Revenir en haut
Aller en bas

-23%
Le deal à ne pas rater :
Montre GPS Garmin Fenix 5S Plus Silver avec bracelet noir
499.00 € 649.99 €
Voir le deal

 

- [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lydian GalanteToujours frais après un litre de café
Lydian Galante
http://www.ciao-vecchio.com/t6086-wasted-lydian http://www.ciao-vecchio.com/t6095-i-m-a-creep-lydian
Faceclaim : Charlie Hunnam © avendichains
Messages : 116 - Points : 201
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_oweonoJDLx1t80jpm_250
Âge : 41 ans (né le 5 août 1981 selon l'estimation du médecin mais sa vraie date de naissance demeure inconnue)
Métier : Reconverti en coach de boxe après ses années de cascadeur et ses 4 années en tant qu'acteur.
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Ven 15 Nov 2019 - 13:56 )

Cassiopée & Orion.

The world was on fire and no one could save me but you, It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you...



Posté derrière le muret du quartier, Lydian regardait les enfants se sauter dessus dans une vaine tentative de jouer à saute-moutons. Le plus âgé d'entre eux riait aux éclats en voyant les plus petits se casser la figure sur le pavé. Cela semblait être un joyeux groupe à distance mais depuis qu'il les observait, il avait compris progressivement qu'il n'y avait rien d'heureux dans cet attroupement. Là, à quelques mètres de lui, se tramait un drame social. Un gosse sans le sou, probablement provenant d'une famille défavorisée, rendait la vie dure aux enfants plus faibles que lui physiquement. Une petite fille regardait depuis le côté droit du trottoir, souriant d'une manière presque maladive tant elle semblait se forcer. Le petit harceleur donnait des ordres que le reste du groupe s'empressait d'exécuter. Et ils se chevauchaient dans des cascades dangereuses pour leurs os encore fragiles.

Lydian écrasa sa cigarette contre le muret et rageusement fit demi-tour. Il ne pouvait rien faire. Aller casser la figure du sale mioche qui embêtait ses camarades ne rendrait pas le monde meilleur. Il détournerait son attention quelques secondes et son jeu deviendrait encore plus sadique quand il retrouverait l'anonymat de la rue quelques jours plus tard. Ces petits devaient apprendre à se défendre eux-mêmes. Ils ne le feraient certainement pas mais leur venir en aide n'était que repousser leur mal au lendemain. Agacé par cette vérité lourde de conséquences, il s'alluma une nouvelle clope tout en longeant les rues de Naples à la recherche d'un exutoire. Une violente envie de frapper quelqu'un le parcourait et pulsait dans ses veines. Le visage d'une étrangère se dessina dans son esprit.

Cassiopée. Depuis quelques temps, elle semblait hanter ses pensées. Il n'avait pas chercher à comprendre la fascination qu'elle exerçait sur lui. Il se contentait de profiter de sa compagnie quand elle était là et de son aura quand elle venait troubler ses songes. Machinalement, ses pieds l'avaient conduit jusqu'au bar où elle travaillait de nuit habituellement. Il était sept heures du matin, les chances qu'elle y soit étaient nulles. «Qu'est-ce que tu fous là bordel? »  Comme si elle avait envie de voir sa face de rat et de l'entendre cogiter une énième fois sur l'absence de sens de la vie. Il se laissa glisser le long du mur avoisinant la porte de service. Il n'avait même pas son numéro de téléphone, pas même une adresse ou encore un nom pour la trouver. Juste ce bar où elle travaillait parfois. Ils se croisaient dans cette rue quand elle en sortait aux alentours de minuit, ils se donnaient des rendez-vous informels le long de la plage ou dans des pubs irlandais peu fréquentés. Elle était le mystère incarné. Et c'était ce qui plaisait à Lydian. Elle était profonde et inexistante à la fois. Elle pourrait disparaître de sa vie sans même qu'il ne le sache car elle n'y était déjà pas. Soupirant, il s'apprêtait à se griller une nouvelle cigarette quand la porte de service s'entrouvrit et qu'une silhouette brune sortit avec un sac de poubelles à la main. Sans pouvoir mettre un nom sur l'émotion qui le gagnait en la reconnaissant, il esquissa une grimace contraire. « Les nuits sont longues ici. » Sept heures du matin, c'était abuser du personnel de salle. Ou alors... « Oiseau de nuit, tu ne voulais pas rentrer chez toi? » Ils se parlaient souvent par métaphores, par sous-entendus. Ils ne se disaient rien de personnel car cela ne servait aucun but. Ils étaient deux âmes qui communiquaient et cela même sans rien dire parfois. « Quoiqu'il en soit, cela fait mon affaire. J'espérais te croiser. » Ce ton léger, il ne l'employait qu'avec elle, s'exprimant comme s'il était normal de vouloir la voir. Il tendit son paquet de cigarettes presque terminé vers celle qu'il considérait comme une sorte d'amie, l'invitant tacitement à venir en fumer une avec lui.  




(fiche) vmicorum. / (ava) Sweetie plum & lux aeterna.




cause I'm a creep, I'm a weirdoWhen you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world and I wish I was special, you're so fuckin' special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul.


Dernière édition par Lydian Galante le Mer 27 Nov 2019 - 15:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alicia KowalskiToujours frais après un litre de café
Alicia Kowalski
http://www.ciao-vecchio.com/t6136-alicia-_-all-we-ever-see-of-st http://www.ciao-vecchio.com/t6254-sick-of-leaving-things-half-done-leaving-things-half-said
Faceclaim : Rachel Weisz ©wanderlust
Messages : 912 - Points : 473
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_mxz7hja0z51splg7g
Âge : 44 ans
Métier : Policière undercover
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mar 19 Nov 2019 - 1:42 )
Il était environ 17h quand Alicia reconduit son fils chez la nounou. Elle doit travailler toute la soirée et une partie de la nuit et son mari est hors du pays pour quelques jours. Elle fait toujours confiance à Mary pour s’occuper de son petit ; elle habite tout près de chez elle et bien qu’Alicia ne se gêne pas de lui donner un bon pourboire, elle ne charge pas trop cher. Elle dépose un baiser sur son front avant de lui envoyer la main et quitter. Elle essaie toujours de ne pas trop éterniser les au revoir question de ne pas en faire un cas et de ne pas rendre cela plus difficile que ce ne l’est déjà. La brune a toujours eu que elle à s’occuper et voilà que depuis 5 ans, elle doit aussi considérer la vie d’un autre. Quand elle n’est pas avec lui, elle se demande toujours s’il va bien, s’il passe une belle journée, si elle lui manque. C’est un amour qu’elle n’avait jamais connu, un amour inconditionnel. Il n’y a rien comme l’amour d’une mère.

Il est passé minuit quand le gérant du bar lui demande si elle peut rester jusqu’à la fermeture et aider à faire le ménage car deux employés n’ont pas pu rentrer : cloués au lit, la gastro a frappé. Bien que ça ne l’arrange pas vraiment de faire plus d’heures, elle se dit que c’est une bonne occasion de voir ce qui se passe aux petites heures du matin. Qui sait ce qu’elle pourrait découvrir qui lui serait utile pour son enquête? Elle prend une dizaine de minutes pour manger deux pointes de pizza de la veille et texter la gardienne pour lui demander de s’occuper de Leo quelques heures de plus.

Alicia est en train de nouer le sac de poubelles quand elle réalise que le soleil a déjà pointé le bout de son nez. Elle est fatiguée, épuisée même. Elle fait couler du café avant de sortir dehors pour mettre les sacs au chemin. La porte se ferme derrière elle et une voix la surprend. Elle s’arrête brusquement et un sourire se dessine sur ses lèvres. Elle ne pourrait dire quand est-ce qu’elle l'a vu pour la dernière fois. Deux jours? Deux semaines? Leur relation est dans un autre espace temps, une autre réalité. C’est ce qu’elle aime. Au moins j’en ai un...un chez-moi. Je commence à croire que ta copine t’a foutu à la porte. Ou ta maman? Elle sourit d’un air espiègle avant d’accepter la cigarette qu’il lui propose. Elle prend quelques bouffées tout en observant le ciel et cette nouvelle journée qui commence. La brune se laisse glisser le long du mur à ses côtés. Qu’est-ce que tu fous ici à cette heure? Je suis flattée. Aucun homme ne m’a jamais attendu jusqu’au matin...encore moins près des poubelles. Elle termine sa cigarette avant de l’écraser sous sa botte. J’étais en train de faire du café et de fermer...y’a que moi. Tu veux rentrer? Elle ramène ses genoux près de sa poitrine, toujours assise à ses côtés. Celle qui était en train de s’endormir il y a quelques minutes avait un soudain regain de vie, grâce à lui. Alicia était contente de le voir, mais elle ne voulait pas trop lui montrer. Après tout, elle le connaissait à peine, elle ne savait même pas son nom. Et c’était très bien ainsi. Du moins, pour l’instant.


Well I've been living on the crumbs of your love & I'm starving now
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Lydian GalanteToujours frais après un litre de café
Lydian Galante
http://www.ciao-vecchio.com/t6086-wasted-lydian http://www.ciao-vecchio.com/t6095-i-m-a-creep-lydian
Faceclaim : Charlie Hunnam © avendichains
Messages : 116 - Points : 201
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_oweonoJDLx1t80jpm_250
Âge : 41 ans (né le 5 août 1981 selon l'estimation du médecin mais sa vraie date de naissance demeure inconnue)
Métier : Reconverti en coach de boxe après ses années de cascadeur et ses 4 années en tant qu'acteur.
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Jeu 21 Nov 2019 - 11:24 )

Cassiopée & Orion.

The world was on fire and no one could save me but you, It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you...



Dire qu'il avait retrouvé l'espoir en voyant Cassiopée sortir du bar était bien trop faible. Une pointe de vie s'était créée dans son âme tandis qu'il regardait sa silhouette se retourner pour le regarder. Etonnée, elle avait raison de se demander s'il avait un endroit à lui.Pour ne plus sombrer avec ses démons, il était retourné vivre chez son père. Il avait un petit taudis à lui dans le centre-ville, habitat qu'il avait fini de payer grâce aux sommes gagnées quand il était acteur. Il aurait pu à l'époque changer son domicile et opter pour quelque chose de plus luxueux mais il avait préféré payer la fin de son crédit pour ce deux pièces miteux. C'était l'appartement dans lequel il avait fait les 400 coups après tout. Lydian pensait qu'il finirait par acheter autre chose plus tard et que celui-ci serait une pièce de musée pour ceux qui voulaient découvrir où avait commencé le Lydian Galante, celui qu'il avait été avant d'être une grande star. Mais il n'avait pas eu le temps de tout ça, il s'était écroulé avant. Mais il avait donc bel et bien un chez lui. L'appartement devait être tout décrépi et sentir la mort. Une voisine s'en occupait gentiment en passant de temps à autre pour ouvrir une fenêtre afin que tout l'immeuble ne s'effondre pas à cause de l'inoccupation de la garçonnière. Lydian ne savait même pas que cette voisine faisait ça. Il préférait rester chez son père et y vivre sagement. Pourtant, il avait refusé de reprendre sa chambre d'enfant. Bien qu'elle soit suffisamment spacieuse que pour y aménager un lit double, il refusait de rester dans cet endroit qui reflétait l'ado qu'il avait été. Il s'était fait un petit coin douillet dans la grange. Son père n'était pas riche mais c'était un homme bosseur et il avait mis toutes ses économies dans la toute petite maison qu'il louait auparavant en bord de ville. Il avait réussi à la racheter quand Lydian avait onze ans et depuis, il avait créé quelques petits trucs et surtout, il avait réussi à acquérir le petit ranch à côté. Ils possédaient une vache et trois poules ainsi qu'une petite grange quasiment inutile où Lydian avait décidé de poser ses valises. Cet hiver, il allait retrouver le canapé du salon car les froids devenaient intenses. Mais Lydian avait solution à tout et travaillait sur l'isolation du bâtiment qui était supposé abriter des bêtes ou du foin mais pas un Lydian fuyant l'humanité et la normalité. Cependant, il avait son confort dans l'étage supérieur de la grange. C'était... personnel. Cela lui ressemblait. Un endroit négligé mais cosy. Des chemises non repassées qui traînaient au sol, des chaussures usées ou pleines de boue puis un poste TV qu'il n'avait pas réussi à relier au câble et qui traînait donc juste là sans aucune utilité. Un matelas recouvert d'un drap de lit Winnie l'ourson car il l'avait trouvé dans le bac à promo et que la tête de l'âne lui plaisait bien.

« Ma copine et ma maman te saluent depuis mon domicile imaginaire.» Il lui sourit comme on sourit à quelqu'un qu'on connaît depuis toujours. Cassiopée ne savait pas qu'il n'avait ni l'une ni l'autre. Et c'était là la beauté de leur relation. Elle n'avait pas besoin de savoir. Ils se sentaient l'un l'autre, s'appréciaient sans se soucier des détails. C'était juste une alchimie et elle se passait des mots. « Que veux-tu, je suis comme ça moi... j'aime les poubelles! » Il tira sur sa cigarette avant de relâcher la fumée dans un grand soupir. «Je ne sais pas ce que je fais là. J'avais juste besoin de fuir le monde. » A cette heure matinale, que pouvait-il bien fuir dans le monde? Les gens s'entassaient dans des voitures pour aller au travail. Lydian lui ne bossait pas avant que les écoles n'aient fait sonner le tintement de la fin des cours. Des adultes venaient à l'entrepôt aussi mais c'était encore plus tard, après les heures de fin de travail. «On est bien là, non? » Pourquoi rentrer alors que le froid mordant était en train de leur arracher des couleurs et de les mettre dans les joues d'Alicia. Ivre de cette image somptueuse, il la regarde avec intérêt. « Tu t'es déjà demandé pourquoi le sang avait la couleur rouge? » Digne d'un psychopathe, cette phrase tombe de nulle part. Il passe un doigt glacé sur la joue qui lutte pour ne pas devenir mauve trop vite. Il se retourne pour regarder l'horizon avant de lâcher « Ce matin, des gamins jouaient dans ma rue. Ca avait l'air innocent comme ça mais il y en avait un qui donnait les ordres et les autres qui exécutaient sans oser se rebeller. Ca m'a mis de mauvaise humeur.» C'était comme parler à un psy mais sans l'effet que cela faisait de parler tout en sachant que l'autre vous écoute parce qu'il est payé. « J'étais un de ces gosses autrefois. » Et une part de lui l'était toujours. Mais ce qu'il n'avait pas précisé c'était s'il était un des persécuteurs ou un des persécutés. En vérité, il avait été les deux. Le persécuté avait retourné sa veste quand il en avait eu marre de recevoir des coups. Il s'était rebellé. Lydian le rebelle. Il écrase la cigarette qui agonisait au bout de ses doigts contre le mur sur lequel ils sont appuyés.




(fiche) vmicorum. / (ava) Sweetie plum & lux aeterna.




cause I'm a creep, I'm a weirdoWhen you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world and I wish I was special, you're so fuckin' special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul.
Revenir en haut Aller en bas
Alicia KowalskiToujours frais après un litre de café
Alicia Kowalski
http://www.ciao-vecchio.com/t6136-alicia-_-all-we-ever-see-of-st http://www.ciao-vecchio.com/t6254-sick-of-leaving-things-half-done-leaving-things-half-said
Faceclaim : Rachel Weisz ©wanderlust
Messages : 912 - Points : 473
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_mxz7hja0z51splg7g
Âge : 44 ans
Métier : Policière undercover
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Lun 25 Nov 2019 - 21:41 )
Alicia avait suivi le geste de l’homme et s’était assise à ses côtés, profitant de l’air froid et de sa cigarette. La soirée et la nuit avaient été longues et outre quelques dollars de plus sans ses poches, cela ne lui avait rien amené. Aucun client louche, aucune discussion intéressante pour son enquête. Rien du tout. Outre la visite de celui qui partageait ce moment avec elle sous les premiers rayons de soleil. Elle se mentirait si elle disait qu’elle n’espérait pas le voir après chaque journée de travail. Elle aimait le retrouver ainsi, de façon spontanée et imprévue. Il entrait et sortait de sa vie sans qu’elle ne le demande et il y avait quelque chose d’extrêmement libérateur là-dedans. Ils ne se devaient rien, ils ne se connaissaient même pas. Mais les deux se supportent et s’entraident à leur façon.

Fuir le monde? Ou bien fuir quelque chose en particulier? Elle ne voulait pas être indiscrète, elle était simplement curieuse et sincèrement intéressée. Mais elle se doutait bien qu’il ne s’ouvrirait pas aussi facilement et elle ne pouvait lui en vouloir. Elle sentit son téléphone vibrer dans ses poches, mais elle n’osait pas prendre l’appel devant lui. Elle se doutait bien que c’était la gardienne et elle ne comptait pas lui parler de sa famille. Techniquement le sang n’est pas rouge. Mais non je ne me suis jamais posé la question. Je laisse ce qui est à l’intérieur de mon corps à l’intérieur et ça m’a toujours bien servi jusqu’à maintenant! Elle éclate de rire avant de proposer à l’intérieur, sentant ses extrémités s’engourdir légèrement. Il rejette son invitation et ne voulant pas se montrer faible, elle accepte de rester à l’extérieur avec lui. Tu étais lequel de ces gosses? Elle le regarde avec compassion alors qu’elle prend quelques secondes pour réfléchir. C’est marrant, car je t’imagine bien pouvoir être l’un des deux. Mais si je devais miser de l’argent, je dirais que tu faisais partie des petits soldats prêts à tout pour leur chef. Je me trompe? Il semble perdu dans ses pensées alors qu’elle ne le lâche pas du regard. Est-ce que ça va? Alicia pose sa main rougie sur la cuisse de l’homme, près de son genou. Le contact avec son corps la réchauffe un peu, mais pas assez alors qu’elle sent son corps grelotter. Tu peux tout me dire, tu sais. Elle était sérieuse. Après tout, qu’avait-il à perdre à lui dire la vérité si elle ne connaissait pas son identité?


Well I've been living on the crumbs of your love & I'm starving now
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Lydian GalanteToujours frais après un litre de café
Lydian Galante
http://www.ciao-vecchio.com/t6086-wasted-lydian http://www.ciao-vecchio.com/t6095-i-m-a-creep-lydian
Faceclaim : Charlie Hunnam © avendichains
Messages : 116 - Points : 201
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_oweonoJDLx1t80jpm_250
Âge : 41 ans (né le 5 août 1981 selon l'estimation du médecin mais sa vraie date de naissance demeure inconnue)
Métier : Reconverti en coach de boxe après ses années de cascadeur et ses 4 années en tant qu'acteur.
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mar 26 Nov 2019 - 16:29 )

Cassiopée & Orion.

The world was on fire and no one could save me but you, It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you...




Elle savait toujours... tout. Il ne disait rien et elle lisait en lui. En quelques rencontres à peine, il avait le sentiment qu'Alicia avait réussi à le cerner plus que n'importe qui d'autre. Son propre père semblait désarçonné face à son fils. Lydian se disait que la Cassiopée qu'il avait près de lui aurait peut-être même pu le comprendre au moment où il avait sombré dans l'alcool et la déchéance de la célébrité. Avait-elle déjà jamais essayé la drogue? La question le traversa et au lieu de répondre à celle qu'elle venait de lui poser, il laissa d'autres mots s'échapper : « Tu t'es déjà droguée? » C'était tellement intrusif comme question, tellement inattendu. Mais il savait, il se doutait qu'elle ne prendrait pas mal cette incartade dans sa vie privée. « Quand les vapeurs de la drogue embaument ton esprit, c'est là la fuite la plus absolue. » Finalement, il répondait quand même un peu à la question même si imparfaitement. Elle n'insisterait pas, c'était là le côté abasourdissant de leur relation. Ils se parlaient et se disaient ce qu'ils voulaient, allant même jusqu'à s'appeler par des noms de constellation et ignorant tout de l'identité sociétale qui leur avait été imposée à leur naissance. « Il est de quelle couleur? » On aurait dit deux vagabonds, assis là par terre au petit matin. Leur discussion semblait sans queue ni tête.

« Devine. » Et elle essaya. Les gens auraient probablement plus facilement misé sur le bourreau que sur le suiveur. Mais elle voyait les choses différemment. Il sourit en cherchant nerveusement son paquet de cigarettes dans sa poche. Il n'allait pas fumer mais le froid lui engourdissait légèrement les mains et les faire bouger l'aidait à demeurer plus vaillant. « J'étais les deux. Je suis les deux. » Il continuait d'être un homme qui suivait les règles malgré lui, qui suivait l'avis de son père, le laissant ainsi manipuler sa vie pour ce qu'il pensait être le mieux pour son fils. Et en parallèle, il était celui qui cassait les dents de l'entraîneur du petit Mitchell dont les parents avaient migré en Italie trois mois plus tôt et qui l'avaient inscrit à la boxe. Un enfoiré l'avait quasiment traumatisé avant qu'il ne vienne prendre des cours chez Lydian. Et Lydian avait croisé le chemin de l'ex-coach du gamin "par hasard" et au détour d'une rue, lui avait cassé la mâchoire. "On détruit des vies en critiquant le talent des autres mais on est même pas foutu de mettre un coup correct à un adversaire..." avait-il murmuré en laissant l'homme qu'il venait de frapper se tenir les côtes au sol.

Cassiopée le sortit de sa rêverie. Après la question vint la douce main sur sa cuisse, main rougie par le froid. « Viens, on va se promener. » Depuis quelques jours, il n'avait pu s'ôter le visage de Cassiopée de la tête. Et un rêve bizarre s'était formé, il se voyait à ses côtés, marchant le long de la berge maritime. Il lui tendit une main après s'être relevé et regarda le bar qui n'avait pas été officiellement fermé. « Faut pas que tu enclenches un truc, du genre une alarme ou quoi? » Il avait l'air d'un adolescent qui discutait avec une prof dont il était épris. Ce côté mal à l'aise ne lui ressemblait pas.

Pendant qu'ils cheminaient vers la berge, il lui répondit enfin. « Aller bien ou mal, tout ça c'est relatif.» Il se passa une main dans les cheveux, les tirant vers l'arrière avant de s'arrêter et de pivoter pour la regarder. « Tu vas bien toi? Je veux dire, sincèrement. Si tu regardes ta vie, si tu penses à chaque détail, à chaque instant. T'es heureuse? Epanouie? »  Il la fixait droit dans les yeux comme un homme qui n'avait pas peur du vide, pas peur de sa réponse, pas peur des moments qu'ils vivaient tous les deux.




(fiche) vmicorum. / (ava) Sweetie plum & lux aeterna.




cause I'm a creep, I'm a weirdoWhen you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world and I wish I was special, you're so fuckin' special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul.
Revenir en haut Aller en bas
Alicia KowalskiToujours frais après un litre de café
Alicia Kowalski
http://www.ciao-vecchio.com/t6136-alicia-_-all-we-ever-see-of-st http://www.ciao-vecchio.com/t6254-sick-of-leaving-things-half-done-leaving-things-half-said
Faceclaim : Rachel Weisz ©wanderlust
Messages : 912 - Points : 473
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_mxz7hja0z51splg7g
Âge : 44 ans
Métier : Policière undercover
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mar 26 Nov 2019 - 19:34 )
Lydian ne cessait de la surprendre. Contrairement à toutes les autres personnes dans sa vie, il ne faisait pas dans la dentelle ou dans les apparences. Il était brutalement honnête et spontané et c’en était aussi fascinant que déstabilisant. Étant policière, elle avait fait plusieurs rencontres surprenantes dans sa vie, mais jamais comme celle-ci. Lydian c’était de la pureté, simplicité, humanité. Il était comme un baume sur ses plaies et elle oubliait tous ses soucis, sa vie au grand complet. Elle oubliait le fait qu’elle était la femme de quelqu’un, la mère d’un petit garçon, elle en oubliait carrément son nom. Peut-être était-ce pour ça qu’elle s’était présentée sous le prénom de Cassiopée. Qui ne s’est jamais drogué? On cherche tous un échappatoire à un moment ou un autre pas vrai? L’alcool, le sexe, le pouvoir, l’argent, l’amour...pour moi ce sont tous des drogues d’une façon ou d’une autre. C’était sa réponse et ce serait le plus qu’il en saurait sur elle. Oui elle lui faisait confiance, mais pas au point de s’ouvrir complètement, surtout concernant des sujets aussi épineux. Passant du coq à l’âne, il revient sur le sujet du sang. Elle prend donc doucement sa main, la retournant pour observer son poignet et les veines qui y apparaissent. Passant doucement ses doigts sur elles, Alicia lui explique. Le sang est bleu. Tu vois ici? Du bout de son pouce, elle caresse en rond son poignet. Lorsqu’il vient en contact avec l’air, l’oxygène, c’est là qu’il devient rouge. Elle lui redonne sa main avant de laisser la sienne sur sa jambe.  

Orion revient sur le sujet des gamins et elle ne fait que l’écouter. Elle comprend bien qu’il a besoin de raconter, de se confier. Il n’a pas besoin de savoir ce qu’elle en pense explicitement. Il sait qu’elle est là pour lui, sans jugement. Et il est tout aussi attentif à elle, réalisant assez rapidement qu’elle se les gelait ici, assise par terre. Encore une fois, il la prend par surprise en proposant d’aller se promener plus loin. Euh oui, bien sur. Laisse-moi juste...Elle se mord la lèvre, tentant de penser à un plan. Elle doit fermer le bar et s’assurer que son fils va bien. Donne-moi 5 minutes, d’accord? Elle lui sourit, comme pour prouver que tout est sous contrôle alors qu’elle retourne à l’intérieur, profitant du même coup de la chaleur. Tout en finissant de fermer la caisse, elle appelle la nounou en vitesse. Malheureusement elle ne peut rester encore longtemps, mais elle se propose pour l’accompagner à la garderie. Alicia est émue par son geste et se confond en excuses avant de la remercier sincèrement. Elle se verse une tasse de café frais qu’elle vide rapidement, sentant la fatigue se faire sentir. Mais elle préfère une balade avec lui que son lit chaud, sans aucune hésitation.

Ils se mettent donc en marche et elle reste silencieuse, lui permettant de répondre à sa question. Et fidèle à lui-même, sa réponse fut vague, presque philosophique. Rien n’était noir ou blanc avec lui. Il amenait des nuances importantes qui lui redonnait un certain espoir en l’humain. Il s’arrêta d’un coup, se retournant vers elle pour lui lancer la même question. Elle ne se rappelait pas la dernière fois que quelqu’un lui avait sincèrement demander comment elle allait. Ni ses collègues, ni ses amis et encore moins son mari. Euh...Elle rit nerveusement, déboussolée. Tu penses vraiment que quelqu’un sur cette Terre est capable de dire qu’il est heureux? Même en repensant à chaque détail de sa vie? Elle ne voulait pas répondre, elle ne pouvait pas répondre. Il la forçait à fouiller dans ses souvenirs qu’elle aurait préféré laisser loin derrière. Il ne répondait rien, la laissant se débattre dans le sable mouvant qu’était ses pensées. Non, non je ne suis pas heureuse. Elle lève les yeux au ciel. Alicia a déjà l’impression d’en avoir trop dit. Je te préférais quand c’était moi qui posait les questions. Elle lui donne un coup de coude amical avant d’enfoncer ses mains dans les poches de son manteau. Sans même y réfléchir, elle s’approchait de lui, toujours à ses côtés, avant de laisser tomber sa tête sur son épaule, comme pour se reposer quelques secondes. Ce que je sais, c’est que c'est une belle journée. Je suis heureuse de la débuter avec toi, Orion. Alicia ferme ses yeux, profitant du moment présent. Dis-moi, s’il y avait un moment dans ta vie que tu pourrais changer, ce serait lequel? La brune aussi était capable d’appuyer là où ça faisait mal. C’était un autre avantage de leur relation : ils pouvaient être si proche et se défier en même temps. Parce qu’ils étaient tout et rien l’un pour l’autre.


Well I've been living on the crumbs of your love & I'm starving now
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Lydian GalanteToujours frais après un litre de café
Lydian Galante
http://www.ciao-vecchio.com/t6086-wasted-lydian http://www.ciao-vecchio.com/t6095-i-m-a-creep-lydian
Faceclaim : Charlie Hunnam © avendichains
Messages : 116 - Points : 201
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_oweonoJDLx1t80jpm_250
Âge : 41 ans (né le 5 août 1981 selon l'estimation du médecin mais sa vraie date de naissance demeure inconnue)
Métier : Reconverti en coach de boxe après ses années de cascadeur et ses 4 années en tant qu'acteur.
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mar 26 Nov 2019 - 22:24 )

Cassiopée & Orion.

The world was on fire and no one could save me but you, It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you...




Elle avait ce don de répondre sans réellement le faire. Elle était aussi aérienne et mystérieuse que lui. C'était ce qui faisait son charme aussi. Lydian sourit devant la fatalité de leur relation. Ils se connaissaient sans se connaître. Ils apprenaient l'un sur l'autre au travers des lacunes de leur discours. C'était dans ce qu'ils ne se disaient pas qu'ils comprenaient les failles de leurs vies respectives. Lydian décida qu'elle s'était droguée au sens propre. Non pas parce qu'elle en avait l'allure mais parce qu'elle semblait trop libre que pour ne pas avoir essayé une fois au moins les joies de la liberté immatérielle. Puis, ses paroles laissaient croire à cela. Une sorte d'ouverture avec de la réticence. « C'est vrai. Bien que... je me demande laquelle d'entre elle est la plus puissante? » Les gens disaient que c'était l'amour mais Lydian n'y croyait pas. Il ne croyait pas à l'amour. L'amour n'était pas une drogue mais un bad trip dont on se réveillait comme l'on se réveille d'un cauchemar. « C'est un peu comme moi quand je rentre en contact avec toi. Je change de couleur.» C'était très imagé et en même temps, sans le faire exprès, c'était un des plus beaux compliments qu'il pouvait lui faire. Il venait de dire à sa façon, qu'elle était son oxygène. Totalement inconscient de cette chose, il continua comme si de rien n'était.

L'attendre n'était pas un souci. Mais elle éveillait sa curiosité. Non pas par désir de savoir ce qu'elle faisait, ce qui la troublait. Cependant Lydian ressentait les choses différemment avec Alicia. Sans savoir ce qui se tramait, il avait senti qu'elle avait besoin d'un moment pour elle. « Evidemment, je t'attends ici. » Mais il n'en avait rien fait. Traversant la rue jusqu'au petit kiosque d'en face, il commanda deux cafés italiens qu'il ramena juste à temps pour le retour de Cassiopée. Lui tendant un mug chaud, ils commencèrent leur marche vers la berge. Lorsqu'il arrêta leur parcours, elle rit nerveusement de sa question. Lydian n'était pas stupide. Il avait fréquenté des femmes mûres au long de sa vie et souvent leur regret principal était de ne pas avoir rencontré d'homme qui les voyait réellement. Une question aussi banale que la sienne pouvait désarçonner. « Non. Oui. Je sais pas à vrai dire. » S'il devait être honnête, lui-même n'aurait pas pu répondre à cette question en un claquement de doigts. Mais pour sa part, la réponse était moins difficile à trouver. « Pourquoi? » Il sentit à sa réponse qu'il creusait trop loin. Alors il se contenta de rire et n'insista pas. « J'imagine. Tu es très douée pour ça d'ailleurs. Tu devrais envisager de rentrer dans la police! » Il lui adressa un clin d'oeil avant de reprendre sa marche.

Ce n'était pas quelque chose d'évident que d'avoir une femme qui posait sa tête sur son épaule. Pourtant, Lydian n'eut aucun sursaut. Cela semblait normal. Cela ne l'était pas. Elle n'était pas sa petite-amie, elle n'était... rien en vérité. Ceci dit, elle était tout aussi. Et elle s'enfonça encore plus sous ses défenses en lui demandant des fragments de son être. Des questions qui semblaient anodines mais qui ne l'étaient pas. « Aucun.» Il ne cherchait pas à enfouir la vérité. Il parlait sincèrement. Toujours avec elle. « Chaque moment, même les difficiles, ont fait de moi celui que je suis aujourd'hui.» Il attrapa ses doigts dans les siens tout en continuant de marcher et les souleva devant lui, les écartant tout doucement tout en regardant cette main droite qu'il détenait pour un instant. « Chaque moment est comme un doigt. Ils ne sont pas toujours beaux ou indispensables mais ensemble, ils forment une main. Mes sales moments forment mon équilibre. » Il entoura les doigts d'Alicia entre ses mains, tentant vainement de la réchauffer tandis qu'ils arrivaient près de la berge. S'asseyant sur le muret qui séparait la plage de la digue réservée aux passants, il sortit une cigarette tout en en proposant une nouvelle à sa partenaire. « T'as commencé à quel âge? » Puis tirant sur sa clope, il se tourna pour faire face à la mer qui se retirait en vitesse avant de revenir lécher le sable quelques secondes plus tard. « Si je pouvais être un élément, ce serait l'océan. On m'y a souvent associé à cause de la couleur de mes yeux. Mais c'est pas que ça. Y a une certaine liberté là, dans les vagues. » Il parlait sans lui parler. C'était comme s'il se parlait à lui-même, comme s'il révélait ses pensées au vent. Mais le vent, c'était Cassiopée. Une constellation bienveillante qui partageait le moment avec lui.




(fiche) vmicorum. / (ava) Sweetie plum & lux aeterna.




cause I'm a creep, I'm a weirdoWhen you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world and I wish I was special, you're so fuckin' special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul.
Revenir en haut Aller en bas
Alicia KowalskiToujours frais après un litre de café
Alicia Kowalski
http://www.ciao-vecchio.com/t6136-alicia-_-all-we-ever-see-of-st http://www.ciao-vecchio.com/t6254-sick-of-leaving-things-half-done-leaving-things-half-said
Faceclaim : Rachel Weisz ©wanderlust
Messages : 912 - Points : 473
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_mxz7hja0z51splg7g
Âge : 44 ans
Métier : Policière undercover
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mer 27 Nov 2019 - 0:48 )
Alicia n’avait même pas pris la peine de penser lorsqu’elle posa sa tête sur son épaule. C’était tout naturel, c’était simple entre eux. Il n’y avait pas de sous-entendu ou ou de sous-texte ou de manipulation. Comme lorsqu’il l’avait complimenté un peu plus tôt, en mentionnant l’effet qu’elle a sur lui, elle n’en avait pas fait un cas. Évidemment ça l’avait touché et elle comprenait son langage, mais elle n’y avait pas vu plus que ça. C’était quand même rare dans les relations d’amitié entre un homme et une femme. Mais avec eux, c’était différent. Tout était différent. Elle prit une gorgée de son café alors que Lydian répondait à sa question. Il était assez intuitif, à un tel point qu’il avait pratiquement découvert son métier secret. Elle en fut carrément déstabilisée pendant quelques secondes, craignant que tout ceci n’était finalement qu’un piège, un plan pour la faire parler. Elle savait bien ce que plusieurs criminels étaient prêt à faire pour arriver à leurs fins. Elle chassa ces scénarios bien loin de ses pensées, se rappelant qu’elle était avec Orion et qu’il n’était pas n’importe quelle personne et surtout pas n'importe quel criminel. Elle ne pourrait jamais l'imaginer être violent. Sans lui demander ou vérifier, il prit sa main, la serrant dans la sienne, comme pour la réchauffer. Il était attentif à elle et il était sans malice. Du moins, de ce qu’elle connaissait et voyait de lui. Tant que ce ne sont que tes moments qui sont sales et pas tes mains. Elle resserre ses doigts entre les siens avant d’éclater de rire.

Ils arrivèrent finalement à destination, bien qu’il n’y en avait pas vraiment. Cette paire ne suivait aucun chemin pré-établi et n’avaient nul part en particulier où se rendre. Ils n’étaient que deux âmes vagabondes qui s’étaient trouvé. Elle accepta une autre cigarette de sa part avant d’utiliser son briquet pour l’allumer et le lui tendre. Je crois que j’avais 16 ans lorsque j’ai goûté à la première. Je pense avoir arrêté beaucoup trop de fois, sans succès. J’ai déjà accepté mon destin : je vais probablement mourir d’un cancer des poumons dans quelques années. Et toi? Elle rit d’une façon timide, car c’est plutôt triste de penser ainsi.

Elle observe l’océan, les vagues qui se forment encore et encore, s’écrasant à chaque fois sur le sable. Il y a quelque chose de fou dans tout ce mécanisme. Tu sais comment certaines personnes disent que la folie est de refaire la même chose encore et encore et espérer un nouveau résultat? C’est ce que l’océan me fait sentir. Des vagues qui s’élèvent et s’écrasent à chaque seconde. Une spirale infinie, un geste incessant. C’en est beau et effrayant à la fois. Elle tire sur sa cigarette avant de continuer. Je rêve souvent que je me noie. Je me retrouve seule, en plein milieu de cette immense étendue d’eau. Et je crie, je me débats, je persiste à vivre. Et à chaque fois, je me retrouve au fond de l’océan, dans le noir, complètement seule. Rien qu’à y penser elle en frissonne. Elle se lève d’un coup, comme pour passer à autre chose, avant de venir se mettre devant lui. Alicia attrappe son menton pour qu’elle puisse bien voir ses yeux et ce regard perçant. Elle se retourne vers la mer avant de ramener son regard vers lui. T’as raison, c’est pareil. Je pourrais me noyer dans tes yeux. Alicia retrouve son sourire aussitôt. Tu as raison quand tu parles de liberté. Mais des fois, la liberté c’en est déstabilisant. Ça te frappe ici, direct dans le plexus. Elle pose sa main sur sa poitrine. Pour imager ses paroles. Et c’était aussi ce qu’elle ressentait parfois avec lui. Il la soulevait, l’amenait ailleurs, mais cette liberté l’apeurait aussi. Sans cadre, sans norme, sans règle, c’était une relation dangereuse. Et il pouvait débarquer à tout moment, tout comme il pouvait quitter à tout moment. Alicia l’observe comme on regarde un château de sable ou un château de cartes. En parfait équilibre, tout est à sa place. Et tout peut s’écrouler à tout moment.

Son téléphone vibre à nouveau dans ses poches et elle reconnait la sonnerie. C’est celle qu’elle a associé au numéro de la garderie de Leo. Elle jette sa cigarette plus loin avant de répondre à l’appel, s’éloignant légèrement de l’homme. Oui c’est moi. Qu’est-ce qui se passe? C'est Leo? Cela ne prit que quelques minutes avant qu’elle ne raccroche. Leo avait développé de la fièvre et toussait assez pour inquiéter le personnel. Elle devait venir le chercher immédiatement, car ils ne pouvaient se permettre de risquer une contagion. Je dois partir. Elle était sèche et directe, car elle n’avait pas envie de devoir s’expliquer et parler de son fils. Merci pour le café. Alicia pose sa main froide sur sa joue avant de déposer un baiser sur l’autre. À bientôt j’espère. Un faible sourire apparait sur son visage avant de repartir d’un pas rapide vers le bar, là où est restée sa voiture.


Well I've been living on the crumbs of your love & I'm starving now
©️crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Lydian GalanteToujours frais après un litre de café
Lydian Galante
http://www.ciao-vecchio.com/t6086-wasted-lydian http://www.ciao-vecchio.com/t6095-i-m-a-creep-lydian
Faceclaim : Charlie Hunnam © avendichains
Messages : 116 - Points : 201
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Tumblr_inline_oweonoJDLx1t80jpm_250
Âge : 41 ans (né le 5 août 1981 selon l'estimation du médecin mais sa vraie date de naissance demeure inconnue)
Métier : Reconverti en coach de boxe après ses années de cascadeur et ses 4 années en tant qu'acteur.
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le Mer 27 Nov 2019 - 15:02 )

Cassiopée & Orion.

The world was on fire and no one could save me but you, It's strange what desire will make foolish people do. I'd never dreamed that I'd meet somebody like you...




Lydian avait plus que des moments sales, il avait accumulé une vie de déboires. De ses aventures tumultueuses avec Alicia, aux affres des voyages sans résultat, de la gloire des caméras aux rues où il vomissait ses tripes,... il avait beau avoir des mains propres en ce moment, il n'en demeurait pas moins souillé par la vie. Il haussa les épaules sans répondre quoique ce soit de plus, c'était inutile. Il réfléchit à sa première cigarette et expira une longue poussée de fumée dans l'air avant de répondre. « Je crois que la première, j'avais 9 ans. J'avais chopé une clope dans la veste de mon vieux pour essayer. Je n'ai pas continué, c'était juste par curiosité. Puis à l'école j'ai fumé de 15 à 16 ans, parce que ça faisait de moi un adulte aux yeux des années en-dessous de moi. Je détestais ça à l'époque. Mes poumons ne le géraient pas bien et c'est mon entraîneur sportif qui m'a obligé à arrêter quand il m'a attrapé dans la cour avec une Malboro dans le bec. » Lydian rit doucement en se souvenant de son coach, un brave homme. La gifle qu'il s'était prise ce jour-là avait été mémorable. Il sourit et continua. « Je sais pas exactement c'est devenu sérieux entre la cigarette et moi. C'est une histoire relativement récente il me semble. C'est pour ça qu'on s'aime encore elle et moi. » Il adressa un clin d'oeil à Alicia. A vrai dire, tant qu'il avait été boxeur amateur, il ne pouvait pas vraiment fumer car cela réduisait ses performances. A l'époque il en fumait une de temps en temps quand il avait vraiment le cafard ou après un match serré. Mais il évitait car la boxe c'était son rêve. Puis en tant que cascadeur, il avait laissé aller le côté moralisateur du "tu ne dois pas fumer". Les cascades étaient éprouvantes mais ce n'était pas aussi demandant que la boxe. C'est quand il avait commencé sa vie d'acteur qu'il avait basculé du côté sombre. Même si les clopes étaient souvent diluées au cannabis. C'étaient plus des joints que des cigarettes. Puis en sortant de son trou noir, il s'était dédié à ces petits boucs blancs qui infusaient le tabac dans ses poumons. Il sentait bien que ce n'était pas bon mais il n'avait aucune envie de les délaisser. Elles étaient son meilleur compagnon.

Elle avait raison. C'était de la folie de refaire la même chose en espérant un résultat différent. Quand il était acteur, c'était ce qu'il avait espéré. Rien ne changeait mais il rêvait d'un final différent. « L'océan est peut-être fou. » répondit-il sans vraiment l'interrompre. Il l'écouta parler de ce cauchemar qui l'animait souvent et sans aucun jugement haussa les épaules. « Dans les noirceurs des profondeurs, avec toi se noiera ta peur. » Il venait d'inventer la phrase. Cassiopée le rendait poète. C'était sa manière de dire qu'une fois mort, nous n'avions plus rien à craindre. Seule au fond de l'océan, elle ne devait plus respirer et donc la lumière et la joie ne pouvaient plus lui manquer. Il ne nota pas qu'elle devait être sérieusement dérangée pour avoir des angoisses pareilles. Lydian s'en fichait qu'elle soit spéciale. Elle était elle et elle en avait le droit. Après tout, il doutait que les maux de la belle soit aussi dérangeants que ceux dont lui souffrait.

Les yeux dans les yeux, Lydian profita de cet échange qui dura plusieurs secondes. Il ne dit rien, savourant juste ce contact presque intime entre eux. C'est Alicia qui brisa le sort en le frappant sur le torse. Il ne dit rien, la laissant faire sans sourciller. « La liberté, on ne sait pas ce que c'est. C'est pour ça que ça fait peur. » Il le pensait. Lui même qui ne répondait pas bien aux injonctions de la loi savait qu'il était pourtant un homme emprisonné. Son père, son corps, son besoin de violence... toutes des chaînes qui l'empêchaient d'être réellement libre. Cassiopée s'éloigna et Lydian réalisa que ce qui se trouvait à l'autre bout du téléphone était quelque chose d'important pour elle. Sans le vouloir, il venait de découvrir que la constellation avait un point faible. Il l'avait senti tout à l'heure et le sentait à nouveau maintenant qu'elle venait prendre congé de lui. Il l'analysa qui lui annonçait sans aucune possibilité de la retenir qu'elle partait. Il leva une main maladroite pour signifier qu'il n'y avait pas de quoi pour le café. « Sûrement. » Et il la laissa s'évaporer dans le brouillard de la matinée. Elle ressemblait à un fantôme. Un fantôme qu'on avait rappelé aux cieux et qui devait laisser Lydian effectuer encore quelques tâches sur terre avant de pouvoir être rappelé dans le royaume des morts lui aussi. « T'es con. » marmonna-t-il pour lui en jetant la tasse recyclable dans la poubelle près de lui. Il sortit ses pompes et plongea ses pieds dans le sable, décidé à rester jusqu'à ce que le froid ait raison de lui.




(fiche) vmicorum. / (ava) Sweetie plum & lux aeterna.




cause I'm a creep, I'm a weirdoWhen you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather in a beautiful world and I wish I was special, you're so fuckin' special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control, I want a perfect body, I want a perfect soul.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 Empty
Sujet: Re: [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [TERMINE] Wicked games | Lycia # 1 -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut