Revenir en haut
Aller en bas

-29%
Le deal à ne pas rater :
Griffoir Lion pour chat
9.99 € 13.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -40%
Maillot de football Third Paris Saint-Germain – ...
Voir le deal
54 €

 

- [-18ns] Buon appetito ft. Constello -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Salvatore ValentinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Salvatore Valentino
Faceclaim : Gerard Butler - Anarya
Messages : 82 - Points : 212
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 CaEc
Âge : 48ans
Métier : Acteur
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mar 24 Mar 2020 - 13:33 )
Comment décrire ces moments? Je perdais toute notion du temps, toute notion de tout ce qui n'était pas lui, son corps dans lequel je m'enfonçais un peu plus à chaque coup de rein. Il n'y avait plus que lui et moi en cet instant, plus rien d'autre ne comptait. Je chérissais tellement ces moments, pas seulement pour la jouissance qu'il me procurait mais également aprce qu'il était à moi en cet instant, rien qu'à moi.

Je ne tardais pas à venir, la jouissance m'emportant. Je le serrais doucement dans mes bras alors qu'il se retournait pour venir se mettre tout contre moi. C'était si bon.... un petit moment de tendresse après tout le plaisir qu'il venait de me procurer.

« Je dois corriger ton surnom. Tu es un dieu. »

Je laissais échapper un petit rire en l'entendant. J'embrassais doucement son front, le gardant contre moi. On s'approchait dangereusement du moment où il allait me planter pour rentrer chez lui. Il ne restait jamais après qu'on se soit envoyé en l'air. Je n'insistais pas. Je le laissais faire les choses comme il l'entendait. J'avais trop peu de me disputer avec lui et de le perdre définitivement. Alors je souffrais, chaque jour un peu plus, de son départ après nos ébats ensemble.

« Tu as choisi le diner et le début de la soirée. Je te propose de finir ça en allant se coucher collé-collé l’un contre l’autre devant un bon film, avec un verre de limoncello. C’est un planning de petit vieux. J’en ai conscience. »

Je ne répondis rien. A mes yeux ce n'était pas un programme de petit vieux. C'était le genre de soirée qu'on pouvait passer en couple. Un moment calme, à profiter juste de la présence l'un de l'autre, un peu de tendresse. La passion c'était bien, mais j'aimais aussi ces moments là de simple complicité à deux, des moments qu'il ne m'offrait que trop rarement. Alors non, ce programme me touchait plus que ce qu'on venait de faire sur la table de ma cuisine.

« Mais… même sous la torture, tu ne réussiras pas à me faire me rhabiller pour tout l’or du monde… mais je te volerais peut-être un gant de toilette pour nettoyer ce que ta langue a oublié. ».

- Oh mais je te trouve très bien comme ça. Je ne compte pas te faire changer crois moi.

Tant qu'il était nu je pouvais me rincer l'oeil, mais surtout, tant qu'il était nu il ne pouvait pas quitter ma maison. J'imaginais déjà les paparazzi s'en donner à coeur joie s'ils le prenaient en photo sortant nu de ma maison.

- Mais je vais modifier un tout petit peu ton programme. On va prendre une douche puis on s'installe dans mon lit avec la bouteille de limoncello et un film.

Je lui volais un baiser avant de me détacher pour qu'il puisse me suivre dans la salle de bain attenante à ma chambre. Je me glissais sous le jet d'eau chaude, l'attirant avec moi. On passa du temps sous cette douche, beaucoup de temps. Oui j'en profitais honteusement pour le caliner, l'embrasser, le masser doucement sous prétexte de le laver. En fait non je n'avais même pas honte de profiter de ces moments là. Je vivais comme ça avec lui. Je prenais ce qu'il m'offrait quand il me l'offrait. Je jouissais au maximum de chacun de ces instants avec lui parce que je n'avais que trop douloureusement conscience qu'ils pouvaient parfaitement s'arrêter du jour au lendemain.

Je passais ensuite le reste de la soirée installé avec lui dans le lit, regardant un film dont j'aurais grande peine à parler tellement j'étais peu concentré dessus. Je préférais profiter de lui, le serrer contre moi, déposer de tendres baisers sur sa peau. Et lui... et bien lui il finit par s'endormir dans mes bras. C'était normale, entre la fin de son tournage, le vol puis la soirée qu'on avait passé il avait de quoi être épuisé. Je le laissais un peu dormir, en partie pour qu'il se repose, aussi pour profiter encore un petit peu de se présence avec moi. A son réveil ce serait fini... le répit qu'il m'avait accordé en passant une soirée de petit vieux arriverait à son terme. Il rentrerait chez lui, me laissant passer la nuit seul dans mon lit.

Je soupirais avant de le secouer doucement.

- Constello... réveille toi... il est tard...

Il était temps qu'il rentre chez lui... mais non... non... je ne pouvais pas le dire...
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4620 - Points : 2004
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 25 Mar 2020 - 3:38 )
La modification qu’il proposait à mon planning de soirée était hautement intéressante et je ne me plains pas réellement de l’option de pouvoir ouvertement le reluquer dans la douche et de pouvoir poser mes mains sur lui. Ce n’était plus comme les avides caresses affamées d’un homme. Non, c’était curieusement ancré dans une plus grande tendresse que je n’avais avec aucun autre amant. La douceur de ses doigts qui se posaient sur mes épaules encore tendues malgré la tension que j’avais relâché par deux fois en m’abandonnant pleinement dans ses bras. Et j’étais capable de me voiler la face en me disant que ce n’était qu’un très bon ami qui en plus partageait mon milieu de travail, en savait les limites parfois compliquées.

Il avait déjà tourné et il savait que la dernière journée rimait souvent avec un pic d’adrénaline et un crash. Il m’avait déjà vu m’effondrer de la sorte comme si mes batteries étaient purement et simplement vidées, drainées par l’ensemble. Les bulles de savon que nos mains poussaient sur le corps de l’autre donnaient à nos peaux respectives son odeur. Mon savon était moins parfumé, plus… délicat dans son odeur. Il y avait encore des baisers échangés tendrement, des caresses aux allures d’aile de papillon sous les jets chauds de l’eau. Et ça ne me dérangeait même pas que ce soit le silence qui accompagne nos actions.

Je m’étais séché dans une de ses serviettes que j’avais laissé tombé en un petit tas à côté du lit avant de me glisser entre les draps. J’avais toujours été frileux et pendant qu’il choisissait le film, je m’étais doucement glisser contre lui comme un chaton qui se calle contre le restant de son pacte pour profiter de la chaleur des autres. Le film qu’il avait mis aurait bien pu être en serbe que ça n’aurait rien changé. La fatigue m’avait rattrapé et j’avais à peine touché le limoncello que j’avais pourtant amené. Il fallait que je sorte mon bras de sous la couverture, que je m’éloigne du torse contre lequel je m’étais blotti jusqu’à avoir dans ses oreilles le doux tambourinement de son cœur comme le faisait la caisse-claire dans le boléro de Ravel. C’était… rassurant que d’avoir se bras qui m’étaient ainsi tendu. C’était bien face à toutes les insécurités que ces derniers mois avaient nourries que de me sentir comme si pour une fois, une très très rare fois, j’étais à la bonne place. Comme si ça tombait de sens que mes paupières deviennent lourdes dans ses bras même si je n’avais pas tant bu que cela.

Il me vint vaguement en tête que mon string reposait encore dans la cuisine à quelque part sur le sol avec mon chandail et que ça aurait été facile d’écouter ce vieux réflexe qui me poussait normalement à me faire la malle : parce que ces réflexes de vieux mariés infidèles étaient si profondément ancré en moi malgré le fait qu’il y avait des années que je n’étais plus à faire chambre commune avec celle qui avait été ma femme. Non. À la place, j’écoutais doucement la fatigue de mon corps qui me hurlait presque dessus de me laisser aller. J’avais fermé les yeux doucement pendant une scène, un clignement d’œil à peine visible qui avait été suivi par une nuit noire. J’avais naturellement basculé dans le sommeil comme si ça tombait pleinement de sens que de me retrouver à m’assoupir dans ses bras.

C’était le genre de sommeil profond et réparateur qui n’était pas nécessairement caractéristiques de mes nuits normales passées dans un grand lit dans lequel j’étais inlassablement seul. Et pourtant, quelque chose… plutôt quelqu’un me secoua sur la fin du générique me signalant qu’il fallait que je me réveille parce qu’il était tard. Non mais… j’étais trop bien et je grognais : « Mais… dors s’il est tard… pas partir… » avant de replonger dans les bras de morphée. Mon souffle était régulier et profond. J’étais instinctivement retomber dans le doux monde des rêves.

Ce furent les rayons du soleil, qui transparaissaient à travers la grande fenêtre qui donnait vue sur la mère qui m’extirpèrent des bras. Collé de tout mon long contre le corps rassurant de Torres… Je réalisais que je venais en quelque sorte de franchir une de ses barrières invisibles que je m’étais mise dans ma tête. Je ne m’étais pas enfui. Non. Mon corps encore alourdi de sommeil se contentait de déposer doucement des baisers légers dans son cou jusqu’à ce que je le réveille, presque fier d’avoir réussi à lutter contre ma folle envie de fuir devant le fait de passer la nuit blotti dans ses bras. « Bon matin, mon ange. Tu as bien dormi… ?» demandais-je avec un petit sourire.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Salvatore ValentinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Salvatore Valentino
Faceclaim : Gerard Butler - Anarya
Messages : 82 - Points : 212
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 CaEc
Âge : 48ans
Métier : Acteur
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 25 Mar 2020 - 9:49 )
« Mais… dors s’il est tard… pas partir… »

Il avait marmonné ces quelques mots à moitié endormi avant de replonger dans le sommeil, se collant un peu plus contre moi. Moi je restais dans mon lit, le regardant blotti contre moi, hésitant sur ce que je devais faire. Bien sur j'avais envie de céder et de le garder contre moi comme ça toute la nuit. C'était quelque chose que je n'avais jamais pu faire mais putain j'en avais envie depuis tellement longtemps. Passer toute une nuit avec lui, blotti contre moi, me réveiller à ses côtés, profiter de quelques baisers et caresses au matin. Mon fantasme absolu? Pouvoir lui faire l'amour au réveil, fantasme qui n'était pas prêt de pouvoir se réaliser. Je pouvais accepter, le garder contre moi ainsi, mais je savais qu'il le regretterait demain. Il ne restait jamais. Si il cédait là, ce n'était pas parce qu'il en avait envie mais uniquement parce qu'il était trop fatigué pour bouger de mon lit. J'aurais du le raccompagner plus tôt. Ou alors on aurait du faire ça chez lui, pour qu'il puisse rester dans son lit et que ce soit moi qui m'en aille quand il aurait fini par sombrer ainsi.

J'étais donc partagé entre ce que je mourais d'envie de faire et ce qu'il préférerait certainement. Mais je le regardais... si bien, si détendu endormi dans mes bras... je n'avais pas le droit de le réveiller alors qu'il dormait si bien. J'avais essayé, je n'avais pas réussi, je n'aurais qu'à lui expliquer ça demain.

Je bougeais légèrement pour éteindre la télé et venir me mettre plus confortablement contre lui. Je ne tardais pas à sombrer moi aussi, poussant un léger soupir de bien être en le sentant ainsi contre moi. Je pouvais difficilement me sentir mieux que là maintenant, avec mon amour contre moi.

Je m'agitais un peu le lendemain, surpris de sentir de légers baisers sur ma peau. Je sentais le soleil me chauffer à travers ma baie vitrée. Je sentais une présence à côté de moi, me couvrant de merveilleux baisers. Je tentais de me repasser le film de ma soirée. J'étais avec qui? Qui avais je inviter dans mon lit pour la nuit? Un amants occassionnel? Un plan cul? Non... j'avais passé la nuit avec Constello. Mais c'était impossible Constello ne restait jamais au lit avec moi et encore moins pour un moment calin comme ce qu'il était entrain de me faire.

« Bon matin, mon ange. Tu as bien dormi… ?»

J'ouvris les yeux pour tomber sur lui. Je ne rêvais pas, c'était bien Constello qui était là dans mon lit, me regardant avec un petit sourire, des mots doux plein les lèvres. J'étais tombé dans un monde parallèle? Un monde où lui et moi on serait en couple comme je l'avais toujours rêvé? Non, impossible...

Je me reculais légèrement, encore sous le choc de cette découverte au réveil. Il n'était JAMAIS resté pour profiter d'un réveil à deux. Il s'éclipsait toujours dans la nuit ou au petit matin, me laissant seul. Ca c'était... c'était inédit.

- Ou... oui mais...

Super, voilà que je me mettais à bafouiller, continuant de le regarder d'un air halluciné.

- Je suis désolé. Tu dormais si bien hier soir. Je n'arrivais pas à te réveiller alors j'ai... j'ai préféré te laisser dormir.

Et en profiter aussi... j'espérais qu'il ne m'en voudrait pas pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4620 - Points : 2004
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 25 Mar 2020 - 15:23 )
La lumière du soleil matinal se perdait dans ses cheveux. Il était moins échevelé que moi, fort probablement parce qu’il maintenait aussi ses cheveux significativement plus court que les miens avec lesquels j’aimais jouer : dans leur longueur, dans leur couleurs (encore parfois dans ses moments où je peinais à accepter le fait que le blanc prenait de plus en plus de place dans le noir naturel. C’était la première fois que je me permettais autant de largesse dans mon comportement pour l’observer à la dérobée avec des petits baiser légers qui papillonnaient doucement comme pour le réveiller. J’avais toujours trouvé ça magnifique un homme. Et j’avais rêvé de me réveiller au matin dans les bras de mon amant sans avoir ce curieux sentiment de culpabilité qui avait toujours été fortement associée avec ma propre sexualité. J’avais beau m’afficher, avoir accepté l’entrevue avec ce magazine populaire… disons que mon psychologue s’en prenait encore plein la gueule de mes trop nombreuses insécurités. Parce que même en le bécotant doucement, même en voyant la douce surprise qui semblait illuminé son visage de voir que j’étais là encore, que je n’avais pas écouté ce bout de mon esprit qui me disait que j’étais mésadapté… je n’arrivais pas à enlever d’un coin de mon esprit que je n’étais pas sous mon plus beau jour avec mes cheveux sel et poivre en désordre, mes petites rides mal placées. Même s’il bafouillait. Même si Torres s’excusait de ne pas avoir pu réussir à me tirer de mon sommeil pour que je m’enfuis et que je l’écoute l’orage.

Il avait préféré me laisser dormir. Et je ne devais avouer que je ne savais quoi en penser. Je me mordis doucement la lèvre inférieure avec une anxiété naissante dans le creux de mon ventre : « ‘suis pourtant presque certain que tu as tenté de me réveiller… » à moins que j’ai vaguement halluciner que quelqu’un me secoue doucement pour me mentionner qu’il était tard. « Ça ne te dérangeait pas… ? Que je reste ? » demandais-je en le regardant d’un regard piteux. J’étais encore si bien dans ses bras et ma main caressait doucement sous le drap son torse. Peut-être qu’il aurait préféré que je parte parce que justement j’étais si peu prêt de cette belle allure que j’avais lors que normalement je prenais le temps de me préparer avant de venir le voir. Mais j’avais bien dormi… Très bien caché dans ses bras, appuyé sur son torse. J’aurais peut-être même pu prendre habitude de me retrouver ainsi accroché à sa peau comme un bébé singe. « Je m’excuse si… c’est que tu… tu étais si confortable et chaud… » dis-je d’une voix hésitante et tremblant d’un attachement à son égard que je peinais à m’admettre. Il était différent de tous ces amants d’occassion que j’avais, que je fréquentais. Mais je n’étais pas certain de la portée exacte de mes propre sentiments, de l’endroit auquel mon envie de rester dans cette position m’amenait. Juste rester… Doucement posé ainsi.

Je baissais les yeux pour ne pas affronter son regard. Je n’étais pas encore nécessairement prêt à y voir plus que du désir. De la tendresse et de l’amour ? C’était sérieux… Et même si régulièrement je parlais du jour prochain où je rencontrerais mon prince charmant, raison pour laquelle j’avais quitté ma femme et que j’avais cessé de me cacher pour aller dans les bars chercher de la tendresse… je savais également que j’avais encore beaucoup de travail à faire sur moi pour admettre que l’on pouvait m’aimer comme un amoureux et pas simplement comme un ami ou un amant. C’était peut-être pour cette raison que ma main descendit doucement vers le bas de son corps. La sexualité était plus facile comme solution. « Je peux sinon trouver peut être un moyen pour te compenser pour le dérangement… » dis-je avec un petit air entendu avant d’aller tendrement l’embrasser avec délicatesse et insistance.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Salvatore ValentinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Salvatore Valentino
Faceclaim : Gerard Butler - Anarya
Messages : 82 - Points : 212
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 CaEc
Âge : 48ans
Métier : Acteur
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 25 Mar 2020 - 16:33 )
« ‘suis pourtant presque certain que tu as tenté de me réveiller… »

C'était le cas, mais je n'avais pas beaucoup insisté pour le réveiller. J'avais laissé tomber en voyant qu'il était trop bien endormi et aussi parce que j'avais envie de cette nuit avec lui, même si je craignais le réveil et la réaction qu'il allait avoir là.

« Ça ne te dérangeait pas… ? Que je reste ? »

Comme si ça pouvait me déranger un instant. Je l'attendais, j'espérais qu'il le fasse à chaque nuit qu'on passait ensemble. Je rêvais de pouvoir passer toutes mes nuits avec cet homme, de pouvoir me réveiller chaque jour à ses côtés. Alors non, jamais ça ne me dérangerait qu'il reste avec moi, pas un seul instant.

« Je m’excuse si… c’est que tu… tu étais si confortable et chaud… »

Et le voilà qui s'excusait, c'était le monde à l'envers. Il n'allait pas non plus s'excuser d'avoir cédé à une de mes plus grandes envies. C'était moi qui avais abusé de lui, de ces petits moments de tendresse qu'il avait bien voulu m'accorder. J'étais bien conscient que je n'étais qu'un ami et amant à ses yeux. J'étais quasiment certain qu'il ne partageait pas mes sentiments, même si j'évitais d'y penser pour ne pas souffrir. Je ne voulais pas penser au fait qu'il ne m'aimait pas comme je l'aimais, pire encore, qu'il puisse tomber amoureux d'un autre et m'abandonner à tout jamais. Je savais que je ne le supporterais pas si ça devait arriver.

Mais je refusais d'y penser. Je voulais juste profiter de sa présence dans mon lit, pour probablement la seule fois de ma vie. Une petite matinée à profiter de lui, c'était peu mais je l'acceptais parce que c'était déjà plus que ce que j'aurais pu espérer.

« Je peux sinon trouver peut être un moyen pour te compenser pour le dérangement… »

Je souris en le sentant passer une main sous le drap pour aller explorer le bas de mon corps. Je venais me coller contre lui, l'embrassant doucement.

- Tu ne me déranges pas. Je suis même ravi de t'avoir là dans mon lit. C'est toujours un plaisir d'ailleurs mon cher.

Je passais une main sur son visage, la remontant doucement dans ses cheveux alors que je venais l'embrasser à nouveau.

- Tu sais que tu es vraiment craquant le matin au réveil comme ça, avec tes cheveux en bataille? Ca me donne envie de te dévorer...

Et je mis mes paroles à exécution, venant me mettre au dessus de lui pour déposer des baisers enflammés dans son cou.

J'adorais beaucoup trop la vision de mon Constello au réveil. Il semblait également d'humeur à vouloir réaliser un de me fantasmes, alors je n'allais pas m'en priver.
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4620 - Points : 2004
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 25 Mar 2020 - 18:34 )
Les contradictions dans ma tête étaient nombreuses : autant le regard brûlant que Salvatore portait sur mon corps soumis me faisait me sentir comme l’une des merveilles du monde que le souvenir des commentaires du réalisateur m’affirmait le contraire. Autant que j’avais envie de lui (pour une troisième fois en si peu de temps) que c’était une situation nouvelle pour moi. Jamais je ne m’étais réveillé dans le même lit qu’un homme pour qui j’avais une attirance certaine. Jamais je n’avais fait l’amour au réveil. Il n’y avait que six mois que je faisais l’amour sans avoir bu assez pour que je puisse blâmer mes agissements sur mon taux d’alcool.

J’avais doucement souri à sa caresse quand il m’avait dit que c’était toujours un plaisir de m’avoir dans son lit. La caresse était douce sur ma joue pour remonter dans mes cheveux avant qu’il m’embrasse. Je me retiens de dire que je savais ce à quoi j’avais l’air le matin et que jamais au grand jamais je n’aurais appliqué le mot craquant pour me décrire. J’avais sans doute encore ses cernes de fatigue sous les yeux et ces petites rides que la vie avait dessiné. Pourtant, je me sentais presque beau quand il dévora à coup de baiser mon cou.

La nouveauté de l’expérience me disait que je voulais être plus en contrôle de la situation pour m’abandonner au plaisir que réclamait à nouveau le monstre qui vivait au creux de mon ventre. Je l’avais repoussé doucement jusqu’à me retrouver au-dessus de lui. Une étincelle au fond des yeux, je demandais doucement : « Mais si je n’ai pas envie d’être ta proie ce matin ? ». C’était si rare que je prenais les devant avec lui. Justement parce que ses bras avaient pour moi un côté rassurant. Laissant ma bouche tout près de la sienne, je demandais doucement : « Tu ne m’interdirais pas le plaisir d’être celui qui mène la danse ? » avant d’aller cueillir ses lèvres ma main glissant doucement vers ses fesses comme pour souligner là où je voulais en venir.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Salvatore ValentinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Salvatore Valentino
Faceclaim : Gerard Butler - Anarya
Messages : 82 - Points : 212
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 CaEc
Âge : 48ans
Métier : Acteur
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Sam 28 Mar 2020 - 14:46 )
Je profitais de lui, l'embrassant avec envie alors que le désir commençait à se réveiller en moi. Mais il me repoussa, inversant nos positions. Je me laissais faire, un petit sourire ravi aux lèvres.

« Mais si je n’ai pas envie d’être ta proie ce matin ? Tu ne m’interdirais pas le plaisir d’être celui qui mène la danse ? »

- Oh que non...

J'aimais être eu dessus c'était sur. J'adorais pouvoir prendre soin de lui, le couvrir de toutes mes attentions. J'aimais voir le désir naitre et grandir en lui et me dire que c'était moi qui lui donnait autant de plaisir. Mais j'aimais inverser les rôles. J'aimais le voir agir ainsi avec moi. J'aimais sentir ses mains sur moi, le laisser faire de moi ce qu'il voulait. C'était terriblement grisant comme sensation.

Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4620 - Points : 2004
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mar 31 Mar 2020 - 3:45 )

Le baiser fut léger et délicat. Tendre après une autre étreinte. Trois fois en un laps de temps de moins de vingt-quatre heure, c’était rare dans mon cas. Le pire c’était que deux de ces fois ne pouvaient s’expliquer par mon taux d’alcool dans le sang. Je rigolais doucement à sa remarque. « Je ne peux pas te garantir que la soirée sera exactement comme celle-ci à chaque fois, mais je te jure que si c’était à refaire, je me permettrais presque autant de largesse que ce que je viens de faire. Tu es un excellent petit déjeuner au lit. » dis-je en déposant doucement un autre baiser sur ses lèvres délicatement.

Je ne voulais pas m’engager, je ne me sentais pas encore assez prêt. Pourtant, Torres était dans le seul dans sa catégorie : le seul amant avec qui je parlais de mes fantasmes, le seul avec qui j’en avais réalisé certain (ce fameux plan à trois pour mon anniversaire il y avait deux ans m’avait laissé un souvenir gai – sans mauvais jeu de mot et dans TOUS les sens du terme). Mais je n’étais pas encore prêt à admettre que c’était ce dont j’avais rêvé pendant longtemps. Et qui se retrouvait dans cette tendresse : « As-tu des plans pour la journée ou la semaine ? » demandais-je en allant doucement l’embrasser encore.

Il y avait une vie à l’extérieur de son lit, une vie à laquelle nous allons devoir retourner. Dulce qui m’attendait pour sa marche matinale et Leïa qui à quelque part dans la maison devait attendre le même sort. Je voulais également voir ma fille et peut-être même mon fils. Il y avait aussi du boulot encore à faire, mais je me répugnais à quitter les draps de Torres pour une rare fois. J’aurais voulu que ces responsabilités n’existent pas vraiment et que je puisse simplement rester là en laissant mon regard de forêt s’ancrer dans l’océan de ces yeux.



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Salvatore ValentinoLe vin est un puissant lubrifiant social
Salvatore Valentino
Faceclaim : Gerard Butler - Anarya
Messages : 82 - Points : 212
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 CaEc
Âge : 48ans
Métier : Acteur
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 1 Avr 2020 - 9:08 )
« Je ne peux pas te garantir que la soirée sera exactement comme celle-ci à chaque fois, mais je te jure que si c’était à refaire, je me permettrais presque autant de largesse que ce que je viens de faire. Tu es un excellent petit déjeuner au lit. »

Je souris, bêtement touché et ému par ce qu'il venait de me dire. Je me penchais pour l'embrasser, incapable de parler. Il ne se rendait pas compte du pas énorme qu'il faisait pour moi. Il y avait encore quelques temps, cela aurait été impensable qu'il passe la nuit avec moi, se réveille à mes côtés, et profite d'un moment comme ça. Peut être le fait de faire son coming out et de divorcer avait changé quelque chose en lui. Je me prenais à rêver en cet instant. Peut être se rendait il compte qu'il avait le droit lui aussi d'être heureux, en couple avec un homme. Il y avait une époque où il ne pouvait pas coucher avec moi sans avoir un minimum bu. Nous en étions loin désormais. Alors peut être... peut être pourrais je un jour le convaincre d'avoir plus avec moi?

« As-tu des plans pour la journée ou la semaine ? »

Je profitais de ce nouveau baiser, me collant un peu plus pour profiter de lui, de son corps.

- Hmm... je vais aller courir un peu avec Leïa. Puis je vais me décider à passer au commisariat pour porter plainte contre l'autre folle. Après cette semaine j'ai quelques rendez vous mais pas de tournage de prévu pour le moment. Je reste un peu à Naples.

Et j'espérais pouvoir profiter du temps que j'allais passer ici pour le voir un peu plus que ces derniers jours.

- Tu pourrais prendre Dulce et venir avec nous si tu veux. On va juste faire un tour sur la plage. Une petite heure, pas plus.

Oui bon je le reconnais c'était une affreuse excuse pour passer un peu plus de temps avec lui. Mais je devais sortir ma chienne et il devait certainement le faire avec la sienne aussi alors pourquoi ne pas le faire ensemble? Ca me permettait de le voir un peu plus, de retarder le moment où on devrait se séparer.

Je me levais finalement à contre coeur, m'habillant rapidement en tenue de sport avant de descendre dans ma cuisine. Première chose vitale de la journée, mettre le café à faire. Deuxième étape, mettre un peu de pain à griller pour le petit déjeuner. J'en profitais ensuite pour ranger un peu la cuisine et sortir du beurre et des confitures pour le petit déjeuner. Constello était toujours à mes côtés. J'en profitais pour venir l'effleurer doucement par moment, un léger sourire aux lèvres. Un matin simple à deux, comme j'en voulais beaucoup d'autres, comme je n'en aurais peut être jamais d'autres, alors je savourais celui là.

Je m'installais finalement à table avec lui, commençant à manger doucement.

- Tu as quoi toi de prévu pour la journée et la semaine?
Revenir en haut Aller en bas
Constello AlmaToujours frais après un litre de café
En ligne
Constello Alma
http://www.ciao-vecchio.com/t5211-constello-with-all-the-love-th http://www.ciao-vecchio.com/t5213-constello-it-did-not-went-as-planned
Faceclaim : Alan Cumming @Sandrine (avatar MERCI!) et Rogers (code de signature)
Je suis absent-e : En présence réduite jusqu'au 17.01.2020
Messages : 4620 - Points : 2004
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Ezgif-com-video-to-gif
Âge : 57 ans [14 janvier 1962]
Métier : Acteur et professeur qui bosse sur son premier lvre
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le Mer 1 Avr 2020 - 15:17 )
Bien sur qu’il fallait que la vie reprenne son cours normal, qu’on se laisse emporter par la douce valse à mille temps que la vie nous obligeait à danser. Je ne comprenais pas pourquoi je me sentais aussi bien, aussi calme en m’appuyant doucement contre Torres. Ce n’était plus comme cette urgence de libération que je ressentais hier soir quand j’avais ouvert la porte pour le découvrir si légèrement vêtu. Non, c’était plus doux dans des caresses presque volantes, dans des baisers plus aériens qui faisaient naître dans mon ventre de doux papillons. La vie allait reprendre son cours et briserait ce charme parce qu’il aurait un tournage dans une ville loin, si différente de moi qui me réinstallait à Naples pour me préparer à jouer dans une pièce de théâtre légère. Et que comme un drogué, je chercherais dans les bras d’un autre cette approbation, cette douce passion. Si le tournage n’avait pas été aussi dur émotionnellement, si l’ambiance sur le plateau n’avait pas été aussi mauvaise, j’aurais trouvé mon réconfort dans les bras d’un autre. Nous n’étions pas un couple, je n’en étais pas encore rendu là dans mon parcours… Sauf que voilà, je me sentis brusquement soulagé quand il m’annonça qu’il restait à Naples pour quelque temps.

Mon sourire creusa de légères ridules le long de mes yeux qui pétillait d’un bonheur adolescent. « Ce sont des plans intéressants. Je suis soulagé que tu ailles porter plainte contre l’autre folle… Ça me rassure. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive malheur… » mais je ne résistais pas à la question qui me brulait les lèvres et que je posais d’un ton désinvolte. « Où est ton prochain tournage ? » Je retiens la questions sur le début et la durée. J’aurais eu l’air trop attaché, trop dépendant. C’était pour ça que je ne restais pas d’habitude. Ça et la panique qui m’envahissait aux petites heures du matin normalement me rappelant que je m’étais égaré.

Je profitais pendant un bref instant de la vue quand il se tira du lit pour s’habiller avant de récupérer mes vêtements que j’avais porté la veille et qui sentaient encore son odeur un peu si on la cherchait dans les plis du tissu. « Et je dois avouer que ça m’intéresse vraiment d’aller courir avec toi sur la plage. J’irais chercher ma petite vieille, enfiler quelque chose d’approprié et je tenterais de te suivre. » dis-je avant de le suivre vers la cuisiner. Au refuge, il y avait des chiots, mais j’avais plutôt choisi de ramasser une vieille dame de huit ans passés qui avait encore de l’énergie à revendre mais de légers poils blancs qui commençaient à se pointer à travers ses poils noirs. Mais elle aimait encore courir et s’essouffler. Tout comme moi. Parce que de profiter des simples plaisirs de la vie était aussi un petit bonheur.

En préparant le petit déjeuner, je le découvrais relativement tactile tout comme moi. De doux frôlements de peau que je ne me serais jamais permis si nous n’avions pas été seul tous les deux dans sa maison ou dans la mienne. Évitant le beurre, j’optais pour une simple rôtie recouverte de confiture en me disant que de toute façon, en allant courir je brulerais les calories qu’elle contenait. Je répondis avec un sourire à sa question : « Je garde mes petits-enfants ce soir. J’ai un brunch de prévu avec ma fille. J’aimerais souper avec mon fils. Quelques petits engagements professionnels, une entrevue pour l’organisme contre la cruauté animale que je soutiens et je dois lire quelques-uns des scripts que Kali a déposé sur ma table après m’avoir chicané. Mais sinon, mon prochain engagement professionnel dans une dizaine de jours. C’est le début des répétitions pour une pièce de théâtre… » Si j’avais eu l’impression de travailler, j’aurais probablement été dans la catégorie des bourreaux de travail. Mes engagements s’enchaînaient parce que j’avais toujours la même passion que la première fois et j’étais chanceux qu’avec la soixantaine qui se rapprochaient, les rôles n’en venaient pas à manquer. Néanmoins, malgré mon horaire qui s’annonçait de nouveau chargé, je lui demandais avec un délicat sourire en allant doucement chercher sa main : « Tu penses que l’on pourrait se revoir et que si mes petits trésors ne me lessivent pas trop je pourrais retrouver ma place contre toi un peu cette semaine. » Mais qu’est-ce qui me prenait ?



   
If this was my last day on Earth
♛ I knew that tomorrow I’d leaved this place forever... all of the things that I would have done, all of the races that I would have run, far away places that I would have gone wouldn’t matter at all. All that matters are the thing we leave behind and the echoes love can leave inside the mind and the light that last from random acts of kindness.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[-18ns] Buon appetito ft. Constello - Page 3 Empty
Sujet: Re: [-18ns] Buon appetito ft. Constello ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [-18ns] Buon appetito ft. Constello -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Posillipo :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant