Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Abonnement 12 mois Nintendo Switch Online
Voir le deal
15.99 €

 

- Paco <6 || Coincée -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Nota Bene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ela Tresca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ela Tresca
http://www.ciao-vecchio.com/t5691-ela-sweet-child-o-mine http://www.ciao-vecchio.com/t5721-ela-sweet-child-o-mine#181352
Faceclaim : Demet Ozdemir ; Ealitya
Messages : 773 - Points : 1541
Paco <6 || Coincée Tumblr_prgoknlSfS1s2tg5no2_250
Âge : 29 ans
Métier : Assistante attachée de presse
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Paco <6 || Coincée ( le Sam 19 Oct 2019 - 0:34 )
Un sourire crispé au coin des lèvres alors qu’elle se redressait sur sa chaise, Ela sentit son corps se figer complètement en sentant la main de cet homme glisser sur sa cuisse. Son sourire à lui n’avait rien de bienveillant, il était carnassier et soulignait ce regard lubrique qu’il posait sur elle et qui lui provoquait des hauts le cœur à chaque fois que ses yeux croisaient les siens. Le cœur battant à vive allure dans sa poitrine, prêt à fuir de sa cage thoracique, elle sentit sa respiration devenir de moins en moins fluide. Dire qu’elle était mal à l’aise n’était qu’un euphémisme. Elle avait l’impression de revivre les avances de son supérieur et dont elle avait toujours honte aujourd’hui. D’un geste mal habile, la main tremblante, elle posa ses doigts sur celle de son rencard pour la replacer sur sa cuisse à lui avant de se racler doucement la gorge. Elle aurait pu s’emporter, le traiter de porc et provoquer un esclandre, mais quelque chose la bloquait. Une voix dans sa tête l’obligeait à bien se comporter et à subir les actes déplacés de cet homme. Cette voix ? Sa mère. C’était elle qui avait arrangé ce rendez-vous parce qu’il avait l’air d’être le bon parti qu’elle aimerait intégrer à la famille. Si à plusieurs reprises Ela avait essayé de lui dire qu’elle ne voulait pas assister à ce dîner, sa mère elle, avait déjà décidé qu’elle serait présente. De la robe trop courte qu’elle portait au maquillage qu’elle trouvait trop voyant, c’était sa génitrice qui avait tout choisi pour elle. Pendant que sa mère s’amusait à faire d’elle son pantin, le regard d’Ela s’était un instant perdu dans l’image que lui renvoyait le miroir. Il y avait cette étincelle dans son regard qui perdait de son éclat à chaque fois que sa mère remettait une mèche en place ou qu’elle lui remettait une couche de mascara. Une partie d’elle mourrait en même temps que l’espoir qu’elle avait un jour de prendre une décision par elle-même, tandis que la matriarche lui rabattait les oreilles sur l’importance de ce dîner. La boule au ventre, elle était arrivée à ce restaurant un peu trop huppé à son goût avec l’envie de bien faire, se disant que ça ne pouvait pas se passer aussi mal que ça. Pourtant, même pas une heure qu’ils étaient assis qu’il se permettait déjà de la toucher en faisant remonter ses doigts le long de sa peau comme si elle n’était qu’un vulgaire bout de viande. Un pantin.

La jeune femme revint à elle en sentant à nouveau la main insistante de l’homme assis à côté d’elle glisser à nouveau sur sa cuisse, se montrant plus insistant que la première fois. Le visage à quelques centimètres du sien, sa voix rauque dans laquelle Ela arrivait à percevoir cette excitation dégoûtante qui la faisait frissonner. Les paroles qu’il prononçait au creux de son oreille faisaient remonter la bile qu’elle avait essayé de régurgiter tout le long de l’heure écoulée. Une grimace de dégoût déforma le visage de la jeune femme qui se leva d’un bond de sa  chaise, un frisson d’horreur lui parcourant l’échine. « Je… » Elle avait voulu l’insulter de tous les noms mais les mots restèrent bloqués dans sa gorge. « …reviens. » Sans en dire plus, elle récupéra ses affaires et prit la direction des toilettes comme si elle allait se rafraîchir. Arrivée à l’intérieur de la pièce, Ela fit les cent pas en évitant de croiser son reflet dans le miroir. Elle devait réfléchir et vite. La première chose qu’elle fit, fut de sortir son téléphone pour demander à quelqu’un de venir la sauver. Mais qui ? Elle ne connaissait pas assez de gens à qui elle faisait confiance pour l’aider à se sortir de ce bourbier. Impulsive comme à son habitude, elle sauta à pieds joints sur le lavabo des toilettes pour atteindre la fenêtre qu’elle vit comme son ultime sortie de secours. Frôlant la chute à plusieurs reprises, Ela commença par balancer son sac ainsi que sa veste par la fenêtre qui ne s’ouvrait qu’à moitié. Tant bien que mal, elle arriva à se hisser sans se casser quoi que ce soit, et glissa dans la fente de la fenêtre. Une partie de son corps dedans, l’autre dehors, elle réalisa qu’elle aurait peut-être dû réfléchir vu la hauteur. Mais comme il était de toute façon trop tard pour faire marche arrière, elle poussa un soupir avant de se servir de ses bras pour se sortir complètement. Peu importe si elle mourrait de cette chute – elle exagérait – au moins elle mourrait libre. « Allez ! » Dit-elle comme pour se donner de la force. Mais rien. En plus d’être coincée, elle sentait comme si un pan de sa robe s’était pris dans un clou ou peu importe. Dans tous les cas, ça puait la merde.


Bölüm <6
She's got a smile that it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I stared too long, I'd probably break down and cry. Sweet child o mine. Sweet love, mine. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
Brigitta Ghiona
http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
Faceclaim : Alison Brie ©Neverland
Messages : 8528 - Points : 2711
Paco <6 || Coincée Tumblr_inline_o0c3wf3lGh1rifr4k_500
Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Sam 26 Oct 2019 - 19:24 )
SituationJe suis passée par ici
Situation / ActionLa situation est embarrassante. En plus d'avoir un pan de sa robe qui se déchire, Ela perd une chaussure dans la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Paco LlèresToujours frais après un litre de café
Paco Llères
http://www.ciao-vecchio.com/t7599-paco-j-avance-ecorche-j-arrive http://www.ciao-vecchio.com/t7600-paco-comme-un-ange-un-peu-blesse-mon-aureole-est-tachee-arrachee
Faceclaim : Can Yaman ©Saaya
Messages : 107 - Points : 292
Paco <6 || Coincée Tumblr_inline_pj41ozZZcQ1rk450s_540
Âge : vingt-neuf ans
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Lun 18 Nov 2019 - 0:49 )
Tête haute, Paco s’efforce de rester fort pour ceux qui l’entourent et qui, en apparence, accusent plus difficilement le coup. Les larmes roulent sur les joues de sa mère qui s’accroche à lui comme à une bouée de sauvetage, tandis que son frère renifle. Faisant les cent pas dans le couloir, Pedro peine à garder une certaine contenance et de toute façon, il n’a aucune honte à s’effondrer, se l’autorise même. Les yeux larmoyants rencontrent ceux du navigateur qui, pour la forme, affiche un sourire réconfortant. Depuis toujours, il a pris volontairement la place du grand-frère, du bon gars vers qui l’on se tourne au moindre problème, en omettant parfois que lui-même à ses faiblesses, mais si ce n’est le fait de ne pouvoir vivre dans des endroits clos, il se garde bien de les avouer. S’il commence, il sait pertinemment qu’il ne s’arrêtera pas. Les perles salées rouleront, pas seulement pour l’état de sa frangine, dans un coma profond, mais également pour tout ce qu’ils ont dû endurer jusque-là. La violence des mots, des gestes, les viols répétés d’une mère qu’il estime beaucoup. Cette souffrance qui le plonge dans un enfer sans fin, duquel il est incapable de sortir, se complaisant dans ce mal-être qu’il nourrit à travers diverses addictions, alors que le but premier est de se faire un peu de bien, de se donner les clés suffisantes pour tenir le coup et se lever le matin. Il aime la vie, Paco, il aime la liberté. Il aime sentir le vent sur son visage, s’enfuir loin en bateau, plonger dans l’eau et en ressortir à bout de souffle… Mais il n’en profite pas comme il le souhaiterait, dû à des démons du passé qu’il garde en lui, à ce visage qui ressemble à ce violeur qu’il déteste tant. Parfois, tout s’embrouille et aujourd’hui est l’une de ces fois où un grand brouillard s’installe dans son cœur, sa tête. Intérieurement, c’est un véritable champ de bataille.

Sachant qu’ils en ont tous les trois besoin, Paco s’engouffre dans l’appartement et ouvre la fenêtre de sorte à laisser entrer un peu d’air. Sa mère qui déteste ça ne dit rien, consciente que son rejeton ne restera pas s’il ne ressent pas une ouverture, un moyen de s’échapper, même s’il n’en fera rien. C’est psychologique. Ca lui est nécessaire. Sans un mot, il tire sur sa main pour la mener à sa chambre et fait signe à Pedro de les suivre. Celui-ci, après avoir tiré le matelas de son lit, s’exécute. Tandis que Paco couche sa mère et retire ses chaussures, son frère place son lit de fortune au pied de celle qui se plonge dans les bras de l’aîné, tenant la main au cadet, ayant besoin de les sentir tous les deux à ses côtés. Pour l’apaiser, la soutenir, il lui offre quelques caresses sur sa tête, son visage, jusqu’à ce qu’elle finisse par s’endormir.
« Tu crois qu’elle va s’en sortir ? »
La voix de Pedro résonne jusqu’à lui et aussitôt, il tourne la tête vers la sienne, sans savoir quoi dire exactement. Des certitudes ? Il n’en a aucune. De l’espoir ? Il n’a que ça. Paco acquiesce d’un signe de tête, sans détour.
« Iksha est forte. »
Et elle a tellement de choses à dire. Sa voix doit s’élever pour les causes qu’elle défend, aussi pour les embêter un peu.
« On ne peut pas ne pas croire en elle. » susurre-t-il, en se redressant.
Pas après tout ce qu’ils ont subi, pense-t-il tout bas. Ils n’ont pas fait tout ce chemin pour qu’elle s’envole maintenant. C’est un pilier dans la famille. La plus joyeuse, la plus fraîche. Paco se lève et enveloppe Asha d’une fine couverture, puis ébouriffe les cheveux de son frère qui s’étonne qu’il ne reste pas, avant de pousser un soupir.
« Même pendant un moment comme ça tu veux nous laisser ? »
Paco s’arrête en plein milieu de la pièce, culpabilise, puis franchit les quelques pas qui le séparent de l’encadrement de la porte, sur lequel il s’appuie d’une main.
« C’est pas évident pour moi non plus. » dit-il, la tête tournée vers son frère.
Il désigne leur mère d’un signe de tête et ajoute :
« Je vais juste faire un tour. »
Même s’il sent que ça ne convient pas à Pedro, lui a besoin de prendre l’air un instant.
« Endors-toi, je serai là au réveil. » assure-t-il, en franchissant enfin la porte de la chambre.
Ce n’est que le temps d’une heure, ou deux, ou trois peut-être. Qu’importe, il se fait la promesse d’être là à l’aube, avec un café pour réchauffer tout le monde.

Une main dans la poche, l’autre tenant fermement une cigarette qu’il coince entre ses lèvres, l’espagnol erre dans les rues. Ses cernes prouvent sa fatigue et son air fermé, ses préoccupations, mais ses traits tirés se transforment, laissant place à l’étonnement. Paco s’immobilise à la vue d’une jeune femme qu’il reconnaît et qui se trouve dans une situation délirante. Il observe autour de lui pour constater qu’il n’y a personne qui ne semble prêter attention à la prisonnière qui tente de s’évader d’un bar dans lequel il s’apprêtait à entrer pour se vider un peu la tête. Mais encore une fois, le destin en décide autrement. Paco fronce les sourcils, puis en arque un, puis le fronce de nouveau. Il tire une taffe, puis écrase sa cigarette dans son cendrier de poche, avant de croiser les bras. Il s’avance d’un pas, se racle la gorge afin d’attirer son attention.
« Qu’est-ce que tu fais ? » demande-t-il, en la dévisageant.


Comme un ange un peu blessé, mon auréole est tâchée, arrachée. Quand mes démons se déploient, je donne un sourire, juste un sourire, qu'on attend de moi. Est-ce qu'on peut subir à plein temps, en gardant son éclat ? J'avoue, j'avance écorché, j'arrive plus à me forcer. Tout me blesse. Et mon envie m'a laissé...
Revenir en haut Aller en bas
Ela Tresca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ela Tresca
http://www.ciao-vecchio.com/t5691-ela-sweet-child-o-mine http://www.ciao-vecchio.com/t5721-ela-sweet-child-o-mine#181352
Faceclaim : Demet Ozdemir ; Ealitya
Messages : 773 - Points : 1541
Paco <6 || Coincée Tumblr_prgoknlSfS1s2tg5no2_250
Âge : 29 ans
Métier : Assistante attachée de presse
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Mer 27 Nov 2019 - 1:24 )
Alors qu’elle essayait de se tirer de cette situation, Ela s’arrêter de bouger voire de respirer à chaque fois qu’elle entendait des bruits de pas qui s’approchaient de l’endroit où elle se trouvait. Se contorsionnant au point de se faire presque mal, elle jetait des coups d’œil par-dessus son épaule pour être sûre que personne ne la voyait. Elle avait pourtant l’habitude des situations compromettantes mais pour une fois, elle voudrait éviter d’avoir à se justifier. Elle aurait pourtant dû se douter que sa fuite ne serait pas aussi facile, à chaque fois qu’elle essayait de forcer le destin, elle finissait par être coincée. Ici, c’était au sens littéral. Elle avait voulu forcer le destin en s’en allant par la fenêtre des toilettes au lieu de se faufiler discrètement par la porte, et voilà. Soupirant de soulagement en entendant les bruits s’éloigner d’elle, elle sentait le peu de force qu’elle avait qui commençait  à la quitter. Au milieu de l’effort stupide qu’elle était en train de fournir, la jeune femme se laissa aller en s’accordant une pause. Après avoir poussé un juron qu’elle était la seule à entendre, elle laissa ses membres se détendre et resta un moment comme ça. Ses bras avaient commencés à se balancer dans le vide au même rythme que ses jambes qu’on ne pouvait pas voir de l’extérieur. Elle profitait de l’air frais et de sa stupidité qui l’avait coincé là. Avec un peu de chance quelqu’un viendrait la libérer, même si elle ne comptait pas trop là-dessus. Passés les premières minutes où elle trouvait le rebord de la fenêtre inconfortable, elle devait avouer que ce n’était pas si mal. Enfin, y avait mieux. Mais elle était déjà mieux que si elle était retournée à la table. « Merde. » Lâcha Ela qui venait de penser à quelque chose d’aussi stupide que ce qu’elle avait tenté de faire. Elle avait quitté la table depuis bien trop longtemps pour que son prétendant pense qu’elle était juste partie se rafraîchir ou pisser. Il devait sûrement penser qu’elle était constipée vu le temps qu’elle mettait aux toilettes. Oh puis zut, elle se fichait bien de ce qu’il pensait. La seule chose qu’elle espérait était qu’il n’ait pas la brillante idée de venir voir si tout allait bien. Envisageant le pire dans sa tête, elle n’avait même pas remarqué qu’elle n’était plus seule tandis qu’elle fixait toujours le sol les sourcils légèrement froncés. Lorsqu’une voix arriva à capter son attention, Ela sursauta de sorte qu’elle se fit mal. Le cœur battant à toute allure, elle se redressa du mieux qu’elle pu en regardant autour d’elle pour savoir qui lui parlait. « Oh. Hey. » Lâcha la jeune femme lorsque son regard se posa sur cet homme dont la silhouette lui était bien connu. Qu’est-ce qui était pire ? Qu’une personne lambda la trouve coincée dans une fenêtre alors qu’elle tentait de fuir ? Ou de le voir lui qui la retrouvait coincée dans une fenêtre alors qu’elle tentait de fuir ? Hum. Comme pour se donner un air détaché, elle esquissa un sourire qui trahissait sa position inconfortable et balança sa tête sur le côté pour dégager quelques mèches de cheveux de devant son visage. Mais au lieu de les redresser comme ils auraient dû – elle s’était fait une scène plus glamour dans la tête – ils s’emmêlèrent entre eux, certaines mèches se collant même dans le gloss qu’elle avait appliqué sur ses lèvres pour l’occasion. « PSJHKSJKS. » C’était le bruit que faisait Ela qui essayait de dégager les cheveux sur ses lèvres et dans sa bouche sans utiliser ses mains. Au bout de longues secondes elle y parvint enfin. « Je prends l’air, comme tu peux le voir. » Elle essayait de se donner un air décontracté, la main posée sur ce qui devait être sa hanche mais se trouva être le rebord de la fenêtre. « Ca va ? » Oui, elle était prête à engager la conversation comme ça, en ayant mal, juste pour éviter de demander de l’aide à cet homme à qui elle essayait de plaire malgré les circonstances.


Bölüm <6
She's got a smile that it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I stared too long, I'd probably break down and cry. Sweet child o mine. Sweet love, mine. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Paco LlèresToujours frais après un litre de café
Paco Llères
http://www.ciao-vecchio.com/t7599-paco-j-avance-ecorche-j-arrive http://www.ciao-vecchio.com/t7600-paco-comme-un-ange-un-peu-blesse-mon-aureole-est-tachee-arrachee
Faceclaim : Can Yaman ©Saaya
Messages : 107 - Points : 292
Paco <6 || Coincée Tumblr_inline_pj41ozZZcQ1rk450s_540
Âge : vingt-neuf ans
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Lun 23 Déc 2019 - 1:42 )
L’étrangère ne s’attendait pas à le trouver face à elle et lui était bien loin de penser qu’il allait se retrouver nez à nez avec elle, dans une position délicate, mais qu’il trouve pourtant délirante. Soit c’est sa marque de fabrique et tous les jours doivent ressembler à des épreuves pour ne pas rencontrer des situations comme celle-ci, soit c’est simplement un mauvais jour. Quoi qu’il en soit, il se fait violence pour ne pas éclater de rire en la voyant galérer avec ses cheveux, mais ses lèvres qui s’élargissent, formant un sourire, prouve bien son amusement. Il penche la tête du côté droit, laisse le silence s’installer entre eux, jusqu’à ce qu’elle le brise avec une réponse détachée. Paco observe de nouveau autour de lui, croise le regard d’une femme qui dévisage l’inconnue avec un air ahuri et qui, après la surprise, saisit son téléphone portable pour filmer la scène. Il tend la main vers elle et balaye dans le vide, lui faisant signe de s’en aller. Si elle s’exécute, il sait déjà que c’est trop tard et qu’elle a dans la boîte des images qui se retrouveront peut-être sur la toile. Ca a l’air d’être un jeu pour tout le monde. De nouveau seuls, il croise les bras, puis acquiesce d’un signe de tête. Son moral n’est pas au beau fixe, mais personne n’est supposé le savoir et surtout pas elle. Il apprécie cette légèreté qui les lie, qu’elle ne sache rien de lui, de ses tourments. Si ça se trouve, elle le considère comme une mauvaise fréquentation, mais il ne se prend pas la tête à ce sujet. Lui, tout ce qu’il voit, c’est qu’il passe un bon moment, même s’ils se tirent un peu vers le bas, et c’est tout ce qui lui importe. Il prend ce qu’elle accepte de lui donner, finalement.
« Ouais, ça va. » Avec son index, il fait un rond en la désignant. « Et toi, tout est ok ? » demande Paco, le plus sérieusement du monde, les yeux plissés. « T’as l’air d’être… Dans une posture un peu bizarre. » Après tout, elle est tout de même coincée dans une fenêtre. Il n’est pas stupide, il a compris qu’elle essayait de s’échapper de cet endroit. Ou alors elle a vu une petite issue et elle a voulu essayé, comme ça, pour le plaisir. Ca pourrait même être un défi, allez savoir. Il y a des choses si étranges que ça pourrait être réel.
« Tu me racontes ? J’ai mon temps là. » Et elle aussi, visiblement.
Paco lui proposerait bien de lui donner un coup de main, mais en a-t-il réellement envie ? Evidemment, mais il aimerait au moins comprendre les raisons de ce blocage, par curiosité essentiellement. Il est convaincu que son anecdote l’intéressera, que ça l’amusera. Et il ne désire pas les grandes lignes, mais bien les détails. Pour lui montrer qu’il est disposé à l’écouter, il ressort sa cigarette qu’il coince entre ses lèvres et qu’il rallume, tout en la dévisageant.
« Tu fuis qui comme ça ? » Qui l’effraie au point de vouloir se barrer en catimini ?


Comme un ange un peu blessé, mon auréole est tâchée, arrachée. Quand mes démons se déploient, je donne un sourire, juste un sourire, qu'on attend de moi. Est-ce qu'on peut subir à plein temps, en gardant son éclat ? J'avoue, j'avance écorché, j'arrive plus à me forcer. Tout me blesse. Et mon envie m'a laissé...
Revenir en haut Aller en bas
Ela Tresca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ela Tresca
http://www.ciao-vecchio.com/t5691-ela-sweet-child-o-mine http://www.ciao-vecchio.com/t5721-ela-sweet-child-o-mine#181352
Faceclaim : Demet Ozdemir ; Ealitya
Messages : 773 - Points : 1541
Paco <6 || Coincée Tumblr_prgoknlSfS1s2tg5no2_250
Âge : 29 ans
Métier : Assistante attachée de presse
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Sam 18 Jan 2020 - 23:19 )
Alors qu’Ela essayait de se donner un air décontracté, elle se demandait combien de temps encore avant que quelqu’un ne passe la porte pour la trouver dans une telle posture. Elle était habituée au ridicule et à être au centre des moqueries, mais pour une fois elle aimerait garder le restant de dignité qu’il lui restait et se sortir de cette situation au plus vite. En voyant son inconnu s’approcher d’elle, elle avait eu cette lueur d’espoir qu’il l’aiderait à la sortir de là. Mais elle s’évanouit aussi parce qu’elle ne savait même pas comment expliquer qu’elle se retrouvait coincée là à une fenêtre. Si elle voulait l’impressionner, c’était réussi. « Non. Tout va bien. » Bien qu’elle essayait de garder son calme et qu’elle ne voulait que sa voix ne la trahisse pas, elle commençait à avoir mal à force de se tenir comme ça. Alors elle mentit parce qu’elle voulait garder la face. Quoi que, techniquement elle ne mentait même pas. Elle avait la santé, elle allait bien. Juste un peu coincée mais elle allait très bien. « Bizarre, tu crois ça ? » Elle aurait pu profiter de cette occasion pour lui demander son aide mais elle était trop fière pour le faire. Non en fait, elle était juste très conne. Elle voulait garder la face parce que ce jeune homme lui plaisait et qu’elle ne voulait pas se taper l’affiche devant lui. Un peu tard pour ça, certains diraient. Un soupir s’échappa des lèvres de la jeune femme qui se rendit compte qu’elle n’avait pas d’autre choix que de tout lui raconter. Même si, avant qu’elle ne déballe sans honte le pourquoi du comment, il aurait pu lui donner un coup de main pour se sortir de là. « Un homme. » Sans grande surprise elle avait de répondre. « Rencard organisée par ma mère et qui s’est… que j’ai juste envie d’écourter. » Un frisson remonta le long du dos de la jeune femme qui revoyait les mains de cet homme la toucher et qui lui donnait envie de vomir à nouveau. Le regard honteux tandis que ces images défilaient à nouveau dans sa tête, elle resta un moment silencieuse,  peu certaine de savoir ce qu’elle devait rajouter à cette histoire. Elle se sentait juste bête d’avoir accepté ce rendez-vous, d’avoir dit oui à la robe que sa mère lui avait choisi et d’avoir laissé ce porc s’en sortir comme ça. Elle aurait voulu remonter le temps juste pour pouvoir s’affirmer une bonne fois pour toute et enfoncer une fourchette dans la main de cet individu. Mais c’était impossible. Et tandis que lui attendait le retour de Tea, la jeune femme se retrouvait coincée à une fenêtre en train de raconter sans vraiment le faire, comment elle s’est retrouvée dans cette situation. « Tu veux bien me donner un coup de main ou tu veux plus de détails ? Comme à quel degré j’ai ouvert la fenêtre avant d’essayer d’en sortir ? »


Bölüm <6
She's got a smile that it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I stared too long, I'd probably break down and cry. Sweet child o mine. Sweet love, mine. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Paco LlèresToujours frais après un litre de café
Paco Llères
http://www.ciao-vecchio.com/t7599-paco-j-avance-ecorche-j-arrive http://www.ciao-vecchio.com/t7600-paco-comme-un-ange-un-peu-blesse-mon-aureole-est-tachee-arrachee
Faceclaim : Can Yaman ©Saaya
Messages : 107 - Points : 292
Paco <6 || Coincée Tumblr_inline_pj41ozZZcQ1rk450s_540
Âge : vingt-neuf ans
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Dim 16 Fév 2020 - 23:56 )
La position dans laquelle elle se trouve est contraire à ce qu’elle essaie de lui faire croire. Les yeux rieurs, le sourire élargit, il penche la tête du côté gauche cette fois-ci puis acquiesce d’un signe de tête lorsqu’elle répète ses propos. Bizarre, c’est bien le terme. « Ah ! » s’exclame-t-il, la moue toujours amusée, tandis qu’il comprend mieux la raison de sa tentative désespérée de fuir l’intérieur d’un bar où se trouve un type qu’elle ne souhaite pas voir plus longtemps. Elle aurait pu prendre son manteau, son sac et s’en aller avec une excuse farfelue, rocambolesque, peu probable, mais non. Il hoche la tête, attentif au moindre de ses mots, note également qu’elle a une mère qui se mêle un peu trop de sa vie. Organiser un rendez-vous pour sa fille afin de la pousser à se caser… Soit elle aime avoir le contrôle sur la vie de l’étrangère, soit son intention est louable et elle désire juste la voir avec quelqu’un, parce qu’elle considère qu’une vie n’est rien sans partager des moments importants ou futiles à une personne aimée. Dans tous les cas, le résultat est une catastrophe. « Je veux plus de détails. » dit-il, en s’approchant un peu plus, en levant les bras vers elle et en secouant la main, lui demandant par ce simple geste de sortir un peu plus de la fenêtre. « Cette histoire est étrange, mais intéressante. » observe Paco, qui a la curiosité qui le démange. Il tend les bras vers elle, pose ses doigts sur ses poignets, les glisse sur ses bras et la tire doucement vers l’extérieur, assez pour qu’elle puisse s’accrocher à ses épaules, entourer sa nuque. Il fait un pas en arrière pour la sortir définitivement de là, mais s’il est habile, il n’avait pas prévu que sa robe se prenne sur un clou et résiste à sa tentative de libération. Paco force un peu, puis perd l’équilibre, tombant en arrière, sur le béton qui lui provoque une grimace. « Ca va devenir une habitude. » Entre là et la dernière fois où elle s’est rétamée après avoir ingurgité de nombreux verres d’alcool. Ses doigts crispés sur son dos se détendent, remontent sur sa nuque, puis attrapent ses cheveux afin de les replacer derrière son oreille, de sorte à ce que ça ne le chatouille plus, mais certaines mèches sauvages tombent encore sur son visage. Il souffle dessus, puis penche la tête sur le côté, afin de se rendre compte des dégâts. « Tu as perdu une chaussure dans la bataille. » Et pas seulement. Il y a un pan de sa robe qui manque. Elle n’est pas trouée, non, elle est bien déchirée. C’était une jolie robe, coûtant un prix qu’il ne cherche pas à déterminer. Paco est pauvre. Ses fringues viennent, pour la plupart, de friperies et il a appris à ne pas juger les gens sur leur apparence. « Et ça t’arrive souvent de faire ça ? Ca expliquerait pourquoi tous les matins, je ne te vois plus. » Et ça ne le dérange pas. Il trouve même ça charmant, ce petit rituel de se barrer en catimini.


Comme un ange un peu blessé, mon auréole est tâchée, arrachée. Quand mes démons se déploient, je donne un sourire, juste un sourire, qu'on attend de moi. Est-ce qu'on peut subir à plein temps, en gardant son éclat ? J'avoue, j'avance écorché, j'arrive plus à me forcer. Tout me blesse. Et mon envie m'a laissé...


Dernière édition par Paco Llères le Lun 22 Juin 2020 - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ela Tresca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ela Tresca
http://www.ciao-vecchio.com/t5691-ela-sweet-child-o-mine http://www.ciao-vecchio.com/t5721-ela-sweet-child-o-mine#181352
Faceclaim : Demet Ozdemir ; Ealitya
Messages : 773 - Points : 1541
Paco <6 || Coincée Tumblr_prgoknlSfS1s2tg5no2_250
Âge : 29 ans
Métier : Assistante attachée de presse
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Lun 17 Fév 2020 - 0:53 )
Ela sentait bien l’amusement dans la voix de son inconnu, et si en temps normal elle se serait agacée, elle ne pouvait s’empêcher de répondre à son sourire communicatif. Certes elle était en mauvaise posture, mais connaître la jeune femme c’est aussi savoir que c’était des choses qui lui arrivaient aussi bien uniquement qu’à elle que souvent. A la réponse à sa question, elle n’était même pas étonnée, se contentant de lâcher un petit rire. Selon elle il n’y avait pas grand-chose à raconter, elle ne ressortait juste pas très brillante de ce récit mais ça, ce n’était pas nouveau. Et étrangement, ce n’était pas non plus l’image qu’elle voulait se donner d’elle devant le jeune homme. Il l’avait déjà vu dans biens des états et malgré le peu de temps passés ensemble, il avait déjà vu bien plus que les gens qu’elle côtoyait au quotidien. Ca faisait du bien à Ela de pouvoir se sentir aussi libre, même dans sa bêtise et surtout, de ne pas avoir à surveiller son image ou ce qu’elle renvoyait à la face du monde. Elle pouvait se permettre d’être qui elle voulait. Elle ne savait pas ce que cela donnerait sur le long terme et certes, cet inconnu l’effrayait. Mais le peu de fois où elle avait lâché prises aux côtés de son inconnu, les choses s’étaient plutôt bien passés pour elle. Si on enlevait la côte fêlée suite à sa chute d’un bar, Ela allait bien. « Aide-moi et je te raconte tout. » Pour l’inciter à venir lui donner un coup de main plutôt que de l’observer jusqu’à ce qu’elle crache le morceau, elle tendit les bras devant elle avant de bouger les doigts comme pour essayer de saisir ses mains. Elle commençait à avoir mal en plus dans cette position inconfortable. Avec son aide, elle s’accrocha au cou du jeune homme, profitant de ce contact éphémère pour humer son odeur. Son visage à quelques centimètres du sien, le sourire d’Ela s’agrandit au coin de ses lèvres. La première tentative échoua alors qu’elle sentait le tissu de sa robe pris dans quelque chose, mais elle ne s’attarda pas dessus, son sort n’était plus entre ses mains. Pour faire croire qu’elle y mettait du sien, elle ajusta un peu plus sa prise autour de son inconnu en profitant pour passer une main rapide au niveau de sa nuque, quelques doigts s’emmêlant à ses cheveux qu’elle prenait plaisir à maltraiter à chaque fois qu’ils passaient la nuit ensemble. Chaque matin avant qu’elle ne prenne la fuite, Ela se surprenait même à dégager quelques mèches de cheveux de sur le visage de ce dernier, juste pour pouvoir observer une dernière fois les traits de cet homme avec lequel elle avait passé la nuit. Et à chaque fois, c’était la même pensée qui lui traversait l’esprit ; jusqu’à la prochaine fois. Avec un peu plus de force et sous le bruit du craquement du tissu, elle sortit enfin de la fenêtre, emportée par les bras forts de son sauveur, elle se retrouva bien vite allongée sur lui en pleine rue. Une moue désolée sur le visage, elle était désolée de se servir de lui comme d’un matelas mais au moins elle n’avait rien, elle. « La gravité. » Répondit simplement Ela qui avait le souffle court à son contact contre sa peau. Les yeux dans les siens tandis que son regard descendait sur ses traits qui lui avaient presque manqué, elle sourit en sentant ses doigts sur son visage, son petit souffle qu’elle trouvait presque mignon pour éviter que ses cheveux à elle ne lui tombent dans les yeux. « C’était celle de ma mère, c’est pas très grave. » Elle ne prit même pas la peine de regarder, préférant mille fois rester dans cette position. Mais ce n’était pas raisonnable et elle le savait, alors elle se dégagea pour permettre à son inconnu de se redresser. « Plus souvent que tu ne le penses. » Avec difficulté, elle s’était mise debout et observa sa robe déchirée avant de pousser un soupir. En plus de sa chaussure manquante. Elle fit la chose la plus logique selon elle et enleva sa chaussure manquante, au moins elle n’aurait pas de souci d’équilibrage. Elle devait être ridicule mais peu importe. Elle fit un pas dans la direction du jeune homme et se mit sur la pointe des pieds, une main autour de sa nuque pour l’obliger à se baisser un peu et déposa un baiser sur sa joue. « Merci. » Elle n’oubliait pas ses bonnes manières. « On devrait s’en aller et vite, je sais déjà qu’on est à ma recherche parce que j’ai perdu trop de temps. » Une main glissée dans celle du jeune homme pour l’obliger à bouger, elle ouvrit la marche en prenant une direction au hasard. Peu importe où elle allait tant que c’était loin d’ici.


Bölüm <6
She's got a smile that it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I stared too long, I'd probably break down and cry. Sweet child o mine. Sweet love, mine. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Paco LlèresToujours frais après un litre de café
Paco Llères
http://www.ciao-vecchio.com/t7599-paco-j-avance-ecorche-j-arrive http://www.ciao-vecchio.com/t7600-paco-comme-un-ange-un-peu-blesse-mon-aureole-est-tachee-arrachee
Faceclaim : Can Yaman ©Saaya
Messages : 107 - Points : 292
Paco <6 || Coincée Tumblr_inline_pj41ozZZcQ1rk450s_540
Âge : vingt-neuf ans
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Mar 23 Juin 2020 - 0:15 )
La gravité. Quel joli mot dont la signification explique l’attraction de leurs deux corps. En attendant, le béton, il le sent bien dans son dos. Dur, peu agréable et bien qu’il ait connu pire, la sensation n’est pas des plus appréciables. Ce qui rend le choc moins violent, c’est probablement son état lamentable, sa tenue qui part en lambeaux et qui le pousse à se questionner, plutôt qu’à donner de l’importance à la douleur qui s’évanouit peu à peu. Libéré, Paco pose une main sur le sol et se redresse. Debout, il masse sa nuque, tout en observant l’objet attirant l’attention de la brune. L’argument mis en avant prouve son peu d’attachement pour le tissu, et son manque d’inquiétude quant à la possible réaction de sa mère devant ce désastre. Si ça se trouve, face aux maladresses de sa fille, elle ne pipe plus un mot, se contente de lever les yeux au ciel, lasse. De son côté, ses traits sont entre l’amusement et la stupéfaction face à la dernière chaussure qu’elle retire. Il entoure son menton de ses doigts, les glisse vers le bas de son visage, comme s’il cherchait à lisser sa barbe, et appuie son poing sur sa hanche. Il a bien rencontré une femme qui s’est cassé un talon en cours de route, mais elle a bien fait les mètres qui lui restaient avec celle-ci dans les pieds, en priant toute la route pour que le cordonnier puisse réparer son bien. La suite, il l’ignore. Toujours est-il qu’elle semble s’en ficher, elle et préférer la souffrance des cailloux lui rentrant dans les pieds, plutôt que faire semblant que tout est plus ou moins normal. Et il trouve ça si naturel qu’il ne peut que le relever. Sous la pression de son geste, l’espagnol se baisse un peu, et affiche un franc et large sourire. Cette fois-ci, il est définitivement amusé. « Maintenant que… » En la suivant de près, il tourne sa main libre dans le vent, en même temps qu’il cherche ses mots. « … je t’ai délivrée de ta tour, que tu m’as remerciée et que tu sembles vouloir me tirer quelque part. » Il penche la tête sur le côté et fixe ses pieds nus, avant de lâcher un soupir, puis de la soulever dans ses bras, sans lui laisser le temps de s’offusquer ou de rétorquer. Il ne lui laisse tout simplement pas le choix. Il ne la connait pas encore très bien, mais il a bien retenu une chose ; c’est que s’il y a des bris de verre par terre, ce sera forcément pour sa pomme. Avec la poisse qui s’accroche à elle comme si sa vie en dépendait, c’est indéniable. « Les détails. Ce rencard ? » Question ouverte pour lui laisser l’opportunité de reprendre par n’importe quel bout. Si elle souhaite lui raconter tout, en lui donnant les précisions sur son apparence, ou sur les sujets de conversation qui l’ont fait littéralement fuir, en s’enfonçant dans les explications, y mêlant des ingrédients inutiles, alors il est attentif. « Ta mère te pousse à te caser ? » Ah, heureusement que la sienne lui laisse la liberté de faire ce qui lui plaît, jusqu’à une certaine mesure. Si elle savait qu’il avait un certain penchant pour l’autodestruction, elle serait effrayée, anxieuse. C’est bien pour ça qu’il fait attention à rester discret, sans pour autant se sentir enfermé. Paco fait juste attention à ne pas croiser les regards familiaux qui seraient bien surpris de le voir aussi perdu.


Comme un ange un peu blessé, mon auréole est tâchée, arrachée. Quand mes démons se déploient, je donne un sourire, juste un sourire, qu'on attend de moi. Est-ce qu'on peut subir à plein temps, en gardant son éclat ? J'avoue, j'avance écorché, j'arrive plus à me forcer. Tout me blesse. Et mon envie m'a laissé...
Revenir en haut Aller en bas
Ela Tresca10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Ela Tresca
http://www.ciao-vecchio.com/t5691-ela-sweet-child-o-mine http://www.ciao-vecchio.com/t5721-ela-sweet-child-o-mine#181352
Faceclaim : Demet Ozdemir ; Ealitya
Messages : 773 - Points : 1541
Paco <6 || Coincée Tumblr_prgoknlSfS1s2tg5no2_250
Âge : 29 ans
Métier : Assistante attachée de presse
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le Mar 23 Juin 2020 - 1:10 )
Une chaussure en moins, la robe déchirée et sûrement une allure de folle, Ela essaya tout de même de sauver les apparences en se passant une main timide dans les cheveux. Même si en toute honnêteté, elle se fichait bien qu’on puisse al voir aussi débrayée. Encore moins devant cet homme qu’elle ne connaissait toujours pas le nom. Il l’avait déjà vu avec moins que ça sur le dos, un peu de peau et des pieds nus ne devraient pas le déranger. Sans plus tarder et avec le peu de grâce et de dignité qui restait à Ela, cette dernière attrapa la main de son sauveur avant de se mettre à marcher à vivre allure pour s’éloigner au maximum de cet endroit. Elle faisait en sorte de ne pas grimacer sous le goudron qui lui brûlait presque la plante des pieds, et faisait même impasse sur les cailloux qui lui rentraient dans la peau. Elle trouvait consolation dans sa main doucement pressée contre celle de son inconnu qu’elle traînait toujours en prenant la route au hasard, non sans lui adresser un sourire de temps en temps pour voir s’il la suivait toujours. « Oui ? » S’enquit Ela pour le pousser à achever sa question qu’elle voyait déjà venir, une certaine malice dans le sourire qu’elle lui envoyait. S’il voulait savoir quelle était la suite, elle n’en avait aucune idée. Elle avait juste vu une occasion pour elle de s’en aller loin de ce restaurant en sécurité et avait saisi sa chance, le forçant par la même occasion à s’embarquer dans une nouvelle aventure avec elle. Alors qu’ils arrivaient à une intersection, la jeune femme sentit ses pieds endoloris quitter le sol au même titre que son corps. Un rire s’échappa de ses lèvres alors qu’elle passa un bras autour des épaules de celui qui prenait de plus en plus des allures de prince charmant. Un soupir s’échappa cependant de ses lèvres lorsqu’il revint à la charge pour les détails. Elle lui avait promis de tout lui raconter, inutile de faillir à sa promesse en essayant de se défiler. De plus, vu comment elle s’était calée dans ses bras, bien accrochée comme elle l’était, elle ne pouvait pas aller bien loin. « Droite. » Donna comme indication la jeune femme en même temps qu’elle réfléchissait à sa question. « Tu as deviné juste. » Un sourire dans la voix, elle s’accrocha un peu plus à lui tandis qu’elle laissa son regard glisser sur les traits de son visage qu’elle aurait aimé toucher du bout des doigts, mais dont la position ne permettait pas. « Elle m’organise souvent des rendez-vous parce qu’elle veut des petits-enfants, et pense que ça me rendrait plus responsable… » Sans jamais le quitter des yeux, elle lui expliquait tout ça comme si elle se confiait à un ami de longue date. « Elle ne comprend pas que ce n’est pas ce que je veux. Je vais à ses rendez-vous pour lui faire plaisir mais je fais toujours en sorte que ça n’aboutisse jamais. » Et elle n’était pas peu fière d’ailleurs de ne toujours pas être casée à ce jour. « J’aime trop ma liberté pour penser à me caser, j’aime trop cet imprévisible… » Sans s’en rendre compte, sa voix s’était adoucit et ses derniers mots avaient été murmurés pour que seul lui puisse les entendre. Dans tout ça, elle n’avait jamais quitté son visage des yeux et n’avait même pas donné de direction à prendre, lui faisant totalement confiance. Sa chaussure posée là où elle pouvait pour libérer sa main, elle obligea son inconnu à ralentir le pas en faisant glisser ses doigts sur son visage pour que son regard croise le sien. Ses doigts qui s’égarèrent dans cette barbe fournit avec laquelle elle aimait jouer, Ela laissa son pouce caresser doucement sa joue pour savourer ce moment à la fois étrange et intime. Elle avait envie de l’embrasser, mais ne ferait rien. « Tu m’as délivré de ma tour. Ca fait de toi mon preux chevalier. Et moi la princesse de l’histoire. » Son pouce glissa de sa joue à ses lèvres qu’elle caressa avec la même douceur. « Et par ordre de la princesse, ce soir j’ai envie de flotter. A toi de t’assurer que mes pieds ne touchent jamais le sol et tu en seras récompensé. »


Bölüm <6
She's got a smile that it seems to me, reminds me of childhood memories where everything was as fresh as the bright blue sky. Now and then when I see her face, she takes me away to that special place and if I stared too long, I'd probably break down and cry. Sweet child o mine. Sweet love, mine. ~ byendlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Paco <6 || Coincée Empty
Sujet: Re: Paco <6 || Coincée ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Paco <6 || Coincée -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Nota Bene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut