Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -30%
30% sur les abonnements PlayStation Plus & ...
Voir le deal
41.99 €
-31%
Le deal à ne pas rater :
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour homme
90 € 130 €
Voir le deal

 

- [terminé] Orage. / Adam -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Marché La Pignasecca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © loudsilence. (vava)
Messages : 568 - Points : 918
[terminé] Orage. / Adam 15a4638d3de139be813460574801
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: [terminé] Orage. / Adam ( le Sam 12 Oct 2019 - 20:05 )
Un éclair de mauvaise humeur par jour est déjà de trop.
adam & kalisha
Ô rage.
Ce matin je vais un peu mieux. Je vais profiter de cette amélioration pour me rendre au marché. Ayant dans l'intention de faire avaler les pots de yaourts restant à mon crémier. La semaine dernière je lui ai acheté six yaourts au lait de chèvre. Du bio et en plus du frais. Ce n'est pas la première fois que j'en prends et jusqu'à présent je n'avais jamais eu de problème. Bon ils sentent un peu plus fort que ceux au lait de vache, mais ils ont également plus de goût. Avec un peu de confiture à  la myrtille ou à la cerise c'est un délice. Je ne me suis pas spécialement méfiée alors qu'ils étaient plus odorants. Je lui ai fais confiance,vu que je suis une cliente régulière.
Et bien cette fois grand mal m'en a pris. Il se trouve que les yaourts étaient périmés, à croire qu'il m'a filé les invendus. Et les yaourts m'ont collé une indigestion donc je me remets à peine. Je ne vous explique pas le tableau, ni la déchéance dans laquelle j'étais. Tordue comme une mamie de 80 ans voir plus dans mon lit ou sur mes toilettes. J'en ai bavé comme si mes tripes étaient retournées dans tous les sens. De vraies montagnes russes par moment. Et plus ils ont foutu une putain d'odeur de bique dans mon frigo. Il a fallut que ma femme de ménage le lave à l'eau de javel. Et que je le laisse vide deux jours.
J'en suis encore verte de rage, et pour être verte chez moi il en faut. Mon estomac n'est pas tout a fait remis de cette infamie culinaire. Du coup c'est remontée à bloc que je finis de m'habiller comptant bien aller parler du pays de monsieur Seguin à mon crémier adoré. Je compte même lui laisser en cadeau, empoisonné bien sur, les deux qu'ils me restent et que j'ai bravement gardée dans une boite fermée. Il va être content le crémier quand il va ouvrir la boite que je vais lui offrir sourire aux lèvres.

Et je me dis en y allant qu'en ce moment mon karma est contre moi. L'autre fois avant que je vois Adonis le pressing ne retrouvait plus ma robe de soirée. Quelle poisse. Bien entendu il a la queue et tout le monde prend son temps alors que moi je suis pressée. Le temps c'est de l'argent et le mien de temps vaut cher. Je fulmine alors qu'une petite vieille hésite au moins dix fois sur le morceau de fromage qu'elle veut. Mais je reste calme, ne sachant pas comment je serais à son âge. Et c'est enfin mon tour.
« Je crois que vous vous êtes un peu foutu de ma gueule la semaine dernière. »
Rien à foutre des gens autour de moi. Ma voix claque comme des doigts sur une joue. Bien entendu il fait celui qui ne voit pas de quoi je parle.
« C'est vraiment déplacé de filer de la merde périmée à vos bonnes clientes. J'ai passé la semaine malade avec vos putains de yaourts. Bio et frais mon cul. »
Je hausse le ton.
« Vous vouliez m'empoisonner ? C'est raté. Par contre vous avez perdu une cliente et je vous jure que je vais vous refaire votre réputation. »
Et sur ces mots je lui balance le paquet qui explose contre lui.
« Vous voyez mieux de quoi je parle là. »
L'odeur se répand comme une trainée de poudre. Je recule et je marche sur les pieds de la personne qui se trouve derrière mois.
« Putain vous ne pouvez pas vous mettre ailleurs. »
Et je me retourne encore sous le coup de la colère. L'estomac retourné par l'odeur qui vient me chatouiller le nez.
Mauvais souvenir.

Cette personne se trouve être un homme. Et merde mon voisin le père de Marcus et Erin. Même si ces temps derniers je le vois moins dans les environs. Pour ne pas dire pratiquement pas. Je le pensais même à l'étranger, je n'ai pas du faire attention quand il est rentré. En plus je ne suis pas du genre à oublier une tête, surtout une jolie tête. Monsieur mon voisin risque d'avoir une autre image de sa voisine. Je me fais rarement remarquer. Même si je reçois pas mal dans ma villa, j'évite que mes soirées gênent mon entourage. Mais là difficile de taire mon intervention sportive et odorante. Je suis grillée. D'ailleurs le pauvre crémier semble être tombé dans les pommes suite à mon intervention.
« Bonjour et désolée. En même temps je n'ai pas des yeux derrière la tête. »
Et puis je suis surtout très énervée.
« Vous êtes le papa de Marcus et Erin. Cela fait un moment que je ne vous ai pas vu. »
J'oublie l'histoire de mes yaourts et du bordel que j'ai mis au niveau de la crèmerie.
« Vos enfants sont vraiment adorables. »
Oui je me rattrape comme je peux. Enfin mes mots sont vrais Marcus et Erin ont toujours polis et adorables avec moi.  

vmicorum (fiche) ALLES & Lya (vava).


FATALE
Une lueur se glisse dans le regard et dessine un horizon nouveau, qui s'étire sur les lèvres.


Dernière édition par Kalisha Moore le Sam 28 Mar 2020 - 16:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
Brigitta Ghiona
http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
Faceclaim : Alison Brie ©mistspell
Messages : 7226 - Points : 2320
[terminé] Orage. / Adam Tumblr_inline_o0c3wf3lGh1rifr4k_500
Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Sam 26 Oct 2019 - 19:42 )
SituationJe suis passée par ici
Situation / ActionLa partenaire de l'homme qui a reçu le paquet en plein visage, s'avance, ne comprenant pas ce qui se passe. Comme explication, elle reçoit de la part du mis en cause que la cliente n'a pas mangé ses yaourts à temps et vient le lui reprocher.
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @likeanewday
Messages : 549 - Points : 998
[terminé] Orage. / Adam Tumblr_mm6wex5SNU1qaybgdo8_250
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Lun 11 Nov 2019 - 23:12 )



Adam s’était réveillé de bonne humeur. Cela faisait une éternité qu’il n’avait pas passée une bonne nuit de sommeil sans être réveillé en sursaut par les cauchemars. Peut-être en avait-il était victime, mais il n’en avait aucun souvenir, ce qui lui laissa un merveilleux sentiment d’apaisement en ouvrant les yeux. Ebba avait probablement raison : ne plus dormir seul dans son appartement aidait. Il ne fallait pas être Einstein pour savoir que la solitude rajoutait un poids en cas de dépression, mais tout était plus clair quand ça sortait de la bouche de sa sœur. Ses yeux se posèrent vers le cadran de l’alarme et c’est ainsi qu’il apprit qu’il n’était que 7h20. Il n’y avait aucun bruit, tout le monde devait encore être dans les bras de Morphée. Mais Atlas, lui, devait sortir. Se redressant, le brun décida qu’il passerait au marché. C’était une façon comme une autre de remercier sa cadette. Peut-être même qu’ils pourraient cuisiner ensembles plus tard. Adam avait toujours trouvé cette activité reposante, apprenant au gré de ses voyages de délicieuses recettes qu’il avait déjà partagé avec sa famille.

Une serviette autour de la taille, sa douche juste terminée, Adam se regarda dans le miroir. Les cernes disparaissaient doucement, son teint était moins blafard qu’il y a quelques jours. Content de son reflet, il enfila une chemise et un jean. Passant un pull pour contrer les températures automnales de la saison, le brun attrapa sa veste et son porte-monnaie avant de sortir en compagnie de son animal. Il était pratiquement certain en fermant la porte que sa nièce, son neveu et sa sœur dormaient toujours.

Marchant dans les rues de Naples, Adam se dirigea naturellement jusqu’à son nouveau quartier. L’air frai lui faisait du bien. Laissant Atlas devant la boutique, le brun entra chez son fromager. On ne pouvait pas dire qu’il était le client le plus régulier, mais il lui était déjà arrivé d’acheter des produits et il en avait toujours été satisfait. Malheureusement, cela ne semblait pas être le cas de tout le monde. Il ne put rater le scandale d’une des clientes, la femme juste devant lui. Il réalisa rapidement qu’il s’agissait de sa voisine. Ou plutôt de son ancienne voisine. N’ayant pas envie d’être confronté aux problèmes du passé, Adam décida de quitter la boutique. Du moins, cela aurait été le cas si la fameuse voisine ne lui était pas rentrée dedans alors qu’une odeur terrible se rependait dans les environs. « Putain vous ne pouvez pas vous mettre ailleurs ? » Adam arqua un sourcil tout en regardant Kalisha. Elle sembla d’ailleurs le reconnaître puisqu’elle devint immédiatement plus polie. « Bonjour » Il sourit en coin avant de s’éloigner quelque peu de l’étalage. La plupart des clients avaient quitté le lieu de toute manière. « Well…J’imagine qu’on a tous nos mauvais jours » Et vu l’esclandre qu’elle venait de faire, elle n’était pas de bonne humeur.

Kalisha parla de ses enfants, la prunelle de ses yeux. Son sourire disparu aussitôt et le sol sembla se dérober sous ses pieds. Voilà, il ne fallait qu’une phrase pour le replonger dans ses sombres pensées. Marcus et Erin étaient des sujets aussi tabous que salvateurs. « Ils…Ils vont bien. Merci » Il fut incapable d’avouer qu’elle les avait probablement vu il y a moins longtemps que lui. Et même s’il avait des nouvelles chaque jour par son ex-femme, c’était différent. « J’espère qu’ils ne vous ennuient pas trop. Ils peuvent être bruyants parfois » Marcus et Erin avaient effectivement le don d’hurler dans le jardin. Le petit garçon pouvait parfois faire savoir à tout le quartier qu’il avait marqué un but. Camélia – son ex-femme – lui avait d’ailleurs dit que son fils avait invité des amis pour une après-midi à la maison.

Adam allait enchaîner quand la compagne du pauvre crémier arriva pour reprocher à la cliente d’avoir mangé les yaourts trop tard. Adam savait déjà que le reste de la conversation allait se corser. Il suffisait de voir l’humeur cinglante de son ancienne voisine pour comprendre la suite des événements. Il tenta alors de calmer le jeu, n’ayant pas envie de se retrouver au milieu de ce genre d’histoire. « Vous devriez simplement servir les nouveaux clients. » Un conseil comme un autre, une nouvelle hausse de ton serait mauvais pour le business. « Je vais passer mon tour d’ailleurs » Il ne voulait pas emmener un cadeau empoisonné à sa sœur, Matthis et Lisa.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © loudsilence. (vava)
Messages : 568 - Points : 918
[terminé] Orage. / Adam 15a4638d3de139be813460574801
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Lun 18 Nov 2019 - 9:28 )
Un éclair de mauvaise humeur par jour est déjà de trop.
adam & kalisha
Ô rage.
Furieuse oui je suis furieuse. Comment ne pas l'être dans ce cas. Je suis une cliente fidèle et pour récompense j'ai droit à des yaourts périmés et donc immangeable. Je ne suis pas du genre à faire un esclandre, j'ai été bien élevée mais là je sors de mes gongs et tant pis pour les retomber. La mauvaise fois du fromager me fait péter les plombs et je lui balance ses yaourts à la figure, me moquant de où et de comment ils retomberont. Sans me soucier non plus de l'odeur qu'ils déverseront dans la boutique, ce qui risque de faire fuir les clients. C'est juste que j'ai horreur qu'on se foute de ma tronche et encore plus en public. L'histoire aurait pu bien se passer sans problème, si monsieur ne m'avait pas chercher des poux dans la tête et s'il m'avait tout simplement rembourser en s'excusant.
Mais non.
Et dans ma précipitation et surtout dans mon énervement je bouscule un mec. Et je me rends compte après avoir été sèche que c'est mon voisin. Putain de journée, du coup je m'excuse.
« Oui très mauvais jour.  »
Et pas que pour moi vu les clients qui sortent de la boutique.
« Et bonjour. »
Je veux juste récupérer mon du et sortir de cette boutique, en plus la puanteur commence à devenir gênante. Mais le fromager prend son temps, j'en profite pour parler avec mon voisin. Je ne me rends pas compte sur le coup que parler de ses enfants l'affecte. Je suis encore trop secouée par cette histoire de yaourts périmés. Et je suis loin de me douter de la tragédie qu'il traverse.
« Ce ne sont que des enfants, logique qu'ils soient un peu bruyants de temps à autre. Mais dans l'ensemble je n'ai pas à me plaindre. »
J'envie même leur mère quand je la vois jouer avec eux. Ce genre de tableau m'attendrit et me fait comprendre toute ma douleur que la perte de mon bébé libère encore.
« Alors il vient se remboursement. »

Pas pour le moment il semble. Et pour en rajouter une couche de plus voilà qu'une tierce personne vient aux renseignements. Sa femme, sa vendeuse, sa patronne, je m'en moque. Elle fait juste perdurer l'instant mettant tout le monde un peu plus mal à l'aise. Mon voisin préfère passer son tour, il a tout à fait raison. C'est à cet instant que le crémier ose répondre que c'est moi qui n'est pas mangé mes yaourts à temps. Non mais là c'est poussé le bouchon un peu trop loin.
« QUOI ?? Je n'ai pas mangé mes yaourts à temps. Mais c'est du foutage de gueule. En principe ils tiennent plus d'une semaine au frigo et là je les ai acheté il y a trois jours. Et des yaourts cela tient bien plus que trois jours dans un frigo. »
Je lance un regard furibond à la femme, et je la vois venir comme un éléphant dans une boutique de porcelaine. Je renchéris avant même qu'elle est ouvert son clapet.
« Et non mon frigo ne déconne pas. Il marche parfaitement et conserve correctement tout ce que j'y mets dedans. Alors suffit votre bordel, vous me rembourser mon achat point barre que je me tire d'ici. En plus cela put grave. Sinon je ne réponds plus de rien. »
En plus l'odeur des yaourts périmés se repend comme une traînée de poudre. Il y en a qui vont finir par vomir comme ça le tableau sera complet. J'obtiens enfin mon remboursement.
« Je ne vous dis pas à bientôt. »
Je récupère mon argent pressée de sortir de la boutique.

Je m'arrête devant mon voisin. Parce que oui j'ai été un peu détestable avec lui. Le pauvre n'y était pour rien et ma rage la heurtée, genre dommage collatéral. Mais je ne suis pas comme ça et je ne veux pas qu'il garde en tête l'image d'une voisine furibonde. Même si ces derniers temps je l'ai peu vu, voir pas du tout, sortir de sa maison.
« Au fait moi c'est Kalisha. »
Bon il le sait peut être mais ce n'est pas la mort de préciser. 
« Et ne vous en faites pas je ne suis pas souvent comme ça. »
Là c'est important de préciser. Même si parfois dans mon métier je m'emporte quand on me met des bâtons dans les roues, mais c'est logique. Là je n'ai pas offert la meilleure image de ma personne, j'espère qu'il ne m'en tiendra pas rigueur et qu'il acceptera mon invitation.
« Est ce que je peux vous offrir un café pour me faire pardonner ?  Si vous avez le temps bien entendu. »
Je lui souris et on sort de la boutique, laissant le fromager et sa comparse derrière nous. Respirer de l'air frais fait un bien fou.
« Et je vous montrerais un autre crémier. J'y vais quand celui ci est fermé. Mais à présent je vais y aller plus souvent. Pas question que je remette les pieds ici. »
Même si l'autre est un peu plus loin. Faire quelques pas de plus ne me tuera pas. Par contre si j'avais mangé les yaourts j'aurais pu finir aux urgences. Heureusement qu'ils puaient et l'odeur m'a passé toute envie de plonger ma cuillère dedans.

vmicorum (fiche) ALLES & Lya (vava).


FATALE
Une lueur se glisse dans le regard et dessine un horizon nouveau, qui s'étire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @likeanewday
Messages : 549 - Points : 998
[terminé] Orage. / Adam Tumblr_mm6wex5SNU1qaybgdo8_250
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Dim 1 Déc 2019 - 14:08 )



La rage de son ancienne voisine était palpable, Adam savait trop bien ce que c’était de se lever du mauvais pied. Et vu l’odeur qui se répandait dans le magasin depuis quelques minutes, il imaginait le goût des yaourts qu’on lui avait vendu. Lui n’aurait pas procédé de la même façon, il aurait pris le vendeur en retrait afin de lui demander un remboursement – ou un échange – discrètement. Le brun n’aimait pas être le centre d’intérêt, préférant agir dans l’ombre depuis des années. Kalisha elle semblait vouloir exprimer son opinion négative quant à son achat, signalant ainsi à tous les clients la supercherie. Adam laissa d’ailleurs sa place, ne voulant pas tenter le diable. Avec sa chance, il achèterait lui aussi des produits périmés et rendrait malade sa sœur. Elle avait déjà la gentillesse de l’héberger. Adam allait quitter le magasin quand une femme se mêla de l’affaire. Oh,oh, mauvaise idée. Adam se recula d’un pas, se demandant dans quelle nouvelle rage rentrerait son interlocutrice.

Après plusieurs cris, l’argent fut finalement remboursé. L’histoire semblait terminée. Les courageux clients passaient même en caisse. Quand la femme se présenta, il tendit sa main dans un sourire franc « Adam ». Oui, il connaissait son prénom. « Oh, ça ne ferait qu’un peu d’animation dans le quartier » Même s’il n’y vivait plus. Pas besoin de le préciser, du moins pas tant que la question ne serait pas abordée. Adam se demanda d’ailleurs si sa voisine avait remarqué son absence. Peut-être même avait-elle vu un autre homme faire des allers-retours à sa place ? Son cœur se serra à cette pensée. Ce n’était pas le genre de sujet qu’il abordait avec son ex-femme. Adam n’avait pas tourné la page et savait qu’il mettrait un temps fou à le faire. Mais elle ? Non, il ne voulait même pas y penser. Un peu perdu dans ses pensées, il releva la tête à la proposition de Kalisha. « Oui. Oui bien sûr, avec plaisir. Il y a un café sympa au bout de la rue ». Le temps : il l’avait. Sortant de la boutique – respirant enfin l’air frais – il détacha la laisse d’Atlas, attaché à un poteau. « J’espère qu’il ne vous dérange pas. Il est adorable » Adam sait bien que certains sont facilement apeurés devant ce genre de chien. Berger allemand, trop gros.

Attrapant son téléphone, il envoya un message à sa sœur pour la prévenir. Après la peur qu’il lui avait faite, il mettait un point d’honneur à la tenir au courant s’il avait des retards. « Je ne suis venu ici que quelques fois pour être honnête. Je n’ai jamais eu de problèmes mais je ne vais pas pousser ma chance hein ? » Il avança près d’elle avant de sourire « Avoir une seconde adresse ne fera de mal à personne » Surtout pas à son estomac. Se trouvant rapidement au bout de la rue, il s’arrêta devant le café et poussa la porte pour laisser passer Kalisha « Après vous » Et gentleman en plus de ça. Il montra une table vide et s’assit « J’espère en tous cas qu’un bon café rendra votre journée meilleure. »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © loudsilence. (vava)
Messages : 568 - Points : 918
[terminé] Orage. / Adam 15a4638d3de139be813460574801
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Dim 8 Déc 2019 - 19:37 )
Un éclair de mauvaise humeur par jour est déjà de trop.
adam & kalisha
Ô rage.
Difficile de rester calme vu cette histoire de yaourts. Il y a des choses sur lesquelles je suis prête à passer, mais là le crémier a poussé le bouchon un peu loin. Et en plus la crémière en rajoute une couche. Non mais elle ne peut pas rester dans son coin et me laisser régler le problème avec le principal concerné. Du coup cela ne fait monter d'un cran et d'un ton. Une vraie furie qui pourrait donner envie aux clients de fuir. Certains restent, qu'à cela ne tienne, moi je compte bien aller voir ailleurs s'il fait meilleur et surtout si la qualité est plus au top qu'ici. Tout ce que je veux avant de sortir c'est récupérer mon argent. Vu que je ne pouvais pas manger mes yaourts autant qu'ils me soient remboursés. Ce que je finis par obtenir. Pas sans mal. Et là je n'ai qu'une envie sortir de cette boutique, d'abord pour échapper à l'odeur nauséabonde que les yaourts périmés rependent et puis calmer un peu ma colère. Parce que oui j'étais furax. Ma matinée a maintenant un goût amer et il se pourrait bien que les gens qui m'entourent le ressentent. Le paient peut être. Sauf si j'arrive à faire tomber cette fureur. Et il se trouve qu'un café partagé avec mon voisin pourrait bien m'y aider. Et puis je veux donner une autre image que celle d'une femme furieuse. Après tout nous sommes voisins.

Même si depuis quelques temps je ne le vois pas trop, mais je ne passe pas mon temps à espionner ses allés venus. Ni ceux de sa femme ou de ses gosses. Je sais qu'il est souvent à l'étranger et là il a du simplement rentrer. Lui proposer de boire un café en ma compagnie me semble une chose toute naturelle, une fois les présentations correctement faites.
« Parfait alors Adam. Allons voir ce café. »
On sort de la boutique, c'est bon de respirer l'air frais. Adam récupère son chien.
« Non pas du tout. Je ne me souvenais pas que vous aviez un chien. »
Et on avance vers le café tout en parlant. Je lui propose de lui donner une autre adresse de crémier, parce que celui là je vais le rayer de mes contacts et faire le nécessaire pour que cette histoire face le tour de Naples. Il va vite perdre ses clients.
« Je n'avais jamais eu de souci avant. J'étais même plutôt satisfaite. En tant que bonne cliente, j'ai trouvé déplacée qu'il ait voulu me gruger. Tant pis pour lui. »
Le crémier chez qui j'allais pendant les vacances de celui-ci aller devenir mon crémier principal.
« Si cela peut éviter de tomber malade, c'est mieux je pense. »
On marche tranquillement et puis on arrive au café.
« Merci. »
Adam me laisse passer devant.
« Je l'espère aussi. »
Je souris en prononçant ma phrase.

On s'installe à une table dans le fond. Le serveur vient rapidement pendre notre commande.
« Je ne voudrais pas être indiscrète mais cela faisait un bout de temps que je ne vous avais pas vu. Votre travail vous tient loin de Naples ? Cela ne doit pas être évident comme vie quand on est père de famille ? »
Je me doute que les séparations doivent être compliquées à gérer, même si les retrouvailles sont toujours émouvantes. Et puis ne pas pouvoir grandir ses enfants comme on le souhaite, pas facile non plus. Louper des anniversaires, des évènements importants. Mais je suis loin de me douter que son absence est du à une situation bien plus dramatique.
« Vous faites quoi dans la vie? J'ai l'impression que vous voyagez beaucoup ? »
Et les voyages cela me connait, j'en ai fais pas mal pour mon boulot. Et j'en fais encore. On est peut être allé dans les mêmes pays.  

vmicorum (fiche) ALLES & Lya (vava).


FATALE
Une lueur se glisse dans le regard et dessine un horizon nouveau, qui s'étire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @likeanewday
Messages : 549 - Points : 998
[terminé] Orage. / Adam Tumblr_mm6wex5SNU1qaybgdo8_250
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Sam 11 Jan 2020 - 17:38 )



En sortant de chez le crémier, Adam pensa que si c’était un mauvais jour pour son ancienne voisine, il en était de même pour le commerçant. Ce genre de scène n’amène pas de nouveaux clients, bien au contraire. Il ne pouvait pas dire que cela le peinait cependant, ce n’est pas comme s’il connaissait personnellement l’homme derrière la vitrine. Adam se contenta donc de récupérer Atlas pour se diriger vers un café. Il n’avait jamais vraiment eu l’occasion de parler avec Kalisha. Quand il habitait encore avec sa femme, il la voyait parfois passer, mais il n’avait jamais été friand des commérages de voisinages. Ainsi, il faisait sa vie sans vraiment s’occuper de celle de sa voisine. Si tout le monde pouvait avoir la même décence, le voisinage ne s’en porterait que mieux d’ailleurs.

« Oh. Nous ne l’avons pas adopté il y a très longtemps » Presque deux ans tout de même, quelques mois avant que sa femme fasse ses valises et lui dise de trouver un autre logement. Le « NOUS » sort tout seul, et pourtant il n’y a plus que lui dans son studio. Adam se souvient encore de la joie de ses enfants en découvrant le berger allemand dans leur salon. Les parents avaient tout préparé pour que cela soit une surprise totale, le sujet n’avait jamais été abordée devant les petits. Et un vendredi, en rentrant de l’école, ils avaient trouvé Atlas endormit dans son panier. Les cris de joie avaient réveillé l’animal. À ce moment encore, Adam pouvait apercevoir une étincelle dans les yeux de sa femme. À moins qu’il ai voulu y croire si fort qu’il refusait de comprendre l’évidence.

Heureusement, le sujet du crémier le sortit de ses pensées. Ces tendres souvenirs n’étaient pas toujours de bonnes choses. « Je vais suivre vos conseils et aller à cette nouvelle adresse alors » Ne pas tenter le diable.

Mais avant, ils devaient prendre un café. Installés à une table au fond, Atlas allongé à côté de lui, la question de son ancienne voisine lui serra quelque peu le cœur. Il prit le temps de commander un café avant de la regarder. Comment lui en vouloir, elle ne pouvait pas savoir. Il hésita même à mentir, à prétendre que sa douce vie ne s’était pas terminée il y a plus d’un an maintenant. Quel beau tableau il aurait pu peindre ! Celui d’un père aimant et surtout aimé. « Mon travail m’a longtemps tenu loin de Naples. J’étais dans l’humanitaire » Un choix de vie qu’il ne regrettait pas, même s’il en porte des séquelles. « Je me suis arrêté à la naissance des enfants. On s’est installé pour tenter de leur donner un cadre de vie plus stable » Ils en avaient de bonnes résolutions. Des projets plein la tête. Mais évidemment, il n’a pas été capable de les tenir bien longtemps. L’appel du voyage a été plus fort. Et c’est là que ça s’est compliqué. Evidemment il évita les détails, garda certains moments pour lui. Pudique. Il se fit interrompre par le serveur qui arriva avec leur commande, laissant au père le temps de chercher les mots adéquats. Il remercia le jeune homme avant de mettre un sucre dans sa boisson. Tout pour repousser le moment fatidique. Il se racla la gorge avant de continuer. « Nous nous sommes séparés avec ma femme. Cela explique pourquoi vous en me voyez plus beaucoup » Il lui lança un petit sourire pour qu’elle ne se sente pas trop mal à l’aise et bu une gorgée de sa précieuse boisson. « Je travaille maintenant au refuge pour animaux » Et il peint à ses heures perdues, mais il s’agit plus d’un passe-temps que d’un métier. Voulant changer de sujet, Adam releva les yeux vers Kalisha. « Et vous ? Vous travaillez dans quoi ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © loudsilence. (vava)
Messages : 568 - Points : 918
[terminé] Orage. / Adam 15a4638d3de139be813460574801
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Mar 28 Jan 2020 - 17:29 )
Un éclair de mauvaise humeur par jour est déjà de trop.
adam & kalisha
Ô rage.
Je veux laisser derrière moi c'est histoire idiote de yaourts périmés. J'ai juste envie de passer à autre chose. Même si durant quelques secondes j'ai eu envie d'étrangler le crémier parce que je ne supporte pas que l'on se foute de ma figure. Mais ce geste n'aurait pas servir à grand chose et j'aurais surement eu des ennuis en retour. Et il n'en valait pas la peine.
Du coup je préfère sortir et aller boire un café avec mon voisin Adam. En plus cela fait un bout de temps que je ne l'ai pas vu. Partager un café nous permettra de faire un peu plus connaissance. On récupère son chien qui l'attend bien sagement devant le magasin. Je ne me souvenais pas qu'il avait un chien. Je ne passe pas mes journées à regarder chez mes voisins, mais un chien cela aboie. Du coup j'aurais pu l'entendre. Mais visiblement c'est un chien qui ne se fait pas remarquer vu la réponse d'Adam.
« Et bien il est très sage parce que je n'y ai jamais fais attention. »
Je comprendrais mieux quand j'aurais le fin mot de l'histoire. Pour le moment ce que mon voisin me dit me suffit. Je ne suis pas du genre commère. Je vis ma vie, sans trop me soucier des gens qui m'entourent. Nous prenons la direction du bar convenant que nous allions changer de crèmerie.
Pas la peine de prendre le risque d'un autre produit périmé.
« Sage décision. »
Je suppose qu'il ne veut pas non plus prendre le risque de rendre ses enfants malades. Il n'y a rien de pire qu'un produit laitier périmé, on court tout droit à l'indigestion alimentaire.

Nous nous installons dans le fond de l'établissement. Le chien se couche gentiment aux pieds de son maître. Et nous commençons à discuter. Je ne me rends pas compte que mes paroles serrent le cœur de mon voisin. Je fais juste des remarques par rapport au fait que je le vois peu. Son travail doit être très prenant, en plus il me semble qu'il part souvent à l'étranger. Je sais combien certains boulots son exigeants et maintiennent loin de la famille. Je sais que j'aurais du me séparer de ma fille, si elle avait eu la chance de pouvoir grandir, pour exercer le mien. Le fait de ne pas avoir d'enfant n'a pas entraver ma carrière. Revers de la médaille, à présent je me retrouve seule.
« Oui je comprends. Pas toujours facile de combiner vie de famille et travail. Sage décision. »
La stabilité et les deux parents à la maison c'est la meilleure des solutions, quand on a des enfants à élever. La vie a fait que je n'ai pas eu à calculer dans ce sens. La perte a fait exploser mon couple, me privant de la chance de nous reconstruire. Et le destin n'a mis personne sur ma route pour me donner envie de me poser une seconde fois. Le serveur nous apporte notre commande. Et c'est là que l'explication sur le fait que je vois peu Adam, tombe vraiment. Je ne l'avais pas vu venir celle là. Je n'y ai même pas pensé une seconde. Mais quelle conne. Je me sens vraiment idiote.
« Désolée Adam. Vraiment. Parfois je ferais mieux de tourner ma langue sept fois dans ma bouche avant de parler. »

Je réponds à son sourire et dire que je lui parlais de ses enfants. Tant bien je les vois plus que lui.
« La compagnie des animaux est parfois meilleure que la compagnie des hommes. »
Je suis vraiment triste pour lui. Mais je ne l'embêterais pas plus sur ce sujet. Je ne veux pas tourner le couteau dans la plaie. Un divorce est toujours un acte douloureux, le mien m'a anéanti. Mais quand en plus il y a des enfants au milieu, l'enjeu émotionnel est bien plus grand. Adam change de conversation et ce n'est pas moi qui vais lui en vouloir.
« Je suis agent artistique. Je travaille dans le monde du spectacle. Enfin je fais mon maximum pour que les personnes dont je m'occupe puisse avoir une superbe carrière. Des contrats au top. »
Je bois quelques gorgées de mon café.
« Et je suis aussi là quand il faut ramasser les boulettes qu'ils font et que la presse met au devant de la scène. Voir même des boulettes que la presse provoque volontairement.»
De vrais chacals dans ce monde.
«C'est un boulot prenant qui m'a permis de beaucoup voyager et de rencontrer de belles personnes. »
Je regarde Adam.
« Mais avant d'en arriver là je me suis remise pas mal en question. En commençant par chercher à découvrir qui j'étais réellement. Fille d'un métissage je suis allée à la pêche à mes racines. Cela m'a beaucoup aidé à avancer. »
Il est vrai que lorsqu'on me voit on se doute que je suis l'enfant d'un mélange entre diverses cultures.
« Et je pense que même pour vous il doit y avoir un métissage. »
Parce que les yeux bleus d'Adam reflètent plus de vastes étendues que des terres italiennes. Bon j'essaie de ne pas trop m'y noyer. Mais le bleu de ses yeux restent hypnotique et profond.
« Des ancêtres viking peut être ?  »
Supposition à voir si elle est bonne.

vmicorum (fiche) ALLES & Lya (vava).


FATALE
Une lueur se glisse dans le regard et dessine un horizon nouveau, qui s'étire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Adam JacobsenToujours frais après un litre de café
Adam Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5989-i-know-i-ve-grown-but-i-can-t https://www.ciao-vecchio.com/t6028-adam-s-notebook#191030
Faceclaim : Hugh Dancy @likeanewday
Messages : 549 - Points : 998
[terminé] Orage. / Adam Tumblr_mm6wex5SNU1qaybgdo8_250
Âge : 43 ans (27 nov)
Métier : Anciennement dans l'humanitaire, il tente de se reconstruire. Il peint mais travaille surtout au refuge pour animaux..
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Mar 4 Fév 2020 - 21:30 )



En entrant dans le café, Adam se dirigea vers une table au fond de la pièce. Plutôt discret, c’est le genre de chose qu’il faisait généralement. Le brun n’aimait pas être au centre de l’attention, cela n’avait jamais été le cas. Probablement la raison pour laquelle il n’avait jamais voulu intégrer une équipe sportive à l’école. La popularité ne lui semblait pas aussi incroyable que certain le décrivait. Non, Adam aimait le calme. Ennuyeux ? Beaucoup le décrirait comme ça, même si cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Atlas à ses pieds et les boissons commandées, Kalisha posa quelques questions sur son travail. Le brun savait que ce n’était pas de la curiosité mal placée. Sa voisine n’avait pas l’air d’espionner le voisinage pour raconter les ragots autour d’elle. Mais bien évidemment pour lui, cela touchait des sujets difficiles et parfois même tabou. Il ne pouvait pas mentir, même s’il le faisait au départ. Il lui était déjà arrivé de prétendre être toujours marié alors que les papiers avaient été signé depuis longtemps. Adam avait eu un mal de chien à accepter la triste vérité. Mentir l’aidait à renier l’évidence : il n’avait pas réussi. Son mariage avait éclaté et c’était de sa faute. Alors il tourna autour du pot, parla d’abord de leur décision de rester sur Naples. À la remarque de Kalisha, il se contenta d’hocher la tête. Sage décision oui, si seulement il avait eu la jugeote de la garder au lieu de sauter dans un avion pour le Congo. Il n’en serait pas là.

Et puis il fallu bien avouer. L’Échec. Il n’en était pas fier non. La brune s’excusa et il lui lança un sourire rassurant. Elle ne pouvait pas savoir après-tout, c’est le genre de question qu’on pose en prenant un café. Comment vont vos enfants ? Votre femme ? Êtes-vous parti en voyage récemment ? Il s’y attendait presque et pourtant il avait répondu positivement à l’invitation pour un café. « Ne vous en faîtes pas, vous ne pouviez pas savoir » Il haussa les épaules « Parfois il y a des choses qu’on ne peut pas contrôler » Comme ses nombreuses crises de panique qui ont effrayé sa propre famille. Il garda cette information pour lui. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas parlé à quelqu’un d’autre que sa fratrie ou des employés du refuge. C’était… Agréable.

Buvant une gorgée de sa boisson, le Norvégien écouta les paroles de son interlocutrice. Agent artistique, intéressant. Il hocha la tête. « Franchement, je vous admire, je ne crois pas que j’aurai le courage de gérer la presse » Il se mit même à rire doucement « Et pourtant j’ai commencé mes études en journalisme ! » Il ne se serait cependant pas tourné vers les ragots people non. Ce genre de chose lui passait au-dessus de la tête. « Faut avoir du caractère, je comprends maintenant pourquoi ce crémier en a vu de toutes les couleurs » Le connaissant, Adam n’aurait rien dit. Il aurait jeté les pots de yaourts et aurait changé d’adresse. Éviter les scandales pour ne pas se faire remarquer. La tasse entre les mains, Adam arqua un sourcil quand elle parla de voyage. Oh, voilà un sujet sur lequel il pourrait tergiverser durant des heures. « Et je peux demander quelles sont vos racines ? Nous avons peut-être été dans les mêmes pays » Parce que des endroits, il en a visité. Certains plus longtemps que d’autre mais ils ont tous une petite place dans son cœur de nostalgique. « Un boulot prenant qui permet de voyager et rencontrer de belles personnes…Je ne peux que vous rejoindre pour ça. Je crois que c’était l’aspect de mon métier que je préférais : les rencontres, les voyages » Il sourit avant d’ajouter « Je suis revenu avec de belles recettes et des goûts musicaux plutôt larges » Ainsi que des souvenirs plein la tête

« Vikings ? » Il se passa la main dans les cheveux tout en s'appuyant contre le dossier de sa chaise « C’est bien la première fois qu’on pointe juste. Avec mes cheveux bruns, les gens évitent souvent les pays du Nords » Comme s’ils étaient tous blonds platines. « Je suis né en Norvège. J’ai aussi du sang Anglais… Et bien sûr Italien. » Il haussa les épaules avant de reprendre une gorgée « Le tout a été mixé et POUF » Il mima une explosion avec ses mains avant de rire « Je suis arrivé. »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




What doesn't kill you makes you stronger



Revenir en haut Aller en bas
Kalisha MooreLe vin est un puissant lubrifiant social
Kalisha Moore
https://www.ciao-vecchio.com/t5991-kalisha-entre-le-feu-et-la-gl https://www.ciao-vecchio.com/t6040-du-flair-un-esprit-commercial-un-grand-sens-relationnel-et-de-l-organisation#191391
Faceclaim : Halle Berry + © loudsilence. (vava)
Messages : 568 - Points : 918
[terminé] Orage. / Adam 15a4638d3de139be813460574801
Âge : Est ce que c'est le genre de question qu'on posse à une femme ? 50 ans
Métier : Agent artistique.. Ausssi féroce que Cerbère le chien des enfers, je veille sur mes artistes.
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le Ven 14 Fév 2020 - 20:03 )
Un éclair de mauvaise humeur par jour est déjà de trop.
adam & kalisha
Ô rage.
Installé dans un coin tranquille du café, je reprends une discussion normale. Je ne vois pas le mal dans mes questions. Pour moi Adam est juste un voisin, marié et père de famille qui s'absente souvent pour son travail. Je ne porte pas de jugement à la vie qu'il mène. Je me bats sans arrêt contre cela quand les journalistes étalent sans réfléchir les aléas de la vie de mes artistes. On peut tous trouver un équilibre, il suffit juste de savoir tout doser correctement pour ne léser personne. Je me doute que voyager pour son boulot, alors que l'on a une vie de famille, ne sont pas toujours deux choses faciles à assembler. Mais il est parfaitement possible d'y arriver.
Souvent je me suis demandée ce qu'aurait été ma vie si j'étais restée mariée et si notre fille avait vécu. Je pense que j'aurais été capable d'allier ma carrière et ma vie privée. Enfin Adam me semble être un homme bien alors je sais qu'il donne le meilleur pour sa famille. En tout cas c'est mon ressenti. Rapidement ce ressenti est mis à mal quand le voile se lève et que d'un coup le parfait portrait de famille éclate. Je sens la douleur même s'il reste digne. Comment n'ai je pas vu ?
Peut être parce que je ne suis pas sans arrêt avec un œil sur mes voisins. Mais je me sens mal d'avoir mis les pieds dans le plat. Et ouvert une blessure surement douloureuse. Je m'excuse pour cette erreur que je n'aurais pas du faire. Je devrais parfois m’inquiéter un peu plus des gens qui vivent autour de moi. J'aurais éviter la gaffe. En tout cas plus question d'enfoncer le clou. Du coup on change de conversation pour papoter de nos métiers respectifs.

Je souris quand Adam parle de la presse.
« Faut juste savoir sortir les griffes et les crocs au bon moment. Bon je ne mets pas tous les journalistes dans le même panier. Certains font leur métier dans le respect des gens. Certains sont de vrais chacals. Mais un bon coup dans les dents et ils jappent comme des chiots. »
Je ne suis pas femme à me laisser faire et descendre mes artistes c'est me descendre moi. Alors je me bats.
« C'est derniers temps ils m'ont donné du fil à retordre. Mais j'aboie plus fort qu'eux. »
Femme au caractère bien trempée. Personne marche sur mes plates bandes. « Et encore j'ai été soft. »
Je me mets à rire, il est vrai que le crémier avait eu droit à une de mes facettes colériques.
« Ne vous en faites pas je sais être très calme aussi. »
Il faut juste pas me prendre à rebrousse poil. Enfin j'espère que je n'ai quand même pas fait peur à Adam et qu'il ne va pas se faire du souci pour ses enfants avec une voisine pareille.
« Il y a un petit mélange entre l'Afrique et l'Amérique. Ma mère est originaire de Nairobi et mon père de Houston. Du coup je suis afro-américaine avec en plus la nationalité canadienne vu que je suis née à Toronto. Et je suis tombée amoureuse de la ville de Naples en 2003 lors d'une escapade avec un artiste. »
Bien sur qu'il y a eu d'autres pays entre temps. Des endroits ou j'ai posé mes valises plus longtemps qu'à d'autre comme à Bruxelles.
« C'est vrai que selon quel pays on visite c'est un dépaysement complet. J'ai voulu tout savoir sur mes racines. L'Afrique et tellement différente que l'Amérique et les deux du Canada. Mais quand on trouve le bon équilibre tout peut faire un très alliage. »

Si on voit mon exotisme à la couleur de ma peau. La couleur des yeux d'Adam dénote aussi avec le ciel italien. Ce que je lui fais remarquer. Et je vise juste.
« Les italiens ont des cheveux bien plus foncés. Mais en effet j'ai vu un viking en vous. Comme quoi les mélanges donnent de belles explosions. »
Et je me mets également à rire en plus pour faire visualiser plus facilement les choses, Adam mime l'explosion.
« Nous sommes tous les deux des métissages qui ont fait un sacré POUF. »
On essaie de rester discret mais le rire fait aussi un peu explosion.
« Pas trop dur pour un norvégien de se retrouver en Italie ? »
Pas toujours facile le déracinement.
« J'ai subi ce genre de changement et j'avoue que parfois cela m'a perdu. Passer du Canada aux USA avec des vacances en Afrique. Parfois je ne savais plus qui j'étais vraiment. Je me suis cherchée longtemps avant de vraiment arriver à faire harmoniser le mélange. »
Cela fait aussi les armes pour la vie. Aide à vaincre les défis. Mais si avoir plusieurs racines peut être déstabilisant pour certaines personnes.  

vmicorum (fiche) ALLES & Lya (vava).


FATALE
Une lueur se glisse dans le regard et dessine un horizon nouveau, qui s'étire sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Orage. / Adam Empty
Sujet: Re: [terminé] Orage. / Adam ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Orage. / Adam -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Marché La Pignasecca
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant