Revenir en haut
Aller en bas

-26%
Le deal à ne pas rater :
Arbre à chat Joe – 40x40x114cm
19.99 € 26.99 €
Voir le deal

 

- [terminé] Désespoir. ft Misako -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Raoul de St AngeVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Fae (vava) / crackships (padawan)
Thème·s abordé·s : Vengeance, deuil, bagarre, meurtre.
Messages : 1790 - Points : 3595
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Lun 15 Juin 2020 - 11:16 )

clinging to the hope.
misako & raoul

Attendre patiemment. Prendre son mal en patience. Et puis enfin récolter les lauriers de cette attente. Tout semble si simple dans ces phrases, elles sonnent comme un chant. Ou bien c'est la voix de la demoiselle qui te donne cette sensation là. C'est étrange le calme et la paix qu'elle distille. Elle ne te promet rien et surtout pas des applaudissements si tu oses aller au bout des choses. Elle te fait juste comprendre qu'en laissant le temps au temps, tout pourrait s'apaiser. Que la paix pourrait être une nouvelle fois dans ton cœur. Tu te sens comme un élève face à son maître, elle te donne les ficelles à toi de voir ce que tu pourras en faire. Même si tu te vois encore perdant dans ce combat inégal que tu livres depuis bien trop longtemps. Mais la vie est une éternelle remise en selle, même quand tu penses avoir trouvé la bonne, elle te fait défaut. Sur le coup elle t'apporte ce qu'il faut pour que tu dévies de ton chemin et que tu repousses ton saut dans le vide. Quelques jours de répit. Peut être quelques semaines. Ou quelques mois. Tu l'ignores. Tu verras bien.

Tu t'attardes ensuite sur son prénom, le trouvant beau. C'est sur que la sonorité montre bien que ses racines ne sont pas italiennes. Misako, le même prénom que sa grand-mère. Tu sens dans ses mots qu'être apparenté  à son géniteur ne lui convient pas. « On ne choisit malheureusement pas sa famille. » Toi tu n'as pas à te plaindre. Ton œuf est tombé dans le bon nid, et même si à présent tes parents s'inquiètent de ton manque de nouvelles, tu as été longtemps un bon petit poussin. Avant de devenir un coq a qui il ne reste plus grand chose de son panache. Mais tu sais que si tu retournais au nid, tu serais reçu à bras ouvert. Tu ne pensais pas en venant ici trouver une âme si belle, tourmentée comme la tienne, avec ces cicatrices comme preuves du mal être vaincu. Parfois on se pense à couvert et un rien nous rend vulnérable. Parler de ce qui t'a amené ici. Parler de ce qui t'a conduit à vouloir faire ce geste. Faire remonter à la surface ta souffrance et tes blessures, c'est un acte compliqué et complexe. Un acte qui te secoue. C'est pire que d'être un étudiant face à un jury qui joue sur un examen toute sa vie. Mais tu y arrives en puissant tu ne sais où la force de raconter. De dévoiler. Tout ce que tu gardes en toi. Tu fais de Misako l'hôtesse de ton secret, lui faisant confiance. Alors qu'elle n'est qu'une inconnue, mais une inconnue qui t'a tendu la main et qui t'a évité de te balancer aux pieds des falaises. Du moins pour ce soir. Parce que tu sais que tu y repenseras. Même si tu penseras aussi à la belle quand cette envie de mourir gagnera ton esprit tourmenté. Il te faudra peut être une triple dose de whisky pour oser aller plus loin.

Misako te promet de n'en parler à personne, de garder tes mots scellés dans son esprit. « Il y a bien longtemps que ma véritable identité n'était pas sorti de ma bouche. Moi même quand je prononce mon nom j'ai la sensation de parler d'une personne morte. Je pense même que si j'achève ma tâche, Nolan Parker ne reverra jamais le jour. Il restera mon fantôme. » Comment le faire revenir après quinze années à l'enterrer au fond de ta tête ? A l'oublier pour éviter la gaffe. A le museler pour qu'il ne crie pas sa colère certains jours quand tu pétais un câble. Tu sais que le faire remonter à la surface sera compliqué, même une fois ta vengeance assouvie. Tu te sens triste et coupable quand elle te dit ressentir ta douleur. « Je suis désolé de vous imposer ça. Vous avez assez souffert pour en plus éprouver la mienne. » Mais partager peut aider aussi à avancer, même si ce n'était pas ton intention première. Puis elle te tend un caillou. Un talisman. « Merci mais je n'ai rien à retour à vous donnez Misako. » Sur le coup tu te sens un peu mal. « A part mon numéro de téléphone .. si un jour vous avez besoin d'aide, si quelqu'un vous ennuie vous pourrez  me contacter. » Mais cela semble si mince à côté de ce qu'elle t'offre. « Je ne sais pas si le destin vous a mis sur ma route pour une raison spéciale. Mais je suis bien content que vous soyez passée par là. » Tu réalises que mourir ne fera pas revivre Maeva et Kewan. Te venger non plus. Mais il y a une chose que tu peux accomplir. C'est tiré Wayland de ce merdier. Le sortir de cette enfer. Quitte à y laisser des plumes, voir la vie. Faut que tu t'occupes de ce gamin. Qu'il est une chance de vivre décemment. A partir de maintenant ton but va être d'offrir une vie meilleure au métis.

vmicorums.




Une petite boule de poil pour mettre de la tendresse dans le regard. Pour apaiser les blessures, combler les vides et rendre le tout plus doux.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @ILFFY @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Thème·s abordé·s : Dépression ; mutilations ; idées suicidaires.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 627 - Points : 849
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Original
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Jeu 18 Juin 2020 - 12:58 )
Hochant la tête en l’entendant dire qu’on ne choisissait pas sa famille, elle décida de ne rien rajouter. Il venait de tout résumer en quelques mots. Un jour, Misako savait qu’elle tuerait cet enfoiré. Elle le ferait longuement souffrir et même si elle terminait en prison : elle embraserait ce nouveau challenge avec l’esprit en paix. Il méritait de mourir, probablement pas qu’elle foute sa vie en l’air, mais un con en moins sur terre était une victoire non-négligeable. En attendant de libérer la planète, il était temps pour elle de recevoir le secret de Raoul. Ou plutôt, de Nolan. Elle l’écoutait attentivement, ne disait rien : tendant son oreille. Si elle n’avait parlé à personne de sa peine, de son passé : il semblerait que l’homme à ses côtés soit tout aussi secret qu’elle. Il portait des valises lourdes, voir plus que les siennes. Misako était heureuse s’il pouvait un peu décharger leur contenu dans les siennes. Porter un peu le fardeau des autres, c’était ce qu’elle faisait avec certains de ses clients. Beaucoup venaient dans sa boutique pour soigner des plaies, pour aller mieux et jamais elle ne fermait ses portes à eux. Promettant de ne rien dire, elle lui offrit un sourire doux et compatissant.

“Il y a certaines choses qui n’ont plus leur place dans le présent. Cela ne veut pas dire que ce n’est plus important, mais qu’il faut savoir les laisser s’éloigner et sur le côté.” Comme sa haine pour son père, elle savait vivre avec et la ranger dans un tiroir particulier pour la ressortir au besoin. “Ne vous excusez pas, cela fait du bien de se confier comme ça. C’est un mal nécessaire, un exercice que beaucoup ne font pas et ils se laissent ronger par des sentiments négatifs. Beaucoup de souffrances peuvent être évitées si les gens se confiaient sans avoir peur. Surtout les hommes, c’est autorisé pour vous d’être faible. Même si la société ne laisse pas cette opportunité.”

Lui tendant un talisman qui ne l’avait pas quitté depuis son retour à Naples, cela était une façon pour elle de l’obliger à se souvenir de cette conversation. De le ramener à cette paix qui semble s’être installée un peu dans ses yeux.

“Un sourire, c’est le meilleur moyen de paiement.” Et elle lui sourit pour prouver ce fait. “Merci.” Elle se remit à chercher dans sa poche et sortit une carte de visite : “Vous pouvez passer quand vous voulez à ma boutique.” Misako regarda l’horizon tout en écoutant les paroles de l’inconnu, qui n’en était plus un au fond. “Moi aussi, vous faites partie de ces rencontres incongrus qui peuvent faire la différence entre la vie et la mort.” Littéralement. “Ce jeune homme dont vous parliez… Il semble avoir de la chance de pouvoir compter sur vous.” Elle posa sa main dans son dos : “Beaucoup aimeraient avoir un père aussi dévoué que vous. Cela se sent que vous l’aimez : dans votre voix, dans vos gestes, dans votre regard… Ne le laissez pas tomber.”




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Fae (vava) / crackships (padawan)
Thème·s abordé·s : Vengeance, deuil, bagarre, meurtre.
Messages : 1790 - Points : 3595
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Lun 29 Juin 2020 - 18:14 )

clinging to the hope.
misako & raoul


Tu ne vois aucune embuscade dans le fait de te confier à Misako. Alors tu te laisses aller et tu ouvres une porte que tu t'efforces de laisser fermer depuis bien des années. Tu connais la source de ta haine, celle qui rend ta souffrance horrible. Elle te ronge de l'intérieur avec férocité et tu ne sais pas comment l'arrêter. Peut être que tu n'en as pas envie, elle te rappelle sans arrêt pourquoi tu es encore en vie. Pourquoi tu dois te lever tous les matins. Et quand tu essaies de l'oublier elle vient doucement sonner à ton esprit pour raviver la douleur et te faire comprendre que tu ne peux te dérober. Tu n'es pas encore en haut de la pyramide que tu t'es construit dans la tête. Reste du chemin à faire. Et pas question de prendre un funiculaire pour y arriver. C'est à la force de tes bras que chaque jour tu remontes la pente, que tu combats. Gardant en mémoire ta quête. Tu n'as pas le mental d'un gymnaste expérimenté, du coup pas toujours facile de ne pas craquer. Alors là durant un court instant tu déposes tes valises, tu tombes le masque. Tu souffles un peu, repoussant tes sombres pensées. Et tu te dois de lui offrir la vérité. Espérant qu'il n'y aura pas de tuile en retour pour elle. Car en lui parlant de monsieur et de ton passé tu joues avec le feu. Tu la mets en danger. Mais la demoiselle semble prudente, puis elle a une expérience de la vie, et le mal ne l'a pas épargné. Elle est même peut être plus forte que toi.

« Oui je sais mais difficile de lâcher prise surtout quand on a fait une promesse même si c'était sur deux cercueils. Je ne peux m'y dérober. Alors mon passé parfois me paraît bien plus imposant que mon présent. »
Tu as la sensation que ta vie se trouve dans une courbe convexe, tu glisses toujours vers l'extérieur, rien ne te ramènes vers l'intérieur ou au centre. Compliqué de retrouver ses points de repère dans ce cas. Wayland t'attire un peu, voir beaucoup, vers ce centre dont tu t'es éloigné. Mais sa présence n'apaise en rien ta douleur. Faut dire aussi qu'il navigue dans l'univers que tu voudrais détruire. Mais avec lui dans l'équation tout s'avère plus dur. « Je gardais cette histoire pour moi car la partager engageait l'autre dans le secret. Et je n'ai jamais voulu mettre en péril la vie de quelqu'un. Je n'aurais même pas du vous en parler. » Tu passes ta main dans tes cheveux anxieux d'avoir fait porter à cette demoiselle le poids de ta vie. Si Monsieur le sait, il faudra qu'elle parte bien plus loin que Rome pour échapper à cet assassin. « Vous me promettez d'être prudente Misako. » Ta voix tremble un peu. Tu te sens idiot, tout était trop lourd et voilà que tu as impliqué une pauvre innocente dans la tempête de ta vie. Bordel Nolan tu n'as pas réfléchi.

La belle te tend un talisman et tu te sens redevable de son attention. Tu souris vu qu'elle te le demande en moyen de paiement. Puis elle te tend une carte de sa boutique. « Voilà la mienne. N'hésitez pas. De toute façon je vais garder un œil sur vous. » Un œil bienveillant. Comme tu le fais pour Wayland, ce gosse qui te retourne les tripes. Ce gosse qui te montre combien ton rôle de père te manque. C'est même étouffant parfois. « Oui la vie peut être bizarre. » Elle a les cartes en main et s'amuse à jeter le bon comme le mauvais. Et le métis revient dans la conversation, de quoi éclairer tes yeux de larmes. « Il fait parti des victimes et je voudrais le sortir de l'enfer où il est. Il me fait penser à mon fils. Enfin si Kewan avait eu la chance de grandir je suis sûr qu'ils se ressembleraient. Il a des mots, des gestes qui me projettent dans mon passé. Je ne saurais l'expliquer ce que je ressens. » Des choses qui te frappent de plein fouet et qui te bousculent sans que tu analyses vraiment la réalité. Encore out dans ce sujet. Mais comment tu pourrais y penser ? « Non je ne le laisserais pas tomber. Je lui ai même proposer de m'aider au boulot pour qu'il se fasse un peu d'argent. Là où il est on le saigne à blanc. » Peut être que tu devrais faire exploser le Ruby quand il n'y a personne. Mais tu sais que certains des employés y vivent. Et c'est Monsieur que tu veux éliminer par de pauvres innocents. « Je ne sais pas pourquoi je me suis attaché à lui, je ne me l'explique pas. Quelque chose dans mon cœur me guide. Cela va au delà des choses logiques. » Quand tu y réfléchis vraiment tu n'arrives plus à dormir. Tournant dans ta tête toutes sortes de possibilité. Quand la vérité éclatera tu vas comprendre pourquoi il y a ce magnétisme entre vous. Cet élan du cœur irraisonnable et puissant. « C'est un bon petit gars, il a droit à une belle vie. » Et tu vas te battre pour lui.

vmicorums.




Une petite boule de poil pour mettre de la tendresse dans le regard. Pour apaiser les blessures, combler les vides et rendre le tout plus doux.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @ILFFY @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Thème·s abordé·s : Dépression ; mutilations ; idées suicidaires.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 627 - Points : 849
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Original
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Mer 1 Juil 2020 - 19:45 )
Recueillant ce secret en espérant que cela apporte un peu de douceur, que cela aide l’homme à décharger son fardeau : Misako restait silencieuse. Hors de question de le couper, de le presser : elle avait le temps. Après tout… Elle n’avait personne qui l’attendait, ni aucun animal. Alors, le temps, elle pouvait lui offrir. Hochant la tête pour montrer qu’elle comprenait que Raoul était lié à une promesse qui les dépassait au fond.

“Il ne tient qu’à vous alors de faire de votre présent quelque chose de plus lourd dans la balance pour que vos pieds restent sur terre.” Ce n’était pas une chose facile, cela était un travail du quotidien, mais cela en valait la peine. C’est ce qu’elle pensait tout du moins. “Même si cela vous semble impossible maintenant, vous devez encore essayer : qui sait ce que demain peut apporter ? À force de répéter que tout va s’arranger, ou tout du moins s’apaiser, il y a du mieux. On se fait à cette ritournelle de mensonge : tant que cela nous permet de continuer à avancer.” Car il n’y avait rien de trop beau n’est-ce pas pour garder la tête hors de l’eau.

Le laissant continuer sur sa lancée, elle restait attentive aux moindres de ses mouvements : continuant de poser son regard sur lui pour tenter de percevoir son aura ou bien si une énergie malveillante s’était accrochée à lui. Rien, cependant, ne lui sautait aux yeux. L’homme était son propre ennemi, Raoul en était l’archétype. Lui souriant, elle hocha la tête :

“On prends tous des risques dans la vie, à l’instant où on sort de chez nous. Il faut savoir décharger ses secrets de temps en temps pour pouvoir respirer. Vous avez bien fait et ne vous inquiétez pas pour moi. Je sais me défendre et je ne sors plus sans mon katana. Et dans le pire des cas ? Vous m’aurez fait une fière chandelle en mettant sur mon dos des gens qui veulent ma mort. Depuis le temps que je l’attends patiemment… Je ne reste en vie que pour ma sœur, au fond, je ne sais pas si elle survivrait à cette perte.” Ou peut-être que si ? Misako ne savait pas et ne voulait pas lui en parler.

Tendant vers la pauvre âme un talisman pour le protéger, elle en avait d’autres chez elle que sa grand-mère lui envoyait régulièrement. Donnant par la suite sa carte, elle attrapa celle de Raoul pour la ranger dans son porte-feuille.

“Il y a toujours du thé de prêt pour ceux qui ont besoin.” En d’autres termes, elle serait ravie de le recevoir dans la boutique. Penchant sa tête sur le côté, elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire en coin en l’entendant parler. Pas pour se moquer, mais parce qu’il semblait avoir déjà la réponse de ce qui devait le pousser à se battre contre la vie injuste. “Vous voulez un conseil ? Faites toujours confiance à votre instinct. Les liens du sang ne mentent pas. Les impressions n’ont plus. Fiez-vous à votre sixième sens : celui qu’on écoute rarement et tout ira bien.” Misako était très sensible aux énergies et à tout ce qui entourait le surnaturel presque. “Avec une personne comme vous qui veille sur lui : son avenir est protégé. Vu que je suis dans la confidence, si jamais je peux vous aider, même si c’est le caché ou autre : personne ne pensera venir à chercher dans la boutique d’une fleuriste de quartier.” Elle lui sourit sincèrement : “Prendre soin de lui, c’est prendre soin de vous."




Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Raoul de St AngeVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Raoul de St Ange
https://www.ciao-vecchio.com/t4975-un-mensonge-repete-mille-fois http://www.ciao-vecchio.com/t7522-tout-n-est-pas-blanc-ou-noir-tout-est-souvent-gris
Faceclaim : Hugh Jackman © Fae (vava) / crackships (padawan)
Thème·s abordé·s : Vengeance, deuil, bagarre, meurtre.
Messages : 1790 - Points : 3595
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 1557330545-155665680836801069-14
Âge : 48 ans né le 18/09/72 / vérité
Métier : Oenologue / mensonge ancien flic infiltré
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Sam 11 Juil 2020 - 18:54 )

clinging to the hope.
misako & raoul


Faire que le présent pèse plus lourd que ton passé, dans la balance de ta vie, pour garder les pieds sur terre. Est ce que tu en es capable ? Tu n'es pas certain, car ton présent est loin d'être idéal. Même si aux yeux de pas mal de personne tu sembles être un homme bien sous tout rapport. Un divorcé avec un chouette métier et qui ne se prive pas. La réalité est bien loin de l'image que tu renvoies. Et même si ce que vient de te dire Misako est des plus logique pour toi le mettre en pratique sera compliqué. La belle délivre un message des plus positif et sur un point elle a raison. Le mensonge on s'y habitue. Toi le tien ne te pesait pas. Jusqu'à ce que tu décroches, jusqu'à cette envie de te foutre en l'air. Parce que d'un coup tout t'étouffait, tout semblait se réduire à néant. Coupant d'un coup ton envie de te battre. Celle de te venger. Même celle d'aider Wayland. Ta tête a vrillé et tu as eu envie de tout éteindre, de laisser l'obscurité gagner du terrain et puis t'envahir. Tu avais envie de paix. De ne plus souffrir ou penser. De juste oublier. Mais en as tu réellement le droit ? Il semble que non, surtout depuis que le métis c'est accroché à ta vie. Que tu es devenu une sorte de bouée. Quelle idée tu as eu de vouloir lui porter secours ? Peut être que tu l'as fais espérer pour rien. Peut être qu'il est un cas désespéré tout comme toi. « Mais parfois la routine du mensonge nous enlise et nous oblige à réellement regarder la vie en face. Et pour être honnête cela me fait flipper cette idée. C'est sûrement ce qui m'a donné envie d'en finir. Même si je vois à présent mon geste comme un geste lâche.» Sauter dans le vide et laisser le passé inachevé. Non ce n'est pas ce que tu veux au final.

Et tu continues. Pas question de faire marche arrière ou de stopper tes aveux. Mais tu mets Misako en garde, tes démons ne doivent pas se retourner contre elle. Tu t'en voudrais de causer sa perte. Même si elle est forte, face à celui qui t'a pourri la vie elle ne ferait pas le point. Et tu ne veux pas causer une nouvelle perte. Tout comme tu ne veux pas causer de tort à Wayland. Tu la regardes avec douceur, attristé par ses paroles. Comment une personne bienveillante comme elle peut souhaiter sentir le grand manteau de la faucheuse l'envelopper ? Cela te trouble et te peine. « Vos paroles sont bien sombres. Mais je peux comprendre le fait qu'on attende la mort comme la réponse à toutes nos souffrances. Je ne sors jamais sans mon revolver, celui qui m'a sauvé la peau quand j'étais flic. » Tu trouves qu'il y a entre vous pas mal de point en commun. A croire que le hasard a vraiment choisi la bonne personne pour que tu comprennes mieux ta détresse au travers de la sienne. « Nous allons veiller l'un sur l'autre. » Une promesse faite en prenant le talisman que la jolie fleuriste te tend. Avant que ne suive un échange de carte. A chaque fois que tu souhaites te délier de la vie, elle vient nouer des liens étranges, bienfaisants, profonds. Même si tu n'en prends pas toujours l'ampleur. Misako est une âme pure, de celle qui donne sans rien attendre en retour. Elle est là et elle se glisse avec douceur sous la peau. Apportant son lot d'espoir, écartant les nuages. Elle apaise et cela te fait un bien fou. « Je serais ravi d'y faire un tour. » Ne serait ce que pour sentir le parfum des fleurs, comme tu l'as fais quand elle t'a tendu le bouquet.

Tu restes quand même surpris de ce qu'il ressort de cette discussion, de ce moment hors du temps ou il ne semble y avoir que vous sur terre. C'est l'importance que prend Wayland dans ta vie. Ce que tu serais prêt à faire pour ce gosse.Tu serais prêt à le chérir comme un fils. Et cette conclusion met en joie ton cœur, comme elle le déchire. Tu souris pensant que si tu écoutais vraiment ton sixième sens, les liens du sang, et bien tu te dirais que Wayland est Kewan. Que Wayland est ton fils. Mais c'est impossible et tu le sais. « Je ne peux pas me le permettre parce qu'avec Wayland tout mon être dit le contraire de ce que ma raison dicte. Mon fils est mort je ne peux laisser croire à mon cœur qu'il est en vie. Que c'est lui. » C'est brutal pour toi quand tu le dis. Parce que inconsciemment cela te travaille, vu tous les petits cailloux qu'il sème quand vous êtes tous les deux. Tes mots t'arrachent même un râle lourd de souffrance. Tu voudrais que se soit vrai. Que ton fils soit en vie. Qu'il ait les traits de Wayland. Mais tu ne sais que c'est faux. Et puis si vraiment tu te laissais baigner par cette idée, le ressenti serait pire encore. Parce que tu aurais fais vivre quinze ans d'enfer à ton propre fils. Quelle horreur. Non tu ne peux pas laisser son sixième sens, ni ton cœur te dictait ce genre de chose. Wayland n'est pas Kewan, il ne le sera jamais. JAMAIS.

« Je ne sais pas si m'avoir rencontré est une bonne chose. Je le mets en danger autant que vous en entrant dans sa vie. J'en suis conscient. Et en même temps je ne peux laisser ce connard, pardon pour le mot, détruire sa vie. Même si il a pas mal morflé. Je me demande même comment on peut faire ça à un gamin. Comment on peut le salir de la sorte sans en avoir des remords ? » Même toi qui cognes pour avoir des renseignements, qui menace de mort des pourris tu en as. Alors quand il s'agit d'un gamin innocent. Comment on peut ? « Sûrement. Je vous promets de faire de mon mieux. Pour lui. Pour moi. » Tu sais que ce ne sera pas évident, qu'il y aura des embûches, des doutes, des coups durs. Mais tu vas essayer. Tu es certain que c'est ce que voudrait Maeva et Kewan. « Je vous remercie pour votre sagesse, vos mots, vos sourires. Vous êtes un ange. » Puis d'un coup tu regardes l'heure. Et tu réalises que si Wayland vient chez toi, il va trouver ta boite, ton revolver, ta lettre. Et s'il la lit. « Il va falloir que j'y aille Misako. Si le gamin vient chez moi il va trouver ma lettre et mes souvenirs. Je ne veux pas qu'il fasse une connerie. Il faut que je sois chez moi avant lui. » Si c'est possible.  

vmicorums.




Une petite boule de poil pour mettre de la tendresse dans le regard. Pour apaiser les blessures, combler les vides et rendre le tout plus doux.
Revenir en haut Aller en bas
Misako CortesiVous vous bonifiez avec l'âge... ou pas
Misako Cortesi
http://www.ciao-vecchio.com/t5924-la-bougie-ne-perd-rien-de-sa-l http://www.ciao-vecchio.com/t5926-la-fleur-qui-sepanouit-dans-ladversite-est-la-plus-rare-et-la-plus-belle-de-toutes-misako
Faceclaim : Arden Cho @ILFFY @Genius Panda the best & Gifs by butterfly
Thème·s abordé·s : Dépression ; mutilations ; idées suicidaires.
Je suis absent-e : Présence réduite : du 24 Février jusqu'au 07 Avril maximum
Messages : 627 - Points : 849
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Original
Âge : 34 ans
Métier : Fleuriste
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le Ven 17 Juil 2020 - 18:23 )
Misako se doutait bien que oui, elle prenait des risques en l’écoutant parler, mais elle ne pouvait pas se détourner d’une âme en peine. Si elle avait ses propres problèmes : elle prenait volontiers ceux des autres dans l’espoir que cela apporte un peu de paix à ces derniers. Il ne fallait pas beaucoup parfois pour faire la différence et elle espérait la faire en acceptant de partager le secret de Raoul. Elle ne pouvait plus dire qu’ils étaient des inconnus après cela non. Elle partagea avant qu’il ne fasse de même sa propre noirceur : celle dont elle ne parle à personne. Misako savait que si elle se gangrenait dans son corps : il ne resterait rien d’elle. Pourtant, elle choisissait de vivre avec cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête qui pouvait lui tomber dessus à tout moment. Parce qu’au fond : elle n’avait pas le choix que celui de vivre. Emiko avait besoin d’elle et elle ne comptait pas abandonner sa sœur. Cette fois-ci : elle était assez grande pour décider de rester contre vent et marrée : pour prendre soin d’elle.

“Cela me semble être un bon plan.” Qu’elle souffle tout en étirant un sourire sur ses lèvres. Un plan comme on n’en fait pas beaucoup ces derniers temps, dans une société où la notion de soit passe avant celle des autres. “Vous serez toujours le bienvenu, la porte vous sera toujours ouverte.” Pourquoi pas, si cela voulait dire soutenir cet homme qui semblait être au bout du chemin : Misako se devait de tracer une nouvelle route pour lui. Pour qu’il ne se perd pas en chemin. “On peut tout se permettre quand on a plus rien à perdre, c’est comme ça que les grandes tragédies commencent, mais pas seulement. De grandes personnalités dans le monde ont trouvé leur succès, leur bonheur en écoutant cette petite voix au fond d’eux. Être sensible aux messages que votre esprit essaye de faire passer est la clé de votre survie.” Un trousseau nécessaire aux yeux de Misako.

La suite la laisse sans voix, lui fait perdre un peu son sourire et instinctivement - sans même s’en rendre compte - elle se recula. Misako ne voulait pas réellement en savoir plus, ni même poser des questions : pour le coup, elle se devait de préserver sa santé mentale, déjà fragile. Parce qu’elle savait ce qu’un adulte pouvait faire sur un enfant, sur les traumatismes que son père a créé chez elle : qui continue de la tirer vers le bas encore aujourd’hui. Elle ne serait pas étonnée si son enfance avait dicté sa vie, ses relations intimes : si elle ne l’avait pas condamné à une vie d’errance.

“Je ne peux pas répondre à cette question. Certaines personnes sont le mal incarné, sont des vaisseaux pour tout ce qu’il y a de mauvais dans l’homme. Des nuisibles qu’il faut détruire, qu’il faut radier de la terre avec l’espoir que comme l’Hydre : d’autres n’émergent pas. Une utopie, un fantasme que beaucoup ont, mais qui jamais ne se réalisera.” Elle joignit ses mains et les posa sur ses cuisses : “Ne faites pas de promesses, vous n’avez pas besoin de cela. Si vous faites de votre mieux : c’est déjà excellent.” Elle retrouva son sourire et se leva en l’entendant : “Et moi, je dois rentrer.” Elle lui tendit sa main : “Je compte sur vous pour venir me voir quand vous aurez besoin.” Elle serra sa dextre en souriant un peu plus : “Que Bouddha vous guide.” Et puis elle s’éloigna pour remonter sur son vélo et rentrer à la boutique.





Feels like I'm going insanedisturbia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Désespoir. ft Misako - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Désespoir. ft Misako ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Désespoir. ft Misako -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Chiaia :: Lungomare di Mergellina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2