Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Ebay : – 15% jusqu’à 50€ de ...
Voir le deal

 

- Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Romana GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Romana Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t2639-romana-presentation http://www.ciao-vecchio.com/t2658-romana-gallini-liens
Faceclaim : Jenna Coleman (soapflaws)
Messages : 1255 - Points : 1853
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Source
Âge : 34 ans - Née le 22 juin 1985
Métier : Pédiatre à l'hôpital de Naples, en congé maternité
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Mer 5 Fév 2020 - 2:27 )

Romana laissait le champ libre à son fiancé pendant une heure, il avait des choses à boucler, elle le comprenait. Elle allait devoir attendre une petite heure avant que Léandro n’ait terminé, mais elle allait bien trouver de quoi s’occuper, elle allait continuer la lecture qu’elle avait entamé avant que son fiancé ne rentre, puisqu’elle avait déjà fait ce qu’elle devait faire avant le départ.

Le couple était sur le point de partir. Ils allaient pouvoir laisser leurs problèmes derrière eux, juste le temps d’un week-end. Romana comptait bien en profiter au maximum. Elle devait essayer de faire le vide dans son esprit, oublier les mauvaises choses pour pouvoir profiter au mieux. Elle en voulait encore à Léandro pour ses mensonges, mais si ce week-end se passait bien, peut-être qu’ils pourraient de nouveau se rapprocher. Ils allaient peut-être pouvoir être de nouveau un couple. Léandro rangeait les bagages et faisait le tour de la maison, pendant que Romy patientait assise dans la voiture. Elle avait hâte de quitter la rue pour partir en voyage, pouvoir souffler un peu, se reposer, profiter et se sentir bien. Elle espérait que tout allait se passer comme elle le voulait, comme elle se l’imaginait depuis qu’elle avait lu la lettre de Léandro le matin même. Aucune dispute, aucun problème. La seule chose qui embêtait Romy s’était de laisser ses enfants ici, loin d’elle, elle n’aimait pas les savoir loin, ils lui manquaient très vite, mais elle n’avait pas d’autre choix que de les laisser ici.

Une fois la voiture en marche Romana s’était sentie comme soulagée. Elle avait toujours ce poids en elle, mais elle avait l’impression qu’il n’allait pas être aussi important pendant leur escapade. L’ambiance dans la voiture n’était pas des meilleures. Le couple avait encore du mal à communiquer. Romana était peut-être en train de lui pardonner, mais elle avait encore un peu de mal à lui parler comme autrefois. Ils avaient profité du chemin pour parler un peu, mais c’était encore très tendu entre eux. Après tout, le week-end était fait pour essayer de tout arranger entre eux.

Après plus d’une heure de route le couple était arrivé à destination. Romana était bien contente de pouvoir se mettre debout, mais surtout d’être arrivée. Le week-end allait enfin pouvoir commencer. Le couple allait pouvoir profiter un peu d’être juste tous les deux. « Déjà, je veux manger quelque chose parce que je meurs de faim. Ensuite, je ne sais pas, j’ai envie de tout faire tout de suite. Tout semble tellement intéressant que c’est compliqué de savoir par quoi commencer. On monte dans la chambre et on voit ensuite ? » Tout le programme du week-end semblait, en effet, très intéressant. Romy avait envie de tout faire, c’est difficile de savoir par quoi commencer. Le temps qu’elle pouvait se détendre et profiter du séjour, dans le fond, elle s’en fichait bien. En arrivant à l’accueil, le couple avait dû se présenter et régler deux ou trois petits détails habituels, avant qu’une personne les accompagne jusqu’à leur chambre. Tout ici était magnifique, tout donnait envie de se détendre et de ne penser à rien d’autre qu’au bien-être. Le couple était enfin dans leur chambre, Romy attendait de pouvoir être seule avec son fiancé pour le remercier de tout ce qu’il faisait ces derniers temps. « Merci pour tous les efforts que tu fais ces derniers temps, ça me touche énormément. » Il était important de se dire les choses, important de remercier l’autre et de lui faire remarquer les efforts quand il y en avait. Et Léandro en faisait beaucoup ces derniers temps, c’était pour se racheter, pour se faire pardonner et il n’aurait pas eu besoin d’en faire autant s’il ne lui avait pas menti, mais il essayait de se faire pardonner, c’était déjà ça.
Revenir en haut Aller en bas
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©.NEPHILIM
Messages : 303 - Points : 913
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Tumblr_oy2v33rVut1qankmno4_500
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Lun 17 Fév 2020 - 16:35 )
Une partie de la vérité, enfin ?


Arrivé devant l’entrée de l’hôtel, Léandro sentait que ce week end allait être reposant… Enfin c’est seulement ce qu’il croyait, car il était loin de s’imaginer tous ce qu’il allait arrivé. Il avait demandé à sa fiancée ce qu’elle désirait faire avant toute chose. A présent ils avaient tout le loisir de faire ce qu’ils voulaient et profiter surtout d’être seul, sans enfant et sans obligation. En effet, Léandro avait fait vraiment des efforts et coupé son téléphone pour le week end. Enfin, il avait juste dit d’appeler vraiment en cas d’urgence à la réception de l’hôtel, mais seulement en cas d’extrême urgence.

Léandro eut un petit rire, quand sa fiancée lui indiquait qu’elle avait faim. Ce qui n’était pas surprenant, c’était l’une des premières grande conséquence dans la grossesse, la faim… Excessive et qui suivait toute les heures les femmes. Léandro était encore rassurée que Romana n’ait pas de grosse envie qui lui demandait de se lever à pas d’heure de la nuit ou un jour où tout était fermé pour acheter ce dont elle avait envie sur le moment. Cependant la grossesse n’était pas finis, cela pourrait encore arrivé. Il touchait donc du bois.

« Oui on monte, ensuite on va manger. Ils ont un superbe petit restaurant dans cet hôtel. Tu vas adorée ! »

Enfin à la réception, Léandro réglait les détails pour accéder à leur chambre. On lui remit un nouveau pass en guise de clé, quelques documents pour faire la promotion des offres de l’hôtel. On ouvrit la ligne téléphone et celle de la télé. Une fois prêt, une personne était dédié pour les guider jusqu’à leur suite. Quand Romy lui fit part de ses sentiments en le remerciant, le jeune homme sourit doucement.

« De rien… tu sais que.. malgré tout je ferais tout pour que tu sois bien. »


Il n’arrivait pas trop à exprimé ses ressentis parfois, surtout par la parole, alors il préférait le faire par les gestes. Mais il voulait qu’elle soit heureuse, c’était sa priorité… Même s’il l’avait un peu oublié et laisser de côté depuis plusieurs mois. Parce qu’il était perdu et pensait à tout les moyens possible pour la protéger.

La personne avait le passe en main et leur ouvrit leur suite. Il remit ensuite le passe à Léandro et leur fit quelques recommandations avant de se retirer. Enfin ils étaient seuls. Léandro avait fait passé Romy avant lui et avait refermé la porte derrière lui. Il avançait à son tour pour découvrir du coup leur suite. C’était un petit trois pièce. Il y avait la chambre, la salle de bain, un coin salon avec une cuisine ouverte et un grand balcon avec une superbe vu sur les montagnes et l’énorme petit village que l’hôtel avait créer, avec piscine et beaucoup de choses pour que les vacanciers profite. Dans le salon, les bagages étaient déjà la.

« C'est magnifique ! »

La visite de la suite s'ensuivit, ainsi que le fait de ranger ce qu'il y avait dans les valises afin d'être plus à l'aise. Après pas loin de quarante minutes, Léandro proposait donc d'aller manger à ce fameux restaurant.



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
Romana GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Romana Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t2639-romana-presentation http://www.ciao-vecchio.com/t2658-romana-gallini-liens
Faceclaim : Jenna Coleman (soapflaws)
Messages : 1255 - Points : 1853
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Source
Âge : 34 ans - Née le 22 juin 1985
Métier : Pédiatre à l'hôpital de Naples, en congé maternité
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Mar 18 Fév 2020 - 3:40 )

Léandro faisait des efforts, Romana ne pouvait pas dire le contraire. Il avait pris le temps d’organiser un week-end pour que le couple puisse passer un moment rien que tous les deux, sans les enfants, sans les problèmes… Il savait que rien n’était simple entre eux ces derniers temps à cause des mensonges de Léandro, mais il essayait de se rattraper et Romana en prenait compte. Elle voulait lui pardonner, essayer de retrouver un semblant de vie normale, presque identique à celle d’autrefois, les problèmes de Léandro en plus, mais cette fois-ci elle serait à ses côtés pour les affronter. Elle espérait sincèrement que ce week-end puisse de nouveau les rapprocher, les réunir. C’était peut-être ces deux jours loin du monde et des ennuis qui allait faire que Romy allait lui pardonner, du moins en partie, ses mensonges. Elle l’espérait sincèrement en tous cas et tout semblait bien commencer, tout allait dans la bonne direction pour passer un très bon week-end et ils avançaient dans la voie du pardon.

Après avoir découvert la suite, qui était des plus splendides, avec une vue magnifique sur les montagnes, autant dire que tout était calme et apaisant, il n’y avait pas meilleur endroit pour passer du bon temps, à profiter du calme, du repos, de la tranquillité… Les bagages étaient dans la suite, il n’y avait plus qu’à les ranger pour pouvoir aller profiter de ce petit week-end et de toutes les bonnes choses qu’ils allaient pouvoir faire. Léandro rangeait donc les bagages, Romy l’ayant à peine aidé, elle devait se reposer et Léandro ne lui laissait faire que peu de chose ces derniers temps. Ils pouvaient désormais quitter la suite et aller manger au restaurant, Romy n’aurait pas pu attendre plus longtemps pour aller manger, elle mourait de faim et les deux petits monstres qui grandissaient en elle, faisait bien comprendre qu’eux aussi voulaient manger, en tout cas, ils s’amusaient bien à envoyer des coups de pieds à leur mère, à croire qu’ils jouaient à qui frapperait le plus fort.

Une fois au restaurant, le couple avait pu profiter d’un premier moment tranquille. La conversation était un peu plus présente que lors du trajet en voiture. Romy n’avait pas envie de gâcher le week-end et pour cela, elle devait prendre sur elle et essayer de pardonner à Léandro, de profiter d’être ici, sans avoir besoin de rester silencieuse. Le couple avait profité de toute l’après-midi pour utiliser le spa et autres. Et en fin de journée, épuisée de tout ce qu’ils avaient pu faire de l’après-midi, Romy avait eu envie de retrouver le confort de leur suite. Elle n’avait pas encore pu réellement en profiter, mais là elle en avait besoin, même si tout ce qu’elle avait pu faire durant l’après-midi était apaisant et reposant, elle avait envie de se poser dans sa chambre et de continuer à profiter un peu le lendemain. Une fois dans leur chambre, Romana avait déposé ses affaires et avait envie de passer par la salle de bain, avant de profiter du reste de la suite. « Je vais dans la salle de bain, je te rejoins très vite. » Une fois dans la salle de bain, Romy s’était emparé du téléphone, juste le temps d’envoyer un message à ses parents pour savoir si tout allait bien avec les enfants. Elle ne pouvait pas s’en empêcher, c’était plus fort qu’elle et puis un petit message ne pouvait pas faire de mal. Elle savait qu’avec ses parents, il n’y avait pas de risque et que s’il y avait eu un problème, ils auraient été mis au courant, mais elle n’avait pas pu s’empêcher de se rassurer. Dans la pièce d’à côté, le téléphone de Léandro s’était mis à sonner. Sans doute quelque chose de pas très important, les enfants avaient peut-être envie de téléphoner, pas de quoi s’alarmer. Malgré tout, Romana mettait l’oreille sur la porte afin d’entendre ce que Léandro disait, mais les mots étaient à peine audibles. Léandro ne parlait pas fort, comme s’il ne voulait pas que Romy entende. Cela pouvait paraître idiot, mais Romana n’avait pas envie d’attendre pour savoir de qui il s’agissait, la douche allait devoir attendre. Romy était donc sortie de la pièce pour rejoindre Léandro qui semblait tout juste raccrocher le téléphone. « C’était qui ? » Romana posait la question une boule au ventre. Elle espérait simplement que les problèmes ne les avaient pas suivis, mais vu la tête de Léandro et la façon dont il parlait au téléphone, elle savait que l’appel n’avait rien d’amical.
Revenir en haut Aller en bas
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©.NEPHILIM
Messages : 303 - Points : 913
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Tumblr_oy2v33rVut1qankmno4_500
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Mar 18 Fév 2020 - 15:54 )
Une partie de la vérité, enfin ?

Le restaurant se passait bien, ils parlèrent un peu de tout et de rien, mais aucunement ils abordèrent les sujets qui fachent. Léandro ne voulait pas du tout le faire en tout cas, pas maintenant du moins. La journée continuait sans soucis, ils profitèrent de quelques prestations de l’hôtel et ca faisait un bien fou. Malgré tout, Léandro était triste, car il sentait la distance qu’il y avait entre eux. Ils s’aimaient, mais ils étaient tellement distant… Surtout physiquement. Si bien que Léandro ne savait pas comment s’y prendre. Au bout d’un moment Romana eut envie de retourner dans leur chambre pour se poser, Léandro l’y accompagnait, il ne se voyait pas faire autre chose tout seul. Ce n’était pas le but, vu que la mission de ce week end était d’être ensemble. Un week-end en amoureux. Le jeune homme s’assit au bord du lit alors que sa fiancée lui indiquait qu’elle allait dans la salle de bain.

« D’accord, je t’attends. »


Il lui sourit, et il saisit son téléphone qu’il avait laissé dans le tiroir de la table de chevet. Léandro attendit qu’il se rallume, car il avait éteint réellement ce dernier. Il avait promis, pas de boulot ce week end et juste si jamais il y avait une urgence un appel par la réception de l’hôtel. Le téléphone allumé, les messages s’affichaient un par un et il en coupait le son. Rien d’alarmant sur l’instant, juste quelques messages du travail, de ses amis, un de Rafael… Bon… ca allait.

Alors qu’il posait son téléphone sur la table de chevet, son portable se mit à sonner. Il fronçait les sourcils… Sérieusement… Il le prit et regardait le numéro, son conseiller et ami de la banque. Léandro prit une inspiration et se mit à répondre. Il se levait et allait vers la grande baie vitrée. Au téléphone son conseiller lui indiquait que les finances étaient mauvaise et se demandait pourquoi il était donc parti s’offrir un week end en puisant dans une épargne qu’il ne pouvait pas toucher normalement. Léandro essayait de s’expliquer, mais alors qu’il allait finir sa phrase il eut un double appel.

« Attends je te reprends après, j’ai un double appel…. Allô ? »


Léandro avait lancé le double appel sans vraiment regardé le numéro, et peut être qu’il aurait dû car au bout du fil, la voix n’était pas celle d’une voix tout à fait humaine. Le brun fronçait les sourcils avant d’essayer de d’ouvrir la baie d’une main, mais c’était impossible, alors il parlait à presque voix basse.

« Je ne sais pas ce que vous voulez, mais laissez moi tranquille ! Ma famille aussi. Votre petit jeu ne me fait pas peur. »

-  Vraiment Léandro ? Tu sais très bien que je peux détruire ta vie d’un claquement de doigt. Serais-tu prêt à tout faire pour préserver le peu d’équilibre qui reste de ta petite vie de couple misérable ? … Je ne pense pas que ta femme soit heureuse d’apprendre la suite de tes mensonges.

« Qu’est ce que vous voulez ?! »

- Va falloir dire la vérité concernant l’argent à ta petite Romana, sinon les conséquences vont être pire… surtout que tu sais que tu me dois encore beaucoup d’argent. Je te laisse jusqu'à minuit pour le faire... sinon... Tic tac tic tac... boum.


Léandro allait s’énerver, et sans attendre il raccrochait au nez de cet interlocuteur, puis finalement dans l’élan il raccrochait aussi au nez de son ami et conseiller. Il murmurait ‘merde’… C’est alors que Romana arrivait dans la chambre, surpris il se tournait vers elle, alors qu’elle lui demandait qui c’était.

« Oh… personne… juste un ami. »

Il fit un petit sourire, mentir était devenu une habitude… Mais là, il était plus que déboussoler pour le coup. Comment ce foutu personnage savait tout ca. Comment pouvait-il le faire chanter à ce point ? C’est alors que le téléphone de Romana vibrait dans sa main, annonçant un message. Un sms de ce maitre chanteur. Les dommages collatéraux continuaient.



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
Romana GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Romana Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t2639-romana-presentation http://www.ciao-vecchio.com/t2658-romana-gallini-liens
Faceclaim : Jenna Coleman (soapflaws)
Messages : 1255 - Points : 1853
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Source
Âge : 34 ans - Née le 22 juin 1985
Métier : Pédiatre à l'hôpital de Naples, en congé maternité
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Mar 18 Fév 2020 - 23:20 )
Après une après-midi à se détendre, à profiter du week-end, Romy avait eu envie de rentrer, profiter d’une bonne douche et discuter ensuite calmement avec Léandro. Rien n’était encore gagné entre eux, Romana était encore éloigné, elle avait encore un peu de mal à se rapprocher de son fiancé, mais c’était le but de ce week-end. Elle devait donc elle aussi faire des efforts pour essayer de tout améliorer entre eux. Romana avait donc prévenu Léandro qu’elle allait dans la salle de bain et qu’elle n’en avait pas pour longtemps. Mais une fois dans la salle de bain, elle avait entendu le téléphone de Léandro sonner. Elle ne s’était pas inquiété jusqu’à ce qu’elle n’entende plus réellement ce que Léandro était en train de dire. Romy avait collé une oreille à la porte, mais elle n’arrivait qu’à distinguer quelques sons, rien de très audibles, ce qui ne rassurait en rien la jeune femme. Pas le temps de prendre une douche, Romy ne pourrait de toute façon pas en profiter pleinement, elle n’aurait fait que penser à ce coup de téléphone et n’aurait fait que stresser. Sans perdre plus de temps Romana était sortie de la salle de bain, elle avait rejoint Léandro dans la chambre avant de lui demander avec qui il était au téléphone. Il s’agissait apparemment d’un ami, il avait l’habitude de mentir, il savait d’ailleurs bien le faire, mais cette fois-ci Romana ne croyait pas une seule seconde son fiancé. Il semblait bouleversé, quelque chose n’allait pas, c’était évident. Romy allait reprendre la parole, mais le vibreur de son téléphone l’en avait empêché. Romana s’attendait à un message de ses parents, elle venait tout juste de leur parler alors ça aurait pu être le cas, mais non, ce n’étaient pas eux. Il s’agissait de la personne qui faisait du chantage à Léandro. Comment avait-il eu son numéro de téléphone ? Ça ne devait pas être compliqué à trouver après tout. Le message n’était pas très explicite, Romana ne comprenait pas réellement ce qui était en train de se passer, ou elle refusait de le comprendre. La personne à l’origine de ce message lui disait de se méfier de Léandro, il disait qu’il était parfait dans l’art des mensonges et des secrets, mais il avait ajouté que Romana ne devait pas s’en faire puisque les secrets prendraient fin très vite. Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? De quels autres secrets parlait-il ? Comment pouvait-il connaître autant de choses sur eux ? Et pourquoi mettre Romana au courant ? Romana verrouillait son téléphone silencieuse, le silence semblait être une éternité, mais elle ne savait pas à quoi s’attendre et elle avait peur. Elle avait peur de découvrir un autre homme face à elle. Que pouvait-il lui cacher d’autres ? « Léandro, je… je n’en peux plus des mensonges, des secrets… Ce n’était pas un ami avec toi au téléphone, ne me prend pas pour une idiote s’il te plaît, tu l’as déjà beaucoup trop fait j’ai l’impression. » Romana marquait une courte pause, ses nerfs étaient en train de craquer, comment pouvait-il encore lui cacher des choses après ce qu’il s’était passé quelques jours plus tôt ? La fatigue, la fin de grossesse, le stress... n'arrangeait rien à la situation. « Qu’est-ce que tu me caches encore ? Et ne me dit pas qu’il n’y a rien, que je ne dois pas m’en faire ou que tu vas tout arranger parce que je n’y croirais pas. » Il lui avait déjà caché la vérité concernant les menaces. Romana avait déjà très mal encaissé la nouvelle, elle lui en voulait et elle commençait seulement à lui pardonner. Seulement, allait-elle réussir à lui pardonner ses autres secrets ? Allaient-ils être lourds à porter ? Sans doute que oui, ils allaient l’être. Désormais, il n’avait plus le choix, il allait devoir tout lui avouer, Romana ne comptait pas le laisser s’en sortir. Ils n’allaient pas jouer à ce petit jeu indéfiniment, Romana ne voulait plus apprendre que son fiancé lui caché des choses, surtout qu’à chaque fois elle ne l’apprenait pas parce que Léandro avait envie de lui dire, elle l’apprenait parce que Léandro n’avait pas d’autre choix que de lui dire.
Revenir en haut Aller en bas
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©.NEPHILIM
Messages : 303 - Points : 913
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Tumblr_oy2v33rVut1qankmno4_500
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Ven 21 Fév 2020 - 18:36 )
Une partie de la vérité, enfin ?

Voilà qu’il ne s’était pas attendu à ce que Romana débarque de nouveau dans la chambre, il aurait cru avoir plus de temps et surtout qu’elle n’est rien entendu, mais à priori sa fiancée avait été curieuse et l’avait écouté ? Il espérait que non. Léandro avait donc menti, une habitude depuis quelques mois et s’en était une de très mauvaise. Pourtant ce n’était que des petits mensonges de rien du tout, pas vrai ? Mais pas aux yeux de certains. Alors il avait quand même préféré dire à Romana de ne pas s’inquiéter… Il voulait la protéger, pour lui éviter du désagrément et du stress, mais ca encore ca ne serait pas compris.

Il pensait qu’elle n’aurait pas cherché plus loin, qu’elle l’aurait cru, mais cette fois cela ne semblait pas être le cas. Léandro était surpris des dires de Romy et les mots qu’elle utilisait lui faisait quand même du mal. Que faire ? Il était partagé entre l’envie de se confier et garder encore fois tout pour lui. Les mots de sa future femme résonnait dans sa tête.

« Arrête s’il te plaît, ne remet pas tout ca sur le tapis. C’est notre week end, oublions pour juste ce week end tu veux ? Je suis désolé si pour moi mes secrets voulait dire te protéger. Je t'assure c'était un ami, qui est mon conseiller à la banque. »

Léandro préférait éviter le sujet, il savait que tôt ou tard, ils y reviendraient mais pas maintenant. Ils avaient à peine commencé le week end et donc il ne voulait pas tout gâché avec les secrets à révéler. Mais il sentait que Romana n’en pouvait plus, elle voulait toute la vérité et qu’il lui livre ce qu’il avait au fond de lui. Peut importe si c’était terrible ou pas. En tout cas il disait une partie de la vérité, il pouvait...

« Je veux juste pour une fois arrêter de penser à tout ca. Je t’en parlerais mais plus tard. »

Le brun avait toujours son téléphone en main, il le rallumait et décidait de le mettre en mode avion et l’éteindre. Il soufflait fit le tour du lit, passant près de Romana, pour aller de son côté et le mettre dans le tiroir de la table de chevet. Le jeune homme ne savait pas si Romy allait accepter d’attendre, mais il ne changerait pas d’avis.

« Tu ne vas pas prendre ta douche ? »



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
Romana GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Romana Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t2639-romana-presentation http://www.ciao-vecchio.com/t2658-romana-gallini-liens
Faceclaim : Jenna Coleman (soapflaws)
Messages : 1255 - Points : 1853
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Source
Âge : 34 ans - Née le 22 juin 1985
Métier : Pédiatre à l'hôpital de Naples, en congé maternité
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Ven 21 Fév 2020 - 21:43 )

Et voilà que Léandro mentait une fois de plus, c’était vraiment devenu une habitude pour lui. Il ne pouvait pas s’empêcher de mentir, de cacher des choses… Et bien évidemment, il faisait passer cela pour une bonne attention, alors que ce n’était absolument pas le cas, pas pour Romy en tous cas. « Je n’avais pas envie de remettre tout ça sur le tapis. J’avais envie de passer un superbe week-end. J’avais envie de profiter de ta présence et de ton attention pour une fois. Mais je ne peux pas Léandro. Je vois bien que quelque chose ne va pas, je sais bien que tu es en train de me mentir et je ne vais pas laisser passer ça une fois de plus. » Il était vrai que Romana avait envie de profiter de ce week-end, elle avait envie de profiter d’être seule avec Léandro, de se retrouver en tant que couple et non comme parents. Mais ce n’était pas elle qui allait gâcher le week-end, mais Léandro, avec ses mensonges et ses problèmes. À croire qu’ils étaient condamnés à vivre comme cela. Ils n’avaient pas le droit d’être heureux, de profiter rien qu’un court instant, il fallait toujours que les ennuis les rattrapent.

« Non ma douche attendra. En revanche, cette discussion ne va pas s’arrêter là Léandro. Je ne veux pas la remettre à plus tard. Je sais bien que ce n’était pas ton ami au téléphone. Tu mens… encore une fois. Je devrais avoir l’habitude, mais je suis naïve, je voulais y croire, croire que tu n’avais plus de secrets pour moi, après notre discussion de la dernière fois. Mais je me suis trompée, comme toujours. » Romana n’en pouvait plus, pourquoi Léandro avait toujours besoin de lui cacher des choses ? Si Léandro avait rangé son téléphone, sans doute pour ne plus recevoir d’appel, ceux que Romana devait ignorer. La brune repris son téléphone, elle avait ouvert le message qu’elle avait reçu en rentrant dans la chambre, un court instant plus tôt. « Qu’est-ce que tu me caches encore Léandro ? Parle, je ne te lâcherais pas. » Le message disait très clairement que Léandro avait d’autres secrets, mais que pouvait-il bien lui cacher encore ? Romana croyait plus en ce message qu’en son propre fiancé. Au final, c’était toujours grâce au maître-chanteur que Romana apprenait la vérité. « C’est peut-être avec lui que je devrais m’entretenir pour tout connaître sur toi une bonne fois pour toute. Il semble tout connaître de toi lui au moins. » Si elle avait cette personne en face d’elle, ce fameux maître-chanteur, elle saurait tout de Léandro, parce que cette personne voulait que Romana connaisse la vérité, sans doute pour atteindre Léandro pour le blesser, le détruire un peu plus. Mais pourquoi est-ce qu’il fallait toujours que Romana ait besoin de recevoir une lettre, un message, de surprendre des conversations pour en apprendre un peu plus sur son fiancé.
Revenir en haut Aller en bas
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©.NEPHILIM
Messages : 303 - Points : 913
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Tumblr_oy2v33rVut1qankmno4_500
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Ven 21 Fév 2020 - 22:55 )
Une partie de la vérité, enfin ?

Léandro avait simplement peur… peur que s’il révélait tout, toute la vie qu’il avait construite avec Romana vole en éclat. Il avait une situation, une famille, une vraie… et c’était quitte ou double. Et si jamais il pouvait remonter le temps ? Tout recommencer ? Et s’il disait à Romana dès le départ pour les menaces, jusqu’où tout serait aller ? Il ne le savait pas, et maintenant c’était trop tard. En tout cas Romana n’en démordrait pas, et Léandro ne comprenait pas pourquoi elle s’entêtait. Elle le lui disait clairement. Il l’écoutait, il venait de fermer le tiroir et lui fit face.

« Je sais que tu ne me crois pas, ou plus. D’accord très bien, ne le fait pas, mais je ne veux pas en parler maintenant! »

Il pensait y échapper, mais non. Il la vit regarder son téléphone et Romana réitéra sa question. Il comprit alors qu’elle avait reçu un message, il arrivait près d’elle.

« Montre moi le message. »

Le brun lui prit le téléphone des mains sans attendre, et il vit alors le texto. Il eut une sueur froide, ce n’était pas possible… Ca ne s’arrêterait donc jamais. Léandro lui rendit le téléphone. Il se mordit la lèvre et reculait un peu, en passant une main sur son visage.

« D’accord… on va avoir cette discussion. Assis toi. »

Léandro n’avait plus le choix le maître chanteur allait surement tout lui dire et de manière sordide et exacerbé. Alors il fallait mieux qu’il prenne les devants. Devait-il vraiment tout avoué ? Il allait réfléchir quelques secondes à ca. Il attendit que Romana s’assoit, il valait mieux pour elle. Quant à Léandro il prit sa place, restant debout.

« Peu importe ce que j’ai fais et que tu ne le comprenne pas. J’ai fais pas ca parce que je t’aime. C’est peut être pas la meilleure des façons de le prouver, mais moi je pense que c’est comme ca qu’on fait. Je sais que tu vas me détester, que tu ne me pardonneras jamais, mais s’il te plaît fait un effort pour… me comprendre. »

Il prit une autre inspiration, laissant le temps de pause. Fallait-il qu’il se lance ? Comment ? Depuis le début ? Léandro fermait un court instant les yeux, avant de les rouvrir et commençer son récit.

« Les menaces ont commencé il y a sept mois maintenant, comme je te l’ai expliqué. C’est en rapport à mon passé et mes dettes que je pensais avoir payé en grande partie. Mais j’ai mis les pieds dedans, quand un collaborateur de la mafia Italienne est venue au musée pour parler affaire. Au début je ne savais pas qui il était, sauf que j’aurais du mieux me renseigner… Il ma proposé une grosse somme pour faire atterrir une collection privée d’Australie… sauf que cela a traîné, il y a eu tellement de paperasse, de soucis légaux, j’ai payé… j’ai utilisé l’argent qu’il m’a donné. Et c’est là que les problèmes ont commencé, car la collaboration est tombée à l’eau. J’ai perdu aux changes, et lui aussi. Il m’a demandé de le remboursé, mais ce n’était pas possible. Et ensuite j’ai reçu une première menace, où il me rappelait des faits de mon passé. Que je lui devais deux dettes et pas une. Au début j’ignorais, je laissais coulé, mais les menaces sont devenu des faits… j’ai faillis avoir un accident de voiture entre autre, car ils avaient saboté la voiture. J’ai compris que si je ne réglais pas le soucis, je risquais gros…. Et le problème c’est que la police ne fait rien contre eux. Et si je les mettais au courant, je risquais de mourir. Je savais donc que j’étais piégé. Je ne pouvais pas payer, du moins… je l’ai fais en partie… et c’est là que j’ai merdé…. J’ai pris ton argent. Et j’en suis vraiment désolé. Je m’étais dit que j’allais te rembourser après, ce qui est toujours le cas, je suis en train de récolter la somme… Mais ce n’était pas suffisant pour eux, alors il m’ont demandé de faire des choses pour eux pour compenser la perte du reste de l'argent. »

Léandro fit une courte pause, tout sortait, naturellement… il se sentait presque libéré. Tous ce qu’il avait gardé pour lui prenait des formes et des mots, mais il avait terriblement peur des conséquences.

« Si tu me demandes ce que j’ai fais ? Des choses stupides… participer à des soirées, attirer les gros poissons par tout les moyens… et ils en demandaient toujours plus, et au début bien entendu je ne devais rien dire à personne sous aucun pretexte sinon ils allaient vous faire du mal, voir me tuer. Même si je te mettais au courant tu risquais encore plus gros ! Alors je n’ai pas parlé… sauf que j’ai dis stop à un moment donné. Mais ils m’ont dit que non, jamais ca ne s’arrêterait. Le deal était de me faire faire les choses, mais jamais de ne s'attaquer à vous. J’essayais de vous protégez corps et âmes, j’ai même voulu partir ou que tu me quittes à un moment donné. D’où pourquoi je ne voulais pas d’autres enfants, car c’était trop… je ne pouvais pas. Mais je t’aime, qu’est ce que je pouvais y faire ? … Maintenant ils s’en prennent à toi juste pour me punir parce que je n’obéis plus et ils veulent briser ma vie. C’est mon châtiment et je dois l’accepter. »


Presque la totalité de la bombe était lâché, Léandro avait réussi à tout avoué et il en tremblait presque. Il savait que désormais tout était finis pour lui, les maîtres chanteurs avaient gagnés et il était un homme mort.



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
Romana GalliniLe vin est un puissant lubrifiant social
En ligne
Romana Gallini
http://www.ciao-vecchio.com/t2639-romana-presentation http://www.ciao-vecchio.com/t2658-romana-gallini-liens
Faceclaim : Jenna Coleman (soapflaws)
Messages : 1255 - Points : 1853
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Source
Âge : 34 ans - Née le 22 juin 1985
Métier : Pédiatre à l'hôpital de Naples, en congé maternité
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Sam 22 Fév 2020 - 0:55 )

Léandro était pris au piège, il n’allait pas pouvoir échapper à la conversation, Romana ne le laisserait pas faire. La jeune femme sortait son téléphone pour allumer le message. Si Léandro devait le voir pour le faire parler alors il allait le voir. Il ne savait pas parler de lui-même, alors il fallait le pousser un peu à le faire. Romana n’avait même pas eu le temps de tendre son téléphone que Léandro lui avait pris des mains pour lire le message qui y était affiché. Il ne pouvait plus reculer désormais, il était au courant de ce qu’avait reçu Romy, elle savait qu’il avait d’autres choses à avouer, alors il devait le faire. Après lecture du message, il était d’accord pour parler, d’accord pour avoir une discussion avec elle, mais avant cela, il lui avait demandé de s’asseoir. Romana s’asseyait donc, elle s’attendait au pire, s’il lui avait demandé de s’asseoir ce n’était sans doute pas pour rien.

Romana écoutait Léandro parlait, il ne lui avait sans doute pas parlé autant depuis des mois. Elle aurait préféré qu’il ne le fasse pas, pas pour lui dire tout cela en tous cas. Les paroles de Léandro faisait mal, il montrait qu’une fois de plus il avait trahi celle qu’il disait aimer. Romana s’était remise debout, elle s’agitait partout dans la pièce, comment avait-il pu la trahir de la sorte ? « Je n’en reviens pas... » Romana était sous le choc. Tout ce qu’il venait de dire était impensable. Il avait volé sa propre fiancée en plus de n’avoir fait que ça de lui mentir, de la trahir pendant des mois. « Arrête de dire que tu voulais nous protéger Léandro. Tu n’as voulu sauver que ta peau. N’essaie pas de te défendre en disant ce genre de chose, tu n’es pas défendable. Je ne te reconnais plus. Je ne sais même pas si tu as réellement était la personne que je croyais. Je réalise que je ne sais absolument pas qui tu es. Tu me blesses, tu me trahis, tu me voles… Et tu oses prétendre m’aimer ? Ce n’est pas vraiment la définition de l’amour, pas celle que je connaissais en tous cas. » Romana se sentait au plus mal, elle remettait tout en question, tout ce qu’elle avait vécu avec Léandro, tout ce qu’il avait pu lui dire ces derniers temps… « Je n’arrive pas à croire que tu aies osé me voler. Tu m’as laissé accuser ma petite sœur, tu m’as laissé douter d’elle, alors qu’en réalité, c’était toi. Camilla avait raison, elle m’avait bien dit que les retraits venaient de toi, que c’était toi qui me volais. J’aurais dû l’écouter, je suis tellement stupide, quand on dit que l’amour rend aveugle ce n’est pas faux. Tu aurais dû m’en parler, me demander cet argent, au lieu de me la cacher. Tu n’as pas d’excuses, tu n’aurais jamais dû en arriver là Léandro, jamais. » Les larmes commençaient à monter, Romana était énervée, elle ne reconnaissait plus l’homme qu’elle croyait aimer. Elle ne comprenait pas pourquoi il ne s’était jamais confié à elle, il disait qu’il n’avait pas le droit, qu’il ne pouvait pas pour les protéger, mais ce n’était qu’une excuse de plus. Il aurait dû lui en parler, Romana aurait su rester discrète et elle aurait su d’où venait tous ces retraits, au lieu de s’inquiéter "pour rien". « Alors c’est pour ça que tu es resté avec moi alors que plus rien n’allait entre-nous ? Tu t’es dit que si tu partais tu ne pourrais plus te servir aussi facilement de mon argent, de mon compte ? Je suis quoi pour toi en réalité ? Je ne suis qu’un moyen pour toi de récupérer un peu d’argent pour essayer d’effacer tes erreurs ? » Romana disait des mots douloureux, mais elle était elle-même blessée et triste. Elle venait d’apprendre que son fiancé l’avait trahi une fois de plus. Rien n’allait plus entre eux depuis des mois et quand il avait remarqué que Romana s’éloignait un peu plus à son tour, après qu’elle ait appris pour les menaces, il avait essayé de regagner sa confiance. Peut-être avait-il fait cela pour qu’elle reste avec lui, histoire de la voler plus facilement, et non parce qu’il l’aimait comme elle le pensait. « Et ce week-end, pourquoi est-ce que tu l’as vraiment organisé ? Tu voulais juste que je ferme les yeux ? Tu t’es dit qu’en faisant ça, j’allais me dire que tu avais encore réellement des sentiments pour moi, que tu voulais sauver notre couple ? Mais en réalité, c’était juste un moyen de me garder près de toi, pas parce que tu m’aimes, mais simplement parce que je te suis utile. » Romana ne savait même pas si elle pensait réellement tout ce qu’elle était en train de dire, mais soudain tout semblant devenir évident dans sa tête, elle espérait se tromper, mais tout cela semblait évident. « Tu as d’autres choses à m’avouer ? D’autres secrets ? Je peux tout entendre maintenant Léandro, profites-en, je ne suis plus à une trahison, un mensonge de plus tu sais. » Elle était déjà tellement à bout, elle ne pouvait pas aller plus mal, alors il était temps pour lui de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Léandro MazzianiLe vin est un puissant lubrifiant social
Léandro Mazziani
https://www.ciao-vecchio.com/t6531-leandro-mazziani-il-n-y-a-qu- https://www.ciao-vecchio.com/t6537-leandro-mazziani-and-links-i-m-blinded-by-the-lights#218173
Faceclaim : Ben Barnes ©.NEPHILIM
Messages : 303 - Points : 913
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Tumblr_oy2v33rVut1qankmno4_500
Âge : 35 années
Métier : Directeur du musée archéologique national de Naples, responsable de l'aile de la collection des antiquités égyptiennes et pompéiennes
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le Lun 24 Fév 2020 - 16:30 )
Une partie de la vérité, enfin ?

En voyant Romana s’agiter il savait combien ce qu’il disait était finalement horrible et hors de l’entendement. Et il était vraiment mal au fond de lui, mais à la fois soulagé d’avoir enfin pu dire la vérité, même si les conséquences par derrière allait être terrible pour lui… pour eux. Mais les mots de Romana était dur, comment elle pouvait penser ca. Elle n’était pas à sa place et il avait toujours pensé à l’intérêt de sa famille et non à lui. Léandro n’était pas égoïste, loin de là.

« Pardon ? J’ai voulu sauver ma peau sérieusement ?! Je ne cherche pas à me défendre de quoique ce soit, je t’explique les faits et ce pourquoi j’ai pensé faire ca. Je sais que je ne suis pas parfait, et loin de là. Que j’ai mal agis, mais j’ai fais ca parce que je n’avais pas le choix non plus. Tu n’étais pas à ma place Romana. Ne me parle pas comme ca, si je ne t’aimais pas tu crois que je serais encore là ? »

Les paroles de Romy était blessante, mais c’était surtout une femme blessée qui lui parlait. Seulement il avait beaucoup de mal à encaisser sa réaction. Mais il comprenait que le vol qu’il avait fait était terrible… Surtout qu’il avait fait porté le chapeau à Camilla. Au début ce n’était pas voulu, mais il avait laissé la situation se faire, car c’était plus facile. Le brun se pinçait les lèvres tout en bougeant sur place.

« Je sais… et j’en suis terriblement désolé, même si tu ne me crois pas. J’étais plus que dans une position délicate. Tu crois que ca ma plu de faire ca ? Ca ma plu de mentir ? De voler ? Alors que je savais que je risquais ma vie, mais la votre aussi ? Tu crois vraiment que je l’ai voulu ? Que Camilla porte le chapeau ? Non, vraiment pas. J’hallucine ! Je ne POUVAIS PAS t’en parler. Tu comprends pas ? Si je l’avais fait j’étais un homme MORT, mais j'avais surtout peur qu'après quelques choses vous arrivent. Parce que tant que je suis en vie, il ne vous arrivera rien. »


Il avait beau essayé de justifier ses actes, ca ne semblait pas marcher, Romana restait buté sur l’acte et ne comprenait pas. Il passait une main sur son visage, la situation dérapait et il ne pouvait plus rien controler. Mais la suite des mots de la jeune femme le fit tomber de haut.

« Ne dis pas ca. Je t’interdis de dire ca ! Mais n’importe quoi, tu sais que je t’aime. Je suis avec toi parce qu’on a une famille et que je veux vraiment faire ma vie avec toi. L’argent je m’en contre fou, mais… Romy je suis dans la merde. Je l’admet, je suis en faillite personnel et j’ai des dettes. Ils me font chanté, me demande des sommes monstrueuses et sous la menace je n’ai eu que ca comme solution. Tu veux que je te montre les messages ? Ils m’ont dit de le faire, je ne pouvais pas en parler. »


Ca faisait mal, il devait dire tout ce qu’il n’allait pas et sa fierté d’homme, son statut en prenait un coup… Léandro était abasourdis des pensées de sa fiancée.

« Jamais, mais jamais de ma vie je n'aurais de telles pensées ! Je ne t'utilises pas. Bordel Romy je t'aime vraiment. Tu crois vraiment que j'ai tout simuler ? Que je te fais du cinéma ? Que je reste avec toi parce que j'ai besoin de ton fric ? Je n'ai fais que des retraits deux fois et après j'ai arrêté ! Deux fois tu m'entends et ca remonte à cinq mois. Je n'ai rien fait d'autres et je ne ferais rien d'autres. Parce que je me sens vraiment comme une ordure d'avoir fait ca ! Mais jamais je jouerais de notre couple pour arrivé à quelque chose. Je t'aime vraiment, tu es la mère de mes enfants ! »


Romana lui demandait alors s’il avait d’autres choses à révéler, il ne voyait pas. Il avait tout dit pour lui.

« Non… tu sais tout. Et j’ai bien eu deux appels, le premier était vraiment ami, mon conseiller bancaire. Il m’appelait pour encore les soucis… et le deuxième que tu as surpris était avec ce maître chanteur, il me disait qu’il allait tout détruire de ma vie… Si je ne te disais pas avant lui, au sujet de l’argent. »

Léandro n’en pouvait plus, il s’appuyait contre le mur et abattit son poing en arrière contre le mur. Puis il fonçait vers le tiroir de la table de chevet, il l'ouvrit à la voler le faisant tombé, il prit son téléphone, le rallumait. Après quelques secondes et à taper son code, il activait les messages du maitre chanteurs et allait vers Romy pour lui donner. Dedans il y avait tout, les menaces, les enregistrements des conversations téléphoniques, les choses que Léandro avaient fait et ou non, car il le refusait catégoriquement. Pour le vol, Léandro avait dit non sur de long jours, mais la pression et les menaces étaient tel qu'il avait du le faire et on voyait, entendait à quel point que c'était pas facile pour lui. Les messages de haines, suppliant de le laisser tranquille... Ou alors de ne pas s'en prendre à sa famille, juste à lui.

« S'il te plaît, prends mon téléphone... Lis tout. Ecoute tout. Je ne veux plus rien te cacher. Quitte à ce que tu sois dégoûté pour de bon de l'homme que je suis devenu... » 



I can't see clearly when you're gone...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro - Page 3 Empty
Sujet: Re: Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Une partie de la vérité, enfin ? - Léandro -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant