Revenir en haut
Aller en bas

-63%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V10 2-en-1
219 € 599 €
Voir le deal

 

- Pour rallumer les étoiles || PV Luna -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Celeste Dominici10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celeste Dominici
Faceclaim : Olivia Cooke @Saaya
Messages : 89 - Points : 164
Âge : 29 ans (12.12.1990)
Métier : Pâtissière
Pour rallumer les étoiles || PV Luna Empty
Sujet: Pour rallumer les étoiles || PV Luna ( le Jeu 23 Jan - 3:32 )
C’était une magnifique journée pluvieuse : si quelqu’un m’avait dit qu’en descendant au sud je verrais plus d’eau qu’à Venise, j’aurais relevé un sourcil perplexe. C’est que la ville qui m’avait vu grandir n’avait que cela, de l’eau, à perte de vue. Et même si les canaux et certaines des personnes qui m’entouraient me manquaient, je ne perdais pas de vue la raison pour laquelle j’avais choisi de lever l’ancre. J’aurais pu prendre un dard et le lancer au hasard sur une carte du monde et décider de m’installer n’importe où. Mon père aurait sans doute été ravi que je remonte vers Paris où il filait maintenant le parfait bonheur avec sa nouvelle femme. Qui sait, j’aurais peut-être bien pu avoir un appartement avec une vue sur la tour Eiffel rencontrer un prince charmant avec la profession de mannequin. Mais non. J’avais une mission à accomplir depuis que j’avais vidé le grenier de ma mère et que j’étais tombé sur ces vieilles coupures de journaux et ces lettres écrites de la main de ma mère. J’avais une sœur à retrouver, Cassiopée qui avait disparu quand j’avais à peine trois ans. Et elle n’était qu’un souvenir flou, une vague impression. Les indices contenus dans les papiers de ma mère m’avaient mené à Naples. Toutes mes lectures de romans policiers (mes préférés depuis que j’étais petite) ne m’avaient absolument pas préparé à mener une enquête de la sorte et je cherchais par où commencer. Et j’avais envisagé d’aller à l’orphelinat, mais Cassie était rendue trop vieille pour y être encore. La police alors? Un détective privé peut-être? Bref… je réfléchissais à mon plan d’attaque en complétant ma veste matinale dans ma chambre m’arrêtant régulièrement pour tousser.

Tout ça pour dire que le bruit de la pluie avait doucement attiré mon attention vers l’extérieur. C’était ma journée de congé. Et il pleuvait. Ça avait beau être une magnifique journée de pluie, ça n’en restait pas moins une journée de pluie. Ce qui voulait dire que toute exploration sur une grande distance de la ville à l’extérieur ne pouvait pas être envisagé. Il valait mieux éviter de tenter le diable en m’exposant trop longtemps à la pluie. Surtout que j’envisageais la possibilité que la voisine de palier de ma colocation tentait de me tuer. Meurtre par pâtisserie ça aurait sans doute été une bonne manière d’envisager ma mort puisque c’était mon métier. Depuis Noël, elle m’offrait sans cesse des gâteaux mais disons que je n’avais pas encore trouvé le courage de lui dire qu’elle devait honnêtement revoir sa recette. Elle m’avait vu partir une semaine plutôt à l’hôpital et j’avais sérieusement envisagé de lui dire que le blocage que j’avais fait – plus attribuable à ma pathologie qu’à sa cuisine – m’empêchait maintenant de bénéficier de sa cuisine. Parce que je n’avais pas l’intention de retourner en selle et en expédition urgence, sonde naso-gastrique, réhydratation intraveineuse pour une deuxième fois. Et surtout si ça pouvait m’éviter de manger un autre gâteau dur et sérieusement infect.

Mais si je ne pouvais pas aller me permettre une longue marche à l’extérieur… Il y avait sans doute une option? Enchainant avec mes inhalateurs, je fouillais sur mon téléphone pour trouver l’activité parfaite. Mon regard tomba sur l’observatoire astronomique et le musée qui l’accompagnait. Depuis que j’étais un nourrisson, j’avais toujours visité ce genre de musée. Parce que ma mère les adoraient et bossait dans l’un de ces endroits plus grand que nature qui avait l’art de nous faire sentir plus petit qu’une mite dans l’infinité. Mes traitements médicaux complétés, mon sac à dos fait, j’entrepris de me vêtir comme si je partais dans une expédition vers le pôle nord et non pas à seulement 150 mètres d’altitude du sol. Mes bottes de pluie rouge à pois blancs, mon imperméable (assorti), un foulard et un parapluie, j’étais fin prête à partir en exploration. J’étais quand même émerveillée par la buée que faisait mon haleine sur la vitre du bus qui me débarqua au pied de la montagne bien au nord de la ville. Lentement, j’entrepris mon périple avec un petit boost d’énergie tout en positif. C’était une belle journée de pluie et ce n’était pas le déluge qui était en train de me tuer. Bon… d’accord, j’admettrais peut-être sous la TORTURE que je dûs m’arrêter à quelques reprises pour reprendre mon souffle et qu’en arrivant en haut je toussais comme pas permis. Je me laissais doucement retombé sur un banc pendant un petit instant pour tousser sans remarquer la jeune femme qui y était déjà. Mon souffle revenu après la quinte (et après que j’ai craché dans deux mouchoirs), je me retournais doucement pour la regarder. C’était une belle brunette. « Bonjour. Je m’excuse. Je n’ai pas demandé si le banc était libre. J’avais juste besoin de quelques secondes avant de me mettre en file pour acheter mes billets. » dis-je avec un beau grand sourire.



 
Smile, though your heart is aching
♛Light up your face with gladness. Hide every trace of sadness although a tear may be ever so near. That’s the time you must keep on trying. Smile ! What’s the use of crying ? You’ll find that life is still worthwhile if you’ll just smile.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u https://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © all souls .(ava) Miss Pie (sign)
Messages : 2256 - Points : 3471
Pour rallumer les étoiles || PV Luna 1553515517-155231261451006263-27
Âge : 35 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Pour rallumer les étoiles || PV Luna Empty
Sujet: Re: Pour rallumer les étoiles || PV Luna ( le Jeu 30 Jan - 17:36 )

Celeste & Luna.

Les questions il y en a toujours. Elles tournent et trottent dans la tête sans trouver de réponses. Se perdant dans des coins sombres. Mais il y toujours cet espoir de trouver un jour la lumière ou la bonne étoile. L'espoir d'avoir les solutions aux problèmes et de trouver la vie encore plus belle. En attendant faut avancer pas à pas.



Luna hésite à regarder le message qu'elle vient de recevoir. Elle ne connait pas le numéro. Et depuis le SMS au numéro caché elle tremble chaque fois qu'elle ne sait pas qui est le destinataire. Cette histoire l'a pas mal bousculé et elle a encore du mal avec cette vérité dévoilée sur l'écran de son téléphone. Elle sait qu'elle doit accepter le fait d'être une orpheline et d'avoir été abandonnée comme un colis encombrant en pleine nuit dans une rue sombre. Blessée, presque morte.
Quelle famille peut faire cela à son enfant ?
La sienne ou celle qui l'a été durant un temps. Même avec les années elle a du mal avec ce fait, cet abandon qu'elle ne pense pas mériter. La douleur et la blessure restent accrochées à son cœur, à son âme comme une ombre malfaisante. Prête à la détruire au moindre faux pas ou à la moindre faiblesse. Elle tremble, fébrile en regardant son téléphone.
Lire ou ne pas lire là est toute la question.
Une question qui tourne et tourbillonne dans sa tête comme si des gens dansaient une valse endiablée. Elle se doit d'être forte et de passer au dessus de ce genre de chose. Si elle veut avancer. Si elle veut voir que du soleil dans sa vie. Et puis elle a Léo et avec lui elle n'a pas peur. Pas peur d'affronter les démons de son passé. Pas peur de penser à un avenir. Même si parfois encore elle est enveloppée par ses doutes et ses craintes. Comme si ses démons ne voulaient pas la lâcher. « Aller Luna courage. Ce n'es qu'un message. Pas de risque qu'il t'explose au visage ou qu'il te mordre. » Elle soupire un grand coup, cherchant le courage en pensant à ses frères et sœurs orphelins.
Et elle le fait. Puis ose le lire.

Et là Luna se met à rire. « Mais quelle imbécile je suis. » Rien de méchant. Rien qui touche son enfance et le fait qu'elle soit orpheline. Elle découvre avec quand même un peu de surprise qu'elle est invitée à une avant première. Et qu'elle peut y aller accompagner. Vu son métier, elle a assisté à pas mal d'avant première. Elle est même souvent en charge de les préparer et de contacter tout le monde afin que tout se passe le mieux possible. Mais elle se dit qu'au moins là elle pourra vraiment profiter de la fête sans avoir à courir partout. Sans avoir la tête préoccupée par toutes les formalités et notamment la sécurité et le bien être des artistes.
C'est là qu'elle constate que l'avant première à lieu à Rome.
« Je pourrais en parler à Léo. Voir même pour passer le week-end tous les deux. » Elle verra cela plus tard. C'est là que Luna prend conscience qu'il pleut. Avec l'angoisse elle n'avait même pas fait attention au fait que les éléments de dame nature arrosaient le sol et ses fenêtres faites d'hier. Mais rien de bien méchant. Pas pire que les orages qui ont sévis ces jours derniers. Parfois on aurait dit que le ciel allait s'effondrer. Le fait d'avoir finalement compris que le SMS était positif, cela donne envie à l'orpheline de sortir. Elle ne sait pas où mais elle trouvera bien en chemin. Même si elle connait bien Naples depuis le temps elle aime redécouvrir certains endroits.

Et c'est sans s'en rendre compte que Luna se dirige vers l'observatoire. Tout ce qui touche le ciel l'a toujours pas mal envoûtée. C'est un peu comme la danse et la mécanique. Cela lui est venue sans explication. Alors c'est avec un grand sourire qu'elle monte la pente. Parfois ses pieds marquent un peu plus la cadence. Il faut dire qu'elle a la musique accrochée à ses oreilles. Elle regarde le paysage. Sous la pluie il prend une dimension différente. Elle laisse même les gouttes venir taper sur son imperméable en baissant son parapluie. Elle a bien fait de mettre ses bottes, même si ce ne sont pas des bottes de pluie. Elle a horreur des bottes de pluie.
Ne lui demandait pas pourquoi Luna ne saura pas vous le dire.
Mais elle est mieux que dans ses baskets qui auraient fini bien mouillées. Puis presque arrivée, elle s'arrête et s'installe sur un banc. Elle aurait pu continuer. Mais une force la pousse à s'asseoir. Comme si le destin prenait possession de son être. Elle se pose là quelques instants regardant les alentours.
Et puis le ciel ... et ses nuages.
Elle s'y perd cherchant à déceler dans leurs formes des animaux ou des objets. C'est un de ses jeux favoris. Elle ne fait pas attention que l'on s'installe à ses côtés. Elle ne fait pas attention à la quinte de toux. Attraper par les nuages qui passent doucement dans le ciel gris perle. Puis elle attend une voix douce.
Une voix d'ange ?
Non juste la demoiselle assise sur l'autre partie du banc. « Euh .. Bonjour .. Pas de souci je n'attends personne. Vous pouvez vous installez. » Luna répond à son sourire. Un sourire charmant et si doux. Cela la trouble un instant. Mais l'orpheline elle est troublée facilement et rapidement en ce moment. « Vous allez à l'observatoire ? Moi aussi. C'est l'endroit idéal quand il fait ce temps. Vous l'avez déjà visité ? Ou c'est la première fois ? » Elle va peut être paraître un peu curieuse, mais la jeune femme n'est pas obligée de répondre si elle ne le souhaite. Puis elle l'entend tousser. « Vous allez bien ? Vous voulez un peu d'eau. »
Est ce qu'elle est enrhumée ? Peut être est ce une allergie à cause de la pluie ?



(fiche) vmicorum. / (ava) Eveymoon & MORPHINE.


" Hier n'existe pas. Avant-hier non plus. Aujourd'hui, c'est délicieux. Demain est merveilleux."
Revenir en haut Aller en bas
Celeste Dominici10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Celeste Dominici
Faceclaim : Olivia Cooke @Saaya
Messages : 89 - Points : 164
Âge : 29 ans (12.12.1990)
Métier : Pâtissière
Pour rallumer les étoiles || PV Luna Empty
Sujet: Re: Pour rallumer les étoiles || PV Luna ( le Lun 17 Fév - 4:42 )

Dans les nombreuses valeurs que la vie m’avait inculqué à grand coup de pied au derrière, il y avait la résilience. Un peu comme celle du roseau dans les fables de La Fontaine que papa me lisait quand j’étais petite. Je l’aimais cette histoire parce que je m’y reconnaissais. Petite, des enfants ne comprenaient pas nécessairement les limites que mon corps m’imposait : ce qui pour eux ressemblait à des activités anodines pouvaient pour moi être des défis notables. Et l’inverse était également vrai : je connaissais des gens complètement tétanisée par la simple idée d’une prise de sang alors que moi, j’avais sagement accepté d’avoir un port à cathéter installé des années plus tôt quand mes poumons avaient commencé à avoir de réels problèmes pour combler les attentes que l’on avait à leurs égards.

Les épreuves à laquelle la vie nous soumettait n’était pas les mêmes et, par conséquent, les routes que nous empruntions pour parcourir notre petit bonhomme de chemin étaient fondamentalement différentes. Un patient comme moi né vingt ans avant moi aurait été condamné à ne pas voir sa trentaine arrivée. Petite, quand j’avais reçu mon diagnostic, mes parents s’étaient fait dire que mes chances de voir ma vingtaine étaient quand même relativement faibles. J’avais pourtant soufflé mes vingt-neuf bougies d’anniversaire. Et j’avais toutes les chances du monde de voir mon trentième anniversaire de naissance. C’était pour moi, une raison suffisante de ne pas me fié à chaque estimé qui était fait, de regarder avec scepticisme chaque diagramme alarmiste et de ne pas me laisser arrêter par la simple idée que c’était une journée pluvieuse.

Cela dit, ça ne voulait pas dire que j’acceptais nécessairement aveuglément chacune des limites qui venait avec ma condition. Même si je ne pouvais pas me trouver directement en présence de gens qui avaient la même pathologie que moi, j’avais par la magie de l’Internet tissé des liens avec des gens de ma communauté qui menaient un combat similaire au mien. Je savais par leur progression l’ensemble des horreurs qui pouvait m’attendre : de la roulette coincée sur un fauteuil à la bombonne d’oxygène en aluminium qui me suivrait quand ma capacité pulmonaire tombera sous une certaine limite – limite dont je me rapprochais un peu plus à chaque visite de suivi : une des nombreuses raisons qui avaient justifié que je m’installe ici (en addition de ma quête pour retrouver Cassiopée), c’était que leur centre de transplantation me donnait de meilleures chances,

Ça n’empêchait pas que parfois, j’avais envie d’envoyer mes poumons se faire frire un œuf. Mon Everest d’aujourd’hui n’avait pas la même forme que celui des autres. La côte n’était même pas si abrupte mais c’était assez pour que mes poumons engorgés triment pour se vider encore plus que la nef de l’Église que maman fréquentait lors de la messe de minuit la veille de Noël. Et c’était peut-être un peu frustrant pour moi. Parce que je savais qu’il ne fallait pas reculé de plus de trois ans pour qu’une telle côte ne représente pas un défi aussi étouffant, aussi essoufflant. Je m’en voulais d’avoir besoin de m’asseoir pour reprendre mon souffle après un défi qui pour beaucoup n’en était pas un. J’acceptais ma condition, mais j’aurais quand même aimé pouvoir faire comme si mes limites n’étaient pas en train de grandir, en train de prendre plus de place dans ma tête : je ne voulais pas être réduite à une pathologie. Je voulais exister, dans tous les sens du terme.

Et cette existence passait par des petits rituels de prise de connaissances : comme de demander si je pouvais m’asseoir sur le banc – même si j’avais trop d’orgueil pour dire que c’était pour reprendre mon souffle parce que j’en avais malgré tout un peu besoin. Ma voix douce traduisit quand même la reconnaissance lorsque la demoiselle m’autorisa : un simple « Merci. » pouvait parfois nous amener à rencontre des personnes nouvelles qui pouvaient nécessairement avoir un impact sur notre vie.

Le fait d’avoir eu une mère passionnée par les étoiles avait définitivement teinté mon éducation : ma mère m’avait montré dans son télescope les différentes étoiles et même si ma soif de vivre ne m’avait pas poussé à poursuivre le chemin familial, j’avais quand même gardé son enthousiasme qui transparaissait dans ce que je dis : « Oui ! Exactement. Même si j’aimerais aussi y aller sur une journée ensoleillée. J’en ai entendu parlé. Je viens à peine de m’installer en ville. Donc, il s’agira de ma première visite. Il parait qu’ils ont un exemplaire de la deuxième édition du livre de Copernic, celui qui décrivait l’héliocentrisme. Enfin… C’est votre première visite à vous aussi ? » demandais-je avec une nouvelle quinte de toux : trop de mots demandant à sortir tous en même temps.

Ce qui ne passa pas inaperçu : mais en même temps, je toussais gras, comme si j’avais un chat faisant cruellement ses griffes dans ma gorge. J’haussais vaguement les épaules en direction de la côte pour me justifier. « Oui… C’est normal. La côte est simplement un peu trop abrupte pour moi… mais ça va passer. » Et voulant chasser la discussion et le cours que je pouvais faire je me présentais : « Je m’appelle Celeste. Et vous ? »



 
Smile, though your heart is aching
♛Light up your face with gladness. Hide every trace of sadness although a tear may be ever so near. That’s the time you must keep on trying. Smile ! What’s the use of crying ? You’ll find that life is still worthwhile if you’ll just smile.
Revenir en haut Aller en bas
Luna PrimaveraToujours frais après un litre de café
Luna Primavera
https://www.ciao-vecchio.com/t4153-les-trous-noirs-c-est-comme-u https://www.ciao-vecchio.com/t4158-la-blessure-cicatrisee-on-oublie-la-douleur-luna#131616
Faceclaim : Irina Shayk © all souls .(ava) Miss Pie (sign)
Messages : 2256 - Points : 3471
Pour rallumer les étoiles || PV Luna 1553515517-155231261451006263-27
Âge : 35 ans qu'elle fête le 1er mai. Trouvée en 1994 dans les rues de Naples. On lui a donné 10 ans. A partir de là sa date de naissance a été définie. (1/05/1984)
Métier : Assistante administrative au cinéma le Modernissimo
Pour rallumer les étoiles || PV Luna Empty
Sujet: Re: Pour rallumer les étoiles || PV Luna ( le Sam 22 Fév - 23:43 )

Celeste & Luna.

Les questions il y en a toujours. Elles tournent et trottent dans la tête sans trouver de réponses. Se perdant dans des coins sombres. Mais il y toujours cet espoir de trouver un jour la lumière ou la bonne étoile. L'espoir d'avoir les solutions aux problèmes et de trouver la vie encore plus belle. En attendant faut avancer pas à pas.



Assise sur le banc, pour Luna le temps s'arrête. Les yeux perdus dans le ciel elle oublie ce qui l'entoure. Les tracas qui préoccupent sa tête et qui serrent son cœur. Elle essaie de faire le vide en pratiquant une de ses activités préférées. Elle fait cela depuis des années. Elle se souvient parfaitement des moments qu'elle passait devant le fenêtre de sa chambre d'hôpital. Elle restait des heures à regarder le ciel et à chercher du réconfort dans les nuages. S'occupant comme elle pouvait sa tête qui refusait de lui donner son nom. Des images de sa vie. Elle se souvient des larmes que ce vide immense causait. Des silences qui l'envahissaient.
Alors que la porte de sa chambre ne s'ouvrait que sur les médecins et les infirmières.
Elle se disait qu'en regardant les nuages tout lui reviendrait. Car elle avait eu l'idée de le faire. L'envie. Et que cela pourrait l'aider. Que cela devait automatiquement dire quelque chose. Elle persistait chaque jour. Dés que le soleil montrait le bout de son nez. Elle sautait du lit, même si sa tête était douloureux. Elle laissait ses yeux durant des heures observaient le ciel. L'espoir au bord du cœur. Les larmes au bord des lèvres.
Mais rien.
Bien sur qu'elle reconnaît un lapin sautillant, un cheval fou, un dauphin rigolo, un chien adroit. Un arbre ou un champ de fleurs. Mais pour ce qui était de sa mémoire. Rien. Un grand trou noir. Toutes les étoiles, toutes les planètes de sa galaxie avaient été aspirées et la pauvre fillette finissait pas pleurer des larmes amères et douloureuses. Comme cela pouvait faire souffrir de n'être personne pour personne. Même pas une bribe d'espoir. Juste du vide.
Chaque jour plus grand. La mémoire n'est jamais revenue. Et Luna vêtue de sa nouvelle identité a grandi. Mais quand elle regarde les nuages elle redevient cette petite fille tremblante qui espère qu'un père, qu'une mère, qu'une sœur, qu'une frère passent la porte pour la serrer dans leurs bras.

Alors là assise sur ce banc, Luna elle repense. A tout cela. A cette vie perdue. A ce chemin qu'on a choisi pour elle. Sans qu'elle ne sache pas si c'était bien le sien. Elle n'a jamais compris l'attrait pour le ciel et tout ce qui le rend beau que ce soit le jour que se soit la nuit. Elle n'arrive pas à se dire que jamais elle n'aura sa réponse. La réponse à toutes ses questions légitimes. Qui s'imposent à certain moment plus qu'à d'autre. La laissant parfois meurtrie. Démunie. Fragile.
En même temps elle puise sa force dans ce moment ou elle met le temps qui passe entre parenthèse. Dans ses oreilles juste le bruit de son cœur. Qu'elle écoute avec douceur. Depuis que Léo est entré dans sa vie, il bat d'une manière bien plus belle. Et puis il y a cette voix qui lui rappelle qu'elle n'est pas toute seule. Et que le monde tourne, même si elle resterait bien arrêtée. Là calée dans ses rêveries de chats qui chantent, d'oiseaux qui courent, de fées qui étonnent. Elle laisse la jeune femme s'asseoir.

Luna saisit vite l'intérêt de la demoiselle pour l'observatoire et ce qu'il renferme. « En effet c'est très agréable aussi quand il fait beau. Non ce n'est pas ma première visite. Le ciel et ses mystères me captivent. Même si je n'y connais rien. J'ai du mal à passer une journée sans y laisser traîner mes yeux. Par contre pour le livre vous êtes mieux renseignée que moi. Va falloir que je sois plus consciencieuse dans ma visite. » Elle sourit. Avec un air d'innocence dans le regard. Elle a encore des nuages qui dansent dans sa tête l'orpheline. Elle se retient même de bouger ses jambes comme le font souvent les enfants, les balançant d'avant en arrière avec un tempo bien personnel.
Suite à la quinte de toux, elle demande comment elle se sent, car cela reste assez violent. Luna est même surprise de l'écho frappant qui semble sortir de son corps si frêle. Il faut dire que la montée n'est pas dés plus évidente. Et elle a en retour des réponses l'orpheline. « C'est vrai qu'elle est assez raide. On dit que c'est bon pour faire les mollets. » Elle donne par sa remarque une teinte plus légère à l'échange. Sentant la demoiselle mal à l'aise. Ce qu'elle trouve logique.
« Enchantée Celeste. Un prénom prédestiné à la visite d'un observatoire. Et moi c'est Luna. » Remarque à elles deux elles forment un beau duo niveau prénom. « Si vous voulez on peut faire la visite ensemble. Vous me montrerez ce fameux livre et moi je vois ferais découvrir les petits coins pour se poser tranquille. » Sans se faire plus intrusive, elle propose son aide. La pente est raide en effet.
Mais ..
Luna ne demandera pas plus, elle propose juste son aide, si Celeste veut de sa compagnie. Et puis cela ne fera pas de mal à l'orpheline, de ne pas se trouver seule. Son cerveau réfléchira moins. Et cela ne fait pas de mal de tendre une main et encore plus à une personne qui ne connaît pas Naples.



(fiche) vmicorum. / (ava) Eveymoon & MORPHINE.


" Hier n'existe pas. Avant-hier non plus. Aujourd'hui, c'est délicieux. Demain est merveilleux."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Pour rallumer les étoiles || PV Luna Empty
Sujet: Re: Pour rallumer les étoiles || PV Luna ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Pour rallumer les étoiles || PV Luna -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Autour de Naples :: Autres quartiers
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut