Revenir en haut
Aller en bas


 

- [ADEBBA] We stick together and can see it through -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
http://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t- http://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @shiya
Messages : 94 - Points : 126
[ADEBBA] We stick together and can see it through  Tumblr_nu3hqaWqmw1sbj1wqo3_400
Âge : 42 ans, il avance dangereusement vers sa 43e années (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
[ADEBBA] We stick together and can see it through  Empty
Sujet: [ADEBBA] We stick together and can see it through ( le Ven 4 Oct 2019 - 20:10 )

We stick together and can see it through @Ebba Jacobsen.


L’astre solaire commençait doucement sa descente sur Naples, les rues s’animant et les bars accueillant les habitués sur les terrasses. Le quartier était vivant, Adam avait besoin d’entendre les bruits de tous les jours pour ne pas trop paniquer. Le silence l’inquiétait, le silence lui permettait de ressasser des pensées rarement positives. Atlas prenant la majorité de la place sur le canapé déplié en lit, Adam dormait à poing fermé, un bras par-dessus l’animal qui semblait pouvoir calmer ses cauchemars récurrents. Il était tombé dans les bras de Morphée 2heures plus tôt, après sa journée de travail. Même si le refuge était différent des missions humanitaires, Adam y trouvait son compte. Il passait quelques heures en compagnie des animaux – êtres qui ne posent pas de questions et ne lancent pas de regards désolés – et avait parfois le bonheur de les voir partir avec de bonnes familles. Il avait l’impression d’être utile à sa façon, bien que la satisfaction ne soit pas égale à celle qu’il ressentait durant ses voyages. En somme : il faisait au mieux avec les éléments qu’on lui avait donné depuis sa séparation douloureuse.

Mais son sommeil se brisa de façon trop brutale. Adam se réveilla en sursaut, protégeant sa tête de ses mains en entendant les bruits de balles. Il se leva et dans un reflex qu’il pensait avoir perdu, se cacha derrière un mur. Son cœur battant à la chamade, les yeux fermés et les poings crispés, il mit quelques minutes à réaliser qu’il ne s’agissait que du son de la télévision. Il s’était endormit sans éteindre l’écran et un film avait commencé. Atlas se posa à ses pieds et Adam passa ses bras autour de l’animal avant de laisser les larmes couler. Les images du Congo glissaient devant ses yeux comme un rêve éveillé : les enfants enlevés des bras de leurs mères, les coups, les cris. Tremblant de tout son être, il resta ainsi durant un temps qu’il ne saurait définir. Le soleil était maintenant couché mais lui, il n’avait pas bougé d’un centimètre. Le cœur battant, il attrapa son téléphone qui était dans la poche de son pantalon et envoya un message à Ebba. Il s’en voulait déjà. Il s’était promis de ne jamais montrer cette facette à ses cadets. Mais ce soir il avait besoin d’une présence, il avait besoin de quelqu’un de confiance pour se remettre de ses émotions. Ebba semblait la meilleure personne.

Ses esprits plus ou moins revenus dans la pièce, Adam se leva pour éteindre la télévision. Il ferma les volets et les fenêtres. Lui qui aimait normalement le bruit avait l’impression que tout était décuplé. Alors il se replaça contre le mur de la cuisine, Atlas calé contre lui. Ce soir, il n’avait pas la force de prétendre. Il n’avait pas envie de sourire pour rassurer sa fratrie. Il entendit la porte de l’entrée s’ouvrir, sachant pertinemment que seul les membres de sa famille avaient les clefs de chez lui. Les lumières étaient éteintes, à part la lampe de chevet sur la petite table du salon. « Ebba ? » Sa voix était encore tremblante, remplie de stress. « Ebba c’est toi ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Already broken



Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
http://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-un http://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © gommeamacher (avatar) + crack in time (sign) / Ingrid (crackships)
Messages : 897 - Points : 1416
[ADEBBA] We stick together and can see it through  K1iFeZ7i_o
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars. 40 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
[ADEBBA] We stick together and can see it through  Empty
Sujet: Re: [ADEBBA] We stick together and can see it through ( le Lun 7 Oct 2019 - 19:21 )

La vie est faite de choix : Oui ou non. Continuer ou abandonner. Se relever ou rester à terre. Certains choix comptent plus que d’autres : aimer ou haïr. Être un héros ou un lâche. Se battre ou se rendre. Vivre ou mourir. Je vais le répéter une dernière fois, pour ceux qui en douteraient encore… La vie est faite de choix. Vivre ou mourir, le choix le plus important, mais la décision nous appartient rarement.

Adam & Ebba
J'embrasse tendrement mon fils et ma fille avant qu'ils ne prennent le chemin de leurs chambres. Je regarde mon portable mais pas de message, à croire que la course prévue ce soir a été annulée. Je vais donc devoir me passer du beau regard océan de Jack et de ma dose d'adrénaline. Ma drogue quand la journée a été compliqué. Mais j'y survivrais, comme survivra le prisonnier donc je m'occupe et qui a tenté de se suicider. Bouffé par les démons de son passé. Parfois je me remets en question. Ai-je trouvé les bons mots pour qu'il ne coule pas ? Surement pas vu qu'il a essayé de mettre fin à sa vie. Je soupire, me prépare un café. J'allume la télé, c'est un film de guerre des cris et des coups de fusils résonnent comme si j'étais dans l'action. Cela me fait frissonner et je ne peux m'empêcher de penser à Adam. A ce qu'il a du vivre. Aux souvenirs qui restent accrochés à son esprit et qui doivent souvent le meurtrir. Mais il est fort Adam, il nous a toujours montré l'exemple, même quand tout allait mal. Même quand tout va mal encore aujourd'hui. Je repense à des souvenirs d'enfance. La chance que j'ai eu de l'avoir en tant que frère ainé. Chance que j'ai encore aujourd'hui. Il nous a toujours préservé, même avec maman quand papa est mort. Je voudrais pouvoir l'aider plus. Mais tout reste compliqué quand on est de la même famille. C'est là que mon téléphone vibre, alors que mon doigt appuie sur la télécommande. Alors que ma main tient ma tasse fumante. Je pose la télécommande pour me saisir de mon téléphone. Persuadé que c'est un SMS pour une course.

Ma tasse s'échappe de ma main sans que je me rende compte. Tout ce que je vois se sont les mots de mon frère. Ce SMS qui sonne comme un appel au secours et qui me glace le sang. J'entends le bruit de la tasse que quelques secondes après l'impact. C'est plus la chaleur du café qui éclabousse mes pieds qui fait réagir mon cerveau. « Putain. Merde. » J'espère que le bruit n'a pas réveillé les enfants. Je réponds vite, puis ramasse les bouts de porcelaine, me taillant au passage. « Non fais chier. » J'attrape mes clés de voiture, mon sac, un blouson que j'enfile sur mon pyjama mauve avec des nounours qui mangent du miel.  Oui pas super sexy je sais mais c'est un cadeau de mes gamins. J'enfile mes baskets et je saute dans mon bolide. Priant pour que tous les feux soient verts ou que les flics soient ailleurs. Je fonce. Essayant de ne pas m'embrouiller l'esprit de visions sombres. « Adam va bien. » Je me rassure. « Non il ne va pas bien. » Je le rassure. Me concentrant sur cette route qui semble ne pas finir. Je soupire quand mon frère me répond qu'il ne bouge pas et qu'il m'attend dans sa cuisine. J'ai ma dose d'adrénaline et de vitesse sur le coup. Même si prodiguer de cette façon je m'en serais bien passée. J'arrive enfin devant chez Adam, mes pneus crissent sous mon coup de frein. Je sors rapidement et sors les clés. Heureusement que dans la famille chacun à les clés de l'autre au cas ou. On est jamais trop prudent chez les Jacobsen Lazzari. J'entre, toutes les lumières sont éteintes. Adam cherche à me cacher une vision désagréable. Je pense à tout notamment au pire. Et puis j'attends sa voix. « Adam ?? Oui c'est moi ? » Je me sers de mon téléphone le temps de trouver l'interrupteur qui semble avoir changer de place sur le mur. Alors que c'est juste moi qui est la tête ailleurs. Je me dirige vers la cuisine alors que mon cœur résonne avec force jusque dans mes oreilles. Frappant mes tempes et mes entrailles comme le marteau de Thor.

J'entre tremblante, le souffle court, hésitant même à allumer. « Je suis là. » Je m'avance à la lumière de mon portable. Je ne veux pas l'aveugler, j'ignore depuis quand Adam est dans l'obscurité. « Je suis là. » Je répète calmement. Et je me baisse pour me retrouver à sa hauteur. « Tu as quoi ? Tu es blessé ? » Je ne vois pas de sang, juste un homme apeuré collé contre le mur. Je viens l'entourer de mes bras encore maladroite car je n'ai aucune idée de la réelle situation. Ni de ce qui a pu la provoquer. Je le serre contre moi, une main autour de sa taille, l'autre dans ses cheveux que je caresse avec douceur. Mes lèvres viennent même se poser sur sa chevelure. « Tu ne risques rien Adam. Calme toi. Tu es en sécurité. » Je le sens trembler. Je le sens si fragile. Cela me serre le cœur et je me retiens de pleurer. Mon grand frère si fort, si protecteur. Mon héros, celui même qui séchait mes larmes quand un chagrin venait s'échouer dans mes yeux. Il est là entre mes bras aussi fragile qu'un nouveau né. Et je me sens si impuissante face à son désarroi avant même d'en saisir l'ampleur.


vmicorum.


“ La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour.”
Revenir en haut Aller en bas
 
- [ADEBBA] We stick together and can see it through -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut