Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Brigitta GhionaVieille fille et blogueuse désespérée
Brigitta Ghiona
http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-d http://www.ciao-vecchio.com/t82-brigitta-o-la-blogueuse-desesperee
Faceclaim : Alison Brie ©Neverland
Messages : 8738 - Points : 2711
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Tumblr_inline_o0c3wf3lGh1rifr4k_500
Âge : Trente-quatre ans, au bout de sa vie à la moindre ride qui s'accumule sur son visage.
Métier : Professeur en école maternelle et blogueuse dépressive à son temps perdu.
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Sam 30 Nov 2019 - 19:15 )
Coincés dans un gymnaseLes rafales de vent sont beaucoup trop fortes et impossible de rentrer chez soi. Exceptionnellement, les services publics ont ouvert un gymnase permettant l’accueil de nombreuses personnes. Des couvertures sont distribuées, boissons chaudes ainsi que des plateaux-repas.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 941 - Points : 2318
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Dim 8 Déc 2019 - 18:07 )
C’est aux alentours de minuit qu’Elio fut réveillé par la sonnerie de son téléphone. Encore trop endormi pour regarder l’heure, il répondit d’une voix pâteuse, se passant la main sur le visage pour en réveiller ses traits. C’était Millie, un problème à son appartement à cause de la tempête. C’est vrai que la pluie tombait en trombe et les bourrasques de vent étaient de la partie. Le père se leva et accepta d’aller chercher son amie pour qu’elle termine la nuit chez lui. Il prendrait le canapé et elle son lit, ce, n’était pas un problème. Après avoir enfilé un t-shirt et des chaussures, il alla réveiller son fils. Impossible de le laisser seul dans l’appartement pour cet aller-retour. Avec de tout petits yeux, Charlie attrapa son doudou avant de s’accrocher au cou de son père pour que celui-ci le porte jusqu’à la voiture. Un plaid sur les épaules du garçon pour qu’il n’attrape pas froid, et ce dernier dormait déjà en callant son visage contre le torse de son père. Elio sourit et lui embrassa tendrement les cheveux avant de l’installer dans le véhicule, attacher sa ceinture et conduire jusqu’à chez Millie.

Il lui fallu bien plus de temps que d’habitude, conduire sous cette pluie était un enfer. Garé en bas de l’immeuble, il envoya un message à Amelia pour la prévenir qu’il était enfin arrivé. Se retournant pour vérifier comment allait Charlie, Elio sourit de nouveau en le voyant dormir, serrant son lapin en peluche contre lui. La blonde ouvrit la porte et il chuchota pour ne pas réveiller son fils « Hey. Tu vas bien ? » Il s’était évidemment inquiété durant le trajet « Désolé j’ai pas pu monter. Monsieur derrière dort comme un Loire » Il fit un signe de tête dans le rétroviseur pour montrer Charlie emmitouflé dans sa couverture avant de démarrer pour retourner chez lui.

Mais la pluie redoubla d’intensité, les essuie-glaces ne faisaient rien. Elio soupira avant de se garer tant bien que mal, les warnings allumés « Je vois plus rien » Il tourna la tête vers la blonde « J’ai vu que le gymnase était allumé à l’aller. Des gens entraient à l’intérieur » Ils n’étaient pas loin, assez pour le faire en courant. Ce serait bien moins dangereux que reprendre la voiture avec ce temps, surtout qu’ils avaient encore un peu de route avant de retourner jusqu’à chez lui. Alors dans un accord partagé, Elio détacha sa ceinture et réveilla de nouveau son fils pour le prendre dans ses bras. « T’es prête ? » Il éteignit le moteur et couru jusqu’au bâtiment. C’est trempé qu’il arriva dans le hall du gymnase. Il aurait dû enfiler plus qu’un t-shirt avant de partir, il ne pensait pas devoir sortir de la voiture et il avait un garage. Charlie sortit la tête de sous le plaid avant de regarder Millie « Demain j’aurais pas besoin de douche ! » Elio sourit avant de lui passer la main dans les cheveux et de le déposer à terre. Il regarda son amie « Bon…Au moins on est pas les seuls. Ça va, pas trop trempée ? »

@Amelia Vecchiato



No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 642 - Points : 1612
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Ven 20 Déc 2019 - 19:48 )
Alexis a passé la plupart de sa journée à l’extérieur, malgré le froid présent. Après tout, ce n’est pas parce qu’il a trouvé un travail et qu’il ne vit plus à la rue qu’il ne peut plus faire vivre sa passion. Il aime toujours autant jouer de la guitare dans les rues. Les gens s’arrêtent ou continuent leur route. Maintenant il n’a plus besoin d’argent alors ça ne l’inquiète pas plus que ça. Il le fait juste par plaisir. Il a pu parler avec des passants qui sont venus lui poser des questions. Lui proposer des choses à boire, à manger. Est-ce qu’il a refusé ? Pas un seul instant non. Alexis adore profiter des situations qui l’avantage. Il a toujours vécu sans rien avoir, alors maintenant il prend ce qui vient. Mais, il a quand même fait de bonnes actions en allant transmettre ses acquisitions à des personnes réellement dans le besoin. Le temps change de plus en plus. Il y a beaucoup de vent. Et des choses s’envolent, d’abords des petites choses, puis les arbres commencent à remuer un peu trop fort. Ce n’est pas une bonne idée de rester là plus longtemps. Des représentant de la loi, autrement dit des policiers, passant par là informe les gens qu’il y a une salle ouverte et qu’il est préférable de s’y refugier car ça n’ira pas en s’améliorant. « - Viens Bob, on y va ! » Dit-il au sans abris avec qui il était entrain de discuter. « - Non… Tu sais bien comment ça va… » Alexis soupire et lève les yeux au ciel. « - Tu n’as pas le choix. On s’en fout de ce que pense les gens. » Il insiste bien évidemment. Il ne le laissera pas comme ça dans le froid. Une fois qu’il a enfin céder, ils y vont. Ils se rendent dans la salle, le gymnase. Il se frotte doucement les mains. « - Tu sais quoi. Profites-en. Il y a bien plus que dans les abris. » Il y a de la nourriture, des couvertures… C’est le luxe par rapport à une situation comme celle de son ami Robert. Il espère que les gens ne seront pas trop difficiles avec lui. C’est vrai qu’il ne sent pas la rose mais il n’y peut rien.

Il s’en sépare finalement. Histoire d’aller chercher quelques trucs pour lui aussi. S’il est coincé ici, autant qu’il puisse se mettre bien. Il prit un truc à manger, avant de s’installer un instant. Il observe les personnes présentes. Il sort sa fiole, pour pouvoir boire quelques gorgées. Elle n’est heureusement pas vide. Il lève les yeux sur un jeune homme. Il ne le connaît pas. Il le trouve cependant pas mal. Certes, il a retrouvé Sandro. Et on sait tous ce qu’il cache au fond de lui. Mais il reste célibataire. « - Salut. Vous allez bien ? » Dit-il avec un petit sourire sur le coin des lèvres. Il réfléchit et lui propose sa fiole. « - Un coup peut-être ? » Il essaie de ne pas être trop envahissant, puisqu’ils risquent d’être enfermer dans cette pièce longtemps. Et il ne voudrait pas faire fuir le garçon. C’est tout de même mieux qu’il reste en sécurité à l’intérieur.

@Milo Veraldi




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Milo VeraldiLa jeunesse dorée et éclatante
Milo Veraldi
http://www.ciao-vecchio.com/t5976-milo-pardon-d-etre-ne http://www.ciao-vecchio.com/t5980-milo-veraldi-sa-vie-et-ses-galeres
Faceclaim : Joe Collier
Messages : 859 - Points : 1918
Âge : 27 ans
Métier : Photographe
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Dim 22 Déc 2019 - 7:10 )
Qu'on lui explique comment il avait pu se retrouver là, tel un SDF dans ce gymnase au milieu de tous ces naufragés de cette tempête. En pyjama avec juste son manteau trempé sur lui et bien sûr Gremlins dans les bras. Gremlins, un petit lapin blanc découvert sur le pas de sa porte dans un carton posé sur son paillasson avec un petit mot. Adopte moi. Forcément qu'il l'avait adopté !
Sauf qu'on avait frappé à sa porte -et il avait même cru qu'on venait lui déposer un deuxième lapin !- mais c'était pour leur demander d'évacuer en toute urgence parce qu'un arbre menaçait de s'effondrer sur le toit de leur immeuble. Et qu'il soit enrhumé, avec certainement un peu de fièvre et alors qu'il était bien au chaud avec Gremlins sous son plaid à regarder la seule chose qui passait en boucle à la télé, à savoir des films de Noël, n'avait été en rien leur problème. On les avait dirigés ici. En pleine cour des miracles.

Et il devait bien avouer être un peu sous le choc. C'est qu'on était bien loin de son cosy petit studio. Des rangées de lits picot militaire alignés les uns à la suite des autres et plus loin une partie "restauration" avec des tables dressées les unes contre les autres avec distribution de plateaux repas et de couvertures... Il voulait rentrer chez lui ! Maintenant !

Se secouant parce qu'il n'avait surtout pas le choix, il suivit un peu le mouvement. Et se retrouva avec un plateau repas qu'il savait déjà qu'il ne toucherait pas ou peu n'ayant pas spécialement faim, à côté d'un type qui semblait... avoir pitié de lui ? Apparemment oui, s'il s'en référait à la fiole qu'il lui tendait. De l'alcool ?... Il fronça des sourcils et allait refuser lorsque sur un coup de tête, il la prit pour en avaler une rasade. "Merci. J'en ai besoin je crois." Pour le regretter aussitôt lorsqu'il se mit à tousser, sa gorge déjà bien irritée n'appréciant pas vraiment le traitement. "Finalement, c'est pas une bonne idée quand on est enrhumé avec de la fièvre... Sans compter que je risque de vous refiler mon rhume." Clairement pas une bonne idée même ! Sans compter que Gremlins essayait d'en profiter pour s'échapper de ses mains. Lui rendant sa fiole, il récupéra in extremis son lapin bien décidé à partir à la découverte de son nouveau territoire de jeu. Ce qui ne l'arrangeait pas vraiment.

"Désolé... Ils nous ont fait évacuer, un arbre menaçait de tomber sur l'immeuble et... Pourquoi je vous raconte tout ça ?" En désespoir de cause, il posa Gremlins sur la table face à son plateau pour qu'il y en ait au moins un qui en profite. Et le temps qu'il mange, il n'aurait au moins pas à lui courir après ! "On vous a expulsé aussi ?" Au moins, tenir une conversation donnait un semblant de normalité à tout cela. Même si le faire en pyjama sous un manteau mouillé dans un gymnase aménagé pour accueillir les rescapés de cette tempête était tout sauf normal. "Ah, je suis Milo Veraldi. Et le lapin, c'est Gremlins parce qu'il mange tout, absolument tout." Et d'ailleurs, il en était à s'attaquer au morceau de pain déposé sur le plateau repas.


@Alexis Moreno
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mer 1 Jan 2020 - 4:40 )
COINCÉS DANS UN GYMNASE.
@ELIO BENUCCI ET AMELIA
Je déteste le vent. Je déteste les tempêtes. Depuis gamine, cela m'effraie et avec le temps, les années, cela n'a pas changé. Vivant seule, préférant que tout soit éteint par ce temps, lumières, télévisions, ordinateurs, je me précipite sur mon lit afin de me glisser sous les couvertures. Comme lorsque j'étais une enfant, je me cache littéralement sous celle-ci, pour me recroqueviller sur moi-même. Effrayée, mon cœur s'emballant, je m'empare de ma couverture pour m'allonger sur le sol, derrière mon immense lit bien vide, pour ainsi me cacher de l'immense baie vitrée. Comment puis-je tenir et vivre ainsi ? Je n'en sais trop rien. Ayant ma lapine en peluche tout contre moi, la serrant contre ma poitrine, je me concentre sur ma respiration afin de retrouver un semblant de calme. Lorsque je suis angoissée, j'ai tendance à délirer et cela ne doit pas arriver. Alors, fermant les yeux, je continue de me focaliser sur ma respiration pour m'endormir à même le sol, bien qu'enroulée dans ma couverture, avec ma petite lapine. C'est en sursaut que je me réveille par un véritable fracas. Mon cœur battant à présent dans mes tempes en plus qu'avec force contre ma cage thoracique, je suis apeurée, véritablement tétanisée. Est-ce un cambrioleur ? Est-ce le vent ? Je ne sais pas ce que je préférais découvrir si je venais à prendre mon courage à deux mains. Me pinçant les lèvres, je me demande même si je ne devrais pas me glisser sous mon lit tandis que mon regard s'emplit de larmes. À cet instant, je me rends compte que je suis véritablement seule. À ne pas vouloir d'hommes dans ma vie, me fermant, je me trouve dans des situations que je ne sais pas gérer, mais cela, personne ne le sait. Je garde mes démons, je garde mes peurs, je cache toutes mes failles aux autres et ce n'est pas une solution ; je le sais. Restant un moment ainsi, n'ayant pas bougé d'un iota, je me décide à me redresser pour m'asseoir. Sentant mes membres trembler, je poste ma lapine en peluche sous mon nez pour renifler son odeur et rester ainsi, je ne sais combien de minutes. Une fois légèrement plus calme, je me faufile sur la pointe des pieds jusqu'à la porte de ma chambre pour l'ouvrir sans un bruit. Vivant dans un loft, je peux voir toute la pièce qui rassemble le salon, la cuisine, la salle à manger, quand je me rends compte de ce qui se passe. Il s'agit de cette fichue tempête. C'est à cause d'elle que mon salon se trouve inonder par la pluie et ma première réaction est de m'emparer de mon téléphone fixe afin d'appeler Elio. Appuyant sur la touche raccourci afin de l'appeler le plus rapidement possible, je le réveille. Paniquer, lui expliquant ma situation, ma peur, j'ose lui demander de venir me chercher pour coucher chez lui au moins cette nuit et il accepte sans rechigner. Un poids s'ôtant de mon cœur, je me cale contre l'un des murs, serrant toujours ma peluche pour fermer les yeux. Malheureusement pour moi, me trouvant dans le salon, je suis effrayée par cette fichue fenêtre ouverte. C'est pour cette raison que je me redresse et que je fonce afin de la fermer le plus rapidement possible pour m'emparer une fois celle-ci fermée d'une paire de chaussures, mais également d'un manteau, attendant ainsi Elio. Les secondes me semblant être des heures, je m'empare de mon iPhone dès que je l'entends biper. « Dieu merci. » Je souffle pour moi-même, m'emparant de mon jeu de clefs afin de fermer la porte de mon loft, à trois crans. On n'est jamais trop prudent. Ma lapine dans ma poche, mes clefs dans l'autre, mon iPhone entre mes mains, je cours rejoindre le véhicule d'Elio pour m'engouffrer dans son habitacle sans me faire prier. Une fois à l'intérieur, me sentant plus sereine, je réalise qu'il murmure et à juste titre, puisque son adorable fils se trouve attacher à l'arrière, endormi. « Je suis désolée, j'ai pensé à toi immédiatement et… » Je ne dois pas craquer. « Enfin, merci. Merci d'être toujours présent pour moi. » Je termine, dans un bien maigre sourire pour attacher ma ceinture. Lorsqu'Elio démarre, nous nous rendons compte que la pluie s'intensifie. « Maudite tempête ! » Je m'exclame, de nombreux sentiments s'entremêlant dans mon esprit. Me rendant compte que nous ne voyons plus rien, sachant que cela est très dangereux, je ne pipe mot lorsqu'Elio se gare, pour rester un instant dans sa voiture. Ayant mis les warnings, j'acquiesce dans un mouvement de tête à ses mots. « Oui. Je. C'est une bonne idée. » Sur mes dires, jetant un coup d'œil à Charlie, je défais ma ceinture, prête à courir, tout en me sentant coupable. Le fait est que ce n'est pas le moment de s'expliquer en voiture, puisqu'on pourrait nous rentrer dedans. « Prête. » Je me contente donc de prononcer, pour courir. Relevant le col de mon manteau, n'ayant pas eu le temps de demander à Elio de prendre Charlie dans mes bras vu que je me suis couverte, nous arrivons finalement dans le gymnase. Poussant un soupir de soulagement une fois à l'intérieur, je ne peux m'empêcher de sourire aux mots de mini Elio. « Pas de douche, tu as raison. » Je dis, mon regard pétillant par son adorable frimousse. « Heu… Ça va. J'ai eu le temps de prendre un manteau. » Regardant Elio, je secoue ma tête. « Tu es trempé. Littéralement ! Il te faut une serviette ou une couverture, je ne sais pas. » Regardant autour de nous, j'interpelle une personne semblant avoir mis à disposition de nombreuses choses aux autres personnes alentours. « Excusez-moi ! Il nous faudrait quelque chose. Mon ami et son fils ont été trempés et je ne veux pas qu'ils tombent malades. Merci. » Je souffle, tandis qu'il m'assure qu'il va revenir, avec de quoi réchauffer deux des hommes de ma vie. « Elio… » Je commence, baissant le regard. « Je ne m'attendais pas à ce que la situation soit ainsi. Je suis sincèrement désolée de vous avoir dérangé. Si j'avais su… Avec ce temps, la voiture où on ne voit rien à travers les vitres ainsi que le petit… Je ne vous auriez pas dérangé. » Je termine ma phrase dans un souffle, préférant regarder mes pieds que d'affronter son regard. « Tu ne m'en veux pas ? » Je demande à présent, quand, accrochant mon regard dans le sien, le bénévole que j'ai interpellé revient. « Merci beaucoup. » Je dis, pour prendre la serviette ainsi que la couverture qu'il nous a apporté. « Viens-là. » Je dis, m'occupant de mon Elio en l'enroulant dans la serviette, dans un premier temps. « OH ! Monsieur Charlie a apporté son doudou. » Je dis, ne l'ayant pas remarqué tandis que je m'empare instinctivement de ma lapine en peluche.

HJ: pardon pour le temps de réponse. Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase 3699239924 Je suis toujours en PR. Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase 915912986
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @dark dreams
Messages : 941 - Points : 2318
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Sam 11 Jan 2020 - 17:34 )
« Je suis désolée, j’ai pensé à toi immédiatement et…Enfin merci. Merci d’être toujours présent pour moi » Elio regarda son amie qui venait à peine de rentrer dans la voiture. La porte juste refermée que déjà elle s’excusait. Il lui lança un sourire rassurant « Je suis là pour ça hm ? Arrête de t’excuser, je suis content que tu m’ai appelé » Parce qu’il avait fait cette vieille promesse, il y a de nombreuses années. La promesse à un ami qui n’était plus là pour garder un œil sur sa petite sœur. Alors il avait pris le rôle, sans même y réfléchir à deux fois. « On va rentrer chez moi et se faire deux bons chocolats chauds pour se remettre de nos émotions ». Cela aurait été un excellent programme si la pluie n’avait pas redoublé d’intensité. Obligés de s’arrêter, les trois avaient couru jusqu’à gymnase pour tenter de se protéger de cette tempête. Heureusement, il y avait du monde sur place. Charlie n’a pas l’air inquiet, au contraire, cette aventure tardive le réjouit. Elio garda un œil sur son fils tout en attendant le retour du bénévole. Millie avait été plus réactive que lui sur le coup.

Voyant le regard de son amie dériver vers le sol, Elio posa un doigt sous le menton de la blonde pour qu’elle relève la tête. « J’ai l’air de t’en vouloir ? » Il arqua un sourcil, souriant en coin par la même occasion. Puis il fit un signe de tête vers Charlie qui regardait tout autour de lui, doudou dans ses bras et le regard rieur. « Je crois que ce bonhomme ne t’en veut pas non-plus. » Charlie releva d’ailleurs la tête pour appuyer les dires de son père « C’est comme une aventure de super-héros! » Elio essuya les cheveux de son fils avec la serviette avant de s’enrouler dans la première couverture. Il laissa la blondinette faire, se sentant déjà mieux sous la chaleur de l’objet. Charlie tendit son doudou vers Millie en souriant. « Si tu as peur, il te protège du noir ! Et si ça marche pas, faut appeler papa et il fait peur aux monstres en dessous du lit » Elio sourit et passa tendrement sa main dans les cheveux de son fils avant de relever le regard vers son amie. « Je vois que Charlie n’est pas le seul à avoir apporté son doudou » Il sourit doucement avant de regarder autour. « Je crois qu’on va devoir passer la nuit ici. Tu bosses demain ? » Pas que cela soit la première des priorités. Il montra un coin au fond du gymnase « ça a l’air plus calme là-bas. Tu veux qu’on aille voir ? »

@Amelia Vecchiato

Spoiler:
 



No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 642 - Points : 1612
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mer 15 Jan 2020 - 20:07 )
Les yeux posés sur le jeune homme, il lui laisse la fiole puisque finalement, il semble bien vouloir en boire une gorgée. Il ne peut pas s’empêcher de rire quand il le voit tousser ensuite. Il pensait que c’était parce qu’il n’avait pas l’habitude de ce genre de boisson mais quand il lui dit qu’il risque d’être malade c’est tout autre chose. La fiole dans la main, il grimace un peu avant de hausser les épaules. « - Ouais… Bon pas grave. J’aurai des jours de congé. » Il ne va pas se priver de boire à cause du risque de tomber malade. Il serait plus malade s’il ne le faisait pas en plus de ça. Il pose les yeux sur le lapin un instant, avant de remonter les yeux sur lui. « - Adorables. » Il parle bien des deux. Le lapin, le jeune homme, la manière dont il est habillé. On dirait un grand enfant. Il aurait presque envie de le bordé, presque… « - Vaut mieux être en sécurité. Ca aurait dommage qu’un arbre abime ce joli visage. » Dit-il en posant la main sur la joue du garçon quelques secondes, toujours sans aucune gêne. Il secoue la tête. « - Non pas vraiment. J’étais dehors avec ma guitare et mon ami. Et bon… On nous a dit de nous mettre à l’abris quoi. » C’est plus prudent ainsi. Certainement. Puis au moins son ami, l’homme sans-abris, peut avoir un toit pour la nuit. « - Il y a de la nourriture gratuite, un lit, des couvertures, … Moi je dis, ce n’est pas si mal. » C’est même très bien aux yeux du plus vieux. Surtout quand on a connu pire comme lui. « - Tu ne manges pas d’ailleurs ?» Il est passé du vous au tu assez facilement oui. Pourquoi s’embêter avec trop de formalité. Il pose les yeux sur le plateau. Il aurait bien picoré mais quand il voit le lapin le faire à sa place il évite de se servir dans ce qu’il ne lui appartient pas. « - Enchanté à vous deux. Je suis Alexis Moreno. » Il se présente rapidement, en étant d’ailleurs dans la vérité. Pour une fois il n’invente pas un prénom, un nom, une autre identité. Il n’en a pas besoin. « - Tu devrais peut-être échanger la veste contre une couverture. Enfin… Je ne sais pas. J’ai peur que tu tombes un peu plus malade comme ça. Ca n’a pas l’air d’être très agréable au vu de ton état. Mais les yeux brillants c’est pas mal. » Signe de fièvre certainement. « - Je peux te tenir chaud si tu veux aussi. » Dit-il en réfléchissant quelques minutes avant de faire cette proposition.

@Milo Veraldi




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Milo VeraldiLa jeunesse dorée et éclatante
Milo Veraldi
http://www.ciao-vecchio.com/t5976-milo-pardon-d-etre-ne http://www.ciao-vecchio.com/t5980-milo-veraldi-sa-vie-et-ses-galeres
Faceclaim : Joe Collier
Messages : 859 - Points : 1918
Âge : 27 ans
Métier : Photographe
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Jeu 16 Jan 2020 - 9:11 )
Souriant, même si avec son mal de crâne ça devait plus ressembler à une grimace qu'autre chose, il tenta de le rassurer. "C'est de l'alcool, on s'en sert pour désinfecter. Normalement, les microbes, virus ou je ne sais quoi d'autres ne devraient pas survivre. Ça aurait été de l'eau, je n'aurai pas bu." En tout cas lui ne serait pas contre une désinfection totale ! Même s'il doutait que le "traitement" puisse fonctionner avec juste une gorgée d'alcool, qui avait par ailleurs littéralement enflammé sa gorge.

"Tu travailles dans quoi ?" Il était bien temps d'y penser ! Mais regarder les films de Noël à la télé sous son plaid était actuellement le summum de ses capacités cérébrales... Et d'ailleurs, il lui fallut un peu de temps pour saisir que le "Adorables" n'était pas dévolu qu'à Gremlins. "Oui, il est adorable quand il mange pas tout." Il fallait dire qu'il ne s'attendait pas du tout à ce qu'une main fraîche vienne se poser sur sa joue comme ça... Et s'il bloqua devant ce geste presque intime, il jugea ça trop agréable pour s'en offusquer. Même s'il tenta tout de même de recadrer les choses. "Euh... Il est adorable et moi, je suis malade. Donc pas adorable du tout. Je raconte ma vie, je me plains, je délire même parfois, je suis pas un malade adorable. Enfin, c'est pas ce que pense ma sœur et elle a des années d'expérience derrière elle, même si maintenant on n'habite plus ensembles..." Et voilà, c'était reparti ! Il racontait à nouveau sa vie. Oh bon sang, mais qu'on l'assomme ! Et il n'aurait certainement pas davantage mal à la tête.

Mais il y avait tout de même des choses qui parvenaient à l'arrêter. Il y avait eu la main sur sa joue. Et maintenant... ça. "Dehors ? Avec ta guitare ? Par ce temps là ? Mais..." Il avait beau avoir le cerveau ralenti, il parvenait tout de même à faire un plus un égal deux. Et la suite avait de quoi l'interpeller. De la nourriture gratuite, un lit, des couvertures... Il n'attendit donc pas la réponse à sa question pour enlever le pain déjà attaqué par Gremlins, avant de pousser son plateau devant Alexis. "Je ne mangerai pas, je n'ai pas faim alors autant que tu en profites." Et que ça fasse un heureux.

Lui en était à soupeser le fait d'aller réclamer une couverture, alors que suivant la direction indiquée par Alexis, il cherchait à avoir si comme pour le repas, il y avait une file d'attente dans laquelle il pourrait s'inclure et suivre le mouvement. Sans qu'il n'ait rien à réclamer et sans qu'on ne lui demande quoi que ce soit... Et oui, il y avait du monde ! C'était le moment pour y aller ! Il se leva soudainement comme un diable sortant de sa boite pour bloquer une nouvelle fois devant Gremlins toujours à grignoter son pain. Regardant d'un air désespéré Alexis, il ouvrit la bouche pour demander si... Et la referma sans qu'aucun son ne sorte. Et s'il réessaya une fois deux fois, ce fut sans plus de succès...
C'était sûr, Alexis allait le prendre pour un grand malade. Bon, il était malade mais ce n'était pas une raison ! Et après un coup d’œil vers la file d'attente, il s'aperçut que celle-ci diminuait. Affolé, il opta donc rapidement -enfin, rapidement, après tous ces essais infructueux- pour une autre stratégie. Récupérant Gremlins sous le bras, il se tourna vers Alexis pour cette fois-ci arriver à lui parler. "La file, elle diminue ! Il faut... Avant qu'il y ait plus de file parce que... Si je dois réclamer, ça pourra juste pas le faire. On revient !" Et il fila sans demander son reste tout en se maudissant. Sûr que dès que la fièvre tomberait, il changerait de ville. De pays même !

Il parvint finalement à se faufiler entre les quelques personnes qui attendaient elles aussi leur couverture, et revint s'asseoir lourdement aux côté d'Alexis après avoir déposé Gremlins devant son morceau de pain. "Réussi ! Ils m'ont même donné une seconde couverture pour Gremlins sans que j'ai rien eu à demander ! J'suis crevé..." Parce que monter de telles stratégies lorsqu'on était fiévreux se révélait vite épuisant. Laissant tomber sa tête entre ses bras sur la table -c'est qu'il se serait bien endormi là, toujours avec son manteau sur le dos et les couvertures posées à côté de lui- il écouta à nouveau Alexis. C'est que celui-ci avait visiblement toute une expérience que lui n'avait pas en matière de vie dans la rue... Ou dans les gymnases. Enfin... Il n'était pas très prudent non plus question microbes. "C'est pas possible ça. Je vais te refiler tous mes microbes et là, il n'y aura pas d'alcool pour les tuer."


@Alexis Moreno


Avoir un Gremlins chez soi...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 642 - Points : 1612
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Dim 19 Jan 2020 - 14:06 )
Alexis pose les yeux sur sa fiole. « - Tu as raison. » L’alcool aide à désinfecter. Il le sait bien pourtant, mais il n’y a pas vraiment pensé dans ce sens. « - Tant mieux. » Rajouta-t-il avant de prendre une autre gorgée. « - Je suis serveur dans un bar un peu artistique. Enfin, je suis en essai pour le moment. On verra si la patronne veut réellement de moi ou non. » Il sait se tenir tranquille quand il le faut, donc pour le moment au boulot il essaie de faire les choses bien. « - Et toi ? Tu travailles ? Ou tu es aux études ? » Il lui semble assez jeune, ça ne le choquerait pas qu’il suive des études. De lettre peut-être ? C’est ce qu’il aurait dit sans le reconnaître. Il pose les yeux sur le lapin rapidement avant de rire légèrement et reprendre. « - J’imagine, c’est parfois compliqué avec les animaux. » Enfin c’est des choses qu’il a entendu dire. Surtout quand il était en prison et qu’il s’occupait de l’électricité. Ces rats venaient dévorer les câbles… Enfin, ce n’est pas la même chose certainement. Il sourit automatiquement quand il entend dire toutes ces choses sur lui. « - Mais tu es malade, ce n’est pas la même chose. Puis tu peux me raconter ta vie ça ne me déplait pas. Ca ne te rend pas moins adorable. Avec ton pyjama, ton doux visage, ta façon d’être… » Chut, il se tait maintenant, il ne faudrait pas aller trop loin quand même. Il est un peu trop sympa avec cet inconnu. En même temps, il n’aurait pas envie d’être autrement à le voir comme ça.

Il approuve et réfléchit. Il pose les yeux sur l’assiette avant de reprendre. « - Je ne suis plus à la rue. Mais je l’ai été un moment. Un ami m’a proposé une colocation… J’ai dit oui bien sûr. Mais je joue encore de temps en temps dehors. Et je donne ce que je gagne à d’anciens amis qui sont toujours à la rue. Comme ce monsieur-là. » Dit-il en indiquant l’homme avec qui il est arrivé et qui vit parfaitement sa vie. C’est une nuit de luxe pour lui. Le mauvais temps n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Après, il lui propose son plateau, il ne se prive pas. Il se sert pour prendre ce qu’il aime bien, laissant le pain à Grimlins. Il observe les faits et gestes du plus jeune. Un peu intrigué par son comprendre. « - D’accord… » Il lui adresse un sourire et le laisse partir. Il est un peu étrange quand même. Mais ça n’est pas grave. Il ne fait pas attention à ça. Il continue de manger calmement, observant les gens présents dans la salle. Il pense à son meilleur ami et espère qu’il est en sécurité et non pas encore en train de risquer sa vie pour sauver des gens… C’est son métier oui. Mais bon. Il revient finalement. « - Tu as fait vite dis donc. » Il pose les yeux sur la file un instant avant de reposer les yeux sur Milo. Ainsi que son lapin. « - Il en a de la chance cette petite boule de poil. » Il passe la main dessus simplement pour le caresser un peu. Il pose les yeux sur son visage calmement. « - Je n’ai pas peur des microbes. Il n’y a pas grand-chose qui me fasse peur. » Il lui fait un clin d’œil. Il y a une personne qui lui fait peur. Autre histoire encore une fois. Il tourne la tête sur la salle, vers les lits. Il observe les gens déjà dessus. Ceux encore vide. « - Viens ? Il y a encore des lits de libre. Enfin il y en a encore près du chauffage. Bonne idée non ? Ca t’évitera de dormir sur cette table. Je sais que ça n’est pas… Confortable mais le bois encore moins. Surtout vu ton état. Je ne suis pas médecin mais on peut faire mieux je suis sûr. » Au final, il ne lui laisse pas trop de choix. Il le laisse prendre son lapin, mais il prend ses couvertures pour l’aider et pour se rendre vers les lits libres qu’il lui a désigné juste avant.

@Milo Veraldi




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Milo VeraldiLa jeunesse dorée et éclatante
Milo Veraldi
http://www.ciao-vecchio.com/t5976-milo-pardon-d-etre-ne http://www.ciao-vecchio.com/t5980-milo-veraldi-sa-vie-et-ses-galeres
Faceclaim : Joe Collier
Messages : 859 - Points : 1918
Âge : 27 ans
Métier : Photographe
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Jeu 23 Jan 2020 - 3:18 )
Oh... Un serveur dans un bar un peu artistique. Est-ce que ça pourrait être un bon plan pour un de ses prochains rendez-vous avec sa sœur ? Si c'était artistique, un peu d'exaltation et d'effervescence devrait pouvoir passer inaperçu, non ? Il allait d'ailleurs chercher à se renseigner sur ce lieu tombé du ciel lorsqu'il s'arrêta net et... cligna des yeux. Euh... Quoi ?! "En études ? Non, c'est fini ça. Je ne fais tout de même pas si jeune ?... Si ?" C'est que pour le coup, il ne savait pas quoi en penser. La jeunesse, c'était bien mais... Il ne faisait tout de même pas gamin, n'est-ce pas ? "C'est parce que je suis malade ! D'habitude, je fais plus vieux que ça." Voilà, la maladie avait bon dos mais autant que ça lui serve à quelque chose pour une fois ! "J'ai 27 ans, c'est plus si jeune. Et j'ai même ma boutique !" C'est que vu comment il galérait financièrement avec les charges de son détective privé, il se sentait plutôt fier de pouvoir la maintenir à flots. "Je suis photographe et je fais des belles photo. C'est vrai ! Et j'en ai même qui sont trop belles pour être vendues aux touristes, du coup je sais pas quoi en faire... C'est un problème." Bien que le véritable problème, c'était qu'il avait encore perdu le filtre entre sa pensée et sa bouche. Mais au moins il pouvait assurer fièrement qu'il était plutôt bon dans son métier.

Mais il eut bien vite un sourire attendri puisque visiblement, il n'était pas le seul à ne plus avoir de filtre. "Je t'ai déjà refilé mes microbes on dirait... Et tout ça c'est toujours parce que je suis malade. En tout cas, je suis désolé pour les microbes." Et il l'était sincèrement parce qu'il savait ce que c'était de se payer la honte de raconter tout et n'importe quoi sous l'influence de la fièvre. Et d'ailleurs comme pour confirmer ses dires, Alexis lui raconta très vite lui aussi sa vie. Au moins, ils étaient à égalité sur ce point-là.
Mais surtout, il se rendait compte de la chance qu'il avait à avoir un toit au-dessus de sa tête -enfin, pas ce soir mais en temps habituel, oui- et d'avoir sa sœur et sa mère. Il n'allait bien sûr pas questionner davantage Alexis sur un sujet si personnel mais il se demandait ce qui avait bien pu pousser celui-ci à la rue. D'autant qu'il semblait être quelqu'un de vraiment très bien à s'occuper des autres ainsi. Et pour preuve, il s'occupait aussi de lui ! Mais il avait parfois entendu parler de divorces qui pouvaient entraîner une véritable descente aux enfers... "C'est à cause d'un divorce ? Tu étais marié et tu n'as pas supporté qu'elle te quitte ?" Bon, c'était raté pour ne pas poser la question. Mais au moins aller chercher les couvertures tant qu'il y avait du monde qui en réclamait lui donna une bonne excuse pour faire oublier son indiscrétion. Et se retrouver à devoir expliquer à son retour pourquoi il avait sauté comme un diable hors de sa boite. "Je... J'ai du mal à demander les choses ou à réclamer. C'est... Compliqué. Alors lorsque je peux profiter que les autres le fasse pour moi, je le fais. Sinon bah... Je fais sans." Ou comment passer pour le dernier des lâches... Ce qui était un peu le cas d'ailleurs. Même si ce soir, il n'avait aucune difficulté à poser des tonnes de questions. Dieu, qu'il détestait être fiévreux ! Il n'arrivait juste pas à modérer ses propos ou à les biaiser alors qu'il y arrivait pourtant très bien habituellement. Sauf que là, il n'avait pas d'autres choix que de faire face au jugement d'Alexis. Et... il en détourna les yeux avec une grimace dépitée.

Au moins évoquer Gremlins ne posait pas de problème. Ou pas, lorsqu'il se rendit compte de ce qu'il pouvait sortir comme ânerie ! "Enfin, c'est moi qui ait eu de la chance qu'on m'ait déposé un lapin devant ma porte. Si ça avait été un saint-Bernard avec l'écriteau Adopte-moi... j'aurais été beaucoup plus ennuyé. C'est que j'ai un studio, c'est tout petit chez moi." La cohabitation aurait en tout cas été certainement beaucoup plus malaisée...

Jusqu'à ce qu'une nouvelle fois, il ne puisse retenir la question qui franchit ses lèvres alors qu'il plongeait son regard dans le sien. "...De quoi tu as peur ?" Et il était pour le coup sincèrement curieux. Parce qu'Alexis avait connu la rue et sans nul doute des galères sans noms, et il y avait de quoi se demander ce qui lui faisait encore peur après cela... Et pour preuve, celui-ci connaissait tous les bons plans ! Et c'était juste génial.
Il obéit donc aussitôt ne voulant pas rater la chance d'avoir un radiateur à côté de soi, et prenant Gremlins avec son morceau de pain déjà bien attaqué dans les bras, il suivit Alexis. Qui avait déjà pris les couvertures. C'est que pour un peu, et la fièvre aidant, il l'aurait bien pris pour un ange-gardien. Et il était d'ailleurs sûr que l'homme qu'il lui avait désigné un peu plus tôt ne devait pas en penser moins !

S'asseyant sur le lit, il en sourit de satisfaction alors qu'il lançait un regard émerveillé à Alexis. "Merci Alexis. De t'occuper de nous comme ça. T'es un vrai ange-gardien et je suis sûr que l'homme là-bas doit penser la même chose que moi !" En vérité, il n'était pas vraiment sûr de réellement croire aux anges-gardien mais il n'était pas vraiment à ça près. Même s'il avait bien conscience, quelque part dans la toute petite partie encore saine aux tréfonds de son esprit, qu'il débitait ânerie sur ânerie. Il aurait bu de l'alcool -en fait, il avait bu une gorgée d'alcool- que l'effet n'aurait pas été pire... Et le réveil risquait de se révéler particulièrement douloureux pour son ego.


@Alexis Moreno


Avoir un Gremlins chez soi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant