention sur un cadre. Décidément il n’est prêt de s’en aller, peu importe les demandes de l’américaine. T’es pas obligé de rester juste parce que ton père te le demande. Je ne lui dirai pas que tu es parti. De toute manière, je pense qu’il s’en fout un peu sinon il serait ici et pas toi. La jeune femme parvient finalement à sortir le pansement et l’apposer sur sa joue. Elle se regarde dans le miroir près du salon avant de faire une grimace. Disons que ça ne l’avantage pas trop.

Diana s’avance près de lui avant de s’arrêter et croiser les bras sous sa poitrine : un classique à la Miller. Elle ne savait pas quoi répondre à sa remarque. Évidemment qu’il n’était pas un monstre, mais du point de vue d’Adriano, la situation devait être quand même satisfaisante : petite bourge qui se fait dévaliser. Elle n’a pas le temps de réfléchir à quoi répondre qu’il remet une photo à sa place avant d’y attirer aussi son attention. Euh, je ne sais pas...Elle s’approche de la table afin d’observer le portrait de plus près. Je devais avoir 21 ou 22 ans. J’étais encore aux États-Unis, probablement à l’université. J’ai pas trop mal vieilli quand même, non? Je veux dire, outre ça dit-elle en pointant le pansement posé sur sa joue. Probablement son premier sourire depuis l’incident et c’est grâce à Adriano. C’est peut-être pour ça qu’il la trouble autant : il est capable de lui faire ressentir des choses, de simples émotions que tout humain devrait pouvoir vivre, comprendre et gérer. Il fait ressortir le pire et le meilleur d’elle-même. Comment lui dire? Et surtout à quoi bon?

Voyant qu’il se sert dans son scotch, elle décide de le suivre. Elle se verse un verre qu’elle cale d’un coup avant d’en verser un deuxième. Le premier c’était pour la calmer après le choc. Le deuxième c’est pour déguster. Tu peux quitter Adriano...je ne sais même pas pourquoi tu es venu. De toute façon les agents seront probablement de retour d’une minute à l’autre. Diana prend une gorgée avant d’aller prendre place sur le canapé et fermer les yeux quelques secondes. Je peux te poser une question? Je pense que tu es le seul qui soit honnête avec moi de toute façon. Elle prend une autre gorgée avant de se racler la gorge. Je suis la combientième dans sa vie? Qu'est-ce que je dois faire pour qu'il m'aime? Diana est hyper sérieuse alors qu'elle parle de Stefano et de leur relation. Tout est calculé, rationnel. Y'a pas d'émotions, seulement des décisions. Comme on bouge nos pions sur un jeu d'échec. Et elle voulait savoir quoi faire pour le mettre échec et mat.


Oh truth hurts & lies worse
But we're running through the fire when there's nothing left to save. It's like chasing the very last train when we both know it's too late  ▬ Let me hold you for the last time, it's the last chance to feel again
Revenir en haut Aller en bas
Adriano Rocca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adriano Rocca
http://www.ciao-vecchio.com/t5748-dove-c-e-ombra-c-e-luce-adrian http://www.ciao-vecchio.com/t5763-dans-les-tenebres-de-mon-coeur-adriano#182167
Faceclaim : Richard Madden
Messages : 231 - Points : 511
Âge : 33 ans
Métier : Mécanicien pour voitures et petits avions. Ainsi que pilote pour courtes distances
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Jeu 3 Oct 2019 - 11:22 )

our world is moving * Adiana #4


Diana n'était pas le genre de personne à laisser passer une taquinerie aussi facilement. Pourtant, là, elle semblait désorientée, hors de son élément. Mais elle n'oubliait pas qui elle était ni que son amant n'avait pas daigné pointer le bout de son nez. Adriano avait honte d'en être le fils. Il n'avait jamais eu plaisir à penser que cet homme avait aidé à son insémination car il l'avait toujours trouvé déplaisant, imbu de sa personne et éminemment égoïste. Mais il savait jouer la comédie pour le chèque en banque qui permettait à Eilis de survivre. Seulement là, alors qu'il y avait une femme qui souffrait à sa manière devant lui et que son père était aux abonnés absents, il avait du mal à ne pas montrer son mépris à son égard. « Mon père se fout de tout ce qui ne lui rapporte pas des nombres à plus de trois chiffres. Mais il a quand même envoyé son fils unique te secourir donc c'est qu'il tient quand même à toi... à sa façon. » Il ne savait pas si c'était pour la réconforter, s'il se parlait à lui-même, s'il était content de ce fait ou s'il critiquait encore Stefano. Avec Diana, il avait du mal à savoir ce qu'il ressentait. Elle perturbait toujours les données. Car il était impossible d'être soi-même auprès de la brune au caractère d'acier.

Elle n'avait pas mal vieilli du tout. Si elle n'avait pas été là, si cela avait été Declan ici avec son cousin, ils auraient probablement pris une gorgée de bière en épelant le mot c.a.n.o.n tout en matant la photo de Diana en jeune adulte. « Ouais, ça va, t'es toujours potable. » fut la seule réponse acceptable qu'il trouva à lui donner. Il ne fallait pas flatter son égo car elle en avait déjà un trop grand. Puis admettre qu'il la trouvait plus belle maintenant qu'à l'époque aurait été fatal pour leur relation de haine. Mais tandis qu'il la regardait pointer son pansement au visage, il se disait que même les cicatrices lui donnaient un certain charme. Elle gagnait en caractère avec ces marques de la vie, comme si elle exposait sa force au grand jour. Il avait envie de se lever et d'aller l'aider à positionner le sparadrap comme il faut mais il savait qu'il risquait de se faire jeter comme un malpropre.

« J'ai pas envie de partir.» C'était net. Au moins ainsi, elle arrêterait de tenter de le chasser. Il était pas spécialement bien en sa compagnie mais il refusait de la laisser seule maintenant. « Pose toujours, on verra si je suis d'humeur à te répondre. » Il ne savait jamais à quoi s'attendre de sa part. Il pensait qu'elle lui demanderait pourquoi il restait, pourquoi Stefano ne venait pas, si il y avait des chances de retrouver le voleur... mais pas ça. « Je n'en sais rien.» Il déposa son verre vide sur la table basse sans aucun sous-verre. «Je ne les ai jamais comptées et ça ne m'a jamais intéressé. » C'était la vérité. Elle ne pouvait pas savoir qu'il ne partageait pas la vie de Stefano depuis suffisamment longtemps que pour savoir combien de femmes avaient existé dans son arsenal affectueux. Il se leva et avança vers elle, s'arrêtant à quelques centimètres d'elle et la fixant droit dans les yeux. Elle avait l'air vulnérable et forte en même temps. C'était un mélange très attirant qu'il ne rencontrait pas souvent chez elle. Passant son index sur le pansement, il le saisit entre ses doigts pour le décoller de son visage. « Si tu dois cacher tes cicatrices pour qu'un homme t'aime, c'est qu'il n'est pas l'homme qu'il te faut. » Il fit une petite boule du pansement lentement décollé de son visage avant de le faire tomber au sol, comme il l'aurait fait dans son propre appart. Son pouce vint effleurer la plaie sur son visage. Il était pris comme dans une sorte d'enchantement, un moment suspendu. « A mon tour de te poser une question. Pourquoi est-ce que ça compte autant pour toi si il t'aime? Tu l'aimes, toi? » Il ne s'était jamais posé la question car il s'en fichait un peu et surtout, il se disait que c'était certain que non. Mais en ce moment, alors qu'il la regardait avec ses blessures à la surface, il espérait qu'elle lui dirait qu'elle n'aimait pas Stefano. Adriano n'en avait pas pleinement conscience mais en ce moment, il était un peu jaloux de l'attention qu'obtenait son père de cette femme.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Diana MillerLe vin est un puissant lubrifiant social
Diana Miller
http://www.ciao-vecchio.com/t6071-diana-_-the-beauty-is-there-bu http://www.ciao-vecchio.com/t6076-cause-i-may-be-bad-but-i-m-perfectly-good-at-it
Faceclaim : Mila Kunis ©cranberry
Je suis absent-e : PR du 6 au 30 octobre
Messages : 856 - Points : 327
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Giphy
Âge : 33 ans
Métier : Directrice des RH pour le magazine Vogue
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Jeu 3 Oct 2019 - 18:21 )
Adriano continuait de regarder sa photo et ça lui faisait un petit quelque chose. Pourquoi passait-il autant de temps avec elle? Pourquoi restait-il à ses côtés alors que le danger était éliminé? Et pourquoi observait-il cette photo comme s’il n’avait jamais vu Diana auparavant? Évidemment elle ne s’attendait pas à des compliments de sa part, ce serait rêver. Elle était potable à ses yeux et c’était probablement bien plus que ce qu’il aurait pu dire il y a quelques jours. Bien qu’elle mise souvent sur son apparence, elle sait très bien que ce n’est pas tout. Oui elle y croit à cette beauté intérieure, au fait que certaines qualités intangibles puissent rendre une personne plus belle. Et c’était peut-être ce qui était en train de se passer : Adriano réalisait à son tour que Diana n’était peut-être pas un monstre. Du moins, pas totalement un monstre. Potable? Wow, je ne me rappelle pas qu’on m’ait déjà qualifié de la sorte. Tu devrais te mettre à la poésie ou à l’écriture de cartes de St-Valentin, tu as un vrai talent. Il ne parvenait pas qu’à la faire rire, il lui permettait de se relaxer et de retrouver un certain calme. Elle redevenait peu à peu Diana, celle qu’il connaissait, celle qui la taquinait. Mais sans le savoir, elle laissait ses gardes un peu tomber et lui permettait d’entrevoir une autre perspective de la jeune femme. Celle qui va à l’orphelinat à chaque dimanche pour s’occuper des enfants. Celle qui pleure seule dans son lit certains soirs quand elle doit s’endormir seule. Celle qui n’a toujours pas fait le deuil de son père. Celle que personne n’a jamais vraiment eu la possibilité de découvrir.

Il s’approche d’elle alors qu’il répond à sa question. Dans la haute société, l’honnêteté est rarement présente. Tout est dans les apparences, flatter les égos et faire des promesses vides. Mais avec lui, elle sait qu’il n’a pas peur de lui dire la vérité. Il n’a rien à perdre, rien à gagner de toute façon. Malheureusement pour elle, il ne lui est pas d’une grande aide, presque comme si le sujet ne l’intéressait pas vraiment. Ça ne la rassurait guère de savoir qu’il ne les avait pas comptées, car cela voulait peut-être dire que le nombre était très élevé. Diana n’était pas idiote, elle savait qu’elle n’était pas la première et qui sait, peut-être pas la dernière. Mais pour la première fois, le fait de se sentir une parmi tant d’autres lui brisait un peu le coeur. Sans l’avertir, il touche doucement sa joue, retirant le pansement qu’elle vient d’y poser et révélant ainsi la petite lacération. La brune ferme les yeux, laissant son visage tomber dans la main de l’homme alors qu’il caresse sa joue affectueusement avec son pouce. Le temps s’arrête. Ce n’est plus deux personnes qui se détestent, ce n’est pas une belle-mère et son beau-fils. Ce sont Diana et Adriano, deux humains qui apprennent à se découvrir, à se connaître. Deux êtres qui semblent découvrir un certain désir l’un pour l’autre, à la plus grande surprise de l’américaine. Elle rouvre ses yeux, perdant son regard dans le sien., ne remarquant même pas qu’il a simplement laissé tomber le sparadrap au sol. Sans même réfléchir, elle vient poser sa main sur la sienne avant d’entrecroiser ses doigts et aux siens et l’attirant un peu plus proche d’elle. Dis-moi Adriano, quel homme il me faut alors? Si elle ne l’a pas encore dépassé, elle est très proche de la limite. Tout devient flou et elle ne laisse pas sa tête choisir, choisissant plutôt de se laisser guider par ce qu’elle ressent. Et là, tout de suite, c’est lui qu’elle veut. Ses lèvres ne sont qu’à une dizaine de centimètres, ce serait si facile d’y apposer les siennes. Mais quelque chose la retient encore. Diana laisse finalement tomber sa main et se recule aussi rapidement qu’elle s’est approchée.

Quand j’étais petite, comme toutes les autres fillettes, je rêvais au prince charmant. Celui qui allait arriver dans ma vie alors qu’on ne l’attend pas. Celui qui allait me sauver, m’aimer, me protéger. Elle rit nerveusement. J’ai bien vite réalisé qu’il y a une raison pourquoi on appelle ça un conte de fées : parce que ce n’est pas vrai. C’est impossible. Elle termine son scotch avant de poser le verre près de la bouteille. Stefano, je l’aime comme on aime les diamants, comme on aime les feux d’artifice ou les voitures de luxe. C’est superficiel, c’est simple mais extravagant. J’ai fait un trait sur mon rêve de jeune fille et ton père est probablement le seul et meilleur amour que j’aurai et que je mérite. C’est pour ça que je le veux. Ses yeux sont tristes alors qu’elle exprime avec une certaine vulnérabilité et honnêteté ce qu’elle ressent. Heureusement les agents reviennent à l’appartement avant qu’elle n’ait le temps de trop en révéler. C’est bon madame Miller, on a toutes les informations dont on a besoin. On attend donc la liste des choses qui sont manquantes et le détective fera le suivi avec vous dans les prochaines semaines. Pour le moment, on vous conseille de dormir ailleurs si vous pouvez...chez un ami, de la famille ou à l’hôtel. Pour votre sécurité. Les policiers laissent leur carte sur la table près de l’entrée avant de laisser Diana et Adriano seuls à nouveau. Diana revient à ses habitudes et se penche pour ramasser le pansement par terre. C’est pas parce que c’est le bordel partout que tu peux te permettre d’en rajouter tu sais. Sans même lui demander, elle prend son verre et le sien qu’elle amène à l’évier de la cuisine avant de jeter le sparadrap dans la poubelle. Si j’apprends que tu as répété quoi que ce soit à Stefano tu peux t’estimer mort, c’est compris? Maintenant laisse-moi seule s’il-te-plait, je n’ai pas 10 ans, je peux me débrouiller. Diana s’en veut de s’être ouverte à lui, elle se sent bouillir. C’est aussi probablement parce qu’elle n’arrive pas à contenir le désir qui grandit pour lui. Un désir qui n’est pas que physique et qu’elle ne peut contrôler. Et ce qu’elle ne peut contrôler, elle préfère éliminer, fuir. Et ça, elle le fait à merveille.


Oh truth hurts & lies worse
But we're running through the fire when there's nothing left to save. It's like chasing the very last train when we both know it's too late  ▬ Let me hold you for the last time, it's the last chance to feel again
Revenir en haut Aller en bas
Adriano Rocca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Adriano Rocca
http://www.ciao-vecchio.com/t5748-dove-c-e-ombra-c-e-luce-adrian http://www.ciao-vecchio.com/t5763-dans-les-tenebres-de-mon-coeur-adriano#182167
Faceclaim : Richard Madden
Messages : 231 - Points : 511
Âge : 33 ans
Métier : Mécanicien pour voitures et petits avions. Ainsi que pilote pour courtes distances
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le Ven 4 Oct 2019 - 8:24 )

our world is moving * Adiana #4


Aucun doute que personne ne s'était aventuré à traiter la Miller de potable auparavant. Mais Adriano ne pouvait décemment pas lui dire qu'elle était bonne ni même de manière plus classe, canon. Elle demeurait la petite-amie de son père. Et surtout, elle demeurait une casse-pieds de première classe qui ne méritait pas d'être flattée. Elle était capable de s'auto-complimenter donc nul besoin d'aller caresser son égo. Cependant, la remarque d'Adriano sembla la mettre de bonne humeur. Après tout, potable, cela restait convenable et c'était même un pas en avant en ce qui les concernait. Il y a deux mois, il n'aurait même pas admis avoir regardé la photo en question.

Cependant, potable ou non, canon ou pas, Adriano avait bien regardé cette image et il avait aussi pris le temps de regarder celle dont elle était le reflet passé. Il s'était même aventuré à s'en rapprocher plus que d'usure et plus que recommandé par l'étiquette. Le contact avec la peau de Diana le brûle et pourtant, il ne bouge pas d'un cil. Les yeux fermés pendant une fraction de seconde, la belle se laisse à un geste tout aussi interdit que celui de son visiteur. Sa main retrouve celle posée sur son visage et la rencontre dans une étreinte qui ne dure pas assez et trop à la fois. Adriano entend la question et sur le moment, il sait ce qu'il aurait envie de répondre. Mais cela va à l'encontre de tout ce qu'il ressent pour elle. Adriano n'est pas un homme pour elle, oh non. Tous les deux aux antipodes du couple parfait. Elle est assoiffée d'argent et de pouvoir et lui est terre à terre, pragmatique et modeste. « Tu le sauras quand tu le rencontreras.» souffle-t-il en guise de répondre avant de briser le charme de ce rapprochement inédit. Elle rompt en même temps et tous deux partent dans des sens différents comme s'ils avaient des choses à faire dans cet appartement, quelque besogne à terminer soudainement.

Malgré la distance physique, le sort semble continuer car Diana est encore proche mais autrement. Elle lui parle à coeur ouvert, laissant des failles faire surface. C'est imperceptible mais pour quelqu'un qui s'est battu contre elle au cours des derniers mois, quelqu'un qui lui a accordé assez d'attention, c'est évident. Elle se livre un peu. Diana n'en dit pas trop mais une brèche s'est ouverte et Adriano a envie d'aller s'asseoir dans le canapé et sonder plus en profondeur ce qu'elle pourrait avoir à lui dire, confier. Il ne l'interrompt pas et attend qu'elle finisse sa dernière phrase. « Ca n'a pas vraiment l'air d'être ce que tu veux mais plutôt ce que tu penses pouvoir... » Il n'a pas le temps de finir sa phrase qu'on frappe à la porte et que l'agent rentre avec son collègue, brisant le moment étrange qui les avait réuni l'instant de quelques minutes.

Repartis, Adriano sait que c'est à son tour de prendre congé. Diana fait du rangement et il se retourne pour voir de quoi elle parle. Il ne s'était pas rendu compte de son geste en le faisant, bien trop obnubilé par la femme dont il avait retiré le pansement. « Ah pardon, vieux réflexe... » de quoi? Garagiste? Il se reprend et invente un bobard « ... de pensionnat.» Si son père l'avait éduqué, il aurait probablement été en pensionnat. Elle s'est livrée à lui et il lui répond par un mensonge. Un sentiment de honte l'envahit sans qu'il ne puisse y faire face. Depuis quand mentir à Diana l'embarrasse-t-il? Depuis qu'elle lui a livré une toute petite part d'elle-même. Il est conscient de la valeur de cette chose venant d'une dynamite telle qu'elle. D'ailleurs, ses instincts aussi refont surface dans la piètre menace s'il venait à parler de tout cela à son père et dans sa manière de le chasser à nouveau. Adriano sait qu'il n'a plus de raison de rester. Ils seraient amis, il ne la laisserait pas seule. Mais il a senti le danger ce soir et partir est la meilleure chose à faire. Partir avant d'être vulnérable à son tour. « Oh, ne t'inquiète pas, je sais que tu peux te débrouiller.» Chassé, son égo en a pris un petit peu pour son grade et Adriano est redevenu plus cassant sur ses derniers mots. Sans un au revoir, il sort par cette porte crochetée qui ne se ferme sans doute plus. Il n'en dit rien à Diana mais une fois dans les escaliers, il forme le numéro de Stefano et lui crie dessus. Pour elle, il prend le risque de se fâcher avec celui qui détient la santé d'Eilis entre ses mains. Il lui commande de venir auprès de Diana et pour une fois Stefano semble comprendre qu'il y a des choses plus importantes que les chèques en banque. Leur dispute ne s'éternise pas, il consent à venir la voir et Adriano termine l'appel en lui disant « Merci. » comme si c'était à lui qu'on rendait un service. Est-ce un soulagement que son père l'ait écouté enfin ou qu'elle ne passe pas la soirée seule? Il ne se pose pas la question. Mais l'idée que Stefano aille la réconforter ne le calme qu'à moitié. Assis sur la banquette arrière du taxi qui vient de le prendre, il regarde la fenêtre de la Miller en l'imaginant dans les bras de son père et un sentiment étrange se forme dans ses entrailles. Il ne sait pas ce que c'est mais il n'aime pas cela. Il se plonge sur son smartphone pour se changer les idées en attendant d'arriver chez lui.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 Empty
Sujet: Re: [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [Terminé] The whole world is moving and I'm standing still | Adiana #4 -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut