Revenir en haut
Aller en bas


 

- Cracher son venin. // Noa -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie Queen @Ealitya.
Messages : 520 - Points : 1301
Cracher son venin. // Noa Source
Âge : 33 ans
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Cracher son venin. // Noa ( le Jeu 16 Avr 2020 - 21:42 )
“Stella ? On sort tous ce soir au San Callisto, tu nous rejoins ?” Elle était en train de terminer son café dans la salle de repos : “On fête quelque chose ?” Frederico sourit doucement : “On n’a pas besoin d’une raison pour tous se retrouver.” La rouquine rigola aux éclats : “Pas de soucis, je serais là. Faut que je vous vois tous pour vous annoncer une bonne nouvelle. On va avoir de nouvelles soirées en perspective. - Super, on se voit ce soir alors Red.” Stella sourit, raccrocha et retourna à son travail.

Avant de partir, elle ne rata pas l’occasion d’aller faire un dernier câlin aux tigresses et aux lions. Puis, elle alla se changer et courut presque à son nouvel appartement. Declan l’avait aidé à emménager et à trouver ce petit logement. Ce n’était pas le grand luxe, mais tant pis. Ce dernier était au quatrième étage et comportant une chambre et une salle de bain séparé : un luxe pour elle qui vivait dans un studio. Elle a ramené des objets du garage pour rendre l’environnement aussi douillet que sa caravane et tout prenait place petit à petit. Stella reprenait goût à la vie, elle commençait à ce faire à se quotidien depuis qu’elle travaillait au zoo. Être au contact avec ses animaux, les voir tous les jours, était tout ce don, il lui manquait pour être heureuse : pour être elle-même. Alors oui, elle croquait la vie à pleine dent et ne ratait pas une occasion de remercier Declan. Tout cela, c’était grâce à lui. Elle aimait se rapprocher de lui, sur beaucoup de points, ils se ressemblaient et il la faisait rire aux éclats. Son visage n’avait pas été aussi détendu depuis des années.

Enfilant sa salopette et son t-shirt des sexe pistoles, elle coiffa sa crinière et ne prit même pas la peine de l’attacher. Sa veste en cuir sur le dos et ses docs aux pieds : elle partit vers le bar en sifflotant. Il y avait du monde, mais elle réussit à se frayer un chemin et commanda une pinte de bière avant de chercher la table de ses amis. Elle s’empressa de les rejoindre en les voyant. Enfin… Frederico était seul. Elle fronça les sourcils :

“Je pensais qu’on se retrouvait tous, ils sont où les autres ?” Elle n’aimait pas cela et le montrait en pinçant ses lèvres. “Il y a un problème ?” Elle était inquiète oui. Le trapéziste sourit doucement. Pointa du menton derrière Stella qui se retourna. C’est là où elle le croisa. Ses boucles en batailles, ses deux grands yeux qui se posaient sur elle. “Noa…” Souffla-t-elle sous le coup de la surprise. Son cœur s’emballa immédiatement tandis que l’entremetteur se leva : “Je vais vous laisser.” La rouquine allait protester, mais l’imposante figure de Frederico l’arrêta. Il pointa son doigt vers elle : “Tais toi ! Laisse-moi parler. Tu t’assois et tu parles avec lui : compris ? On a tous envie que le cirque soit à nouveau dans notre quotidien. Vous êtes les propriétaires. Je sais que tu as encore le chapiteau et tout le matériel entreposé quelque part : ta mère me l’a dit. Alors ravale ta fierté et écoute le : comme un vrai leader.” Il attrapa son verre et s’éloigna pour aller retrouver les autres qui se trouvaient à l’opposé. Stella jura, lui fit un doigt d’honneur dans son dos avant de reposer son attention sur Noa.

Sans rien dire, elle s’installa sur la banquette et posa sa pinte devant elle. Puisqu’ils devaient parler… Elle porta sa pinte à ses lèvres et la vida de moitié.

“Qu’est-ce que tu fais ici Esperenza ?” Grogna-t-elle finalement en faisant craquer ses doigts. Pourtant, et pourtant, elle était heureuse de le revoir. Mais la rancœur, la colère animaient ses yeux. “Tu as décidé de revenir en ville eh ?"


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Jeu 16 Avr 2020 - 23:36 )

**
L'Italie, le pays natal du jeune bouclé. Il était de retour depuis tant d'années. Il avait perdu tout contact avec ses amis d'enfance. Il ne voyait son père qu'en face time, ne pouvant le serrer contre lui. Noa s'était marié avec une femme d'une cinquantaine d'années. Il n'a pas fait cela par amour, mais seulement pour l'argent. Malheureusement pour lui, il était tombé sur une véritable vipère. Le divorce fut très compliqué et surtout très long, même un peu trop. Finalement, il a été prononcé et le bouclé a perçut une très grande somme d'argent. Il n'en est pas très fier, mais il n'avait pas le choix. Lorsqu'il est revenu dans ce pays, il est directement allé voir son père. Lorsqu'il a pu le prendre enfin dans ses bras et sentir son odeur, il a fondu en larmes. Son père représentait tellement à ses yeux. Il a toujours été chanceux d'entretenir une relation aussi fusionnelle avec ce dernier.

Noa était hébergé chez un ami, le temps de se trouver un appartement. Il aurait pu aller vivre chez son père, mais il ne voulait pas s'imposer. L'appartement de ce dernier n'était pas très grand alors il préférait lui laisser de la place et ne pas trop l'envahir. Cet ami est propriétaire d'un bar et lui a proposé un poste en tant que barman. Le bouclé accepte tout de suite la proposition. C'était une bonne opportunité pour lui. Cela lui éviterait de passer son temps sur les sites d'emploi afin de trouver quelque chose.

Un peu plus tôt, Noa avait pris contact avec un jeune homme qui travaillait dans le cirque auparavant. Il connaissait également Stella alors il lui a demandé d'organiser une rencontre. Ce ne fut pas compliqué, il accepta tout de suite. D'ailleurs en cours de journée, il reçoit un message en confirmant que la belle rousse sera présente, mais qu'il a trouvé une excuse pour la faire venir. Il insiste sur le fait qu'elle ne sait pas qu'il est de nouveau à Naples. Peu importe, l'important, c'est qu'elle serait présente. L'heure commençait à approcher et le bouclé se sentait nerveux. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu. Elle lui manquait terriblement. Malgré toutes ces années, il n'y a pas un jour où il ne pensait pas à sa crinière rousse et à ses yeux magnifiquement vert. L'heure allait approcher, il était prêt. Il avait coiffé ses cheveux bouclés les laissant lâcher. Il portait une chemise ainsi qu'un jean. Il avait mis une veste par-dessus et des baskets. Il sort ensuite de sa demeure et s'approche à grand pas du bar. Il n'arrête pas de réfléchir à ce qu'il pourrait lui dire. Il arrive dans l'endroit, elle était déjà présente. Noa inspire un grand coup avant de s'approcher et c'est à ce moment qu'elle se tourne. Son regard brun vient se planter automatiquement dans le sien. Il ne dit rien pour le moment, mais il voit bien qu'elle n'est pas vraiment heureuse de sa présence. Leur ami en commun part pour les laisser seuls. Noa pose de nouveau son regard sur elle, il vient rapidement s'asseoir à ses côtés. « En effet, j'ai décidé d'être de retour. »  Le jeune bouclé passe sa langue sur la lèvre d'en haut, c'est à peine s'il arrivait à la regarder dans les yeux tant que plusieurs émotions n'arrêtaient pas de se battre au sein de son corps. « Frederico ne t'a pas dit la vérité, je ne suis pas ici pour parler du cirque. » Noa savait que la belle rousse détenait un très grand caractère et que cela ne lui plaisait pas qu'il réapparaisse dans sa vie de cette manière, mais il devait tout de même lui parler. « J'avais envie de te voir, de te parler Stella. » Finit-il par dire en remontant son regard brun dans celui de la belle rousse.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie Queen @Ealitya.
Messages : 520 - Points : 1301
Cracher son venin. // Noa Source
Âge : 33 ans
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Ven 17 Avr 2020 - 0:33 )
Elle détestait son ton trop calme. Elle détestait Frederico qui avait tout manigancé. Elle détestait ce bar. Stella rageait contre tout. Son regard fusillait tout le monde, mais surtout Noa qui se trouvait devant elle. La pression sur sa bière n’avait cessé d’augmenter au fur et à mesure de la conversation. Elle bouillait. Elle avait envie de hurler, de faire volé son verre à travers la pièce et pourquoi pas se jeter sur celui qui était partit toutes ces années sans même laisser un mot. Il méritait qu’elle lui foute une bonne raclée pour lui apprendre une leçon. Elle n’en fit rien cependant. Elle se contenta de l’observer tout en serrant les dents pour au moins lui laisser une chance de parler. En réalité, elle cherchait une nouvelle excuse pour lui grogner et lui feuler dessus. On ne dompte pas une tigresse en l’abandonnant. Elle était redevenue sauvage et elle était bien décidée à lui faire comprendre : même si elle s’en voudrait plus tard. C’est que Noa n’était pas n’importe qui et c’est justement parce qu’il représentait bien plus qu’un simple ami qu’elle était si en colère contre lui. Elle avait eu besoin de lui et il n’était pas là. Quelle bonne raison l’avait tenu loin d’elle ? Stella n’en avait aucune idée et au point où elle en était : elle s’en moquait.

“T’en avais assez d’être le connard de service qui n’est pas là ?” Cracha-t-elle en levant ses yeux au ciel tout en prenant une gorgée de bière pour tenter de se calmer. Laisse-le parler. Se répéta-t-elle avec l’espoir qu’elle finisse par s’écouter. Elle ravala son rire : “Pourquoi je ne suis pas étonnée. T’es conscient que c’est pour cette raison que je suis assise devant toi ?” Non. Ce n’était pas seulement cette excuse qu’elle utilisait. Elle était heureuse de le voir, de pouvoir poser son regard sur son visage : de voir qu’il allait bien tout simplement. De là à l'avouer, il y avait un fossé. “Et tu ne t’es pas demandé si moi je voulais te revoir ?” Elle frappa la table de son poing tout en le serrant : la faisant tremblé. “T’es parti ! Tu as abandonné le navire comme un rat ! Tu m’as laissé toute seule et maintenant tu reviens comme une fleur ? Pour qui tu te prends ?! C’est quoi ton excuse ?!” Son ton montait. Le regard de Frederico la calma partiellement. Assez pour qu’elle souffle un bon coup et reprenne le contrôle sur elle-même. “Je t’écoute.” Dit-elle bien plus calmement.


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Ven 17 Avr 2020 - 4:27 )

**
Noa avait conscience que ce ne sera pas facile de lui parler. Elle était en face de lui, elle le mitraillait du regard. D'une part, ça lui faisait mal de la voir le regarder de cette manière. Mais il était parti pendant des années sans jamais revenir. Elle était en colère et c'était compréhensible. Il ne pouvait pas s'attendre à ce qu'elle revienne dans ses bras aussi facilement. Surtout pas avec un caractère comme le sien. Il plisse légèrement des lèvres en entendant les propos de la belle rousse. Il vient de se faire insulter de connard, au moins ça s'est fait. Elle avait besoin d'extérioriser la colère qu'elle ressentait envers lui. Il lâche un léger soupire tandis que son regard se baisse contre la petite table basse. Elle vient assaillir un coup assez violent contre celle-ci. Noa vient de nouveau plonger son regard brun dans le sien. « Comme tu l'as si bien déclaré, j'en ai marre d'être le connard de service qui n'est jamais là. » Il est vrai qu'après toutes ces années, le désir de revenir vers ses proches était plus que présent. Son père l'avait bien accueilli parce qu'ils étaient liés par le sang. D'ailleurs, un père restera toujours un père pour son fils. Mais Noa comprend assez rapidement que ce sera plus compliqué avec la jolie rousse. « Je suis conscient que tu es ici pour parler du cirque. On en parlera parce que je veux en parler également. » Il est vrai que le jeune bouclé souhaiter plus que tout voir le cirque où il a grandi revoir le jour. Il fallait qu'il en discute avec la co-propriétaire qui n'était personne d'autre que Stella. Pour le moment, il voulait retrouver son amitié avec elle, c'était le plus important pour lui. « Je suis revenu, je sais que j'ai été un con de partir de cette manière. Je voulais commencer par présenter mes excuses. Stella.. Il m'est difficile de continuer à vivre paisiblement si tu ne reviens pas dans ma vie. Tu es importante pour moi et tu.. Tu m'as beaucoup manqué. » Dit-il par avouer. Oui, elle lui manque terriblement. Même beaucoup plus intensément qu'elle ne le soupçonne. Depuis son plus jeune âge, Noa a toujours éprouvé des sentiments envers Stella. Même lorsqu'il a su qu'elle préfère les filles, il n'a pas su atténuer ses sentiments envers elle. Ce soir, il était en face de la magnifique rousse. Il pouvait ressentir que ses sentiments envers cette dernière étaient toujours présents.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie Queen @Ealitya.
Messages : 520 - Points : 1301
Cracher son venin. // Noa Source
Âge : 33 ans
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Ven 17 Avr 2020 - 13:18 )
La tornade de sentiment qui malmenait Stella lui donnait envie de vomir. Elle pouvait sentir son cœur battre dans ses tempes alors que ses poings ne souhaitaient que s’écraser contre quelque chose : juste dans l’espoir que la douleur calme sa rage, sa colère. La blessure était probablement pire, car ce n’était pas n’importe quel individu qui l’avait causé. C’était Noa et il n’avait jamais été qu’un simple ami. Ses sentiments pour lui étaient bien plus complexes. Elle avait même imaginé pendant un moment tenter les hommes en sa compagnie, tester les muscles saillants du jongleur plutôt que la douceur d’une poitrine rebondie. Elle n’avait jamais osé sauter le pas, pourquoi ? Elle ne savait pas trop. Stella avait sûrement peur qu’une telle chose vienne gâcher leur lien, car, après tout : elle n’était pas certaine d’aimer le contact masculin. Rien ne lui disait qu’elle se ferait à la chose. Pouvait-il réellement y avoir un après entre un homme et une femme quand l’attirance physique n’est pas réciproque ? Elle ne savait pas et au fond n’avait pas envie de tester et de risquer sa relation avec Noa. Alors, elle avait toujours préféré le taquiner, être en compétition même avec lui : cela était plus simple que de prendre à bras-le-corps ses sentiments pour l’artiste. Après toutes ces années à être l’un auprès de l’autre, son absence avait été ressentit jusqu’au plus profond d’elle. Jamais elle n’avait oublié ce moment de panique en réalisant qu’il était parti. Le père Esperenza n’avait jamais osé lui dire, ou bien peut-être ne savait-il pas lui-même ? Toujours était-il que durant les premiers mois : elle s’était sincèrement inquiétée avant de se faire une raison. Il était parti et il ne reviendrait pas.

Pourtant, il se trouvait maintenant en face d’elle.

Stella aurait pu calmement lui demander où il était passé, ce qu’il avait, mais cela était mal la connaître. Évidemment qu’elle ne réagirait pas de la sorte. C’est qu’elle avait eu le temps d’emmagasiner tout un tas d’émotions négatives depuis son départ et il était temps de vider le sac : de faire les comptes. Le fait que Noa ne cherche même pas à se débattre, ne cherche pas à lui faire remarquer qu’il n’était pas un connard, laissa sans voix Stella et au fond la calma un peu. Il ne mettait pas d’huile sur le feu, c’était déjà ça. Elle plissa ses yeux en l’entendant souligner que lui aussi voulait parler du cirque, elle se doutait que la conversation qui allait précéder ne soit pas à son goût. Elle vida le reste de son verre et poussa la pinte sur le côté pour pouvoir se concentrer sur Noa. Joignant ses mains sur la table, elle ne perdait pas une seule miette de ce qu’il disait.

“Je t’ai manqué au point que tu ne me dises même pas où tu es ? Jeez j’ai même cru à un moment que tu étais mort ! J’ai dû cuisiné ton père pour qu’il me dise au moins que tu étais encore en vie, tu sais ce que ça fait de croire son meilleur ami mort ?” Elle avala sa salive, serra les dents et prit une courte respiration avant de soupirer longuement. “Tu as réussi à vivre toutes ces années pourtant, une de plus, une de moins qu’elle est la différence hein ?” Elle voulait comprendre, elle voulait entendre ce qui s’était réellement passé pour qu’il parte comme ça sans rien dire, pour qu’il suive le même chemin que Poppy. “Je commence à me faire une raison, que toutes les personnes que j’aime un jour me quittent comme une vieille chaussette puante.” Et c’était vrai au fond, Stella avait peur maintenant de s’attacher à des personnes pour se faire abandonner. La liste était longue et elle ne cesserait pas de s’allonger : elle le savait. “Est-ce que cette absence en valait au moins la peine Noa ?”


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Ven 17 Avr 2020 - 22:38 )

**
Noa était assis sur ce siège, il n'avait pas pris de consommation. Il n'était pas présent pour boire un verre, mais pour parler à la belle rousse. Elle se tient proche de lui, mais il la sent tellement loin en réalité. Le bouclé était parti pendant de longues années. Il ne pourrait pas en parler à Stella, pas maintenant. Parce que ce genre d'histoire n'était pas vraiment glorieuse à raconter. Pourtant, dans le passé, ils se disaient absolument tout. Il n'avait aucun secret pour la belle rousse mis à part ses sentiments pour elle qu'il a toujours su cacher aux yeux des autres. Désormais, il était un peu plus âgé et il avait fait n'importe quoi en ne donnant pas un soupçon de nouvelle auprès de la co-propriétaire du cirque. Mais il ne voulait pas que sa soi-disant femme ait une quelconque relation avec une de ses connaissances d'enfance. Il a dû faire des sacrifices et la magnifique rousse en faisait partie. Pourtant, aujourd'hui, il ne pouvait se résoudre de continuer de vivre sans sa présence à ses côtés. Noa a toujours voulu beaucoup plus que de l'amitié avec elle, mais il savait que c'était impossible. Il n'est pas une femme, non, il est un homme. Cela fait des années que ses sentiments étaient présents, pourtant, il avait appris à vivre avec ce qu'il ressent au fond de lui. Ce qui est assez triste, c'est qu'il n'a jamais rencontré de femme qui lui fasse ressentir des sentiments aussi profonds que ce qu'il ressent pour sa meilleure amie. Malgré qu'avant son mariage, il ne cessait de passer de femme en femme. Il ne faisait pas cela par pur plaisir, mais c'était une manière de se protéger également. Parce qu'être amoureux d'une femme qui n'aime pas les hommes c'est comme attendre un avion dans une gare TGV.

Noa pose son regard brun sur la rousse qui était en face de sa propre personne. Il aimerait la prendre dans ses bras et lui répéter encore et encore à quel point elle lui avait manqué pendant toutes ses années. Mais elle n'était pas contente de son silence, de son absence. Le bouclé la laisse s'exprimer, parce que cela ne servait à rien d'entrer dans le conflit avec elle. Ce n'était pas ce qu'il voulait. Il fallait qu'elle exprime sa colère alors il la laisse s'emporter un petit peu. « Il est vrai que j'ai vécu pendant tout ce temps sans toi. Mais si je suis ici c'est que je ne supporte plus cette situation. Je suis conscient que je ne peux pas arriver comme une fleur et te demander ton pardon. Je suis conscient que je dois le mériter. Je veux juste que tu me donnes une chance de m'accorder ce pardon. Tu es ma meilleure amie depuis mon plus jeune âge. » En entendant les paroles de la belle rousse, il sent un pique au fond de son cœur. Elle était une personne extraordinaire et c'était tellement triste qu'elle pense cela. Il était légèrement responsable de cette phrase qu'elle vient de prononcer. Il se pince doucement la lèvre inférieure. « Tu n'es pas une chaussette puante.. C'est moi qui suis complètement nul. » Ensuite, la question arrive rapidement. Elle lui demande si tout cela en valait le coup. C'est très compliqué, vraiment très compliqué. Il se contente de baisser son regard sur ses propres mains qui étaient liées sur la petite table qui sépare les deux jeunes gens. « Je suis parti pour le travail. Je.. Je n'avais pas vraiment le choix. » Le bouclé n'était pas vraiment à l'aise avec cette question parce qu'il allait devoir encore lui mentir.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie Queen @Ealitya.
Messages : 520 - Points : 1301
Cracher son venin. // Noa Source
Âge : 33 ans
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Sam 18 Avr 2020 - 14:36 )
Stella buvait pour les deux, pour lui donner le courage de rester devant Noa sans lui refaire son joli minois. Elle avait frappé des gens pour moins que ça, mais ils n’étaient pas l’homme qui lui faisaient face. Ils n’étaient pas importants. Pas comme lui. C’était ça le plus douloureux peut-être : d’être trahis et abandonnée par les gens qu’elle aimait. D’abord Poppy, puis son père et ensuite Noa : il avait été le coup de grâce. Celui qui lui avait donné envie de tout lâcher et d’abandonner. Une chose impensable pour elle qui détestait la mort et les gens qui se suicide. Pourtant, elle y avait pensé. Est-ce que son ami s’en doutait seulement ? Devait-elle lui cracher cela à la gueule pour ajouter un peu plus de poids dans la balance ? Elle devrait, car ils avaient l’habitude tout ce dire. Pourront-ils un jour retrouver le lien perdu ? Elle ne savait pas, elle ne voulait pas y penser pour l’instant. Elle se contentait de le percer de son regard. Stella cherchait une nouvelle excuse pour partir et ne pas lui laisser cette seconde chance qu’il semblait vouloir.

“Je suis ta meilleure amie quand ça t’arrange on dirait.” Affirma-t-elle en faisant claquer sa langue contre son palais. “Tu ne sais rien de ce qu’il s’est passé ces dernières années. Tu n’as aucune idée de ce que j’ai vécu, de toutes les mésaventures qui m’ont tiré vers le bas. Je recommence seulement à me redresser et tu arrives ?” Elle rigola jaune : “Tu as un radar ou bien tu es juste chanceux ?” Elle passa sa langue sur sa lèvre supérieure avant de mordre celle inférieure. “Eh bien voilà quelque chose sur lequel on s’entend au moins !” Noa était nul, oui, d’être parti. Pourquoi il ne lui avait pas dit où il allait ? Pourquoi ? Ca non plus elle ne le comprenait pas.

Se doutant qu’elle ne saurait pas ce soir le fin mot de cette histoire, elle prit une longue inspiration et lui demanda si cette absence valait la peine. Est-ce qu’au moins il avait été heureux loin d’elle ? Loin de sa famille ? Est-ce qu’il avait rencontré quelqu’un qui le faisait rire aux éclats comme elle ? Qui l’entraînait dans des aventures exubérantes ? Peut-être que cela avait été le cas… Est-ce que cela apaiserait la peine de Stella ? Probablement. Elle n’avait jamais voulu que son bonheur après tout.

“Partit pour le travail ?” Elle arqua un sourcil, serra les dents : “Tu me prends pour une idiote hein ? Pour que tu ne me dises rien, pour que tu partes comme un voleur : ça ne peut juste pas être pour ton travail. Je te connais.” Stella souffla longuement : “Si tu ne veux pas me le dire, il ne sert à rien de revenir vers moi.” Elle renifla pour cacher son mal-être et tenter de chasser la boule dans sa gorge. Stella tentait de faire sa fière, il y avait des signes qui ne trompaient pas : “Tu veux quoi au juste ?” Puisqu’il ne semblait pas vouloir parler, il devait vouloir quelque chose. “Hormis que dans ma grande miséricorde, je t’accorde une seconde chance.” Noa devait savoir qu’elle lui donnerait. Maintenant qu’il était devant elle, maintenant qu’elle pouvait se plonger dans son regard : l’envie de céder immédiatement était bien trop tentante comme avec Poppy. Stella était rancunière, mais elle savait que la vie était trop courte pour gâcher chaque minute avec les gens qu’elle aimait. Pourtant, elle comptait bien le faire ramer : il le méritait.


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Sam 18 Avr 2020 - 17:44 )

**
Le brun descend son regard sur le verre de la jeune demoiselle. Il serait compliqué de lui dire qu'il s'est marié avec une femme, mais pas par amour. Il serait compliqué de comprendre pourquoi il a fait un tel geste. Noa se tient dans ce bar, mais il avait tout de même du mal à expliquer pourquoi il était parti pendant tout ce temps. Surtout lorsqu'il s'agit de l'expliquer à la personne qu'il le connaît plus que son propre père. Il relève son regard dans celui de la belle rousse. Elle pouvait se montrer en colère et têtue, mais il reconnaissait lorsqu'elle se sentait blessée par une personne. Il n'aimait pas ce qu'il pouvait voir au travers du regard de Stella. Il pouvait percevoir de la peine et de la déception à son égard. Il n'était pas fier de l'avoir fait souffrir autant. Il n'a jamais voulu la blesser, ce n'était pas son but.

Il était conscient que reconquérir sa confiance ne sera pas simple, qu'elle allait se méfier de lui à présent. Mais il voulait essayer. Même si elle ne veut pas lui accorder cette deuxième chance qu'il réclame, il ne baisserait pas les bras aussi facilement. Elle était beaucoup trop importante à ses yeux. Il ne l'avait pas côtoyé depuis cinq ans et c'était suffisant comme ça. Il voulait la retrouver, pouvoir rire aux éclats à ses côtés. Il aimerait qu'ils continuent leur jeu de cap ou pas cap tout en allant embêter les autres avec leurs conneries. Il aimerait tellement de choses, mais surtout qu'elle apprenne à le pardonner. « Tu n'es pas ma meilleure amie quand ça m'arrange. Je sais que j'ai été absent pendant toutes ces années. Je sais que je t'ai beaucoup fais souffrir. Je sais que ce ne sera pas aussi simple pour moi, mais si je suis présent ce soir, si j'ai voulu absolument te voir, c'est parce que je tenais à te dire que tu me manques et te présenter mes excuses. Comme tu la dis, je suis un connard et j'ai fais n'importe quoi. » Il lâche doucement un soupire. Il savait qu'elle était énervée, mais il ne savait pas à quel point elle était blessée par son comportement. En même temps, il pense qu'à sa place, il aurait réagi de la même manière. Tu pars ensuite, tu reviens comme si de rien était. On ne parle pas de jour, de semaine ou de quelques mois. Non, on parle de plusieurs années. Alors qu'elle venait de perdre son père. Le bouclé l'avait laissé, il était parti sans jamais lui donner aucune nouvelle. En fait, il en avait donné seulement à son père parce qu'il avait été obligé de le présenter à sa femme. Il lui avait fait promettre de ne rien dire à personne et son père l'avait fait sans jamais poser de question.

Lorsque Noa entend qu'elle ne le croit pas un instant à son excuse, il n'est pas vraiment étonné. Elle le connaissait bien et puis, elle avait raison. Pourquoi il ne lui aurait pas donné de nouvelle si c'était seulement pour le travail. Qu'est-ce qu'il devait faire face à ses questions ? Il n'était pas vraiment préparé à tellement de questions sur son absence. Il aurait préféré rester évasif concernant ce sujet. Mais la rousse n'était pas vraiment de son avis. Elle lui dit que s'il ne veut pas lui dire la véritable raison alors il ne serait pas nécessaire de revenir à ses côtés. Tellement ? Il ne pouvait pas lui dire toute la vérité, elle aurait du mal à l'accepter. Elle demande ensuite au jeune bouclé ce qu'il veut, ce qu'il attend. Plus tôt, la jeune femme avait souligné qu'elle commence tout juste à remonter la pente. Noa plisse des lèvres avant de redresser doucement son buste tandis que son regard noisette restait toujours sur le visage de la magnifique rousse l'observant avec intensité. « Tu m'as dit que tu viens de te redresser, j'aimerais que tu me laisses t'aider. » Dit-il avec peu d'assurance, n'étant pas vraiment sûre qu'elle accepterait cette proposition venant de lui. Après tout, elle le déteste en cet instant.
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Stella SpinelliToujours frais après un litre de café
Stella Spinelli
http://www.ciao-vecchio.com/t4897-un-jour-je-serai-le-meilleur-d http://www.ciao-vecchio.com/t4901-mieux-vaut-peter-en-compagnie-que-mourir-seul-stella
Faceclaim : Rose Leslie Queen @Ealitya.
Messages : 520 - Points : 1301
Cracher son venin. // Noa Source
Âge : 33 ans
Métier : Agent animalier au zoo Di Napoli
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Sam 18 Avr 2020 - 18:42 )
Stella attendait, elle était suspendue à ses lèvres : avide du moindre signe qu’il pouvait lui envoyer. Elle voulait savoir, elle voulait comprendre, cela serait la seule façon de lui pardonner. Elle devait voir toutes les cartes en main, enlever toutes les zones d’ombres qui pourraient un jour resurgir et briser ce qu’ils pourraient construire. Parce qu’elle ne demandait que ça, une excuse : une façon de passer à autre chose ou tout du moins commencer à éponger la rancœur qu’elle ressent pour Noa. Évidemment que la colère, la rage dictaient sa conduite et teintaient son regard. Il y avait cependant au fond de ses yeux une autre lueur : celle du désespoir et de la peine. Elle avait pleuré plusieurs nuits le départ de son ami et quand elle allait mal : c’est avec lui qu’elle prétendait parler en n’hésitant pas à parler d’une voix grave pour faire ses réponses. Comme si cela pouvait aider. Cependant, rien n’y faisait : personne ne pourrait remplacer Noa. Il était bien trop important et la connaissait bien trop bien. Et puis, Stella n’était pas le genre de femme à remplacer ceux qu’elle aiment. Elle préfère garder leur siège vide : quitte à souffrir de ce gouffre émotionnel. Cela était bien plus simple à gérer. Nier en bloc que quelque chose ne va pas jusqu’à ce qu’elle revoit la personne. C’est pour cela qu’aujourd’hui le jour des explications arrivait.

“Tsss t’es toujours aussi doué avec les mots Esperenza.” Siffla-t-elle mécontente. Elle pinça ses lèvres, se renfrogna un peu plus. Il reconnaissait ses torts. Cela était la pire chose pour elle. Comment être en colère quand quelqu’un avouait tout ?

Et puis, Noa parle enfin des raisons qui l’ont poussé à partir et elle ne croit pas un seul instant que c’est à cause du travail. Elle ne se prive pas pour lui dire d’ailleurs : comme si elle allait tenir sa parole. Elle avait un peu grandi, pas pour autant changer. Et encore moins dans ce genre de situation où elle savait qu’elle était en droit de taper du pieds et de montrer son mécontentement. Stella avait fait des progrès, elle commençait à remonter la pente et avec son nouveau travail avait vraiment l’impression de remonter la pente. Elle avait espoir et cela faisait depuis bien longtemps qu’elle n’avait pas ressentit cela. Voilà que Noa arrivait cependant et changeait la donne. À moins qu’il soit un allié… Si un jour il brisait à la glace, quand Noa sera prêt à lui dire la raison de son absence.

“Pour que je me reconstruise autour de toi et que tu partes après ? Pour me laisser seule quand tu as autre chose à faire que de rester à Naples ?” Demanda-t-elle, on ne peut plus sérieuse. Elle regarda sa montre puis Noa. “On se casse.” Elle se leva : “J’ai faim, paye moi à manger. Je réfléchis mieux l’esprit plein.” Elle voulait manger autre chose que des nouilles instantanées. “Y’a une pizzeria au coin de la rue.” Et sans l’attendre, elle sortit du bar après avoir fait un beau fuck à Frederico.

Dehors, elle s’alluma une cigarette et tira longuement dessus avant de proposer son paquet à Noa. “Tu fumes toujours ?”


“We are all

mad here”
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
InvitéInvité
avatar
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le Dim 19 Avr 2020 - 22:18 )

**
Noa était anxieux et ravi d'être présent à la fois. Oui, il était ravi de pouvoir la revoir après tout ce temps. Les cheveux roux, ses yeux d'un vert incroyable, sa silhouette fine et sa petite voix douce. Mais, il était également stressé. Et si leur relation était complètement fichue. Il ferait quoi ? Parce que même s'il ne voulait pas lâcher l'affaire, il n'allait pas l' harceler toute sa vie non plus. Non, il tenterait à plusieurs reprises. Mais si elle se ferme comme une huître et qu'elle ne voudrait plus jamais lui parler ? Il ne voulait pas penser à cette possibilité. Non, il avait été dépourvu de sa présence pendant cinq longues années, il ne voulait pas prolonger sa peine. Mais cela ne tenait pas que de lui. La rousse était dans ses droits d'être en colère. D'un côté, elle avait totalement raison de le faire ramer ce soir. Ils ne sont pas de simple ami. Ils sont beaucoup plus que cela et depuis leur enfance. Ils ont grandi ensemble, ils ont vécu des tas d'expérience ensemble. Jusqu'à ce que Noa gâche tout en partant pour se marier avec une femme. Il l'avait fait pour elle et pourtant, il l'a fait encore plus souffrir. C'était tout bonnement horrible pour lui.

Ils étaient désormais dans la rue, la cigarette en bouche. Un silence s'était installé entre eux. Comme s'ils avaient besoin d'un moment de calme. Ils arrivent devant la pizzeria. Noa se tourne et se risque à un contact physique. Un court instant, mais tellement agréable pour lui. Ils rentrent ensuite dans le restaurant et s'installent à une table au fond. Le bouclé retire sa veste. L'odeur de la pizzeria lui donner envie d'un dévoré une sur-le-champs. Son regard se pose ensuite sur sa jeune amie. Elle lui demande encore des explications. Il se pince légèrement la lèvre inférieure en descendant son regard. Elle lui explique que s'il lui disait la vérité alors ils pourraient passer la soirée ensemble. C'était tellement plaisant comme idée. Mais était-elle sérieuse ou essayait-elle de le prendre par les sentiments. Soudain, le bouclé sent un malaise monté en lui. Le serveur vient leur déposer un pichet d'eau avec des verres. Noa le prend et sert un verre pour lui et l'autre pour la jeune rousse. Il boit une gorgée avant d'hocher doucement la tête. « En effet, je suis parti pour une femme. » Autant lui dévoiler une moitié de vérité parce que l'excuse du travail ne pouvait pas marcher. Il monte son regard sur elle malgré qu'il était légèrement gêné. « Nous sommes partis en voyage, puis nous avons décidé de se marier. » Il continue sur sa lancée essayant de réfléchir aux propos qu'il allait sortir à la magnifique rousse. « Elle avait les moyens de voyager alors c'est ce qu'on a fait. Mais ma relation avec elle était compliquée, ce n'était pas sain du tout. » Ouais, une relation plus que toxique avec une vieille dingue. « J'ai demandé le divorce, mais ça n'a pas été facile. » Il prend de nouveau son verre pour prendre une gorgée. « C'est la vérité. »
code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Dernière édition par Noa Esperenza le Lun 27 Avr 2020 - 4:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Cracher son venin. // Noa Empty
Sujet: Re: Cracher son venin. // Noa ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- Cracher son venin. // Noa -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: San Calisto
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant