Revenir en haut
Aller en bas

-5%
Le deal à ne pas rater :
Ventilateur Rowenta VU5640F0 TURBO SILENCE EXTREME
84.98 € 89.82 €
Voir le deal

 

- Tea | Lord ? Vraiment ? -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Demetrio ClarizioLe vin est un puissant lubrifiant social
Demetrio Clarizio
http://www.ciao-vecchio.com/t393-demetrio-o-la-terre-tour http://www.ciao-vecchio.com/t455-demetrio-o-take-a-sad-song-and-make-it-better
Faceclaim : Sean O'Pry ©art acide + Laura (image / gif profil Magdem)
Messages : 1133 - Points : 3960
Tea | Lord ? Vraiment ? Tumblr_ngr5g8BQiO1u2hh13o9_250
Âge : trente-trois ans.
Métier : multimilliardaire, PDG de plusieurs entreprises. En Italie, il est principalement connu pour sa multinationale de construction navale. Ses bateaux servent le plus souvent aux expéditions, croisières. Il détient également le bar Dolce Vita à Posillipo.
Tea | Lord ? Vraiment ? Empty
Sujet: Tea | Lord ? Vraiment ? ( le Lun 6 Avr 2020 - 11:49 )
La veille

« Il faudrait aussi que vous contactiez Bailey pour convenir d’une visioconférence. » continue-t-il, en jetant un œil à sa montre dont le cadran affiche déjà dix-neuf heures. Elle est présente depuis 8h30 du matin, et bien qu’elle ait eu une pause de deux heures à midi pour se ressourcer, il se doute que sa nouvelle assistante aimerait rejoindre les siens chez elle, plutôt que faire des heures supplémentaires. « En prenant en compte le décalage horaires. » précise-t-il, en se levant. Le poste est rude, il le sait pertinemment et ce pour avoir vu défiler de nombreuses femmes qui n’ont pas tenu plus de quelques mois, parfois même deux à trois semaines et quand elles semblent s’accrocher, c’est en le faisant mal. « Très bien, Monsieur. Je veux dire. Lord. Monsieur Lord. » bafouille-t-elle, en se rattrapant de justesse. L’italien pose une main à plat sur son bureau, pose ses dossiers et relève les yeux vers Lisa, qui, peu à l’aise par ce qu’elle pense être une bourde, ramasse ses affaires précipitamment et dans la maladresse, laisse tomber quelques feuilles. « C’est la troisième fois de la journée que vous m’appelez comme ça. » S’il n’a rien dit la première fois, c’est parce qu’il était convaincu d’avoir mal entendu. La deuxième, il était bien trop pressé pour le relever, mais il n’a nullement l’intention de faire comme si de rien n’était. « Si c’est une plaisanterie, elle n’a rien d’amusant. » Ou seulement pour l’auteur. Lisa, penaude, entrouvre la bouche, ne semblant d’abord pas saisir ce qui lui arrive, puis, se sentant idiote d’être rentrée dans le jeu de sa collègue, se justifie : « Tea m’a fait part de votre satisfaction à entendre ce surnom. » « Eh bien elle vous a menti. » soupire-t-il. Alors qu’elle pensait qu’elle en avait terminé avec ses bêtises, elle en rajoute toujours plus. « Rentrez chez vous. » Lisa acquiesce d’un signe de tête, et d’un ton mal assuré, lui souhaite une bonne soirée, tandis qu’il reprend ses tâches, secouant la tête en se remémorant la vanne du jour. Tous les moyens sont bons pour se divertir, visiblement.

Aujourd’hui

Il est neuf heures lorsqu’il pénètre dans le hall de l’étage. Demetrio salue Lisa d’un hochement de tête avec un petit bonjour. « Tea. » l’interpelle-t-il, en passant devant elle, sans même lui adresser un seul regard. « Dans mon bureau. Maintenant. » Son ton ne laisse pas place à la discussion, mais depuis le temps qu’il la pratique, il sait très bien qu’elle s’en fiche. En fait, elle se fiche de tout, si bien qu’il ignore comment la discussion va tourner, mais une chose est sûre : ils ne peuvent plus travailler de cette façon.

Après avoir posé sa sacoche sur la table de réunion, il s’avance vers la porte par laquelle elle entre, la ferme en prenant la parole aussitôt, sans lui en laisser l’opportunité. « Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez vous ? » Ils n’ont définitivement pas la même façon de fonctionner et si ça ne lui convient pas, il doute que ça lui plaise à elle aussi. « Vous aviez un emploi, des responsabilités que vous n’aviez absolument pas envie d’avoir et alors que vous avez à présent une collègue pour vous libérez de votre fardeau, vous trouvez encore le moyen de faire parler de vous. » Si elle souhaitait être licenciée, il suffisait de lui en parler, plutôt que jouer des stratagèmes pour être la plus désagréable possible.


Demetrio & Magda
Je le sens, je le sais, quand t'as mal à l'autre bout de la terre. Quand tu pleures, pendant des heures, sur mon cœur. Je pourrais hurler, le jurer même si je ne vois rien. D'où je suis, je sens ton chagrin. Quand je me vois sans tes mains, sans tes bras, je ne peux plus respirer. Et j'entends si souvent le chant du vent qui vient pour me ramener vers tes Landes. Quitter ma vie sans préavis, je le ferais. Si tu m'aimes.
Revenir en haut Aller en bas
Tea L'Amente10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Tea L'Amente
https://www.ciao-vecchio.com/t6038-tealapeche https://www.ciao-vecchio.com/t6129-teal-ouest
Faceclaim : Adria Arjona ; ealitya
Messages : 348 - Points : 613
Tea | Lord ? Vraiment ? Tenor
Âge : 29 ans
Métier : Assistante de direction de Demetrio Clarizio
Tea | Lord ? Vraiment ? Empty
Sujet: Re: Tea | Lord ? Vraiment ? ( le Dim 24 Mai 2020 - 0:25 )
Dans un soupir, Tea faisait mine de trier des dossiers qu’on ne lui avait même pas assignée. Mais elle n’avait pas vraiment le choix. Depuis l’incident de l’autre fois, elle devait se démener pour avoir de quoi faire chaque jour. Si au début on lui trouvait des tâches sans importance pour éviter qu’elle ne s’ennuie ou qu’elle ne soit payée à rien faire, la  jeune femme avait l’impression qu’on ne se cachait même plus pour lui faire comprendre qu’elle  ne ferait rien d’autre aujourd’hui. Comme l’enfant impulsive qu’elle pouvait être parfois, elle se retrouvait punie tandis que l’autre fille dont elle refusait de retenir le prénom récoltait tous les lauriers. Du coin de l’œil, elle la regardait toute fraîche et prête à commencer une journée de boulot comme l’imbécile qu’elle était. Parfois, la brunette se disait qu’elle était  un peu trop dure avec cette dernière et que si elle apprenait à la connaître et surtout, si elle se faisait plus discrète, peut-être qu’elle reprendrait l’exercice de ses fonctions au plus vite. Mais c’était trop demander à Tea. Cachée derrière un morceau de papier qu’elle avait fait glisser de ses yeux jusqu’au niveau de son nez pour pouvoir la toiser du regard. Sa tenue, semblable à un uniforme impeccable donnait juste envie à la jeune femme de la frapper. Son rire sonnait faux et le ton qu’elle employait avec Tea l’était encore plus. De plus, ou bien elle était vraiment influençable, ou bien elle était tout simplement bête quand la brunette voyait qu’elle revenait vers elle à chaque fois pour lui demander un conseil. Comportement de fan.

Le fil des pensées de Tea fut vite interrompu lorsque Demetrio arriva. Comme à son habitude, elle s’empressa de détourner les yeux pour paraître occupée même s’ils savaient tous les deux qu’elle faisait semblant. En l’entendant gronder son prénom, elle trembla, perchée sur ses talons et dû prendre plusieurs grandes inspirations afin de garder une certaine contenance. Sans dire un mot, elle tourna la tête vers sa collègue qu’elle fusillait du regard. Une mitrailleuse automatique entre ses mains n’aurait pas fait plus de dégâts que la façon dont elle regardait sa possible remplaçante à l’instant T.  Comme si plusieurs hémisphères qu’elle devait traverser la séparait de cette porte pourtant à portée de mains, elle pénétra finalement dans le bureau avec le visage impassible. Sans surprise, elle n’eut même pas droit à un bonjour qu’il lui demandait ce qui ne tournait pas rond chez elle. Elle avait envie de lui dire qu’elle-même ne saurait pas par où commencer mais elle préféra se raviser. Tea se sentait attaquer. Et si ses premiers réflexes avaient été de fermer les poings en sentant sa colère à elle aussi monter, elle prit quelques secondes pour se calmer et prendre du recul par rapport à la situation. La première chose et sûrement la plus importante, elle n’était pas vraiment en droit de s’énerver contre son patron, sachant qu’elle était en plus en tort dans l’histoire. Mais elle n’aimait pas le ton qu’il employait pour lui parler. « Je suis… » Elle se racla la gorge pour essayer de garder une certaine contenance alors qu’elle ne savait même pas comment achever sa phrase. Est-ce qu’elle était désolée ? Oui, sûrement. Mais ce n’était pas des excuses qui lui feraient garder cet emploi. Alors quoi ? Est-ce qu’il  y avait un protocole à suivre pour qu’elle puisse conserver cet emploi qui en plus d’être sa seule source de revenues, était également le seul moyen pour Tea d’aider ses parents à payer pour les soins de sa sœur. « Vous avez raison. » Se contenta de dire la jeune femme. « Je n’ai pas été à la hauteur des responsabilités qui m’ont été confiées et je sais également que je mérite amplement tout ça… » D’un signe de la main, elle engloba le tout. « Vous allez me virer ? » Dans sa voix, l’inquiétude était perceptible tandis que son regard essayait de rester de marbre. Même si elle se doutait de la réponse qui suivrait à cette question, elle préparait déjà dans sa tête son discours pour souligner la crédulité de sa collègue qui était peut-être plus obéissante, mais qui était surtout plus influençable.


    hopeless
    There's a wolf at your door, there's a hound at your heels. There's a snake in your bed, tell me how does it feel ? △ Chasin' a fairytale, chasin' a lie. But everything changes and everything dies. You preyed for on innocence, tried to bury my name but now there's ice in my veins.  
Revenir en haut Aller en bas
 
- Tea | Lord ? Vraiment ? -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Clarizio Entreprises
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut