Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -47%
Moulinex i-Companion – Robot cuiseur ...
Voir le deal
479.99 €

 

- [en cours] Comme on dit : le monde est petit. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anabela LaranjeiraLe vin est un puissant lubrifiant social
Anabela Laranjeira
https://www.ciao-vecchio.com/t2937-anabela-laranjeira-le-coeur-d http://www.ciao-vecchio.com/t5760-anabela-laranjeira-cours-apres-l-amour-et-la-paix-suivra#182110
Faceclaim : Amber HEARD - © AVENGEDINCHAINS › ICE AND FIRE.
Messages : 4262 - Points : 7835
[en cours] Comme on dit : le monde est petit. OQopHpIL_o
Âge : 33 ans › née à Lisbonne le 29.11.1986
Métier : assistante de Calliope McKinney
[en cours] Comme on dit : le monde est petit. Empty
Sujet: [en cours] Comme on dit : le monde est petit. ( le Mar 5 Nov 2019 - 2:53 )
Comme on dit : le monde est petit.
Mes AirPods calés dans mes oreilles, marchant dans les rues du quartier Spagnoli, les choses semblent s'arranger pour moi. Ai-je le droit de souffler plutôt que de souffrir ? C'est ce que j'aime croire alors que je déambule, profitant de ce qui se trouve autour de moi, malgré mes écouteurs. Un sourire fendant mon visage, je quitte tout juste le théâtre du quartier, puisque je suis à présent l'assistante d'une costumière. Lorsque j'y songe, je me dis que j'ai beaucoup de chance, puisque jamais je n'aurais pu imaginer le devenir un jour, malgré ma passion pour les croquis de vêtements qui sortent de mon imaginaire depuis de très nombreuses années. Avais-je commencé le dessin alors que je venais à peine d'apprendre à tenir un crayon entre mes doigts ? Selon ma mère dont je n'ai plus de nouvelles oui. Le fait est que penser à elle me mine. Voudrais-je partager mes journées avec elle au téléphone lorsque je rentre à la villa ? Oui, évidemment. Auparavant, je le faisais, seulement, ce temps est révolu. Au revoir les appels après avoir quitté les plateaux de tournage. Poussant un long soupire, le poids présent sur mon cœur depuis que nous ne communiquons plus se manifestant, je me dis que je devrais peut-être boire un café ou un chocolat chaud, plutôt que de rentrer. Après tout, je serais seule à cette heure si je retrouvais la villa, ce qui ne m'enchante pas. J'ai besoin de marcher, j'ai besoin de réfléchir, alors, je cherche autour de moi un endroit où je pourrais prendre le temps de me poser un instant. Mes poings enfoncés dans les poches de mon Trench, je grimace, me demandant si je ne devrais pas appeler Alejandro, mon frère, puisqu'il communique avec moi de temps à autre, ce qui est déjà bien selon mon thérapeute. Bien sûr, je ne suis pas de son avis, seulement, je le garde pour moi. « OK. » Je souffle, m'avançant jusqu'au banc libre que je remarque à quelques pas de l'endroit où je me trouve, afin de sortir mon iPhone de mon sac. Le déverrouillant à l'aide de mon visage, je n'ai pas à chercher bien longtemps le numéro de mon jeune frère, puisqu'il se trouve dans le listing de mes favoris, bien que l'on ne s'appelle plus autant qu'avant mon départ à Naples, mais également ensuite, puisque nous étions proches. Plaçant mon iPhone contre mon oreille, ayant ôté mes AirPods, j'attends qu'Alejandro daigne me répondre. « Salut, c'est Ana. » Je souffle, un mince sourire commençant à s'étirer sur mon visage. « Comment vas-tu ? » Je souffle, désireuse de connaître tout dans les moindres détails, ce que je n'aurais jamais. « Ses examens médicaux, ils en disent quoi les médecins ? » Je le questionne, ayant un pincement au cœur, puisque mon petit frère m'a appelé il y a quelques semaines afin de m'informer que notre père n'est pas dans le meilleur de sa forme. « Que… Quoi ? Ils le gardent encore ? » Mes sourcils se froncent alors que j'ai la sensation qu'une personne s'est emparée de mon cœur afin de le presser : ce qui me fait comprendre que je ressens un mauvais pressentiment, puis que cela me peine et que je me trouve inquiète. « Je… Appelle-moi dès que tu en sais davantage, d'accord ? » Je prononce, mes lèvres pincées, pour finalement raccrocher et me lever sans regarder autour de moi, quand je rencontre ce qui me semble être un mur. Grimaçant, un juron s'échappant d'entre mes lèvres, je lève les yeux pour constater qu'il s'agit en fait d'un homme que je connais. « Je… Pardon. » Je souffle, sachant pertinemment où je l'ai connu, mais surtout dans quelles circonstances. Le dévisageant, il doit se douter que je l'aie reconnu à moins qu'il ne se souvienne pas de moi, puisqu'il a dû en voir passer des femmes blondes dans son bar. « Excusez-moi Alessandro. » Je souffle, sans vraiment réfléchir alors qu'il ne peut plus avoir de doutes selon moi, puisque je connais son prénom.

@ALESSANDRO GIANNIOTTI


- "T'es à moi Ana." Dit-il, en se montrant du doigt. "Je suis à toi mon amour." Je réponds, dans un mouvement de tête, pour l'hypnotiser en faisant bouger mes cheveux.
- FRANCIANA PARA SEMPRE -
Revenir en haut Aller en bas
 
- [en cours] Comme on dit : le monde est petit. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut