Revenir en haut
Aller en bas


 

- Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
InvitéInvité
avatar
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mar 28 Jan 2020 - 3:22 )
Tempête / Situation 1
- Coincés dans un gymnase.
Lorsque la fenêtre du salon s'est ouverte, lorsque j'ai entendu le fracas, j'ai eu peur. Puis surtout, lorsque je suis parvenue à bouger, j'ai immédiatement appelé Elio. Jamais je n'aurais imaginé que nous nous retrouverions dans une telle situation, avec cette terrible tempête. Alors, je m'excuse auprès de mon ami que je considère véritablement comme mon frère. « T'es adorable, vraiment. » Que pourrais-je dire de plus ? Elio est un véritable ange avec moi, parfois même, je le considère comme mon ange gardien. « Je ne pouvais appeler que toi, tu le sais. » Je souffle, rougissant légèrement. Elio sait à quel point il compte pour moi, à quel point il a toujours compté et à quel point il comptera toujours. Poussant un léger soupir, me sentant rassurer, je ne le reste pas bien longtemps. La raison ? Cette fichue tempête qui bat son plein. Nous ne parvenons plus à déceler quoi que ce soit et cela pourrait devenir extrêmement dangereux. À vrai dire, la situation l'est déjà, seulement, pour le moment, nous ne l'évoquons pas à haute voix, du moins, je ne le fais pas. « HEU… » Je ne suis jamais contre du chocolat chaud, mais je n'y vois rien et je suis certaine qu'Elio voit encore moins ce qui se trouve devant et derrière lui. C'est pour cette raison que nous prenons la décision de laisser son véhicule pour nous réfugier dans le gymnase, puisque par chance, nous nous trouvons non loin de celui-ci.

Je ne suis pas trempée plus que cela. J'avais prévu un long manteau étant donné qu'il pleuvait, seulement, Elio n'en a pas prévu pour lui. Inquiète, ne désirant pas qu'il soit souffrant, ni même son petit bonhomme qui est à croquer, j'interpelle rapidement un bénévole, puisqu'il est absolument hors de question qu'ils restent ainsi. M'occupant d'eux, prenant soin de les réchauffer, je ne peux m'empêcher de m'excuser, encore, pour baisser le regard. Je me sens gêner par la situation, puisque je pense bien évidemment au pire alors que nous nous trouvons en sécurité. Oui, nous sommes au chaud et sains et saufs, mais il aurait pu se produire tellement de choses ! Comme un accident de la route et rien que d'y songer, avec mon passé, cela me fend le cœur. Tête baissée, me pinçant les lèvres alors que je me trouve submerger par l'émotion, je souris finalement à Elio, qui cherche mon regard. « Non. » Je souffle dans un premier temps. « Merci de ne pas m'en tenir rigueur. » J'ajoute, m'empourprant à nouveau. Heureusement, Charlie brise cet instant de gêne de mon côté, puisqu'il semble bien heureux et amuser par la situation. Levant les yeux au ciel, amusée, souriant plus encore, je me sens soulager lorsqu'Elio me dit que lui aussi ne m'en veut pas. « Vous êtes parfait tous les deux, je vous l'ai déjà dit ? » Je demande à mon frère de cœur, me sentant de plus en plus rassurer, lorsque son adorable petit garçon prend la parole. « T'as raison, c'est comme une aventure de super-héros. » Mon cœur se réchauffe par le ton de sa voix enjouée, insouciante. M'occupant encore de mes hommes de ce soir, préférant les sécher encore un peu plutôt qu'ils n'attrapent un gros rhume, je ne peux m'empêcher de laisser s'échapper un rire d'entre mes lèvres lorsque Charlie me présente son doudou, puisqu'après les avoir séchés, je lui ai présenté le mien : mon adorable petite lapine. « OH ! Il sait protéger du noir ? Je vais te l'emprunter de temps en temps alors. Si tu le veux bien. Puis si ton doudou le désire aussi. » Jetant un coup d'œil à Elio lorsqu'il parle des monstres sous le lit, puisqu'il les chasse, je regarde de nouveau mon Charlie. « Tu sais quoi ? Ton papa est un super-héros. Il te protégera toujours de tout. C'est un super papa. » Venant caresser de ma main libre son adorable bouille, je retrouve le regard de mon Elio. « Effectivement, il n'est pas le seul. Je l'ai prise instinctivement. » Je n'ai aucune honte d'avoir une lapine en peluche, d'autant que je suis avec mon frère et son fils. Passant ma main dans ses cheveux encore trop humide à mon goût, je redresse la tête lorsqu'Elio me ramène à la réalité de notre situation. « Je crois que l'on ne va pas avoir le choix oui. C'est mieux que d'être dans la voiture. » Je souffle, me sentant toujours coupable de les avoir mis en danger, quand je réalise qu'il m'a posé une question. « HEU… Normalement, oui. Mais vu la situation, je ne suis pas certaine que mon émission aura lieu en temps et en heure. » Ce n'est pas plus mal, puisque je préfère être auprès des miens. Ainsi, je ne suis pas inquiète ou plutôt, beaucoup moins. « Tu as raison. Allons là-bas. Pour Charlie et pour nous. Il va finir par tomber de sommeil et il vaut mieux que l'on soit dans un coin plus tranquille. Tu viens mon ange ? On va visiter le gymnase, un peu plus loin. » Je dis à son attention, pour confirmer dans un mouvement de tête à Elio que nous pouvons nous éloigner. « Est-ce que tu veux boire quelque chose ? Un chocolat chaud ? Ils doivent avoir des vivres, je suppose. Cela nous réchauffera d'avoir un gobelet chaud dans les mains, puis d'avoir une boisson chaude dans le corps. Est-ce que Charlie peut boire quelque chose de chaud lui aussi ? » Je demande, m'inquiétant comme toujours, étant faite ainsi.


{ HORS RP } -- pas de pression. Merci. Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 3203843487
Pando
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 580 - Points : 1381
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Ven 31 Jan 2020 - 13:03 )
Est-ce qu’il est vexé ? Oui il semble l’être en tout cas. Sinon il ne sentirait pas le besoin de se justifier et lui dire toutes ces choses. Alexis n’a pas la langue dans sa proche et dit souvent ce qu’il pense. Il observe le garçon attentivement avant de sourire finalement. « - Et bien, oui, je te pensais plus jeune que ça pour être honnête. Peut-être le pyjama plus que la maladie. » Mais c’est mieux s’il a 27 ans et qu’il n’est plus si jeune comme il dit. Il reste jeune quand même. 27 ans ce n’est pas vieux. Des personnes sont encore aux études à cet âge. Lui n’a jamais vraiment eu la chance de même l’envisager. « - Qu’est-ce que tu photographies ? Je suis curieux maintenant. » Il fait un métier artistique, ça lui plait bien de l’imaginer. Les photos c’est important, ça marque les moments importants bien plus que la mémoire. A ses yeux c’est le cas en tout cas. « - Tu pourrais… Les exposer ? C’est ce que les gens font non ? Dans une galerie ou quelque chose comme ça. Les gens peuvent voir mais pas acheter. » Il n’en sait rien du tout, il imagine juste. Il a déjà vu ça dans un film. Ou une série… Qu’importe, il l’a déjà vu quelque part en tout cas.

« - Les microbes oui… Je ne suis pas assez saoul pour raconter des conneries. » Il ne l’est presque jamais, complètement saoul. Son corps est habitué à l’alcool. Ca fait toujours ses effets bien sûr. Il se sent mieux quand il en boit. Mais il ne devient pas une personne différente pour autant. Pas toujours. Pas ce soir, ou pas encore. On ne sait jamais avec ces choses-là. Parler de la rue, ça ne le dérange pas. Après tous des milliers de gens sont passés devant lui… Bien qu’il passait inaperçus pour la plupart. Un pauvre sans importance… Il se mit à rire quand il entend la question. « - Si seulement ça avait pu être ça… Je pense que ça aurait été une jolie raison. Mais non. Jamais marié, jamais divorcé. Je n’ai jamais été en couple non plus. Mais je ne suis pas puceau, avant que tu me poses la question. » Il n’a pas été puceau bien longtemps. Et malheureusement ce n’est pas lui qui a choisit de ne plus l’être. Il aurait bien aimé. La vie n’est pas un compte de fée. « - Mais, je préfère ne pas te donner les raisons. Ce serait bête que tu me fuis alors qu’on se parle à peine. » Il garde son jardin secret sur ça. Ne pas trop en dire. Ne pas tout dire. Il pourrait lui mentir, mais il préfère esquiver. Il se fera peut-être ses propres idées. Bonnes ou mauvaises. Il penche la tête face à ses dire. « - Tu es… Particulier. J’aime bien. J’imagine que ça ne vient pas de nulle part. Quelqu’un t’a dit que c’était mal de le faire pour que tu te sens si mal de le faire ? Enfin, heureusement que tu n’es pas dans la rue. Avec cette difficulté ça serait encore plus pénible pour toi. » Sincère comme toujours. Il le trouve intéressant ce garçon. Heureusement, il ne lui donne pas envie de partir.
Les yeux sur le lapin, puis à l’écoute de ce qu’il lui dit, il hoche finalement la tête. « - Tu aurais déménagé. » Il hausse les épaules. Mais au moins ce petit rongeur ne prend pas trop de place. Ca aurait été compliqué un gros chien dans cet endroit. « - J’aurai un chien aussi un jour. J’espère… » Quand il aura un peu plus les moyens. Il ne sait même pas si Sandro aime les animaux. Il doit savoir avant de lui en imposer un. Enfin… Ou alors il le fait et il s’en fout. Tout est possible quand on s’appelle Alexis. « - J’ai peur de… D’une personne en particulier en fait. Mais elle ne peut rien faire à personne. Alors… Pour le moment tout va bien. » Il hausse les épaules. Il sortira un jour, car la justice est ainsi. Mais il préfère penser qu’il est bien enfermé et qu’il ne risque rien. Que personne ne risque rien.

« - Un ange-gardien. Je ne suis pas sûr de ça. Tu sais à la base, j’étais venu pour te draguer. Et qui sait t’avoir dans mon lit un peu plus tard. Pas si… Trop de monde, bien que… J’aurai été capable. »
Il hausse un sourcil en regardant autour de lui. Il se pose sur le lit à côté, posant les couvertures sur celui du jeune homme. Il laisse les yeux sur lui pour le moment avant de lui sourire. « - Je ne suis pas toujours un homme… Bien. Mais prends soin des personnes que je juge… Bonnes personnes, je peux le faire sans soucis. » Il hausse les épaules. En fait, ça dépend de la rencontre, de comment ça se passe. Il n’aime pas les personnes fermées, il n’aime pas les personnes trop sérieuses non plus.


@Milo Veraldi




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 903 - Points : 2268
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mer 5 Fév 2020 - 20:36 )
Bien sûr qu’Elio n’en voulait pas à Amelia de l’avoir contacté, il était là pour ça. Bien sûr, cela interrompait ses heures de sommeil mais il s’en fichait. Puis Charlie était bien heureux de pouvoir veiller aussi tard que les adultes, même s’il tomberait de fatigue dans peu de temps. Elio connaissait bien trop son fils pour s’inquiéter de ce côté-là. L’italien aurait été bien plus mécontent si Millie lui avait dit dans le futur qu’elle avait eu cette mésaventure dans l’appartement et était restée seule à espérer le meilleur. Non, il préférait nettement se déplacer. Voyant les joues de la blonde prendre une teinte rosée, Elio passa sa main sur le visage de son amie. « La prochaine fois qu’il y a une alerte météo tu viendras directement passer la nuit chez moi. Comme ça, pas de peur bleue » Et il n’accepterait aucune négociation. Dormir sur le canapé n’était pas un problème, même si le père savait qu’il irait probablement dans le lit de son fils. C’est que cela leur arrivait souvent, les deux avaient un mal fou à couper le cordon. « Parfait ? » Elio fit mine de réfléchit avant de sourire « J’ai déjà reçu ce compliment d’un bon nombre de demoiselles oui » Puis il se mit à rire « Avant de me gifler en disant que je suis le dernier des cons ». Oui, on ne peut pas dire qu’il était très gentleman dans sa jeunesse. Maintenant il n’avait plus ce problème, Ban-Ryu était le seul dans son cœur.

Alors que Millie et Charlie parlent de leurs doudous respectifs, Elio se sécha totalement les cheveux avec la serviette donné par le bénévole. Ce n’était pas le moment d’attraper la grippe. « Si elle te rassure, tu as bien fait de la prendre Millie » Il se fiche bien de ce que les gens pourraient en penser. Mais pour le moment, il fallait trouver un coin pour se poser. La présentatrice le rassura, elle n’aurait sûrement pas à travailler le lendemain. Tant mieux, ils pourraient donc dormir un peu. Lui était en repos et Charlie n’irait de toute façon pas à l’école. En parlant du petit garçon, il leva la main pour attraper celle de la blonde et ensembles ils allèrent dans un coin du gymnase. Il y avait moins de monde, ce serait parfait. Elio posa quelques affaires en regardant son amie « Je crois qu’on sera bien ici » Au moins pour que Charlie puisse s’endormir, ses petits yeux ne trompaient pas son père : la fatigue le gagnait. « Je vais aller nous chercher ça. J’en connais un qui ne va pas faire long feu » A peine sa phrase terminée qu’une jeune femme arriva avec trois couvertures. Elio la remercia et en mit une au sol pour que ce soit moins dur. Son fils s’allongea et le brun le borda avant de lui embrasser tendrement le front, le couvant du regard. Il chuchota pour son amie « Je reviens avec 2 chocolats ok ? Si tu lui caresses les cheveux 3 minutes, il va s’endormir » Petit rituel qu’ils avaient.

Elio les laissa un instant pour aller chercher des verres en plastique remplit de la boisson. Il s’assit à côté de son amie et lui tendit le récipient avant de parler, toujours à voix basse. « Voyons le côté positif : bébé Charlie dort et nous on a toute la nuit pour discuter » Cela faisait un petit moment qu’ils ne s’étaient pas vu « Tu dois bien avoir des trucs croustillants à me raconter »


@Amelia Vecchiato



No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Milo VeraldiLa jeunesse dorée et éclatante
Milo Veraldi
http://www.ciao-vecchio.com/t5976-milo-pardon-d-etre-ne http://www.ciao-vecchio.com/t5980-milo-veraldi-sa-vie-et-ses-galeres
Faceclaim : Joe Collier
Messages : 833 - Points : 1726
Âge : 27 ans
Métier : Photographe
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Jeu 6 Fév 2020 - 9:05 )
Parler avec Alexis était facile. Sans doute même un peu trop alors que la fièvre avait fait tomber tout filtre entre son esprit et ses lèvres. Parce qu'il avait bien conscience de raconter beaucoup, et surtout n'importe quoi. Ou plutôt des choses qu'il aurait mieux fait de ne pas dire. Comme parler de ses photos, non pas celles qu'il vendait mais les autres... Celles qu'il cachait loin des yeux de tous alors les exposer, ce n'était juste pas envisageable. Ce serait comme s'exposer soi-même contre un des murs de ces galeries. Montrer aux yeux du monde qui il était et surtout, qu'il existait. Et ça... "C'est pas une bonne idée. Je crois que... J'ai pas le droit de faire ça, les exposer. Ces photos devraient être détruites mais... J'y arrive pas." Comme aller bêtement demander quelque chose. Parce que c'était dans le même ordre des choses... "Je photographie des instants saisis au vol avant qu'ils ne s'évanouissent à jamais... Mais sinon je fais aussi des photos que les gens attendent. Des photos de mariage, pour les touristes, de célébrités et même de pizza pour les publicités ! J'ai une boutique et j'habite au-dessus alors je peux pas déménager..."  Et voilà, il en était encore à tout raconter. Mais un déménagement que ce soit à cause d'un énorme chien ou d'un arbre tombant sur son studio, lui était juste impossible.

Il se rassurait cependant en se disant qu'Alexis aussi parlait de lui. Enfin, un peu. Même si apprendre soudainement que celui-ci n'était plus puceau le surpris assez pour le figer quelques secondes le temps de se demander quoi répondre à cela... "Non, je ne t'aurai pas demandé ça. Mais c'est bien pour toi que tu le sois plus !" Pour rajouter à son tour, se disant que c'était sans doute ce que Alexis attendait de lui. "Moi non plus, je ne le suis plus... Depuis longtemps." Il avait précisé, histoire de bien appuyer le fait qu'il n'était plus si jeune que cela malgré la maladie... ou le pyjamas. "Et je ne te fuirai pas !" Ça avait été rajouté précipitamment mais c'était surtout sincère, d'autant qu'il ne voyait pas ce qui pourrait le faire fuir alors qu'Alexis le prenait littéralement en charge depuis son arrivée ici.
Sans doute parce qu'il était... particulier ? Mais apparemment c'était un compliment même si ça ne semblait pas vraiment évident au premier abord. "Non, c'est pas que c'est mal de le faire, tout le monde le fait ! C'est juste que c'est moi qui... qui m'en donne pas le droit, je crois. Je me sens pas autorisé ? à le faire... Et ça fait 27 ans que c'est comme ça." Au point que ça en soit compliqué de le dire, même malgré la fièvre, ce qui avait tout de même un côté rassurant.

Étonnamment, parce qu'il ne l'aurait certainement pas deviné à voir Alexis, celui-ci avait à faire avec son propre démon. Il ne posa pas davantage de questions ayant conscience que celui-ci avait été plus loin dans ses révélations qu'il ne l'avait lui-même fait. Mais le long regard songeur qu'il porta sur lui était empreint de quelque chose tenant l'ordre d'une certaine compréhension avant qu'il ne détourne la tête. "Ouais, je suppose que l'absence peut être préférable... lorsqu'on sait à qui on a affaire." Et rejoindre la partie dortoir était la meilleure chose qu'ils pouvaient faire à cet instant. D'autant que l'idée d'avoir un radiateur à côté de sa couchette lui plaisait définitivement.

Quant à se faire... draguer ? L'idée lui semblait juste absurde alors qu'il était malade et en pyjamas ! On avait déjà vu plus sexy. Mais apparemment Alexis avait de la suite dans les idées. Et ce n'était pas sans lui faire rappeler une autre situation totalement hors-norme où il avait été question de combat de requin à coups de fourchette et de baisers torrides dans une eau glacée. Sauf qu'il n'avait pas été malade à ce moment-là... Se secouant, il s'obligea à revenir au moment présent. Et donc à Alexis. Qui n'avait apparemment pas froid aux yeux. Parce que c'était tout un programme qu'il avait eu en tête ! "Euh... Il y a des enfants." Il avait bien conscience que c'était un peu maigre comme argumentaire. Du moins, il avait l'impression qu'il aurait dû aligner des dizaines d'arguments démontrant tous, toute l'absurdité de la chose. Mais c'était aussi vrai qu'il y avait des enfants, parce que Gremlins ne passait pas inaperçu. Ou alors c'était lui en pyjamas et tenant un lapin dans les bras qui n'était pas passé inaperçu. Bon sang, mais pourquoi on ne lui avait pas laissé le temps de s'habiller ?! Parce qu'il fallait bien avouer qu'il était juste ridicule en pyjamas. Enfin, apparemment  ça plaisait à Alexis, bien qu'il ne comprenait absolument pas pourquoi... "Bah, c'est un peu la définition d'un ange-gardien. Bien que... Un ange-gardien qui veut coucher avec celui qu'il est censé prendre soin, c'est pas un coup à l'envoyer direct en enfer, ça ?" Assis sur le lit picot, la couverture sur le dos et la tête appuyé sur son coude, il était le premier à savoir qu'il ressemblait à rien. Il avait chaud, froid, il était même en sueurs et il se faisait pourtant gentiment draguer... Il devrait tomber malade plus souvent !



@Alexis Moreno


Avoir un Gremlins chez soi...
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Ven 14 Fév 2020 - 17:26 )
Tempête / Situation 1
- Coincés dans un gymnase.
Mon Elio sait que je ne pouvais pas appeler qui que ce soit d'autres que lui. Mirko n'est plus là et il a pris le relais naturellement, sans que cela ne dérange l'un de nous deux. Le considérant comme mon second frère, je ne peux malgré tout pas m'empêcher de m'en vouloir, puisque nous aurions pu vivre le pire, en ayant un accident de la route, et cela par ma seule et unique faute, comme je l'aie appelé à l'aide. Évidemment, je sais qu'il ne m'en veut pas, qu'il pense cela parfaitement normal, mais je ne parviens pas à chasser cette idée de mon esprit. S'ils avaient eu quelque chose par ma faute, je ne me le serais jamais pardonnée et mon frère de cœur le sait. M'empourprant comme souvent – à croire que la teinte rosée me va comme un gant – Elio m'assure que la prochaine fois, si cela doit se reproduire, je viendrais directement chez lui. Sur ses mots, je sais que je n'ai pas mon mot à dire, puisqu'il le prendrait mal si je venais à avoir peur, seule, dans mon coin en le laissant de côté. Nous sommes unis et nous le serons toujours, nous le savons tous deux et son adorable Charlie semble le savoir également. Il me considère comme sa tatie, ce qui me convient puisque je l'aime énormément, tout comme son adorable papa. « OK grand frère. Dès qu'il y a quelque chose, je débarque chez toi. Je frappe, je sonne et je te dérange durant ton sommeil. » Je conclus dans un doux sourire, pour lui souffler qu'il est parfait, tout comme son mini lui, avant d'éclater de rire. Il trouve toujours les mots pour me détendre, pour m'amuser et me rendre heureuse, ce qui est plus qu'agréable. « Tu n'auras jamais de gifle de ma part et je ne te dirais jamais que tu es le dernier des cons. » Je murmure ce dernier mot puisqu'il s'agit d'une injure et que mini lui est près de nous. « À moins que tu me chipes un dernier quelque chose avec du chocolat. Tu connais ma relation passionnel avec tout ce qui en contient. » J'ajoute, mon regard rieur, lorsque je porte mon attention sur petit Elio.

Nous parlons peluches puisque j'ai apporté mon propre doudou, qui me rassure toujours. Vivant seule, n'ayant personne dans ma vie, je n'ai que lui et j'en ai besoin afin de pouvoir retrouver un semblant de calme pour ne pas finir suffocante dans mon lit, ou cacher derrière celui-ci. Jetant un coup d'œil rassuré lorsque mon Elio se sèche les cheveux, m'étant accroupie afin d'être à hauteur de Charlie, j'offre un magnifique sourire à mon frère de cœur à ses mots pour confirmer ses dires dans un signe de tête. « Oui, elle me rassure mon petit monstre usé. » Je confirme, pour m'emparer de la main de mini Elio afin que nous rejoignions un coin plus tranquille. Marchant tranquillement, nos doudous à la main, nous arrivons au bout du gymnase où peu de personnes se sont établis. « Tu as raison, on va être bien. » Je confirme, pour remarquer que notre petit bonhomme fatigue, puisque ses grosses billes se ferment. « Tu as raison. Il ne va pas tenir bien longtemps. » Je réponds, regardant Charlie avec douceur et tendresse, lorsqu'une bénévole arrive à notre hauteur, armée de trois couvertures. « Merci beaucoup. » Je souffle, prête à couvrir notre Charlie avant d'être devancé par son père, ce qui est normal, si je puis dire. M'asseyant près d'eux, les regardant avec envie, puisque j'aimerais avoir une famille moi aussi, un époux et un ou des enfants, qui sait, j'acquiesce dans un mouvement de tête, puisque mon Elio va nous chercher des chocolats chauds. « Je m'en occupe. » Je dis, commençant déjà à caresser ses cheveux, pour embrasser son front et le laisser ainsi s'endormir. Ses poings fermés, son adorable doudou tout contre lui, je ne peux que le trouver à croquer lorsque mon frère revient, avec nos boissons chaudes. « Merci encore. » Je souffle, m'emparant du gobelet pour me saisir de sa main libre, la pressant quelques secondes avant de boire une gorgée. Il est bon ce chocolat, puis surtout, il réchauffe et cela est un petit plus non-négligeable. « Oui, il dort. Il est adorable. » Je souffle, pour réfléchir à ses mots. « HUM… » J'avale une nouvelle gorgée de chocolat chaud. « Tu sais, je travaille, je sors, je me rends à des événements caritatifs pour aider les autres, comme toujours. » Je hausse les épaules. « Mais je vais y réfléchir sérieusement et dès que je me rappelle de quelque chose, je te dis, juré. » L'affublant d'un clin d'œil complice, je l'interroge à mon tour. « Toi. Comment ça va ? Ton petit ami ? Charlie à l'école ? Ta vie en générale ? Je veux tout savoir. » Le fixant à présent pour boire une nouvelle gorgée, je ne le lâche pas du regard, puisqu'il le sait : je suis curieuse et je ne lâche jamais rien.
Pando
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 580 - Points : 1381
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Sam 15 Fév 2020 - 13:08 )
Alexis a un peu de mal à s’imaginer à quoi ressemble ces photos dont il parle. Mais elles semblent importantes puisqu’il ne veut pas les détruire. « - Garde les dans une boite. Pour les ressortir quand tu as envie de les revoir. Tu n’es pas obligé de les faire disparaitre. » Elles seront là, lui seul saura où les avoir et comme ça, il n’y a aucun risque. Pas d’exposition, il garde ça pour lui et personne n’aura rien à dire dessus. Chaque personne à son jardin secret après tout. Il écoute et hoche la tête positivement quand il l’entend. « - Pas mal. C’est même très bien. » C’est un beau métier, un métier artistique dans un sens. Alex aime l’art, même si ses domaines sont plus la musique et le dessin, plus précisément les tatouages. Il n’en fait pas son métier, mais ça reste des passions très fortes et quand il a le temps, il pratique.

Parfois, il manque un peu de tact, il est sans tabous. Alors dire qu’il n’est plus puceau ne lui pose pas de problème. Et il approuve quand il lui dit que c’est bien pour lui. Certainement, surtout à son âge. Il sourit légèrement quand il lui dit à son tour qu’il ne l’est plus. Il ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse aussi de son côté. « - Parfait. » Il se mord la lèvre quand il lui dit qu’il ne le fuira pas. C’est rassurant, pour le moment. Il faut dire qu’il se comporte d’une bonne manière ce soir. Il n’est pas trop dans la provocation. Il faut dire que le pyjama et l’état de santé du jeune homme l’a de suite fait redescendre. Il s’est un peu plus attendri. Il hoche la tête légèrement. « - Si ça fait 27 ans que c’est comme ça alors. C’est ta personnalité. Ce n’est pas très grave. » Chacun est comme il est. Avec ses peurs, son vécu et sa vie actuelle. Il ne le jugera pas parce qu’il n’aime pas demander des choses. C’est respectable. Après quand tu n’as pas le choix de le faire, c’est autre chose.

Il parle de sa peur, d’une personne mais il n’entrera pas dans les détails. C’est beaucoup trop intime. Puis il fuit avant tout la pitié des gens. Il déteste ça. Il vaut mieux qu’il ne sache pas. Ca ne serait même pas certain qu’il croirait un mot de toute façon. Il préfère aller se poser un peu plus tranquillement. Laisser la place à table à d’autres. Milo a besoin de se reposer et ça se voit. Et comme il a envie de retrouver un peu plus de légèreté. Il parle de ses intentions premières. Bien sûr qu’il voulait au départ avoir un moment intime avec lui. « - T’inquiète je sais. » Dit-il en regardant autour de lui rapidement. Il ne fera rien d’idiot ce soir. Il sourit. « - Ma place est déjà en enfer. » Sans aucun doute d’ailleurs. Au moins il y fait chaud. C’est plutôt une bonne nouvelle. Il ne sait pas ce qu’il peut faire d’autre pour pouvoir l’aider. Le repos est le meilleur remède. Même si c’est difficile dans des circonstances comme ça. « - Tu dois déjà en avoir des anges-gardiens non ? Tu as l’air d’être quelqu’un de bien. Tu dois être bien entourer. Enfin j’espère. » Dit-il en imaginant un peu la vie du plus jeune dans sa tête, bien sûr, ce ne sont que des interprétations.

@Milo Veraldi




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 903 - Points : 2268
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mer 19 Fév 2020 - 11:02 )
« Tu n’auras jamais de gifle de ma part et je ne dirais jamais que tu es le dernier des cons » Elio sourit en coin avant d’hocher la tête. Avec Amelia c’était différent, jamais ils ne termineraient dans le même lit, cela faisait partit du pacte qu’Elio avait tenu avec le grand-frère de la belle. Alors forcément, elle ne pouvait pas lui en vouloir de ne pas se comporter correctement par la suite. Plus jeune pourtant, il fallait avouer que l’idée lui avait traversé deux ou trois fois la tête, la beauté de la jeune femme lui avait fait réfléchir à sa promesse avant de se traiter d’idiot. Non, ce n’était que les hormones de l’adolescence qui lui faisait penser à n’importe quoi. La blonde n’en avait jamais rien su et aujourd’hui, il n’y avait plus aucune ambiguïté, il ne voyait Amélia que comme une proche amie. « Je ferais attention à ne pas te voler le dernier cookie au chocolat alors, promis, juré. »

Eloignés des nouveaux arrivants, les trois s’installèrent dans un coin plus calme du gymnase. Elio connaissait son fils et il savait que l’excitation passerait bien rapidement pour faire place à la fatigue. Il avait eu une grosse journée à l’école et ensuite ils étaient allés à la piscine. Le père tentait d’apprendre à nager à son fils, il voulait pouvoir profiter de la mer une fois les beaux jours arrivés. « Tu vas voir, je lui donne 10 minutes » Et à peine la couverture posée sur son petit corps, Charlie bailla en serrant son doudou contre lui. Elio alla chercher les boissons chaudes et il eu la bonne surprise de trouver son fils endormit à son retour. Il chuchota, tout en tendant le chocolat à Amelia. « La technique de lui caresser les cheveux, c’est mieux qu’un tour de magie ce truc. Même quand il râle pour s’endormir ça marche à chaque fois » Il s’installa près d’eux, passant lui main sa dextre dans la chevelure bouclée de son enfant. « Tu sais, il a vu une photo de toi la dernière fois. Il y avait un article dans un magazine » Et évidemment Charlie avait reconnue celle qu’il appelait tata Millie. « Il a dit que quand il sera plus grand, il voudrait se marier avec toi. Donc tentes de rester disponible afin de ne pas lui briser le cœur » Il rigola doucement, pas vraiment sérieux évidemment. Elio faisait son maximum pour que son fils passe du temps avec des femmes, qu’il ait des modèles féminins. Il pensait que c’était important, avec sa mère ayant disparu de la surface de la planète depuis 3ans.

Il demanda ensuite des nouvelles de sa petite protégée. « Et moi qui espérais pouvoir vendre des potins croustillants à la presse… » Il fit une mine triste avant d’écouter les nombreuses questions de son amie. Un sourire niait apparu sur son visage dès qu’elle employa le mot : petit ami. « Ban-Ryu va bien » Il s’adossa contre le mur « On passe de plus en plus de temps l’un chez l’autre. J’ai du mal à me passer de sa présence et…il me rend vraiment heureux » Il se passa la main dans les cheveux avant de continuer « Il me tuerait s’il m’entendait dire ça mais je suis complètement foutu, amoureux jusqu’au bout » Oh oui, lui qui passait avant de femmes en femmes, n’assumant pas assez pour regarder un homme sans se maudire intérieurement, avait bien changé. Elio gardait encore son orientation sexuelle secrète pour beaucoup, mais Millie était évidemment au courant depuis le début de sa relation avec Ryu. « Je crois que je vais lui proposer d’emménager ensemble. Bientôt » Oui, il y avait beaucoup réfléchi. Il attendrait encore un peu, la nouvelle année probablement « Charlie se débrouille bien à l’école. Il a plein de copains. Quelques petits problèmes d’attention et il a du mal à rester assit sans bouger mais j’étais pareil » Il haussa les épaules avant de boire une gorgée du chocolat « En sommes, tout va bien. »

@Amelia Vecchiato



No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Ven 28 Fév 2020 - 4:08 )
Situation une - Coincés dans un gymnase.
Depuis que je connais Elio, je me le suis souvent imaginé comme étant un second frère qui aurait vécu avec nous. Bien sûr, il ne faisait pas partie de la sombre histoire de notre famille à Mirko et moi. En vérité, je nous imaginais issus d'une famille heureuse, où nous aurions été tous trois proches depuis nos naissances, ce qui n'a pas été le cas avec Mirko dans un premier temps. Je lui courrais après, je cherchais désespérément son amour en le suivant dès que je l'apercevais pour l'énerver, bien évidemment. Il me détestait lorsque j'étais petiote, parce que je ne recevais aucun coup de la part de notre géniteur, qui préférait, au contraire me cajoler et m'offrir de doux baisers. Sa vie était un véritable cauchemar, alors que la mienne était belle jusqu'à ce que je comprenne ce qu'il se passait sous mes yeux depuis toujours.

Affichant une grimace, je secoue légèrement la tête comme pour oublier ses années passées puisque je ne peux pas revenir en arrière. Mes grands-parents m'ont toujours affirmé que je ne devais pas vivre dans les regrets et j'ai appris à le faire, bien que parfois, ses souvenirs de mon ancienne vie me rattrapent pour rester encrer sur ma rétine comme si je revivais ces instants où j'apercevais notre géniteur donné des coups de ceinturons à Mirko dans l'entrebâillement de la porte. Mon visage devenant pâle, j'essaye d'afficher un sourire à Elio, avant d'essayer de me rappeler la raison pour laquelle nous parlons du dernier cookie au chocolat. « OH ! » Je souffle, pour reprendre : « Tu as intérêt. Sinon, tu sais ce que tu risques. » Je termine, pour reporter mon attention sur petit Elio avant que l'on rejoigne l'extrémité du gymnase pour nous installer dans ce coin qui nous semble bien plus paisible. Une fois arrivés, Elio m'assure que Charlie va s'endormir approximativement en dix minutes, ce qui me fait doucement sourire. Il faut dire qu'il est adorable son petit bout de chou et qu'en le regardant ainsi, ses paupières papillonnantes à cause du sommeil qui le gagne, il éloigne ses douloureux souvenirs qui étaient présents quelques minutes plus tôt dans mon esprit. Caressant ses cheveux comme Elio m'a soufflé de le faire, mon frère de cœur me rejoint pour découvrir son mini lui endormi, comme il l'avait prédit. « Je vois ça. C'est vraiment incroyable. Des caresses et il s'endort quasi instantanément. » Je réponds dans un souffle après l'avoir remercié pour le chocolat chaud, quand je les regarde avec tendresse. Elio est un père formidable qui aime éperdument son petit amour, ce que je trouve très touchant. Charlie sera heureux avec un papa poule comme lui, j'en suis persuadée et j'espère qu'à mon niveau, je parviendrais moi aussi à le rendre heureux, comme il le mérite. Ouvrant la bouche, m'apprêtant à parler, Elio reprend et me parle d'une photo de moi dans un magasine. Curieuse, j'attends la suite et lorsque je l'entends, je souris plus franchement. « Il est adorable. » Je souffle, touchée. « Il est possible que je sois encore un cœur à prendre, tu sais. Je deviendrais peut-être ta future belle-fille. » J'ajoute, amusée cette fois, pour conclure : « J'espère quand même qu'il trouvera une fille de son âge, parce que je serais trop vieille et plus à son goût ! » Me pinçant les lèvres afin de ne pas exploser de rire, alors qu'Elio m'y encourage puisque lui-même le fait, nous rebondissons sur un sujet plus sérieux. N'ayant rien à lui mettre sous la dent puisque je passe le plus clair de mon temps à travailler depuis ses derniers mois, je donne une légère tape sur le bras de mon Elio, puisqu'il se met de nouveau à plaisanter. « T'es bête ! N'empêche, si quelque chose fuite sur moi, je saurais de qui ça vient. » Je dis, lui tirant la langue pour avaler une gorgée de mon chocolat et l'interroger à mon tour. « Je suis contente qu'il aille bien. » Je souffle, reprenant une gorgée de ma boisson tandis qu'il continue. « WOW. Cela se voit qu'il te rend heureux. Ça se lit sur ton visage. Ton bonheur fait celui de Charlie et il fait également le mien. » Je prononce, véritablement heureuse pour lui, alors qu'il semble gêner puisqu'il passe une main dans ses cheveux. « Ne t'en fais pas, je ne répéterais rien. Même sous la torture ! » C'est à présent moi qui plaisante et me calant contre le mur tout comme lui, je dépose un baiser sur sa joue avec douceur, pour regarder mini lui dormir paisiblement. Le trouvant à croquer, mon regard retrouve rapidement le visage d'Elio puisque ses mots me surprennent. « T'es sérieux ? » Je l'interroge, pour ajouter : « C'est génial ! » Trop enjouée, sautillant sur place, je me rends compte que j'ai cessé de chuchoter lorsque Charlie se met à bouger, pour plaquer ma main libre sur mes lèvres. Je ne désire pas le réveiller et heureusement, ce n'est pas le cas. « Pardon. » Je souffle à mon frère chéri, m'empourprant, désireuse d'en savoir davantage, mais il reprend pour répondre à la suite de toutes les questions que je lui ai posé. « S'il a plein de copains, c'est bien. En tout cas, s'il a besoin d'aide un jour, pour ses devoirs, sache que je serais là. Puis, en ce qui concerne les problèmes d'inattentions, ne t'en fais pas. Cela est courant lorsque l'on est petit. » Me voulant rassurant, je dépose ma tête sur son épaule et dans un sourire, je dis : « Tout va bien, c'est tout ce qui compte. Moi aussi, tout va bien. » Me pressant davantage contre mon Elio, une question me brûle les lèvres et curieuse de nature, elle passe les barrières de celles-ci. « Tu veux m'en dire plus sur ta proposition d'emménager avec Ban-Ryu ? Vous allez vivre ailleurs ou chez lui, tu crois ? » Réfléchissant, fronçant les sourcils, je dis : « Je vous aiderais pour la pendaison de crémaillère. Je n'en ai jamais fait alors, je veux trop y participer. » Je nous y vois déjà alors que la proposition n'a pas encore été formulée, mais cela n'est pas grave, puisque Ban-Ryu va dire oui, et il a plutôt intérêt, s'il ne souhaite pas subir mon courroux.
@MADE BY ICE AND FIRE.


Dernière édition par Amelia Vecchiato le Jeu 5 Mar 2020 - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milo VeraldiLa jeunesse dorée et éclatante
Milo Veraldi
http://www.ciao-vecchio.com/t5976-milo-pardon-d-etre-ne http://www.ciao-vecchio.com/t5980-milo-veraldi-sa-vie-et-ses-galeres
Faceclaim : Joe Collier
Messages : 833 - Points : 1726
Âge : 27 ans
Métier : Photographe
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Mar 3 Mar 2020 - 8:43 )
La fatigue et la maladie avaient beau y faire, il savait qu'il ne parviendrait pas à dormir cette nuit. Il y avait certes l'environnement qui était à mille lieues de son petit studio et qui rendait tout étrange mais il y avait surtout Alexis. Alexis qui sous sa gentillesse pouvait tabler assez juste pour beaucoup d'aspects qui le concernaient... En fait, interagir avec lui était étonnamment facile même si son rhume et sa perte de filtre devaient y être pour beaucoup là-dedans.

Et pour preuve, voilà qu'il rebondissait sur le sujet de la sexualité, paradoxalement bien plus simple à aborder que celui de ses photos qu'il parvint à évincer pour le moment. "Parfait ? Oui, je trouve aussi ! Entre nous, ce serait quand même assez dommage de passer à côté de ça. Je sais bien que les asexuels existent mais... Je dois avouer que ça me dépasse totalement." Bon ok, ce n'était ni le lieu, ni le moment de parler de cela. Mais c'était Alexis qui avait initié ça et il n'avait pas arrangé les choses en lui disant qu'il aurait pu faire quelque chose ici. Alors même qu'il y avait des enfants !? Un second regard sur celui-ci lui assura que oui, il pourrait bien être du genre à faire ce qu'il disait. A toujours faire ce qu'il disait d'ailleurs. Et c'était le genre de choses qu'il appréciait bien.
Au point de le hausser au rang très envié, du moins dans son esprit bien brumeux, d'ange-gardien. Et de continuer à tout lui raconter.

"Tu sais le problème avec les anges-gardiens ? C'est que quand tu les déçois, ils s'en vont. Et ça fait 27 ans que je déçois. J'ai quand même réussi à décevoir avant même d'être né ! Et on ne peut pas dire qu'on m'ait laissé beaucoup de chances pour m'améliorer... Alors depuis je mens pour pas qu'on me quitte. Mais ça marche pas à tous les coups..." Loin de là même ! Ou alors c'était reculer pour mieux sauter. Rien de bien folichon donc. Et après on s'étonnait qu'il souffrait de phobie sociale... Qui même affreusement malade était toujours bel et bien là. Et il était fatigué de tout ça. Vraiment fatigué.
Sans compter que pour le Tu as l'air d'être quelqu'un de bien, il pouvait repasser ! Il en connaissait qui devaient toujours le maudire, même dix années après.

Ce fut lorsque la première larme tomba sur sa main qu'il se rendit compte qu'il pleurait. Dans une salle remplie de monde et face à Alexis. Il était décidément tombé en-dessous de tout. Alors certes, il y avait la maladie et le contexte complètement inhabituel mais tout de même, ce n'était pas correct. Se donner en spectacle ainsi était juste minable et il ne pouvait que penser au nombre de fois où il en avait fait le reproche à sa cousine... Pour en faire exactement de même aujourd'hui. Essuyant rageusement ses yeux, il évita le regard d'Alexis alors qu'il s'excusait. "Désolé... Je suis vraiment nul parfois." Et pas seulement parfois mais ça il parvint à ne pas le verbaliser à voix haute. Ce qui était tout de même une très maigre victoire au vu des larmes dont il se serait bien passé de verser.

D'autant qu'il n'avait pas d'autres choix que de lever à nouveau le regard vers Alexis alors qu'il se battait contre la boule d'angoisse qui menaçait de l'engloutir et qu'il se concentrait pour garder une respiration stable pour demander. "Pourquoi l'Enfer ? Les anges-gardiens ne vont pas en Enfer... T'as fait un pacte avec le diable ?..." Après s'être mis à pleurer, voilà qu'il posait maintenant des questions ! Mais il voulait savoir. Et il regardait soudainement très sérieusement Alexis alors qu'il poursuivit d'une voix plus basse. "Parce que j'en ferais bien un moi aussi..." Et s'il essuyait discrètement ses mains contre son jeans, ce n'était pas en raison de ce futur pacte avec un possible diable. Mais il espérait juste obtenir une réponse, quelle qu'elle soit.


@Alexis Moreno


Avoir un Gremlins chez soi...
Revenir en haut Aller en bas
Alexis Moreno10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Alexis Moreno
https://www.ciao-vecchio.com/t5510-dis-l-oiseau-oh-dis-emmene-mo http://www.ciao-vecchio.com/t7455-alexis-32-ans-serveur-ex-dealer
Faceclaim : Josh Beech + Ealitya
Messages : 580 - Points : 1381
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Tumblr_m030zpbqtQ1qbeomso2_500
Âge : 32 ans (26 décembre)
Métier : Employé au café de Poppy
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le Jeu 19 Mar 2020 - 11:42 )
Asexuels, c’est vrai, il n’y pensait même pas. Alors que ça aurait pu être le cas pour lui après les sévices que son père lui a infligés. Mais non, il n’est pas passé par là. Au contraire, ça ne le gêne pas d’avoir des rapports sexuels. Il évite juste le fait d’être trop toucher. Car ça reste compliqué de ce côté-là. Mais ce n’est pas la peine de le mentionné ici. « - Ca te choque, si je te demande si ça c’est bien déroulé, ta première fois ? » Il ose quand même poser la question, comme toujours en fait. Ca l’intrigue un peu, puisque lui n’a pas vraiment eu le choix. Après, jamais il n’obligera quelqu’un à dire quoi que ce soit et encore moins le jeune garçon.

Alexis lève son regard sur Milo quand il entend ses mots. Il ne voulait pas le rendre triste. Il se redresse finalement, pour pouvoir approcher du garçon et se faire une petite place auprès de lui. « - Tu sais quoi ? Ta maladie on s’en fiche un peu. » Dit-il en passant son bras autour de lui. Il préfère essayer d’être là et le réconforter. Peu importe qu’il le connaisse que depuis moins d’un jour. Il fait quand même attention à son petit lapin. Il réfléchit à ce qu’il vient de lui dire. « - Tu sais, les personnes que tu as déçues avant ta naissance… Elles ne te méritaient pas déjà. » Dit-il dans un premier temps. Car bon, c’est ridicule un peu. Comment on peut décevoir sans être là. Sans rien faire. Mais il imagine qu’il parle de parents… Les parents parfois c’est juste horrible. « - On déçoit tous un jour. Le plus important, c’est d’avancer et ne pas commettre les mêmes erreurs. Et tu n’as pas besoin de mentir avec moi. Je préfère voir la véritable personnalité des gens. » C’est pour ça que souvent il préfère être froid et désagréable. « - Tu n’es pas nul, ça arrive de craquer. » Il hausse les épaules simplement. Il ne connait pas son histoire, il ne se permettra pas de juger. Il le trouve vraiment touchant quoi qu’il en soit.

Alexis sourit en haussant les épaules. « - Je n’ai rien d’un ange. J’ai fais des choses, je fais des choses pas toujours très bien. Même si je me suis vraiment calmé. J’ai juste des vices que… Dieu, s’il existe… N’aimerait pas. » Puis, pour être honnête, il a peur d’être ou de devenir comme son père. Un monstre. Il a peur que ça soit héréditaire, que ça soit en lui. Il n’a jamais eu de signe, il n’a jamais rien fait d’aussi horrible. Mais ça reste stressant à ses yeux. « - Pourquoi est-ce que tu voudrais faire ça ? Vendre son âme au diable n’est pas sans risque. » Il laisse les yeux sur lui pour le moment. Il lui adresse un petit sourire.

@MILO VERALDI




♛ Il paraît que l'espoir fait vivre. Je pense que je vais donc vivre très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase - Page 2 Empty
Sujet: Re: Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tempête | Situation 1 - Coincés dans un gymnase -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant