Revenir en haut
Aller en bas

-28%
Le deal à ne pas rater :
Smartphone HUAWEI P30 lite Noir 128 Go
265 € 369 €
Voir le deal
-32%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer Alienware M15 – (15,6″ – 16Go RAM ...
1499 € 2199 €
Voir le deal

 

- Back from the dead. || Lincoln -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jesse-Rose AzzaroLe vin est un puissant lubrifiant social
Jesse-Rose Azzaro
Faceclaim : Jaimie Alexander ©sparkle-avatars
Messages : 520 - Points : 1325
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_inline_ouby52R7qo1rifr4k_540
Âge : 35 ans
Métier : Garagiste
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Back from the dead. || Lincoln ( le Sam 11 Jan 2020 - 22:53 )
Son réveil sonna. Il était six heures du matin et le soleil n'était pas prêt de percer les rideaux de sa chambre. La maison l'entourait de son silence. La chaudière ronronnait au loin, quelques voitures trahissaient un semblant d'activités dehors et Jessie émergeait doucement. Dans ce monde qui lui semblait fade un peu plus chaque jour : elle devait trouver une nouvelle routine. Allumant la lumière d’un geste las, elle se redressa et passa longuement sa main sur son visage. Malgré les années qui s’étaient écoulées depuis la perte de sa jambe, elle avait toujours cette sensation de jambe invisible qui ne disparaissait que lorsqu’elle enfilait sa prothèse qui était posée contre sa table de chevet. Elle se hissa hors du lit et sauta à cloche pieds à la salle de bains : elle était devenue professionnelle dans l’art de se déplacer avec une jambe seulement. Jetant son débardeur dans le linge sale suivit de son sous-vêtement, elle se glissa sous l’eau chaude en soufflant longuement. La nuit n’avait pas laissé de répit à son esprit : elle avait l’impression d’être encore plus fatiguée qu’avant d’aller se coucher. Elle pressentait déjà le mal de tête à venir dans quelques heures qu’une tasse de café contiendrait. Laissant la chaleur détendre ces muscles, prit une longue inspiration et mit un terme à ses divagations quand elle commença à se poser des questions sur Lincoln. Ils avaient perdu le contact, il était parti sans laisser aucune trace : pourquoi elle s'attardait sur lui ? Elle était condamnée à être laissée pour compte. Ses géniteurs avaient arrêté de la chercher, ses parents adoptifs lui avaient été arraché et Lincoln était parti vers d’autres horizons sans elle. C’est que Jessie s’était attachée et avait prit l’habitude - bien trop rapidement à son goût - de s’endormir à ses côtés. Il était bien la seule personne avec Judith qu’il l’avait vu au réveil. Une fois lavée, elle s’enroula dans une sortie-de-bain avant d’aller préparer ses vêtements pour la journée. Salopette, chaussures de sécurités et t-shirt manches longues à col roulé et la voilà prête pour une journée de travail.

En garant sa Harley Davidson - aménagé pour son handicap - Jessie eu une impression de déjà-vu. Elle savait dès lors que la journée ne serait probablement pas de bon augure pour elle. Une intuition en outre. Qu’à cela ne tienne, elle rentra dans le bâtiment réservé aux employés pour y déposer ses affaires. Ayant fait des cookies la nuit dernière, elle les déposa dans la salle de pause - ses collègues pourront remercier son insomnie. Première arrivée, dernière partie : on ne pouvait pas dire que Jessie avait une vie en dehors de son travail. Embauchant avant les autres donc, elle prit de l’avance en s’attaquant à un moteur en attendant que les autres arrivent. Si la matinée se déroula sans encombre, dans une ambiance bonne enfant même, Jesse-Rose déchanta rapidement en revenant de son lunch et en pensant reconnaître de dos le client qui parlait avec son oncle. Par précaution, elle fit le grand tour et alla poser ses affaires avant de se remettre au travail :

“Jesse ? Tu peux venir ?” Elle ferma les yeux, jura tout bas et alla retrouver son oncle. Dès que le client fut dans son champ de vision : elle le reconnut définitivement. Lincoln. Son cœur se serra, ses dents aussi. “Tu veux bien t’occuper de ce Monsieur ? C’est juste une révision et les autres sont encore en pause déjeuner ?” Elle hocha la tête pour accepter, il lui donna le calepin et s’éloigna. Jessie laissa le silence s’installer, prétextant lire les notes de son oncle, elle tentait juste de se calmer. “De retour en ville hein ?” Elle tenta de ne pas être piquante dans le ton utilisé, mais elle savait qu’elle avait lamentablement échoué. Et en même temps : l’ancienne policière avait toujours été froide et distante quand elle était contrariée.



☽☽ Awake, she struggled to fill the hours until she could sleep again. But nothing she did made her feel whole. If she ate, she didn't taste the food. If she read, she couldn't remember the words. If she rested, she still felt tired.

Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Furllan10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Lincoln Furllan
http://www.ciao-vecchio.com/t6541-lincoln-en-pleine-traversee-du http://www.ciao-vecchio.com/t6543-lincoln-une-fois-tout-en-bas-tu-ne-pourras-descendre-plus#218336
Faceclaim : Peter Facinelli
Messages : 185 - Points : 132
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_m5dbkx93rq1rtdaupo31_r1_250
Âge : 41 ans
Métier : Journaliste et animateur en quête de boulot.
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Dim 12 Jan 2020 - 11:14 )

Back fron the dead.

Lincoln Furllan && @Jesse-Rose Azzaro


Lincoln sortais tout juste de prison depuis quelques semaines, trois ans passés dans ce qui lui semblait être la réincarnation sur terre de l'enfer. Comment repartir après ça ? Il n'avait plus de travail, un bracelet à la cheville qui vérifiait bien qu'il ne quittait pas la ville et un casier judiciaire plus aussi vierge qu'avant. Des cicatrices psychologiques en plus, il ne pensait pas qu'un jour il pourrait tomber si bas. Lui qui était la fierté de sa famille, qui avait accomplit tellement de choses, se retrouvait en liberté conditionnelle à pointer tous les jours pour prouver qu'il était bien présent et qu'il ne faisait pas de conneries. Heureusement il avait échappé à l'assignation à domicile, le genre de truc qui aurait put lui faire à nouveau péter les plombs, il est le genre de type qui ne supporte pas être enfermé et qui tournerai comme un lion en cage. Alors comme tous les jours il a alla rendre visite à son contrôleur judiciaire, comme tous les jours depuis environ un mois il n'avait pas disparut. Linc n'est pas un mauvais gas, c'est d'ailleurs loin d'être un malfrat, il est plutôt le genre de type qui serait un gendre idéal si tenté qu'il sache garder une femme ou encore qu'il le veuille bien. Mais l'Afghanistan à laissé quelques séquelles psychologiques dont il n'arrivait pas à se défaire, voilà comment il a finit par atterrir en prison.

Aujourd'hui il a décidé de recommencer les choses à zéro. De fonder sa propre société de journalisme pour ne rien devoir à personne. La plupart de ses économies sont passées dans le projet, mais Lincoln à tendance à voir les choses un peu trop en grand, il voudrait rapidement se développer et n'arrive pas à trouver les fonds nécessaires pour se faire. Les banques elles refusent de prêter à un ex-taulard, mauvais concours de circonstance où pas, on ne prête pas à quelqu'un qui sort de prison. Il va devoir se débrouiller autrement pour trouver de l'argent et se reconstruire comme il voudrait le faire. Il sort d'une énième banque qui vient à nouveau de refuser son prêt quand il monte dans sa voiture et qu'une petite clef sur le tableau de bord s'allume, signe qu'il doit rapidement se rendre dans un garage s'il ne veut pas se retrouver sans véhicule. Il pose sa tête sur le volant par dépit, il est épuisé de voir à quel point la vie peut s'acharner sur lui. Si seulement elle ne s'était acharnée que sur lui. Il repense alors à Jesse. Jesse qui avait eu son lot de souffrance elle aussi. Il la cherchait depuis la minute où il était sortit de prison, mais la demoiselle n'était vraiment pas simple à trouver. Que pensera-t-elle de lui quand elle découvrira qu'il ne l'a pas abandonné certes, mais que son séjour en prison l'a empêché de venir la soutenir. Il soupire et démarre sa voiture, ce n'est pas le moment de se mettre des idées sombres dans la tête, il en a assez comme ça.

Alors il se rend au garage le plus proche espérant qu'il puisse être prit sans rendez-vous, il ne sait pas ce qu'à sa voiture et il ne sait pas non plus s'il pourra aller bien loin. Arrivé sur place il descend pour se rendre à l'accueil et expliquer son problème au type qui se trouvait devant lui au guichet. Dieu merci il a quand-même gardé quelques liquidités pour se payer à bouffer, réparer sa voiture, payer son loyer et vivre sans devoir compter les centimes. Mais il n'a pas assez pour son entreprise c'est tout. C'est alors que ce qui lui semblait être le patron appelle une collègue à lui pour prendre en charge le véhicule. Quand il entends le prénom il eu un espoir. Quand il vit son visage, son coeur manqua un battement. Il resta presque inerte, comme s'il voyait un fantôme, mais Jesse ne semblait pas aussi ravie de le revoir. C'est d'un ton presque glacial qu'elle lui adressa la parole.

-« Je .. Il soupire Je ne suis jamais vraiment partie.» Dit-il sans se rendre forcément compte qu'il était plus en train de s'enfoncer que de se sortir d'un mauvais pas. Il ne savait pas vraiment quoi dire, après tout il était partie depuis plus de trois ans alors comment aurait-elle put être si obsédé par savoir ce que lui devient que lui l'a été pour elle ? Trop de questions et tellement peu de réponses. Il serait peut-être temps qu'au lieu de penser par lui-même il finisse par lui demander son avis, ça pourrait peut-être l'intéresser.

-«Je t'ai cherché. Ça fait des semaines que je suis à ta recherche, mais il faut croire que je ne suis pas assez doué pour les investigations.» Pourtant, le travail de reporter est parfois semblable à celui d'un enquêteur. Il faut fouiner un peu partout pour obtenir certaines infos et savoir ruser, mais il n'a pas eu à le faire depuis trois ans alors peut-être a-t-il perdu la main ? Non impossible il a ça dans le sang. Peut-être s'est-elle volontairement faite discrète, si tel est le cas, est-ce un plaisir pour elle de le revoir aujourd'hui ?


† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Jesse-Rose AzzaroLe vin est un puissant lubrifiant social
Jesse-Rose Azzaro
Faceclaim : Jaimie Alexander ©sparkle-avatars
Messages : 520 - Points : 1325
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_inline_ouby52R7qo1rifr4k_540
Âge : 35 ans
Métier : Garagiste
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Lun 13 Jan 2020 - 20:28 )
La garagiste s’attendait à tout aujourd’hui, sauf le retour d’une personne qui a compté dans son passé. Jessie avait été idiote de s’attacher et elle ne pouvait en vouloir qu’à elle-même puisqu’ils s’étaient promis de ne pas faire une telle chose. Elle se blâmait donc quotidiennement depuis trois pour se réveiller avec l’envie de le voir et espérant le trouver demain matin dans son lit en allant se coucher. Cela était si idiot de sa part, mais pour quelqu’un qui a toujours eu du mal à s’attacher, à trouver un point d’ancrage, cela était un véritable problème. Une part d’elle savait que passer à autre chose allait être difficilement possible, mais elle le devait. Ce n’est pas comme si Lincoln lui devait quelque chose. Ils avaient mis les points sur les i dès le début entre deux baisers enflammés. Oui, elle s’était plusieurs fois demandé ce qu’il faisait, s’il allait bien, s’il était heureux tout simplement. L’imaginer avec une autre avait toujours été douloureux, mais elle se forçait à le faire pour voir si cela aidait à l’oublier. Que nenni. Elle s’était lourdement trompée. Le revoir était douloureux et exaltant à fois : certainement parce qu’elle rêvait de lui hebdomadairement. Il n’avait que très peu changer : les traits fatigués de son visage indiquaient que le journaliste devait souffrir d’insomnie comme elle ou bien est-ce qu’il avait quelqu’un qui le tenait éveillé toute la nuit ? Cela était aussi possible. Jesse-Rose se souvenait qu’ils dormaient que très quand ils étaient ensemble. Malgré qu’elle soit heureuse de le revoir, elle ne peut s’empêcher d’utiliser un ton froid et distant. Quand il affirma ne pas être parti, son cœur se serra un peu plus et une grimace déforma brièvement son visage.

“Ok.” Elle avala sa salive, releva ses yeux pour le regarder : “Ca ne devrait pas prendre longtemps, tu peux aller attendre à l’intérieur.” La suite lui fit racler la gorge. Il remuait le couteau dans la plaie… “C’est ok… Tu ne me dois rien Linc.” Elle renifla, redressa son torse pour montrer qu’elle allait bien alors qu’elle n’en menait pas large. “On s’était mis d’accord que toi et moi, c’était que temporaire.” Elle mordit l’intérieur de sa lèvre : “Les choses ont changé depuis, je ne suis plus la même.” Raison pour laquelle chaque relation intime se passait dans le noir le plus total. “Je suis la seule fautive, on avait promis de ne pas s’attacher à l’un et à l’autre.” Une façon détournée de dire à demis-mots ses sentiments. “Enfin, c’est du passé maintenant, on doit tourner la page. Va attendre à l’intérieur : je viens te chercher quand ta voiture est prête.” Elle prit les clés et partit sans lui laisser le temps de répondre.

Jesse-Rose tentait de travailler vite et bien, mais son esprit était totalement accaparé par l’idée que Lincoln se trouvait à quelques mètres d’elle. Pourquoi la troublait-il toujours autant après trois ans d’absence dans sa vie ? Ce n’est pas comme si elle n’avait pas eu d’autres aventures depuis. Hélas, elles n’étaient rien comparées à ce qu’elle avait vécu avec le journaliste. Elle ne pouvait même pas retourner dans les bras de son premier amour, celle qui lui a fait ressentir les premiers émois, puisqu’elle est six pieds sous terre. Elle aurait eu tellement besoin des bras de Lincoln quand elle a assisté à la cérémonie pour enterrer ses camarades. Elle avait cependant dû faire face seul avec quelques-uns des rescapés. Restant de longues minutes assise sur le siège passager, elle regarda l’habitacle à la recherche de détails qui lui indiquerait qu’il avait refait sa vie… Mais elle ne trouva rien. Quand son oncle frappa à la vitre pour lui demander si tout allait bien : elle se contenta de hocher la tête. Il ne savait pas la nature de sa relation avec le propriétaire de l’automobile et c’était mieux ainsi. Jessie vérifia tout, répara ce qu’il devait l’être avant de sortir pour aller retrouver Linc. Elle lui donna les clés de la voiture :

“Juste besoin de ta signature en bas du formulaire et tu peux y aller.” Elle ne le regarda pas dans les yeux. “J’ai pris les frais à ma charge. Pour ce que tu m’as apporté quand on était ensemble.” Elle haussa les épaules : “C’est la moindre des choses.” Elle lui était redevable oui, même si elle le maudirait tous les jours pour l’avoir séduite. “Si tu as besoin d’autres réparations, tu n’as qu’à revenir.”



☽☽ Awake, she struggled to fill the hours until she could sleep again. But nothing she did made her feel whole. If she ate, she didn't taste the food. If she read, she couldn't remember the words. If she rested, she still felt tired.

Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Furllan10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Lincoln Furllan
http://www.ciao-vecchio.com/t6541-lincoln-en-pleine-traversee-du http://www.ciao-vecchio.com/t6543-lincoln-une-fois-tout-en-bas-tu-ne-pourras-descendre-plus#218336
Faceclaim : Peter Facinelli
Messages : 185 - Points : 132
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_m5dbkx93rq1rtdaupo31_r1_250
Âge : 41 ans
Métier : Journaliste et animateur en quête de boulot.
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Sam 18 Jan 2020 - 17:44 )

Back fron the dead.

Lincoln Furllan && @Jesse-Rose Azzaro


Tu ne t'attendais pas du tout à la croiser ici Lincoln, pas dans ce petit garage où tu t'es arrêté totalement par hasard et pourtant. Pourtant tout ceci lui ressemble tellement que tu n'en es pas vraiment surpris. Jesse-Rose du peu que tu l'as connus le temps de l'Afghanistan à toujours eu tendance à être attiré par des métiers dis masculins et c'est ce qu'elle est, ce qui fait son charme. Cette fille aux apparences garçon un peu manqué, un peu brut de décoffrage et qui ne passe jamais par quatre chemins et qui pourtant cache une sensibilité insoupçonné au fond d'elle et qui se le cache d'ailleurs à elle-même. Tu as eu l'occasion de franchir cette carapace indestructible qu'elle s'était construite déjà à l'époque et aujourd'hui alors qu'elle te fais face, que vous vous retrouvez enfin, tu as l'impression que tout est à recommencer et que cette dite carapace est encore plus infranchissable que jamais.

Tu n'as cessé de penser à elle ces trois dernières années alors que tu étais enfermé derrière les barreaux. Tu repensais à ces nuits que tu as partagé en sa compagnie, à ses bras que tu retrouvais en douce quelques fois le soir, à ces ébats passionnés et leurs baisers que vous vous êtes échangés. Et puis tu revois son visage un bref instant avant de perdre à nouveau conaissance suite aux attentas que vous avez subis. La souffrance dans ces yeux, ce corps somnolent à qui il manquait une jambe sur son lit d'hôpital que tu avais juré de ne plus quitté. Tu aurais tellement aimé pouvoir être là en sa compagnie, la soutenir dans cette épreuve comme tu avais prévue de le faire. Être son pilier, celui qui lui aurait donné une raison d'avancer. Au lieux de tout ça, tu t'es fait arrêter, on t'as jeté dans une cage fait de murs et de barreaux et depuis ce jour tu ne cesse d'imaginer comment se passerai vos retrouvailles. Dire que tu ne les avaient pas envisager de cette façon serait mentir, tu connaissais son tempérament et tu savais très bien qu'elle t'en voudrais sans pour autant te le dire très clairement, tu as eu bien assez de temps pour imaginer tout ça. Tu déglutis péniblement à chaque attaques qu'elle peut t'envoyer, ne te rendant même pas compte qu'elle avoue à demi mots avoir des sentiments pour toi, sentiments que tu partages aujourd'hui. Est-ce un idéal que tu t'es créer autour de cette femme, l'aimes-tu réellement pour ce qu'elle est où ce que tu te souviens d'elle ?

-« Je sais mais .. »Elle te coupe une première fois, enchainant son discours qu'elle semblait s'être répété on ne sait combien de fois seule, elle avait finit par perdre espoir de te revoir un jour.-« Non mais .. » Tu n'as à nouveau pas le temps de t'expliquer plus qu'elle continue son monologue, ne te laissant pas une seule seconde pour t'exprimer, certainement de peur de ce que tu pourrais lui dire. -« Jesse .. » Une dernière fois tu tentes de t'imposer, tu voudrais la prendre tout contre toi et l'embrasser pour la faire taire, mais tu sais qu'elle ne supporterait pas une telle façon de faire, pas après toutes ces années et puis tu commence à être partagé entre désolation et colère.-« Mais laisse moi en placer une !» Il est trop tard, elle a fuit avant même que tu n'aie pût dire quoi que ce soit. Tu ne vois que son dos filer vers ta voiture pour faire ce que tu attendais en venant ici. Il n'y à donc plus que toi et ta conscience pour faire face à tout ça, alors que tu soupires et fait demi-tour pour aller attendre à l'intérieur comme elle vient de le demander. Tu insère une pièce dans la machine à café, il te faut de la caféine pour faire passer tout ça et une cigarette si tu ne veux pas à nouveau subir une crise d'angoisse et faire rameuter les pompiers dans cet endroit. Mais voilà que cette stupide machine s'y met, t'avalant ta pièce au passage, de rage tu y tapes un grand coup, la secouant un peu par la même occasion. Décidément, même les machines à café en ont après toi ces derniers temps.


Tu te décides à aller fumer une cigarette, sinon tu risques de te retrouver à nouveau en prison parce que tu auras disjoncté et ce n'est vraiment pas le moment. Tu tires sur ta cigarette comme si ta vie en dépendait, de toute façon tu n'as pas grand chose à faire en attendant que Jesse finisse de réparer ta voiture, pourvus qu'elle trouve ce que cette maudite voiture peut bien avoir, ta journée serait tellement merdique sinon, bien plus que ce qu'elle peut déjà l'être. Une petite heure passa alors que tu étais en train de tourner comme un lion en cage et avec ta conscience qui une fois de plus t'accablais comme elle savait si bien le faire. C'est à ce moment que tu la vis revenir, un formulaire et tes clefs dans la main. Elle ne t'adresse même pas un simple regard et ça te blesse profondément. Tu es à deux doigts de perdre patience, ok elle pense que tu l'as abandonner mais tu ne mérites pas ça. -«Je t'ai rien demander, ok. Je suis pas un gigolo qu'on paie pour passer du bon temps, j'en avais envie tout comme toi, j'attends rien en retour, je peux très bien payer ma note. » Tu te sens presque salit qu'elle puisse envisager de te dédommager pour les nuits que vous avez passer ensemble. Jamais tu n'as demandé à te faire payer ou à avoir des services en retour d'une nuit avec une femme, jamais et ce n'est pas demain la veille que tu vas commencer.

Tu signes son formulaire et le pose, avant de l'attraper par le bras et de l'emmener à l'écart des regards. Si y'a bien une chose que tu déteste c'est laver ton linge sale en publique et surtout, tu ne voulais pas montrer à tout le monde que tu avais un bracelet électronique autour de la cheville.-«Maintenant si tu veux bien me laisser en placer une je me ferais une joie de t'expliquer. Je sais pas ce que tu penses de moi Jesse, mais je ne t'ai ni fuis, ni tourner le dos et encore moins abandonné. J'ai été contraint de le faire. » Tu relève ta jambe pour lui montrer ce fameux bracelet que tu portes à la cheville, simplement l'espace d'une seconde. Tu n'as pas envie que quelqu'un d'autre le vois. -«J'ai passé ces trois dernières années en prison. Voilà pourquoi j'ai disparut. » Si dans ta tête ceci semble être une bonne explication, tu es bien loin du compte. Tu oublies presque qu'elle faisait partie des forces de l'ordre avant d'être.. mécanicienne. Elle va s'imaginer que tu es devenu on ne sait quel voyou, qui à surement tué, torturé ou braquer quelqu'un voir une banque, mais il n'en est rien.


† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Jesse-Rose AzzaroLe vin est un puissant lubrifiant social
Jesse-Rose Azzaro
Faceclaim : Jaimie Alexander ©sparkle-avatars
Messages : 520 - Points : 1325
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_inline_ouby52R7qo1rifr4k_540
Âge : 35 ans
Métier : Garagiste
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Mar 21 Jan 2020 - 22:29 )
Les moments de sa vie où Jessie-Rose ne sait pas comment réagir son rare et ce qu’elle est en train de vivre est probablement une des expériences les plus désagréables. Tiraillée entre l’envie de se jeter dans ses bras et celle de lui tourner le dos pour une bonne fois pour toute tourner la page : l’ancienne policière est perdue. Que faire ? Quoi dire après trois longues années de silence ? Devait-elle tout pardonner ? Prendre le temps de l’écouter, car oui : pendant cette période interminable elle s’était imaginée mille et un scénario. Du plus farfelu comme il s’est fait enlever par la mafia Napolitaine à il s’est mariée à une vieille bique : Jessie avait presque tout imaginé. Elle préférait en effet se faire qu’il devait avoir une raison valable pour ne pas l’avoir re contacté, pour ne pas avoir été là durant ces longs mois de rééducation où elle a temps de fois pensé à baisser les bras et tout envoyer valser. Pour elle, il ne pouvait pas en être autrement. Ce qu’ils avaient vécu, bien que bref, avait été intense et réciproque. Rien ni personne ne la convaincra du contraire : il y avait des signes qui ne trompaient pas. Peut-être qu’elle s’était faite des films, qu’au fond tout ceci n’avait été qu’un leurre, mais elle ne voulait pas croire cela. Tout simplement parce qu’elle n’avait pas ce luxe : elle ne pouvait pas. Cette espèce de fil argentée dans sa vie qu’elle suivait était - à n’en pas douter - ce qui lui permettait de mettre un pied devant l’autre. Forcément, le revoir est aussi douloureux qu'exaltant. Elle s’en rend compte, sait tout de suite en se plongeant dans ses yeux que ses sentiments sont toujours intacts. Qu’en était-il maintenant que le sang avait coulé depuis la dernière fois qu’il s’était vu ? Certes, elle avait quelques souvenirs de lui à son chevet, mais à cause des médicaments : elle n’est même pas certaine que tout ceci soit vrai. Le cerveau pouvait jouer des mauvais tours, notamment quand vous avez en perfusion de puissants anti-douleurs censés vous aidez à transiter de deux jambes à une. Quoique les médecins disent : Jessie a compris que jamais elle ne s’y ferait et elle sait que son cas n’est pas à part. Beaucoup de personnes mutilées sont de son avis.
Le mécanisme de défense de l’être humain par excellence, c’est l’attaque et rapidement Jesse-Rose décide de passer à l’offensive et ainsi mettre les pieds dans le plat. Il serait si facile pour elle de plonger dans le passé, de se remémorer avec lui les souvenirs communs, mais elle se le refusait car il était bien plus doux de penser aux jours heureux qu’accepter l’âpre présent. Elle ne voulait pas retomber dans cette spirale sans fin où la mélancolie la tirait vers le bas à défaut de lui faire une béquille pour l’aider à avancer. Hors de questions de lui laisser le temps de parler : elle a trop peur qu’il trouve les mots pour la convaincre, pour la tenter à nouveau en la charmant comme il l’avait fait avant. C’est pour cela qu’elle écourta rapidement l’entretien et alla s’occuper de la voiture : il était plus facile de réparer un problème mécanique que de réparer un humain. Revenant auprès du client, elle lui tendit le formulaire et l’informa que la note était à sa charge. Réalisant seulement à la fin de son discours au combien cela pouvait être mal interprété : elle n’a pas le temps de se corriger qu’il prend la parole. Elle attendit qu’il ait terminé pour lui répondre : prenant sur elle pour ne pas détaler. Jessie ouvrit la bouche pour parler, mais la referma. Il avait raison. Elle n’avait pas le droit de faire ça et si les rôles auraient été échangés sa réaction aurait été pire. Elle reprit le porte-document en plastique et vérifia que tout était en ordre quand il la tira vers le bras : manquant de la faire bouger trop vite et de déboîter sa prothèse. Elle serra les dents et suivit comme elle put avant de se dégager d’un geste sec en grognant puis se baissa et remit bien sa jambe artificielle.

Linc s’expliquait, donnait enfin une raison derrière ce silence imposé. En se redressant, elle manqua de lever les yeux au ciel quand il affirma avoir été contraint. Pourtant, comme il l’a demandé, elle ne répondit rien et le laissa terminer en croisant ses bras et en plongeant son regard dans le sien. Le meilleur moyen, selon elle, de savoir si quelqu’un ment. Du regard, elle admira le bracelet à la cheville de son ancien amant : réalisant qu’il ne mentait pas. En même temps, il ne l’avait jamais de ce qu’elle savait. Lincoln avait donc été en prison ces trois dernières années alors qu’elle avait du mal à recoller les morceaux ? C’était dans un trou qu’il était quand elle avait besoin de lui ? Pourquoi il ne lui a pas écrit ? Pourquoi il n’a pas prit contact ? Ils ont des connaissances en commun après tout. S’il lui avait demandé, elle serait venue le voir. Pourtant, elle ne prenait pas la peine de dire cette réflexion à voix haute. Au lieu de les lui poser, elle laissa d’interminable seconde s’écouler avant qu’elle ne prenne la parole :

“T’es con Furllan.” Voilà ce qu’elle articula avant de s’approcher de lui pour l’enlacer. “T’es le dernier des crétins. Et je suis la première des idiotes.” Réitéra-t-elle des fois qu’il n’aurait pas compris : “Personne savait ce qui t’est arrivé. J’ai demandé aux gars : personne ne savait. Ou bien ils ne m’ont rien dit ces enfoirés !” Elle ferma les yeux. Là, tout contre lui avec sa tête sur sa poitrine, ses muscles se relaxèrent enfin. “J’ai jamais pensé à regarder dans les dossiers de la police.” Elle s’éloigna pour le regarder : “Je ne vais pas te demander pourquoi tu as été écroué. Ni demander à mes anciens collègues. Tu me le diras en temps et en heure. T’façons si t’essaye de me tuer : je te scalpe. J’ai perdu une jambe, pas mes capacités de défense.”



☽☽ Awake, she struggled to fill the hours until she could sleep again. But nothing she did made her feel whole. If she ate, she didn't taste the food. If she read, she couldn't remember the words. If she rested, she still felt tired.

Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Furllan10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Lincoln Furllan
http://www.ciao-vecchio.com/t6541-lincoln-en-pleine-traversee-du http://www.ciao-vecchio.com/t6543-lincoln-une-fois-tout-en-bas-tu-ne-pourras-descendre-plus#218336
Faceclaim : Peter Facinelli
Messages : 185 - Points : 132
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_m5dbkx93rq1rtdaupo31_r1_250
Âge : 41 ans
Métier : Journaliste et animateur en quête de boulot.
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Lun 27 Jan 2020 - 9:55 )

Back fron the dead.

Lincoln Furllan && @Jesse-Rose Azzaro


Ça n'as pas toujours été comme ça entre vous et tu le sais mieux que quiquonque Linc. Ce n'est pas de cette personne agressive dont tu es tombé amoureux, au contraire, c'est une facette que tu ne connaissais pas de sa personne et elle n'avait jamais eu à te la montrer d'ailleurs. Mais comment réagirais-tu si tu avais été à sa place. Trois ans de silence et malgré toutes les promesses que vous avez refusés de vous faire, tu peux certifier que tu serais dans le même état qu'elle si c'est toi qu'elle avait abandonné. La seule promesse que vous vous étiez faites était de ne pas vous attacher et même ça tu n'as pas été capable de le respecter. Elle a hanté tes pensées chaque jours depuis ces trois longues années et tu t'en veux Lincoln de ne pas avoir été à ses côtés pour la soutenir au moment où elle avait le plus besoin de toi. Et si tu en juge par son comportement, elle t'en veux aussi et pour ça tu ne peux pas toi, lui en vouloir. Vous avez passés des moments agréables, que vous ne partagez pas avec tout le monde enfin sauf si vous vous êtes mentis, et même si elle n'était pas la seule, même si tu n'as jamais eu de relation stable et longue durée, cette relation que vous aviez, tu te devais de la protéger et d'être là pour elle. Non tu as péter les plombs et t'es retrouvé en prison.

Alors tu n'acceptes pas qu'elle se fourvoie à ton sujet. Tu n'arrives pas à t'y faire, à ce qu'elle te voit comme le salop de l'histoire. Quoi que si elle apprenait que tu as développer des sentiments pour elle, certainement qu'elle partirait à des années lumières de toi, toi qui lui avait promis de ne pas en avoir. C'est parce-que tu n'acceptes pas la façon dont elle te voit, que tu décides de l'entrainer un peu plus loin. Au passage, tu en as oublié sa prothèse et ne pensait pas l'avoir attiré si violemment, au point de lui déchausser celle-ci. A nouveau tu culpabilise, parce-que ce n'est pas ta façon de faire. Les femmes tu les chéris, tu les traites avec le plus grand soin et respect qu'elle méritent et jamais en temps normal tu n'aurais agis de la sorte. Mais peut-être que ces sentiments que tu éprouves pour elle font que ça te mets hors de toi quand elle croit que tu l'as oublié.

-« Pardonnes-moi j'avais oublié. Je ne t'ai pas fait mal ?»Voilà le Lincoln que tu connais, celui qui s'inquiète de tout et rien quand il s'agit d'une femme. Tu as toujours été aux petits soins pour elles et tu continuera de l'être pour Jesse, enfin si elle te laisse le faire. Vous avez besoin de discuter, de mettre les cartes sur la table et de repartir sur de bonnes bases. Malgré ton absence, tu veux la rattraper, tu veux être là pour elle désormais que tu es de retour dans sa vie. Tu travailles d'arrache pied pour reprendre ta vie en main, rebâtir cette réputation qui a fait de toi ce journaliste, tu veux être respecté à nouveau, maintenant que ton nom à été salit par la prison. Alors qu'elle comprends enfin ce que tu lui explique et vient se mettre tout contre toi, tu l'entoure de tes bras, tu voudrais presque qu'elle te pince pour être certain que ce n'est pas un de ces foutus rêves que tu as put faire en prison, mais son parfum si reconnaissable t'en donnes la certitude.

-« Je n'en ai parlé à personne. Je ne voulais pas que qui que ce soit me voit là-bas. De plus à mes débuts j'ai été collé au quartier psy, ce qui ne me laissait pas accès aux visites. » Visites que tu ne voulais en aucun cas recevoir. Tu refusais que l'on te voit vêtue de la sorte, derrière une vitre se parlant au travers d'un téléphone comme si tu avais été Jack L'éventreur. Parce-que ce n'est pas ce que tu es Lincoln, la case prison est simplement un accident de parcours, jamais plus tu ne feras quoi que ce soit qui puisse te ramener dans cet endroit qui t'as tellement bouleversé. Le quartier psy, tu te souviens de ces tarés que tu voyais en arrivant et on t'assimilais à eux. On te forçais à prendre tout un tas de cachet au vue de ton traumatisme, mais tu étais saint d'esprit. Jamais tu n'étais comme ces gens qui ont on ne sais combien de personnalités enfouies dans leur crâne, jamais tu n'aurais tenté de te suicidé et tu n'étais ni un meurtrier fou, ni un pédophile. Alors le quartier psy à été une étape très difficile pour toi.

-« Fait gaffe j'ai appris à me défendre aussi en prison. Je pourrais te surprendre. » Tu ris parce que tu prends ses menaces à la rigolade. Il ne vaut mieux pas que tu réfléchisses à ce qu'elle vient de te dire. Tu pourrais croire qu'elle te prends vraiment pour un meurtrier et tu refuses d'être ce genre de type à ces yeux. Non, tu es Lincoln, journaliste, une crème en temps normal, qui a perdus les pédales une fois rentré chez lui et seul avec ses souvenirs atroces. Tu glisses ta main dans la sienne, affectueusement, tu ne fais ni promesses, ni déclarations, tu sais que ce n'est pas dans le contrat de vos échanges et pourtant, tu pourrais presque étant donné qu'elle à avoué à demi-mots ressentir la même chose pour toi tout à l'heure. Mais tu étais trop focalisé sur sa colère pour t'en rendre compte.

-« Laisse moi venir te chercher ce soir et t'inviter à dîner. Je te promets de tout t'expliquer. Je n'ai rien à cacher de toute manière.» Tu ne lui feras pas le coup du Macdo, mais tu ne lui feras pas non plus le coup du restaurant cinq étoiles, de toute manière tu n'en as plus les moyens. Mais tu veux repartir de zéro et n'avoir aucun secret pour cette femme que tu veux conquérir. Tu as besoin qu'elle sache, elle seule pourra comprendre ce que tu as vécue après tout elle était là elle aussi ..


† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Jesse-Rose AzzaroLe vin est un puissant lubrifiant social
Jesse-Rose Azzaro
Faceclaim : Jaimie Alexander ©sparkle-avatars
Messages : 520 - Points : 1325
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_inline_ouby52R7qo1rifr4k_540
Âge : 35 ans
Métier : Garagiste
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Dim 2 Fév 2020 - 13:09 )
Tout un tas de sentiments se battait en elle. De la joie, de la déception, de la colère, du soulagement, de l’incompréhension… La liste était longue. Jesse-Rose - qui était déjà à fleur de peau la plupart du temps - n’avait pas besoin de plus pour s’enflammer. Lincoln ne savait probablement pas encore cette face cachée de sa personnalité, mais il apprendrait à le découvrir, car il allait en faire les frais. Pour sûr qu’elle n’allait pas le laisser se tirer comme ça de ces trois ans de silence radio. Il devait avoir une excuse et une bonne pour que Jessie ne lui arrache pas les yeux. Et en même temps, elle ne pouvait s’en vouloir qu’à elle-même : ils avaient dit de ne pas s’attacher à l’un et à l’autre. Elle avait été d’accord, sur le papier, mais dans les faits : à chaque fois qu’elle ouvrait les yeux pour le regarder elle succombait un peu plus à son charme. Lincoln avait réussi à la séduire. Comment ? Jessie n’en avait toujours pas idée, mais il avait réussi. Sa vie ? Elle aurait été heureuse de la passer un peu avec lui, juste pour voir où tout ceci pouvait mener. Le destin s’était mêlé de tout ceci et ne leur avait pas laisser une chance. Maintenant qu’il était à quelques mètres d’elle, il lui suffisait d’étendre son bras pour approcher à nouveau ce bonheur, mais elle se le refusait. Jesse-Rose avait déjà bien du mal à joindre les deux bouts parfois, alors rajouter le drama d’une relation ne pouvait que tout faire empirer. Son assiette était déjà bien pleine. Pourtant, une part d’elle voulait croire que Linc ne serait pas un poids, mais un levier pour l’aider. Cela était une autre histoire, une pour une autre fois. Elle s’éloigna rapidement pour s’occuper de la voiture. À son retour, elle mit clairement de l’huile sur le feu, elle le savait et pourtant : elle continuait sur sa lancée. Elle s’enfonçait, elle creusait sa tombe. Clairement. Mais tant pis.
Il n’en faut pas plus pour que Lincoln l’attire plus loin, manquant de la faire trébucher. Faisant tiquer sa langue d’agacement quand il lui demanda si elle avait mal, elle se contenta de serrer les dents pour ne pas répondre quelque chose de désobligeant. On lui pardonnera d’être grognon quand on parlait de sa patte folle. Pourtant, le voir s’inquiéter réchauffa son cœur qui se voulait de glace. Non, Jesse-Rose ne pouvait pas si aisément céder. Pourtant, et pourtant, en entendant ses explications : elle comprend et elle est soudainement soulagée. S’approchant de lui pour le prendre dans ses bras, elle écoute pour une fois son cœur qui lui dit de venir se réfugier dans ces bras qui l’ont tant aimé.

“Je serais venue moi. Je leur aurais dit que tu n’es pas fou. T’es con, c’est différent.” Une petite boutade comme elle en avait le secret. “Pfff dans tes rêves Furllan, je serais toujours plus forte que toi-même avec ma jambe en moins.” Jessie avait repris les entraînements et la musculation à la première occasion.

Elle regarda sa main dans la sienne et sourit doucement en l’entendant l’inviter. La proposition était tentante. Elle regarda sa montre avant de relever son regard pour le plonger dans les iris de Linc :

“Ok. Mais m’invite pas au resto. T’as qu’à venir chez moi. Il me reste un curry de la veille à manger. Je suppose que ce que tu dois me dire c’est pas de la tarte alors ça sert à rien d’aller dans un lieu public.” Et puis, elle n’aimait pas sortir dans les restaurants. “Promis j’cuisine bien et ce n’est pas empoisonné. Au moins on sera plus à l’aise.” Même si invité l’homme devant elle dans la maison familiale disait forcément qu’il allait voir toutes les photos d’elle gamine ou adolescente. Quand elle avait ses deux jambes et qu’elle était à l’apogée de sa carrière dans la police. “Je finis dans deux heures.” Elle sortit un crayon dans sa salopette et lâcha sa main pour y inscrire son numéro. “Je t’attendrai.” Puis elle s’éloigna pour retourner au travail.



☽☽ Awake, she struggled to fill the hours until she could sleep again. But nothing she did made her feel whole. If she ate, she didn't taste the food. If she read, she couldn't remember the words. If she rested, she still felt tired.

Revenir en haut Aller en bas
Lincoln Furllan10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
En ligne
Lincoln Furllan
http://www.ciao-vecchio.com/t6541-lincoln-en-pleine-traversee-du http://www.ciao-vecchio.com/t6543-lincoln-une-fois-tout-en-bas-tu-ne-pourras-descendre-plus#218336
Faceclaim : Peter Facinelli
Messages : 185 - Points : 132
Back from the dead. || Lincoln Tumblr_m5dbkx93rq1rtdaupo31_r1_250
Âge : 41 ans
Métier : Journaliste et animateur en quête de boulot.
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le Dim 23 Fév 2020 - 18:04 )

Back fron the dead.

Lincoln Furllan && @Jesse-Rose Azzaro


La colère est légèrement passée et tu en es rassuré. Désormais qu'elle a les explications nécessaires, elle semble moins rancunière face à ta disparition spontanée. De toute façon, on peut clairement dire que pour le coup ce n'était pas de ta faute, enfin un peu, si tu n'avais pas paniqué et frappé ce pauvre homme tu ne te serais pas retrouvé en prison et puis tu as souhaiter n'avoir personne au courant de ta situation, mais en tout cas tu as des circonstances atténuantes et pour le coup elle les comprends. Tu étais de nouveau heureux de retrouver cette femme avec qui tu as partagé tellement de bons moments, des moments gravés dans ta mémoire malgré le fait que vous vous étiez promis de ne pas vous attacher l'un et l'autre. Mais ça Linc, tu n'as pas été capable de le faire, bien au contraire, tu es tombé amoureux de cette nana alors que vous n'échangiez que du plaisir charnel, mais pour toi vous avez échanger bien plus. Vous ne vous contentiez pas de vous retrouver en douce le soir dans la tente de l'un ou de l'autre, non vous avez parler, beaucoup même. Elle a put en apprendre sur ta vie et toi sur la sienne et du coup, tu as finis par t'attacher alors que tu lui avais fait la promesse du contraire. Mais aujourd'hui, tu te rends compte que tu n'es peut-être pas le seul, sa réaction de base à prouvé qu'elle tenait à toi Lincoln, même si tu penses qu'il n'y a pas forcément de sentiments derrière tout ça, simplement qu'avec ce que vous avez partager tu aurais dû être présent pour elle.  

-« Merci pour le compliment.»Dis-tu alors qu'elle te dis que tu n'es pas fou, seulement un peu con. Tu ne peux pas lui donner tord pour le coup, ce que tu as fait était stupide et t'as mise dans une situation délicate. Aujourd'hui, tu dois tout recommencer, tu as tout perdu et rien de tout ça ne serait arrivé si tu n'avais pas péter les plombs. Plus forte que toi elle le sera toujours. Et pas que physiquement, parce-que oui, même avec une jambe en moins elle pourrait te mettre une raclée sans soucis, c'est une combattante, elle est douée pour ça, mais là où toi tu t'es effondré, elle a continué sa route, certainement avec des séquelles, mais en apparence elle reste debout, quoi qu'il arrive, alors que toi, tu n'as pas été capable d'endurer le choc.

-« T'es sur ? Tu ne me laisserais même pas une chance ?» De gagner, elle l'aura bien compris. Désormais tu veux détendre cette atmosphère de retrouvailles plus que tendues. Tu as toujours été comme ça Linc, le genre de type à cacher tes maux derrière l'humour et tes blagues pourris. Mais il parait que ça fait partie de ton charme. Allez savoir.

-« Laisse moi au moins ramener un truc à manger. Sinon ce n'est plus moi qui t'invites. De quoi as-tu envie ? » Tu plonges ton regard bleuté dans le siens, tu aurais envie de faire plus, mais tu as peur qu'elle te repousse, après tout vous venez d'être séparés pendant près de trois ans et jusqu'à il y a un quart d'heure, elle t'en voulait encore. Tu te contente de jouer avec ses doigts se trouvant dans les siens, comme un ados qui vient de retrouver sa copine de lycée et d'apporter une tendresse infiniment grande au travers de tes yeux qui parlerons toujours plus que toi. Même si tu n'es pas le genre de type avare en compliments, avare en mots doux, là n'es pas à ce genre de comportement, tu es sur son lieux de travail et tu respectes ça, jamais tu ne la ferais s'afficher dans son garage, tu sais qu'elle souhaite garder sa personnelle bien personnelle et puis, il vous faut le temps de vous retrouver et de vous expliquer. Tu ris alors qu'elle écrit son numéro sur ta main, comme si vous étiez deux gamins, tu tâcherai de rapidement le rentrer dans ton téléphone avant qu'il ne s’efface, manquerait plus que tu arrives en retard en plus !

-« Je serais là, je t'attendrais dans la voiture si tu veux. A tout à l'heure.» Tu souris et la regarde s'éloigner pour retourner à ses voitures qui demandent à être rafistolées, ton coeur s'emballe, tu as hâte d'être à ces deux heures plus tard, même si cela implique que tu vas devoir expliquer tout ce qui t'es arrivé durant ces trois dernières années.


† just a young man, with a quick fuse. i was uptight, wanna let loose, i was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Back from the dead. || Lincoln Empty
Sujet: Re: Back from the dead. || Lincoln ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Back from the dead. || Lincoln -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Quartier Spagnoli :: Rues du quartier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut