Revenir en haut
Aller en bas

Le deal à ne pas rater :
Achetez une seconde manette DualSense pour la PS5
69.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -22%
-200€ sur la TV LG 55NANO86 55″ NanoCell ...
Voir le deal
699.99 €

 

- [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Nota Bene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © vmicorum. (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1692 - Points : 3312
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Mer 2 Oct 2019 - 11:41 )

the enemy is at your door.
alvaro & raoul
Une fois que tu es prêt, costume bleu marine, chemise beige et cravate un ton plus foncée. Tu vérifies une dernière fois que tu n'as rien oublié. Hier tu as porté les différentes caisses de vin qui vont servir à la dégustation que tu as prévu aujourd'hui. Il y a peu le patron du restaurant le Nota Bene t'a contacté pour voir si vous pouviez bosser ensemble. Il a une carte des vins remarquable avec des bouteilles souvent hors de prix. Des grands crus millésimés qui doivent en faire rêver et saliver plus d'un. Enfin quand on a les moyens, et qu'on aime la bonne chair on ne regarde pas son porte monnaie. De plus la carte que propose le restaurant s'accorde à merveille avec les vins notés, surtout les plus hauts de gamme. Au cours du premier rendez vous, le patron a constaté que tu étais mieux placé sur le marcher que le négociant avec qui il bossait jusqu'à présent. Du coup tu as sorti le grand jeu, un client pareil pas question de le laisser te filer entre les doigts. Pour faire complètement basculer la balance dans ton sens tu lui as proposé de faire une petite dégustation. Lui disant qu'il pourrait inviter ses clients fidèles, comme ses futurs clients. De quoi agrandir son panel si les gens sont sensibles à ce style d'attention. Quoi de mieux pour se faire connaître que de proposer de déguster, gratuitement en plus, des vins et des mets délicats, et pas toujours accessible en temps normal. Même si les clients du Nota Bene ont des portefeuilles bien remplis. Mais l'idée lui a plu, il a même été enchanté, te proposant de mettre une salle à ta dispositions et de s'occuper des invitations. Au moins il pourra cibler les gens qu'il souhaite. Et pour toi cela peut être une porte ouverte sur une nouvelle clientèle privée. Qui aimerait retrouver les vins goûtés au restaurant dans leurs dîners mondains, ou bien pour une soirée romantique. Tu es donc sur le pied de guerre, bon tu as l'habitude de ce genre de dégustation tu en fais souvent chez tes clients. Même chez les particuliers quand ils ont envie de faire découvrir à leurs convives des vins français ou américains. Souvent des producteurs que l'on ne trouve pas dans le commerce, ni même sur internet.

Il est vrai qu'il est toujours plaisant de découvrir toutes les subtilités d'une robe rubis ou dorée sur ses papilles. On éprouve bien plus de sensations qu'au travers d'un écran. L'univers des arômes des vins est immense, intense. Et déguster des vins de grandes classes demande habileté, sagesse et passion. Il faut réunir les meilleurs conditions et ne louper aucunes étapes. Même un amateur, s'il a un bon palais peut découvrir les diverses couleurs, les diverses senteurs et les diverses saveurs au creux de ses lèvres. Tout est une question de visuel, d'odorat et de goût. Et c'est ce que tu vas faire découvrir ou redécouvrir aux invités du Nota Bene. Même si certains auront un palais assurés, ils n'ont parfois pas toutes les techniques pour vraiment apprécier le nectar à sa juste valeur. Et en découvrir tous les secrets. Parfois un trait de pêche ou de jasmin peut se cacher derrière un trait de cannelle. Tu vas donc faire ton maximum pour leurs donner toutes les cartes pour développer et éveiller leurs sens.

Tu arrives sur les lieux avec quelques heures d'avance. Tu mets en priorité quelques bouteilles de rouge à décanter. Il faut qu'un vin respire, surtout le vin rouge. Pour les vins blancs et les vins rosés tu les laisses au frais dans la cave à vin du restaurant. Tu les sortiras quelques minutes avant la dégustation. Des verres tulipes ont été mis à ta disposition, c'est la meilleure forme pour apprécier le vin. Tu expliqueras pourquoi au moment ou les invités seront présents. Le patron vient voir si tu ne manques de rien et les invités comment à arriver. Tu reconnais certains de tes clients, mais il a beaucoup de tête inconnu. Ce qui n'est pas plus mal, et puis cela titillera ton challenge. Mais ton regard est attiré par une silhouette. Une silhouette qui en impose par son allure et sa prestance. L'homme a l'air parfaitement à son aise, et semble même être connu du maître des lieux. Tu as du mal à bien le voir des gens gravitent autour comme s'il était le centre du monde. Puis il se tourne et tu peux ainsi apercevoir son visage même si son regard reste caché derrière ses lunettes. Tu jurerais l'avoir vu, mais des personnes viennent te solliciter. Tu commences à faire déguster écoutant les demandes, pour conseiller au mieux. Même si parfois tu orientes et proposes. C'est là que l'inconnu s'avance. « Bonjour monsieur. Raoul de St Ange enchanté. » Et tu lui tends ta main pour le saluer comme tu as fais avec les autres invités. « Est ce que je peux vous faire découvrir ou redécouvrir un des vins proposés ? » Mais où tu as vu cette silhouette ? Au Ruby ? Tu es tellement préoccupé par cet endroit que c'est la première réponse qu'il te vient en tête. « Vous avez des préférences ? » Ce lieu attire les gens riches et de bonnes familles comme le miel attire les abeilles. Si seulement ils connaissaient l'envers du décor, ils y seraient moins fourrés. Ce qui pourrait bien emmerder les affaires de Monsieur. Bon ce n'est ni le jour, ni le moment de penser au Ruby et encore moins à Monsieur. « Un vin français ? A part que vous soyez tenté par un vin américain ? J'ai un Single Vineyard Mount Veeder de 2014. Très bien côté. Et peu vu sur une table. » Un vin peu commun te semble bien approprié pour cet homme qui garde un visage fermé, ne laissant passer aucunes émotions.

vmicorums.




La vérité n'a pas encore éclaté, mais elle se dessine doucement. Reste à l'accepter et à vivre avec.


Dernière édition par Raoul de St Ange le Sam 21 Mar 2020 - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 592 - Points : 1232
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro D2fc10eb6dde94fbbbe478e7e97d08d9
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Mar 15 Oct 2019 - 2:08 )
Valse d'âromes
Raoul & Alvaro
De l'amusement. Du divertissement. Il y avait ces moments où j'avais besoin de me changer les idées. De ne plus penser à mon Club, aux chiffres ou tous ces soucis normaux qui peuvent se dérouler dans un groupe aussi costauds que le mien.

D'être un pure citoyen aux goûts extravagants ayant les moyens extravagants. J'y avais droit. Après avoir tant travailler, bûcher et monter les échelons, cette ascension fulgurante me donnait des privilèges. Bien sûr, il fallait tout de même que j'utilise certaines supercheries afin de pouvoir m'aventurer partout sans semer le doute chez certains visages de la justice.

Avec les années, j'avais accumulé plusieurs alibis, des faux noms qui me donnaient la permission de me balader sans aucune inquiétude. Avec le grand sourire et la tête haute sans, pour autant, perdre mon pouvoir d'attraction. En effet, ici, j'étais tout aussi adulé, remarqué, adoré lors de mes déplacements. Toutefois, mon dossier civique était complètement vierge, vide, blanc comme neige. Rien ne pouvait m'arrêter.

Si ce n'était que ces hommes à cravates avides de mes connaissances, de mon succès et le désir d'entrer dans mon cercle d'amis. Mais, je ne me laissais pas gagner aussi facilement. Il fallait savoir me toucher, capter mon attention et parler argent avec autant d'intelligence que moi. Les vantards, les gens de peu de mots ou des fanatiques ne m'étaient aucune utilités. Sélectif ? Oui, je le suis et je l'assume. Tout est calculé. Tout est réfléchi...

Comme l'ambition de se présenter à cette invitation du Nota Bene...

Un grand sourire sur mes lèvres.

" Monsieur, vous ne pouvez pas vous présentez. C'est du suicide...!  "

" Ce n'est pas Monsieur qui ira, vous le saviez bien. Non, je vais y envoyer un de ces hommes de mains...Vous saviez bien qui ?"

" Mais...mais...Parker y sera..."

" Ce sera encore plus amusant...Croyez-moi, mon cher ami. Le plaisir y sera encore meilleur..."

Qu'est-ce qui pouvait être plus amusant que cela, dîtes-moi ?

Être le seul conscient de l'identité de l'autre. Admirer mon ennemi sans qu'il puisse me reconnaître. Savourer ces produits sans avoir conscience qu'il s'adresse à celui qui a lui-même sa vie aussi...consternante.

Sommelier...et bien, je m'attendais à mieux. Quoi que c'est quand même très réussi comme métier. Devoir jouer les troubadours, garder le visage souriant à tous ces hommes et femmes riches qui ne feront que déguster et recracher devant lui sans, nécessairement, les apprécier. Être inférieur, soumis à la moindre demandes...dont les miennes...

J'en jubilais de l'intérieur. Concentré sur le revers de ma chemise, bien confortablement assis dans cette limousine. J'avais hâte de le revoir, savoir comment ce pauvre homme à pu se remettre de tous ces terribles aventures que je lui avaient fait cadeaux.

Je jouais avec le feu, diriez-vous. Que sa présence ici, à Naples, ne fait que me confirmer que ces recherches portaient fruits. Qu'il était toujours entêter de me retrouver. Oui, certes, vous avez raison. Mais, avais-je les mains menottées ? Et sur quel chef d'accusation pourrait-il le faire ne sachant aucunement le responsable de sa vie misérable...Aucune preuve?

Alors, soyons tranquille et savourons ces nectars qu'il me proposait tout en jouant le jeu du simple représentant.

Des têtes familières qui se présentaient à moi rendaient l'attente encore plus excitantes lui montrant bien que j'étais un habitué, un de ces hommes dont il fallait user de la plus grande politesse. Ajouter à ma prestance et mon allure des plus contrasté du reste des invités, j'étais un des incontournables de la soirée. Non, je ne désirais pas me cacher dans la masse. Je voulais absolument qu'il me voit, qu'il constate l'attraction, le pouvoir que j'avais parmi les autres...

Nous y voilà...Après toutes ces années, je me retrouvais bien en face de cet homme...

De celui que je rêvais de mettre 6 pieds sous terre. Celui qui m'avait prit des êtres êtres chers, ma vie tranquille en Amérique...Juste une table de bouteilles nous séparait.

Pourtant, rien ne transparaissait. Non, j'avais la capacité de rester indifférent, froid sans pour autant, avoir cet esprit chaleureux et sympathique, tel une première rencontre...

"...Enchanté, mon cher..." disais-je avec ce léger sourire, le regard perçant au travers de mes verres fumés. Je tenais fermement sa main. Le premier contact avec mon ennemi. Je sentais sa chaleur. Son sang qui circulait dans cette main. Une seconde d'égarement. Une envie de meurtre rapide...

Une bonne poignée de main d'entrepreneur. Dire que je pourrais l'abattre en un clin d'oeil...

Je le relâchais rapidement...

" Surprenez-moi..." regardant la variété qui se dressait devant moi. Je voyais des classiques, des sources sûrs, mais aussi des nouveautés...

Je me permettais de marcher le long de la table prenant le temps de lire certaines étiquettes. Non, je n'avais pas ajouté quoi que ce soit. Je n'en avais pas envie et, il fallait le dire, je me protégeais.

Suite à cette suggestion, je redressais la tête lentement, acquiesçant de la tête:

" Allons-y pour un français. Une source sûr." disais-je tout bonnement continuant mes lectures....

Pourtant, je ne pouvais pas m'empêcher d'ajouter.

" Vous me surprenez avec vos choix mon cher. Vous vous y connaissez..."

CRIMSON DAY



I may look calm but
in my mind I've killed you three times.
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © vmicorum. (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1692 - Points : 3312
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Dim 20 Oct 2019 - 17:52 )

the enemy is at your door.
alvaro & raoul
Tu te sens parfaitement à ton aise dans cet univers de mensonge que tu as créé autour de ta personne. Tu n'as pas misé sur ce boulot par hasard. Tu as toujours aimé le bon vin. Lors des repas de famille ou lors des barbecue entre amis, tu prenais grand soin pour choisir de bonnes bouteilles. Ton père était aussi un amateur, enfin il l'est toujours. Il a commencé à former ton palais très jeune et en devenant adulte, tu as continué. Tu cherchais à allier les vins présentés aux mets qui devaient être dégustés. Tu savais osé parfois mais sans spécialement prendre de risque, surtout quand tu mettais sur la table une bouteille relativement chère. Un vin que tu faisais décanté dans une belle carafe en cristal. Et que tu servais avec amour alors que Maeva offrait à la table des plats succulents. Quand tu as choisi d'abandonner la police pour partir à la recherche de Monsieur, ta passion du vin c'est mise au profit de ton gagne pain. Pas le temps pour bosser autre chose. Pas l'envie non plus. Tu as bossé dans certains grands vignobles pour être encore plus crédible et éviter les faux pas.

Alors quand tu te retrouves dans un événement, comme celui que tu es en train de préparer, tu n'es jamais pris au dépourvu. La plus part du temps tu réponds sans problème aux questions des invités et tu arrives à contenter tout le monde. Donc pas de stress. Pas de crainte sur le fait de faire une erreur. Personne ne pourrait penser en te voyant que tu es un ancien flic reconverti dans ce métier juste pour assouvir une vengeance. Peut être aussi que ce métier te permet de mieux vivre tes années d'infortune. Tu fais quelque chose qui te plait, cela allège le fait que ta quête s'éternise et s'étire depuis des années. Tu rependras certainement jamais ta casquette de flic, vu ton âge c'est plus prudent de se dire ce genre de chose. Et si tu t'en sors vivant. Parce que cela reste très aléatoire. Et si tu t'en sors vivant faut aussi que tu en sortes libre. Acheter un petit vignoble en Espagne, ou en France ou même en Italie, pourrait bien te tenter. Finir ta vie en faisant du vin que tu vendrais à même le vignoble. Une cuvée que tu pourrais appeler Maewan. Un mélange entre le prénom de ta défunte femme et de ton défunt fils. Enfin il n'est pas le moment de laisser ton esprit vagabonder sur un avenir que tu sais incertain. Le monde arrive et il est temps pour Raoul de St Ange d'entrer en jeu.

Tu laisses le temps aux invités de regarder, de sentir les bouteilles ouvertes, de lire les diverses notes ou tu parles des arômes, de la couleur des robes. De se renseigner sur les prix qui sont notés à côté des diverses bouteilles présentées. De s'enquérir des opportunités mises en leurs dispositions pour le choix des livraisons, les quantités. Tu restes en retrait, répondant à ceux qui s'approchent et qui t’interrogent. Il y a ceux qui juste te saluent. Puis il y a cet homme au milieu de la foule et qui attire ton attention sans que tu ne saisisses au départ pourquoi. Tu t'approches et tu te présentes. Puis tu lui offres de lui faire découvrir les vins sur lequel son regard s'accroche. En plus des crus de valeur. Un connaisseur ? Un amateur ? Ou c'est juste pour te jeter de la poudre aux yeux ? Certaines personnes aiment bien le faire, et au final ils ne sont pas capables de faire la différence entre une piquette et un grand cru. Juste dire c'est meilleur ce qui te donne des envies de meurtre. Comme si on pouvait comparer un Bordeaux à un vin vendu dans des bouteilles en plastiques dans un super marché.

Le surprendre n'est pas spécialement compliqué vu les vins que je propose à la vente aujourd'hui. Je lui laisse le temps, mais il a l'air de s'attarder, il prend le temps de lire. « Je vais donc vous faire gouter un Cabernet Sauvignon de 2014. Il est fruité et plus léger que le Single. Cela vous permettra de faire la différence plus facilement. L'inverse serait un pêché car vous ne pourriez pas apprécier le Cabernet. Et ce serait dommage.» Tu prends la bouteille qui a été ouverte pour que le vin soit meilleur en bouche. Tu le sers doucement pour que le client apprécie la robe pourpre. Puis tu lui tends le verre tulipe. Lui laissant pleinement le plaisir de le déguster. Vu son allure tu es certain qu'il va savoir comment faire. Bien entendu tu ne le quittes pas des yeux, guettant ses réactions. Mais tu surveilles aussi les autres personnes présentes ne voulant pas louper de vente. « J'essaie de sortir des sentiers battus et d'avoir des crus qu'on ne trouve pas en magasin. A la base je suis un passionné de cet univers. Cette passion m'a permise d'affûtér, au fils des années, mes papilles. Cherchant toujours la perfection pour offrir à mes clients des vins savoureux et rares. Donc je m'y connais en effet. » Un curieux mais tes mensonges sont du solides alors pas de risque qu'il y voit autre chose que du feu. Tu en profites pour le détailler d'avantage tout en restant discret. Tu essaies, tout en restant concentré sur ce que tu fais, de rassembler les diverses choses que tu sais. Parce que oui ce mec te parle. Et tu l'as déjà croisé. Vu son allure il pourrait parfaitement fréquenter le Ruby. Ou d'autre lieu dans lequel tu passes pour vendre ton vin. Voir même chez un de tes clients privés. Tu n'en sais trop rien, mais tu ne peux pas te permettre en te perdant dans tes pensées, d'ouvrir une faille dans ton histoire. Pourtant c'est le Ruby qui revient comme endroit de déjà vu quand tu poses les yeux sur lui.

vmicorums.




La vérité n'a pas encore éclaté, mais elle se dessine doucement. Reste à l'accepter et à vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 592 - Points : 1232
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro D2fc10eb6dde94fbbbe478e7e97d08d9
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Jeu 14 Nov 2019 - 5:46 )
Valse d'âromes
Raoul & Alvaro
Alors, c'est ainsi que mon cher Parker s'est recyclé; en jouant les maîtres sommeliers.

Devrais-je rire ou avoir pitié pour cette pauvre petite brebis égaré...ou désespéré ? Ni un, ni l'autre. Non, il n'y avait que le mot "haine" qui sortait de ma bouche. Une hargne infâme m'habitait dès qu'on prononçait son nom. La moindre allusion à cet être, à ce connard en uniforme de policier ou de commis dans la section des vins, je voyais rouge...

Alors, quoi de mieux qu'un Cabernet Sauvignon pour me garder dans l'ambiance, ravalant cette brûlure, cette puissante colère qui ne souhaitait que jaillir de moi. Il ne fallait pas que j'y songe. Éviter que mon esprit me plonge dans ces moments dures et difficiles qui ont totalement changement ma vie, ma mentalité, ma personnalité...

Avoir constamment soif de justice...de vengeance...

Cette invitation était un véritable cadeau. M'approcher de celui que je méprise sans pour autant être démasquer. Non, car seulement moi était au courant de la vérité. De sa vérité...

En vérité, nous étions tous les deux des imposteurs jouant un rôle, un personnage qui n'est pas notre réalité au sein de la société, de cette foule de gens hautains aux portefeuilles remplis égoïstement.

Moi, prenant le rôle d'un représentant dont la réputation semble avoir traversé l'océan aux yeux de tous, cachant une carrière marquée par le crime et la controverse...

Et lui, le rôle du simple sommelier invité se croyant capable d'éberlué tous ces gens à cravate avec ce langage des plus recherchés en matière de vin. Épater la galerie avec des bouteilles aux caractères forts et rares.

Il s'en sortait bien, je ne pouvais pas le nier. Sortant tous ces noms, ces descriptions et que dire de sa manière de manipuler ces produits, il a du perdre beaucoup de temps à se consacrer à ce personnage, plutôt que de faire son boulot et me chercher...

Je me demandais même s'il n'avait pas son nez dans un de ces bouquins au moment où sa femme démarrait la voiture...J'étais curieux de le savoir. Enfin, ce genre de question aurait pu complètement le déstabiliser dans son rôle. Je ne voulais aucunement lui faire perdre son énergie et sa cadence à me vendre sa salade pour une pacotille...

Non, il fallait mieux le laisser faire. Le regarder me verser ce vin comme un chef. Agir comme un professionnel, même si je savais très bien que tout ceci n'était qu'une couverture...ou un changement de carrière...

Car, on s'est lacé de lui...Ces collèges, son patron et même tout le service ont perdu espoir. Il n'avait plus rien à faire avec lui. Il était perdu...complètement perdu dans ces théories, ces recherches, ces enquêtes vides...

Il était rendu à servir du jus de raisin à des riches...Triste destin...bien mérité.

Ma main ne tenant que le pied, j'inclinais le verre afin de cambrer la robe du vin. Faire passer les rayons du soleil au travers de la matière. Observer la profondeur  de la couleur pourpre, le mélange des ingrédient, des saveurs.

Je laissais ensuite l'arôme me caresser le nez en passant le buvant près de mes narines. Il avait ce petit quelque chose fort qui accroche.

" Présence de baies...d'épices...même une odeur floral..." disais-je faiblement concentré sur mon odorat.

Le bruit de mes bagues touchant la fragilité du verre en le prenant par le pied. Je regardais ce commis de l'autre côté tout en laissant glisser le nectar le long de la cheminée vers mes lèvres.

Une gorgée légère. Assez pour déguster, apprécier le mélange...

Je le gardais en bouche, prenant le temps de constater les ingrédients. Malgré mes verres fumés, mon visage changeait, surpris par ce mélange de baies, de fleurs et que dire du léger goût terreux.

Je l'avalais. Non, je ne suis pas de ceux qui crache un bon vin. Je préférais d'avantage l'apprécier totalement qu'en surface...

" ...Mûres, groseilles...roses...une présence de menthol, d'épices...C'est frais...riche....Audacieux, comme je les aimes..." disais-je le regard éprit de ce verre en main.

J'osais même prendre une 2e gorgée.

" Il faut toujours sortir des sentiers battus...Rien n'est plus ennuyeux que l'ordinaire...Prendre le temps de bien chercher, cela rapporte..." disais-je nonchalamment en sentant la chaleur du vin embrasser ma gorge.

Était-ce un sous entendu...? À vous de me le dire.

CRIMSON DAY



I may look calm but
in my mind I've killed you three times.
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © vmicorum. (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1692 - Points : 3312
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Sam 30 Nov 2019 - 11:58 )

the enemy is at your door.
alvaro & raoul
C'est sur de toi que tu rentres en piste, assumant parfaitement ton rôle. Tu connais les vins que tu présentes et tu es capable de combler les clients friqués qui se trouvent à cette dégustation. Quand tu fais quelque chose tu le fais à fond. Cela peut paraître bizarre, vu que la seule chose que tu aimerais finir d'accomplir c'est ta vengeance. Mais la vie ne t'en n'a pas encore donné l'occasion. Et pourtant tu mets tout ton cœur dans cette quête qui active le feu de ton existence depuis bien des années. Tu ne relâches pas ta motivation, et tu donnes le change. Tu gardes un masque, personne ne doit savoir qui se cache derrière Raoul de St Ange, Et ton plan fonctionne à la perfection. Il est certain que tu aurais préféré en avoir fini avec Monsieur, plutôt que de passer des nuits blanches à chercher comment l'atteindre et le faire tomber. Tu as eu la sensation par moment qu'il était à quelques pas de toi. Que tu y étais presque et qu'enfin tu allais avoir la satisfaction de le buter comme un chien. Laissant son corps se décomposer ou bien se faire bouffer par les charognards. Mais tout est vite parti en fumée sans que tu puisses le frôler. Comme s'il avait deviné tes plans avant même que tu ne les mettes à exécution. Comme s'il avait un temps d'avance sur toi. Alors c'est vrai que cette histoire traine mais pas question de laisser tomber. Tu y laisseras ta peau s'il faut, mais tu auras ce putain de connard. Tu lui feras fermer les yeux à jamais. Tu verras son souffle s'échapper de ses lèvres jusqu'à la dernière minute. Tu observeras ses yeux se voiler. Son sang se vider. Mais en attendant tu assumes ton rôle et tu le tiens. Tu serais peut être devenu fou si tu n'avais pas cette échappatoire.

Alors c'est serein que tu attaques la conversation avec cet homme à allure imposante. Tu es loin de te douter de qui se cache derrière ses lunettes. Cela ne t'effleure même pas l'esprit. Comment pourrais-tu penser que Monsieur viendrait te provoquer dans cet environnement à milieu du sien ? Comment il pourrait jouer le mec classe alors qu'il a du sang sur les mains et pas que celui de Maeva et de Kewan ? Non pour toi ce n'est qu'un simple mec friqué qui cherche à épater la galerie. Et il s'y connait en vin vu la façon donc il le déguste, donc il parle des arômes. Vu comme il tient son verre, le respect qu'il met dans ses gestes. Tout est fait pour que ton esprit ne voit pas ce qu'il devrait voir. Au final à cet instant tu penses berner les gens mais là c'est Monsieur qui te berne, sans l'ombre d'un doute. Tu n'y vois que du feu. Quand tu comprendras, ce moment te fera surement aussi mal qu'un couteau brulant en plein cœur. Peut être même que lorsque tu réaliseras, se sera ta propre vie qui filera entre les doigts de ce pourri. De cet assassin sans aucun respect pour la vie. Tu l'écoutes alors qu'il te parle des saveurs que son palais découvre. Tu hoches la tête ne voulant pas l'interrompre dans sa dégustation. Il cerne le produit. Préférant avaler le nectar que le cracher. Comme le font certaines personnes. « Je suis vraiment étonné de voir comment vous avez discerné les divers arômes. Ainsi que ce que ce vin fait naitre en bouche. C'est plaisant d'avoir à faire à un vrai  connaisseur qui apprécie ce qu'il déguste.  » Non tu n'en fais pas trop. Tu fais tout pour t'assurer une commande, une future vente et donc de l'argent. Argent qui servira à payer les indics pour qu'ils crachent tout ce qu'ils savent sur Monsieur. Même si le propriétaire du Ruby est du genre discret le fric délie les langues, tout comme ton poing parfois. « Je suis d'accord avec vous il faut savoir oser. Surtout quand on peut faire découvrir de telle merveille. » Tu as toujours préféré te priver de boire du vin, plutôt que de donner à ton palais un liquide rouge insipide et acide.

Sa dernière phrase te titille, parce qu'au fond elle fait écho à ta propre expérience. A ce que tu vis depuis la mort de ta femme et de ton fils. Même si le temps commence à devenir long. Mais tu ne veux pas te planter, ni mettre en danger des innocents, tu ne te le pardonnerais pas. Alors oui tu prends ton temps et tu espères qu'à un moment cela te rapportera la tête de Monsieur sur un plateau d'argent. « Mettre un peu de piment dans sa vie ne fait de mal à personne et puis quand un repas est rehaussé par un pareil nectar. Les mets sont tout autant que le vin mis en valeur. » Tu le regardes, attrapant la bouteille suivante. « Est ce qu'à présent vous voulez gouter le Single Vineyard Mount Veeder ? » A voir s'il va oser faire découvrir à son palais quelque chose d'inédit. S'il sera aussi doué pour parvenir à déceler les secrets des arômes de ce vin américain. Tu le mets un peu au défi, s'il accepte, d'apprivoiser des saveurs toutes nouvelles qui pourraient bien le tenter. Surtout que ce vin là est bien différent du Cabernet à cause  de la situation des plantations des vignobles. Il renferme dans son bouquet la fraicheur de l'altitude, l'influence marine, les sédiments du sol qui lui donnent sa vivacité et sa grande minéralité. Un vin profond, sombre, frais, riche et épicé, donc la robe rouge est des plus sensuelle. A voir s'il va lui plaire. Là il sortirait vraiment des sentiers battus en laissant ce vin épaté ses papilles bien connaisseuses.

vmicorums.




La vérité n'a pas encore éclaté, mais elle se dessine doucement. Reste à l'accepter et à vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 592 - Points : 1232
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro D2fc10eb6dde94fbbbe478e7e97d08d9
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Mer 18 Déc 2019 - 2:28 )
Valse d'âromes
Raoul & Alvaro
On s'amuse n'est-ce pas ? Un endroit classe, des gens remplis de fric, du vins de luxe et que dire de ce cadeau privilégié que j'avais devant moi. Je crois que je pouvais pas demander mieux comme soirée. Je possédais tout ce qui me fallait afin de rendre ce moment des plus délicieux. Et le pire, c'est ce Parker qui me les servait sur un plateau d'argent. Je m'en léchais les babines. De l'intérieur, bien sûr.

Je suis déjà culotté de me présenter ainsi devant lui, mais il ne fallait pas que je me jette directement dans la gueule du flic. Non, ce serait totalement risqué et stupide de ma part. Pourtant, l'envie est plus que tentante. Depuis de nombreuses années, je rêvais de ce moment où j'allais à sa rencontre, arme à la main, prêt à venger tout ceux dont il a envoyé de l'autre côté. Des gens qui me sont chers, qui faisait partie de ma vie, de mon coeur. Je tenais encore debout surtout par cet objectif, ce désir de le coucher une fois pour toute. Rendre la monnaie de sa pièce.

Certes, vous allez me dire que je l'ai presque achevé. Que d'avoir détruit sa famille est quelque peu une mort en soi. Vous avez raison, puisqu'il a commencé à commettre cet horrible affront en prenant mon frère, mon propre sang...

Pour m'arracher le coeur avec ma femme...Oh, je l'avais fait bien avant lui, c'est vrai. Mais, au moins, je lui avais épargné la torture de la voir étendue dans un bain de sang. Moi, j'avais la classe de la faire disparaître à coup d'explosif...Il en garde que des beaux souvenirs. Je suis généreux, quand même...

Moi, j'en avais des cauchemars...Revoir sans cesse cette scène. Son corps inerte, ces yeux secs qui me regardent, comme si j'étais coupable de n'avoir rien pu faire...Insomnie qui se répète constamment, me frappant, à tous les soirs, le coeur...

Le coeur...Cette petite chose qui pompait ce sang derrière son uniforme grotesque allant à ce petit cerveau vide. Je pouvais le voir battre, priant le ciel pour le faire taire. Avoir ce plaisir de le broyé, le détruire, le brûler en enfer...

Une faim, une soif que nul vin pouvait parvenir à abréger...

Toutefois, je me devais de garder le capte, le jeu...

" Je ne serais pas un des invités si je ne l'étais pas, mon cher. Je dois, par contre, vous accordez le fait que je me plais à découvrir ce que les artistes du raisins parviennent à faire. Ils ne cessent de me surprendre..."

Un délice de ne voir aucune réaction, aucun doute, même pas un clignement de paupières déplacées. Non, cet imbécile ne savait aucunement qui se trouvait à une distance de table. Ne croyez pas que j'allais en dire d'avantage. Non, ce serait un manque de ma part d'interrompre cette soirée et m'empêcher de savourer ce personnage incroyable que Parler osait interpréter...

Parlant de pimenter sa vie, découvrir de telle merveille. Il préférait nettement le raison à mon identité. Je me contentais de sourire levant la coupe prenant la dernière goutte au fond.

Je suis sur le point de lui discerner un Oscar...

" Il serait idiot de ne pas essayer." disais-je en prenant la cruche d'eau tout près. Je prenais le temps de verser un peu d'eau sur ma coupe, afin d'effacer toute trace de raisins et mon adn par la même occasion. Le linge qui glissait sur la coupe avant de lui rendre, propre. Je prônais la récupération et ainsi éviter la vaisselle supplémentaire.

CRIMSON DAY



I may look calm but
in my mind I've killed you three times.
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © vmicorum. (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1692 - Points : 3312
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Jeu 2 Jan 2020 - 17:53 )

the enemy is at your door.
alvaro & raoul
Certains visages te parlent, tu y allies les identités qui les définissent. Par contre quand tu te retrouves face à ce mec avec des verres fumés. Rien tilte dans ton cerveau. Tu vois juste un client potentiel et pas un homme qui a fait saigner, dans le passé, ton cœur et ton âme. Et qui le fait encore saigner dans le présent. Cela peut paraître idiot mais Monsieur reste une équation inconnue, une image sombre, que même la lumière d'un réverbère ne ferait éclater à tes yeux. Alors tu lui balances ton blabla, tout en restant professionnel, tu es là pour rentrer du fric. Il en faut pour pouvoir continuer ta vengeance, pour essayer d'avancer. Même si Monsieur reste un fantôme qui ne fait qu'entrer dans ta vie par vague avant d'en ressortir comme si de rien n'était. Tu fais tout pour ne pas être grillé au niveau de ton identité et il semble que cela marche. Ta couverture fait encore sensation et la preuve en est cette dégustation des plus bluffantes. Le pire dans tout cela c'est que tu ne te doutes pas qu'en face de toi se tient ton pire ennemi. Celui qui te donne envie de rejeter tous les principes que tes parents t'ont inculqué durant ton enfance. Principes que tu as essayé de transmettre à Kewan durant sa courte vie. Enfin tu te dois de rester concentrer, de ne rien faire paraître. Tu dois garder ce masque que tu portes depuis des années.

Tout ce que tu vois c'est un homme connaisseur qui pourrait acheter quelques bonnes bouteilles. Et c'est à cet instant le plus important. Si seulement tu savais. Mais tu ne sais pas. Tu ne sais pas qu'au fond du regard de ce client lambda se cache la même rage que tu portes dans le tien. Cela pourrait devenir contagieux si tu le regardais vraiment. Ou si tu voyais au delà de l'image qu'il te montre et qu'il entretient avec mystère. Distillant juste les informations donc tu as besoin pour assurer ton rôle. Quand tu y repenseras. Quand tu sauras. Tu te diras que cela était un mauvais film. Un film à chier. Et tu iras surement dans une chapelle pour prier et recommander ton âme au diable, parce que Dieu il t'a abandonné. Garde l'esprit sur la dégustation, tu ne peux te permettre une fausse note. En plus le mec s'y connais. Alors un écart et tu risques fort de tomber dans la merde. « C'est sur mais certains invités n'y connaissent rien. Croyez moi. Ils sont juste là pour parader, pour faire bien. » Tu ne citeras pas de nom parce que ce ne serait pas correct. « C'est vrai que le travail du raisin en amont est intéressant. Vous avez déjà visité certains domaines vinicoles. Il y en a quelques uns de réputé autour de Naples. » C'est à ce moment là que l'orchestre de chambre prévu pour animer l’événement fait son entré. Tu regardes les musiciens s'installer et tu remarques la jeunesse de la femme qui tient le violoncelle. Un instrument si imposant entre des bras si fins et si fragiles, cela te fait sourire. Surtout qu'à ses côtés se pose un flûtiste qui proportionnellement à la demoiselle ressemble à un morse dans toute sa splendeur. Comme quoi le choix de l'instrument ne dépend pas de la taille du musicien. « Nous allons avoir un peu de musique en accompagnement. » Tu reprends la suite de la dégustation. Tu laisses le temps à ton futur client de rincer sa bouche. Tu vas pour lui servir le vin américain dans une coupe propre, mais il nettoie la sienne. « J'aurais pu vous changer votre verre. » Là non plus tu ne réalises pas que c'est pour se protéger qu'il fait ce geste, sa prudence lui a permis de se tenir loin de toi. Il est peut être écolo et pense au bien être de la planète, c'est ce à quoi tu penses. Tu verses le vin et tu y laisses le temps de l'apprécier. C'est là que tu prends conscience qu'à aucun moment il ne t'a donné son nom. « Alors Monsieur .. » Tu marques une pause. « Désolé mais je crois que vous avez omis de me donner votre identité. » Un oublie involontaire surement, trop pris par la découverte des vins. Rien de plus. Mais s'il achète des bouteilles faudra bien qu'il te le dise. Après il peut partir sans rien, ou en prendre là et payer en liquide. Garder le mystère sans que tu saisisses pourquoi. Sans que tu fasses le lien entre lui et le Ruby. Monsieur particulièrement.  

vmicorums.




La vérité n'a pas encore éclaté, mais elle se dessine doucement. Reste à l'accepter et à vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 592 - Points : 1232
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro D2fc10eb6dde94fbbbe478e7e97d08d9
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Ven 10 Jan 2020 - 6:15 )
Valse d'âromes
Raoul & Alvaro
Une invitation particulière. Qui n'est point donné à n'importe qui. Aux gens importants, aux gens de la haute. Non, je ne possède pas un nom de la royauté, ni de ces gens sous les projecteurs, mais j'appartiens à une tout autre puissance.

Celui du divertissement. Du plaisir. Du plus grand péché: la Luxure. Cette belle et grande muse qui enjôle, enchante, possède le corps de bien des hommes et même femmes qui osent s'aventurer dans mon territoire. Elle ne prévient pas. Elle emprisonne les regards, chavire les coeurs et détruit le moindre sens logique. La moindre conscience qui reste. On oublie tout. Qu'importe les problèmes qui nous hante, qui nous stress, la Luxure parvient à tout effacer en l'espace d'un numéro, d'une chorégraphie. Un regard, un sourire et quelques billets suffisent pour partir pour le rêve le plus fou. Monter ces escaliers vers le 7e ciel. Goûter à la beauté de la chair, l'excitation du moment et la puissance d'un corps dévoué.

C'est mon gagne-pain. C'est ma richesse et tout ce qui en découle. En effet, bien de mes clients tiennent à une discrétion, un souci de mon silence sachant que leur réputation, leur rang peut être en jeu si jamais leur obsession est levé au grand jour. Ainsi, je possède le plus bout du bâton ayant facilement des privilèges, des passes-droits et même des pots-de-vin. Je peux mener mes autres besognes facilement. Magnifique, non ?

Donc, il est évident que ma présence, pour certains becs secs n'est aucunement appropriés. Par contre, nombreux m'accueillent les bras ouverts de part mon entreprise excentrique, mon portefeuille, mon sens des affaires, mon charme, mais aussi mon silence...Prendre bien soin de moi afin d'assurer leur alibi...

Presque triste pour eux de les voir presque à genoux devant moi...si pudique de leur appétit sexuel. Il ne faut pas en avoir honte...Cela fait partie d'une nécessité en soi. Je suis très à l'aise avec cette partie de moi dégageant ainsi une aisance, une confiance, un aura intrigante, voir mystérieuse...

J'adore cet effet que je provoque par mon passage, comme ces scènes de saloon dans les Westerns. À peine les portes battantes franchis, les visages se tournent, mes regardent, curieux de cette forte présence...intimidante.

Je le sentais bien autour de moi. Ces regards qui m'observaient déguster ce vin que notre cher Parker m'offrait. Je ne faisais pas partie de leur camps, de leur style, mais j'avais ma place étant un connaisseur, étant un ami du propriétaire des lieux.

" À qui dîtes-vous...Je crois que je n'ai jamais vu autant de regards dérangeants en ma personne. "

Je ne me laissais pas intimider étant habitué avec ce genre d'approche des moins subtile. Je les ignorais me concentrant sur mon charmant ennemi, devant moi.

" Certes, je m'y suis aventuré prenant quelques bouteilles au passage. Nous devrions être fière de notre culture, n'est-ce pas ?"

Des paroles qui ne disent rien. Juste pour combler le vide. Meubler le temps. Je n'entrais pas dans les détails de quoi que ce soit. Couvrir seulement la surface. En dire le moins possible. Ce n'était pas de la peur, ce n'était que de la protection. J'étais en bonne posture, confortable dans ma propriété, dans mon entreprise sans avoir la moindre poursuite. Alors, faisons en sorte que cela reste ainsi...

Donc, malgré mes habitudes, j'étais ravie de voir ces musiciens entrer en scène et créer une tout autre ambiance à la fête. Et bien sûr, me connaissant bien, je me suis permis de m'attarder à un de ces musiciens en particulier. La jeune violoncelliste. Je me suis même permis de lui faire un sourire qu'elle me retournais sans attendre laissant notre cher Parker faire son boulot....

Je prenais ce verre sans me préoccuper de lui. Non, je regardais cette charmante demoiselle et son...son long instrument. Je prenais une bonne gorgée de ce nouveau vin.

Cependant, sa dernière question était une fausse note à mes oreilles...

Mon nom...Cet idiot voulait connaître mon nom. Quelques secondes qui étaient une éternité. Un sourire qui cachait une petite frousse...

J'avalais lentement le liquide alcoolisé avant de tendre ma main. Je savais ce que je devais lui répondre. J'avais déjà envisagé cette question. Les conséquences de ce nom s'il s'étalait...

" Suis-je impoli...Alvaro....Alvaro, mon cher." disais-je aisément en lui serrait la main...

Une main dont je ne croyait jamais saisir de la sorte. Durant ces quelques secondes, je m'imaginais l'écraser, l'entailler d'une lame tranchante afin de lui faire endurer la pire des tortures...

Alvaro...

Monsieur et Alvaro sont deux identités distinguent. Aucune chance qu'il fasse le lien. Ce prénom ne signifie rien pour quiconque. Seuls mes proches en ont consciences...

Je me détachais de Parker afin de me concentrer sur le verre de vin:

" Très frais, profond...fleurales et fruités...Je goûte également des épices...la rose, je me trompe ?" enchaînais-je , ne voulant pas m'attarder au présentation.
CRIMSON DAY



I may look calm but
in my mind I've killed you three times.
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeLe vin est un puissant lubrifiant social
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © vmicorum. (vava) / crackships (padawan)
Messages : 1692 - Points : 3312
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Sam 18 Jan 2020 - 10:49 )

the enemy is at your door.
alvaro & raoul
Tu es à fond dans ce que tu fais, donnant une image parfaite du mec investi dans son travail. Tu parles avec aisance des nectars que tu proposes, les faisant découvrir avec plaisir. Avec une fidélité sans faille aux saveurs qu'ils offrent aux palais experts. Tu n'as jamais été du genre paresseux dans la vie. Bien au contraire, tu as toujours foncé, parfois tête baissée prenant de plein fouet la porte ou la lucarne. Mais ce n'est pas ce qui t'a arrêté. Tu as toujours cherché à montrer l'exemple, à servir de guide. Même si sur le coup le client qui est à ton stand est plutôt connaisseur. Tu n'es pas surpris parce qu'à la base, les gens qui t'entourent, ont une sérieuse connaissance des vins. Bien entendu il y a aussi des amateurs, des curieux qui viennent là pour se faire le palais ou bien juste pour admirer. Mais personne n'a été tiré au sort dans une urne, les invitations étant savamment envoyées. Peut être que dans cette assemblée, Monsieur est présent. Sans même que tu puises le savoir. Vu que pour toi son visage reste un point d’interrogation monumental. Il est vrai que si tu avais quelques idées des traits de son faciès tout serait plus facile. Si tu connaissais sa silhouette peut être svelte, à part qu'il ne soit du genre grassouillet. Tu l'aurais déjà éliminé. Ta haine se serait apaisée. Mais pour le moment pas la peine de penser à cette vengeance qui n'a pas encore été mise réellement en place. Tu as juste réussi à abîmer quelques branches de son réseaux à l'étranger. Mais faut savoir se contenter de ce que la vie nous donne. Tu sais très bien qu'à un moment donner tu tiendras Monsieur au bout du canon de ton revolver. Faut juste que tu sois patient. Même si tu trouves que le temps commence à faire long.

Mais revenons à nos moutons et à la discussion que tu tiens avec ce connaisseur qui ne t'a pas encore donné son identité. Surement un oublie vu que tu lui as rapidement proposé de lui faire déguster tes petits trésors. « Je pense que dans ce genre d’événement, tout le monde regarde tout le monde avec curiosité. Peut être avec envie. Je ne sais pas trop. » Tu jettes un coup aux personnes qui se trouvent dans les alentours, pour toi pas de regards dérangeants. Mais bon tu as une autre vision de la vie. Et puis les choses se ressentent différemment d'une personne à une autre. Tu essaies surtout de ne pas t'éparpiller. Parce que si tu te mets à imaginer des regards trop interrogateurs sur toi, tu vas imaginer Monsieur dans chacun de ses hommes. Même dans celui qui se trouve face à toi. « Vous avez bien fait. Je connais certains cépages vendus par mes collègues et pas mal valent le coup. De toute façon ce n'est pas ici que vous goûterez un mauvais vin. » Pour présenter les nectars il fallait montrer pattes blanches. Et avoir de la qualité à faire déguster. Pas des vins qui pourraient donner des brûlures d'estomac, des nausées ou une carie. Bon pas à ce point mais vous avez saisi le principe. « Il y a même un stand où ils vendent du vin africain. J'ai été surpris, mais la saveur fait vraiment voyager. Vous y êtes allé ? » Tu continues la dégustation, tu laisses le temps à ton futur client de savourer. Tu en profites pour revenir sur le fait que tu ne connais pas son nom. Sans le forcer à quoi que ce soit tu le lui demandes. « Non vous n'êtes pas impoli. C'est juste qu'on est rapidement parti sur les vins et leurs secrets. » Alvaro. Prénom ou nom de famille ? Tu l'ignores mais bon tu feras avec. La dégustation continue et Alvaro trouve sans aucun problème les saveurs du nouveau vin que tu lui présentes. « C'est presque parfait mais c'est de la violette en note de fond et pas de la rose. Surprenant n'est ce pas ? Le cultivateur en a planté des pieds autour de seps de ses vignes. » Ce vin là tu ne l'as pas qu'en carton de six ou douze bouteilles tu l'as également en coffret en forme de polygone avec trois bouteilles en l'intérieur. De quoi faire un joli petit cadeau vu le prix des bouteilles, même un cadeau à soi même. Tu en profites pour glisser les prix. Sachant que les prix diminuent en fonction de la quantité prise. « Vous seriez intéressé par un de ses vins ? » Vu que Alvaro en a goûté quelques uns à ton stand et il en a goûté ailleurs vu ses paroles. Il peut donc facilement se faire une idée de ce qu'il souhaite. Et s'il veut acheter.  
 
vmicorums.




La vérité n'a pas encore éclaté, mais elle se dessine doucement. Reste à l'accepter et à vivre avec.
Revenir en haut Aller en bas
Alvaro NavarroLe vin est un puissant lubrifiant social
Alvaro Navarro
http://www.ciao-vecchio.com/t6031-alvaro-navarro-monsieur http://www.ciao-vecchio.com/t6080-alvaro-navarro-monsieur-want-to-deal-with-me
Faceclaim : Johnny Depp
Messages : 592 - Points : 1232
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro D2fc10eb6dde94fbbbe478e7e97d08d9
Âge : 51 ans
Métier : Propriétaire du Ruby
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le Dim 19 Jan 2020 - 4:16 )
Valse d'âromes
Raoul & Alvaro
"Peut-être tout simplement que je ne corresponds pas à leur définition de la "royauté".

J'osais le dire, sans rancune. Je venais de cracher sur la main qui me nourrit, mais c'était une main parmi tant d'autre. Ce n'était pas un soucis, pour moi. Et puis, comme je disais; ici, j'avais nettement l'avantage sur chacun de ces masques. Oui, des masques. Des visages cachés ayant tous et chacun un secret, moi compris. En vérité, ce qui était fascinant est que ce genre de soirée était tout simplement la parade du mensonge. Mensonge avec un grand M.

L'hôte voulait se montrer l'étendu de sa richesse en invitant les têtes les plus influentes de la région afin qu'on lui complimente, qu'on lui confirme son pouvoir. Des rencontres parsemés de compliments contrefaits,  de la vantardise injustifiés et de l'intérêts éphémères. Il n'y a rien de plus que ce genre de soirée pour ce rappeler le côté pathétique de la bourgeoisie et du monde des affaires. Car, c'est cela en vérité. On monte une réputation, une identité que l'on tente de vendre afin de amassé des profits et continuer d'améliorer notre réputation. Un cercle qui tourne sans cesse, jusqu'à nous étourdir et même nous rendre malade.

Il suffit de regarder les journaux. Tous les jours, nous voyons des gens importants ont fait fausses routes, qui ont besoin de retrouver une alcamie. C'est ainsi que j'entre en jeu alors qu'ils se retrouvent chez moi trinquant à en perdre haleine ou désirant se consoler contre des seins fermes. Dès qu'on entre dans mon univers, difficile d'en sortir. On en devient rapidement accro...

Voilà pourquoi ces regards désagréables de certains d'entre eux. Ils savent ce que je représente. Ce que j'incarne; le vice...le mal.

Dois-je m'en plaindre...? Non. Nul est mon désir de me rattacher à eux. Je préfère être seul sur mon radeau qu'être avec tous ces riches sur leur yacht.

" Oui, il y a un moment que je me promène et que je savoure plusieurs de vos compétiteurs. Un véritable plaisir pour mes papilles gustatives...."

Mais je sais en profiter des avantages quand on m'invite. Ne suis-je pas en train de boire du vin de luxe avec nul autre que mon pire ennemi? J'étais comblé, prenant le temps de savourer chacun des nectars proposés. Un véritable délice de boire ces coupes devant les yeux naïfs de celui dont je rêve entreposer dans une cave à vin pour l'éternité...

" Nous sommes pas là justement pour eux. Pour découvrir ces vins de qualité. La courtoisie, laissons cela pour la royauté, voulez-vous..." disais-je en riant.

Pour le vin, je n'avais pas d'égo. Aucunement. Au contraire, si je pouvais faire en sorte de me cacher dans mon ignorance et lui permettre de lancer son baratin, cela me convenait très bien. Il continuait de me vendre sa salade jusqu'à me sortir les prix.

Un grand rire sur mes lèvres apparaissaient à ce moment précis...

" Et nous y voilà....Après ces belles paroles, nous parlons, maintenant, business."

Je restais quand même courtois, sans pour autant, jeter un léger regard en sa personne. Accusant presque sa gentillesse afin de me tromper, de vouloir mon fric. Bien sûr, vous pouvez ajouter à une haine bien encrer en moi, depuis des années.

Je prenais le temps de regarder chacune des bouteilles et le prix rattaché. Cela me faisait peur ? Pas du tout...

Je voulais simplement être sûr de mon choix et le laisser guider par mes goûts et ce qui fera vendre. Car, moi aussi, je tiens à mon chiffre d'affaire. Le Ruby prenait de plus en plus de place aux yeux des gens et je tenais à servir de la qualité.

Je m'attardais au Single Vineyard Mount Veed. Celui qui m'avait le plus frappé...

Le plus audacieux...

"On vous en a pris de celui-ci ? Vous en avez combien en stock?"disais-je en sortant aussitôt mon porte-feuille.

CRIMSON DAY



I may look calm but
in my mind I've killed you three times.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro Empty
Sujet: Re: [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Valse d'âromes. ft Alvaro -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Nota Bene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant