Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -9%
Aspirateur robot Roborock S5 Max au prix le plus bas
Voir le deal
299 €
-22%
Le deal à ne pas rater :
-200€ sur la TV LG 55NANO86 55″ NanoCell 100Hz (modèle 2020)
699.99 € 899.99 €
Voir le deal

 

- (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 915 - Points : 2281
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Dim 12 Avr 2020 - 23:34 )

No doubt in my mind where you belong @Ban-Ryu Kim.


La chemise placée sur le cintre,Elio accrocha le vêtement dans la penderie. Il se recula et regarda avec satisfaction les habits du Coréen rangés à côté des siens. L’Italien n’était pas forcément ordonné,mais il savait que cela ferait plaisir à Ban-Ryu. Il faisait son maximum pour que la cohabitation se passe le mieux possible et depuis quelques jours – bien que ce ne soit que le début – il n’y avait pas eu une seule dispute. Même pas une petite tension pour rendre l’atmosphère désagréable. Les enfants aussi étaient aux anges, malgré les petits dérapages de Charlie. L’enfant était quelque peu perturbé par tous les changements et il demandait l’attention constante de son père. Evidemment qu’Elio la lui donnait, il ne voulait pas que son fils se sente délaissé : mais il savait qu’il faudrait travailler sur ce nouveau quotidien. Ils n’étaient plus que tout les deux maintenant, la routine changerait. Mais Elio n’était pas stressé, il savait que c’était pour le meilleur.

La valise maintenant vide posée sur l’armoire, l’Italien réalisa enfin qu’il venait d’emménager avec Ryu. Il n’avait pas imaginé que ça se passerait ainsi : après un licenciement et quelques nuits dans un motel, mais il s’en fichait. La relation qu’il entretenait avec l’Asiatique n’avait jamais été banale, et ça lui allait comme ça.

Mais depuis la discussion au parc, les deux hommes n’avaient pas eu une minute pour eux. Ryu avait de longues journées au boulot, Elio s’occupait de l’emménagement et des enfants. Et puis il y avait Charlie qui avait prit la mauvaise habitude de dormir dans le même lit que son père. Elio se savait responsable pour cela, mais il avait du mal à rectifier le tir. Et les dernières nuits, il était resté près de son fils et avait lui aussi sombré dans les bras de Morphée. Se réveillant au milieu de la nuit, il n’avait jamais voulu réveiller Ryu. Ce soir, ce serait différent. Les enfants restaient chez la grand-mère du Coréen et les adultes pourraient au moins avoir un repas juste pour eux.

Elio sourit en entendant les clefs dans la serrure, cela ne pouvait être que Ban-Ryu. Il sortit de la chambre et son sourire s’élargit en croisant le regard du brun « C’est officiel, je viens de vider la dernière valise ». Il était donc installé chez eux. Une appellation qui ne cessait de le rendre heureux. L’Italien s’approcha et posa tendrement sa main sur la joue de Ryu pour lui caresser tendrement le cou du bout des doigts. « Tu as l’air exténué » Sa douceur ne s’était pas envolé depuis ces derniers jours,bien au contraire. Elio savait que les journées du PDG pouvaient être épuisantes. Ses responsabilités à l’entreprise n’étaient pas de tout repos. « Laisses moi prendre soin de toi » Il passa derrière lui pour lui enlever sa veste de costard et la déposer sur le porte manteau. Une fois fait, il l’embrassa tendrement sur la tempe « Ta grand-mère à proposé de garder les enfants ce soir. Qu’on puisse passer un peu de temps juste tous les deux »



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





No one's gonna love you like me

(c)crackintime


Dernière édition par Elio Benucci le Jeu 3 Sep 2020 - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin © ealitya
Messages : 516 - Points : 1429
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Source
Âge : 34 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Lun 13 Avr 2020 - 14:03 )


Quelle folie s’était emparée de lui quand il avait demandé à Elio d’emménager avec lui ? Ryu n’en avait aucune idée, pour tout dire. Il avait juste suivi son cœur. Quel idiot il avait été. Le regrettait-il seulement ? Non. Pas pour l’instant tout du moins. Ils avaient emménagé ensemble, il avait laissé son ami s’occuper de la décoration et l’achat des meubles : lui n’ayant pas vraiment le souci du détail, ni l’intérêt d’ailleurs. L’homme d’affaire voulait qu’Elio se sente ici chez lui et pour cela : il mettait les plats dans les grands. L’avantage d’être deux est qu’ils pouvaient fonctionner comme une équipe. Ainsi, Ban-Ryu pouvait travailler sans se soucier de la garde des enfants ou bien qu’ils soient un poids pour sa grand-mère. L’entente était cordiale, même si Charlie et Mei finissaient bien souvent dans leur lit : chacun dans les bras de son père. Ils créaient - à eux deux - un mur infranchissable, mais Ryu s’en moquait bien. Cela se serait s’il avait besoin d’honorer Elio tous les quatre matins. S’il aimait la chose, il n’en était pas accro non plus : ne voulant pas laisser un désir aussi primaire l’aveugler. Un peu comme l’amour. Sauf que ce dernier avait réussi à s’incruster dans le cœur du coréen au point d’empoisonner son esprit : au point de lui faire penser en rentrant du travail s’il pouvait s’arrêter quelque part pour acheter quelque chose, une surprise, à Elio. Il se dégoûtait lui-même, pourtant, ne faisait rien pour s’arrêter. Pour une fois. Il était temps qu’il vive pour lui-même La compagnie marchait plus que bien, ils étaient à l’abri au niveau financier, ses employés étaient heureux et enfin bien traité : que demander de plus ? Elio dans sa vie était la cerise sur le McDo comme disait sa fille. Cette dernière faisait d’énorme progrès et rendait Ryu un peu plus fière chaque jour. Elle partageait ses jouets, s’occupait bien de Charlie et il le lui rendait bien malgré quelques crises de jalousie. Elle était bien plus calme. Un peu comme son père au contact d’Elio. Les Benucci semblaient avoir une emprise sur eux.

En passant la porte de leur appartement, il enleva ses chaussures pour enfiler ses chaussons avant de poser son attaché de caisse. Il sourit en entendant Elio : “Merci, je déteste défaire les valises : tu m’as enlevé une épine du pied.”

Il laissa son ami faire quand il posa sa main sur sa joue. Il avait appris à mettre des litres d’eau dans son vin pour pouvoir accepter ces petits gestes. Il n’y avait pas pensé sur le coup - il devait l’avouer - en proposant à Elio de vivre ensemble. Il devait aujourd’hui s’en accommoder. Il le faisait plus ou moins bien. Il faisait des efforts, c’était déjà ça.

“Ca va ne t’en fais pas.” Il enleva son manteau et l’accrocha avant de faire de même avec sa veste. Encore une fois, il ne dit rien alors qu’Elio semblait le materner pourtant il en avait envie. Ryu embrassa rapidement Elio puis il reprit son attaché de caisse et alla la poser dans le bureau avant de refermer la porte. L’Italien venait de lui couper l’herbe sous le pied concernant les enfants :

“Charlie n’est pas trop stressé à l’idée de ne pas être avec toi ?” Demanda-t-il doucement : “Comment il réagit avec tout ça ?” Il avait bien vu le petit manège le soir, mais ce n’était pas son enfant : il ne disait donc rien.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 915 - Points : 2281
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Ven 17 Avr 2020 - 19:29 )

No doubt in my mind where you belong @Ban-Ryu Kim.


Depuis l’emménagement, Elio n’avait pas eu le temps de se poser quelques heures pour chercher un nouveau travail. Il le voulait pourtant, il ne comptait pas vivre au crochet du salaire de Ryu. Son esprit était tout de même allégé en sachant qu’il avait maintenant un toit sûr pour Charlie et que la nourriture ne manquerait pas. L’Italien avait été bien occupé entre l’organisation de l’appartement et les enfants. Les meubles avaient été livrés, installés et la décoration – bien que sommaire – rendait l’appartement un peu plus familier. Et puis il y avait les dessins des enfants accrochés au frigo, le tableau accroché au mur pour garder en tête les différentes activités ou réunions de chacun. Elio tentait de piocher dans ses souvenirs de jeunesse pour recréer l’environnement rassurant qu’il avait avant la mort de sa mère.Il ne manquait qu’une jolie photo de famille pour compléter le tableau, mais l’Italien savait qu’il ne fallait pas trop en demander. Il savait déjà que ce serait une étape complexe pour le PDG.

En entendant son homme entrer, Elio sortit de la chambre pour l’accueillir. Il tentait de faire des efforts pour ne pas être trop tactile, mais il faut avouer qu’il échouait le plus souvent. Ryu lui avait tellement manqué ces derniers mois, il était presque impossible pour l’Italien de ne pas montrer son affection. « Si tu veux changer quoi que ce soit de place, n’hésites pas » Une main posée sur sa joue en signe d’inquiétude face à son visage fatiguée et Ryu s’éloigna pour poser sa veste sur le porte manteau.

Elio savait que le silence allait intriguer le Coréen, alors il prit les devants pour lui expliquer l’initiative de sa grand-mère. Un peu de temps pour eux, les deux hommes l’avaient mérité : du moins aux yeux de l’Italien. L’abstinence prolongée commençait sérieusement à se faire sentir et il ne rêvait que d’une nuit sans les enfants pour les déranger. Bien sûr qu’il aimait son fils, mais Ryu avait également une énorme place dans son cœur. L’Asiatique posa d’ailleurs le doigt sur les problèmes que rencontraient Charlie depuis le début de la cohabitation. Elio haussa les épaules « Ca a été un peu compliqué de le déposer, mais je crois qu’il a compris » Il montra son téléphone posé sur la table basse du salon « Si jamais, elle n’aura qu’à m’appeler ». Même s’il espérait que cela ne serait pas nécessaire. Le brun regarda Ryu avant de se diriger vers la cuisine pour ouvrir les portes d’un placard « Tu veux un thé ? » Il savait que le PDG en était friand une fois le travail terminé. Ainsi ils pourraient discuter tranquillement. « On a prit de mauvaises habitudes dernièrement » Il disait bien « on » car il se savait responsable. « J’ai un peu lâché prise sur l’autorité quand on s’est disputé. Alors c’est forcément compliqué de rattraper le coup » Il se tourna pour faire face à Ryu « Et puis… Il me pose constamment des questions sur sa mère en ce moment. Ça n’aide pas »



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin © ealitya
Messages : 516 - Points : 1429
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Source
Âge : 34 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Sam 18 Avr 2020 - 12:33 )
Chaque jour apportait son lot d’épreuve. Lui qui avait vécu seul depuis le décès de sa femme devait apprendre à vivre à nouveau en famille et ce n’était pas une chose facile. D’autant plus qu’Elio était tactile, sentimental, qu’il avait des habitudes qui donnait envie à Ryu de lever ses yeux au ciel ou bien de coller sa main contre son front. Il n’en faisait rien, il prenait sur lui : par amour pour l’italien. C’était là sa façon de montrer qu’il l’aimait sans avoir à lui dire. Cela viendrait. Il lui avait déjà dit par écrit : c’était pas mal. Mieux que rien et Elio semblait le comprendre. Il l’espérait tout du moins, car le forcer à faire plus briserait probablement le quotidien qu’ils instauraient ensemble.

“Non, c’est très bien comme ça.” Il n’en avait rien à faire, pour tout dire, cela lui passait largement au-dessus de la tête. Il n’accordait pas d’importance pour ce genre de choses qui n’avaient pas de valeur à ses yeux. Ce n’était que des meubles. Rien de plus. Pas besoin de faire un essai sur ces derniers. Il s’éloigna rapidement pour aller ranger ses affaires dans son bureau.

En revenant, il se permit de demander où étaient les enfants. Mei ne lui avait pas encore sauté dans les bras et cela était bizarre… Grisant même. C’est qu’elle était sa princesse, la titille à papa : celle envers qui Ryu n’avait aucun mal à montrer son affection. Il prit les devants et en profita pour parler de Charlie qui semblait avoir des difficultés à s’adapter à cette nouvelle vie à quatre. Une chose compréhensible. Mei n’avait pas encore montré de signes, mais il s’y attendait également. Elio n’était pas une femme, il pense sincèrement que cela aidait à l’acclimation de sa fille sauvage. Ryu n’avait jamais rien fait pour remplacer sa mère et elle lui avait déjà dit qu’elle appréciait ça. Son professeur de danse semblait faire office de figure maternelle : pour son plus grand plaisir ayant une confiance aveugle en la jolie blonde. Il hocha la tête en entendant Elio dire que sa grand-mère l’appellerait au besoin.

“Ne t’en fais pas, il est entre de bonnes-mains et Mei saura le rassurer.” Il suivit son compagnon dans la cuisine et s’installa sur les sièges en hauteur devant le bar. Il hocha la tête quand Elio lui proposa un thé. “C’est normal. Ce n’était pas une période facile pour vous deux. La ré acclimatation va prendre du temps, mais ça va aller. Si tu veux, je peux jouer au Papa sévère, ça ne me dérange pas.” Il n’y avait pas de raison pour que tout ne rentre pas dans l'ordre. “Dit lui la vérité.” Il était sérieux : “Il est assez âgé pour comprendre. Cela le blessera une bonne fois par toute, mais au moins tu pourras gérer. Il vaut mieux qu’il le sache maintenant plutôt qu’il l’apprenne quand les hormones sont à leur climax et que la situation devienne ingérable."


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 915 - Points : 2281
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Mar 21 Avr 2020 - 5:53 )

No doubt in my mind where you belong @Ban-Ryu Kim.


Amener Charlie chez la grand-mère de Ryu n’avait pas été une mince affaire. L’enfant avait évidemment voulu repartir avec son père, refusant de passer la nuit loin de lui. Il connaissait pourtant la vieille femme qui adorait les deux enfants sans faire de différence. La présence de Mei devrait aussi le rassurer, voilà ce qu’Elio pensait en déposant les deux sacs sur la table du salon. Il avait fallu de nombreux câlins pour qu’enfin il puisse partir l’esprit tranquille. Et puis il pouvait toujours revenir si jamais son fils n’arrivait pas à s’endormir. L’Italien espérait cependant avoir quelques heures pour profiter de Ryu. Une simple conversation avec le Coréen lui manquait. Elio pensait qu’ils avaient du temps à rattraper, même si cette mentalité n’était probablement pas partagée. Ban-Ryu n’était pas le genre d’homme à s’attarder sur le passé : de ce fait il n’y avait pas sûrement rien à « rattraper » à ses yeux.

Une fois dans la cuisine, c’est évidemment vers leurs enfants que la conversation se tourna. C’était souvent le cas dernièrement. « Mei est un ange. Je ne sais vraiment pas comment tu as réussi à la rendre si obéissante » Charlie devrait prendre exemple, cela faciliterait la vie de son père. « Toi le papa sévère et moi le papa câlin hm ? » Cette image le faisait sourire. Elio posa les deux tasses sur le plan de travail avant de prendre une boite de thé dans un placard « Ce serait injuste pour toi.» Il mit l’eau dans la bouilloire avant de la faire chauffer «  On trouvera un équilibre, comme pour le reste » Et il lui lança un sourire plein d’espoir. Parce qu’il voulait croire que cette fois c’était la bonne. Qu’ensemble ils regarderaient dans la même direction. Parce qu’il l’aimait ce bougre. Avec ses quelques défauts et ses centaines de qualités.

Une chose ennuyait cependant l’Italien : les incessantes questions de Charlie concernant sa mère. L’histoire n’était pas belle, il avait peur de ne pas trouver les bons mots. « J’suis pas certain qu’il soit assez âgé pour comprendre » Il soupira et le bip de la bouilloire lui donna une excuse pour quitter le regard de Ryu et s’occuper des boissons. Il s’activa durant quelques minutes avant de poser la tasse devant son compagnon. « Charlie est ma fierté. Je ne peux pas imaginer ma vie sans lui » Il versa un peu de sucre avant de mélanger avec sa cuillère « Mais on ne peut pas dire qu’il est le fruit d’un grand amour » Il haussa les épaules « Plutôt celui de l’alcool et de la jalousie » Il agrippa de nouveau les iris brunes de son homme « Sa mère s’est juste rendu compte trop tard de sa grossesse pour pouvoir avorter. Je ne peux pas dire à Charlie que sa mère l’a laissé derrière parce qu’elle a trouvé un type mieux que moi. Et encore moins qu’elle ne voulait pas de lui »


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin © ealitya
Messages : 516 - Points : 1429
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Source
Âge : 34 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Mar 21 Avr 2020 - 18:56 )
Ryu était surpris - pour tout dire - de ne pas entendre Charlie et Mei. Qu’Elio se sépare une soirée de son fils était quelque chose de positif pour l’homme d’affaire qui comprenait pourtant l’affection entre un père et son enfant quand il n’y a pas de mère autour. Ils devaient tour à tour être les deux et cela pouvait se relever difficile, très compliqué même. Ils s’en sortaient tous les deux bien, leurs enfants semblaient être sur la bonne voie pour l’instant : Mei étant une bien meilleure enfant depuis que Charlie était dans sa vie. Il espérait que sa fille est un impact positif sur le petit garçon aussi. Installé sur le comptoir / table qui séparait le salon de la cuisine, Ban-Ryu écouta attentivement Elio.

“Mei n’est pas un ange. C’est un petit démon qui se cache sous un visage chérubin. Crois-moi… Quand elle l’a décidé : elle peut te rendre bourrique.” Jamais il n’avait cédé, quitte à réellement passer pour le grand méchant de l’histoire, mais au moins elle ne faisait jamais de crise en sa présence. Peut-être que plus tard elle lui en voudrait : il ne savait pas trop. “En ne lui cédant rien. C’est dur… Mais au fond je sais que ça ne l’aide pas de dire oui à tout. Au contraire. Je préfère la préparer petit à petit à ce que peut être la vie. J’ai souvent dû mal à trouver la juste valeur et une part de moi est terrorisé à l’idée de briser trop tôt son innocence.” Il était loin, très loin, d’être le papa parfait. Pourtant, il faisait son possible. “Non, pas forcément. Il faut bien qu’il y ait une balance dans le quotidien.” Oui, il insinuait clairement que e qu’ils construisaient maintenant n’était pas temporaire. Elio confirma ses pensées, ce à quoi il hocha la tête pour approuver.

Laissant son compagnon parler de la mère de Charlie, il donna son conseil, mais le père de Charlie ne semblait pas de cet avis. Ban-Ryu croisa ses bras pour le regarder.

“Le sera-t-il un jour ? On n’est jamais prêt pour ce genre de choses. Crois-moi.” Il avait lui-même dû apprendre une cruelle vérité à l’âge de Charlie. “Il suffit d’utiliser les bons mots.” Parce qu’un enfant, c’était intelligent et ça comprenait bien plus qu’on voulait le croire.

L’Italien continua, l’homme d’affaire ne l’interrompit pas : se contentant de continuer à le regarder faire leurs thés. Il décroisa ses bras pour prendre la tasse et laissa la chaleur se répandre de ses mains vers son corps.

“Avec ces mots… Pour sûr qu’il ne va pas comprendre. Tu préfères continuer de lui mentir ?” Demanda-t-il sincèrement. “Prendre la défense de cette femme qui ne mérite pas son statut de mère ?” Il était dur oui, mais il n’allait pas prendre des pincettes pour elle. “Si tu veux mon conseil Elio, parle lui. Dis-lui qu’il y a certaines personnes qui ne sont pas faites pour être maman ou bien papa. Lui qui adore les animaux, prend l’exemple de certaines Lionnes qui ne s’occupent pas de leur bébé parce qu’elles n’ont pas l’instinct pour ça. Ce n’est pas de sa faute ou bien de la sienne. C’est juste comme ça.” Il porta la tasse à ses lèvres pour en prendre une gorgée. Il le buvait toujours bien trop chaud. “Je ne lui cacherai pas la vérité. Le principal : c’est qu’il est aimé et qu’il soit en bonne santé. Qu’il y a des personnes qui l’aime et sont là pour lui." Il reposa sa tasse devant lui : “Ils sont plus intelligents que tu le crois."


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 915 - Points : 2281
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Jeu 23 Avr 2020 - 0:53 )

No doubt in my mind where you belong @Ban-Ryu Kim.


Mei n’était peut-être pas un ange, mais elle ne faisait pas une crise à chaque fois qu’elle devait aller se coucher. Elio savait qu’il avait abandonné l’autorité depuis quelques semaines, le père et le fils avaient prit de mauvaises habitudes. Charlie pensait maintenant que les règles changeaient parce qu’ils vivaient tous ensembles avec Ryu et sa fille. Et c’était probablement le cas, mais Elio devait tenir pour ne pas trop se faire marcher sur les pieds. Son fils avait rapidement compris que des yeux de cockers pouvaient avoir raison de son père. Et il en jouait habilement. « Tu t’en sors très bien, crois-moi » Il poussa la tasse vers son compagnon « Je t’admire quand il s’agit de la relation que tu as avec Mei » Pas que la sienne soit mauvaise avec Charlie, c’était au contraire bien trop fusionnel pour que ce soit sain. « Je tente de combler le manque affectif que j’ai eu de mon père avec Charlie. Je ne devrais pas l’utiliser comme thérapie » Non, il devrait utiliser Ryu pour panser ses blessures. Et il le faisait. Mais quand le Coréen était absent, il compensait autre part. Il ne voulait que voir le sourire de son enfant.

Elio ne pensait pas que la conversation partirait vers celle ayant donné la vie à son fils. Il n’avait jamais parlé de cette Américaine à Ryu, n’en trouvant pas la nécessité. Comme l’Asiatique dirait : c’est du passé. Mais pour expliquer certaines craintes, il devait maintenant aborder le sujet. Et comme d’habitude, Ryu trouva les mots justes pour le rassurer. Elio releva les yeux, pendu à ses lèvres alors qu’un petit sourire apparaissait sur son visage. Merde qu’est-ce qu’il l’aimait. Il arrivait toujours à rendre une situation simple alors que rien n’avait de sens dans la tête de l’Italien. Ce dernier laissa le silence s’installer, ne lâchant pas du regard Ryu. Fallait qu’il arrête de le regarder comme ça : comme s’il était la chose a plus précieuse qu’Elio n’avait jamais eu à ses côtés. Le brun se racla la gorge et bu une gorgée de son thé. « Je sais pas comment tu arrives à faire ça… Mais tu rends toujours tout plus simple » Il reposa sa tasse et détourna le regard. Il faisait tellement d’efforts pour ne pas être trop tactile, jamais trop proche. C’était compliqué, d’autant que le PDG lui avait manqué bien plus que de raison. Mais il ne voulait rien précipiter. Et si son cœur lui ordonnait de le serrer dans ses bras, il ne bougea pas d’un centimètre. Il espérait que ce sentiment passerait, mais il ne savait pas trop sur quel pied danser. Il avait peur qu’un geste trop tendre fasse fuir son compagnon. « Je suis content qu’on puisse avoir un peu de temps tous les deux » Il contourna le bar et posa rapidement sa main sur l’omoplate de son compagnon « Tu veux choisir un film pendant que je commande take-away ? » Il fit quelques pas et posa sa tasse sur la petite table du salon « Tu pourras te reposer comme ça »


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin © ealitya
Messages : 516 - Points : 1429
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Source
Âge : 34 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Jeu 23 Avr 2020 - 19:10 )
Il haussa les épaules en entendant Elio affirmer qu’il s’en sortait bien. Non, Ryu ne se considérait pas comme un bon père. Il était dans la moyenne, meilleur que le sien et cela était déjà une réussite en soit. Il n’en demandait pas tant. Et puis, Mei semblait heureuse et c’était tout ce qui comptait à ses yeux. Il y avait des hauts et des bas, mais généralement les bons moments permettaient aux plus difficile de passer rapidement. Il voyait la vie comme ça : prenant les problèmes quand ils venaient au lieu de les attendre de pied ferme. Ryu était surpris de la lucidité avec laquelle Elio parlait. Lui-même n’avait pas pensé à cette possibilité : celle que Charlie était une thérapie pour lui pour combler le manque d’un père.

“Tu n'as pas eu le père que tu méritais, mais tu t’en ai sorti quand même Elio. Ne l’oublie pas hm ? Je comprends que le manque affectif soit encore présent, que tu fasses avec Charlie ce que tu aimerais que le tien fasse avec toi, pourtant… Il faut aussi que tu trouves ta façon de l’élever et créer de nouveaux souvenirs au lieu de vouloir imposer ceux que tu voulais avoir avec ton père. Tu n’es pas comme lui et tu ne le seras jamais.”

Les sujets sensibles s’enchaînèrent, jamais le coréen n’avait pensé que cela se terminerait comme ça. Pourtant, il ne s’en plaignait pas, car ils n’avaient pas eu le temps de parler, ni de rattraper le temps perdu : plongeant immédiatement dans le drama. L’homme d’affaires était enfin heureux d’avoir un moment de paix pour savourer la vie au lieu de s’étendre toujours au pire ou quand le prochain esclandre éclaterait. Il ne demandait rien de plus. Exposant son point de vue, Ryu n’hésita pas également à le conseiller et à dire ce qu’il ferait. Lui aussi avait été dans une situation difficile avec Mei. Expliquer à un enfant la mort, la disparition d’une mère était quelque chose de difficile, mais sa fille avait compris. Avec de la patience, de l’amour et de la tendresse : elle avait pansé la plaie. Assez pour continuer d’avancer, même si la partie qui ne guérirait probablement jamais se traduisait par une violence héritée de son père.

“Je ne sais pas si je rends les choses plus simple, je te donne juste un autre angle de vision. Il y a du bon à ne pas avoir eu le même parcours.” Comme ça, ils pouvaient s’appuyer sur les expériences de l’autre pour créer une vie qui leur correspond.

Ban-Ryu continua de boire son thé et hocha la tête :

“Moi aussi, je suis content, tu as eu une bonne idée de laisser les enfants chez ma grand-mère. Je crois qu’on en avait tous les deux besoins.” Il suivit du regard Elio qui contourna le bar pour se rapprocher de lui, il lui vola un baiser : “Sounds good.” Il se leva à son tour et alla poser sa tasse près de celle d’Elio avant d’allumer la télé pour faire défiler les programmes. “Tu pensais commander quoi ce soir ?” Dit-il en commençant déjà à chercher un film.


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Elio Benucci10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Elio Benucci
https://www.ciao-vecchio.com/t3758-elio-counting-stars-delai-jus https://www.ciao-vecchio.com/t3804-elio-how-to-save-a-life
Faceclaim : Bob Morley @sweet poison
Messages : 915 - Points : 2281
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ImpressiveEducatedGrosbeak-size_restricted
Âge : 33 ans(12/08/86)
Métier : Au chomage depuis son licenciement
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Mer 29 Avr 2020 - 1:47 )

No doubt in my mind where you belong @Ban-Ryu Kim.


« Je m’en suis sorti grâce à toi » De ça Elio en était convaincu. Combien de fois avait-il pensé à baisser les bras, à provoquer son père afin qu’il donne le coup de grâce ? Ban-Ryu avait dû le sentir, parce qu’à chaque occasion il avait été présent pour soutenir son ami. Il l’avait forcé à se relever quand Elio était au plus bas, qu’il courrait jusqu’à chez lui pour trouver un peu de paix. Rien n’avait obligé le coréen à autant porter sur ses épaules mais il l’avait fait sans même y réfléchir. Aussi loin que le brun puisse s’en souvenir, Ryu était là, à ses côtés. Sa main était tendue sans même que l’aide soit explicitement demandée. Et sans cet ange gardien, jamais l’Italien n’aurait trouvé la force de continuer. « T’étais déjà mon roc…et je n’arrivais même pas à le réaliser » Qu’aurait-il pensé de la situation dans laquelle il se trouve actuellement, si on lui avait demandé à l’âge de 15 ans ? Il aurait trouvé cela anormal, probablement même gênant.

Toujours plein de doutes sur la bonne façon d’éduquer son fils, Elio parla librement de ses peurs. Ryu voyait chaque soir le cinéma de Charlie avant de se coucher. Cela pouvait prendre plusieurs heures avant qu’il s’endorme. Et dire que l’Italien pensait avoir réglé ce problème il y a quelques mois…Les changements avait tout remit à zéro. Mais les mots de Ban-Ryu étaient juste. Ensembles ils trouveraient un équilibre, une manière de ré acclimater tout ce petit monde à une vie de famille. Ils avaient du travail.

Contournant le bar, il posa sa main sur l’omoplate de son compagnon. « Je ne me souviens même pas quand on a eu une soirée comme ça. Juste tout les deux. Ça doit faire des mois » Avec la coupure et le silence en prime. Ils avaient vraiment besoin de se retrouver. Encore prit dans ses pensées, Elio ne vit pas venir le baiser volé. Un sourire niais apparu sur son visage et il se tourna pour aller posa sa tasse sur la table basse. Le PDG pouvait faire palpiter son cœur à une vitesse folle par un seul regard, Elio devrait s’y habituer.

Une fois sur le canapé, Elio attrapa son téléphone. Il laissa son regard traîner sur la silhouette de Ryu qui semblait bien trop concentré sur la télévision pour s’en rendre compte. Le brun sourit et tira doucement la main du Coréen pour qu’il s’assoit « J’arrive pas à me concentrer si tu restes debout comme ça devant moi » Il appuya sur une applications de livraison à domicile. « Hmmm… » Il fit défiler les différentes options sur l’écran avant de s’arrêter sur l’une d’entre elles « Pizza ? » Ryu ne devait pas être surprit, Elio ne finissait toujours par choisir ce plat « Elles sont délicieuses et en plus on peut en avoir trois pour le prix de deux ! » Il lui lança un grand sourire, tentant de le convaincre « Tu veux bien ? » Après tout, il lui laissait carte blanche pour le film



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





No one's gonna love you like me

(c)crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Ban-Ryu KimLe vin est un puissant lubrifiant social
Ban-Ryu Kim
http://www.ciao-vecchio.com/t3877-la-violence-est-une-forme-de-f http://www.ciao-vecchio.com/t4002-zero-de-conduite-ban-ryu#127292
Faceclaim : Kim Woo Bin © ealitya
Messages : 516 - Points : 1429
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Source
Âge : 34 ans
Métier : Fils d'un des actionnaires majoritaires de Samsung, il a prit sa place autour de la table à sa mort il y a 5 ans de cela et représente aujourd'hui la compagnie en Europe même si le business n'est pas sa tasse de thé.
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le Jeu 30 Avr 2020 - 18:36 )
Ban-Ryu hocha négativement la tête, non, Elio ne s’en était pas sortit grâce à lui. Il était bien plus fort qu’il voulait le croire. Il ne répondit rien cependant, sachant pertinemment que son ami pouvait avoir une tête en bois quand il était question de lui faire changer d’avis. Au final, cela ne faisait de mal à personne alors pourquoi se fatiguer le gosier et se chamailler sur un sujet sans importance. Il en remit une couche, le coréen garda le silence : se contentant de boire son thé sans rien ajouter. Naturellement, le sujet dévia vers Charlie et la façon dont il a été éduqué. L’homme d’affaire ne jugeait pas, comment pouvait-il faire une telle chose ? Il n’était pas un père parfait, personne ne pouvait l’être. Une fois cette vérité acceptée, tout passait mieux et relativiser était plus facile. Il fallait qu’Elio comprenne qu’ils étaient une équipe maintenant, Ryu n’avait pas peur de passer pour le méchant de l’histoire si jamais, mais cela ne sera pas nécessaire. Si son ami restait ferme, Charlie comprendrait. Il était intelligent ce gosse, il avait bien été éduqué.

“Depuis bien trop longtemps ?” Répondit Ban-Ryu alors qu’Elio faisait le tour du bar.

Le baiser voler, il se leva pour aller poser sa tasse de thé sur la table basse. C’était entendu : Elio commandait - et cela serait sûrement des pizzas - et lui choisissait le film. Debout, concentré à faire défiler les choix, il rigola lorsque son ami le poussa à s’asseoir.

“Tu es facilement déconcentré, j’avais oublié.”
Assis, il continua sa tâche avant de choisir un drama coréen : il tentait d’initier Elio à la chose. Cela le détendait toujours : de deviner ce qui allait se passer. Il était doué pour ça.

Le coup des pizzas arriva et il rigola à nouveau en hochant la tête :

“C’est toi qui choisis, je n’ai pas mon mot à dire. Tu fais comme tu veux.” Un bon moyen pour qu’Elio prenne des décisions. “Tout me convient tant qu’ils ont une option végétarienne.”


“Même une feuille de papier est plus légère si on la porte à deux.”
by wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong Empty
Sujet: Re: (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) {Banelio/ HOT] No doubt in my mind where you belong -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant