Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -41%
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go ...
Voir le deal
15.95 €
-41%
Le deal à ne pas rater :
Carte Mémoire microSD XC SanDisk Extreme 64 Go (avec ...
15.95 € 26.99 €
Voir le deal

 

- “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vango Ponti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vango Ponti
http://www.ciao-vecchio.com/t6281-vango-ponti-termine http://www.ciao-vecchio.com/t6285-vango-ponti
Faceclaim : Yourdesigndiary
Messages : 96 - Points : 426
Âge : 30
Métier : Garde forestier dans la réserve naturelle d'Astroni
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Sam 7 Déc 2019 - 18:17 )
Pour la première fois depuis mon accident, j’ai trouvé que la journée est passée rapidement. Quand on a l’habitude de crapahuter toute la journée dans les bois, et d’aller au sport après une journée de travail, il est difficile de se résoudre à ne plus bouger pendant un mois et demi. Heureusement, ma cheville s’est cassée avant les fêtes de fin d’année, pendant qu’il fait un froid mordant à l’extérieur. Ça aurait pu être une situation bien pire…

Alternant entre Netflix -mon sauveur, soyons clairs-, les visites de ma meilleure amie Laura, et les passages de quelques autres de mes amis une fois de temps en temps… J’ai parfois du mal à garder le moral. Mais aujourd’hui, j’ai réalisé que malgré le pied dans le plâtre, je pouvais éventuellement continuer à faire un peu de sport. Tant que le pied ne touche pas par terre, c’est bon ! J’ai donc réussi à trouver un programme d’exercices doux à faire chez soi, pour entretenir le corps lors d’un long arrêt.

Il ne m’en a pas fallu beaucoup plus pour que le moral revienne… et la fatigue avec. Je sors d’une longue sieste sur le canapé, devant les téléfilms de Noël, lorsque mon téléphone se met à vibrer sur la table basse du salon.

« Oh, Declan ! Comment ça va ? » Dis-je surpris, en décrochant. S’il y a bien une personne qui puisse me changer les idées ici, c’est bien lui. D’ailleurs, je ne suis pas bien sûr qu’il soit au courant de ce qu’il se trame dans ma vie en ce moment alors qu’il me propose d’aller boire un verre.

Ni une ni deux, il me propose de nous donner rendez-vous dans ce bar où nous allons souvent. Les bières ne sont pas chère, il y a du monde, et les serveuses sont vraiment très très sympa. Enfin, c’est une bien bonne idée tout ça, mais encore faut-il que je puisse m’y rendre.

« Avec plaisir, mais… » Je laisse passer quelques secondes, le temps accessoirement de couper le son de la télévision qui me dérange. « J’ai eu un petit accident, j’ai le pied dans le plâtre. A moins de venir me chercher, je suis coincé ici. »

La révélation semble plutôt l’amuser que l’attrister -ce qui n’est pas mon cas, plutôt l’inverse dirons nous… Mais il accepte de bon coeur de venir faire un petit détour pour me chercher. « Donne-moi juste assez de temps pour descendre les quatre étages et je débarque. Prévois large ! » Dis-je en raccrochant.

Maintenant il va falloir mettre un truc à peu près mettable pour sortir. Bien que Declan ne soit pas le genre à me faire une scène si je sors habillé comme un sac… C’est quand même l’occasion de mettre autre chose qu’un jogging. Me voilà donc parti pour monter l’étage qui mène à mon dressing, jurant comme pas possible parce que je regrette terriblement d’avoir pris un duplex au quatrième étage. Les accident ça n’arrive pas qu’aux autres, pourquoi j’avais pas pris d’ascenseur déjà ?

Quelques minutes après le coup de fil de Declan qui m’attend en bas de l’immeuble, je finis par pointer le bout de mon nez à l’extérieur. J’ai enfilé un jean bleu ciel, un polo blanc très ajusté, et une veste qui pourrait s’apparenter à une veste de costume noire. Par dessus, un caban bleu foncé, et une lourde écharpe grise en grosses mailles de laine. Avec ça, je devrais pouvoir m’en sortir sans trop de réflexions… autre que sur mes magnifiques béquilles jaunes fluo, bien sûr.

« Merci mec, tu me sauves ! » Dis-je à mon ami en me contorsionnant pour me mettre dans la voiture. « C’est quoi ce temps affreux ? Ça va s’arrêter un jour ? J’ai peur que le toit s’effondre sur mon lit quand je dors, t’y crois ? » Je ricane alors que mon ami démarre en direction du bar.


La nature se suffit.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Declan O'Reilly10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Declan O'Reilly
https://www.ciao-vecchio.com/t4363-ames-sensibles-s-abstenir https://www.ciao-vecchio.com/t4368-le-connard-de-service-a-votre-service#139421
Faceclaim : Vinnie Woolston © HOODWINK. (vava) / Meelan crackships (sandrine)
Messages : 1202 - Points : 2314
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” 1458934614-vw03
Âge : 31 ans né le 17/02/1988 à Dublin
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Lun 16 Déc 2019 - 23:03 )
Drowning in the foam.
vango & declan

Depuis l'histoire du vol et de cette putain de vidéo, je ne suis pas au mieux de ma forme. J'ai parfois la sensation d'être passé sous un rouleau compresseur. Bien entendu mon boss c'est vite rendu compte que je ne n'étais pas responsable du vol. Pas besoin d'avoir fait d'étude pour comprendre ça. Je m'étais quand même préparé au pire, parce que quand le karma il vous joue des tours et bien difficile de le contourner.  Quand à la vidéo on y a fait face avec Meena, je me suis mis sur mon clavier d'ordinateur et j'ai tout vérifié. Il m'a fallu tailler dans le vif et tout nettoyer pour supprimer ce putain de virus qui avait maintenu ma caméra allumé. Tout était net maintenant comme ma dernière prise de sang ou aucune trace de cholestérol n'apparaissait. Oui mon père c'était tiré comme un connard avec ses bagages et son bus, mais il m'avait laissé un héritage. Ses gênes et tout ce qui va avec. Même s'il n'était peut être qu'à présent des cendres six pieds sous terre, moi je devais encore pâtir de ses merdes. Enfin ce n'est pas le top. Alors quoi de mieux pour se remonter le moral que de passer un peu de temps avec un ami. Parce que sinon je vais transformer mon style en sarbacane pour emmerder mon voisin bruyant. Oui on s'amuse comme on peut dans la vie.

Du coup je prends mon téléphone et j'appelle mon pote Vango pour voir si on pourrait se faire un truc sympa et sans prise de tête. « Salut Vango, C'est Declan. » Avec un D comme Delta. Un E comme Eco.  Un C comme Charly. Etc .. « Je vais bien et toi ? » La suite me fait comprendre que bon ce n'est pas le top vu que Vango à le pied dans le plâtre. « C'est ton cheval qui te l'a écrasé ? » Je rigole au bout du fil, me doute que cet accident doit sérieusement le faire chier. Lui qui n'aime pas rester sans rien faire, être cloué chez lui, bonjour l'angoisse. « Pas de souci je passe te prendre. Et je prévois large. Pauvre vieux va. » Et bien entendu rien de taquin dans cette remarque. A son âge c'est quatre à quatre qu'on saute les escaliers, même avec un pied dans le plâtre. Vu que tout est réglé, je me prépare. Un jean noir, un pull gris clair à coll roulé, et mon blouson en cuir noir. L'électricité doit sauter au moins cinq fois pendant que je m'habille. « Putain de temps de merde. » Entre la pluie et le vent on est servi en ce moment. Une fois prêt porte-feuille en poche, je file à ma voiture et en route pour chez mon pote. Je me gare devant chez lui et je l'attends.

Vango débarque vite, et ce que je remarque en priorité se sont ses béquilles jaunes fluo. Remarque si la lumière vient à marquer je pourrais le repérer juste grâce à ses béquilles. Je me retiens de rire quand il entre dans ma voiture. En plus faut qu'il fasse le contorsionniste. « De rien avec plaisir. Et c'est quoi cette couleur de béquilles, il n'avait quelles en stock. » Pas vernis le pauvre. « J'en sais rien. Peut être la fin du monde. L'électricité n'a pas arrêté de couper pendant que je m'habillais. Si j'avais été une femme je ne t'explique pas le bordel pour se maquiller. » Et on se met à rire. Je démarre. « Bon on va au San Calisto. On est toujours bien reçu là bas. » Je jette un œil à mon ami, sans non plus quitter la route de mon champs de vision. « Il t'est arrivé quoi alors ? » Il ne m'a pas donné de détails au téléphone. « Tu as un traitement ?  Parce que si tu prends des cachets l'alcool c'est niet. » Faut pas prendre de risque de ce côté là. Mais c'est vrai que boire seul n'est guère amusant. Et je vais avoir mal au cœur si Vango doit juste se contenter de jus de fruit, de soda et d'eau plate.  


vmicorum. / Moonic & Electric Soul


Déchéance
L'envie de crever au bord des lèvres. Ne plus ouvrir les yeux pour ne plus souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Vango Ponti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vango Ponti
http://www.ciao-vecchio.com/t6281-vango-ponti-termine http://www.ciao-vecchio.com/t6285-vango-ponti
Faceclaim : Yourdesigndiary
Messages : 96 - Points : 426
Âge : 30
Métier : Garde forestier dans la réserve naturelle d'Astroni
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Lun 23 Déc 2019 - 15:10 )
La voiture s’est élancée dans Naples, bravant la pluie et le vent tant bien que mal. J’ignore combien de temps ça va encore durer, mais les gens dans la rue ont bel et bien déserté. A l’approche des fêtes, les commerces sont boycotté aux profits d’Amazon et toutes autres enseignes sur Internet. Il faut dire qu’il faut vouloir se confronter à un temps pareil. On est mieux dans l’habitacle, avec les chauffage, vous pouvez me croire !

Les béquilles coincées entre les jambes font ricaner mon ami. « L’infirmière m’a dit que ça m’allait bien au teint ! » Dis-je avec un sourire hilare. Après un bref silence, je reprends. « Maintenant que tu le dis, je sais pas trop si avoir le teint jaune était un compliment ? » Je prends l’air outré.

Effectivement, lorsqu’il mentionne les nombreuses coupures de courant, je ne peux m’empêcher d’acquiescer. Bien qu’on est été plutôt épargnés dans mon quartier, Laura est venue se réfugier quelques heures à la maison, la veille. Il n’est pas rare que les foyers n’aient pas de quoi s’éclairer, ou pire, se chauffer pendant la nuit entière. J’espère que ça ne durera pas trop longtemps… Je me rappelle d’ailleurs qu’il faudrait que je rappelle ma famille. Si la Sicile est également concernée par la tempête, je n’ose pas imaginer la tête de mon village à l’heure qu’il est.

« M’en parle pas, je me suis mis du mascara partout, j’ai fini par laisser tomber. » Habituellement, je ne suis pas du genre à imiter les femmes avec la voix niaise comme le font la plupart de mes congénères. Avec Declan c’est un peu différent. C’est un peu comme si à son contact je perdais quelques neurones. Mais j’adore ce type, il me plie de rire. C’est ce genre de bon copain avec qui je passe des heures entières à raconter des blagues en buvant de la bière. Un truc de bon gros bonhomme quoi…

Le jeune homme m’indique que nous partons au Don Calisto. C’est parfait, je ne suis pas d’humeur à contester de toute façon. Et puis, avec mon pied dans le plâtre je peux toujours essayer, pas vrai ?

Et vient le fameux -fâcheux ?- moment où il faut que j’explique ce qui m’est arrivé. La dernière fois qu’on m’a demandé les détails, on s’est tellement foutu de ma gueule que les fois d’après j’ai prétexté m’être tordu la cheville en descendant de cheval. C’était moins con, et bien plus réaliste que la réalité… Mais c’est Declan… quoi que je dise il se moquera forcément. Autant que ce soit vrai !

« J’ai voulu courser un sale môme dans la réserve. » Dis-je en soupirant, partagé entre la honte et l’hilarité. « J’allais le rattraper, c’était un morveux. Mais ça c’était avant de me prendre un vieux trou. » Franchement, avouez ! Y’a pas plus idiot comme histoire ! Quand comme moi vous faites au moins deux heures de sport tous les jours, se retrouver immobilisé pour avoir raté un pas c’est quand même incroyable. « Du coup bah va falloir que j’apprenne à regarder où je vais, comme les enfants. » Je ris. « Mais j’ai pas mal, surtout depuis que j’ai le plâtre. Par contre c’est super contraignant j’ai hâte de le retirer. »

J’ai esquivé la question des cachets. Tel qu’il était parti, il allait me forcer à boire un Coca. Est-ce que j’ai une tête à boire du Coca ? Faut pas abuser.

Nous arrivons finalement à destination. Mon camarde m’aide à descendre de la voiture, et nous voilà partis pour trouver une place dans le bar. Fidèles à nous-mêmes, nous choisissons la table la plus proche de celles des deux plus jolies filles du bar. Deux somptueuses italiennes à qui nous n’avons pas échappé non plus.

« Bon, vieux, t’as des trucs à me raconter on dirait ! » Je lance le sujet après que nous ayons passé commande. Son regard le trahit, je sais très bien qu’il attendait qu’on soit assis pour me dire quelque chose.


La nature se suffit.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Declan O'Reilly10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Declan O'Reilly
https://www.ciao-vecchio.com/t4363-ames-sensibles-s-abstenir https://www.ciao-vecchio.com/t4368-le-connard-de-service-a-votre-service#139421
Faceclaim : Vinnie Woolston © HOODWINK. (vava) / Meelan crackships (sandrine)
Messages : 1202 - Points : 2314
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” 1458934614-vw03
Âge : 31 ans né le 17/02/1988 à Dublin
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Jeu 2 Jan 2020 - 16:54 )
Drowning in the foam.
vango & declan

Le vent tape contre les vitres de ma voiture. La pluie redouble de furie. Ce n'est pas spécialement un temps pour passer la soirée dehors. Mais avec Vango on est prêt à braver tous les dangers de cette tempête qui fait vaciller l’électricité. D'ailleurs l'un comme l'autre nous en avons été victime. « Heureusement qu'on est pas en moto. » Je veux même pas imagine dans quelle galère nous serions, surtout que mon ami a des béquilles. Notre sortie aurait plus ressemblé à une expédition, voir une attraction pour les quelques passants qui courent pour rentrer plus vite. Remarque avec la couleur jaune fluo on aurait encore plus fait rire. « Je crois que l'infirmier c'est carrément foutu de ta gueule. » Et je me mets à rire avant de renchérir. « Le teint jaune pour moi est plus un signe d'infection qu'autre chose. Tu sais la jaunisse, c'est encore d'actualité. Il y a eu même des cas assez violent au Danemark d'après ce que j'ai lu sur le net. » Après cela peut aussi être une connerie, un coup de bluff on est à l'abri de rien sur la toile. En tout cas c'est sur que la couleur de ses béquilles risquent de faire retourner les gens sur nous. Et de donner des sujets de discussion, mais cela peut être amusant comme situation.

J'accélère le mouvement de mes essuies-glace, mais ce n'est pas cela qui me donne une meilleure vision. « Putain de temps de merde. » Et vu la noirceur du ciel ce n'est pas encore fini. Mais Naples n'est pas la seule ville touchée. Aux informations de midi ils disaient que toute l'Italie avait droit à sa dose de pluie et de vent. Et que même certaines villes frontières étaient dans la pénombre à cause de grosse coupure. La situation est plutôt dramatique et voilà que Vango me parle de mascara. Alors là j'éclate de rire. « Désolé mais j'imagine ta tête avec des putains de trait de mascara partout. Cela aurait été rehaussé par la couleur de tes béquilles. »  Bon c'est peut être pas cool, mais tant pis. Et puis mon ami risque fort d'entendre parler de ses béquilles toute la soirée. De toute façon entre nous c'est plus la déconnade que du sérieux. Je prends la direction du San Calisto, un peu notre QG. Ou notre deuxième maison. Enfin ce n'est pas tout ça, je veux quand même savoir pourquoi Vango est accompagné d'une paire de béquilles aussi jaune qu'un poussin. Et entre nous pas de mystère, même si je risque encore d'éclater de rire selon ce qu'il balance.

Et voilà que l'histoire tombe. Heureusement que je dois me concentrer sur la route et qu'il y a cette pluie furieuse. Sinon là je serais en train de m'écroule par terre. « Un trou ?? Un môme t'a échappé à cause d'un trou ? » Je n'en reviens pas. « Remarque le môme était peut être plus doué ou plus doué que toi niveau course et tu balances l'excuse du trou, pour faire genre. » Non c'était trop gros pour être faux. « Tu devrais prévoir un arc et des flèches comme ça la prochaine fois tu bandes l'arc et pas ton appendice masculin et tu tires et oups tu chopes le môme. Enfin si tu vises bien. » Gros foutage de gueule gratuit et je sais que je risque fort d'avoir un retour de manivelle, mais ce n'est pas parce qu'il porte un bandage à la jambe, pardon un plâtre que je vais le materner. « Ou alors acheter une paire de lunettes parce que tu n'es pas Superman et donc pas équipé de vision laser. » Pauvre Vango il va me maudire et regretter de passer la soirée avec moi. Enfin au bout de quelques verres il aura oublié mes bêtises. S'il a droit à boire de l'alcool. D'ailleurs il reste muet sur le sujet des médicaments, il doit avoir peur que je le mette au jus de fruit. Faut bien penser à sa santé quand même, au moins celle physique parce que la santé mentale avec moi elle est mal barrée. On arrive enfin et je joue l'infirmier en lui prêtant main forte pour sortir de ma voiture. « Si monsieur veut se donner la peine. » Il pleut toujours et si on ne se grouille pas on va finir trempé parce qu'avec le vent le parapluie n'est pas d'actualité.

On entre et on s'installe. On prend une place de choix, pas loin de deux belles qui nous repère aussi. Si nous pouvons finir la soirée accompagnée cela ajoutera une cerise dés plus agréable. « Moi des trucs à te raconter !! Hum je ne sais pas. Tu penses que j'en ai ? » C'est vrai qu'il y a eu quelques merdes dans ma vie ces derniers temps. « Tu lis en moi comme dans un livre ouvert avoue. J'ai eu une tuile au boulot. On m'a accusé de vol. Bon l'affaire c'est bien terminé mais cela m'a fait chier. En plus cela concernait un python blanc. J'aime les animaux mais ce n'est pas le genre de bête que je volerais si je devais le faire. » Mais loin de moi cette idée j'aime trop mon boulot pour jouer au con. Je me sens bien au zoo, alors je vais tenter le diable. « Et puis il y a eu .. » Je marque une pause le temps que la serveuse sexy pose notre commande. Je la gratifie d'un clin d’œil et mate ses fesses. « Pas mal du tout. » Je regarde Vango. « Perso j'en ferais bien mon quatre heure. » Pas cool pour Meena, mais l'affamé de sexe est encore bien présent en moi. Puis je reviens sur la conversation. « Tu as vu le bordel sur internet. Certaines données ont été volées, des ordinateurs piratés. Et bien on a piraté le mien. » Je prends mon verre pour trinquer, laissant le suspens trainer. Sur que Vango va vouloir en savoir plus.  


vmicorum. / Moonic & Electric Soul


Déchéance
L'envie de crever au bord des lèvres. Ne plus ouvrir les yeux pour ne plus souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Vango Ponti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Vango Ponti
http://www.ciao-vecchio.com/t6281-vango-ponti-termine http://www.ciao-vecchio.com/t6285-vango-ponti
Faceclaim : Yourdesigndiary
Messages : 96 - Points : 426
Âge : 30
Métier : Garde forestier dans la réserve naturelle d'Astroni
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Dim 12 Jan 2020 - 12:22 )
Si mes béquilles ont eu de quoi faire bien rire mon ami -ce que je comprend aisément puisque je me serais au moins autant moqué à sa place-, son rire cache quelques doses d’amertume. Je l’avais pressenti au téléphone quelques heures plus tôt avec son invitation. Le plus souvent il m’envoie un texto pour me donner rendez-vous. Le côté un peu plus formel de son appel m’a laissé présager quelques infos croustillantes à venir. Je ne suis pas déçu avec la première révélation de mon ami. « Un python blanc ? Mais Seigneur qu’est-ce que tu irais foutre avec python ? » je suis partagé entre l’air effaré et l’air hilare. Il faut être sacrément dérangé pour vouloir d’une bestiole comme ça chez soi. Et je suis d’autant plus surpris de mon ami, qui ne serait clairement pas capable d’une telle chose.

« Je ne comprends pas. Comment sont-ils arrivés à te soupçonner d’une chose pareille ? Quelqu’un te veut du mal à ce point ? » tant de questions, oui, mais je suis vraiment interloqué par cette révélation.

Nous sommes coupés par l’arrivée de la serveuse. Quand je dis coupés, ce n’est pas parce qu’elle nous interrompt pour nous demander ce que nous souhaitons boire. Oh ça non ! Sa simple arrivée -à quelques mètres...- suffit à couper mon ami dans ses paroles pour l’observer. Un sourire narquois se dessine au coin de mes lèvres. Il ne peut vraiment pas s’en empêcher C’est fou ! Si elle n’a pas encore remarqué le regard bien lourd, elle ne devrait pas tarder à s’en rendre compte. « Une pinte de Guiness s’il vous plait ! » je demande l’air joyeux. Declan ne reprend sa phrase que lorsqu’elle s’est assez éloignée pour me donner son avis sur elle. « Pas mal ? Te connaissant je m’attendais à bien plus ! » Personnellement, les deux jolies italiennes de la table à côté me plaisent bien plus. J’ai tendance à préférer les femmes très naturelles, mais au moins on est pas du genre à se piquer nos plans, lui et moi.

« Autre chose que le Python ? Je meurs dans tant de suspens, allez mon vieux crache le morceau ! »

L’homme ne tarde pas à me parler de cette histoire de piratage. En effet, j’ai bien entendu parler de cette histoire sur les réseaux sociaux étant donné que pour le moment je ne peux pas bouger de chez moi... je ne me suis pas plus inquiété que ça pour mon ordinateur. Vous savez, l’être humain est fascinant à penser que ça n’arrive qu’aux autres. A priori ça peut bien arriver à n’importe qui puisque Declan semble en avoir été victime. « Mais non ? Comment tu l’as découvert ? Ils t’ont menacé ? » J’ai l’impression de me retrouver plongé dans une télé novela, le suspens est à son comble ! « Je pose les questions à l’envers... Le plus important c’est surtout : qu’est-ce qu’ils ont sur toi ? »

Je me fais mille situations dans la tête. À en juger par les lueurs dans ces yeux, il y a quelque chose de gros. Dans la tête les idées fusent, je me demande ce que je ferais si j’avais moi-même été piraté. Quand bien même... comment le saurais-je ? Et que pourraient-ils trouver sur moi qui les intéresseraient ? Je suis plutôt un mec sans histoires, je n’ai jamais fait de vagues. Mais en réalité quand quelqu’un vous veut du mal il peut se servir de n’importe quoi qui pourrait vous sembler inoffensif et le retourner contre vous. Finalement il me semble avoir bien fait de ne pas me connecter à mon ordinateur en ce moment. Ainsi éteint j’ai sûrement moins de chances d’être attaqué à mon tour...


La nature se suffit.
©️ FRIMELDA
Revenir en haut Aller en bas
Declan O'Reilly10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Declan O'Reilly
https://www.ciao-vecchio.com/t4363-ames-sensibles-s-abstenir https://www.ciao-vecchio.com/t4368-le-connard-de-service-a-votre-service#139421
Faceclaim : Vinnie Woolston © HOODWINK. (vava) / Meelan crackships (sandrine)
Messages : 1202 - Points : 2314
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” 1458934614-vw03
Âge : 31 ans né le 17/02/1988 à Dublin
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le Lun 20 Jan 2020 - 10:41 )
Drowning in the foam.
vango & declan

Je ne peux m'empêcher de relever et de renchérir sur l'histoire de Vango. J'évite de lui dire qu'il n'est pas doué quand il met un pied devant l'autre. Je ne voudrais pas rentrer en conflit avec lui, cela serait idiot. Mais je vais le surveiller de très prés durant cette soirée, faudrait pas qu'il se prenne une de ses quatre jambes dans la carpette de l'entrée du bar. Par contre je ne me gêne pas pour enfoncer le clou par rapport à la couleur de ses béquilles. Je manque même de m'étouffer en avalant ma salive tellement cette couleur est risible. Une fois dans le bar, je suis rapidement cerné par mon Vango, il a bien senti dans mon appel que quelque chose n'allait pas. Et il a raison ces derniers temps mes journées sont loin d'être roses. J'en viendrais même à penser qu'on essaie de me jouer un sale tour de con. Ente le vol au zoo et l'histoire du piratage de mon ordinateur. Il y a matière à faire un roman.

Vango est bien entendu très étonné quand je lui parle du vol. Même si je suis un connard sur certaine chose je reste un homme honnête. « Moi rien. Mais il y a un marché noir pour ces bêtes là. Collectionneurs. Ou encore un mec qui le veut pour sa peau. Tu sais on voit de tout par rapport aux animaux. » Il y a surement des gens qui me veulent du mal, je ne suis pas un ange. Je subis peut être le courant ascendant d'une vengeance en bon et du forme d'un pédé que j'aurais tabassé. J'ai du entasser dans des coin de tête un bon lot de rancœurs au fil des années. « C'est ma carte magnétique qui a ouvert le vivarium. Alors la police a rapidement tiré la conclusion que j'étais coupable. J'avoue que je me suis torturé la tête pour savoir comment on s'était servi de ma carte. Parce que je l'ai toujours sur moi. Et au moment des faits j'étais présent au zoo. Enfin pour le moment l'histoire n'est pas tiré au clair. Et cela me fait carrément chier d'être soupçonné même si mon boss et l'équipe me soutiennent. Les preuves sont là. Reste plus qu'à la police de demerder le merdier et de trouver le coupable. »

La conversation se stoppe le temps de passer la commande à la jolie serveuse. « La même chose. » Mon regard en dit long sur mes pensées. Pas certain qu'elle est remarqué mais bon je reviendrais à la charge plus tard. « Tu aurais préféré que je dise qu'elle est largement baisable. Et que l'idée de la coincer dans les WC avant la fin de la soirée me titille. Et bien voilà c'est dit. » Et je lui fais un clin d’œil. Avant de reprendre. C'est là qu'il entre dans le bar trois mecs identiques. Il y a juste les fringues qui font la différence. Des triplés. Un vrai copier coller. Puis j'enchaine sur le piratage. Heureusement je n'ai pas été filmé avec plusieurs concubines. Même si avec moi c'est plus du passage, un peu comme dans une gare. Avec sur arrêt rapide sur le quai avant d'être éjecté en direction de la sortie. « Oui pire que le python même. » Je le tiens en haleine avant de balancer la bombe. Et elle suscite bien des questions de la part de Vango. Qui se transforme en vrai détective privé. « Non pas de menace. Mon ordi était pourtant éteint. Bon écran ouvert. D'après ce que j'ai entendu dire, il y a eu un virus qui a piraté les caméras et même éteintes et elles fonctionnent. » Puis la serveuse revient et pose les bières sur la table. « Vous finissez à quel heure beauté ? » Un clin d’œil appuie ma phrase. Et elle répond dans un sourire. « Pas avant minuit. » Je la regarde partir, enfin je mate. « Je crois que je ne vais pas passer la nuit seul. » Avec Meena c'est un peu tendu, l'histoire de la vidéo a jeté un froid, et moi vivre sans sexe c'est impensable. « Ils ont juste une vidéo ..  mais bon une vidéo plutôt torride. » Je le regarde. « Une partie de jambe en l'air avec une belle ensorceleuse sur la table de mon salon. » Ébat qui a continué dans la salle de bain pour finir dans la chambre. « Et elle a été postée sur divers sites. Bon c'est vrai que si on ne me connait pas, pas évident de savoir que c'est moi. Mais ça fait chier. Ce n'est pas le genre de moment que j'aime voir s'étaler aux yeux de tous. Et elle n'a pas apprécié non plus. D'ailleurs elle croit que c'est moi le responsable. »  Une accusation de plus pour la gueule du pauvre Declan. Et en plus on jamais deux sans trois, qu'est ce qu'il pourrait bien me tomber dessus encore. Puis je lève mon verre, parce que je veux qu'on passe une bonne soirée. « Aller on trinque. A l'amitié. A tes belles béquilles. » Je compte bien taquiner Vango sur ce sujet toute la soirée.   


vmicorum. / Moonic & Electric Soul


Déchéance
L'envie de crever au bord des lèvres. Ne plus ouvrir les yeux pour ne plus souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
“Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” Empty
Sujet: Re: “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- “Bière qui coule n'amasse point de mousse. ” -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut