Revenir en haut
Aller en bas

-17%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur multifonction Kärcher WD4 Premium 20l (Via ODR)
74.91 € 89.91 €
Voir le deal

 

- [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Sam 4 Avr 2020 - 20:55 )


“Je t’aime tellement plus…” Souffla-t-elle en posant son front contre le sien. “Je crois que je ne connais pas assez de langues, ni de mots pour l’exprimer. ”Elle rigola doucement et l’embrassa une dizaine de fois avant de se lever. “Je te laisse commencer, je vais me nettoyer et chercher un de tes t-shirts.” Et sur ces mots, elle s’éloigna : non sans rouler des hanches : sachant qu’il ne la perdrait pas du regard.

Vera fit comme chez elle, parce que son Gus lui avait donné la permission. Ainsi, elle alla se laver les dents et se lava rapidement avant de chercher comme prévu un t-shirt à Augusto qu’elle enfila. Elle respira doucement son odeur en souriant avant de revenir dans la pièce principale puis d’aller le rejoindre dans la cuisine. Elle se glissa amoureusement derrière lui et embrassa son épaule :

“En quoi je peux t’aider love ?” Elle embrassa à nouveau sa peau encore chaude : “Tu veux que je serve le vin ?"


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © leftovers (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5677 - Points : 10265
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Lun 13 Avr 2020 - 11:04 )
Instant d'ivresse.feat Vera
Corps contre corps, les deux amants se laissent porter par l'instant érotique. Leurs bassins s'abandonnent à cette danse sensuelle qui fait naître des frissons jusqu'au plus profond de leurs âmes. En passant par le cœur. L'instant est insolent, grisant, torride. Le feu les anime et les habite. Et chaque parcelle de leurs êtres le ressent. Ils sont tous les deux gourmands de ce met délicat qu'est la luxure. Ils l'ont été dés la première fois quand leurs regard se sont croisés. Même avec de l'alcool dans les veines ils ont su que l'alchimie n'était pas qu'un simple effet du liquide avalé. Il y avait eu ce soir là quelque chose de puissant. Et cette chose les embrase encore sur cette table qui devient le support des assauts imposants de Gus sur le corps de Vera. Elle est bien plus que son amante. Elle est un tout. Et cette fois c'est bien réel. Il le sait. Il ne compte plus perdre de temps. Il veut juste savourer. Partout. Tout le temps. Il veut la tenir dans ses bras. L'honorer de sa virilité. Il veut la sentir lâcher prise. Il veut l'aimer. C'est tellement délicieux d'être entre ses cuisses. De sentir sa poitrine frôler son torse. De sentir sa semence glisser dans le feu de sa féminité. Entre ses bras il oublie tout. Il est juste un homme amoureux d'une femme divine, exquise. Qui lui procure des sensations intenses et lui fait perdre la tête à coup de gémissement. Elle en veut plus et il le sait. Et cette joute n'est que le début. Il la fera languir de la suite. A part que ce ne soit la belle qui l'affame et le rende fou avant de venir s'imposer à lui. Sur lui. Il sait que la danse sera tout autant exaltante. Pour le moment c'est un baiser fiévreux qu'ils partagent alors qu'elle le cale contre lui, l'empêchant de s'éloigner d'elle. Il en profite pour se laisser caresser par les dernières effluves de ce plaisir qui coule de son corps dans le corps de sa belle.

Puis le moment se fait plus intime et les mots coulent de leurs lèvres avec douceur. Dévoilant un peu plus leurs sentiments. Il n'y a pas de doute sur ce qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. « J'avais bien compris le message. » Ils se câlinent, ils se cajolent. Voulant faire perdurer ce moment de jouissance. Ils ont le temps. Le temps de prendre le temps. De faire tirer en longueur cette chaleur qui se repend et qui les invite à jouer sur leur sensualité, leur fébrilité. Gus sourit aux mots de Vera. « Un sacré bonus en plus. » Il lui fait un clin d’œil. «  Et c'est quoi que tu préfères dévorer ? Mon corps ? Ou mes plats ? » Et le souvenir de leur premier repas revient dans les caresser. « Ce qui m'a beaucoup plu c'est le dessert. » Dessert qu'ils avaient consommé sans modération une fois chez lui. Et si l'instant présent a été étourdissant, le cuisinier a encore quelques ressources du coup il descend le long du corps de sa dulcinée et vient l'envoûter un peu plus. Jouant de sa langue sur sa féminité encore titiller par le plaisir qu'elle venait de recevoir de son épée. Elle s'invite et se fait docile sur la peau humide et chaude avant de se faire plus sauvage et intrusive. Jusqu'au moment ou ses caresses délivrent une nouvelle fois l'extase et la jouissance. Puis Gus retrouve les lèvres de Vera lui permettant de goûter à ce nectar délicat, mélange de leurs essences intimes.

Un "je t'aime" soufflé et partagé avant de se mettre à la cuisine. « Si tu veux on essaiera de l'apprendre dans toutes les langues qui existent. Ce pourrait être marrant. Et un joli défi. Une belle preuve d'amour. » Gus embrasse Vera, tout en laissant ses doigts glisser sur sa peau. Dernières petites caresses avant que la belle ne lui échappe. Il fait dresser ses rondeurs et frôle avec insolence son fruit juteux. « J'ai hâte de m'occuper de tes courbes encore. » Il la regarde partir vers sa chambre souriant en la voyant se déhancher. « Mets juste un de mes tee shirt. Je veux pouvoir accéder à ton corps facilement durant cette soirée. » Il se damnerait pour ce corps sublime et érotique. « Bien sur chef je commence. » Et il file en cuisine non sans oublier de mettre l'atout premier d'un cuisinier son tablier. Restant nu dessous. Il a juste pris soin de passer au WC se nettoyer. Ils prendront une douche après le repas. Il ouvre son frigo. Et il énumère les ingrédients dont il a besoin pour refaire cette fameuse recette. « Il me faut des lardons, de la mozzarella, des aubergines, des tomates, des champignons, et de l'ail. C'est bon j'ai tout bella. » Un filet d'olive dans la poêle et il y jette les lardons. Tout en commençant à couper les légumes. C'est là que Vera revient et il se met à la siffler en la voyant. « Je ne suis pas sûr d'arriver à cuisiner avec une provocatrice pareille à mes côtés. » Gus vient l'attraper par la taille l'attirant contre lui. Posant sa main sur ses fesses avant de la descendre jusqu'au bord du tee shirt et de la passer en dessous. « Je voulais juste m'assurer que tu étais bien nue. » Et il l'embrasse sagement. Parce qu'il pourrait bien avoir envie d'aller plus loin s'il se faisait plus tentateur dans son baiser. Faut penser au repas. « Tu peux nous servir le vin. De l'ivresse en plus alors que j'en suis rempli juste par ta présence. Mais bon un baiser avec sur tes lèvres le goût de ce nectar sera délicieux. » Et il finit de couper ses légumes qu'il jette dans la poêle chaude avec les lardons. Il baisse le feu, pour faire mijoter. Il rajoutera la mozzarella en dernier. « Est que je fais un dessert ? Je pourrais le savourer sur ta peau. » Il ouvre à nouveau le frigo. « J'ai de la crème fraîche, des framboises au congel. Je peux nous faire une pana-cotta avec un coulis framboises si cela te tente. » Coulis qu'il verrait bien venir se poser sur les courbes de Vera pour le lécher du bout de sa langue.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Mer 22 Avr 2020 - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Lun 13 Avr 2020 - 14:34 )


“Pourquoi pas… Il faut qu’on s’accorde sur la langue à utiliser, pour ne pas apprendre la même.” Mais cela semblait être un projet bien sympathique à mettre en place. Elle lui fit un clin d’œil alors qu’il annonçait déjà la suite des festivités une fois dans le lit conjugal. Elle s’éloigna de lui, faisant rouler ses hanches pour le laisser un peu sur sa faim. Juste assez pour qu’il ait encore envie d’elle. Vera tourna la tête en entendant la revendication d’Augusto, elle ne répondit pas, mais il devait savoir qu’elle le ferait. Rien que pour voir ses yeux se remplir de désir encore.

Une fois habillée, elle retourna dans la cuisine et le laissa l’admirer avant de se glisser derrière lui avant de retrouver son torse caché sous le tablier. C’était de bonne guerre : elle aussi était couverte. Elle se mise sur la pointe des pieds pour qu’il puisse la caresser un peu plus. Elle rigola doucement :

“Douterais-tu de moi…?” Souffla-t-elle sensuellement en passant son pouce sur les lèvres d’Augusto avant de venir les embrasser. Elle s’éloigna finalement pour servir le vin comme demander. Les deux verres sur le plan de travail, elle les remplissait jusqu’à la moitié avant de les prendre. Elle s’installa sur le meuble de cuisiner, donnant un goût de déjà vu à la scène. Elle lui tendit son verre en gardant un sourire malicieux : “Une pana cotta sur la peau… Ca ne risque pas de couler partout ?” Elle attrapa son propre verre et le leva : “Et si tu préparais seulement un coulis…? Une petite douceur qu’on pourra utiliser plus facilement pour égayer le reste de notre soirée…” Elle respira le vin et en prit une gorgée : “Délicieux… Il faudra que tu m’apprennes à choisir le vin.”


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © leftovers (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5677 - Points : 10265
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Ven 17 Avr 2020 - 11:03 )
Instant d'ivresse.feat Vera
Ils se laissent aller, en toute confiance, en toute connaissance. Leurs corps se sont apprivoisés et ils n'ont pas oublié la griserie des instants passés. Les gourmandises multipliées. Savamment mélangées au délice des mets que Gus a concocté. Le passé revient caresser leurs esprits. Souvenir de cette première soirée et puis de cette première nuit ou ils s'étaient charmés. Par les mots, par les gestes, par les regards et par le goût des plats préparés par le cuisinier. Ils n'ont rien oublié, ni les saveurs partagées, ni les baisers échangés, ni les caresses données. Cet instant est la juste continuité d'un moment de leur passé. Et même si entre temps il y a eu une coupure, elle était juste là au final, pour que les retrouvailles soient encore plus exquise. Et c'est ce qu'il leurs arrivent depuis cette nuit lors de la croisière ou Gus s'est vraiment rendu compte que Vera était la femme de sa vie. Lui qui se voyait au prés d'un homme se retrouve avec une déesse enchanteresse entre les bras. Les mots donnent au moment plus de profondeur, d'intensité. Ils sont beaux avec leurs corps liés et cette fièvre dans leurs regards qui prouvent qu'ils passeront la soirée à se déguster.  A s'enflammer. Même s'ils prendront leur temps. S'ils feront glisser sur leur palais des saveurs diverses toutes plus exquises les unes que les autres. Comme le repas qu'ils avaient consommé avant de succombé une fois chez le cuisinier. Et les souvenirs tenaces titillent d'avantage les deux affamés. Comment rassasier des corps toujours en demande de l'autre ? Juste en succombant. « Tout était délicieux ce soir là. Magique. Et je compte bien renouveler la situation autant de fois qu'il te plaira. Et combiner les plaisirs est une idée magnifique. On va se la jouer à la neuf semaines et demi. Tu vois la scène du frigo. Ou celle du strip-tease. Je suis sûr que l'on peut faire mieux. Même beaucoup mieux. » Et même si Vera n'est pas blonde comme Kim Basinger. Si Gus n'a pas la carrure de Mickey Rourke. Ils ont cette passion dévorante enrouler à leurs tripes. Et pour ne pas laisser la belle sur sa faim, le cuisinier l'envoûte avec une caresse dés plus intime. Laissant sa langue finir d'embraser le brasier de sa féminité. Il la laisse danser jusqu'à la délivrance et puis il retrouve ses lèvres.

Les mots suivent les gestes. Et l'idée de prononcer je t'aime de diverse façon vient s'imposer naturellement. « On va étudier cela très profondément. » Et la façon dont Gus traîne sur le dernier mot est des plus provocante. Il se retient même de glisser ses doigts dans la chair encore brûlante de Vera. Mais s'ils veulent cuisiner faut qu'il reste sage. Sinon ils n'y arriveront jamais. Et puis ils ont du temps devant eux pour remettre le couvert plusieurs fois. Là où ils veulent. Sous la douche. Dans le lit. Sur la table qui leurs a tendu les bras à peine Vera est arrivée. Oui ils ont le temps. Le cuisinier remet son tablier alors que la cantatrice revient avec un de ses tee-shirts et la vision est ensorcelante. Difficile de ne pas avoir envie de toucher. De ce glisser sous le tissus juste pour sentir la peau nue, provocation extrême. Et Gus compte bien abuser. Ses mains vont jouer les baladeuses, il le sait et il ne s'en privera pas. « Non c'est juste que j'aime te caresser. » Et il rend sa prise plus intense tout en répondant au baiser. Ce contact l'émoustille, mais faut qu'il reste concentré sinon ils danseront devant le buffet. Remarque il pourrait juste se nourrir de la peau de sa belle. Lécher son corps. Dévorer son antre humide. Ce soir il pourrait juste se sustenter de sa belle. « Tu sais que je pourrais te manger en entrée, en plat principal, en dessert et même en pousse café. » Il lui sourit alors qu'elle s'occupe du vin. Et lui des légumes. « Sages les mains vous y aurez droit plus tard. » Parce que oui ses mains viennent taquiner la belle assis à présent sur le meuble de la cuisine. Et le regard de Gus ne peut s'empêcher de fixer l'entre jambe de Vera. Entre jambe qu'elle serre et desserre offrant au cuisinier une vision céleste. « Tu me fais saliver avec cette position. Troublante diablesse va. » Il en profite pour lui parler du dessert. « Tout dépend où tu mettras la pana cotta. Et ma langue saura parfaitement rattraper les coulées. » Il imagine déjà la scène. « Va pour juste le coulis. Je vais en faire un peu plus alors. Je suis sûr que ta poitrine, tes fesses, le creux de tes cuisses vont être des plus savoureux agrémentés de framboises. »

Gus s'approche un peu de Vera pour frôler sa peau, s'arrêtant là ou commence le tee-shirt. Même si l'envie de plonger plus loin est grande. Ils trinquent et portant le verre à leurs lèvres. « Oui délicieux. » Pas sur qu'il parle du vin sur ce coup là, même si le mot convient également très bien au breuvage. « Je t'apprendrais tout ce que tu veux. » Il s'approche encore au point que les jambes de la belle le frôle au niveau de sa virilité. Le tissus du tablier ne cache pas grand chose et surtout pas le désir de l'italien. Tout contre l'oreille de sa belle il murmure. « Même les choses les plus orgasmiques, les plus décadentes. Parce que te voir ainsi me donne tes idées insolentes. » Comme lui faire déguster le plat qui finit de cuire tout en venant la posséder. Elle est à la bonne hauteur et surtout très désirable. C'est même douloureux de se retenir de la faire encore sienne pour Gus. Mais la suite n'en sera que plus exquise. Il l'abandonne pour vérifier la cuisson. « C'est prêt à déguster. Tu veux goûter ? » Il en met dans une cuillère, il souffle pour que Vera ne se brûle pas. « Ouvre grand.  Je parle de ta bouche bien sûr. » Pourtant de sa main libre il écarte ses cuisses et se glisse entre. Jouant encore une fois sur la proximité et l'érotisme du contact. Puis il laisse la cuillère se glisser entre les lèvres de Vera, alors qu'il passe sa langue sur les siennes. Pure image érotique.

Mais n'a t-il pas dit qu'ils allaient se la jouer à la neuf semaines et demi ?



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.


Dernière édition par Augusto Rinaldi le Mer 22 Avr 2020 - 11:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Ven 17 Avr 2020 - 13:43 )
La cantatrice n’arrive toujours à croire l’idylle qu’elle vit. Il aura fallu plusieurs décennies, mais elle était enfin heureuse avec un homme. Gus l’aimait, la respectait, l’admirait et jamais il ne lui ferait du mal. Elle le savait et se sentait en sécurité quand il était là. Elle n’avait plus besoin d’être la femme parfaite, d’être la mère célibataire : elle pouvait juste être faible en enlevant cette carapace. Pour sûr qu’il était trop beau pour être vrai et quand elle se réveillait le matin à ses côtés : elle se demandait ce qu’elle avait fait au fond pour mériter un homme comme lui. Ils ne courraient pas les rues ceux qui étaient prêt à mettre le plaisir de leur compagne avant le leur ou bien à glisser leur langue dans la sensibilité de ces dernières : pourtant Augusto le faisait. Il était un incroyable amant et un formidable compagnon. Le laisser partir en était maintenant hors de questions. Jamais. Jamais elle ne le laisserait s’éloigner de lui. Il était à elle. Elle était à lui. C’était acté. Ils avaient assez perdu de temps pour laisser la vie se mêler de leurs affaires. Vera était bien décidée à ne rien laisser les séparer et pour cela, elle était prête à tout. Winston était parti de la maison, il était temps pour elle de vivre pleinement cette relation. Et cela commençait par des joutes charnelles toutes plus intenses les unes que les autres. Elle ne se lasserait jamais de ce corps à faire tourner les têtes des plus pieuses.

“Qu’importe ce qu’on fait… Tant que tu restes avec moi.” Souffla-t-elle en l’embrassant avant qu’il ne la possède à nouveau jusqu’à venir une deuxième fois.

Elle rigole doucement quand il appuyait sur des mots-clés, des mots qui voulaient tout dire… Ils n’allaient probablement pas beaucoup dormir ce soir, mais tant pis. Ils pourraient dormir un peu plus demain matin, ou bien ils remettront le couvert… Tout était possible avec ces deux-là qui agissaient comme de jeunes adultes qui découvraient les plaisirs de la chair. Vera s’éloigna pour aller se changer et revenir rapidement en la cuisine seulement vêtue d’un t-shirt : comme convenu. Elle laissa Gus vérifier qu’elle avait bien rempli sa part du marché alors qu’elle se délectait elle-même du dos dénudée de son aimé. Leurs lèvres se scellèrent à nouveau alors que l’étreinte de fit un peu plus passionnelle. Bon sang… Ce que je l’aime. Pensa-t-elle en s’éloignant. La cantatrice le laissa s’éloigner et elle entreprit de servir le vin avant de s’installer sur un des meubles de cuisine : histoire de donner réellement une impression de déjà-vu.

“Et que tes parents me blâment pour ta perte de poids ou d’efficacité : hors de questions. Je tiens à rester dans leurs bonnes grâces.” Elle rigola doucement : “Ils savent pour nous deux d’ailleurs ou tu as gardé le secret…?” Demanda-t-elle, curieuse.

Le dessert évoqué, elle émit l’idée que le coulis pourrait être suffisant s’ils utilisaient leurs corps comme assiette. Elle ne cachait pas sa nudité et ouvrait parfois les jambes pour attirer le regard d’Augusto : jamais elle n’avait été aussi à l’aise avec sa féminité que sous les yeux gourmands de celui que son cœur avait choisis. Elle lui fit un clin d’œil entendu alors que le cuisiner affirmait que tout son corps deviendrait encore plus exquis avec un peu de fruits dessus. Elle prit une nouvelle gorgée de vin en le regardant d’une façon coquine puis reposa le verre. Elle avait dû mal à boire en ce moment, bien qu’elle savourait quand même quelques gorgées de temps à autre. Elle ouvrit doucement ses jambes pour qu’il puisse se glisser près d’elle : le tablier faisant office de mur. Vera ferma les yeux et frissonna en sentant le souffle de Gus contre sa peau.

“Surtout les choses les plus orgasmiques, les plus décadentes, tu veux dire ?” Il fallait profiter de la flamme tant qu’elle était présente, elle avait trop peur qu’elle s’éteigne rapidement alors elle comptait bien la faire durer le plus longtemps possible. Elle le laissa s’éloigner, puis revenir devant elle pour lui faire goûter. Évidemment qu’elle voulait goûter. Elle ouvrit grand sa bouche, sans quitter les yeux de Gus avant de la refermer sensuellement pour vider la cuillère de son contenu : un geste qui se voulait lent et langoureux alors que ses cuisses s’ouvraient de nouveau pour le recevoir. “C’est parfait…” Elle mâcha comme il se devait le divin plat en souriant : “Je vais aller mettre la table…” Elle l’embrassa doucement et le poussa doucement à contre-coeur pour aller disposer les assiettes sur la table basse : “Tu veux regarder un film peut-être ? Un qu’on connaît comme ça on n’a pas besoin de suivre ?” Elle rigola doucement : “Ou bien, pourquoi pas neuf semaines et demi, je n’ai jamais vu ce film.” Elle ne savait pas de quoi il parlait, mais elle faisait confiance à Gus.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © leftovers (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5677 - Points : 10265
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Mer 22 Avr 2020 - 11:49 )
Instant d'ivresse.feat Vera
L'instant a été grisant, enivrant. Rempli de promesses qui vont donner à cette soirée un air de luxure et de débauche pleinement assumé par les deux amants. Gus n'en éprouve aucune honte. Le corps de la belle Vera mérite d'être vénéré et aimé durant des heures. Il mérite un tas d'attentions toutes plus particulières les unes que les autres. Et il s'y applique, avant que la vie ne reprenne ses droits et ne le rappelle à l'ordre. Mais il sait que ce n'est que pour quelques minutes. Et puis même s'ils ne vont pas refaire l'amour là tout de suite, vu que le repas doit être préparé, ils vont se titiller. Se chercher avec malice et délice. Se provoquer avec insolent. Toute la soirée va tourner autour du désir qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. Autour de l'alchimie mise en place dés leur première rencontre. Et le cuisinier compte bien distiller le désir chez la belle cantatrice de mille et une façons. Tendrement. Doucement. Sensuellement. Sournoisement. Malicieusement. Il va user de tous ses atouts pour qu'elle garde son sourire et ses yeux pétillants. Et il est très imaginatif, et sait parfaitement allier la cuisine avec le désir charnel. Ses deux passions se marient tellement bien. Elles ont été faites l'une pour l'autre. Le plaisir des sens dans toute sa splendeur.

Et en parlant de plaisir des sens, ceux de Gus sont rapidement éveillés quand Vera revient dans la cuisine après avoir enfilé un tee-shirt. Il devine ses formes sous le tissu et il s'assure que sa nudité d'une caresse. Pas qu'il ne lui fasse pas confiance, juste que la savoir en tenue d'Eve sous son vêtement l'excite diaboliquement. Il pourrait même la croquer. Là tout de suite. « Mes parents t'adorent jamais ils ne te blâmeront. » Et il laisse sa main se faire curieuse, retrouvant la peau frissonnante. « Je n'ai pas eu besoin de leur dire quoi que se soit. Ma mère l'a tilté à peine je suis rentré de croisière. Et vu les regards complices qu'ils ont échangé avec Winston je pense qu'il y avait eu manigance de leurs parts avant même qu'on embarque. Pour eux je ne pouvais tomber mieux. Ils appréciaient Azka, mais ma mère me disait sans que vraiment je réalise la porté de ses mots. Qu'il y avait une part de moi qui ne serait jamais vraiment heureuse avec lui. Que j'avais besoin de plus. Et je la comprends maintenant. Je ne me suis jamais senti aussi épanoui, aussi entier. » Alors que depuis la mort de son jumeau un vide immense et profond c'était installé. Là il semble apaisé, comblé. «  J'ai même envie de te faire des enfants. » Il la regarde en rigolant. « Enfin pas tout de suite mon ange. » Oui ils ont le temps, rien ne presse. Et puis il a le fils de Vera dans sa vie, même s'il n'est pas son père par le sang, il en sera un pour le gamin. En tout cas la belle peut se rassurer elle est la bienvenue dans la famille Rinaldi. Puis ils parlent de dessert, rendant la saveur de celui-ci érotique. Ils se titillent, ils sont devenus experts dans ce domaine. Ne manquant pas d'idée pour que la dégustation devienne encore plus exquise. De plus la vue que la belle lui offre alors qu'elle est assise sur le meuble est inégalable. Comment résister face à sa féminité qu'elle découvre avec innocence avant de la cacher à nouveau. Jouant habillement de ses mouvements de jambes. Diablesse qui met Gus au supplice d'une vue sur la merveille qu'il rêve de faire encore sienne. Et pour pousser un peu plus le jeu, il se glisse entre ses cuisses, cuisses qu'elle ouvre sans complexe. Il pose aussi des mots au creux de son oreille. Des mots fait de luxure et de tentation extrême. « Oui surtout celles là. Elles sont si envoûtantes à tes côtés ces choses là que je ne peux plus m'en passer. »

Le contact est électrisant, il en faudrait peu pour que Gus la fasse sienne. Il sait que Vera n'y verrait pas d'inconvénient. Ou est le mal quand on cherche à se faire plaisir. Mais il se doit de surveiller son plat. Alors à regret il s'éloigne. Mais c'est pour mieux revenir. Armé d'une cuillère ou se trouve un avant goût du repas qui mijote. Il reprend sa place et laisse la belle savourer. Elle y met les formes et il s'en mord les lèvres de la voir ainsi faire. Elle est tellement sexy dans sa posture qu'un frisson le parcourt avec rage. Elle éveille tellement de gourmandise et de désir qu'il a du mal à se retenir. « Content que tu aimes. Aussi bon que la première fois ? » Sa main se pose sur sa cuisse caressant avec douceur la peau. « Ou encore meilleur ? » Il remonte un peu mais pas trop. « Déjà. » Et voilà que Vera le pousse, après l'avoir embrassé, il se sent frustrer et soupire avant de sourire. « Oui la table. Mais on aurait pu déguster le plat dans cette position. » Gus lui fait un clin puis retourne à son fourneau sans lâcher la belle du regard. Guettant les mouvements qui vont soulever le tee-shirt et qui lui offriront, durant quelques secondes, une vision sublime. Avant de le priver. « Pourquoi regarder un film si on le connaît déjà. Parce qu'en effet dans ce cas je n'aurais aucune envie de le suivre et tu finiras sur la table ma belle. » Au milieu des assiette, tartinée de coulis de framboises. « Tu n'as jamais vu neuf semaines et demi. SACRILÈGE. Alors là faut que je fasse ton éducation. Parce que ce film est un érotisme torride. Je suis sur qu'il va te donner des idées. » Genre un strip-tease. « Tu veux le regarder en mangeant ou après tranquille sur le canapé ? » Il sort les entrées et les pose sur la table. « Après on peut manger sur la table du salon face à la télé. Tout en regardant le film. Je t'aurais encore plus à ma porté. » Et il vient l'enlacer pour l'embrasser. « Je n'arrive pas à comprendre comment tu fais pour me rendre si fou de ton corps. J'ai la sensation de n'avoir jamais assez de ton odeur, de ta féminité, de ta bouche, de tes mains sur moi. Je vais finir par passer pour un obsédé. » Et encore une fois ses mains arpentent ses courbes alors que ses lèvres dévorent celles de Vera.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Mer 22 Avr 2020 - 21:52 )
En cuisine, la chaleur ne fait qu’augmenter. Vera se laissait porter par cet instant parfait. Elle ne voulait pas que ce dernier s’arrête : elle voulait qu’il continue. Pour cela, il n’y avait pas cinquante mille solutions : elle devait garder Augusto près d’elle. Elle ne pouvait plus imaginer sa vie sans lui à ses côtés. Elle se le refusait : l’idée lui donnait envie de vomir et de hurler. Elle rigola doucement en entendant le commentaire sur ceux qui avaient toujours été des parents bienveillants pour elle alors que la cantatrice n’était pas leur fille. Ils avaient toujours accepté la belle comme l’une des leurs et dans l’entourage de leur fils sans jamais poser de questions. Voilà pourtant qu’elle apprenait que son fils était de mèche avec eux et avait comploter en leur compagnie pour pouvoir réunir Augusto et Vera. Si seulement la mère poule était surprise, mais elle ne l’était pas. Winston avait un esprit bien à lui, bien particulier et surtout malicieux au possible. Son frère serait si fier de son neveu…

“À croire que les seules personnes qui n’étaient pas au courant : c’était nous. Un comble quand nous sommes les principaux concernés !” Dit-elle d’un air faussement blessé en continuant de sourire pour bien montrer qu’elle n’était pas sérieuse. Elle leva sa main pour caresser sa pommette saillante : “Je ne veux que ton bonheur, tu le sais ça hein ? Je n’aurais jamais fait le premier pas si j’avais su que tu étais heureux avec lui.” Et c’était vrai, Vera n’avait pas profité de la situation : elle avait attendu qu’il soit sobre - déjà - et elle lui avait laissé du temps pour qu’il remette ses idées en place. Quand il parla d’enfant, elle se redressa immédiatement et son regard se mit à pétiller : “Sérieusement ?” Demanda-t-elle avec le cœur au bord des lèvres : “Tu aimerais en avoir ?” Parce qu’elle voulait être mère à nouveau. Elle voulait avoir un enfant par amour et non par force.

Jouant de sa sensualité, elle s’offrait à Augusto en étant assise sur le meuble : le regardant langoureusement lui préparer à manger. Un homme qui travaille était si beau… Elle savait comment utiliser ses charmes pour lui faire tourner la tête, elle était même douée pour la chose à en juger par la finalité de leur relation après tant d’attente. Vera ferma les yeux en sentant le souffle de son aimé au creux de son oreille, elle ferma les yeux en se mordant la lèvre. Il s’échappa bien trop vite d’entre ses cuisses pour finalement revenir armée d’une cuillère. Décidant de ne pas s’arrêter en ci-bon chemin : elle ouvrit grands la bouche et laissa ses lèvres nettoyer l’ustensile en le fixant de ses grands yeux bruns.

“Meilleurs, nous sommes comme le vin : on se bonifie avec l’âge tu ne penses pas ?” Un clin d’œil entendu et elle le poussa doucement pour pouvoir aller mettre la table. Elle roula ses hanches et prit les assiettes les plus hautes pour que le t-shirt remonte assez et montrer la naissance de ses fesses. “Pour qu’on puisse le rater à la seconde où on a fini de manger, quelle question.” Cela lui semblait une évidence. “Et je suis bien meilleure que tous les films réunis. Et tu le sais.” Elle pointa du menton sa virilité : “Et lui aussi le sait.”

Elle rigola en le voyant offusquer de ne pas avoir vu ce film. “On disait tout à l’heure que cela était nécessaire… Tu as la preuve maintenant.” Vera réfléchit : “Mangeons sur la table basse.” Elle commençait déjà à tout installer là-bas. “Comme ça on peut se glisser sur le canapé dès qu’on à terminé.” Elle se redressa et passa ses bras autour de toi : “Tant que tu ne l’es qu’avec moi : je ne dirais pas non pour être le sujet de ton obsession.” Elle l’embrassa langoureusement en collant son corps au sien. Perdant ses mains dans ses cheveux, elle se fit violence pour se reculer : “Si on continue… On ne va jamais manger, tu le sais ça hein ?” Elle lui vola un baiser avant de s’éloigner pour commencer à servir les assiettes puis s’installer en tailleur par terre. “Je te laisse mettre le film, je ne sais pas où tu les ranges. Faut que je fouine dans tes affaires.” Elle eut une idée : “Ca te dirait de laisser quelques affaires chez moi …?” Elle sourit : “On pourrait trouver un endroit où on peut emménager ensemble : tu en penses quoi ?” Oui, ça venait comme ça dans la conversation, mais Vera ne réfléchissait pas quand Gus était là.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © leftovers (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5677 - Points : 10265
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Mar 28 Avr 2020 - 16:10 )
Instant d'ivresse.feat Vera
L'instant reste grisant, teinté de sensualité. Le jeu continue même si les mains sont occupés à d'autres tâches. Se titiller et se taquiner ils ont toujours aimé et ils excellent dans ce domaine. Ils pratiquent cet art depuis leurs première rencontre et ils comptent bien en abuser encore, à chaque seconde partagée. Gus ne peut s'empêcher de rigoler aux mots de Vera. «  C'est souvent comme ça. Faut parfois un bon coup de pied aux fesses pour ouvrir les yeux sur une évidence. Peut être que lorsqu'ils nous voyaient ensemble ils se disaient qu'on allait finir par se louper s'ils n'intervenaient pas. »  Il lui fait un clin d’œil, conscient qu'ils se tournaient autour depuis un bout de temps. La croisière leurs a permis de se dévoiler sans avoir peur du lendemain. Il n'en veut aucunement à Winston ou à ses parents d'avoir donné un coup de pouce au  destin. Au contraire au fond il les remercie, peut être qu'il n'aurait pas osé. La complicité du cuisinier et de la cantatrice était une évidence fallait juste la concrétiser. Ils ont du glisser suffisamment d'indices pour rendre le plan des comploteurs plus facile. Et ils en sont là à présent, dans la cuisine de Gus à préparer un repas plein de souvenir. Le repas qui a sonné le début de leur histoire. Il attrape la main de Vera qui caresse sa pommette pour la porter à ses lèvres. « Je sais. Et je ne veux que ton bonheur et celui de Winston aussi. Parce qu'il a son mot à dire. » Même s'il connaît déjà la réponse du gamin. « Oui sérieusement. Si tu en as envie. Bien sur. » Parce qu'il ne fera rien si elle ne le désire pas. Et ne lui en voudra pas une seule seconde non plus. Il sait par quoi la belle est passé. Il sait combien son corps a été sollicité et mal mené.

Mais Vera reste une femme désirable, qui sait jouer de ses atouts. Qui sait les mettre en valeur, de quoi rendre Gus plus gourmand en voyant son cœur se dévoiler sous les mouvements savamment calculés. Et il en joue quand il vient se placer entre ses cuisses quand leurs intimités si proches semblent s'appeler. Il leurs en faudrait peu pour encore succomber. Pour se laisser porter par une danse charnelle. Et même goûter le plat prend une saveur des plus érotique. Poussé par cette proximité que leurs positions met en place. Leurs regards en disent longs sur leurs désirs mutuels. « Je suis tout à fait d'accord avec toi. Et nos performances sont bien plus intenses. » Et tout un tas d'autres qualificatifs qu'il se régalera de détailler durant la suite de la soirée. Là alors qu'il se remet à ses fourneaux il admire la vision que la belle décline devant lui. « Est ce que tu peux encore t'étirer un peu plus ? » Et il sifflote avant de remettre le nez dans sa casserole. Puis ils parlent de films. De celui qui va alimenter leur soirée. « C'est sur que tout vaut tous les films du monde, même en dolby stéréo, même en 3D. » Et il se met à rire. Avant de voir la belle pointer de son menton son sexe. « Lui il passerait directement au dessert. Et tu le sais très bien. Surtout que tu n'arrêtes pas de te pavaner les fesses à l'air. » Encore une fois il se met à rire avant de se tourner pour lui offrir son dos et ses fesses. Vu qu'il porte qu'un tablier elles sont à l'air depuis un bon moment. Il lui fait à de nouveau face. « Je peux soulever le devant aussi. Tu sais comme les écossais avec leurs kilts. Remarque c'est bien pratique pour les petits coups vite fait. » Le cuisinier va finir par se faire allumer par la cantatrice. Mais il adore la provoquer et encore plus quand il sait qu'il va pouvoir la croquer sans modération.

Et encore plus s'ils regardent neuf semaines et demi. Enfin si Gus arrive à laisser Vera regarder le film. Parce qu'avec un film pareil il va plus avoir envie de jouer avec sa belle en dévorant le coulis de framboises sur elle que de mater Mickey Rourke dévorer Kim Basinger. « A vrai dire j'ai toujours espéré trouver une femme qui me fasse le même strip-tease que Kim fait à Mickey. Je te verrais très bien dans ce rôle. » Il finit les dernières petites choses pendant que sa belle installe les affaires sur la table basse. « Ou je peux glisser sur toi et en toi. » Il se cache le visage derrière ses mains. Comme s'il venait de dire une grosse bêtise. Ce qui tombe très bien comme remarque vu que Gus vient de lui dire qu'il allait finir par passer pour un obsédé. « Avoue que tu es autant obsédée que moi sur ce coup là. » Et il profite de l'étreinte et du baiser. Ce contact réveille ses ardeurs. Il glisse sa main sous le tee-shirt effleurant les fesses de Vera et puis sa féminité. « Est ce qu'on a vraiment besoin de manger ? » Gus lui colle une petite tape sur les fesses avant de la laisser lui échapper. « C'est horrible de devoir résister. » Il se lave les mains et apporte ce qu'il manque sur la table. « Tu peux fouiller. Tu ne trouveras rien d'immoral. Même dans mes films. Je suis un obsédé mais je préfère la pratique si tu vois ce que je veux dire. » Il lui sourit. Bien sur comme tout le monde il a vu des pornos, mais il trouve que l'image de la femme est dégradante dans ce genre de film. « Du coup tu peux fouiller dans mes films tu ne trouveras que du grand cinéma. » Et alors qu'il ramène le DVD. La belle lui fait une proposition des plus alléchantes. « Bien sur que cela me dirait. J'en serais même plus que ravi. Peut être en parler à Winston avant. Parce que pas sûr qu'il apprécie que j'y prenne sa chambre ou sa place .... » Gus plaisante, bien sur il a très bien compris ou Vera voulait en venir. « Ou sa place d'homme de la maison. » Il met le DVD dans le lecteur et vient prendre place à côté de sa belle. « Tu arriveras à faire un peu de place dans ta garde robe pour que je mette mes slips et mes chaussettes. Quoi que si on se promène nu je n'aurais pas besoin de beaucoup de vêtements. » Et il éclate de rire. Avant de l'attraper et de l'embrasser. « Mais je serais ravi que ma brosse à dent sois à côté de la tienne. » Et Gus lance le film. Et les amoureux attaquent les entrées.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1583 - Points : 2628
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Mer 29 Avr 2020 - 22:31 )
Vera regardait Gus et en l’écoutant parler se rendait compte qu’ils avaient été les seuls dans l’histoire à ne pas se rendre compte des sentiments entre eux. En soit, pouvait-on les blâmer ? On voit rarement notre nez au milieu de la figure, comment des sentiments pourtant évidents pouvaient être remarqués ? Elle ne s’en voulait pas, elle n’était pas en colère d’avoir perdu du temps, car ils avaient la vie devant eux. Ils étaient encore jeunes et pouvaient faire des projets. C’était ça le plus important : qu’ils se soient trouvés avant qu’il ne soit trop tard. Caressant sa joue, elle ne pouvait que sourire de toutes ses dents alors qu’il lui parlait tendrement de celui qui était son fils de cœur, mais surtout parce qu’il avait parlé de bébé. Quelque chose qui enchantait la cantatrice qui voulait à nouveau être mère. Cette fois-ci, par amour. Winston était sa fierté, elle l’aimait de tout son cœur et ne le regrettait pas, pourtant, elle aurait aimé qu’il soit un enfant fait par un couple aimant.

“Je serais plus qu’heureuse de porter tes enfants Gus.” Et son regard plongé dans le sien ne pouvait pas laisser de place aux doutes. Elle l’aimait et devenir mère à nouveau avec le cuisiner serait le plus beau cadeau que la vie peut lui donner à l’instant.

En attendant, elle devait garder le feu de la passion intact alors elle jouait avec son aimé comme un chat avec une souris : le taquinant, découvrant sa peau, bougeant sensuellement pour qu’il continue de la désirer. Quand il vient se placer entre ses cuisses, elle pouvait sentir qu’il la désirait encore et cela la fit sourire. Elle-même céderait volontiers, mais ils devaient être raisonnables. La cuillère propre, son avis donné, elle sauta du meuble de cuisiner pour aller mettre la table : laissant son t-shirt entrevoir ses formes. Évidemment qu’elle en faisait exprès ! Vera n’était pas née de la dernière pluie et savait comment plaire aux hommes. Enfin, à Augusto et c’était déjà pas mal. Son cuisinier particulier semblait offusquer de vouloir mettre un film qu’ils connaissaient, c’est que la belle - une fois le repas terminé - ne comptait pas regarder à regarder le film, mais bien à se jeter sur les lèvres de Gus.

“Tu as demandé à ce que je ne mette rien en dessous alors ne te plains pas veux-tu ?” Elle lui fit un clin d’œil entendu avant de regarder la lune qui s’offrait à elle. Vera pourrait facilement les bouffer si on lui donnait l’autorisation. Elle explosa de rire quand il compara le tablier aux kilts des Écossais : “Non mais alors toi je te jure ! Tu as de la chance que personne ne puisse entendre ça ! Encore moins les Écossais.” Mais elle riait tout de même à cette bêtise.

Parlant du film, ce qu’il disait ne tombait évidemment pas dans les oreilles d’une sourde et elle se ferait un plaisir d’accéder à sa demande. Elle ne répondit rien, se contenta d’arquer un sourcil comme si elle était choquée alors qu’elle commençait déjà à trouver une façon de mettre ça en place. La petite allusion la fit sourire. Elle enleva les mains de son visage pour venir l’embrasser :

“T’es si adorable quand tu es gêné…” Elle rigola doucement et le laissa être intime avec ses mains. “Oui… Il faut reprendre des forces et si tu ne veux pas que je devienne un squelette sur patte : il faut que je mange.” Car elle perdait du poids facilement.

Attendant que Gus ait terminé de tout préparer, elle s’installa en disant qu’elle n’osait pas fouiller chez lui. Elle penserait la prochaine fois à chercher puisqu’il l’autorisait à faire cela. Augusto connaissait la maison et ramena rapidement le DVD en question pour le mettre en route : offrant une vision sublime de son fessier à Vera qui n’en ratait évidemment pas une seconde. C’est alors qu’elle lui proposa de venir emménager chez elle. Pourquoi pas après tout ? Elle ne voulait plus le quitter et elle se doutait que cela était réciproque.

“Il serait heureux et tu le sais. Moins inquiet aussi de savoir que sa maman n’est pas toute seule.” Elle réfléchit : “Je suis l’homme de la maison, Augusto.” Son air sérieux montrait qu’elle ne plaisantait pas. “La place est prise. Tu peux être mon bras droit si tu veux.” Le cuisiner lui donnait la confiance nécessaire pour dire ce genre de chose et le penser sincèrement. “J’ai un dressing pour mes affaires, ce n’est pas un souci.” Elle allait dire qu’il pouvait s’installer dans celui de Sergio, mais elle se ravisa. “Au pire, on peut trouver un logement rien qu’à nous.” Comme ça ils peuvent repartir sur quelque chose de neutre. “Et on garde la villa pour les amis, la famille.”

Installé, quelque derniers baisers fut assez pour se mettre en appétit avant de commencer à regarder le film.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © leftovers (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5677 - Points : 10265
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 EJcLbSIX_o
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le Dim 3 Mai 2020 - 9:15 )
Instant d'ivresse.feat Vera
S'ils ont mis du temps à regarder dans leurs cœurs. Si la route a été sinueuse avant de devenir calme. A présent ils sont ensemble et heureux de l'être. Heureux de partager et de savourer des secondes comme celles qu'ils sont en train de vivre. Ils n'ont pas de regrets sur le temps qu'ils ont mis à réaliser qu'ils étaient fait pour vivre ensemble. Même si autour d'eux certains avaient compris ce qui se dessiner. Ils peuvent faire des projets, parler d'avenir, construire un univers qui leurs sera propre et dans lequel ils avanceront main dans la main. Délivrant autour d'eux des sourires et des rires. Car il est certain qu'en choisissant d'unir leur destin, ils ont fait du bien aux gens qui les aiment. Et naturellement quand on se retrouve en couple, l'envie d'avoir des enfants se fait plus évidente. Même si Gus ne forcera pas Vera dans cette décision. Après tout elle a déjà un fils, que le cuisinier aime de tout son cœur. Mais il sourit à sa réponse. « Je serais le plus heureux des hommes en partageant cette belle aventure avec toi. » Il la regarde amoureusement, se perdant dans ses yeux sans aucune crainte, ni aucun doute sur leur avenir. Leurs regards tissent bien des serments à cet instant. Alors que leurs corps qui se frôlent continuent d'alimenter la flamme incandescente du désir. Ils pourraient même en oublier le repas que Gus a préparé avec attention. Surtout vu la vision qu'il a de Vera alors qu'elle attrape le nécessaire pour mettre la table.

L'esprit du cuisinier se remplit d'images érotiques et d'envie d'indécence. Et il ne manque pas de le dire, mais Vera le rappelle gentiment à l'ordre. « Mais je ne me plains pas madame Venezzio. » Et pour qu'elle ne se sente pas frustrer il lui offre également une vision des plus délicieuse. Au jeu de la taquinerie c'est à qui des deux osera le plus. Et le jeu est assez équilibré pour le moment. « Ce n'est pas le style de réflexion que je fais en publique. Je garde ses illusions juste pour la plus désirable des femmes. » Et il appuie ses mots d'un regard coquin. Puis ils parlent du film qui agrémentera leur soirée, enfin s'ils le regardent. Quoi qu'avec celui choisi les idées charnelles ne vont pas manquer. Et encore une fois les mots échangés se transforment en images érotiques. « Juste adorable ?? » Ils s'effleurent un peu plus jouant avec le feu ardant de leurs corps. Difficile de résister à l'appel de la chair, surtout quand elle est à porté de main. Heureusement que Vera garde les idées claires, parce que Gus aurait bien dévorer sa belle là tout de suite. « Si je te laissais devenir un squelette sur pattes je me ferais remonter les bretelles par mama Rinaldi. Et par Winston. Alors oui on va manger. Et après je te mangerais. » Sur le canapé pour commencer et puis dans la chambre à coucher. Peut être même sous la douche si l'envie leurs prend de se rafraîchir. Le DVD est vite trouvé et mis en place. Avec une belle option en prime pour la cantatrice. Qui ne se plaint pas du spectacle.

Gus n'est pas contre sur l'idée d'aménager avec Vera. Il est vrai qu'ils n'ont pas encore abordé le sujet. Pas la peine de précipiter les choses et puis il ne veut rien faire dans le dos de Winston. Il aime trop ce gamin pour lui faire du mal. Même s'il sait qu'il ne s'opposera pas à cette idée. Et comme le précise Vera il sera même rassuré de savoir sa mère entre de bonnes mains. « Être ton bras droit me suffit largement. Même ton bras gauche. C'est comme tu le sens. Et j'aime l'idée que tu sois l'homme de la maison. » Il ne va pas s'opposer à ce fait, avec tout ce que la belle a enduré elle le mérite largement. « Et avoir un homme dans ton genre tous les soirs dans mon lit j'en serais plus que ravi et qu'importe le lieu. Du moment qu'on est ensemble. » Il se moquait que leur maison soit grande ou petite, qu'elle est un dressing ou juste une commode. L'essentiel pour Gus étant d'être avec Vera. Il pourrait même se contenter du petit coin chambre installé à la trattoria. « Oui au pire. De toute façon il y a toujours mon appart. Mais du moment que tu es avec moi je serais heureux n'importe où Vera. Et puis comme je l'ai dis si tu m'aimes dans cette tenue je vais changer de garde robe et augmenter le nombre de tabliers. Bon prévoir un petit quelque chose pour sortir sans prendre le risque d'être arrêter pour exhibitionnisme. » Ils s'embrassent. Gus met le film et ils se mettent à manger, savourant les plats préparés avant de savourer leurs corps brûlant de la même passion celle de l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre. Et ce durant toute la nuit. La lueur du matin emportera les désirs soupirs de plaisir et gorgera leurs yeux d'un sommeil réparateur et apaisé.



L'AVENIR

s'écrit à trois à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] [hot] Délices et merveilles. || Augusto -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2