Revenir en haut
Aller en bas


 

- Nayana | Thérapie #1 -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Varun QureshiToujours frais après un litre de café
Varun Qureshi
http://www.ciao-vecchio.com/t6506-varun-if-i-could-fall-into-the http://www.ciao-vecchio.com/t6562-varun-comment-s-appelle-une-baguette-avec-une-boussole
Faceclaim : Rohit Khandelwal ©Ealitya +
Messages : 421 - Points : 26
Nayana | Thérapie #1 Tumblr_inline_p76v74yR201rk450s_540
Âge : trente-quatre étoiles.
Métier : psychothérapeute. Pratique aussi l'hypnose.
Nayana | Thérapie #1 Empty
Sujet: Nayana | Thérapie #1 ( le Mer 15 Jan - 2:29 )
16 heures
Après avoir salué un patient et l?avoir raccompagné jusqu?à la porte, l?indien s?approche de son bureau pour sortir de son tiroir son téléphone portable. Durant ses séances, il le coupe toujours, de sorte à ne pas être dérangé, mais a pour habitude de le consulter entre deux thérapies, afin de ne rien louper. Parfois, ce sont ses patients qui lui envoient quelques messages. Il les gère par ordre de priorité, leur envoie un message pour les prévenir qu?il est actuellement en rendez-vous, mais qu?il les recontactera dans la journée afin de les rassurer, qu?ils ne vivent pas des moments éprouvants seuls, qu?ils aient conscience qu?ils sont entourés et que leur souffrance n?est pas tombée dans l?oreille d?un sourd. Sa conscience professionnelle le pousse à agir vite, même s?il la mettrait bien au placard de temps en temps. Il se fait la réflexion, pousse des soupirs, lève les yeux au ciel, abandonne même ses responsabilités en délaissant son Smartphone dans des endroits insolites, avant de le récupérer pour y faire de nouveau face. Ses deux collègues avec qui il partage le Cabinet lui disent parfois qu?il va trop loin dans ses méthodes, qu?il permet à ses patients d?être trop intrusifs, mais c?est parce qu?il le veut bien. Ses méthodes lui appartiennent et il ne compte pas en changer.

Aussitôt avoir aperçu le nom de sa confrère sur l?écran, Varun la rappelle. Celle-ci l?informe d?un accident de route, précise n?avoir rien de grave, mais que ses prochains rendez-vous ne pourront être assurés et lui demande de les annuler, même si elle espère être présente à dix-huit heures au plus tard. L?indien acquiesce d?un signe de tête, comme si elle pouvait le voir, puis même la parole à ses gestes. Après la communication, Varun sollicite leur assistante afin qu?elle fasse le nécessaire, puis s?engouffre dans la salle d?attente pour prévenir le patient dans l?attente que sa confrère a eu un contretemps, qu?elle s?excuse, mais qu?il ne doit pas s?inquiéter et qu?elle le contactera pour caler un nouveau rendez-vous rapidement. L?homme se tourne enfin vers son patient et reprend ses consultations.

17 heures
Dans la salle d?attente, Varun interpelle son prochain rendez-vous et tombe nez à nez avec une jeune femme assise, avec un regard un peu vide. Il ne l?a jamais vue ici, mais se doutant de son identité, s?adresse à elle. « Vous attendez la Docteure Greco ? » l?interroge-t-il, préférant avoir confirmation. Sans doute qu?elle n?a pas eu le message à temps. « Elle a eu un imprévu et ne sera pas disponible avant dix-huit heures. Vous pouvez voir avec notre assistante pour convenir d?une autre date. » dit-il, en demandant à son patient de le suivre.

18 heures
Dernier rendez-vous du soir. S?il ne compte pas ses heures, reçoit jusqu?à 21 heures, il y a des jours comme celui-ci où il s?autorise un peu de répit. Contre toute attente, alors qu?il part chercher son patient dans la salle d?attente, Varun aperçoit la même jeune femme, assise au même endroit, avec une posture un peu différente, mais toujours présente. Constatant l?heure à sa montre, il se dit que sa collègue ne tardera pas à arriver et gèrera d?elle-même.

19 heures
Après avoir accompagné son patient à la porte, Varun revient dans son bureau pour ranger ses affaires. La lanière de son sac à dos sur son épaule, il s?avance vers la sortie lorsqu?il est attiré par une silhouette dans la salle d?attente. Il est surpris d?y voir cette femme, alors qu?elle aurait très bien pu rentrer chez elle. Il s?arrête, se mord la lèvre inférieure, s?avance de nouveau vers la sortie en informant au passage l?assistante de la présence d?une patiente. Celle-ci semble être au courant, a proposé de nouveaux horaires, mais aucun n?a été retenu. Jugeant que c?est à elle de gérer ça, Varun sort du Cabinet, puis après une minute à marcher, fait demi-tour. Il ne peut définitivement pas laisser ça comme ça, même s?il en aurait pourtant l?envie. « Bonsoir. » dit-il, en passant le pas de la porte de la salle. « Je suis le psychothérapeute Varun Qureshi. » se présente-t-il, d?abord. « J?ai un créneau. Je peux vous recevoir. Ca vous convient ? » Lui, il n?est sûr de rien. Rares sont les fois où il prend les patients des autres. Ca n?arrive même jamais. Et si elle n?avait pas autant attendu, il aurait sans doute passé son chemin.


Here, here in this heart it's cold, cold as stone. Must welcome these memories, as shallow as my eyes have slowly become. Hearts, frail heart left broken. Cold and known for its bitter agony. Times changed forever that night, leaving only empty memories. Empty memories won't heal the pain.
Revenir en haut Aller en bas
Nayana VijayLe vin est un puissant lubrifiant social
Nayana Vijay
http://www.ciao-vecchio.com/t6462-nayana-the-sky-is-pink http://www.ciao-vecchio.com/t6472-nayana-deewani-ho-gayi
Faceclaim : .Deepika Padukone ; ealitya + Signature : batphanie + gifs : Ealitya
Messages : 2489 - Points : 1980
Nayana | Thérapie #1 Tumblr_p4ev1xxwOJ1w67ki0o1_500
Âge : 34 ans
Métier : Tisaneur
Nayana | Thérapie #1 Empty
Sujet: Re: Nayana | Thérapie #1 ( le Mer 15 Jan - 21:57 )
Les mains posées sur ses genoux qu’elle pressait à mesure que s’écoulaient les secondes, Naya essayait de garder son calme. Assise au milieu de cette salle d’attente, elle n’était pas à l’aise. Elle savait bien que personne ne s’attardait sur elle – du moins elle le pensait, elle n’arrivait pas à voir si on la fixait ou pas – mais elle avait cette impression que le temps s’était arrêtée et que tous les regards se sont braqués sur elle dès le moment où elle avait passé la porte de ce Cabinet. Elle ne voulait pas être là. Elle ne devait pas l’être d’ailleurs. Depuis le moment où l’Indienne avait accepté le rendez-vous qu’on lui avait proposé – après qu’elle ait elle-même appelé pour en fixer un – son cerveau n’avait pas arrêté de chercher une excuse qu’elle pourrait sortir en appelant plus tard pour annuler la séance. Elle était malade et devait reprogrammer. Elle devait quitter la ville. Elle avait été kidnappée par la CIA et devait mener une mission top secrète qui nécessiterait qu’elle disparaisse plusieurs mois. Bref, tout y était passé. A plusieurs reprises, la jeune femme avait même composé le numéro avant de raccrocher dès la première tonalité. La veille, Naya avait décidé d’aller jusqu’au bout et d’annuler la séance suite à une conversation houleuse avec sa mère qui ne comprenait pas le but de cette thérapie qu’elle voulait entamer. Elle ne comprenait même pas pourquoi elle voulait absolument parler à quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, alors qu’elle pouvait lui parler à elle. Mais c’était bien là le problème, elle ne pouvait pas. Elle n’avait jamais pu parler aussi librement qu’elle l’aurait voulu à sa propre mère, et l’annonce de la séance n’avait fait que confirmer ce fait déjà bien établi. Naya ignorait si c’était parce que sa génitrice était ignorante ou si elle le faisait exprès, mais elle sait juste qu’à la fin de la conversation après qu’elle ait claqué la porte de sa chambre pour mettre un terme à la discussion qui n’allait que dans un sens, elle était au bout du fil avec la secrétaire du Cabinet qui demandait l’objet de son appel. Après plusieurs secondes d’hésitation, elle demanda juste confirmation de l’horaire de son rendez-vous qu’elle savait déjà. Elle avait poussé un soupir avant de se laisser tomber sur son lit comme une masse avec l’espoir de ne jamais se réveiller du sommeil sans rêve dans lequel elle avait bien l’intention de tomber.

Dans la voiture qui l’avait conduit sur les lieux, elle n’avait cessé de jouer avec la canne qu’elle tenait entre les mains pour se les occuper. Si une voix dans sa tête continuait à lui trouver des excuses pour tourner les talons, elle avait tout de même fini par entrer dans le bâtiment pour attendre son tour. Elle ignorait à quelle heure elle était arrivée, elle avait juste pris la sage décision d’arriver tôt parce que plus elle aurait attendu, moins elle aurait eu l’envie de venir. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle avait choisi d’attendre lors de l’annonce du retard du médecin ou peu importe comment qualifier la personne qu’elle devait voir. Une voix qui lui était parvenue sans qu’elle ne s’y attende, la faisant presque sursauter alors qu’elle continuait à fixer le vide, ses pensées se bousculant dans sa tête. « Oui… » Lâcha Naya d’une voix si faible qu’elle n’étai pas sûre qu’il l’ait entendu. Elle avait hoché la tête et était restée assise de longues secondes avant de se tâter entre rentrer chez elle parce que clairement, c’était un signe du destin, ou attendre. Si elle rentrait chez elle, second rendez-vous ou pas, elle savait qu’elle ne reviendrait pas. Alors elle décida d’attendre. Au bout d’un laps de temps inconnu, la secrétaire vint la rejoindre pour lui proposer une autre date, un autre horaire, mais elle refusa. Elle était là. Elle n’avait rien d’autre à faire de son après-midi alors elle resterait là et elle attendrait.

Après ce qui lui paraissait être une éternité, Naya n’avait pourtant pas bougée. Elle avait certes changée de position pour s’étirer parfois, mais elle avait décidé de rester et ne comptait pas quitter la chaise sur laquelle elle s’était installée. Des bruits de mouvements et de tissus froissés informèrent très rapidement l’Indienne qu’il ne devait plus y avoir grand monde dans le cabinet et qu’elle devait être la dernière encore présente, mais ça n’avait aucune importance. L’oreille tendue, elle entendit la voix du jeune homme au loin qui annonçait son départ, ce qui provoqua un soupir presque de soulagement chez la jeune femme. Elle était venue, elle avait attendu et ça ne s’était pas fait. Elle ne serait pas en conflit avec sa conscience ce soir. Alors qu’elle se levait pour annoncer elle aussi son départ, elle fut surprise par un « bonsoir » qui la fit suspendre tous ses gestes. Un sourcil levé, elle tourna la tête dans la direction d’où venait la voix. « Vous n’êtes pas la Docteure Greco. » Furent les seules paroles qu’elle cru bon sortir. L’univers avait une étrange façon de lui envoyer de l’aide dont elle ne voulait pas. Après quelques secondes d’hésitation, elle poussa un soupir et hocha la tête. « Je veux bien, oui. Allons-y. » Récupérant son sac, elle déplia sa canne qu’elle élança d’un geste vif face à elle, et attendit qu’on lui indique le chemin. « Vous voulez bien me guider ? » Demanda Naya.


Fearless
Que deviendra le monde si nos femmes ont peur ? Il s'effondrera le monde ! Sa voûte sombrera et les étoiles qui constellent, se mêleront à la poussière des routes ! ▬ Toi peur ? Et de quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
 
- Nayana | Thérapie #1 -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Rues du centre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut