Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
Chargeur sans fil – Samsung EP-P1100 ...
Voir le deal
4.59 €
Le deal à ne pas rater :
Précommander le jeu Mario Kart Live Home Circuit
99 €
Voir le deal

 

- [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Les bureaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Luca Wang10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Luca Wang
http://www.ciao-vecchio.com/t7070-luca-wang-into-the-unknown http://www.ciao-vecchio.com/t7079-luca-wang-welcome-to-my-world#240251
Faceclaim : Woo Do Hwan ©Ealitya
Messages : 261 - Points : 966
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 4ga6Isf
Âge : 30 ans
Métier : Officier de police judiciaire
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Dim 31 Mai 2020 - 20:21 )



Friends can break your heart too



Tenue || Jamais, ô grand jamais, Luca ne s’était imaginé balancer de telles paroles à son ancien meilleur ami et en soit, jamais il n’aurait cru les penser non plus. Seulement lorsqu’il observait Francesco aujourd’hui, il réalisait qu’un homme comme lui n’avait jamais rien eu à faire dans sa vie et il constatait encore plus à quel point Nolan avait toujours eu raison. Ce n’était pas lui qui était minable et qui ne les valait pas, c’étaient eux qui ne l’avaient jamais mérité. Pourquoi aurait-il dû se reprocher ce qui était arrivé alors que lui il avait tout fait pour eux, il leur avait tout donné pour au bout du compte n’avoir le droit à rien en retour ? Certainement qu’ils avaient bien dû rire par le passé, que ça avait dû tant leur faire plaisir de lui sourire par devant pour le poignarder par derrière dés qu’il avait le dos tourné. Luca n’avait jamais cessé de valoriser leur amitié, au troisième mousquetaire et à lui-même, il croyait qu’ils avaient plus que les autres et qu’ensemble ils auraient pu vaincre monts et marais, c’était à ce point qu’il plaçait leur relation sur un piédestal. Jusqu’à aujourd’hui encore, malgré toute la souffrance que Francesco lui avait infligée, probablement que sa porte lui aurait été ouverte s’il avait débarqué chez lui, le cœur en miette et plein de désespoir. Probablement qu’il l’aurait écouté, sans pour autant le pardonner mais au moins il lui aurait offert une oreille attentive en mémoire au bon vieux temps qui n’existait plus… Mais son vis-à-vis avait choisi de piétiner cette amitié jusqu’au bout, de réduire à néant le peu d’estime que Luca avait encore pour ce dernier et l’avait convaincu de lui fermer désormais sa porte pour toujours. Il n’avait plus envie de se rabaisser devant un individu qui n’en valait finalement pas la peine ; hors de question de lui accorder la moindre attention quand de son côté Francesco n’en avait jamais rien eu à battre. Frustré, dégoûté, plein d’amertume, il n’y avait sûrement pas un seul mot qui pourrait décrire ce qu’il ressentait en cet instant. Il le détestait et en plus de regretter de l’avoir rencontré, il regrettait également de s’être déplacé aujourd’hui.

Luca songeait sérieusement à faire demi-tour et s’en aller, n’ayant plus rien à ajouter néanmoins la rétorque de son ancien camarade l’avait forcé à rester. Ses yeux sombres ne le quittaient pas du regard alors qu’il avait envie de rire nerveusement à ses propos… Il avait fallu qu’il lui crache le fin fond de sa pensée pour que Francesco fasse tomber ses barrières puis se souvienne soudainement qu’avant toute cette histoire, ils étaient amis. L’officier aurait pu l’interrompre, lui balancer une nouvelle fois en pleine figure qu’il n’avait jamais pensé cela auparavant mais que franchir la porte de son bureau, le voir jouer comme le dernier des abrutis en face de lui, lui avait fait comprendre ô combien il avait pu être « con », cependant il était resté silencieux. Francesco semblait avoir d’autres choses à dire donc il préférait le laisser parler plutôt que le couper. Et puis… « Tu ne supportes plus la douleur qui enchaîne ton âme ? » L’avait-il repris froidement, comme ce jour où il avait repris son ex-fiancée souhaitant savoir si elle regrettait. Était-il censé le plaindre ? Parce que son vis-à-vis se montrait enfin misérable devant lui, parce que ce dernier avait apparemment plus de regret que ce qu’il avait désiré exprimer auparavant, il devrait lui tapoter le dos et le rassurer, lui rétorquer que tout irait bien et que ce n’était pas grave ? Hors de question. « Mais tu ne t’en prends qu’à toi-même Francesco. » Non, certainement pas, Luca ne le réconforterait pas, il n’en avait pas envie. « C’est ta punition pour avoir agi comme un con. Si toi-même tu ne la supportes plus, alors qu’est-ce que je devrais dire ?! » Il avait été la victime de leurs conneries, il avait été celui qui en avait le plus pâti mais il s’était relevé, il s’en était sorti et il refusait de l’entendre lui, oser lui dire qu’il n’en pouvait plus. « J’ai toujours cru en toi, je croyais même encore en toi quand j’ai franchi cette putain de porte. » Sur ses dires, il avait désigné l’entrée du bureau de son doigt avant de replonger aussitôt son regard dans celui de son vis-à-vis « Mais qu’est-ce que tu veux que je te dise ? Je ne te crois plus. » Il n’en était plus capable et s’il devait éprouver de la peine pour celui qui avait été un jour son ami, il n’y parvenait pas en cet instant. « Si tu arrêtais de me prendre pour un idiot, on n’en serait pas là à présent, tu n’as que ce que tu mérites. » Comme Luca l’avait déjà pensé par le passé, Francesco ne récoltait que ce qu’il avait semé. Il avait joué la comédie parce qu’il espérait que l’officier le frappe ? Ce n’était que des conneries et surtout, c’était terriblement lâche. Lui n’acceptait pas un tel acte, et il le pardonnait encore moins.



CODAGE PAR AMATIS



Come and find me
When you’re standing on the edge, so young and hopeless, got demons in your head, we are, we are the colors in the dark ▬ Never tell yourself you should be someone else, stand up tall and say I’m not afraid, I’m not afraid
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Kidd (vava) & Lay (crackships)
Messages : 289 - Points : 601
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Mar 2 Juin 2020 - 18:26 )


Luca & Francesco
Les mots tombent. Et avec eux la dernière goutte d'espoir. Francesco il a imaginé ce jour, dans sa tête, ou il se retrouverait face à Luca. Il ne savait pas s'il aurait les couilles d'aller le trouver et de lui dire tous ses regrets. Le mal qu'il n'aurait jamais du faire. Le mépris qu'il n'aurait jamais du laisser naître. Ils étaient plus que des amis. Ils étaient comme des frères. Et Luca encore plus. Lui qui avait vu quand il allait mal. Lui qui lui avait donné des ailes et qui lui avait fait frôler des instants de liberté. Il a imaginé la scène, jamais elle ne finissait bien. Elle se teintait d'orage et de rage, pas de la part de Luca parce qu'il gardait son calme. Un calme que Francesco aurait aimé voir disparaître. Comme il aurait aimé ses poings sur son visage. Des poings qui auraient cabossé son cœur de salopard. Indigne de l'amitié offerte ce soir là dans cette bibliothèque. Putain qu'il a été con. Mais on ne peut réécrire le passé. On peut juste sauver le présent, voir l'avenir quand on réagit logiquement. Mais voilà le PDG avait beau avoir jouer cette scène des milliards de fois. Avoir appris à peser ses mots. Avoir chercher à tourner ses phrases. Avoir appris à ravaler sa putain de fierté de mec pourri. Là il a juste enfoncé le clou un peu plus. Et fait surgir l'irréparable. Le peu qui avait à sauver il vient de le liquéfier. De le pulvériser. De le lobotomiser.

Et les mots tombent. Et ils font mal. Ils détruisent le peu qui reste. Mais Francesco n'est sûrement pas celui qui souffre le plus des deux. De toute façon sa souffrance elle est justifiée, amplement méritée. C'est dans les flammes de l'enfer qu'il finira. Il le sait et il l'accepte parce qu'il n'a rien fait pour y échapper. Même là alors qu'il aurait du faire profil bas, il a juste jeter de l'huile sur le feu. Il voulait provoquer la colère de Luca. Un ouragan. Une tempête. Il n'a qu'un froid glacial. Il sent bien Francesco que les mots de Luca signe la fin de l'entrevue. Signe la fin de tout. Leur amitié était déjà bien ébranlée, là elle devient inexistante. Le raz marée de sa connerie a fini de tout raser. Entre eux c'est juste un désert. Une étendue infertile. Plus un sourire n'y fleurira. Plus une trace de complicité ne poussera. Juste le vide. Et la douleur qui s'étale comme un poison. Il a tout perdu. TOUT. Pourtant il essaie de le retenir. Il sait qu'il ne se rachètera pas. Il tente juste. Parce qu'il sait que Luca a un cœur. Un cœur bien meilleur que le sien. Un cœur pur. Trop même. Et lui il l'a piétiné. Lui et pas Serena. LUI. Juste lui. Parce qu'il comprend que ce qui lui a fait le plus mal c'est leur amitié que Francesco a envoyé bouler. Jeter à la poubelle comme une vulgaire merde. Alors qu'elle comptait pour Luca. Et c'est trop tard. Mais il tente. Un dernier filet à la mer avant la noyade. TOTALE.

Luca lui fait face. Le regard sans un seul éclat de vie. Il l'écoute. Mots de désespoir. Trop tard. Douleur violente, récurrente. Plus d'espoir. Leur amitié a eu du bon. Mais lui le play boy a joué le jaloux. Francesco avoue. Il voulait pousser Luca à bout. Mais Luca sur le coup a été le plus fort. Il n'est pas tombé dans le piège de la colère. Et sa froideur a fait bien plus de mal que la rage. Et le froid de sa voix glisse dans ses veines gelant tout sur son passage. Âme damée à devoir garder cette épine gelée dans le cœur. Il faudra vivre avec Francesco. Vivre avec ce trou que tu as toi même ouvert. Et qui ne se refermera jamais. Et en retour le PDG écoute sans broncher. Le regard baissé. Luca ne s'énervera pas. Luca ne donnera pas de douleur physique pour apaiser son cœur. C'est la réalité et elle s'impose avec force. Intérieurement il s 'effondre. Qu'a t-il fait ? Il est trop tard. Il a tout perdu. Un ami. Un frère. La meilleure part de lui. Il y avait un peu d'espoir quand Luca est arrivé. Mais là il ne reste rien. Lui même a causé sa perte. Lui même a entraîné sa chute. Mais des deux Luca reste celui qui souffre le plus. « J'ai signé mon arrêt de mort. » Il parle bas n'osant toujours pas lever le regard. « Luca. » Il relève les yeux. « Tu es un mec bien et je ne te méritais pas. Je ne t'ai jamais mérité. Je t'ai fais souffrir tu ne le méritais pas. Serena non plus. Parce que là aussi j'ai fais n'importe quoi. Et j'en ai rajouté une belle couche aujourd'hui. » Il soupire las. Il ne sait pas trop ce qu'il attendait au fond en réagissant de la sorte. Peut être à ce que Luca lui balance ses quatre vérités en pleine gueule. Qu'il lacère son cœur. Son âme. Son être tout entier. « Je te souhaite tout le bonheur du monde. Tu le mérites. Vraiment. Moi je ne récolte que ce que j'ai semé comme tu l'as dis. » Plus d'amis. De vrais et sincères. Vu que la plupart c'est sa fortune qui les attire. Plus d'avenir. Marié bientôt à une femme qu'il n'aime pas. Et  à laquelle il sera obligé de faire des gosses pour la continuité du nom des Grimaldi. Luca l'aurait aidé à surmonter tout ça. A passer au travers. Luca lui donnait des ailes. Et là il ne reste que leurs moignons dans son dos. Et l'argent pour combler le vide. Beaucoup d'argent. « Prends soin de toi. » Et il retient ses larmes. Il sait qu'une fois la porte passée. Son bureau deviendra un trou noir. « Adieu Luca. » Pas de au revoir. Juste un adieu. Une fin définitive. Pas une parenthèse qui pourra se rouvrir. Juste un fin glaciale pour un avenir noir et vide de chaleur humaine.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Luca Wang10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Luca Wang
http://www.ciao-vecchio.com/t7070-luca-wang-into-the-unknown http://www.ciao-vecchio.com/t7079-luca-wang-welcome-to-my-world#240251
Faceclaim : Woo Do Hwan ©Ealitya
Messages : 261 - Points : 966
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 4ga6Isf
Âge : 30 ans
Métier : Officier de police judiciaire
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Mar 2 Juin 2020 - 20:03 )



Friends can break your heart too



Tenue || S’il y avait bien une chose que Luca ne supportait pas, en plus de celle d’être pris pour un idiot, était que son ancien meilleur ami ose se morfondre devant lui. Fut une époque où peut-être il l’aurait plaint et l’aurait soutenu quelles que soient ses fautes néanmoins certainement pas aujourd’hui… Après tout le mal qu’il avait causé, après cette amitié qu’il avait brisé sans la moindre honte, il ne s’en prenait qu’à lui-même et n’avait pas le droit de pleurer sa souffrance. Parce qu’il l’avait cherché et que l’officier espérait bien qu’il ne soit pas heureux et qu’il regrettait amèrement ses actes. Comme il l’avait rétorqué à Serena, il espérait sincèrement Francesco s’en mordait les doigts actuellement, qu’il s’était réellement remis en question et qu’il regrettait. Est-ce que ça changerait quelque chose pour lui que le jeune homme le fasse ou non ? Pas vraiment. Cependant, aussi cruel que cela puisse être, il n’avait pas envie de le voir resplendir de bonheur sous ses yeux alors qu’il avait détruit, piétiné leurs années d’amitié et qu’en plus de cela, il avait osé jouer encore de lui en ce jour. Certes, le PDG s’était rétracté, il affichait enfin ses vrais sentiments et ô combien il paraissait être bouffé par les remords toutefois selon Luca, c’était beaucoup trop facile. S’il n’avait rien dit, s’il n’avait pas parlé du fait qu’il souhaiterait renier leur rencontre et tout oublier, le troisième mousquetaire aurait certainement continué de le traiter comme un moins que rien, comme s’il n’était qu’un déchet et qu’aucun moment de leur histoire n’avait compté. Luca lui faisait confiance, réellement et ce, malgré toute cette rancune qu’il pouvait éprouver à son égard, il avait continué de croire en ce garçon, croire que même si ce dernier avait mal agi, leur amitié signifiait quelque chose toutefois Francesco avait piétiné cela. Encore et encore. D’accord, il avait ses raisons et quand on connaissait l’énergumène, on pouvait facilement deviner qu’il ne mentait pas, puisque de tous les trois, c’était lui le plus stupide, aussi le plus lâche. Et l’entendre se plaindre puis lui avouer avoir eu envie que Luca le frappe, le mette plus bas que terre, évidemment que ça avait frustré celui-ci. Qu’est-ce que ça changerait qu’il le tabasse jusqu’à n’en plus pouvoir ? Est-ce que ça soulagerait sa douleur ? Est-ce que ça effacerait le mal que cet imbécile avait fait ? Aucunement. S’il souhaitait être puni de ses conneries, il n’avait qu’à subir cette souffrance poignante qui lui broyait l’âme et l’empêcher de respirer correctement.

Son regard s’était aussitôt redressé en direction de son interlocuteur face à ses propos, un soupir quittant machinalement ses lèvres alors qu’il se retenait sincèrement de ne pas lui en mettre une. Non pas parce que Francesco lui avait demandé, mais parce qu’il en avait marre de le voir jouer les victimes. Son arrêt de mort ? Sérieusement ? Est-ce que Luca était allé jusque là ? Jamais. Hors à croire que c’était plus facile pour son vis-à-vis d’entendre que ce qu’il souhaitait et choisir la route la plus simple, comme toujours… Sans l’interrompre il continua de l’écouter cependant, le fixant, alors que le jeune homme disait enfin quelque chose de concret : Luca ne méritait pas cela. Toutefois si ce dernier n’avait pas relevé, il n’était pas d’accord avec le reste parce que son ex-fiancée aussi n’avait eu que ce qu’elle méritait. Evidemment qu’il en avait voulu à Francesco de ne pas avoir assumé ses conneries, d’avoir bousillé une amitié pour une femme qu’il avait abandonné trois mois après cependant il était content que le karma l’ait rattrapé elle aussi. Ni Francesco ni Serena n’avait amplement conscience de la souffrance qu’ils avaient infligé au jeune homme car il allait bien aujourd’hui hors ils n’étaient pas à ses côtés quand il touchait le fond, quand il se noyait et qu’il s’insultait à longueur de journée parce qu’il avait honte de l’homme qu’il était. Alors oui, ils méritaient tous les deux ce qui leur arrivait et les voir sans cesse se comporter comme des lâches, fuir leurs responsabilités, le fuir lui parce que c’était la facilité, ça le mettait hors de lui. Et c’était probablement le pourquoi, à nouveau, il n’avait pas été en mesure de contenir ce poing qui s’était élancé puissamment dans la figure du plus vieux, une froideur extrême étincelant à l’intérieur de ses prunelles. « Adieu ? Tu viens vraiment de me dire ça ? » Il rigola nerveusement sur ses propos avant de le juger de ses yeux sombres. « Tu es pitoyable et tellement lâche. » Pire encore. « Parce que tu crois sincèrement que je vais t’être reconnaissant de me souhaiter d’être heureux, de prendre soin de moi et me faire des adieux ? Ce ne sont que des mots et avec toi, ça a toujours été comme ça, toujours des belles paroles. Mais à part ça, dis-moi, qu’est-ce que tu as fait pour moi ? » Francesco désirait avoir ses quatre vérités, voilà qu’elles arrivaient à présent et ce, même si Luca continuait d’être calme, seuls sa rancœur et ce ton glacial sortait de sa bouche. « Et maintenant tout ce que tu trouves à me dire, c’est adieu et que tu as signé ton arrêt de mort ? » C’était une belle blague, que des conneries et probablement que oui, il devrait en rire. « Mais t’as pas intérêt à crever sinon je te jure que je viens te chercher dans ta tombe et je te finis moi-même ! » Certes, ce n’était pas ce que son ancien ami avait dit cependant lui l’avait connu dépressif et c’était sa manière de lui faire comprendre qu’il n’avait pas intérêt de choisir encore une fois la facilité parce que ça, Luca ne le lui pardonnerait jamais. Il était temps pour son vis-à-vis d’arrêter de se morfondre sur son sort, d’afficher cet air de chien de battu devant lui et qu’il assume ses conneries. S’il avait un tant soit peu tenu en son amitié, ce n’était pas avec de tels mots qu’il le lui prouverait.



CODAGE PAR AMATIS



Come and find me
When you’re standing on the edge, so young and hopeless, got demons in your head, we are, we are the colors in the dark ▬ Never tell yourself you should be someone else, stand up tall and say I’m not afraid, I’m not afraid
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Kidd (vava) & Lay (crackships)
Messages : 289 - Points : 601
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Lun 8 Juin 2020 - 17:12 )


Luca & Francesco
S'il y avait eu une palme d'or de la bêtise, Francesco l'aurait reçu au moment même ou il a ouvert la bouche. Surenchéri d'une palme d'or de la  connerie, de la lâcheté et de l'ingratitude. Le PDG a fait vraiment fort sur ce coup là et le rôle qu'il tient n'est pas celui qu'attend Luca. Quand il le comprend, il est trop tard. Bien sur il essaie de se rattraper quand il sent que tout lui échappe. Il a joué la mauvaise carte, et là il se prend en pleine gueule ce qui lui pendait au nez depuis trois ans. Avec en prime un Luca plein d'assurance, droit, méprisant, qui ne se laisse pas avoir par les regrets énoncés, par les remords silencieux, par des excuses qui arrivent, un peu tard. Francesco parle de cette douleur morale qui le ronge et qu'il voudrait soulager par des coups. Mais Luca ne lui donne pas cette satisfaction. Il ne rentre pas dans son jeu. Après tout le PDG mérite ce qui lui arrive, il avait qu'à réagir en ami au lieu d'agir par jalousie. Pas d'éclat de voix. Pas de bagarre vengeresse. Juste du mépris orné d'un regard froid. Des mots choisis et tranchants. Quelques gestes précis. De quoi porter bien plus atteinte à la dignité de Francesco que si une pluie de coups s’abattait sur lui. Le tout est savamment distillé par un Luca qui garde la tête haute et qui reste digne. Il aligne juste les faits, les relève et  les réajuste, sans sortir une seule fois du chemin qu'il s'est fixé depuis qu'il a poussé la porte du bureau. Pas une parole plus haute que l'autre. Pas un trait de chaleur humaine dans ses yeux. Son comportement achève Francesco, il aurait tellement préféré la colère et la rage, au mépris et la distance. Ce comportement lui retourne au final bien plus le cœur et les tripes, qu'une avalanche de coups ou de mots vulgaires. Alors il essaie de faire amande honorable. Se jeter aux pieds de Luca ne servirait à rien. Lui dire adieu peut être. Parce que pas certain qu'il voudra le revoir. A cet instant le PDG ne sait pas comment se faire pardonner. Peut être qu'il aurait du y penser à peine son ami a franchi le seuil de son bureau. Peut être qu'à ce moment là, même après trois ans, il y aurait eu une possibilité d'un pardon.  Mais là tout semble vraiment perdu. Irrécupérable.

Mais encore une fois, Francesco agit comme un triple idiot. Et si Luca l'écoute, c'est un coup de poing fracassant qui s'abat sur son visage une fois qu'il a prononcer sa dernière syllabe. Il est tellement puissant que son nez se met à saigner. Tachant un peu plus sa belle chemise, mais il ne dit rien. Il porte juste ses mains à son visage et reste bloqué sur place. Sous les mots de Luca qui ne l'épargnent pas, alors que son sang glisse entre ses doigts. Mais il s'en moque, il est plus préoccupé par ce que lui dit son ami, enfin son ancien ami. Bon le coup de l'adieu, le soit heureux et le prends soin de toi, restent en travers de la gorge du policier. « J'ai rien fais pour toi. Enfin rien de positif. » Triste et véridique constat, contre lequel il ne peut rien faire, sur lequel il ne peut revenir. Il n'a pas été là comme Luca avait été là pour lui. Il l'avait soutenu, lui permettant de ne pas couler, de ne pas mettre fin à sa vie. Alors que lui il avait juste planter un couteau dans son dos. « Je pensais que se dire adieu était la meilleure solution. » Mais Luca ne voit pas les choses dans la même optique. « Je n'ai pas l'intention de crever. » Cette idée il l'avait eu plus jeune, mais il s'en était sorti grâce à Luca. A présent elle ne l'effleurait plus. Et encore moins avec les mots prononcés. « Je sais que tu serais capable de descendre en enfer pour que je vive avec cette douleur intense. Je sais qu'elle n'est pas aussi puissante que celle que tu as éprouvé et que tu éprouves encore. J'ai été maladroit. Et je suis impardonnable. Encore plus aujourd'hui vu mes réactions. Je m'en veux, mais je pense que tout ce que je dirais ne plaidera pas en ma faveur. » Francesco lève de ses mains de son visage, il attrape quelques mouchoirs en papier dans la boite sur son bureau pour s'essuyer. Puis il se tourne vers Luca. « Dis moi ce que tu attends de moi ? Ce que je dois faire ? Je sais que je suis impardonnable. J'ai eu tord, je m'en veux profondément. J'ai merdé et je porte le poids de mon erreur depuis trois ans. Pour Serena j'ai paniqué. Ok je n'ai pas eu de couille. C'est surement ce que tu veux entendre. J'ai été lâche, égoïste, con. Je mérite ton mépris. » Que dire de plus, le mal est fait, et Francesco sait que rien ne l'effacera. Que rien ne l'atténuera. Même après trois ans. Il se sent mal, et il ne sait pas comment rattraper le coup. Est ce seulement rattrapable ? Il en doute Francesco et il comprendrait Luca s'il ne lui laissait aucune chance. De toute façon il a bouffé son quota niveau chance et pardon.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.


Dernière édition par Francesco Grimaldi le Sam 13 Juin 2020 - 12:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luca Wang10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Luca Wang
http://www.ciao-vecchio.com/t7070-luca-wang-into-the-unknown http://www.ciao-vecchio.com/t7079-luca-wang-welcome-to-my-world#240251
Faceclaim : Woo Do Hwan ©Ealitya
Messages : 261 - Points : 966
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 4ga6Isf
Âge : 30 ans
Métier : Officier de police judiciaire
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Lun 8 Juin 2020 - 21:00 )



Friends can break your heart too



Tenue || En effet, Francesco n’avait jamais rien fait pour lui, tout comme Serena d’ailleurs… Comme quoi, encore une fois, ils ne valaient vraiment pas mieux l’un que l’autre. Luca s’était démené pour eux, il leur avait tout donné, son corps, son cœur et même son âme néanmoins ça n’avait toujours été que dans un seul sens. Puisque tout ce qu’il avait gagné en retour était leur trahison, étaient leurs mots blessants, leurs regards et leurs sourires qui soudainement lui paraissaient si faux. Non, Francesco ne le méritait pas, il ne l’avait jamais mérité et tant mieux pour lui s’il souffrait le martyre pour ses conneries qu’il avait lui-même commis. Luca n’allait pas le plaindre – certainement pas – parce qu’il l’avait longtemps maudit et espéré à ce que son ami souffre comme lui avait pu souffert par le passé. Le voir se plaindre et ses morfondre devant ses yeux l’avait sérieusement mis hors de lui parce que pour qui est-ce que son ancien ami se prenait-il ? Est-ce qu’il croyait que l’officier serait plus compatissant de cette façon ? Jamais. Ô grand jamais. Il en avait assez pâti à cause de cet imbécile pour vouloir en plus de cela lui tendre la main et lui expliquer ce qu’il devrait faire à partir de maintenant. Au lieu de parler sans arrêt, de se montrer aussi misérable, il n’avait qu’à agir… Une réflexion que Luca lui avait déjà balancée en soit car les belles-paroles, cela faisait des années qu’il avait cessé d’y croire. Francesco n’avait vraiment pas changé depuis tout ce temps, toujours aussi abruti, toujours aussi lâche et toujours à attendre qu’on lui dise ce qu’il devait faire. Sauf que non, cela ne marchait plus comme ça, son chemin désormais, il se débrouillerait tout seul pour le trouver.

Sans un mot, Luca le dévisageait, ne prêtant aucune attention au sang qui coulait sur le visage de son vis-à-vis, ça n’allait pas le tuer de toute manière. « Et bien tu pensais mal. » Une rétorque qui avait été froide, sortie naturellement lorsque l’autre garçon avait déclaré qu’il croyait que faire ses adieux était la meilleure solution. Ce n’était pas à lui de décider ça et même si Luca ne le voulait plus dans sa vie, il n’acceptait pas ce genre de remarque trop facile pour autant. Ses bras s’étaient croisés machinalement à son torse tandis qu’il l’observait et continuait d’écouter ce que le mousquetaire avait à ajouter. Contrairement à ce que ce dernier s’imaginait, l’officier ne souffrait plus aujourd’hui, il avait refait sa vie et elle lui plaisait parfaitement telle qu’elle était. Il avait rangé le passé loin derrière lui toutefois il n’oubliait pas cette douleur abominable qu’il avait éprouvé à cette époque et encore moins cette rancœur profonde qu’il ressentait à leur égard. « Je n’en ai rien à foutre de Serena. » Ce n’était pas faute de l’avoir répété pourtant. « Mais oui, tu es un con, un lâche, un égoïste et je te méprise. » Si Francesco espérait entendre le contraire, c’était raté. « Ce n’est pas à moi de te dire ce que tu dois faire. Je te l’ai assez dit par le passé, à présent démerdes-toi. » D’accord, il regrettait, il s’en mordait les doigts et s’en voulait sincèrement toutefois il ne s’agissait là que des mots et comme Luca l’avait rétorqué plus tôt, il ne le croyait plus. « Si tu n’es pas capable d’agir comme un adulte honnête et responsable, je ne peux strictement plus rien pour toi. » Et non, il ne parlait même pas de Serena parce qu’il se fichait d’elle ; s’il avait souhaité voir son ancien ami en ce jour, c’était en mémoire de leur amitié passée et non pas pour une femme qu’il avait tant aimée mais qu’il méprisait aussi désormais.



CODAGE PAR AMATIS



Come and find me
When you’re standing on the edge, so young and hopeless, got demons in your head, we are, we are the colors in the dark ▬ Never tell yourself you should be someone else, stand up tall and say I’m not afraid, I’m not afraid
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Kidd (vava) & Lay (crackships)
Messages : 289 - Points : 601
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Sam 13 Juin 2020 - 12:26 )


Luca & Francesco
Le coup de poing en plein dans le nez fait sonner une vérité encore plus violente. Fait apparaître une douleur bien plus sournoise. Et il en a les tripes et le cœur retournés. Ce coup de poing retentit avec plus de puissante que le premier. Il fait éclater sa souffrance. Il sonne comme un glas. Mais pas comme un adieu. C'est comme une mise à mort, mais l'épée reste suspendue au dessus de sa tête. La délivrance n'aura pas lieu, il va devoir vivre avec cette menace éternellement. Une torture effrayante qui fait saisir au PDG  toute l'ampleur des dégâts qu'il a occasionné. Il en prend réellement conscience à cet instant. C'est pire que tout. Mais c'est amplement mérité et il le sait. Il se rendant compte qu'à côté l'enfer serait plus doux, que ce qui se dessine à présent. Luca met les points sur les I,  Francesco ne s'y attendait pas. Pourtant si réellement il avait analysé les paroles du flic, il aurait du comprendre. Il aurait du se douter que tout ce que voulait Luca c'était qu'il agisse dans le bon sens. Mais il n'a rien fait pour changer la donne. Ni hier. Ni aujourd'hui. Il n'a pensé qu'à lui. Oubliant le primordial. Oubliant leur serment d'amitié. Amitié qu'il n'a pas eu honte de bafouer. Il a des regrets c'est vrai. Il souffre c'est certain. Mais il aurait pu saisir sa chance à cet instant. Alors qu'il la laisse s'échapper. Il foire tout. Enfin surtout le principal. Et là plus question de faire marche arrière. Réparer s'avère compliqué. Tout se brise. Et s'il a vécu durant trois ans avec cet acte, s'il y a essayé de l'enfoncer profondément dans son être, se disant qu'il pouvait passer outre. Là il se rend compte que non. Luca et Nolan c'était plus que des frères, et Luca méritait son respect plus que quiconque. Parce que lui il l'avait respecté et aidé à sortir la tête hors de l'eau. Et si par le passé, les pas de Luca lui indiquait la route à suivre. S'ils l'empêchaient de tomber dans l'abîme. Là ce n'est plus le cas. Et Francesco voit le vide s'ouvrir sous ses pieds. Sachant qu'aucune main ne se tendra vers lui. Et si l'adieu aurait permis d'adoucir cette horrible vérité, le fait que son ex ami le refuse lui prouve à quel point l'abîme va être profond, vide, froid et noir. Il l'a fuit un temps, à présent il va devoir faire face. Chaque jour. A chaque seconde de sa vie. Et il est terrorisé.

Et les mots de Luca sont toujours aussi froids. Comme son attitude est fermée au moindre petit pardon. A croire que la douleur imposée l'a rendu plus fort, alors qu'elle a affaibli Francesco, le réduisant à cette seconde à néant. Il l'écoute, et il entend cette fois. Il ne fait plus barrière et les mots circulent dans son être comme des lames de rasoir. Lui qui jusqu'à présent avait réussi à s'en sortir, accomplissant professionnellement des prouesses. Se retrouve démuni. Cette amitié qu'il a écrasé par sa trahison, elle lui manque, elle lui a manqué durant ces trois années. Mais il s'en rend compte trop tard. Il aurait du agir avant. Mais il n'a vu que la surface, il n'a pas cherché à creuser. Pourquoi ? Il ne le sait même pas. Parce qu' peut être il a été façonné de cette façon. Parce qu'on lui a toujours dit de prendre le meilleur des gens sans spécialement le rendre. Parce qu'on lui a dit qu'il ne devait pas se priver d'écraser les gens pour obtenir ce qu'il voulait. Qu'importe les conséquences. Ce n'était que des dommages collatéraux. Mais Luca ne méritait pas ce qu'il lui a fait. Il ne méritait pas que Francesco lui tourne le dos et le poignarde. « Je vais agir. J'aurais du agir avant. Rien ne rattrapera ce que j'ai fais. Et ton mépris est justifié. Mais j'ai changé. Même si là je ne l'ai pas montré. Je me suis remis en question. Même si je n'ai pas encore agi en conséquence. » Francesco aurait du aller voir Luca. C'était à lui à faire le premier pas. Pas le contraire. « Je m'en veux sincèrement. Je regrette la peine que je t'ai causé. Le mal que je t'ai fais. L'amitié que j'ai bafoué. Sincèrement. Je ne pourrais pas réécrire le passé. Ni apaiser ce que tu ressens. Mais je vais agir en conséquence. Je me dois de faire face à mes actes. A mes responsabilité. » Plus de fierté dans le regard que Francesco relève vers Luca. Juste des remords et une profonde tristesse. « Je sais que je suis impardonnable et je ne te demanderais jamais de me pardonner. Je veux juste que tu saches que je suis sincère quand je te souhaite d'être heureux. Tu le mérites vraiment. » Il espère que Luca le croira. Parce qu'il parle avec son cœur. Mais Francesco ne lui en voudra pas si son ami pense encore que ce ne sont que des mots. Après tout ils s'envolent, il n'y a que les actes qui restent. Qu'ils soient bons ou mauvais.« Et pas d'adieu juste un au revoir. » Et le rideau semble tomber sur cet acte fait de douleur et de larmes acides. Francesco sait qu'en perdant Luca il a perdu une partie de lui. La meilleure en plus.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Luca Wang10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Luca Wang
http://www.ciao-vecchio.com/t7070-luca-wang-into-the-unknown http://www.ciao-vecchio.com/t7079-luca-wang-welcome-to-my-world#240251
Faceclaim : Woo Do Hwan ©Ealitya
Messages : 261 - Points : 966
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 4ga6Isf
Âge : 30 ans
Métier : Officier de police judiciaire
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Sam 13 Juin 2020 - 20:26 )



Friends can break your heart too



Tenue || C’était fini maintenant. Vraiment fini. Parce que Luca n’avait plus rien à ajouter et qu’il ne souhaitait pas réellement poursuivre cette conversation plus longtemps. Il n’avait pas rendu visite à Francesco pour lui expliquer ce qu’il devait faire et comment agir afin de rattraper ses erreurs du passé. Ses conneries avec Serena, il n’en avait que faire, ce que son ancien camarade comptait faire avec elle non plus… Cela ne le concernait plus et comme il l’avait répliqué à plusieurs reprises, ce n’était pas pour cette raison qu’il avait débarqué dans ce bureau, en colère. Il avait été furieux de constater à quel point leur amitié ne valait finalement rien pour le troisième mousquetaire, que celui-ci était tombé encore plus bas que ce que Luca avait pu imaginer et qu’il lui en voulait terriblement d’avoir piétiné ainsi ce lien qui les unissait à l’époque. A présent qu’il avait tout évacué, qu’il lui avait dit tout ce qu’il avait sur le cœur et qu’il avait vu Francesco agir comme un idiot pour finalement essayer de se repentir ensuite, il estimait ne plus rien avoir à faire ici. Il se fichait pas mal que son vis-à-vis souffre de sa visite, qu’il soit triste ou anéanti, il ne s’en prenait qu’à lui-même d’être un imbécile. Et non, Luca n’avait pas spécialement changé de l’homme qu’il était, ses proches pouvaient le certifier, simplement qu’il croyait en ce frère autrefois, qu’il lui avait tout donné de lui puis qu’il n’avait aucune raison d’être désagréable avec lui. Ce qui différait de cette période, ce n’était pas l’officier, c’était leur lien, cette amitié que Francesco avait lui-même saccagé. Pas plus, pas moins.

Luca l’avait écouté de plus bel, ses bras croisés à son torse tandis qu’il le fixait en silence. Il n’était pas touché, pas même un tant soit peu chamboulé par les propos que lui rétorquaient le PDG. Tant mieux s’il avait compris que ce n’était pas en fuyant qu’il réussirait à accomplir quelque chose dans la vie, il ignorait comment Francesco avait l’intention d’agir à l’avenir parce que oui, c’était certain que Luca n’aurait jamais dû être celui qui ferait le premier pas, hors dans le fond, il ne l’attendait pas plus que cela. Que son ancien ami ne s’inquiète pas, sa vie lui plaisait telle qu’elle était, il la croquait à pleine dent et profitait de chaque instant qui lui était donné… Cela n’avait plus d’importance si Francesco pensait ses mots ou non puisque de toute façon Luca n’attendait pas après lui pour être heureux. Au contraire, il espérait l’être des milliers de fois plus que son vis-à-vis, et plus que son ex-fiancée, puisque comme il n’avait jamais cessé de le penser, c’était la plus belle vengeance qu’il pourrait faire. « Très bien. » Une réponse qui se voulait brève et précise sans que l’officier ne cherche à ajouter quoi que ce soit de plus à ce que le troisième mousquetaire avait répliqué. « Bonne journée. » Il n’avait pas besoin de faire preuve de plus de manières ou de courtoisies, lui il tirait un trait définitif sur leur histoire, il tournait la page pour de bon et retournerait à son quotidien dans lequel Francesco n’existait plus. Inclinant légèrement sa tête en guise de salue, Luca avait alors tourné les talons, sortant du bureau sans jamais regarder en arrière, la porte se fermant ainsi derrière lui. Il n’avait pas prêté attention aux regards curieux qui s’étaient posés sur lui, s’en allant tout simplement. Pas un geste, pas même un dernier regard et encore moins un simple mot, Luca était parti. Tel un mirage au beau milieu du désert, son apparition avait été vive et éphémère et pour sûr que oui, c’était la dernière fois qu’il posait les pieds dans cet endroit.



CODAGE PAR AMATIS



Come and find me
When you’re standing on the edge, so young and hopeless, got demons in your head, we are, we are the colors in the dark ▬ Never tell yourself you should be someone else, stand up tall and say I’m not afraid, I’m not afraid
Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © Kidd (vava) & Lay (crackships)
Messages : 289 - Points : 601
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le Sam 13 Juin 2020 - 22:25 )


Luca & Francesco
« Bonne journée. » Francesco répond dans un automatisme qui lui fait froid dans le dos. Le geste de la tête de Luca prouve qu'a cet instant ces retrouvailles houleuses prennent fin. Quel gâchis. Tout cela pour une fille. Est ce qu'elle valait ce sacrifice ? Le sacrifice d'une amitié vraie ? Est ce qu'elle valait cette perte ? Perte qui s'avère horriblement douloureuse pour le PDG ? Il se dit que non quand son ancien ami tourne les talons. Qu'il lui montre son dos. L'instant semble s'étirer dans le temps. Francesco détaille même tous les mouvements de Luca. Les quelques pas qui le séparent de la porte de son bureau. C'est un peu comme si la lame d'une guillotine tombait sur la nuque du condamné. Une fois la porte franchie et fermée, la tête tombera. Et le corps se videra de sa vie. C'est ce qu'éprouve le Grimaldi. Cette sensation étrange que Luca emporte son dernier souffle de vie. Rien ne sera plus pareil pour lui. Même si depuis trois ans il vit sans son ami. Là pour lui tout se coupe vraiment. Ce qu'il a enduré depuis cette trahison n'était rien au final. Sa culpabilité au départ refoulée, avant qu'il ne la laisse vraiment le tirailler, n'était rien à côté de ce vide que laisse Luca en partant. La porte se referme. Et son souffle s'arrête comme son cœur. Il ne peut pas lutter contre ce fait. Contre cette émotion grandissante de perte réelle. Le gouffre l'enveloppe. Le froid et le noir le caressent. Il s'appuie sur son bureau, posant ses mains sur le bois. Comme pour se raccrocher à la réalité. Mais c'est juste sa carcasse qui garde pied. Son essence vitale part, s'échappe. Et tout devient creux à l'intérieur. C'est le vide sidéral. Et il frissonne Francesco avant qu'une larme ne coule, puis une autre. Et il les laisse glisser, celles sur sa joue giflées semblent plus lentes. Idioties de perception et il le sait. Il sent ses jambes se dérober. Il a envie de se laisser tomber. Ce qui le fait réagir c'est son téléphone qui sonne. Sa secrétaire qui vient aux nouvelles. Des rendez vous l'attendent. Des appels aussi. « Je ne suis là pour personne. Annulez tout. » Une voix presque sans vie.

Et il raccroche. Il a besoin de silence. Il a besoin d'être seul. Seul avec ses souvenirs car ils sont la seule chose qui le raccrochent à la douloureuse vérité qui vient de s'écrire il y a quelques secondes. Des regrets plein les yeux. Des remords dans le cœur. Et du vide autour de lui. Et du vide en lui. Un vide immense. Ses mains lâchent enfin le bureau et ses jambes dans un mouvement mécanique guide Francesco vers la grande fenêtre de son bureau. Il a toujours aimé la vue. Mais là elle est insipide, fade, terne, inerte, morte. Mais il se doit de vivre. Parce qu'il sait que Luca viendrait le sortir de la mort. Il doit vivre avec cette trahison qui à cet instant à la saveur du sang et des larmes. Et les heures passent parant le ciel des couleurs plus sombres. La nuit tombe. Les bureaux se sont vidés mais le PDG est toujours là, droit devant sa fenêtre le regard vide. Le cœur sec. L'âme égarée vers un passé brisé, un passé ou l'amitié a été bafouée. Et Francesco va devoir vivre. Agir. Montrer qu'il peut être un autre. Qu'il peut être encore celui qui en 2008 est devenu un mousquetaire entouré de Nolan et de Luca. Il le doit à Luca, même si il n'y aura pas de retour. Que ce qui a été cassé jamais ne serai réparé. JAMAIS. Et ça c'est la douloureuse vérité.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco - Page 2 Empty
Sujet: Re: [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Friends can break your heart too || Ft. Francesco -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Bord de la Tyrrhénienne :: Santa Lucia :: Les bureaux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : Précédent  1, 2