Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -9%
Aspirateur robot Roborock S5 Max au prix le plus bas
Voir le deal
299 €

 

- Erio I sauve-moi de ce vice. -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t6552-magda-il-fait-nuit-entre-toi- https://www.ciao-vecchio.com/t6555-magda-requin-chagrin#218984
Faceclaim : Shanina Shaik + alcuna licenza
Je suis absent-e : jusqu'au 31/10/20
Messages : 252 - Points : 1231
Erio I sauve-moi de ce vice. Eeb86a0762b27dc3b7594a6201a185c4
Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le Lun 10 Fév 2020 - 8:45 )
Le portable contre l’oreille, l’âme en peine, Magda observe les trous creusés dans son jardin et les policiers qui s’y affairent. Une piste les a conduits ici et après présentation de leur mandat de perquisition, ils avaient creusé la terre, trouvant des ossements humains liés à une enquête qu’ils suivent. La bile lui était monté à la gorge et la jeune femme avait dû prendre congé pour vider le contenu de son estomac secoué par des vagues violentes d’angoisse. A son oreille, sa mère se perd en plainte, la rendant presque coupable de ce qui se passe. « Tu te rends compte, Magda, de ce que tu attires encore à notre famille ? » Mais ce n’était pas elle qui avait caché des os ici. « Encore un scandale que notre famille devra essuyer à nouveau ! » Facile à dire, elle, elle était terrée en Angleterre, loin d’ici. C’est Magda qui portait tout à bout de bras ici. C’était injuste ! Totalement injuste ! « Tu n’aurais jamais dû laisser les policiers creuser dans notre jardin » « Je suis désolée, Mère » « J’en ai que faire de tes excuses, Magda ! » Le ton est abrupte, sec mais qu’aurait pu faire Magda contre les autorités, se rend-t-elle compte ? « Tu ne fais que des erreurs monumentales ! Les licenciements qui ont mené à la fusillade, la chute financière de l’Atelier Saddler et puis ça ?! » Mais elle faisait de son mieux, Magda. Et les problèmes financiers de l’entreprise, elle avait trouvé une solution avec ce partenariat avec Demetrio mais sa mère refusait de voir ça. « Si Sahar était encore là, ça ne se serait jamais passé ainsi » Les mots lui percent le cœur et son angoisse s’accentue. « Je suis désolée que ce soit Sahar qui aie été tuée et pas moi » Le silence glacé de sa mère finit le travail et l’achève, Saria Saddler soupire et raccroche sans un mot de plus, laissant sa cadette dans une nuit noire, si épaisse que le désespoir vient embraser tout son être.

C’est le désespoir au bout des doigts qu’elle part à la recherche de rédemption, d’un apaisement. Elle le trouve avec cette vieille amie de longue date, cette lame qu’elle sort de sa cachette secrète et qui avait échappé au dernier passage d’Erio qui lui avait confisqué toute lame de rasoir pour la sevrer de son vice. La lame se pose contre la peau de sa cuisse, sans aucune pression, juste un effleurement, une caresse funeste. Son cœur bat à la chamade quand son corps appelle cette lame, l’implore de s’enfoncer dans la chair pour exorciser toute cette douleur qu’elle ressent. Pourtant, sa raison empêche cette main d’exercer la moindre pression contre sa peau, ne voulant pas retomber dans ces travers dont elle a eu tant de peine à en sortir. Affolée et déboussolée, Magda se redresse du bord de sa baignoire et referme sa main sur la lame avant de sortir de la maison en trombe. Elle a besoin d’air, elle a besoin d’un point de repère, d’un phare en pleine tempête. Ses pensées se tournent vers la seule personne qui a toujours été là quand elle se perdait sur ce chemin de perdition et qu’elle voulait se faire du mal. Erio. Erio. Erio. Son prénom résonne dans sa tête comme si elle l’appelait de toutes ses forces. Il fallait qu’elle le voit avant qu’elle commette l’irréparable et qu’une autre ornière remplie de souffrance grave sa peau. La jeune femme hèle un taxi et s'y engouffre comme une furie, glissant l'adresse d'Erio au chauffeur d'une voix rugueuse. Rugueuse d'angoisse, d'un mal-être profond. La métisse sent la lame dans sa main, elle sent l’appel de son corps qui la réclame et elle combat du mieux qu’elle peut mais sent qu’elle peut y céder de minutes en minutes. Erio. Erio. Erio. Elle s’agrippe à lui, à cette silhouette comme un bateau en plein naufrage rêve à un phare pour retrouver le rivage. Erio qu’elle n’a pas vu depuis tellement de temps et si ça se trouve, il l’a oublié. Si ca se trouve, il n’en a plus rien à faire d’elle mais elle part le retrouver par nécessité. Pour survivre à elle-même, elle, sa pire ennemie. C’est une Magda complètement essoufflée, à l’allure d’une folle qui toque à la porte d’Erio comme une détraquée. Elle espère qu’il est là, craint qu’il lui ouvre pas. « Erio ! » Son poing s’affole contre la porte. « Erio, c’est moi » Sa voix manque de force tout comme ses jambes. A peine la porte s’ouvre-t-elle, la brune s’appuie contre l'embrasure de la porte, lessivée par le combat qu'elle mène contre elle-même. Elle ressemble à un insecte qu’on a essayé d’écraser et qui voit enfin une lumière après des kilomètres de noirceur. Sa paume s’ouvre, dévoilant la lame qui a eu le temps de faire quelque entaille superficielle contre sa main, tant elle a serré le poing sur le trajet, inconsciemment. « Aide-moi … » Détresse dans le regard, elle se perd aussi. « S’il te plaît … S’il te plaît ! » Supplie-t-elle, les sanglots lui montant à la gorge. « Éloigne-la de moi sinon … sinon … » Magda a peur d’elle-même, de ce qu’elle pourrait faire quand elle est ce … ce monstre de tristesse prêt à s’en prendre à la coupable de tous les maux : elle-même.

@Erio Mazzei
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t7581-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t7582-erio-o-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Skywalkers
Messages : 1147 - Points : 4238
Erio I sauve-moi de ce vice. Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Re: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le Lun 27 Avr 2020 - 13:02 )
Des poings s’abattent sur sa porte, tambourinent et les bruits le réveillent instantanément d’une micro-sieste involontaire, causée par un téléfilm passant à la télévision, un programme sur lequel il est tombé par hasard, mais si ennuyeux qu’après dix minutes, il s’est assoupi devant. L’air grave, les sourcils froncés, Erio retire ses pieds de la table et se lève. Lorsque la voix résonne jusqu’à lui, il n’en faut pas plus pour le bousculer. Il presse le pas vers l’entrée, déverrouille la porte qu’il a l’habitude de fermer derrière lui ; certains diront que c’est de la paranoïa, lui répondra que ce n’est que prudence. A peine la porte ouverte que son regard croise celui affolé de son amie, puis rencontre la lame au creux de sa main et qui a déjà provoqué quelques dégâts. Magda le supplie, et il n’en faut pas plus pour qu’il récupère l’objet du mal, l’éloignant ainsi de toute tentation. Mais il le sait Erio, que ce ne sera peut-être pas suffisant et il n’a pas la moindre envie qu’une rechute ait lieu. « Entre. » dit-il, en saisissant son bras pour l’inciter à pénétrer à l’intérieur. Ca fait bien longtemps qu’ils ne se sont pas vus et il aurait espéré que les choses se passent mieux entre eux, ne pas avoir cette longue coupure, et surtout, qu’elle ne ressente pas cette détresse qu’il n’aime pas lire sur son visage. Mais il est soulagé ; elle vient encore vers lui, sait qu’elle peut compter sur sa présence. Dans sa tête, ça n’a jamais changé. Il l’apprécie énormément. « Fais comme chez toi. » dit-il, en désignant le canapé. Cet appartement, elle le connait bien, mais après le départ de son ex-petite amie, il avait ressenti le besoin d’en modifier l’agencement, de changer certains meubles également. Il aurait très bien pu déménager, mais il aime bien cet immeuble et les gens qui y vivent, parce qu’ils sont chiants, originaux et que ça lui procure une certaine satisfaction de pouvoir se prendre la tête avec eux au moins une fois par semaine. Sans ça, son quotidien serait bien différent. Déjà qu’il l’est déjà un peu depuis qu’Aisha squatte les lieux. Ce qu’il y a de bien avec elle, c’est qu’il peut lui faire croire n’importe quoi et s’amuser à ses dépends. Il faut bien trouver du positif. « Bouge pas, j’reviens. » Là, il s’éclipse de la pièce, s’engouffre dans la salle de bain et sort de l’armoire à pharmacie du désinfectant et une fine bandelette. De ce qu’il a vu, ce ne sont que des plaies superficielles, mais il faut qu’elles cicatrisent.
Lorsqu’il revient, il s’assoit auprès d’elle et, après avoir versé quelques gouttes de désinfectant sur un coton, attrape sa main pour en soigner la paume. « Alors, il s’est passé quoi ? » questionne le policier, de but en blanc, sans faire dans la dentelle pour la mettre à l’aise. Ce n’est pas lui. « Tu t’es pas entaillée pour le fun. Qu’est-ce qui tourne pas rond ? » Le souvenir de Sahar ? Il aimerait tant être en mesure de lui donner de meilleures nouvelles, mais ils en sont plus ou moins au même point que la dernière fois. Il y a bien une avancée, mais elle est si minime… ! Sa peine peut aussi venir de ce type qu’elle côtoie et qu’il ne peut pas voir en peinture. Sans doute parce qu’il perçoit cet homme d’affaires comme quelqu’un pouvant tirer son amie vers le bas.


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t6552-magda-il-fait-nuit-entre-toi- https://www.ciao-vecchio.com/t6555-magda-requin-chagrin#218984
Faceclaim : Shanina Shaik + alcuna licenza
Je suis absent-e : jusqu'au 31/10/20
Messages : 252 - Points : 1231
Erio I sauve-moi de ce vice. Eeb86a0762b27dc3b7594a6201a185c4
Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Re: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le Ven 29 Mai 2020 - 9:59 )
Y’a un mélange étrange d’appréhension, de soulagement et de peur quand la porte s’ouvre enfin. Laissant entrevoir Erio dans l’embrassure de la porte. La détresse de l’instant lui fait oublier les mois qui les ont séparés. Les silences et les circonstances de cet éloignement. Sur l’instant, Magda n’y pense pas, trop aux emprises de cette angoisse et de l’appel sournois de la lame. Voix envoûtante qui lui susurre d’apaiser ce trop plein de souffrance par les zébrures qui ont longtemps peuplé sa peau. Qui ont longtemps été cette forme d’expression criarde de fatalité. L’exutoire de tant de choses que la brune ne voulait pas verbaliser. Ne voulait pas formuler, laissant tout cela la pourrir de l’intérieur. Tout cela frôlant de près ou de loin selon les jours des envies de disparaître. De rejoindre celle qui, tout le long, a été d’un précieux soutien. D’un amour inconditionnel. Qu’on lui a arraché par la seule lubie d’un sombre animal.

La lame semble peser bien plus que son poids quand Erio la lui retire des mains, qu’elle s’envole. Il y a le soulagement que cette horreur métallique s’éloigne quand une infirme partie d’elle la regrette déjà. Voudrait la reprendre des mains du lieutenant, faire son œuvre, celle qui sait la calmer même d’une façon tortueuse. Magda se sent gauche, se sent de trop, se sent stupide mais se laisse guider par Erio qui lui saisit déjà le bras pour l’entraîner à l’intérieur. Un pied devant l’autre jusqu’à rejoindre le canapé, de s’y laisser choir comme si les forces la quittaient. Comme si elle avait puisé dans ces dernières réserves pour venir ici. Combattre l’addition dont elle s’était détournée quelque années auparavant, se sevrant de ce mal pourtant si expiatoire. Magda bouge pas quand Erio s’éclipse, les yeux visés sur les plaies qui saignent raisonnablement. Paumes ensanglantés, métaphore de son cœur qui ne cesse de saigner dans le deuil jamais cicatrisé de Sahar. Dans les solitudes blessées par le manque de Demetrio et leur fin. Puis les pieux enfoncés en plein cœur par les mots que sa mère ne sait que siffler à ses oreilles, vile serpent. La métisse a cette sensation que sa vie part à la dérive, qu’elle implose pour ne lui en laisser plus rien. Sinon des miettes où elle se brise.

Peut-être qu’il s’est écoulé une heure peut-être quelque minutes entre le moment où Erio a disparu puis est revenu, qu’en sait-elle ? Magda n’est qu’une épave et perd tout. Notion du temps, notion de l’espace. Inerte et absence quand son ami, enfin espère-t-elle toujours pouvoir considérer comme tel, se met à désinfecter ses plaies. Le contact du désinfectant sur les plaies la fait sursauter, la fait revenir à elle aussi efficacement qu’un seau d’eau. « Y’a tes collègues dans mon jardin avec un mandat de perquisition à creuser … » Son regard reste posé sur les mains d’Erio qui s’affaire pendant qu’elle, là, est inutile, les larmes plein le regard. Pathétique. « Ils ont trouvé … des ossements » Formuler l’horreur et y faire face. Comme si elle n’y avait pas assez fait face ? Et avec ça la fatigue. Plus que physiquement, une fatigue émotionnelle qui la ronge ce soir. « C’est moi » Sa tête qui se secoue, ses dents qui s’enfoncent dans sa lèvre inférieure pour retenir la bride de ses sanglots. « Moi qui ne tourne pas rond à entendre ma mère » Sa mère qui lui rejette tout sur le dos. « Tu le sais comme moi depuis le temps que tu nous côtoies qu’elle aurait préféré que ce soit moi … moi à sa place » Même pas la force de dire son prénom, d’en prononcer les syllabes. « Je suis désolée de te déranger … Je savais pas où aller … » Il y aurait eu d’autres endroits où aller mais Erio est le seul qui connaît son penchant pour la mutilation, qui sait comment l’en dissuader et qui a été là pour sa remontée des enfers.


† I needed you to stay but I let you drift away. My love where are you? Whenever you're ready, can we surrender ? I just want you back. I'm running to your side, flying my white flag
Revenir en haut Aller en bas
Erio MazzeiToujours frais après un litre de café
Erio Mazzei
http://www.ciao-vecchio.com/t7581-erio-o-i-don-t-want-to-live-wi http://www.ciao-vecchio.com/t7582-erio-o-i-m-not-a-perfect-person
Faceclaim : Jesse Soffer ©Skywalkers
Messages : 1147 - Points : 4238
Erio I sauve-moi de ce vice. Tumblr_nx7zqlgs061qaa0sjo3_500
Âge : trente-cinq ans.
Métier : lieutenant de police à la brigade criminelle.
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Re: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le Dim 7 Juin 2020 - 20:27 )
« Des ossements ? » C’est la surprise. Et il est certain que son collègue a dû l’en informer, s’il a eu l’information avant lui, ne serait-ce que par les médias. Erio pose un instant son regard sur son téléphone, posé sur la table basse, puis laisse la curiosité de côté, son envie de contacter ceux qui pourraient lui donner des indications dont il n’a, pour le moment, en aucune besoin, afin de se focaliser sur son amie et sur sa plaie qu’il continue de désinfecter. Sa priorité, c’est elle et la façon dont elle vit les choses : mal. Sa plaie qu’il s’efforce de panser en est la preuve. Silencieux, il l’écoute parler, en même temps que de bander sa main soigneusement. Là, il secoue la tête, n’étant pas d’accord avec les propos de sa mère. « C’est le monde qui ne tourne pas rond, pas toi. » Et ça, il le constate un peu plus chaque jour. Témoin d’horreur, oreilles de témoignages tous plus difficiles les uns que les autres, de choses qui ne devraient pas exister, mais qu’il a choisi d’entendre en désirant absolument travailler pour cette brigade qu’il aime, autant qu’il déteste pour tout ce qu’il voit au quotidien, pour toutes les femmes qu’il rencontre, dont il se rappelle si bien les visages, les prénoms, bien plus que ses aventures qui ne font que lui laisser un souvenir agréable le temps d’une nuit. Mais elles. Elles, elles sont gravées en lui, dans son cœur qui se resserre dès lors qu’il songe à la justice qu’elles n’ont pas eue, comme Sahar. « Tu ne dois pas pour autant culpabiliser d’exister. » Il déteste cette mère de lui faire croire ça, de le lui faire savoir si ouvertement, de ne pas se comporter comme sa fille le voudrait. C’est son rôle, après tout, de prendre soin d’elle… Rôle qui ne lui tient pas tant à cœur que ça, puisqu’elle laisse celle qu’elle a portée durant neuf mois, dans le désespoir, la tristesse. « Tu peux rester ici. » dit-il, en serrant tendrement ses doigts qu’il délaisse quelques secondes après pour caresser ses cheveux avec douceur. Il aimerait tant être en mesure de pouvoir la soulager, en lui annonçant une meilleure nouvelle par exemple. Et c’est parce qu’il voit là son urgence, qu’il finit par dire : « J’ai une piste que je dois explorer, tu sais. » Il n’est pas supposé lui en toucher deux mots, parce qu’il n’en a encore pas discuté avec Aisha, aussi parce que ça risque d’être éprouvant pour elle que de revivre la soirée où elle a failli y passer, mais… Il sait qu’il doit tenter. « J’sais pas si ça va me mener à quelque chose, mais… J’lâche pas l’affaire. J’te jure. » Il l’encercle d’un bras, puis la ramène contre lui. Il lui a fait une promesse qu’il compte bien tenir. C’est important pour Erio, mais également pour toutes les familles qui ont vu leur vie basculer vers l’horreur. Celle de Magda qui s'est arrêtée le jour de la mort de sa sœur.


Don't make it bad, take sad song and make it better. Remember to let her into your heart, then you can start to make it better. And anytime you feel the pain, refrain. Don't carry the world upon your shoulders, by making his world a little colder.
Revenir en haut Aller en bas
Magda SaddlerLe vin est un puissant lubrifiant social
Magda Saddler
https://www.ciao-vecchio.com/t6552-magda-il-fait-nuit-entre-toi- https://www.ciao-vecchio.com/t6555-magda-requin-chagrin#218984
Faceclaim : Shanina Shaik + alcuna licenza
Je suis absent-e : jusqu'au 31/10/20
Messages : 252 - Points : 1231
Erio I sauve-moi de ce vice. Eeb86a0762b27dc3b7594a6201a185c4
Âge : 29 y.o
Métier : PDG de l'atelier Saddler, une compagnie textile spécialisée dans la dentelle
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Re: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le Jeu 16 Juil 2020 - 12:51 )
Des ossements. Oui. La tête de Magda se secoue, confirme. Condamne aussi le macabre qui peuple sa vie, se plante dans son jardin. Leur famille avait assez souffert mais le destin semblait vouloir s’acharner sur les Saddler. Quel était le crime qu’ils avaient bien pu commettre pour encore morfler ? La mort ne hantait pas assez la cadette de cette famille ? Laissant des vides en spectre autour de ce cœur bancale. Des larmes qui dévalent la pente de ses joues, pleurant son existence que sa mère continue de rejeter. Des reproches qu’elle lui assène comme ce soir. Goutte qui fait péter le vase, d’un trop plein qu’elle essaie de contenir, Magda. Du mieux qu’elle peut, essayant tant bien que mal d’être forte, d’être à l’image que sa mère veut. Mais il lui est difficile de deviner ce que sa mère attend bien d’elle, chaque essai est un échec. « Si … Si … Je culpabilise d’être celle qui est en vie » Sahar avait tout dans le creux de sa main quand Magda vivait dans son ombre, s’y plaisait d’une certaine façon. C’est tellement difficile d’être celle qui reste, de vivre sans Sahar. « Merci » Des yeux qui se clos, trouvant apaisement dans les doigts qui se nouent autour des siens pour errer dans sa chevelure. De ces gestes affectueux qui lui font du bien mais que la métisse n’avouera jamais. Manque cruel qui a grandit avec elle et les années, d’une mère peu affectueuse et d’un père absent qu’une sœur tendre a tenté de remplacer.  Ses yeux s’ouvrent abruptement à cette phrase qui fait partir en vrille son palpitant alors que sa main se passe sur ses larmes. Une nouvelle piste ? Et déjà Magda voudrait tout savoir, se redresse droite comme un piquet. « Comment ça une nouvelle piste ? » La rancœur et le besoin de justice tambourine à la porte de son esprit, font gonfler cette envie de retrouver ce taré qui lui a pris sa sœur. Qui a fait basculer Sahar dans l’horreur. Personne ne devrait partir comme ça, personne. Comme si Erio entendait les brasiers de ce sentiment d’injustice qui lui brise le cœur, le lieutenant l’attire à lui et rassure, promet aussi. « Je sais que tu ne lâcheras pas l’affaire, je te fais confiance » A lui. Moins à ses coéquipiers mais peut-être a-t-elle tort de penser ainsi ? La frustration la ronge depuis des années quand le coupable se dérobe aux preuves. Ne laisse aucun indice pour le retrouver. Ca la rend folle mais la brune refuse de perdre espoir, elle veut encore y croire pour Sahar. Pour elle. « Je ne serai en paix que quand il sera puni » D’un séjour en taule ou d’une balle entre les deux yeux s’il refuse de se rendre. « Sahar aussi » Parce qu’elle mérite réparation, parce que Magda vit mal avec ce dossier qu’elle s’est entêtée de parcourir malgré l’interdiction d’Erio. Se percuter et voir tout ce que Sahar a subit avant de s’éteindre, soleil de sa vie. La cadette n'a jamais oublié la teneur de ce dossier, des photos qui lui ont éraflé la rétine, cauchemar de ses nuits. Sa tête se pose contre son épaule, trouvant une place qu’elle avait évité de très longs mois, depuis cette dispute avec Lana. « Je suis désolée de comment les choses ont tourné entre nous » De ce dérapage qu’elle avait provoqué, qui avait suscité bien des déboires entre Lana et elle, la forçant à couper les ponts avec Erio. Même si elle est là, contre lui, Magda ne sait pas, ignore où ils en sont. Toujours amis, sûrement, oui, sinon il ne l’aurait pas accueilli chez lui. Peut-être que c’est plus le flic en lui qui agit plutôt que l’ami. Elle part à l’aveuglette, les longs mois de silence et de séparation ayant eu raison de ses certitudes. Qui a sûrement mis à mal la place qu’elle tenait dans sa vie. Ils n’ont, après tout, jamais réellement reparlé depuis leur nuit ensemble. C’est triste, non ?


† I needed you to stay but I let you drift away. My love where are you? Whenever you're ready, can we surrender ? I just want you back. I'm running to your side, flying my white flag
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Erio I sauve-moi de ce vice. Empty
Sujet: Re: Erio I sauve-moi de ce vice. ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Erio I sauve-moi de ce vice. -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut