Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment : -54%
BaByliss Sèche-cheveux Powerlight 2000
Voir le deal
12.01 €

 

- (terminé) Kinder surprise. // Augusto -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1582 - Points : 2618
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Dim 14 Juin 2020 - 20:33 )
Il était si difficile pour elle de réaliser qu’elle portait à nouveau la vie. Vera l’avait espéré pendant si longtemps : comment pouvoir accepter l’idée que cela était bien réel ? Elle était enceinte et d’Augusto qui plus est. Cela était trop beau pour être vrai. Rien que le fait que ce bébé avait été conçu avec amour, dans des rapports consentant rendait la chose spéciale. Disons qu’il soit le fruit de son amour avec ce chef : cela était la cerise sur le gâteau. Allongée, attendant le verdict du docteur, Vera était stressée, terrifiée à l’idée que les quelques excès faits aient des conséquences sur son bébé. Elle ressentit le besoin de le répéter, qu’elle ne savait pas : tout simplement pour rassurer tout le monde qu’elle n’était pas une mauvaise mère. Pour Winston, pour cet enfant à venir : elle donnerait sa vie. Et même plusieurs fois si on lui donnait la chance de revenir sur terre : si Dieu lui permettait. Heureusement, le docteur rassura bientôt la mère et elle peut enfin souffler : profiter de cet instant magique avec le père de son enfant.

Voir Augusto aussi émue lui donna envie de pleurer un peu plus encore. Ces hormones… Elle avait oublié la multitude de sentiments qui pouvait l'envahir. Le fait est qu’elle n’avait eu que quelques heures pour s’y faire. Cela n’aidait absolument pas. Pourtant, et pourtant tout s’envola en voyant le petit être sur le moniteur.

“Tu n’aurais pas pu choisir mieux…” Souffla-t-elle avant de répondre à chaque baiser le plus tendrement possible.

Entendre les battements de son cœur : ce doux son qu’elle avait découvert seule pour Winston elle pouvait le partager avec le père de l’enfant cette fois-ci. Quelle douce combinaison de sensations. Elle aimait chaque secondes, voulait que ça dure pour toujours. Et au fond : ils étaient partis sur une aventure qui allait durer pour les décennies à venir. Le rendez-vous se termine sur de bonnes notes. Les dates sont posées, l’estimation de l’accouchement donné. Ils avaient tellement de choses à prévoir et si peu de temps. En voyant Gus tout noter dans son téléphone, elle sourit doucement. Qu’avait-elle fait pour mériter un tel homme ? Se demanda-t-elle. Dehors, elle rigola avec son compagnon :

“Et moi donc.” Elle regarda son ventre, plus de place aux doutes maintenant. Ils avaient des preuves et beaucoup de choses à raconter à la famille de Gus. Collant son corps au sien, elle glissa ses mains dans ses cheveux en se plongeant dans son regard : “C’est toi, le plus beau des cadeaux.” Et elle l’embrassa à nouveau. Encore et encore.

Baissant les yeux, elle voit l’écran de son aimé et les nombreux appels et messages. Elle sourit, bien conscient qu’elle avait fait peur à tout le monde.

“Je ne voulais stresser personne…” Elle était sincère. “Moi aussi.” Elle aimerait savourer ce secret encore un peu, mais ils ne pouvaient pas les laisser s’inquiéter de la sorte, cela serait cruel. “Passons par la Trattoria et rentrons. Tu as un peu de temps avec le service de ce soir ?” Vera ne l’empêcherait pas de travailler, il en était hors de questions. “Moi aussi je suis heureuse. C’est soudain… Mais au moins on n’a plus à prévoir ça dans la liste des choses à faire ensemble.” Elle l’embrassa à nouveau avant d’enfiler son manteau et de glisser sa main dans la sienne : “Allons-y futur papa. Ne faisons pas plus attendre tes parents. Tu boiras pour moi hein ? Je conduirais pour le coup : tu vas voir, il y a des avantages à avoir une femme enceinte dans ta vie.” Lui glissa-t-elle en lui faisant un clin d’oeil. “Et attends que les hormones soient pleinement installées.” Elle passa sa main libre sur son torse : "Tu vas voir, il y a des avantages à avoir une femme enceinte dans ta vie."


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © Electric Soul (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5630 - Points : 10115
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 3d97d1af8d93cb6da8e8c91cb85527ef0efb2770
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Mer 24 Juin 2020 - 19:03 )
1 + 1 = 2 Non 1 + 1 = 3feat Vera
Une fille. Gus va avoir une fille et avec la plus belle des déesses Vera. Il a encore du mal à réaliser, faut dire que rien n'a été planifié. Mais il ne va pas refuser ce cadeau que lui fait la vie. De toute façon il aime la cantatrice et ils avaient déjà abordé le sujet des enfants. Les enfants l'extension logique dans une vie de couple. Il ne se fait pas de souci sur l'avenir de ce petit ange blotti dans les entrailles de sa belle. Il sait qu'elle sera accueillie avec amour autant du côté du grand frère, que de ses parents. Même si personne ne s'y attendra. Mais avant de penser aux bonheurs que vont éprouver les gens qui comptent pour le couple, il pense à celui de Vera et au sien. L'émotion est intense, elle marque ses yeux de larmes qui laissent couler sans aucune honte. Ce sont des larmes de joie alors il ne les retient pas. Et puis de voir Vera émue le chamboule aussi. La grossesse la rend plus sublime. Et ce matin en lui disant au revoir il était loin d'imaginer ce qu'ils sont en train de vivre. La vie est riche en surprise. Et même si celle ci va sérieusement bousculer leur vie à deux, il est le plus heureux des hommes. Et il est fier de la femme qui porte le fruit de leur amour. Et quand le cœur de sa future princesse se fait entendre, là c'est un feu d'artifice de sensation qui l'enveloppe. Une fois l'examen terminé, les rendez vous pris et soigneusement notés, le couple peut enfin sortir.

Et le premier geste de Gus c'est de prendre Vera dans ses bras, l'embrasser et la serrer contre lui. Et au milieu de cette étreinte le ventre de la future maman qui prend sa place contre le corps du cuisinier. De quoi l'émouvoir un peu plus. « J'espère que cela ne te dérangera pas que je vienne aux prochains rendez vous. » Il les a noté dans cette intention mais il se dit que peut être la cantatrice voudra y aller seule. Quoi que tous les futurs pères doivent accompagnés les futures mères. Enfin il n'en sait trop rien. Et ils n'ont pas eu le temps de parler de ce genre de détail. Puis il regarde son téléphone et là il se rend compte que tout le monde s'inquiète. « Pas grave, quand ils sauront et bien ils oublieront vite l’inquiétude ressentie. » Passer par la trattoria devient la priorité même si cette nouvelle ils aimeraient la garder un peu pour eux. Mais là pas le choix, ils se doivent de la partager. De toute façon il sait qu'il sera incapable de garder ce genre de secret. Son bonheur va se lire sur son visage avant même qu'il ne dise un mot. « Oui j'ai du temps, je compte même vous accorder ma soirée. Mon second fera le service il est capable d'assurer. Et mon père lui filera un coup de main au cas ou. Je compte fêter dignement cet événement avec toi. » Ayant déjà quelques idées en tête, parce que Vera est encore plus désirable. Et il entendu dire que faire l'amour était bénéfique pour les bébés. Il ne peut s'empêcher de rire à sa remarque. « Comment ça on pourra rayer ça de la liste des choses à faire ensemble. J'adore faire des enfants avec toi. » Il l'embrasse contre la tempe. « Au moins un de plus, on essaiera de capter dés le départ. » Bien sur qu'il l'a taquine, mais il veut aussi qu'elle sache qu'il est prêt à avoir d'autres enfants si elle le désire aussi.

Gus aide Vera à enfiler son manteau et main dans la main ils sortent de l'hôpital. « Oui je boirais pour toi. Mais pas trop non plus, je dois montrer le bon exemple à présent. » Il lui fait un clin d’œil. « Cela veut dire quoi ? Que tu vas me faire ma fête tous les jours ? » Une fois à sa voiture il lui ouvre la porte. « Si madame veut bien se donner la peine. » Puis il fait le tour pour s'installer côté conducteur. « Du coup je vais avoir une gourmande dans mon lit c'est ça ? Je vais me régaler de combler ton appétit. » Il démarre et roule très prudemment. Femme enceinte à bord. Il n'est pas du tout stressé ou inquiet pour la suite, il sait que ses parents seront aux anges. Ils lui ont toujours souhaité que le meilleur. Et son meilleur c'est Vera et cette petite fille à naître.



L'AVENIR

s'écrit dans la vie qui grandit.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1582 - Points : 2618
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Ven 26 Juin 2020 - 18:55 )
“Bien sûr que non, au contraire ! Je te l’aurai demandé. Je les ai toujours faites seule : je suis heureuse d’avoir de pouvoir partager ça avec toi.” Et ses yeux ne trahissaient pas ses paroles, tout comme son sourire. Elle couvait du regard le père de son enfant. Vera qui voulait à nouveau être maman, la voilà servi et avec un homme du plus incroyable. Elle n’oublierait pas de remercier Dieu ce soir avant d’aller se coucher.

Un rapide coup d’œil au téléphone d’Augusto et elle comprit l’inquiétude de leur proche. Elle s’en voulut immédiatement, mais comme sur beaucoup de sujets elle pouvait compter sur son compagnon pour la rassurer et lui dire que ça allait bien se passer. Oui, ils oublieraient ce stress quand ils apprendront la bonne nouvelle. Vera n’avait pas réellement peur des parents du cuisiner : alors pourquoi elle appréhendait de la sorte ? Ses parents ne seraient pas mis au courant tout de suite, elle ne voulait plus rien avoir à faire avec eux. La seule raison pour laquelle elle gardait des contacts aimables était en la personne de son fils.

“Oh tu es certain ? Je ne veux pas te causer de problèmes.” Difficile cependant de ne pas montrer au combien elle était heureuse qu’il accepte de passer la soirée avec elle. Vera ne demandait pas cela pour qu’il range le tablier le temps d’un service. Cela était juste un bonus qu’elle ne se voyait pas refuser. “Tu aimes l’acte ou bien la finalité de la chose ?” Demanda-t-elle malicieusement.

Se laissant dorloter par Augusto, elle le remercia quand il l’aida à mettre son manteau et glissa rapidement sa main dans la sienne. Cela était presque irréel de vivre ce genre de moments avec le père de son enfant. Pas comme avec son ancien mari.

“Tant qu’elle n’est pas en âge de comprendre, tu as le temps de boire un peu.” Elle rigola doucement : “Probablement. Je vais voir pour faire moins de répétitions et t’attendre allongée sur le lit à mon avantage.” Vera était plus à l’aise avec sa féminité et son corps depuis qu’elle était dans les bras du Quidam qui lui ouvrait la porte. Il lui avait redonné son manque de confiance en elle. “Monsieur est trop aimable.” Dit-elle avec un accent mondain avant de rire à nouveau en montant. Hochant la tête, elle confirma les paroles d’Augusto : “Renonce tout de suite à dormir…”

Au feu rouge, elle posa ses mains sur son ventre.

“Gus…?” Elle attrapa la sienne et la posa : “Elle bouge…” Vera eu les larmes aux yeux : “Tu la sens ?” Elle pressa, la petite répondit avec un coup plus fort : “Je crois que maintenant : elle va faire savoir qu’elle est là."


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © Electric Soul (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5630 - Points : 10115
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 3d97d1af8d93cb6da8e8c91cb85527ef0efb2770
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Dim 5 Juil 2020 - 20:27 )
1 + 1 = 2 Non 1 + 1 = 3feat Vera
Gus sourit, son regard s'illumine quand Vera lui dit que s'il ne s'était pas proposé, elle lui aurait demandé d'être présent aux futurs examens. « Je pense que le père de Winston ne se doute pas du trésor qu'il c'est privé. Moi jamais je ne te laisserais, c'était tellement magique de découvrir notre bébé. Je ne donnerais ma place à personne même contre tout l'or du monde. » A cet instant que peut-il demander de plus ? Rien. C'est un homme comblé, amoureux de la plus belle des femmes, et en plus il va devenir père. Et maintenant la nouvelle mission du couple, après cette avalanche d'émotion, va être : annoncer cette future naissance à tout le monde. Pour commencer à la famille de Gus qui semble avoir abusé des messages SMS et des messages vocaux à cause du silence de leur fils. Les Rinaldi doivent se faire un souci monstre et il est grand temps d'aller calmer leurs inquiétudes. De mettre des étoiles dans leurs yeux. Une petite fille va faire d'eux des grands-parents et le restaurateur se doute que leur bonheur va être des plus intenses. Eux qui ne le sont toujours pas. Leur fils va inaugurer ce rôle. Il sait par avance qu'ils vont être fiers et qu'ils ne cacheront pas leur joie. Et une fois tout le monde averti le couple rentrera fêter cette nouvelle dignement en s'octroyant un moment intime. Il veut voir combien les hormones de sa compagne vont être en ébullition maintenant qu'elle a pleinement conscience de sa grossesse. « Tu ne me causeras pas de problèmes. On mérite ce moment et tu le mérites encore plus que moi. Je vais être aux petits soins ma belle. » Il n'avait pas vu les cinq premiers mois, il comptait bien profiter des quatre derniers. Tout partager avec celle à qui il demandera de devenir un jour sa femme. Parce que cette future natalité va finaliser cette envie. Il n'y pensait pas encore réellement. Mais avec l'arrivé de leur fille, il se dit qu'il va se faire un devoir de poser un genou à terre. A savoir si la belle va vouloir porter le nom de Rinaldi.

En tout cas ils prennent autant de plaisir à se titiller. « J'aime l'acte et là pour le coup la finalité de la chose. Et si la grossesse te rend plus en demande et plus gourmande et bien je me ferais un plaisir et un devoir de te satisfaire à toute heure du jour et de la nuit. » Gus ne dire jamais non à une joute charnelle et encore moins quand cette joute est partagée avec la plus délicieuse des amantes. « Je sens que pour les mois à venir je vais devoir me gaver de vitamine. » Et il se met à rire. Mais l'idée de ne pas dormir parce que Vera lui fait l'amour est des plus plaisante. « Je ferais des micro sieste entre la cuisson de mes plats. En essayant de ne pas finir le nez dans la casserole.  » Et il se met à rigoler. Mais il a une bonne équipe alors les quatre mois à venir ne lui font pas peur. Ni les autres qui suivront. Et il compte être présent pour sa belle. Il va assumer et assurer son rôle de père. Il démarre la voiture et au feu rouge bébé se fait remarquer. Il laisse la cantatrice lui prendre la main et la poser sur son ventre. Elle presse sa paume contre son ventre arrondi et d'un coup. « Merde ..  oui je la sens .. c'est .. » Et le feu repasse au vert. La voiture derrière klaxonne. « Ok j'y vais.. » Il ouvre sa fenêtre pour passer la tête.  « Désolé mais bon ma fille vient de bouger. » A peine fier quand il dit ses mots. Puis il se retourne vers Vera. « Elle bouge toujours ? » Mais il se doit de garder ses mains sur le volant. Prudence oblige. « Elle a raison de faire savoir qu'elle est là. Elle aurait pu le faire plus tôt cela ne m'aurait pas dérangé. » Il sourit. « La puce tu peux danser comme tu veux dans le ventre de ta maman. Parce que ton papa il veut encore te sentir. » Et ils arrivent à la trattoria. « Tu es prêtes ? » Il sort de la voiture et en fait le tour pour ouvrir à Vera. Une fois sortie il lui prend la main et ils entrent dans la trattoria sourire aux lèvres.

Ils ont à peine franchi la porte que sa mère vient vers eux et prend Vera dans ses bras. « Mes petits vous nous faisiez faire du souci. » Puis elle la regarde et lui caresse les cheveux. « Tout va bien Vera. Tu me sembles changer ? Un souci. » « Non mama pas de souci. Vera va même très bien. » Ils sont rejoint par le père de Gus et même le personnel faut dire que vu l'heure tous les clients sont partis. A part une famille de quatre fidèles clients de la première heure. Tout le monde les regarde impatient et Gus qui fait traîner les choses. « Je vous jure que tout va bien. » Et il vient passer naturellement sa main sur le ventre que sa douce dévoile. « On va juste avoir un bébé. » Tout le monde reste bouche bée. C'est son père qui se met à pleurer en premier. « Tu te fous de nous. » « Non papa je suis très sérieux. » « Tu vas me donner un petit fils ma belle. » Il vient à son tour prendre Vera dans ses bras. « Non une petite fille papa. » « Je suis encore plus heureux alors. » Embrassades, félicitations, accolades tout le monde est aux anges et bien sur les bouchons de champagne sautent alors que les larmes de joie inondent tous les regards. « A vous deux les enfants et à ce futur bébé. On est fier de vous. » Gus fait le bilan du service avec son second pendant que Vera papote avec ses parents. Ils l'ont accaparé mais il sait que c'est pour la bonne cause. « Je vous laisse gérer ce soir, je vais m'occuper de mes deux femmes. » Et après cet instant d'émotions intenses le couple repart de la trattoria pour savourer en toute intimité ce moment. « Tu as fais vraiment des heureux avec cette grossesse. » Il lui sourit.   « Tu vas le dire quand à Winston ? » Il espère que le gamin sera heureux de savoir qu'il va avoir une petite sœur. Et les voilà en route pour la villa de Vera.  



L'AVENIR

s'écrit dans la vie qui grandit.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1582 - Points : 2618
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Mar 7 Juil 2020 - 10:42 )
Un sourire triste se dessina sur le visage de Vera quand il parlait de son ancien mari. Elle n’aimait pas parler de lui non, elle ne supportait pas de pensée à lui non plus. Elle le détestait, de l’avoir fait sentie aussi misérable toutes ces années. Une crise cardiaque avait été sa providence, sinon… Elle ne sait pas où elle serait. Probablement pas au bras de l’homme qu’elle aime avec un nouvel enfant en route. Pas une issue de viol et de maltraitance, une surprise, mais déjà aimé. Winston était malgré tout et resterait sa plus grande fierté même s’il allait devoir partager un peu sa mère avec sa sœur. Elle lui dirait, peut-être ce soir s’ils ne rentrent pas trop tard de la Trattoria. Il allait falloir l’annoncer aux parents d’Augusto, les siens le sauraient probablement par Winston et cela n’était pas plus mal. Elle ne leur avait pas parlé depuis plus d’un an maintenant : n’ayant pas besoin d’eux.

“Décidément… Tu es l’homme parfait de Da Vinci. Sous toutes les coutures.” Dit-elle avec un air malicieux : retrouvant son sourire plus joyeux. Un pas à la fois. Se répéta-t-elle. Oui. Chaque chose en son temps, elle devait profiter de l’instant présent.

Et il était certain qu’Augusto allait la ramener sur terre si jamais elle divaguait. Insatiable comme au premier jour, c’était comme si leurs corps voulaient rattraper les années perdues. Et il y en avait eu quelques-unes au compteur : assez pour vouloir savourer entre plus ces instants à deux.

“Fais attention à ce que je ne te prenne pas au mot, tes commis de cuisine vont me détester si je t’épuise trop !”
Elle imaginait déjà la scène, encore plus quand Augusto se mit à expliquer comment il comptait faire ces micros siestes. Elle se mit à rire, ce qui réveilla enfin la princesse qui se mit à tambouriner dans le ventre de sa maman.

Vera avait oublié cette sensation… Elle en avait oublié les émotions. Notamment, parce que le père pouvait le sentir également. Augusto semblait plus qu’enclin à la sentir également et cela ne faisait que mettre de l’huile sur le feu pour elle. Dans le bon sens du terme. Il n’a cependant pas le temps de savourer le moment puisque déjà, la lumière passe au vert et les voitures derrière ne semble pas comprendre ce qui se passe dans l’habitacle de la voiture. Elle rigola à nouveau en essuyant quelques larmes de joie sur ses joues en l’entendant prévenir les gens de derrière de pourquoi il n’avançait pas.

“Oui, toujours.” Elle regarda son ventre avec amour en caressant là où sa fille semblait vouloir communiquer. “Moi non plus, mais il semblerait qu’elle soit la digne fille de sa mère : prévenir à la dernière minute de quelque chose.” On ne pouvait pas réellement dire qu’elle était douée pour cela de son côté. Sauf quand il était question de représentation. “Qui sait, elle se prépare déjà pour monter sur scène.” A bouger comme ça, Vera se demandait ce qu’elle faisait à l’intérieur.

Devant le restaurant, elle attrapa la main d’Augusto pour sortir de la voiture. Hochant la tête, elle lui fit signe de passer devant. Si elle rentrait en première : ils verraient tout de suite son ventre. Elle le cacha d’ailleurs avec son manteau comme elle l’avait fait un peu plus tôt avec Augusto. Une chose bien difficile à dissimuler quand la mère de Gus la prend dans ses bras. Souriant tendrement, elle passa son bras autour d’elle : laissant la couche du vêtement entre elles pour garder le secret le plus longtemps possible.

“Tout va bien, je vous le promets.” Toujours ce vouvoiement, elle allait devoir arrêter en vue de la tournure sérieuse que prenait sa relation avec la prunelle de sa vie comme elle appelait Augusto. Son compagnon remit une couche pour bien certifier que non, tout allait bien. Elle enleva le manteau finalement pour montrer la rondeur à son ventre : encore émue. Le silence s’installe dans le restaurant : “Surpriiiiiiiiiiise.” Enchérit Vera en attendant une réaction de leur part.

Et quelle réaction. Le papa de Gus ne semble pas croire à cette nouvelle : comment le blâmer ? Même elle n’arrivait toujours pas à croire à une telle chose. C’était… Irréel ! Presque trop beau pour être vrai. Elle le serra dans ses bras, fronçant un peu les sourcils quand il demanda si c’était un fils. Est-ce que cela important ? Ces mots, à quelques choses prêtes, étaient les mêmes que ceux dit par son mari. Un souvenir qui la frappa de plein fouet et qui lui fit perdre son sourire un peu. Augusto prit les commandes heureusement et précisa le sexe de l’enfant. Retenant sa respiration en attendant la réaction des futurs grands-parents : la petite fille se mit à bouger pour faire revenir sa maman à la réalité. Surprise, elle plissa ses yeux et posa ses deux mains sur son ventre. La maman de son bien-aimé s’empressa de mettre les mains également et rigola de joie en pleurant : bientôt suivis par le papa. Qu’ils profitent, Vera ne les laissera pas faire aussi facilement la prochaine fois. Elle se souvenait ne pas supporter qu’on touche son ventre durant sa dernière grossesse et cette sensation revenait sur le tapis.

Les bouteilles ouvertes, les toasts fait, Vera se contente de boire son eau en les voyant tous papoter sur l’enfant. Assise entre les parents de Gus, elle laisse son bien-aimé parler avec son second : non sans le regarder pour admirer ses formes. Le débriefing terminé, elle se leva et remercia tout le monde en prenant dans ses bras ceux qu’elle connaissait le plus avant de sortir en faisant des signes de la main. Dehors, elle prit une longue inspiration :

“Pour sûr que mes parents n’auraient pas réagit comme ça.” Encore moins à l’annonce que c’était une fille. “Ton père… Il n’est pas déçu que ça soit une fille hein ?” Vera n’arrivait pas à s’enlever ces mots de sa tête. Comme si elle aurait dû faire un garçon. C’était probablement une mauvaise impression, un mauvais souvenir qui se calquait au présent. Dans la voiture, elle répondit à sa question sur Winston : “Il a son premier examen aujourd’hui, travaux pratiques : je comptais l’appeler ce soir pour lui demander comment ça s’est passé. Il sera bien content de te dire ce qu’il a servi à ses professeurs. On pourrait lui annoncer après ?”

En regardant la route jusqu’à chez elle, Vera réfléchissait et c’est presque naturellement qu’elle sortit :

“Je sais qu’on avait parlé d’emménager ensemble… Est-ce que tu veux qu’on cherche une maison ou un appartement à nous ? Pour partir de zéro avec notre petite fille ? Je n'ai pas envie de l’élever dans la villa où je suis actuellement. Je comptais la mettre au nom de Winston dès qu’il est en âge."


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Augusto Rinaldi10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Augusto Rinaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t1700-comment-vivre-quand-une http://www.ciao-vecchio.com/t3996-penser-a-l-avenir-si-c-etait-la-seule-porte-de-sortie-gus
Faceclaim : Jon Kortajarena © Electric Soul (vava) frimelda (sign) / Ingrid (crackship)
Messages : 5630 - Points : 10115
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 3d97d1af8d93cb6da8e8c91cb85527ef0efb2770
Âge : 33 ans né le 17/09/1987
Métier : Restaurateur. Il a repris l'affaire familiale. .
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Mar 28 Juil 2020 - 15:48 )
1 + 1 = 2 Non 1 + 1 = 3feat Vera
La fierté de Gus se lit dans son regard, sentant dans sa voix. Il est heureux et ne donnerait sa place à personne. La grossesse de Vera, même s’elle arrive sans que le couple ne s’y soit attendu et préparé, est un cadeau. Et il compte bien profiter de tous les instants qui vont précéder l’accouchement. Et il va commencer dés ce soir en accordant à sa femme et à sa fille à venir, tout le temps qu’il se doit. La trattoria est entre de bonnes mains, Vera pense avant tout. Il veut la voir épanouie et heureuse. « Non je suis juste un homme très amoureux de sa femme, et je veux savourer chaque seconde à tes côtés pour voir notre fille grandir dans ton ventre, avant de pouvoir la tenir dans mes bras. » Il va la couver, la dorloter et la câliner dés qu’il en aura l’occasion. Et il va s’amuser à vérifier ce que Vera lui a dit par rapport aux hormones. Il risque même de devenir adorablement joueur sur ce point là et titiller sa belle à la moindre occasion. « Mes commis n’ont pas intérêt à dire quoi que se soit à ce sujet. Sinon ils savent qu’ils finissent à la casserole. » Il se met à rire, il a toujours tout fait pour que l’ambiance soit des plus harmonieuse en cuisine. Tout comme au temps de son grand père ou de son père. Respect et confiance ont toujours été le maitre mot et ses employés savent que Gus en ferait de même pour eux. Alors il n’y aura aucun soucis à ce qu’il s’absente un peu plus pour s’occuper de sa belle cantatrice et de leur futur enfant.

Et là pour rendre le chemin jusqu’à la trattoria plus émouvant, juste à un feu, bébé se met à bouger. De quoi rendre gaga le futur papa qui se retrouve ému comme un gamin. Gus n’est pas le seul, Vera aussi est bousculée par cette petite danse. Mais le feu passe au vert et le cuisinier est bien obligé de démarrer, de plus les voitures derrières s’impatientent, même s’il explique tout simplement la situation. C’est un papa qui découvre quelque chose de magique et il aurait aimé en profiter un peu plus. Surtout que le bébé bouge encore. « Même de dernière minute cette surprise a été des plus agréables. La plus belle surprise de toute ma vie. Tu peux m’en réserver des tonnes de cette intensité. » Il lui sourit gardant un œil attendri sur sa belle. « Enfin ne va pas croire que je veux des tonnes d’enfant surprise ... Mais tu peux me faire des surprises quand tu veux. Qu’importe le genre. » Il se dit que lui aussi devrait lui en faire plus souvent. D’ailleurs pas mal lui passe par l’esprit à cet instant alors qu’ils arrivent à la trattoria. « Et pour la scène elle a le temps. » A présent se sont ses parents qui vont en avoir une belle. Gus sait qu’ils vont sauter au plafond. Ils ne veulent que le bonheur de leur fils. Et à présent le bonheur de Vera.

Et la réaction est des plus bouleversantes, les parents du cuisinier laissent éclater leur bonheur. Les étreintes, les embrassades, et les larmes marquent ce moment familial. Oui Gus a une belle famille et à présent elle va s’agrandir. Vera et Winston s'y sont rajoutés naturellement et puis le bébé à venir, il est un homme comblé. Quand il repense à certains évènements de son passé, il se dit qu’il est vraiment chanceux d’avoir croisé Vera. Et ils fêtent tous cela dignement en ouvrant du champagne. Après avoir donné les dernières consignes le cuisinier prend congés de son personnel, il sait que tout se passera sans problème et puis ses parents lui assurent qu’ils seront là s’il le faut. Gus et Vera finissent par dire au revoir et par sortir. Il a juste envie de se retrouver avec la femme de sa vie et de profiter de ce bonheur qu’elle lui offre. « Ils ne t’ont pas faits peur au moins. C’est vrai qu’ils sont parfois un peu trop démonstratifs. » Il lui sourit alors qu’ils se dirigent vers la voiture. « Oh non il n’est pas déçu. Il va être gaga de sa petite princesse. Et puis il a déjà un petit fils avec Winston car il aime ce gamin. Ne t’en fais pas, ils sont heureux pour nous. » Il serre Vera dans ses bras comme pour la rassurer. Puis ils montent en voiture. « Ok et je serais ravi de découvrir quel plat il a fait. Encore un qui va être aux anges. » Il en est sûr que le gamin va sauter de joie à la nouvelle, il ne le voit pas faire une crise de jalousie, vu comme il a poussé Gus a allé vers sa mère au moment de la croisière. Bon il sera surpris comme tout le monde, mais heureux. C’est certain.

Gus démarre la voiture et les voilà partis, direction la villa de Vera. La belle profite du trajet pour revenir sur un sujet qu’ils avaient abordé. « Oui on avait en effet abordé le sujet. Je pense qu’une villa sera mieux, avec un jardin si c’est possible. J’ai un client agent immobilier .. » Il la regarde. « Et je lui en ai déjà un peu parler. Enfin je voulais surtout savoir combien je pourrais tirer de mon appartement. Vu qu’il ne me servira plus. Il a déjà deux couples intéressés. Après je suis entièrement d’accord pour la villa, il est logique qu’elle revienne à Winston. Je peux en parler à mon client si tu veux la mettre en location en attendant. Pas tout le temps mais pour les vacances et en été, tu mettrais l’argent de côté pour Winston. Et elle ne resterait pas vide. »  Au moins le temps des études du gamin. « J’ai de l’argent de côté et la banque m’a assuré qu’il n’y aurait pas de souci pour un prêt. Alors oui on peut regarder pour un chez nous mon ange. On va bâtir notre cocon. Et il n’y aura que de l’amour dedans. » Il se gare devant l’entrée de la villa, sort et fait rapidement le tour pour ouvrir la porte à Vera. A peine elle est sortie il l’enlace et l’embrasse. « Après si cela traine trop pour trouver notre futur nid et que tu ne veux pas être ici on pourra s’installer dans mon appart, en attendant qu’il soit vendu. L’essentiel c’est que tu te sentes bien. Moi du moment que je suis avec toi je serais bien partout. » Il l’embrasse à nouveau, la serrant contre lui. « Je t’aime. » Puis ils rentrent.
 


L'AVENIR

s'écrit dans la vie qui grandit.
Revenir en haut Aller en bas
Vera VenezzioLe vin est un puissant lubrifiant social
Vera Venezzio
http://www.ciao-vecchio.com/t1068-in-nomine-patris-et-fil http://www.ciao-vecchio.com/t1108-some-people-steer-some-people-follow-vera
Faceclaim : Gal Gadot @jenesaispas
Messages : 1582 - Points : 2618
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Tumblr_inline_orjw63foiO1rifr4k_540
Âge : 36 ans
Métier : Chanteuse d'Opéra
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le Sam 1 Aoû 2020 - 18:57 )
Son rire ne met pas de temps à se joindre à celui de son aimé, du père de son enfant. Et la petite fille qui grandit en elle semble toute à fait ravie de cette entente presque parfaite entre ses parents qui malgré la surprise sont prêts à la recevoir dans leur monde. Vera se souvenait des gestes à faire avec les nouveaux-nés et savait déjà qu’elle prendrait beaucoup de plaisir à apprendre tout son savoir à Augusto qui allait être un merveilleux papa : elle le savait déjà. Il n’y avait qu’à voir tout ce qu’il faisait avec Winston pour le comprendre. Et puis il n’y avait qu’à voir la réaction lorsqu’elle bougea dans son ventre : il y avait de quoi tomber sous le charme de tant de douceurs. Vera se savait chanceuse et savoura ce premier instant.

“Je prends note, de te garder des surprises, mais de les faire bien moins dramatiques que celle-ci.”
Elle rigola doucement en caressant son ventre, puis elle reposa les bâtiments qui défilaient sous ses yeux jusqu’à la Trattoria.

À peine rentrée qu’elle fut assaillit de questions, d’inquiétudes : le tout fut calmé quand elle expliquait la situation. Augusto l’aida à confirmer que non, ce n’était pas une blague, elle était belle et bien enceinte et en dévoilant son ventre : elle le prouvait, le mettait en avant. Pour sûr que ce n’était pas une illusion avec un coussin ou autre : il y avait bien un petit être dans son ventre qui puisait sa force dans celle de sa mère. Une fois les célébrations passées, elle discuta un peu avec les parents du cuisiner le temps qu’il prépare tout pour ce soir avant de retrouver ses bras et de sortir du restaurant. Leur soirée pouvait commencer et quelque chose lui disait qu’elle ne se passerait pas avec beaucoup de vêtements.

“Pas du tout, c’est clairement plus de réaction que les miens ont eu quand j’ai annoncé pour Winston. Cela change, mais c’est du bon changement : je dois m’y habituer.” Vera était contente oui, de trouver une famille qui ne semblait pas sortie tout droit d’un film de science-fiction avec des robots à la place des humains. Elle se permet cependant de demander si son père n’était pas dessus concernant le sexe du bébé : car elle avait peur de ça. “Bon… D’accord…” Souffla-t-elle soulagée d’entendre cela. Hors de question que cette princesse grandisse avec cette pression sur ses épaules. Dans la voiture elle hocha la tête : “J’ai hâte aussi de savoir et comment ça s’est passé. Il adore sa vie en France en tout cas : jamais il ne reviendra.” Dit-elle en rigolant, même si un part d’elle était toujours un peu tiraillé à cette idée. “J’avais oublié que tu avais aussi beaucoup de contact.” Elle le regarda amoureusement alors qu’il décrivait ce qu’il avait en tête. “C’est une bonne idée oui, l’argent n’est pas un souci cependant, tu sais ? Entre la compagnie de mon ancien mari et mon métier : nous sommes à l’abri.” Oui, c’était leur argent.

Sortant de la voiture, elle hocha la tête : “Je me disais qu’on pourrait regarder à une vieille maison qui à du charme, un certain cachet hm ? Quelque chose de simple, mais de beau.” Elle profita de la proximité pour lui voler un baiser et se glissa volontiers dans ses bras. “Qu’est-ce que tu es parfait…” Souffla-t-elle en caressant sa joue tendrement. “Je t’aime aussi.” Avant de l’attirer à l’intérieur. À peine la porte fermer qu'elle commença à se déshabiller. Elle lui prit sa main et le tira à l’étage : “Avant que tu cuisines pour moi… J’ai besoin que tu m’ouvres l’appétit.”

La douceur de la soirée fut égale à leur amour, ce nouveau chapitre pouvait maintenant s'ouvrir.


You make me weak, you make me strong
Tu ne connais pas le sens de la perte, parce qu’on ne peut le comprendre que lorsque l’on aime quelqu’un plus que soi-même.
Will Hunting by Wiise
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(terminé) Kinder surprise. // Augusto - Page 2 Empty
Sujet: Re: (terminé) Kinder surprise. // Augusto ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- (terminé) Kinder surprise. // Augusto -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Hôpital de Maria di Loreto Nuovo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2