Revenir en haut
Aller en bas


 

- Un triste anniversaire [PV Misako] -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 246 - Points : 305
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Mer 2 Oct 2019 - 4:31 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
Il ne manquait plus que cela. C’était de loin la journée où j’avais besoin de me frotter avec un voisin. Non, je n’avais pas le temps et encore moin l’intérêt. Je suis, plutôt, du type discret qui fait sa besogne sans déranger qui que ce soit. Bien sûr, il peut arriver, lors de fête, d’engueulade ou de soirées frivoles, que je suis sujet à faire acte de présence au sein de mon voisinage.

Malheureusement, on ne parlait pas de bruit ici, mais plutôt de carosserie. En effet, je venais d’être secoué vivement par un choc terrible sur ma belle voiture. Un coup dont je me serais bien passé. Juste devant la bâtisse de mon domicile. Une collision stupide dont je n’avais aucunement été responsable. Non, il s’agissait de cet idiot de voisin dont sa vie téléphonique était plus importante que le soucis de sa sécurité en automobile.

Vous me direz que parler de sécurité dans mon cas est tel le Pape parlant des bienfaits du satanisme, mais j’étais très prudent en voiture. Je maîtrisais parfaitement cet engin me permettant de circuler aisément entre les autres voitures, éviter le traffice ou même tirer sur un ennemis sans quitter le regard sur la route. Alors, oui, je savais être prudent et sécuritaire. Par contre, quand on ose s’en prendre de cette sécurité envers ma personne pour un stupide téléphone, mon attitude est tout autre.

Mon tronc entré dans sa voiture par la fenêtre conducteur afin de lui arracher ce téléphone.

« Mais qu’est-ce qui vous prends ?!?» me criait-il.

« DEHORS !!!» osais-je dire en hurlant en balançant son téléphone au beau milieu de la route.

Voyant que je ne rigolais pas,  il sortait, espérant quand même exprimé son désaccord de mon attitude. Pourtant, il n’avaos pas pu émettre un mot, un son, même pas une respiration. Mes mains lui serraient le col afin qu’il me regarde dans les yeux.

« Tu n’as pas choisi ta journée pour être stupide, toi. Tu ne vois pas que ton  téléphone a bousillé ma voiture. Depuis le temps que je te vois avec ça, je crois que ne te souviens même pas le nom de tes enfants tellement que tu ne te soucis que ce stupide truc. Imagine si tu avais frappé un des tiens !!! Alors, un conseil, fais en sorte de trouver une solution ou je ferais en sorte que tu auras plus besoin de tenir ton téléphone, l’éyant bien bien inséré dans ton postérieur. Maintenant, fais moi plaisir et dégage !!!»

Après plusieurs années de silence, voilà que je m’étais finalement présenté à mon voisin. Malheureusement, je crais qu’il n’aura aucunement envie de m’inviter à un de ces dîners bbq communautaire.

Ma colère au tapis, je n’hésitais pas à regagner ma voiture et reculer bien aisément afin d’écraser ce truc en plastique et même, à mon tour, foncé sur sa voiture, frappant la porte passager. Oserait-il me poursuivre...? D’après son regard en ma direction, je ne crois pas. J’avais mille et une raison d’avoir le dessus sur lui. Par contre, j’étais capable d’avoir un coeur et  de l’épargner : pour ces enfants.

Malgré l’état de mon coffre arrière bossé, je prenais la route afin de continuer ma journée. Mon plan initial dont je ne pouvais pas changé. C’était trop important pour moi....

Pour certain, ce genre d’endroit est mignon et apporte le bonheur, pour d’autre c’est une moyen de trouver le chemin pour se faire pardonné. Il y a ceux, comme moi que ce genre de boutique apporte une atmosphère qui n’éveille que des mauvais souvenirs...

J’essayais de rester calme..malgré mon début de journée et  du but de ma visite chez un fleuriste.

Je les admire, je les sentes. Je m’en sers même sur mes pâtisseries ou complimenter mes filles, mais c’est tout...

J’ai du mal à les regarder sans pensée à elle...Je devais quand même passer outre afin de trouver ce que je cherche.

Je retirais mes verre fumées pour prendre conscience de toute la variété possible de fleurs...

CRIMSON DAY


You can close your eyes to the things you don't want to see, but you can't close your heart to the things you don't want to feel.

I'm always hurt.


Dernière édition par Alvaro Navarro le Mer 9 Oct 2019 - 4:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Philias
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 420 - Points : 228
Un triste anniversaire [PV Misako] Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Sam 5 Oct 2019 - 18:04 )
Ouvrant les yeux sur le plafond de son modeste logement au-dessus de la boutique : Misako prit conscience du monde qui l’entourait. Une façon de se prouver que d’une, elle n’était pas porte et que de deux elle n’était pas non plus dans un de ces rêves qui se confondent à la réalité. Allongée sur le dos, les mains sagement posées sur le haut de sa couette : elle n’était pas la personne qui bougeait quand elle dormait. Elle était du genre à s’endormir dans une position et ce réveillé exactement pareil. Clignant plusieurs fois des yeux, elle se forçait à apprécier ces quelques minutes de répit avant de commencer sa journée. On lui avait conseillé de faire ça, mais également de faire une liste des choses positives à faire. Misako avait décidé qu’aujourd’hui, c’était aux hommes qui passeraient la porte de la boutique qu’elle offrirait une fleur. Contrairement aux dames, elle savait déjà que la plupart n’accepteraient pas, mais ce n’était pas son problème. Elle faisait l’effort d’avoir un impact positif sur la société. Une façon de se sauver de son spleen qui - tapis dans un coin de son esprit - attendait d’être nourrie par une pensée négative. Ce chien noir qui grognait quand il était affamé : Misako apprenait tous les jours à ne plus le laisser contrôler sa vie. Parce qu’elle voulait renouer le contact avec Emiko ; parce qu’elle voulait aider Lia à retrouver un sourire et pour faire tout cela elle devait être en vie. Un jour, dans quelques années quand elle ne serait plus nécessaire, elle finirait le geste fait il y a des années de cela maintenant et servira volontiers de nourriture au ver une fois son corps réduit en cendres. Pas aujourd’hui, cependant. Misako devait se lever et ouvrit la boutique.
Alors, elle s’extirpa de la chaleur de ses draps pour poser ses deux pieds-à-terre et filer dans la salle de bain pour faire sa toilette et s’habiller d’un simple chemisé ainsi que d’un jean. Ses converses noires lassées : elle alla remplir son mug de voyage de thé vert et descendit pour allumer les lumières. En voulant refermer la porte de l’arrière-boutique : elle se coinça violemment le doigts dans la porte faisant tomber son mug. Elle soupira longuement, regarda quelques instants son ongle qui semblait avoir prit le plus gros du choc avant de ramasser sa tasse de voyage qui était heureusement bien hemermétique. La journée allait être longue, elle le devinait aisément.

“Bonjour les loulous.” Oui, elle parlait à ses plantes. Elle vérifia qu’elles étaient toutes en bonne santé avant d’aller remplir l’arrosoir et de remettre de l’eau dans les bacs où les fleurs coupées reposaient. “Aujourd’hui est une nouvelle journée où vous allez aider les gens.” Misako sourit et alla déverrouiller la porte.

Les fleurs pour les hommes posés dans un sceau près du comptoir, elle retroussa les manches de son chemisier bleu ciel pour commencer à faire de nouveaux bouquets. Elle n’avait pas non plus oublié la commande pour une couronne florale en l’honneur d’un défunt. Misako comptait en faire une pour la propriétaire de la boutique qu’elle irait poser le soir-même. Elle faisait souvent ce genre de petites attentions, car c’est grâce à elle qu’aujourd’hui elle peut tenir cette échoppe qui sent toujours bon.

En attendant la sonnette d’entrée, elle releva sa tête et sourit au nouveau client.

“Bonjourno.”


Le salua-t-elle poliment. Il n’y avait qu’une autre femme dans la boutique qui avait déjà exprimé son désir de regarder par elle-même alors la Japonaise pouvait à loisir regarder le nouvel arrivant. Elle le détailla pendant quelques secondes : perturbé par son aura. Il y avait quelque chose de terriblement sombre dans cet homme, mais aussi une certaine lueur. La personnification même du mal contre le bien. Misako avait appris à écouter son instinct et ses sens. Cet homme, elle devait l’approcher avec précaution. À Okinawa, elle en avait rencontré plusieurs dans son genre. Lui laissant quelques minutes pour regarder son choix, elle fit le tour du comptoir et attrapa une rose noire avant de s’approcher du client ténébreux. Elle était la seule boutique de Naples à proposer des fleurs noirs. Ses préférés. Une espèce qui se trouvait difficilement et qu’elle cultivait elle-même dans l’arrière boutique.

“Cadeau de la maison, aujourd’hui, nous mettons les hommes à l’honneur.” Elle lui tendit la fleur. “Je peux vous aider ?” Misako lui offrit son plus beau sourire. Celui qu’elle réservait à ses clients. L’habitude de montrer que tout va bien pour se mentir à elle-même et garder la tête hors de l’eau.


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 246 - Points : 305
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Mar 15 Oct 2019 - 3:57 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
Une fleur...Si jolie, si doux et agréable à sentir, à toucher...

Une fleur, une femme. C'est indéniable. Je fais le lien automatiquement.

Il y en avait toujours dans l'entrée, dans le salon, la cuisine et que dire de notre chambre à coucher. Elle en mettait partout, comme si elle ne pouvait pas vivre sans. Les odeurs magnifiques qui s'en dégageaient. Les parfums qui mélangeaient, qui me faisaient sourire dès que je franchissais la porte de notre demeure. C'était elle...totalement elle, me rendant ce plaisir, ce bien-être que j'avais perdu en quittant sa présence. Les couleurs qui se multipliaient devant moi ne sachant plus où regarder. Comme une de ces rares toiles qui arrivaient à me captiver. À me toucher....

Chaque couleur avait sa raison d'être. Une symbolique de son état d'âme, du message qu'elle voulait dégager. Je savais quand elle était triste, quand elle était heureuse. Rares sont ces moments sombres ne voyant que des couleurs vives se répandre dans chacune des pièces. Que dire de ceux qu'elles étendaient au sol m'invitant à les suivre et à la retrouver dans ce bain ou ce lit chaud.

Le nombre de bouquet pour illuminer son visage, renouveler notre amour, fêter un moment ou par pure plaisir. Tout était dans ces fleurs. Tout ce lisait dans ces fleurs, me rendant complètement envoûter par une ambiance des plus déstabilisantes.

Je ne les vois plus de la même façon...Elles sont encore présente dans ma demeure, mais beaucoup moins qu'avant. Ce n'est plus elle qui les choisis, mais une de mes bonnes. Tout est différent. Elles ne sentent pas aussi bonnes. Elles sont plus aussi vibrantes. Elles ne font que partie de la déco...Je ne les remarque même plus.

Cela faisait un moment que j'en avais pas vu autant et si vibrante. Les dernières ont été déposé sur sa tombe, coupées, en ornement bien installé afin de mettre un peu de couleur sur ce jour aussi sombre. Aussi poignant...

Alors, m'y confronter comme cela. Entrer dans ce jardin de beauté et de douceur...me donnait un léger frisson. Pourtant, c'était important que je le fasse. Que je plonge afin de rendre justice à ce moment important de ma vie, même triste soit-elle.

Je ne m'attendais pas à ce genre d'approche. Une fleur tendue. Une rose noire...

Je prenais lentement ce présent qu'elle m'avait fait, sans pour autant réagir gaiement...Non, j'en avais pas la force. Mes bagues se collaient à cette tige épineuse.

Pourtant, je me contentais d'un léger sourire, regardant le noir de cette fleur.

" Les hommes sont-ils tous aussi sombre que le noir profond de cette rose à vos yeux, ma chère ?" disais-je en la regardant, essayant de garder ce petit sourire sur le coin de mes lèvres.


CRIMSON DAY


You can close your eyes to the things you don't want to see, but you can't close your heart to the things you don't want to feel.

I'm always hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Philias
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 420 - Points : 228
Un triste anniversaire [PV Misako] Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Dim 20 Oct 2019 - 17:13 )
Aider, guider, conseiller ses clients : depuis son arrivée à Naples Misako s’était découverte une nouvelle passion. Elle aimait prendre soin de ces plantes, les regarder grandir et devenir des fleurs magnifiques, mais surtout elle aimait les regarder mourir. Elle était le genre de personne à garder jusqu’au dernier moment les bouquets qu’elle faisait : remontant volontiers les invendus dans son appartement pour qu’elles ne meurent pas dans une poubelle. Cela était probablement idiot, mais Misa avait toujours eu cette sensibilité par rapport à la nature et sa relation malsaine avec la mort. Elle était fascinée, au point de ne plus avoir peur de mourir. Au contraire, il lui tardait de fermer les yeux et de voir ce qu’il y avait après. Des pensées bien triste pour une personne de son âge, mais qui pourrait se douter - derrière son grand sourire - la noirceur de son âme ? Ce n’est pas pour rien qu’elle cultivait des fleurs de cette couleur. Parce que le noir avait quelque chose d’apaisant et d’élégant à la fois. Un peu comme la faucheuse à ses yeux. Si les couleurs et les senteurs embaumaient et illuminaient sa boutique : c’était pour - encore une fois - caché cette partie de sa personnalité qu’on ne pouvait pas soupçonner. Une échoppe à son image, la beauté même de l’hypocrisie quotidienne vendu par la société car les gens sont toujours mal à l’aise avec la négativité ou la dépression. Les regards fuyants, les mots balbutiés : autant de raisons pour Misako de ne pas s’ouvrir.
En voyant un homme rentrer, son regard s’attarda sur lui bien malgré elle. Il y avait quelque chose chez lui… Une énergie qu’il dégageait qui hérissait son poil sur ses avant-bras. La prestance de l’individu n’était pas forcément une bonne chose, mais Misako n’avait pas forcément peur de cette aura sombre. La sienne était inexorablement attirée par elle. C’est sans regarder qu’elle attrapa une rose noire avant de s’approcher de lui et de lui tendre. Offrant ses conseils, cela était une excellente excuse pour s’approcher de lui, pour savoir ce qui se cachait derrière cette énergie. Sa remarque la fit sourire :

“Non, pas tous, mais certains plus que d’autres. Je ne réfléchis jamais trop aux couleurs que je donne à mes clients. C’est une sensation qui ne s’explique pas, une sorte d’instinct qui me fait toujours choisir la couleur et la fleur qui correspondent à la personne qui la reçoit. J’aurais put vous donner un lys blanc pour votre prestance, votre stature. Ou bien un glaïeul pour votre regard perçant… Mais j’ai jugé bon de vous offrir une rose noire.” Son sourire s’agrandit : “Si cela peut vous rassurer, les fleurs noires sont mes préférées, ce n’est pas quelque chose de péjoratif ici. Tout le monde y a sa place et cela vaut pour les fleurs.”


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 246 - Points : 305
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Dim 27 Oct 2019 - 4:08 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
J'aurais pu demander à un de mes hommes, voir une de mes danseuses de faire cette tâche. Habituellement, je suis du genre à déléguer lorsque ce sont des obligations qui ne sont pas très difficile ou dont je pourrais me passer.

Car, en effet, il est très rare que je me déplace moi-même. Que je remplie une demande de mes propres moyens. La raison est aussi simple que je devais le faire, sans aide de personne...

Je n'avais nullement le goût ou l'intérêt d'impliquer un de mes proches alors qu'il s'agissait de quelque chose de personnel, voir intime. Les milles questions qui allaient s'en suivre et le tourment que je pourrais provoquer. Non, je voulais éviter cela et me présenter moi-même dans cette boutique.

Toutefois, j'y allais reculons, comme si cette devanture me donnait froid dans le dos. La simple représentation de cette boutique me ramenait en arrière. Dans les souvenirs, les bons et les mauvais....qui me rappellent qu'il me reste que cela.

Des souvenirs...

Revoir ces formes, ces couleurs. Sentir le parfum qui s'accentuaient à force de m'en approcher, j'avais du mal à me sentir bien. Cependant, dès que j'avais sentis une présence, celle de la demoiselle, les émotions se rangeaient dans une case laissant place à ce personnage insensible et intouchable dont j'avais l'habitude et le plaisir de jouer.

Seulement, le fait de recevoir cette rose noire. Cette attention particulière me troublait. Bien sûr, je tournais cela à mon avantage jouant le jeu du simple gentilhomme qui se laisse charmer par une telle délicatesse.

Un sourire, une phrase clé, mais combien sous-entendu me permettait de bifurquer la conversation, la raison principale de ma visite.

Un cliché, vous allez me dire, mais, je n'étais pas étonné par le discours de la demoiselle au trait asiatique. C'est le genre de propos, remplis de sagesse, de sincérité et d'éloquence que portent la plupart des gens de cette origine que j'ai croisé.

Ils ont ce 6e sens. Cette énergie divine que peu possède. Cette façon de voir le monde différemment. D'être optimiste, de voir le côté positif, même dans la pire des situations. Je crois à cette force. À ce privilège qu'ils possèdent et qu'on devrait écouter.

Et je l'avais écouté trouvant ces mots plutôt flatteur en mon égard. Énumérer les autres possibilités de fleur en rapport à mon image, à ce que je dégage. C'était exactement cette impression que je souhaitais donner. Donc, j'étais très enchanté de constater que le résultat était réussi.

Je regardais cette beauté entre mes mains. Cette rose noire dont elle m'avait fait cadeau. Je prenais le temps de la sentir et la regarder avant de me concentrer sur cette charmante demoiselle.

Dans cette belle énergie, après avoir reçu autant de compliment, j'osais m'avancer d'avantage. Me rapprocher d'elle tout en tenant bien cette rose dans ma main. Mon regard enjôleur, mon sourire aimable:

" J'en conclue que j'ai une place privilégiée en recevant cette noble attention. J'en suis très touché, mademoiselle...Ainsi, vous lisez les âmes égarés dans votre boutique...?"

CRIMSON DAY


You can close your eyes to the things you don't want to see, but you can't close your heart to the things you don't want to feel.

I'm always hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Philias
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 420 - Points : 228
Un triste anniversaire [PV Misako] Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Lun 4 Nov 2019 - 23:37 )
Son travail, Misako avait appris à l’aimer. Élève moyenne, elle n’avait jamais eu à cœur de faire quelque chose en particulier alors le métier de fleuriste lui convenait assez elle devait bien l’avouer. Au moins, elle pouvait laisser ses sens travaillés et captés les énergies à loisir. Chose qu’elle aimait faire de toute façon en temps normal. C’est pourquoi, prendre l’habitude d’offrir - tantôt aux femmes et tantôt aux hommes - des fleur selon ce qu’elle ressentait en les voyant. Face à l’homme énigmatique, mystérieux qui laissait entendre plus que l’apparence : son choix se portait sur une rose. Une fleur non pas rouge, mais bien noir. Les plus belles fleurs - selon Misako - avaient cette couleur. On remerciera sa fascination morbide pour la mort. C’est une tout autre explication qu’elle donna à l’homme qui semblait vouloir en savoir plus sur la raison de cette décision. Un choix qu’elle justifia sans se faire impressionner en répondant avec des mots bien choisis.
Elle le vit s’approcher, mais ne recula pas pour autant. Elle ne connaissait, certes, rien de cet homme, mais Misako n’était pas le genre de femmes à se faire impressionner. D’une part, car elle savait se défendre, de l’autre, car si jamais la situation tournait au cauchemar : elle allait enfin mourir. La fleuriste sourit à son commentaire auquel elle répondit sans réellement hésiter : faisant toujours confiance à son instinct.

“Vous êtes une personne qui sort plus du lot et qui ne devrait pas recevoir une chose aussi banale qu’une fleur commune, d’une couleur populaire.” Elle pencha sa tête sur le côté tout en le regardant dans les yeux : “Je ne sais pas si je les lis, mais tout le monde devrait avoir une place dans le monde. Même si c’est dans une boutique de fleurs de quartier.” Misako offrait un sourire en coin, une risette qu’elle portait pour berner son monde : “Alors, je n’ai pas peur de laisser tout le monde rentrer.” Elle regarda les fleurs autour d’eux, puis reporta son attention sur l’homme : “Est-ce que je peux vous aider dans votre recherche ?”


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 246 - Points : 305
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Jeu 21 Nov 2019 - 6:59 )
Un triste anniversaire
Misako & Alvaro
On connaît ce surnom, sa réputation, mais rares sont ceux qui savent la vérité. Que ce simple mot à l'apparence élégante, même banale possèdent aussi une personnalité, un aura des plus noirs et effrayante: Monsieur.

Un mot, un seul qui peut en frémir plus d'un. Bien sûr, pour le savoir, il faut embrasser l'univers de la nuit, de l'excès...du crime. Pour les bons citoyens, il ne veut rien dire qu'une simple marque de politesse automatique envers un inconnu. Pour les autres, les mal-aimés, les bandits, les gens de mauvaises familles, il est synonyme de grandeur, de fortune, d'autorité et de contrôle des plus absolues tout en gardant le mystère. Le mystère du propriétaire de cette aura lugubre qui se rapporte à un des chefs de bande des plus terribles.

On en parle. On écoute les rumeurs. On le redoute. On le craint, mais on ne voit jamais son visage, ce qui ne fait que rendre la prestance de cet individu encore plus grande, plus effroyable ne sachant aucunement comment va-t-il agir, sévir ou pire condamner tout individu qui se place devant son chemin. Un être cruel, insensible, direz-vous...

Cependant, celui-ci se trouve chez une fleuriste regardant attentivement la variété qui lui est offert sous les yeux. Le sourire aux lèvres, la délicatesse de ces gestes prenant conscience de la fragilité de ces plantes aux couleurs vives, lui qui est couvert de noir, de blanc et d'argent. Une tenue classique, et qui attire l'attention détonnant légèrement de la mode courante, mais que ne se veut aucunement éclectique. Au contraire; tout était dans la sobriété...

Bref, le physique du citoyen modèle...

Et pourtant, on venait de me tendre une rose noire, catégorisant ma personnalité, l'aura que je dégageais. Sombre, classique, mystérieux, intriguant...

Chose que je ne peux ignorer puisque je prône ces aspects de ma personnalité au sein de ma clientèle, au Ruby. Ma couverture, mon moyen de jouer le bon rôle devant les grands de ce monde, évitant les soupçons, les interrogations des autorités. Un patron exigeant, mais reconnaissant aimant la fête et le plaisir de voir sa clientèle comblée. Écouter les demandes sans jamais donner trop d'information à mon sujet. Garder subtilement le mystère sans l'exiger. L'importance de tricoter les conversations sans que le sujet se tourne contre moi...

Amusée de cette description, certes, mais sans pour autant, rester sur mes gardes. Ne rien ajouter. Cette jeune femme semble avoir un 6e sens, un esprit développé, peut-être même un don dont je devais me méfier. Je ne me sens pas menacé, mais je ne souhaitais pas être démasqué par la fleuriste du coin...alors qu'il y a des flics qui me cherchent depuis des années dont j'ai été capable d'embrouiller leur piste...

Calme, près de cette jeune demoiselle, je la contemplais alors qu'elle en rajoutais sur sa lecture de ma personne. Toujours dans les compliments et les honneurs. J'en étais plus que flatté renforçant cet ego qui faisait de moi, un être inébranlable.

" Vous sortez aussi du lot, ma chère avec cette franchise et cette manière d'accueillir les gens dans votre boutique....C'est tout à votre honneur. Agréable et très...charmant." disais-je tendrement pour m'approcher d'elle encore plus m'appuyant aisément sur le comptoir, tout près.

Silence....Je laissais un ange passer, prenant le temps de scruter, à mon tour, cet âme intrigante devant moi.

Mais, sa question me coupait l'herbe sous les pieds....retournant au sujet principale de ma visite.

" Je l'espère...Il serait dommage de quitter aussi rapidement après cette belle introduction..." disais-je avec le sourire...

Je regardais légèrement autour de moi afin de voir les possibilités qui s'offraient à moi. Je redevenais sérieux, un moment, me rappelant le but de ma présence. Je retirais mes verres fumés afin parler sincèrement avec la demoiselle...

" Je n'aime pas tourner autour du pot, alors je parlerai franchement: C'est un triste anniversaire aujourd'hui et je désir simplement le souligner avec des fleurs appropriés. Sans être trop lourd et dramatique. Juste une attention, afin de ne pas oublier, vous comprenez ?"


CRIMSON DAY


You can close your eyes to the things you don't want to see, but you can't close your heart to the things you don't want to feel.

I'm always hurt.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiLe vin est un puissant lubrifiant social
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho ©Philias
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 08 Décembre, je m'excuse auprès de mes partenaires... Je vous réponds au plus vite.
Messages : 420 - Points : 228
Un triste anniversaire [PV Misako] Tumblr_inline_nwhoo0Rj7K1qlt39u_250
Âge : 33 ans
Métier : Fleuriste
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le Lun 2 Déc 2019 - 22:51 )
Juger ne faisait pas partit des mots de son répertoire. Elle préférait se faire une opinion des gens, ne pas juger parce qu’on dit. C’est probablement pour cela qu’elle n’écoute pas les derniers potins. Elle préfère largement se contenter de vivre sa vie et de prendre soin de sa sœur. Misako avait assez de soucis comme ça pour qu’elle souhaite en rajouter dans son assiette. Elle n’était pas là pour donner son avis, elle était là pour vendre des fleurs et rendre heureux des gens qui ne l’étaient pas forcément en rentrant. Comme cet homme au visage sombre et au regard ténébreux. Quel secret se cache derrière ces iris troublés ? Elle ne le savait pas, n’avait pas envie de savoir, mais elle se devait de trouver la bonne fleur pour cet homme à l’aura peu ordinaire. Il y avait quelque chose chez ce client qui l’obligeait à être sur ses gardes et prendre des distances, mais d’un autre côté : flirter avec le danger était le seul moyen de se rapprocher de la mort. Alors, elle le laissait s’approcher d’elle une fois la rose tendue. Elle n’avait rien à perdre et c’est pour cela qu’elle vivait chaque jour à cent pourcent. Demain ne viendra peut-être jamais si elle écoutait ses petites voix dans sa tête. Une fois la description donnée, elle repassa derrière le comptoir où elle pouvait avoir une vue sur la boutique. Prête à pouvoir donner des conseils à ce client particulier. Elle ne s’attendait pas, cependant, à ce que ce dernier lui fasse des compliments. Sa voix ne trompait pas Misako, il tentait de séduire son monde et cela la fit sourire. Elle n’était pas forcément insensible aux charmes des hommes ou des femmes, elle n’avait pas de honte à flirter, mais elle savait qu’il serait difficile pour elle de passer la frontière un jour.

“Je ne sais pas si agréable et charmant sont les deux mots que je choisirais pour me décrire, mais les entendre ne fait jamais de mal.” Si seulement cet homme savait toutes les idées noires et la violence de ses pensées.

Le silence s’installa, mais elle ne le brisa pas. Elle voyait bien qu’il cherchait comment répondre à sa question, elle se contenta donc de joindre les mains et d’attendre patiemment. Continuant de sourire, elle finit par poser des coudes sur le comptoir et tapoter avec ses doigts sa joue droite une fois sa tête dans sa dextre. Ce fut à son tour de réfléchir, de passer en revu son stock. Et puis, elle à une idée. Se redressant vivement, elle lui offrit un sourire bien plus sincère :

“J’ai peut-être quelque chose en magasin pour vous !” Et puis elle s’éclipsa dans l’arrière-boutique. Il ne lui fallu que quelques minutes avant de trouver ce qu’elle cherchait. Elle apporta deux cloches en verres. L’une avec une rose noire et l’autre avec une rose rouge. “Ce sont des fleurs éternelles. Enfin… Elles peuvent tenir de 4 à 6 mois dehors et jusqu’à 3, 4 ans à l’intérieur.” Elle regarda le client : “Un moyen de montrer que les sentiments ne périssent pas si facilement, un peu comme cette fleur.”


Même si la passion nous déchire, elle ne doit pas briser l’affection qui nous lie. Les cordes sensibles de la mémoire vibreront dès qu’on les touchera, elles raisonneront au contact de ce qu’il y a de meilleur en nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Un triste anniversaire [PV Misako] Empty
Sujet: Re: Un triste anniversaire [PV Misako] ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Un triste anniversaire [PV Misako] -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut