Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -46%
Souris Gaming sans Fil – Corsair DARK CORE RGB ...
Voir le deal
80.87 €

 

- Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © blood eagle (avatar) + crack in time (sign) / Ingrid (crackships)
Messages : 1161 - Points : 2022
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) G5FIO8f2_o
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars. 40 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le Mer 5 Fév 2020 - 16:36 )

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Andrea & Ebba
Je pousse la porte de l'appartement. Les yeux habités d'une colère noire. Je viens de prendre la honte de ma vie en voulant payer en liquide les quelques courses que je voulais faire. Et au moment de sortir mes billets. Plus rien. Le porte-monnaie vide. A sec. Pourtant hier soir je suis passée au distributeur pour récupérer 150 euros. Et je n'y ai pas touché de la journée. Il y a juste Matthis qui m'a demandé le liquide pour sa sortie scolaire et je lui ai dis de prendre vingt euros. Ce qui correspondait au montant demandé pour l'inscription. Bilan il devrait rester 130 euros et quelques pièces de monnaie. J'ai du mal à penser que mon fils est pu tout prendre. Je ne lui plains rien et ne refuse jamais de lui donner de l'argent. Alors là. L'idée qu'il est pu voler, me rend dingue. Furax même. Je sens que je vais l'étriper. Puis le hacher en petits morceaux. Et l'envoyer chez son oncle Miles pour qu'il lui passe les menottes. J'ai même dans l'idée qu'il pourrait le mettre au trou juste pour lui montrer ce qu'il risque en jouant ainsi au con. Et surtout en se jouant de sa mère.

Je pousse dont la porte assez violemment. Et à peine celle ci refermée je hurle. « Matthis Jacobsen ramènes tes fesses tout de suite. » Ma voix est déterminée, il n'a pas intérêt à me faire poireauter sinon je débarque dans sa chambre et je le fais voler par sa fenêtre. Il est là dans la seconde. « Oui maman qu'est ce qu'il y a ? » Gueule d'ange comme son père et voix tendre comme s'il ne se doutait pas de l'embrouille. « Je ne sais pas ?  A toi de me le dire. » Et je secoue devant son nez mon porte-monnaie vide. Et le voilà qu'il fait la moue du genre je comprends pas le message. « Ne te fiche pas de moi ok. Il y avait 150 euros ce matin quand je t'ai dis que tu pouvais prendre tes vingt euros. Bizarre que les 130 euros est aussi disparu. » « Je te jure ce n'est pas moi. » « Et en plus tu mens mais tu veux me rendre folle ? Ou tu me prends pour une conne. » Je n'ai pas l'habitude de frapper mes enfants, mais là ma main me démange. Je ne sais pas comment je me retiens. « Est ce que tu réponds ou je te fais passer un mauvais quart d'heure ? » Il se gratte la tête. Gêné de se voir ainsi accusé. « Dis moi juste la vérité. Bon je ne vais pas pardonner et tu vas devoir rembourser. Mais putain soit franc. » Le mensonge cela me connait, j'essaie d'éviter d'en faire. Enfin sauf sur le sujet des courses illégales. Ce qui ne donne pas le droit à Matthis de me mentir et pire de me voler. « Je vais fouiller ta chambre tout retourner. Tu vas cracher le morceau Jacobsen. »

C'est là que j'entends la porte s'ouvrir. Pas de coup de sonnette. Pas de coup de poing contre le bois. Au départ je me dis que c'est Lisa. Mais non. C'est mon frangin qui arrive tout sourire. « Putain mais tu ne vas pas t'y mettre aussi. On ne t'a pas appris la politesse. On frappe avant d'entrer chez les gens. Merde Andrea. J'aurais pu être occupée. » Vu comme je le regarde il doit vite piger que quelque chose ne colle pas. Matthis en profite pour essayer de filer dans sa chambre. « Matthis je veux une explication. Putain je vais en prendre un pour frapper l'autre. » Je le chope avant qu'il aille trop loin. « Assis et toi aussi. » Je m'adresse à mon petit frère par la même occasion. Il en prend aussi pour son grade. Mais il n'a pas intérêt de moufter parce que sinon je ne sais pas ce que je fais. « Allez balance à ton parrain ce que tu as fais. » Puis je regarde Andrea. « Il a piqué du fric dans mon porte-monnaie ce matin. J'avais 150 euros et il en voulait vingt et je me suis retrouvée comme une con pour payer mes courses. Je ne t'explique pas la honte. Mon fils un voleur. Génial. Mais qui a pu te montrer l'exemple. » Bon Andrea déconne et nous fait parfois perdre la boule à Adam et à moi. Mais il n'y a pas le vol dans la lignée des conneries de faites. « Alors on attend. » Je reste debout plantée face à eux. Les bras croisés sur la poitrine. Alternant mon regard de l'un à l'autre. Un regard qui dit trembler, trembler pauvres gens. Parce que cela va chauffer pour vos petits derrières.


vmicorum.


“ La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour.”


Dernière édition par Ebba Jacobsen le Ven 14 Fév 2020 - 11:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Andrea Lazzari10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Andrea Lazzari
http://www.ciao-vecchio.com/t6620-andrea-run-like-a-rebel http://www.ciao-vecchio.com/t6632-andrea-cap-ou-pas-cap-de-mettre-un-pied-en-enfer
Faceclaim : Diego Barrueco / hemera (avatar), wiise (signature)
Messages : 61 - Points : 128
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Tumblr_opmca1IvY91qkdxm3o2_r1_540
Âge : 31 ans
Métier : Officiellement barman au Ghetto Crime Bar, officieusement cambrioleur
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Re: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le Lun 10 Fév 2020 - 18:33 )

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Ebba & Andrea
Parfois, la vie nous réserve bien des surprises. En ce moment, elles lui tombent dessus sans qu'Andrea ne puisse les voir venir. Elles sont multiples, plus ou moins bonnes, généralement moins bonnes que ce qu'il aimerait et si parfois elles le font perdre pied, il arrive que parfois elles l'amusent. En sortant du travail, Andrea avait prit le bus comme chaque fois qu'il pleuvait. Il s'installait au fond dans son coin, tentant de se faire un passage parmi les personnes déjà présentes. Écouteurs dans les oreilles pour plus de tranquillité, il finissait même par trouver une place contre une vitre. Aujourd'hui il ne rentrait pas chez lui aussitôt, il avait encore une bonne partie de la journée devant lui et s'était dit qu'il passerait bien saluer sa grande sœur et Adam s'il était là. Il avait aussi un petit service à lui demander mais ça, c'était autre chose. A l'arrêt après celui où il était monté, un homme s'était installé à côté de lui dès lorsque son ancien voisin s'était levé pour sortir et Andrea ne s'était pas vraiment posé de questions. Les places sont vite limitées et on sait que parfois le but roule vite, bien trop, alors dès qu'on voit une place on s'y installe jusqu'à descendre à notre arrêt. De plus, à cette heure-ci on se retrouve vite collé aux autres passagers, il fait chaud, l'air est irrespirable mais une fois assis, on se sent déjà un peu mieux. Seulement, ce type ne s'était pas installé là par hasard et ça il l'avait très vite découvert. Regard insistant, petit sourire charmeur lorsque Andrea avait le malheur de lui lancer quelques regards, l'homme s'était même quelque peu rapproché de lui faisant toucher leur genoux. Nul doute que cet homme avait une idée derrière la tête et plus le temps passait plus le Lazzari ne se sentait plus à sa place. Déjà qu'ici il se sentait étouffé, trop à l'étroit, les choses n'allaient pas en s'arrangeant. Se faire draguer par un homme n'était pas inhabituel étant donné qu'il travaillait dans un bar gay et que bien plus d'un client avait déjà tenté le coup. Mais ce genre de rentre-dedans était nouveau pour lui. Il avait beau bouger quelque peu sa jambe pour éviter le contact, l'homme revenait à la charge. Et il sentait que le type le déshabillait du regard, gesticulant légèrement sur son siège comme pour continuer d'établir un contact. Mais ce n'était pas le pire... Non, le pire c'est quand son regard se posa malencontreusement au mauvais endroit et qu'il aperçut cette bosse à travers le pantalon de l'inconnu. Merde, est ce qu'il était en train de bander alors qu'il se rinçait l'oeil en regardant Andrea ? Cette pensée le fit quelque peu grimacer et l'Italien commença à paniquer. Il savait qu'il pouvait faire de l'effet aux demoiselles mais n'avait jamais expérimenté l'attraction qu'il pouvait avoir sur les hommes, surtout pas de cette façon là. Gêné, il détourna aussitôt le regard, priant intérieurement pour que le bus s'arrête, que ce type descende ou qu'il arrive au plus vite à cet arrêt où il descendrait... Quelques bonnes minutes plus tard, l'homme descendit, tentant une dernière fois d'établir un contact avec Andrea qui s'était d'autant plus collé à la vitre du bus et qui attendait juste que cette situation prenne fin. Il en avait même oublié la musique qui défilait dans ses oreilles, juste troublé de ce qui venait d'arriver. Un mec avait fantasmé sur lui quand même et pas qu'un peu. Quand il aperçut l'arrêt non loin de l'habitation des Jacobsen, il fut soulagé et s'empressa de descendre,donnant des coups d'épaules aux passagers encore présents dans le bus.

C'est en riant finalement de la situation qu'il arriva jusqu'à la porte de chez sa sœur. Jamais il n'aurait cru pouvoir se retrouver dans une situation comme celle-ci mais le plus hilarant était son comportement. Troublé, gêné, il n'avait même pas su remettre à sa place ce type ou lui faire comprendre qu'il était mal à l'aise, il avait juste fuit du regard, fuit tout court même, tel un ado. Et Andrea riait de son propre comportement, se trouvant totalement bête mais surtout soulagé à présent. Seulement il ne s'attendait pas à devoir faire face à une toute autre situation. Le brun passait à peine la porte qu'il sentait l'atmosphère quelque peu tendue. Ebba se tenait là, face à Matthis qui ne savait plus où se mettre et Andrea ? Il débarquait avec son anecdote, sourire aux lèvres, pensant déjà au fou-rire que sa soeur pourrait avoir en entendant son histoire. Son regard croisa celui de la blondinette et il comprit qu'elle ne serait pas d'humeur à rire de ses mésaventures. « Je vois que tu es de très bonne humeur aujourd'hui, bonjour à toi aussi Ebba, oui je vais bien merci. » lança-t-il en marmonnant. C'était pas la première fois qu'il débarquait sans frapper, ce ne serait pas la dernière fois non plus parce qu'il était un peu tête en l'air pour ce genre de chose. C'est vrai qu'en soit, c'était malpoli et il aurait dû le faire, mais cette histoire, cet homme, dans ce bus l'avait tellement troublé qu'il ne pensait qu'à ça en arrivant.

Sans en rajouter une couche et en tendant l'oreille, il s'installa sur le canapé. A en voir le regard de Matthis, c'était certain que le bambin avait fait une bêtise et c'était cette bêtise qui avait mit sa mère dans tous ses états. Le regard du Lazzari passe de la mère au petit et du petit à la mère, les bras se croisent sur le torse, les sourcils se froncent lentement comme chaque fois qu'il est attentif. Puis la bombe est lancée. Matthis a volé sa mère. Comme son parrain vole des gens. De la même façon, de façon peut-être moins discrète mais l'acte reste le même. Et voilà que la chaleur envahit de nouveau ses joues. « Mais...tu es sûre ? » Ses yeux se posent sur le bambin et voilà qu'Andrea espère que le gamin n'héritera pas des conneries de son oncle. Le brun avait toujours montré le bon exemple face à ses neveux et nièces, jamais on ne parlait de son comportement devant eux. Ses conneries n'étaient jamais exposées lorsqu'il y avait l'un des petits autour d'eux. C'était important et ça comptait pour lui de ne pas voir le regard des plus jeunes changer sur lui. A trente-et-un ans, on est censé être un adulte, être responsable, bien se tenir, montrer l'exemple aux plus jeunes. Ebba savait que Andrea faisait pas mal de bêtises mais elle ne connaissait pas tout de sa vie, elle ne connaissait pas toute la liste de ses conneries et sûrement pas les dernières lignes comprenant également du vol. « Je veux dire, tu n'as pas mit l'argent autre part ? Les billets ne sont pas tombés du porte monnaie ? » Andrea continuait de regarder son filleul, n'osant pas affronter le regard de sa soeur par peur qu'elle y décèle le mal-être. Comment pouvait-il gronder le gamin alors qu'il faisait mille fois pire que lui ? Nul ne pouvait faire la morale à quelqu'un quand lui-même exerçait ce genre d'activité à une plus grande échelle. Alors il tentait d'esquiver le plus possible, questionnant sa grande soeur pour trouver une autre explication plausible et surtout paraître le plus naturel possible.

vmicorum.


« J'ai compris que le bonheur, ce n'est pas de vivre une petite vie sans embrouilles, sans faire d'erreurs ni bouger. Le bonheur c'est d'accepter la lutte, l'effort, le doute, et d'avancer en franchissant chaque obstacle. » Katherine Pancol
Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © blood eagle (avatar) + crack in time (sign) / Ingrid (crackships)
Messages : 1161 - Points : 2022
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) G5FIO8f2_o
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars. 40 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Re: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le Ven 14 Fév 2020 - 11:06 )

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Andrea & Ebba
En colère. En rogne. J'enrage. Prête à péter un plomb contre mon fils qui joue les innocents. Les billets n'ont pas disparu par magie de mon portefeuille. Et le fait que Matthis ose me mentir, me rend encore plus furieuse. De plus il est loin d'être crédible avec son regard fuyant. Et les yeux de cocker cela ne prend pas sur ce coup là. J'ai du mal à comprendre son geste, son père et moi nous ne le privons de rien. On n'a jamais refusé de lui filer de l'argent de poche, même si on lui fait bien comprendre qu'il ne faut pas abuser. L'argent faut le gagner. Il faut le mériter. Il n'a jamais dépassé les limites. Bon il y a bien une fois ou il s'est retrouvé au poste, parce qu'il c'était battu. Miles bossait encore à Naples et c'est lui qui l'avait récupéré. Mais l'histoire a vite été  réglé. Il c'était laissé entraîner. Un pari à la con. Mauvaise fréquentation. Est ce que là Matthis est encore dans cette position là ? Est ce que derrière ce vol quelqu'un tire les ficelles ? C'est-il mis dans la merde ? Je sais combien c'est facile quand on est ado de tomber du côté obscur de la force. Mais qu'il soit honnête, je pourrais plus facilement pallier aux choses en ayant toutes les informations. Mais là il est fermé comme une huître et cela me rend dingue. Accentuant ma colère au lieu de l'apaiser. Comme s'il préférait jouer au petit con en me tenant tête au lieu de dire la vérité. A cet instant il me rappelle Andrea. Deux vrais têtes de cochon quand ils s'y mettent. Le parrain déteint sur le filleul même si pour mon petit frère le vol n'a jamais fait parti des conneries faites. Bon il y a eu d'autres choses.

Et en pensant au loup, voilà qu'il montre le bout de sa queue. Et entre sans frapper. Dans d'autres circonstances j'aurais laissé couler. Il est tête en l'air Andrea et il oublie parfois les bonnes manières. Enfin surtout quand il va dans la famille. Mais là c'est la goutte de trop et le Lazzari en prend pour son grade au passage. Bien entendu il relève gentiment ma réaction. « Et m'en rajoute pas une couche. Compris. Bonjour. Et non je ne vais pas bien. » Mais ça il a déjà du le remarquer. Comme il a du remarquer le malaise de Matthis qui n'a qu'une envie filer en douce et aller se cacher dans un trou. Mais pas question de le lâcher avant d'avoir le fin mot de l'histoire. Je veux qu'il joue carte sur table. Si je n'ai plus confiance je vais serrer d'avantage la vis. Mais il serait idiot qu'il morfle si son acte est du à un chantage. Ou une merde dans ce genre. Peut être que face à son parrain, il parlera. En tout cas je ne me gêne pas pour dire ce qui se passe. Sans me douter que cela va sérieusement faire écho pour Andrea. « Oui je suis sure. Il est le seul à avoir touché mon porte-monnaie entre hier soir et le moment des courses. » Je le toise du regard attendant une explication qui est longue à venir. Bien entendu mon frère prend la défense de mon fils, en essayant de trouver une explication qui le blanchirait de cette accusation de vol. « Je me suis arrêtée avant de rentrer hier soir au distributeur. J'ai sorti 150 euros. Que j'ai mis dans mon portefeuille à la place habituelle. Et puis je suis rentrée. Et j'ai posé mon sac sur le meuble du couloir. Je le mets toujours là et personne n'est venu à la maison. Ce matin Matthis m'a demandé vingt euros pour sa sortie scolaire. Je lui ai dis de se servir. Il sait ou je mets l'argent. Je suis allée bosser. Mon sac était avec moi toute la journée et quand je sors de mon bureau je ferme la porte à clé. Et c'est quand j'ai voulu payer mes courses que j'ai vu que les 130 euros qui devaient rester n'y étaient plus. » Tout en résumant les événements je marche. Cherchant de mon côté une explication. Mais rien ne me vient. Pour moi il n'y a qu'un seul coupable et c'est Matthis. Même si cette évidence me serre le cœur.

Je regarde mon frère pas mal désemparée par cette mésaventure. « Matthis dis nous juste pourquoi ? Garder le silence ne servira à rien. J'ai toujours eu confiance. Mais là je me sens trahi tu comprends. De toute façon si tu ne dis rien je te punis jusqu'à la fin de l'année scolaire. Plus de sorties entre copains, plus d'ordi, plus de jeux vidéos. Tu iras à l'école et tes jours de repos tu feras tes devoirs et des tâches ménagères. Et ne dis pas que tu iras chez ton père parce que je vais le lui dire et il va aussi te faire la leçon. » L'avantage quand les parents sont séparés on a double dose de sermons. « Et Andrea aussi va te sermonner si tu ne parles pas tout de suite. » Et boum les pieds dans le plat, sans le réaliser une seule seconde. « Ok je vais tout dire. Mais je sais que je serais puni quand même. » « A c'est sur et j'ajusterais la punition en fonction de tes aveux jeune homme. » Matthis regarde son parrain comme s'il attendait qu'il lui jette une bouée de sauvetage. « Non mais Andrea ne va pas porter le chapeau pour toi. Ou te donner un alibi pour que tu t'en tires mieux. Tu as fais une connerie assume.» Même si en arrivant je l'ai mis de suite à la fête, pas question que mon frère joue les héros au grand coeur en voulant prêter main forte à mon gamin. « C'était pour payer de la … drogue .. » « QUOI ?? » Alors là je tombe sur le cul. « Tu te drogues ?? » « Non pas moi mam .. je te jure .. un copain .. il avait pas l'argent pour .. » « Et toi comme un con tu voles ta mère. Putain Matthis tu te fous de ma gueule. La drogue elle est où ? » « Dans ma chambre .. je devais y filer demain .. » Alors là c'est le cerise sur le gâteau. De la drogue dans ma maison, vu mon boulot si cela venait à se savoir je pourrais bien avoir des emmerdes. Je soupire énervée par la connerie grandiose de mon fils aîné. « Vas la chercher tout de suite. Ramène aussi ton ordi, ta manette de jeu. » Je regarde partir mon fils vers sa chambre je suis au bord des larmes. « Comment il a pu faire ça ? » Je suis sure qu'il aurait pu refuser. Je me tourne vers mon frère désemparée. Cherchant son soutien.


vmicorum.


“ La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour.”
Revenir en haut Aller en bas
Andrea Lazzari10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Andrea Lazzari
http://www.ciao-vecchio.com/t6620-andrea-run-like-a-rebel http://www.ciao-vecchio.com/t6632-andrea-cap-ou-pas-cap-de-mettre-un-pied-en-enfer
Faceclaim : Diego Barrueco / hemera (avatar), wiise (signature)
Messages : 61 - Points : 128
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Tumblr_opmca1IvY91qkdxm3o2_r1_540
Âge : 31 ans
Métier : Officiellement barman au Ghetto Crime Bar, officieusement cambrioleur
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Re: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le Lun 24 Fév 2020 - 17:28 )

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Ebba & Andrea
Le comportement de l'ado, ses difficultés à exprimer ce qu'il pense, le regard qui en dit long mais qui semble cacher autre chose... Andrea a comme l'impression de se regarder dans un propre miroir. L'appel à l'aide dans le regard du gamin le fait grimacer, il ne peut pas le défendre quand il n'a aucune preuve réelle que le gamin n'y est pour rien, surtout que son comportement le trahit plus qu'il  ne le sauve. Sa mère semble l'avoir bien comprit et essaye de tirer les vers du nez du gamin qui a sans aucun doute peur des répercussions. La compassion prend le dessus, le Lazzari sait que ce gamin n'a pas mauvais fond, si cet argent il l'a volé, il y a sans doute une raison derrière, même la plus stupide. Nombreuses sont les fois où Andrea a passé du temps avec son filleul, des discussions ensemble ils en ont eut et le barman voit bien que son neveu est un bon p'tit gars mais personne n'est à l'abris de divers problèmes ou complications dans sa vie. Il suffit parfois d'une rencontre, parfois d'un endroit, ou d'un moment précis pour se retrouver dans des histoires qui n'ont ni queue ni tête et être pris au piège. Ebba retrace la journée et il est presque évident que l'argent ne s'est pas volatilisé comme par magie, il est même quasi certain qu'il n'est pas entre les mains d'une autre personne vu comment la mère de famille semble y avoir fait attention jusqu'à ce que son porte monnaie se retrouve entre les mains de son fils. Andrea ne peut plus émettre d'hypothèses parce que plus rien ne lui vient en tête et la compassion ne cesse de prendre le dessus. Il y a forcément une explication, forcément une raison à tout ça. Matthis n'est pas un mauvais gars, ce serait impossible avec l'éducation qu'il a reçu et l'entourage qu'il a. Mais comme on dit, rien n'est impossible...

Alors qu'Ebba continue de questionner le plus jeune, Andrea lui réfléchit, se fait divers scénarios. Que peut-on acheter avec autant d'argent si ce n'est une nouvelle console , un nouveau vélo ou faire plaisir à ses amis voire sa famille ? Mais il savait le fonctionnement, il savait que s'il avait besoin d'un peu d'argent, s'il souhaitait un nouveau jeu ou une nouvelle console, il aurait très bien pu demander directement à sa famille. C'est là qu'il imagina le pire. Et si quelqu'un lui faisait du chantage ? Si quelqu'un le volait ou le harcelait ? La mâchoire se crispa à cette idée, Andrea refusait que l'on fasse du mal à sa famille, à ses proches et bordel ce qu'il tenait à Matthis. Si c'était bel et bien la raison de tout ça, il fallait qu'il en parle pour qu'à leur échelle les frangins agissent pour sortir le gamin de cette situation. Mais ils n'étaient pas au bout de leur surprise et quand la réponse du jeune homme tomba, Andrea eut le souffle coupé. Il avait bien dit "drogue" ? La compassion laissa place au mal-être, toujours plus grand et la pression fut tellement grande qu'Andrea se leva aussitôt du canapé, faisant les cent pas dans le salon de cet appartement. « Est-ce qu'il est vraiment conscient de son acte ? Je veux dire, est ce que tu penses qu'il a mesuré le danger quand il a fait ça ? » A-t-il conscience qu'il aurait pu se faire tabasser, voler son fric parce qu'il était tellement simple d'arnaquer des p'tits jeunes comme lui ? A-t-il conscience que la police aurait pu lui tomber dessus ou qu'il risquait gros à rentrer dans ce genre d'histoires ? A-t-il conscience du risque qu'il faisait prendre à sa mère aussi ? Andrea n'en revenait pas, il était sonné par les mots de son filleul et culpabilisait pour une raison qu'il ignorait. « Je suis même pas sûr qu'il se rende compte de ce qui aurait pu lui arriver, ni même s'il sait réellement ce que c'est que la drogue enfin j'sais pas, t'as déjà parlé de tout ça avec lui ? » Si innocent, encore si jeune et pourtant il n'était pas rare d'entendre que les jeunes étaient de plus en plus précoces pour un tas de choses. Si Andrea avait commencé à vriller aux prémices de l'âge adulte, il n'était pas rare d'entendre ces histoires d'adolescents en prison pour mineur. Plus d'une fois le Lazzari avait pu voir des p'tits gars, à peine plus âgés que son filleul clope au bec, bouteille d'alcool à la main, faisant la fête comme il pouvait lui aussi le faire. Et dans certains quartiers, ces même gamins dealaient pour les plus grands. Les parents faisaient pourtant tout pour préserver leurs gosses de ce fléau mais il était partout autour d'eux. Et ça, Andrea le savait que trop bien. « Qu'est ce que tu comptes faire avec cette drogue ? » finissait-il par demander à sa soeur en se retournant vers elle et osant affronter son regard. Cette drogue ne pouvait pas rester en sa possession.

vmicorum.


« J'ai compris que le bonheur, ce n'est pas de vivre une petite vie sans embrouilles, sans faire d'erreurs ni bouger. Le bonheur c'est d'accepter la lutte, l'effort, le doute, et d'avancer en franchissant chaque obstacle. » Katherine Pancol
Revenir en haut Aller en bas
Ebba JacobsenToujours frais après un litre de café
Ebba Jacobsen
https://www.ciao-vecchio.com/t5073-une-vie-trop-tranquille-est-u https://www.ciao-vecchio.com/t5112-pour-gagner-il-faut-risquer-de-perdre
Faceclaim : Katheryn Winnick © blood eagle (avatar) + crack in time (sign) / Ingrid (crackships)
Messages : 1161 - Points : 2022
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) G5FIO8f2_o
Âge : Née en Norvège (Trondheim) le 1er mars. 40 ans à bruler mes ailes à l'adrénaline de l'ivresse de la vitesse.
Métier : Psychologue à la prison de Poggioreale. / Occasionnellement pilote dans des courses illégales de quoi bien arrondir les fins de mois.
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Re: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le Aujourd'hui à 17:50 )

C’est l’histoire d’un homme qui tombe d’un immeuble de 50 étages. Le mec, au fur et à mesure de sa chute, il se répète sans cesse pour se rassurer : « Jusqu’ici tout va bien… Jusqu’ici tout va bien » Mais l’important, c’est pas la chute. C’est l’atterrissage.

Andrea & Ebba
Je ne vois pas les échanges de regards entre Matthis et Andrea. Je suis tellement obnubilé par le fait de savoir à quoi mon argent a servi que j'en oublie tout le reste. Je n'ai jamais privé mes gamins. J'ai rarement dis non à leurs demandes. Sauf quand pour moi elles étaient injustifiées ou carrément pas pour leurs âges. Et là je suis désemparée. En colère ne comprenant pas le vol. Je comprends qu'un ado veut s'affirmer au prés de ses parents. Qu'il cherche à tester ses limites tout en essayant de gagner du terrain sur sa liberté. Mais là le geste est grave et je ne veux pas lâcher l'affaire sans avoir le fin mot de l'histoire. Mon fils ne bougera pas de là tant que je n'aurais pas les réponses. Et ce n'est pas la présence de mon petit frère qui va m'empêcher de péter un câble et d'agir en tant que mère. Pas question de me laisser marcher sur les pieds et encore moins par mes gamins. Je sais que parfois la situation n'est pas évidente avec leur père. L'alcool lui a souvent fait oublié son rôle de pilier et d'image masculine. Mais il a toujours rectifié le tir. Et je sais que ce n'est pas le genre d'idée qu'il ferait germer dans l'esprit de son fil. De toute façon il me connaît et les conséquences seraient terribles si je venais à apprendre qu'Andrew met son fil sur le mauvais chemin.

Alors qui ? Un ami ? Une mauvaise fréquentation ? Un pari ? Un défi ? Je suis perdue même si je ne le fais pas voir. Je ne veux pas que Matthis me sente en position de faiblesse et qu'il en profite pour éviter la confrontation. Alors j'insiste et use de tout mes pouvoirs de mère pour obtenir gain de cause. Pas question que mon fil devienne un voleur. Je parlerais de cette affaire à Miles, tout comme Andrea il a pas mal d'influence sur Matthis. Et en plus il est flic, alors cet état de fait ne peut que m'aider pour éviter une autre catastrophe. Je sais qu'Adam m'aiderait aussi mais je ne veux pas l'embêter avec cette histoire. Il a assez avec ses propres problèmes. Et puis le manque de ses gosses n'aiderait pas. Mais je verras la marche à suivre avec mes frères plus tard. Là je torture moralement mon fil sous les yeux de mon petit frère. Cela me pèse, quelle mère ne serait pas touché par ce genre de discussion. Et d'un coup l'explication du vol tombe. Et là je tombe sur le cul. Le mot drogue me fait frémir d'horreur. Même si mon gamin me dit que ce n'était pas pour lui. Je vois rouge. Et mon cœur de maman se brise. Comment Matthis a t-il pu me faire ça ?

J'envoie immédiatement mon fils récupérer le butin de son méfait dans sa chambre. Si Andrea se met à faire les cent pas dans le salon. Moi je me pose sur une chaise. Les jambes coupées et une forte envie de pleurer. Je ne comprends pas. La drogue et ses risques on a abordé le sujet. Et plus d'une fois. Miles aussi lui en a parlé. Et là il me vole pour payer la drogue d'un copain et en plus elle est sous mon toit. Tout s'écroule. Et les questions de mon petit frère ne trouvent pas de réponse. « Je ne sais pas Andrea. » Ma voix est faible. Je remets en cause toutes mes décisions et mes actions en tant que mère. Je me sens tellement démunie face à cette réalité qui me fauche de plein fouet. « JE NE SAIS PAS. » Je me lève furieuse faisant tomber au sol la chaise. Ma voix c'est emportée sans même que je ne puisse la retenir. Mon regard accroche celui de mon frère alors qu'il me demande ce que je compte faire avec la drogue. « Désolé je ne suis pas en colère contre toi. » Et là les larmes s'invitent dans mes yeux. Et je viens tomber dans les bras de mon frère. « J'ai abordé le sujet drogue avec lui. Miles et son père aussi. Il connaît les risques. T'en ceux qui concernent la consommation que le fait d'en détenir. Alors j'ai du mal à croire qu'il n'est pas mesuré le danger. » Je pose ma tête contre l'épaule de mon frère. Laissant mes larmes s'échapper de mes yeux clairs. « Je bosse dans une prison, son oncle est flic. Il est quand même dans un milieu ou on parle des risques à ce sujet. Qu'est ce que j'ai fais pour qu'il est une idée pareille ? » Je regarde mon frère comme si je pouvais trouver la réponse dans ses yeux. Je suis désemparée et je me demande comment j'aurais réagi s'il n'avait pas été là. « Désolé de t'avoir mal accueillit et de t'avoir crier dessus. Je suis juste profondément blessée. » J'essuie mes larmes. Parce que je veux éviter que mon fils les voit. Quoi qu'il verrait ainsi à quel point sa bêtise m'affecte. « Je vais contacter Miles. Il a gardé des contact avec les flics d'ici. Je vais voir vers qui je peux me tourner sans que cela ne mette Matthis dans une mauvaise position. Après reste le copain. Je ne veux pas prendre le risque qu'il redemande la même chose. » En tout cas pour le moment je ne sais pas trop comment je vais gérer ce problème.

C'est là que Matthis revient. « Vraiment désolé maman. Je sais que je te déçois. Toi aussi parrain. Je sais que je vais décevoir toute la famille. Parce que je me doute que tu vas en parler à papa et à tonton Miles. » Je récupère le petit sac de poudre. « Si je me retenais pas je la jetterais direct dans les toilettes. Et oui je vais en parler à papa et à tonton Miles. Pas question de te laisser passer à côté d'une remontée de bretelle. Voir deux. Je veux le nom de celui à qui elle est destinée. » Et vu le regard que je pose sur mon fil, pas question qu'il cherche à noyer le poisson. Il soupire. « C'est un nouveau tu ne le connais pas mam. » Je lève ma main dans l'intention de lui coller une baffe sur sa joue. Ce n'est pas dans mes habitudes mais là faut pas pousser. « Balance Matthis parce que sinon je te conduis direct au poste de police. » Je suis tellement énervée que mon poing s'abat contre le mur. Pour ne pas finir sur la joue de mon fil. Faisant craquer mes doigts. Mais je n'en serais voulu de frapper mon fil. « Et merde. » Par contre ma main n'apprécie pas trop le choc.


vmicorum.


“ La plus grande vérité qu’on puisse apprendre un jour est qu’il suffit d’aimer et de l’être en retour.”
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) Empty
Sujet: Re: Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tu tombes bien .. Ou pas ! (Ebrea) -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut