Revenir en haut
Aller en bas

Le Deal du moment :
The Legend of Zelda : Breath of the Wild – Jeu ...
Voir le deal
46.34 €

 

- [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I -

CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Serena Cavalletti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Serena Cavalletti
http://www.ciao-vecchio.com/t7077-serena-make-us-never-happen-sa http://www.ciao-vecchio.com/t7089-serena-keep-my-head-above-water
Faceclaim : Phoebe Tonkin ⟁ Avatar ©killing boys - Signa ©Beylin - Gifs ©Tumblr - Aesthetic ©Cattleya
Messages : 150 - Points : 818
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Jso4
Âge : Trente et un ans (21/04/89)
Métier : Bibliothécaire et femme de chambre à mi-temps chez Na Young Wang
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Lun 1 Juin 2020 - 19:24 )
Should know this could never end well I don't hate you. No I couldn't if I wanted to.. I just hate all the hurt that you put me through

Une semaine s’était écoulée depuis le dernier verre hebdomadaire entre Tea et Serena, tradition inventée par son amie qui leur permettait ainsi de se voir au moins une fois par semaine et ainsi se raconter les dernières nouvelles. Autant dire que pour une fois, Serena se disait qu’elle n’aurait rien de bien intéressant à raconter à Tea, pas autant que la dernière fois en tout cas. En effet, une semaine s’était passée sans qu’il n’y ait eu trop de grabuge dans sa vie et autant dire que cela faisait vraiment du bien à cette dernière de se dire que comparé à la semaine précédente, cette fois-ci, elle avait pu souffler un peu. Certes, c’était toujours aussi compliqué et toujours autant le désordre dans sa vie, mais il n’en demeurait pas moins qu’elle n’avait pas eu d’autres surprises depuis le dernier verre hebdomadaire échangé avec Tea. En effet, la dernière fois, Serena avait dû lui raconter une semaine plutôt chaotique entre ses retrouvailles avec Luca, le fait que ce dernier soit marié avec sa patronne, qu’elle se soit battue avec la mère de Luca pour finalement se retrouver au poste de police face à ce dernier et enfin, le fait que Luca était au courant pour Lorenzo. Non, clairement la dernière semaine n’avait pas été de tout repos et elle n’avait eu de cesse d’avoir surprise sur surprise. Mais là, elle avait pu un peu lever le pied. Certes, sa vie ne s’était pas transformée en jardin d’Eden, mais au moins le karma n’avait pas une nouvelle fois frappée à sa porte. Une semaine ordinaire, et elle s’était ainsi rendue compte à quel point cela pouvait faire du bien de juste, travailler, sans se soucier d’autre chose. Oui bon, peut-être que travailler chez Na Young ne permettait pas vraiment d’éliminer entièrement le stress de sa vie, mais au moins, aucune nouvelle surprise.

Pour une fois, Serena était vraiment dans les temps, elle n’avait pas terminé particulièrement tard à la bibliothèque et elle était donc sereine pour se préparer sans craindre un nouveau retard. Car oui, elle était l’habituée des retards lorsqu’elle devait se rendre ailleurs qu’au travail. Comme si, une fois chez elle, elle décompressait tellement qu’elle finissait par perdre la notion du temps. Heureusement d’ailleurs que Tea ne lui en voulait jamais, car depuis le temps, elle aurait clairement pu mal le prendre. Mais bon, c’était Serena… Cela faisait trois ans qu’elles avaient mis en place ce verre hebdomadaire et cela faisait trois ans que Serena arrivait en retard. En tout cas, ce soir elles avaient décidé de se retrouver au Bodega dans le quartier Spagnoli, un bar restaurant où l’ambiance était particulièrement chaleureuse et festive. Et elle avait besoin de ça, décompresser le temps d’une soirée et fêter le calme retrouvé. Elle espérait d’ailleurs sincèrement que la semaine de Tea avait été aussi calme que la sienne. Au moins, elles pourraient mettre de côté entièrement leurs soucis et juste passer un bon moment. Sauf que c’était sans compter le karma qui aimait bien lui jouer des tours ces derniers temps… En effet, alors que Serena était en train de se préparer sans trop de précipitation, elle entendit des coups frapper à sa porte. « Deux minutes, j’arrive ! » Après tout, étant donné qu’elle n’attendait personne, elle pouvait bien prendre quelques minutes supplémentaires pour finir de se maquiller, non ? Car si c’était une urgence la personne en question l’aurait bien appelé. Tout du moins, c’était ce qu’elle se disait. Alors elle termina de se donner un petit coup de mascara, vérifia dans le miroir que ses cheveux étaient bien coiffés, ondulés avec soin, avant de quitter la salle de bain. Les coups reprirent à la porte « J’ai dit que j’arrivai ! » Et elle soupirait. Ah comme les gens pouvaient être pressés parfois… Même si dans le fond, elle était la première à faire ça et à tambouriner à la porte lorsqu'elle n'avait pas de réponses rapide. Mais bon, Serena n'a jamais été logique.

Et c’est ainsi qu’elle se décida enfin à ouvrir la porte, un large sourire sur les lèvres. « Mais que… » Un sourire qui disparu de suite tandis que son regard se posait sur la personne qui venait de toquer. D’ailleurs, la porte se referma presque aussitôt qu’elle l’avait ouverte, son cœur s’étant soudainement mis à cogner bien trop fort dans sa poitrine. Elle avait vraiment bien vu ? Francesco ? Non. Non. Ce n’était juste pas possible. Pendant quelques secondes, elle chercha à calmer les battements de son cœur, adossée à la porte, la main toujours sur la clenche. Mais qu’est-ce qu’il fichait ici ? Alors elle leva les yeux au ciel lorsqu’elle entendit qu’il toquait une nouvelle fois. Il pensait sincèrement qu’elle allait l’accueillir les bras ouverts ? Et elle qui s’était dit que cette semaine avait été calme, il fallait croire qu’elle s’était vraiment fourvoyée… C’est donc après une profonde inspiration qu’elle ouvrit une nouvelle fois la porte, plongeant son regard dans celui de son visiteur inattendu. « Tu t’es perdu ? Car je ne vois pas quelle autre raison pourrait expliquer ta présence ici. » Pas de bonjour, ni de comment ça va, elle était froide et elle avait bien raison de l’être. D’ailleurs elle venait de croiser ses bras contre son torse, un sourcil légèrement arqué, elle n’était vraiment pas ravie de le voir. Mais même si elle disait ne pas savoir ce qu’il faisait ici, plus les secondes passaient, plus elle se disait que la seule explication logique n’était autre que… Luca. Il avait très certainement dû aller voir Francesco, et clairement elle n’appréciait vraiment pas.  


You have taken all the wind out from my sails
AND I HAVE LOVED YOU JUST THE SAME
AND YOU HAVE BROKEN EVERY SINGLE FUCKING RULE
AND I HAVE LOVED YOU LIKE A FOOL

Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © endlessly epic (vava) & Lay (crackships)
Messages : 379 - Points : 813
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Lun 8 Juin 2020 - 19:22 )


Serena & Francesco
Francesco a pris, avec la visite de Luca à son bureau, une douche froide, non carrément une douche glaciale. Les mots tournent encore dans sa tête. Et pourtant, plus d'une semaine est passée depuis leurs retrouvailles cinglantes et sanglantes. Les nuits du PDG depuis cette rencontre sont des plus compliquées. Si Luca le voyait galérer il se marrerait. Il a du mal à trouver le sommeil. Il a du mal à se concentrer. Il a du mal à bosser. Il a même du mal à honorer sa fiancée et toutes les belles qui tombent dans ses bras. Ce qu'il a fait par le passé le ronge comme de l'acide, aiguisant la douleur qui s'est glissée en lui. Il a pris l'ampleur de ses actes, enfin avec plus de réalité. Car ce fait lui était déjà arrivé peu de temps après sa fuite. Plus d'un an à errer pour essayer de se reconstruire après sa sordide trahison, après l'abandon de la brune enceinte de son enfant. Putain quand il y pense il se demande si à cette époque il avait un cerveau et surtout un cœur. Certainement pas, vu comment il a agit. En tout cas Luca lui a sérieusement remis du plomb dans la tête, en venant gentiment lui rappeler ses erreurs. Pour qu'elles passent mieux, il les a enrobé dans un joli papier cadeau qui est depuis devenu explosif. Il n'y a pas eu d'engueulade, pas de prise de bec, le policier est juste resté calme. Avec une froideur extrême dans le regard et la voix, froideur qui a malmené Francesco. Une bonne baffe pour rougir sa joue. Un sacré coup de poing dans le nez qui avait donné lieu à une cascade de sang. Un verre de whisky en travers de sa gueule. Luca avait été soft dans les gestes. Mais les phrases débitées avaient fait leurs chemins et depuis elles faisaient leur travail en venant égratigner à chaque seconde le cœur et l'âme de Francesco. Souffrance méritée, il le sait. Avec en prime le fait de savoir que Serena avait gardé l'enfant, son enfant, leur enfant. Enfin de ce côté là ses droits de paternité elle les a sûrement jeté aux chiottes et tiré la chasse des milliers de fois. Mérité là aussi. En tout cas toutes ces phrases dites ont secoué son ego. Alors après plusieurs nuits sans sommeils, des assiettes pleines laissées sur la table, et un visage ravagé par les tracas. Il avait décidé. Il fallait qu'il voit Serena. Qu'il voit le gamin. Se doutant fortement que la brune allait aussi le lessiver. L'envoyer bouler. L'incendier. Peut être même lui casser la gueule. Mais tant pis. Il fallait qu'il aille au bout. Et s'il se prend un mur en pleine poire et bien il n'essaiera pas de le contourner.

Plusieurs fois il est venu avec sa voiture, il s'est garé et s'est apprêté à sortir de celle-ci. Mais rien. Il est resté assis sur son siège, derrière le volant. Cherchant les mots qu'il dirait à Serena. Comment il la regarderait ? Oserait-il la regarder ? Ou bien laisserait-il ses yeux baissés par honte ? Par mal être ? Il était resté pas loin quelques minutes avant de repartir sans la croiser. Et une fois chez lui il c'était senti encore plus minable, plus mal dans sa peau. En voulant à Luca d'avoir ravivé les souvenirs passés. Il ne vivaient pas spécialement bien avec ses conneries. Mais la couche rajoutée par son ex ami rendait le tout plus impossible à supporter. Enfin il a fait quelques allers retours. Mais il a joué le lâche pas mal de fois avant d'avoir les couilles de sortir de sa voiture et d'aller sonner à sa porte. Aujourd'hui semble le bon jour. Sa nuit a été horrible. Semée du regard fusillant de Luca. Un regard plein de reproches. Suivi du regard de Serena plein de colère. Ce n'est plus supportable. Et en plus ses nuits fantômes ont une fâcheuse répercussion sur ses journées de boulot. Alors faut qu'il stoppe rapidement cette descente en enfer. Pour son bien avant tout. Le reste il verra au moment venu. Alors il a quitté son bureau plus tôt, il est rentré chez lui prendre une douche. Il a fait le nécessaire pour que ses traits fatigués se voient le moins possible. Même s'il pourra toujours dire qu'il travaille trop, si Serena lui trouve une sale gueule. Enfin pas certain qu'elle s'attarde sur ce détail. Connaissant la demoiselle elle s'attardera plus sur sa virilité pour lui castrer histoire de bien l'emmerder. Il a enfin eu le courage de sortir de sa voiture et se placer devant la porte. La belle a été facile à trouver. Il se tient droit le poing prêt à frapper. Vêtu d'un jean noir et d'une chemise saumon donc les derniers boutons sont restés ouverts. Il a ses lunettes de soleil encore posées sur son nez. Il frappe une fois. Pas de réponse. La belle serait-elle absente ? Il peut encore partir. Puis il frappe une autre fois. Et là il entend sa voix. Il relève ses lunettes et la porte s'ouvre  … Il sourit mais la porte se referme aussi tôt.

Francesco ne s'attendait pas à être reçu les bras ouverts, mais là il se demande même si Serena a réalisé que c'était lui. Si sûrement vu qu'elle lui a claqué la porte au nez. Il reste devant. Un peu voir beaucoup comme un con. Il devrait tourner les talons. Et la porte se réouvre. Elle lui fait face et le fusille du regard. Sa phrase va droit au but, sans aucune fioriture. C'est net et direct. « Bonjour Serena. » Il se dit que lui, lui doit au moins cette politesse. « Et non je ne me suis pas perdu. Je suis venu te voir et prendre de tes nouvelles. » Pas certain que ça passe. « Tu vas bien ? » Il tente, il ne sait pas trop comment démarrer la discussion. Discussion qui risque fort de se passer sur le palier. Discussion qui risque d'être écourtée, Francesco s'en doute. En plus la belle est maquillée, et bien habillée. S'apprêtait-elle à sortir ? Parce que si c'est le cas, elle va vouloir faire vite et se débarrassait de lui rapido. Mais bon il est là, il verrait bien.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Cavalletti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Serena Cavalletti
http://www.ciao-vecchio.com/t7077-serena-make-us-never-happen-sa http://www.ciao-vecchio.com/t7089-serena-keep-my-head-above-water
Faceclaim : Phoebe Tonkin ⟁ Avatar ©killing boys - Signa ©Beylin - Gifs ©Tumblr - Aesthetic ©Cattleya
Messages : 150 - Points : 818
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Jso4
Âge : Trente et un ans (21/04/89)
Métier : Bibliothécaire et femme de chambre à mi-temps chez Na Young Wang
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Lun 8 Juin 2020 - 23:27 )
Should know this could never end well I don't hate you. I couldn't if I wanted to.. Just hate all the hurt that you put me through

Serena s’était imaginée une soirée tranquille en excellente compagnie. Une soirée où elle pourrait véritablement relâcher la pression accumulée depuis de nombreux jours. Une soirée où elle profiterait, tout simplement… Mais voilà, il fallait croire que ces derniers temps, elle ne pouvait pas espérer de telles choses. Alors oui, sa fin d’après-midi s’était extrêmement bien déroulée, elle s’était même dit qu’elle pourrait enfin être à l’heure pour le verre hebdomadaire avec Tea, mais Serena aurait dû se douter que c’était là chose tout bonnement impossible. Il était tellement rare qu’elle parvienne à arriver à l’heure qu’elle aurait dû sentir venir l’embrouille à des kilomètres. Mais non… De bonne humeur elle s’était préparée enfilant même une ravissante robe noire en se disant que cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas pris le temps de se faire belle. Enfin bien sûr, lorsqu’elle sortait elle faisait toujours un petit coup de mascara en plus ou alors un trait d’eyeliner, mais il était rare qu’elle décide de s’habiller avec élégance. Pourquoi ? Tout simplement parce que d’habitude elle n’avait juste pas le temps pour tout cela. Faisant juste maquillage rapide et efficace pour ensuite porter de simples talons tout en restant en pantalon. Mais voilà, aujourd’hui elle avait voulu faire un effort, prévenant même Tea qu’elle sortait une robe ce soir. Une manière pour elle de clore avec sérénité cette semaine sans trop d’accroc. Après tout, vu ce qu’elle vivait ces derniers temps, il fallait vraiment qu’elle fête les seuls moments où cela se passait plutôt bien.

Sauf que voilà, à croire que l’univers avait entendu sa joie et sa surprise d’avoir eu une semaine moins compliquée que d’autres, car soudainement Serena avait entendu toquer à la porte. Forcément, c’était tout bonnement impossible que cela soit Tea, car elles se retrouvaient toujours au bar. Haley peut-être ? Non impossible, elle devait être occupée à la guest house et elle lui aurait écrit. Sa mère ? Encore une fois elle en doutait fortement, puisque cette dernière savait qu’il y avait un soir dans la semaine où Serena n’était jamais disponible. Donc non… Serena n’arrivait juste pas à visualiser qui pouvait bien se trouver derrière l’autre porte. Et le pire c’était que la personne en question semblait insister. Poussant un soupir elle avait fini par ouvrir, mais en posant ses yeux sur son visiteur inattendu, Serena n’avait juste pas pu s’empêcher de lui claquer directement la porte au nez. Francesco. De toutes les personnes qu’elle connaissait, il était très certainement le dernier qu’elle aurait pu imaginer toquer à sa porte. Encore moins après toutes ces années de silence radio. Alors voilà, Serena ayant été beaucoup trop surprise, elle n’avait pas pu résister à refermer la porte aussi vite qu’elle l’avait ouverte. Dans le fond, elle aurait sûrement préférée lui faire face directement, mais en même temps, au vu des battements de son cœur qui s’étaient soudainement accélérés du au choc, elle avait eu besoin de quelques secondes seule pour respirer un bon coup, reprendre contenance et finalement ouvrir une nouvelle fois la porte. Bien évidemment, Francesco était toujours aussi séduisant, l’inverse l’aurait grandement étonné, mais à cet instant cela lui importait peu. Voilà donc pourquoi elle l’avait directement remballé en imaginant qu’il avait certainement dû se perdre pour se retrouver devant sa porte. Après tout, pour quelle autre raison logique aurait-il pu se retrouver ici, ce soir, après trois ans de silence. Non, cela n’avait pas le moindre sens. Enfin si, peut-être au vu de sa dernière entrevue avec Luca, mais il n’en demeurait pas moins que cela restait aberrant pour Serena.

« Bonjour Serena. » Bonjour ? Vraiment ? Il se la jouait poli après l’avoir abandonnée comme une vulgaire chaussette sale. Non, cela ne lui plaisait vraiment pas, alors elle le fixa sans rien répondre, l’un de ses sourcils légèrement arqué, l’air de dire qu’il devait faire vite car elle n’allait pas rester ici toute la soirée. « Et non je ne me suis pas perdu. Je suis venu te voir et prendre de tes nouvelles. Tu vas bien ? » Il venait vraiment de lui dire qu’il était là pour la voir et pour prendre de ses nouvelles. Il avait vraiment un certain culot après tout ce temps. Face à cette remarque elle en vient à croiser ses bras sur son torse, position fermée, ses yeux rivés dans les siens avant de se décider à lui répondre. « Tu viens me voir ? Prendre de mes nouvelles ? Tu veux savoir comment je vais ? J’avais déjà entendue des conneries mais alors là… » Serena ne pu se retenir de rire, un rire froid, sans joie, plein de rancœur. Et ni une ni deux, ses bras venaient de se décroiser et l’une de ses mains fini par atterrir sur la joue de Francesco dans un claquement sourd, se répercutant en écho dans le couloir. Elle n’avait juste pas pu s’en empêcher et bien vite, elle reprit sa position initiale, les bras croisés et le regard sombre. « Si tu avais sincèrement voulu de mes nouvelles tu n’aurais certainement pas attendu trois ans pour venir me voir. Alors tes bobards tu ferais mieux de les raconter à d’autres. » Et elle secoua la tête, quelque peu blasée de se dire que finalement elle ne pouvait pas avoir une semaine tranquille. « Qu’est-ce que tu viens faire ici Grimaldi ? » Elle l’avait appelé exprès par son nom de famille. Une façon pour elle de prendre une certaine distance, mais il fallait bien avouer que la gifle ne lui suffisait pas et qu’elle n’avait qu’une envie : lui hurler dessus. Elle se retenait, voulant paraître un minimum civilisé, mais dans le fond elle ne savait que trop bien qu’elle risquait d’exploser d’un instant à l’autre. Car oui, il l’avait blessé et non elle ne lui avait pas pardonné. C’était bien beau de vouloir d’elle lorsqu’elle était à un autre pour finalement la rejeter lorsqu’elle pouvait enfin être à lui…


You have taken all the wind out from my sails
AND I HAVE LOVED YOU JUST THE SAME
AND YOU HAVE BROKEN EVERY SINGLE FUCKING RULE
AND I HAVE LOVED YOU LIKE A FOOL

Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © endlessly epic (vava) & Lay (crackships)
Messages : 379 - Points : 813
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Sam 13 Juin 2020 - 17:57 )


Serena & Francesco
Francesco ne sait pas trop comment Serena va prendre sa visite. Depuis que Luca est venu dans son bureau, il a fait des allers retours entre la maison de la belle et chez lui. Entre la maison de la belle et son bureau, se garant non loin de sa porte. Se demandant comment il allait l'aborder. Parce qu'il ne pouvait pas faire le coup du bouquet de roses, même s'il vidait tous les bacs des fleuristes. Ni le coup des chocolats, même s'il prenait que ceux que Serena aimait. Et encore moins l'inviter au restaurant. Non toutes ces conneries se feraient balayer par le courroux de la demoiselle. Ancienne petite amie, volée à son ancien meilleur ami. Putain quel bordel il avait foutu et même si trois ans s'était écoulé. Depuis qu'il avait revu Luca tout revenait par vagues immenses dans la tête du PDG. Bousculant ses nuits de sueurs froides et ses journées de nausées. Il en prenait plein la tronche et les remords et les regrets s'agitaient comme des feux d'artifices rageurs, même quand il avait la tête occupée par le boulot. Ou pire quand il tenait une fille dans ses bras. Dans ce cas il se retrouvait direct en panne sèche. Oui le grand merdier mais un merdier qu'il avait bien cherché. Qu'il avait lui même engendré.

Et ce sont toutes ces pensées qui l'ont fait venir plusieurs fois se garer non loin de chez Serena, sans oser sortir de sa voiture. Il essayait de visualiser comment aller se passer l'échange. Elle ne le recevra pas à bras ouverts. Elle aussi lui dira ses quatre vérités. Tant bien elle n'y ouvrira même pas la porte, le laissant planté là comme un con. Et ce serait largement mérité. Parce qu'avec cette brunette il ne s'était pas du tout conduit comme un gentleman. Pourtant  il faut qu'il agisse. Luca attend qu'il prenne ses responsabilités, qu'il les assume. Et même si Francesco sait qu'il n'y aura pas de pardon, il se doit d'avoir les couilles de le faire. Pas pour lui mais pour son ami. Il se doit d'aller voir Serena même si elle l'embroche vivant. Même si elle le castre. Faut qu'il fasse face à ses conneries et qu'il les assume entièrement. Alors il se retrouve devant sa porte à frapper. A presque s'impatienter. Peut être parce qu'au fond il se dit que plus vite il la voit, plus vite tout sera réglé. Enfin façon de parler. Et la belle lui ouvre. Puis referme. Heureusement qu'il était un peu reculé sinon il aurait pris la porte sur son nez. Il a pris il n'y a pas longtemps le poing de Luca, alors une porte il n'aurait pas supporté. Et la porte s'ouvre à nouveau. Son cœur ne peut s'empêcher de battre quand il a le temps de pouvoir la voir un peu plus que quelques secondes. Elle est belle. Délicieusement vêtue. Elle doit avoir un rendez vous. Quel homme ne tombera pas sous son charme ? Faut être honnête, elle lui avait plu dés que ses yeux c'étaient posés sur elle la première fois. Quand Luca lui avait présenté. Il n'avait eu de cesse de la vouloir à lui. A la base parce que pour lui Luca ne la méritait pas. Mais au fond parce qu'elle lui avait fait énormément d'effet. Et là dans sa robe, elle n'a rien perdu de son charme, de sa sensualité. Quel gâchis de l'avoir laissé. Mais ce n'est pas le sujet. Alors il lui sourit et là joue le plus naturellement possible. Même si ses mots restent ridicules. Trois ans se sont écoulés. Francesco ne devrait pas l'oublier.

Serena n'a pas oublié, son attitude fermée le prouve. Ses yeux rivés dans ceux du PDG et les bras serrés contre le torse, elle est prête à mordre et à griffer. Et ses mots comme son rire montrent bien à quel point à cet instant Francesco est ridiculement ridicule. Peut être que même à cet instant il a envie de disparaître six pieds sous terre, ou dans un trou de souris. Et avant qu'il ne réponde à ses questions et bien un gifle atterrit sur sa joue comme un Boeing dans un champ de maïs. Le bruit qu'elle fait en claquant lui fait siffler son tympan. Putain la belle n'y est pas allée mollo. Trois ans de rancœur, cela fait certainement un tas de gifles en réserve. Elle a même du en rêver, se demandant comment elle la ferait claquer sur sa joue de play boy à deux balles. Et sa phrase d'accueil est rapidement démontée par les arguments de la belle. « Oui tu as raison. J'ai fais un peu traîner les choses. » Il la regarde, il n'a pas touché sa joue, ses bras sont restés le long de son corps. Mais il sent la brûlure des doigts de Serena et se doute de l'empreinte indélébile qu'ils ont du laisser. « Enfin beaucoup traîner même. » Être honnête aiderait mieux à cette conversation. Qu'est ce qu'il faisait ici ? Et bien il venait tendre sa joue pour recevoir une bonne baffe. Voir tendre la deuxième pour qu'il ne se sente pas bancal. Tant bien selon comment tourne la conversation, Serena n'hésitera pas. « Luca est passé me voir. » Sa main passe sur l'arrière de son crâne et sur sa nuque. Il est mal à l'aise le Grimaldi et il y a de quoi. « Il t'a vu. Et il a vu ton fils. » Leurs fils mais il vaut mieux qu'il la ferme. Il n'a aucun droit sur ce gosse. Il a juste planter une graine qui a germé. Et qui doit frôler les trois ans. « Est ce que je peux entrer pour discuter tranquillement ? Ou tu veux qu'on est cette conversation sur le pas de ta porte ? » Puis il se ravise. « Quoi que tu dois juste avoir envie de te débarrasser de moi ? En plus vu ta tenue tu te préparais à sortir ? » Son futur rendez vous va avoir envie de la croquer, parce qu'elle est vraiment irrésistible. Mais elle n'est plus pour lui et puis il a une fiancée même s'il va voir ailleurs. Tout comme sa future femme. Seul règle ne pas être vu, ne pas être pris. « Luca m'a dit. Je ne pensais pas que tu le garderais. » Cet enfant qu'ils avaient fait lors d'une nuit d'amour. Il peut même se souvenir du goût de ses lèvres, du parfum de sa peau, de la douceur de sa féminité. La revoir réveille des souvenirs bien intimes. Leurs nuits chaudes. Leurs corps enlacés. La revoir réveille des souvenirs bien douloureux. Les mots dégueulasses balancés sur Luca. Le poignard dans le dos. La trahison horrible. Et c'est tout ce qu'il doit ressortir de cette union passée avec la belle.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Cavalletti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Serena Cavalletti
http://www.ciao-vecchio.com/t7077-serena-make-us-never-happen-sa http://www.ciao-vecchio.com/t7089-serena-keep-my-head-above-water
Faceclaim : Phoebe Tonkin ⟁ Avatar ©killing boys - Signa ©Beylin - Gifs ©Tumblr - Aesthetic ©Cattleya
Messages : 150 - Points : 818
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Jso4
Âge : Trente et un ans (21/04/89)
Métier : Bibliothécaire et femme de chambre à mi-temps chez Na Young Wang
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Sam 13 Juin 2020 - 22:57 )
Should know this could never end well I don't hate you. I couldn't if I wanted to.. Just hate all the hurt that you put me through

Une belle robe et un ravissant maquillage, prête à sortir, Serena ne s’était effectivement pas attendu à ce que quelqu’un vienne toquer à sa porte et encore moins un fantôme de son passé. N’avait-elle pas assez vécu d’événements éprouvants ces dernières semaines pour en plus y ajouter la venue de Francesco ? Non… Il fallait croire que tout ce qu’elle avait vécu dernièrement n’avait été que la prémisse de ce que l’univers lui réservait pour la suite et autant dire qu’elle aurait préféré éviter que tous ses douloureux souvenirs lui reviennent en pleine tête. Déjà que revoir Luca avait été particulièrement éprouvant pour elle, car cela faisait trois ans qu’elle n’avait eus de cesse de s’en vouloir pour la façon qu’elle avait eu de le traiter lorsqu’ils étaient ensemble. Après tout, elle n’avait jamais été là pour lui alors qu’il lui avait tout donné, elle s’était montrée mauvaise et plus que tout elle avait trahi sa confiance, s’était moquée de lui. Donc oui, lorsqu’elle avait recroisé Luca cela lui avait fait l’effet d’une douche glacée sur le corps et l’envie forte de s’enterrer au fond d’un trou. Elle avait d’ailleurs présenté ses excuses la semaine passée, tout en sachant qu’elles ne seraient jamais acceptées. Oh non pas qu’elle s’était attendue à la rédemption, mais elle avait juste eu besoin d’exprimer ses remords à haute voix. Elle n’aurait jamais dû agir ainsi et elle s’en voudrait éternellement de l’avoir fait souffrir. Serena avait changé depuis trois ans, peut-être pas dans le bon sens d’un point de vu professionnel et psychologique, mais il n’en demeurait pas moins qu’elle faisait attention dans sa manière de traiter les autres. Comme quoi… Il n’y avait pas eu que du mauvais dans toute cette histoire, enfin, plus de mauvais que de bon, mais au moins cela l’avait poussé à prendre conscience qu’elle avait été mauvaise.

Donc oui, revoir Luca cela avait été éprouvant. Mais là… Revoir Francesco c’était encore autre chose. Si face à Luca cela avait été la douche froide, face à son ancien amant, c’était un mixte d’émotions totalement contradictoires. Voilà d’ailleurs pourquoi elle avait refermé la porte pendant quelques instants avant de l’ouvrir une nouvelle fois. Oui… Elle avait eu besoin de calmer les battements de son cœur qui s’étaient soudainement mis à s’accélérer en posant ses yeux sur lui. Choc, surprise, souvenirs, rancœur, … Tellement d’émotions que Serena n’avait pas trop su où donner de la tête. Mais finalement, elle avait ouvert la porte, prête à lui faire face et à comprendre pourquoi il était là. Après tout, à quoi cela servait-il devenir toquer chez elle trois ans après l’avoir abandonnée ? Serena n’arrivait juste pas à comprendre la logique et c’était pour cela qu’elle n’avait pas hésité une seule seconde à le gifler avec force après lui avoir posé des questions sur sa venue. Autant dire qu’elle n’y était pas allée de main morte, mais c’était peu étonnant sachant que cela faisait presque trois ans qu’elle avait envie de faire ça. « Oui tu as raison. J'ai fais un peu traîner les choses. » L’un des sourcils de Serena s’arqua tandis qu’elle l’observait l’air de dire qu’il se moquait bien d’elle. Faire traîner les choses ? Trois ans de silence c’était faire traîner les choses et bien, si elle s’était attendue à un aussi grand manque de répartie, elle aurait très certainement gardé sa porte fermée.. « Enfin beaucoup traîner même. » Roulement des yeux, c’était un euphémisme, mais au moins il le reconnaissait.

« Luca est passé me voir. » Serena ne pu empêcher la surprise passer au fond de ses yeux, car elle ne s’était vraiment pas attendue à une telle réponse. Luca était allé le voir ? Mais pourquoi était-il allé le voir ? Fort heureusement, Francesco ne mit pas longtemps à répondre à ses interrogations internes. « Il t'a vu. Et il a vu ton fils. » Nouvelle surprise. En plus d’être allé voir Francesco, Luca lui avait en plus parlé de Lorenzo ? Serena ne comprenait vraiment plus rien. Enfin si… maintenant elle comprenait un peu mieux le concours de circonstances qui expliquait la présence de Francesco à sa porte. Mais il n’en demeurait pas moins qu’elle aurait préféré que Luca s’abstienne. Certes, il avait été choqué d’apprendre que Francesco n’avait pas assumé ses responsabilités, mais de là en parler avec le dit concerné, cela semblait incompréhensible. Et c’est alors que Francesco en vient à lui demander s’il pouvait entrer pour pouvoir discuter plus tranquillement que sur le pas de la porte. Bon, il n’avait pas totalement tort, car elle n’avait pas spécialement envie que tout son étage entende la dite conversation, mais soudainement il en vient à lui parler de sa tenue. Perspicace, oui elle s’apprêtait à sortir. D’ailleurs, elle remerciait intérieurement le fait qu’elle ait eu une soirée de prévue, car elle n’aurait clairement pas aimé recroisé le play boy vêtue de haillons.

Alors, Serena s’apprêta à lui répondre, ouvrant la bouche, mais la referma bien vite lorsque Francesco vient ajouter. « Luca m'a dit. Je ne pensais pas que tu le garderais. » Elle écarquilla les yeux, choquée qu’il ose lui dire cela. Alors ni une ni deux, elle l’avait attrapée par le haut de sa chemise pour finalement l’entraîner à l’intérieur de l’appartement tout en claquant la porte derrière eux. Ils étaient dans la pièce principale et Serena finit par relâcher la pression de ses doigts sur sa chemise, n’en ayant clairement rien à faire que celle-ci soit à présent froissée. « Tu te fous de ma gueule ? » Si elle avait réussi à rester plus ou moins calme jusqu’à présent, là elle bouillonnait complètement, un véritable caractère de feu. « Tu me laisses en plan, enceinte de ton enfant, aucune nouvelle pendant bientôt trois ans et maintenant tu viens me voir comme une fleure parce que Luca est venu te dire que je l’avais gardé ? Non mais tu t’écoutes un peu lorsque tu parles ?! » Elle s’était avancée d’un pas vers lui, son regard noir rivé dans le sien. « Je tiens à te rappeler que lorsque je t’ai annoncé que j’étais enceinte, cela faisait déjà plus de trois mois que je l’étais, on ne pratique pas d’IVG une fois ce délai passé. » Elle n’avait pas hurlé mais la colère se sentait dans chacun de ses mots. « Et puis même… Sans ce putain de délai bien sûr que je l’aurai gardé parce que ce petit être ne mérite en aucun cas de payer pour la lâcheté de son géniteur. » Une nouvelle fois, elle avait rigolé avec nervosité. « Je sais même pas pourquoi je te dis tout ça, parce que tu vois, si une toute petite part de toi avait tenu à moi, tu serais resté. Mais non, tu n’en avais juste rien à foutre. Alors je te le redemande, qu’est-ce que tu fous ici Francesco ? » Son cœur battait la chamade et elle se retenait pour ne pas le gifler une deuxième fois.


You have taken all the wind out from my sails
AND I HAVE LOVED YOU JUST THE SAME
AND YOU HAVE BROKEN EVERY SINGLE FUCKING RULE
AND I HAVE LOVED YOU LIKE A FOOL

Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © endlessly epic (vava) & Lay (crackships)
Messages : 379 - Points : 813
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Mar 16 Juin 2020 - 11:52 )


Serena & Francesco
Francesco se doutait que Serena serait surprise de le voir devant chez elle. Trois ans c'était écoulé sans qu'il ne donne signe de vie. Et là il se ramenait un peu comme une fleur attendant qu'elle lui ouvre. Et c'est ce qu'elle fit avant de la lui claquer la porte au nez. Oui elle était en pétard la brune. Et il savait que si elle ouvrait à nouveau ce ne serait pas pour lui claquer la bise sur ses joues. Quoi qu'avec Serena on peut s'attendre à tout. Elle pourrait peut être lui sauter au cou. Bon faut pas pousser non plus. Ce genre de truc cela n'arrive que dans les films et encore les navets. La nana qui pardonne au mec qui l'a lâchement laissé tomber alors qu'elle lui balance qu'elle est enceinte, cela reste en travers longtemps. Alors le PDG doit s'attendre à une pluie de mots plus tendres les unes que les autres. A des yeux revolvers. A une attitude hermétiquement fermée. Il ignore si elle a répété son accueil en fanfare durant ces trois années, mais oui il pourrait bien aussi entendre les clairons résonner et les cymbales claquer. Tant bien le laps de temps ou la porte reste fermée elle va chercher une batte pour lui en coller un coup entre les cuisses. En tout cas le temps paraît s'éterniser entre les deux ouvertures vu toutes les pensées de Francesco. Son esprit fonctionne à plein régime et il va finir par fumer de trop chauffer. La gifle donne le ton de cet échange, il va être amical. Façon de parler bien sur. Il a juste essayer que ce moment ne parte pas en vrille. Il ne se voit pas courir pour échapper à une Serena en furie munie d'instruments de torture préparés à son intention. Peut être qu'il aurait du prévenir aussi ? Vu la tenue de la belle, elle se prépare à sortir. Si en plus il lui gâche sa soirée, ses parents peuvent contacter le croque mort. Et faire creuser sa tombe. Il voit même sa fiancée pleurer sur son cercueil tout en s'envoyant en l'air avec le croque mitaine. Tiens prends ça dans la gueule le Grimaldi. Après tout il a fait un peu pareil, lui c'est sur l'autel du mariage qu'il a envoyé ses coups de bassin.

Ok Francesco a fait un peu, beaucoup traîner les choses. Ce n'est pas de sa faute si c'est un homme occupé qui part à travers le monde et qui n'a pas spécialement de vie privée. En plus s'il est là, Serena peu incriminer Luca qui est passé le voir pour remettre les pendules à l'heure. Et surtout lui faire piger qu'au final ce n'était pas le fait qu'il se soit tapé sa future femme qui l'avait fait le plus chier, le plus blessé. Mais bien le fait qu'il est piétiné leur amitié. Amitié qu'il pensait sincère et que le PDG a bafoué en s'éclatant avec la belle. Leurs corps à corps étaient toujours torrides, mais ils étaient aussi caressés de mots horribles à l'égard de Luca. Et c'est ce fait qui a vraiment marqué le cœur et l'âme du plus jeune des mousquetaires. Il avait aussi un peu le fait qu'il était père et qu'il ne connaissait pas son gosse. Lui ressemblait-il ? Avait-il ses yeux ? Ou était-il tout le portrait de sa délicieuse mère ? Il ne le saura sans doute jamais, pas certain que la belle accepte de lui montrer même une photo. Il la complimente aussi, à sa manière. Il se dit qu'il va encore en prendre une. Voir deux. A part qu'ils ne rentrent et que la belle augmente les décibels. Et il a vite sa réponse le PDG, tiré par le col de sa chemise il se retrouve en l'intérieur. Mais qu'est ce qu'ils ont tous avec mes chemises ? Luca la tâche, Serena la froisse. Il soupire. Et la porte claque sèchement. Elle est vénère la demoiselle. Et la suite le lui prouve. Un vrai volcan en éruption. Il c'était reposé trois ans, là c'est l'explosion. Attention à la lave, brûlure imposante en prévision.

Non il ne se fout pas de sa gueule. Et oui il s'écoute quand il parle. Il n'est pas débile. Francesco n'ose même pas bouger le petit doigt quand Serena s'avance vers lui et qu'elle plante son regard de furie dans le sien. La température monte mais pas à cause d'un désir charnel. Elle était enceinte de plus de trois mois, il semble qu'il est oublié ce détail. De toute façon délai ou pas elle aurait gardé l'enfant de toute manière. Du coup elle le voulait vraiment ce gosse. C'est aussi un peu ce qui arrive quand on est en couple. Il tenait à elle, mais il a flippé. Et puis il y avait aussi ses parents. Il n'était pas certain qu'ils apprécient. Tout comme ils n'ont pas apprécié sa fuite. Et là il se retrouve pieds et poings liés avec en prime une fiancée. Bon elle est baisable, mais il est loin d'avoir envie de faire sa vie avec. Et encore moins d'avoir des gosses. Par contre il ne serait pas contre l'idée d'en faire un autre à Serena, elle est toujours aussi sublime. Elle lui gueule dessus mais au final cela la rend plus sexy, torride même. « Je prends mes responsabilités. » Il avale difficilement sa salive. « J'ai mal agi. Au départ envers Luca. C'était un frère et je n'aurais pas du. Et tu n'aurais pas du céder non plus. On a fait des erreurs tous les deux. Et tout est allé trop loin. J'étais jaloux qu'il est une femme comme toi à son bras. Au départ c'était juste par envie. Oui je l'enviais trouvant qu'il ne te méritait pas. Et tu as cédé alors ... » Petit silence, après tout c'était Serena qui était fiancée, elle aurait du repousser Francesco au lieu de tomber sous son charme. « Tout est allé trop vite. Le gosse est arrivé et je n'étais même pas sûr d'en vouloir. De plus mes sentiments étaient faussés. Je ne savais plus si je te voulais pour toi. Ou si au final je t'avais juste voulu parce que pour moi Luca ne te méritait pas. A vrai dire on ne mérite pas Luca. Il est trop pur, il ne nous aurait jamais fait de mal. Et nous on l'a écrasé comme une merde. » Il la regarde se moquant de sa colère. Lui il ne l'est pas. Ou si il l'est contre lui, seulement contre lui. « Pourquoi tu ne m'as jamais repoussé ? Pourquoi tu es entré dans mon jeu ? Tu disais aimer Luca pourquoi avoir cédé à mes avances ? » Qu'avait cherché Serena en faisant cela ? Au fond c'est peut être la question qu'il fallait se poser ? Si elle l'avait rejeté, Francesco aurait-il laissé tomber ce jeu absurde de séduction ? Ou l'aurait-il poussé davantage ? Que se serai-il réellement passé si la belle lui avait dit non ? Tant son gosse il aurait un père et ce serait Luca.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.


Dernière édition par Francesco Grimaldi le Ven 26 Juin 2020 - 9:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Serena Cavalletti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Serena Cavalletti
http://www.ciao-vecchio.com/t7077-serena-make-us-never-happen-sa http://www.ciao-vecchio.com/t7089-serena-keep-my-head-above-water
Faceclaim : Phoebe Tonkin ⟁ Avatar ©killing boys - Signa ©Beylin - Gifs ©Tumblr - Aesthetic ©Cattleya
Messages : 150 - Points : 818
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Jso4
Âge : Trente et un ans (21/04/89)
Métier : Bibliothécaire et femme de chambre à mi-temps chez Na Young Wang
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Sam 20 Juin 2020 - 22:14 )
Should know this could never end well I don't hate you. I couldn't if I wanted to.. Just hate all the hurt that you put me through

Serena était choquée et pleine de colère. Autant dire qu’elle ne s’était clairement pas attendu ce soir à recevoir un visiteur surprise et plus encore à ce que ce soit Francesco. En même temps, à quel moment aurait-elle pu imaginer que ce dernier finirait par revenir la voir trois ans plus tard avec son air de playboy. Non clairement… Lorsqu’il était parti et l’avait laissée enceinte de son enfant, elle s’était dit qu’elle ne le reverrait plus jamais ou qu’en tout cas si elle le croisait elle lui referait le portrait. Bon d’accord, peut-être pas lui refaire le portrait, car ce serait dommage de ruiner un aussi beau visage, mais quand même… Elle s’était toujours dit qu’elle lui dirait ses quatre vérités si leurs chemins venaient à se recroiser. Sauf que voilà, le temps avait passé, et elle avait fini par vivre avec l’idée qu’elle ne le reverrait plus. Donc non, le voir devant sa porte comme si rien ne s’était passé ne lui plaisait vraiment pas alors forcément, une fois le choc passé, la colère avait fait irruption et de ce fait, après une gifle bien méritée elle avait fini par l’entraîner à l’intérieur de l’appartement en l’agrippant par sa chemise telle une furie. Autant dire que cela lui dérangeait bien peu de froisser la tenue de Francesco qui valait certainement plus chère que tous ses vêtements réunis. Et puis bon, elle l’avait entraîné à l’intérieur car elle n’avait juste pas envie que tout son étage entende leurs échanges animés.

Une fois à l’intérieur, Serena avait fini par exploser, rigolant par moment nerveusement pour ensuite le regarder avec une profonde colère et autant dire qu’elle se retenait pour ne pas le gifler une seconde fois. Non mais pour qui il se prenait de débarquer chez elle ainsi, prêt à semer une nouvelle fois la pagaille dans sa vie et lui poser des questions sur le fait qu’elle avait gardé leur enfant. C’était véritablement incompréhensible et c’était pour cela que même si au départ elle avait voulu se montrer raisonnable, elle n’avait juste pas pu… La rage était bien trop puissante et tout comme un dragon elle avait fini par cracher du feu. Elle avait vraiment envie de comprendre ce qu’il faisait là, chez elle, après trois ans sans nouvelles. « Je prends mes responsabilités. » Face à cette réponse elle n’avait pu s’empêcher de rire jaune. « Pardon ?! » Non, elle n’était clairement pas convaincue par cette phrase. Alors elle avait plongé son regard dans le sien, attendant des explications bien plus complètes. « J'ai mal agi. Au départ envers Luca. C'était un frère et je n'aurais pas du. Et tu n'aurais pas du céder non plus. On a fait des erreurs tous les deux. Et tout est allé trop loin. J'étais jaloux qu'il est une femme comme toi à son bras. Au départ c'était juste par envie. Oui je l'enviais trouvant qu'il ne te méritait pas. Et tu as cédé alors ... » La dernière phrase lui fit écarquiller les yeux, était-il vraiment en train de sous entendre que tout ça c’était de sa faute ? Qu’elle n’aurait pas dû céder alors qu’il n’avait eu de cesse de lui faire des avances ? Non mais elle était en plein rêve là c’était pas possible. Déjà qu’il avait le toupet de débarquer chez elle trois ans après les faits, il lui disait en plus qu’elle n’aurait pas du céder ? Clairement, elle n’avait qu’une envie, le gifler à nouveau…

« Tout est allé trop vite. Le gosse est arrivé et je n'étais même pas sûr d'en vouloir. De plus mes sentiments étaient faussés. Je ne savais plus si je te voulais pour toi. Ou si au final je t'avais juste voulu parce que pour moi Luca ne te méritait pas. A vrai dire on ne mérite pas Luca. Il est trop pur, il ne nous aurait jamais fait de mal. Et nous on l'a écrasés comme une merde. » Sur ce coup là, il n’avait pas complètement tort, ni lui ni Serena ne méritait Luca. Elle avait fini par en prendre conscience lorsque c’était trop tard. En effet, ce dernier avait toujours été là pour eux, or ils n’avaient fait que cracher dans son dos, le poignarder encore et encore. Donc oui, elle était d’accord avec lui sûr ce point, et elle aurait pu se calmer si seulement… Si seulement il avait cessé ses explications là-dessus. Mais non, Francesco en vient à ajouter plusieurs questions qui fit remonter d’une flèche la colère de Serena. « Pourquoi tu ne m'as jamais repoussé ? Pourquoi tu es entré dans mon jeu ? Tu disais aimer Luca pourquoi avoir cédé à mes avances ? » Le volcan était en éruption et de ce fait, ni une ni deux, Serena avait claqué sa main sur la joue de Francesco qu’elle n’avait pas encore touché. Après tout, ce serait dommage de faire des jaloux, là au moins les deux joues avaient reçues le même traitement : une belle gifle dont le son devait sûrement encore raisonner dans ses oreilles.

Ni une ni deux, elle s’était encore avancé, ses yeux étaient plongés dans les siens et elle n’en avait rien à faire de cette proximité, elle voulait juste qu’il puisse prendre conscience de toute la rage qui bouillonnait au fond de ses veines. « Prendre tes responsabilités ? Tu es en train de faire tout l’opposer Francesco. » Son prénom avait claqué comme une insulte dans la bouche de Serena. « Si tu prenais vraiment tes responsabilités tu ne serais pas venue me voir pour sous entendre que toute cette situation est de ma faute. J’ai cédé ? J’aurai dû te repousser ? Non mais, on dirait un vrai gosse qui dit que ce n’est pas de sa faute mais de la faute de son ami imaginaire. » Elle poussa alors un soupir contrarié. « Ne t’en fais pas, je n’ai clairement pas besoin de toi pour me dire que je n’aurai pas dû céder à tes avances, cela fait bien longtemps que je l’ai compris. Car effectivement, je ne méritais pas Luca, pas plus que toi, et je suis bien heureuse pour lui qu’il se soit éloigné de deux personnes toxiques comme nous. » Et elle secoua la tête avant d’ajouter. « Donc non, si tu prenais réellement tes responsabilités, tu aurais pris conscience du fait que tu n’aurais pas dû regarder la copine de ton meilleur pote et encore moins la draguer. Mais bon, il faut croire que tu préfères tout mettre sur le dos de la vile tentatrice que je suis pas vrai ? » Clairement, si c’était cela sa définition de prendre ses responsabilités, Serena préférerait qu’il parte. Elle n’avait pas besoin de lui pour culpabiliser, elle le faisait très bien toute seule.  


You have taken all the wind out from my sails
AND I HAVE LOVED YOU JUST THE SAME
AND YOU HAVE BROKEN EVERY SINGLE FUCKING RULE
AND I HAVE LOVED YOU LIKE A FOOL

Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © endlessly epic (vava) & Lay (crackships)
Messages : 379 - Points : 813
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Ven 26 Juin 2020 - 17:41 )


Serena & Francesco
Le contact entre Serena et Francesco est électrique, dire froid voir glacial serait plus juste. La belle n'y va pas par quatre chemins et le beau gosse reçoit une bonne dose de sa colère et de sa rancœur dans cette gifle balancée magistralement. Et si à la place de ses yeux elle avait des fusils, non des canons, le PDG aurait déjà été pulvérisé sur place. Ses dents claquent sous l'impulsion et il se demande ce qu'elle pourrait encore lui réserver. Peut être son poing dans la figure. Non elle n'oserait pas, même si c'est mérité. En tout cas pour le moment le discours qu'il tient ne fait qu’aggraver la situation. Il s'enfonce le beau gosse. Profondément même. Il en profite pour faire remarquer que le devant de sa porte n'est pas l'endroit idéal pour mettre les choses au point. Faut penser aux voisins. Elle l'entraîne à l'intérieur tout en douceur bien sur. La douceur d'une lionne enragée ou d'un requin prêt à dévorer sa proie. Elle a pris de l’aplomb la demoiselle. Tout comme Luca. A croire qu'il n'y a que le PDG qui n'a pas vraiment mûri suite à cette histoire. Enfin il se dit que peut être il évitera le sac d'ordure sur la tête, Serena ne ferait pas cela chez elle. Par contre un bon coup de pied au derrière pourrait suivre aussi la baffe reçue sur le pas de la porte. Il a souvent pensé à la situation, il s'est senti coupable. Au point d'en perdre le sommeil. L'appétit. Au point de regretter ses gestes. Mais bon jamais il n'est allé demander pardon. Jamais il n'est allé s'excuser. Non il a continué son bonhomme de chemin comme si de rien n'était. Et sans la visite surprise de Luca il ne serait pas là. Mais le PDG est du genre maladroit ou alors c'est un inconscient qui n'a pas froid aux yeux vu la suite de ses paroles. Sur le coup Francesco ressemble à un chat qui retombe sur ses pattes, du moins il essaie. Mais il va finir par se ramasser la gueule sur le carrelage quand il tourne la situation à son avantage en mettant les torts sur la tête innocente de la jeune femme. C'est pas la meilleure des solutions, mais c'est du Grimaldi tout craché.

Et voilà qu'il explique que bon oui passons. Serena a craqué alors pourquoi il se serait privé d'en profiter. Après tout il était un homme libre à l'époque. Mais quel idiot. Et il devrait se méfier Francesco, vu les yeux que lui fait la brune. Il n'en tient pas compte il va au bout de sa lancée. Ou alors il cherche à se faire atomiser. Genre champignon atomique. Cela risque de faire tâche dans l'appartement. Et il continue, oubliant de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de dire des conneries plus énormes que lui. Il sort quand même deux ou trois petites choses potables dans tout son merdier. Le PDG devrait se rendre compte que là sous ses pieds se sont des sables mouvants qui remplacent le carrelage. Et ce n'est pas Serena qui lui jettera un bâton s'il commence à s'enfoncer. Bon faut être logique là, malgré les petits détails positifs sur Luca, il est dans la merde jusqu'au cou. Cela sent même mauvais pour lui. Et boum réplique du tsunami avec une autre claque sur la joue encore innocente. Pas de jalouse.
Serena 2 / Francesco 0 même triple 0.

Et la belle se rapproche réduisant la distance. Plongeant davantage ses yeux dans ceux du Grimaldi. Il en a froid dans le dos. Il sait que là il est allé trop loin. Il essaie de rembobiner dans sa tête pour ne pas couler un peu plus. Mais la belle réplique et elle le passe à la moulinette. Là il a la merde qui arrive à son nez. Ça pue grave. Et ramer ne servira pas à grand chose. Ni les compliments sur la beauté fatale que Serena est encore. D'ailleurs son palpitant entame un chant contradictoire. Parce qu'elle ne l'épargne pas. Elle le pousse même. Et son cœur lui tape tellement fort qu'il résonne dans sa tête. A croire que la fureur de la brune, lui plaît, attise le désir ressenti dés que ses yeux se sont posés sur elle. C'est certainement ce qu'il aurait du lui dire. Il n'est pas au point de bander, mais il est secoué. « Tu es encore plus belle quand tu te mets en colère. » Les mots sont sortis tout seul, sans qu'il est aucun contrôle sur eux. Putain oui Serena lui faisait encore de l'effet. Elle disait vraie. Il n'aurait jamais du la regarder avec envie sachant qu'elle était promise à son meilleur ami. Mais il l'avait désiré avec rage. Et quand leurs corps joutaient ensemble c'était divin. Il ne peut nier ce fait. Comme il ne peut nier qu'il c'est comporté comme un connard autant envers Luca que Serena et de l'enfant qu'il ont eu ensemble. « Ok j'ai merdé vraiment merdé. Luca ne nous méritait pas. Et j'ai pas assuré, ni assumé. Je suis impardonnable. » Il baisse les yeux. « Tu m'as troublé … quand Luca t'a présenté .. » "Et tu me troubles encore bien plus que ce que je le voudrais, au point que même mon cœur devient fou à cet instant". « Tout est de ma faute. J'ai tout foutu en l'air. Je n'ai pensé qu'à ma gueule. » Il parle bas, c'est douloureux pour lui de le reconnaître. Il ne l'a jamais réellement fait, ayant peur de s'effondrer et de ne pas se relever. Ayant peur de ne pas être capable de supporter le mal que cet aveu lui ferait. Ayant peur de ne pas être capable d'encaisser le mal qu'il avait fait au couple que Luca et Serena formait. Mais là face au regard assassin de la belle il ne peut faire autrement. Il aurait du faire de même devant son meilleur ami. Alors qu'il n'a su qu'enfoncer le couteau sans penser à la souffrance causée. Égoïste. Sale égoïste. « Je vais partir, je ne veux pas te priver de ta soirée. J'ai assez fais de mal. Prends soin de toi et de ton fils. » Il se sent mal, le point de la culpabilité explose dans tout son être et il prend l'ampleur des dégâts que sa trahison et sa fuite ont occasionné. Il se retourne pour se diriger vers la porte, c'est vraiment un abruti qui sans ses parents et leur argent ne vaut rien. « Juste une chose je suis sincère quand je te dis que tu es toujours aussi belle. » Et il se doute que leur fils doit être une vraie réussite. Fils qu'il ne verra sans doute jamais. C'est peu être mieux pour le gosse, quel gamin voudrait d'un père aussi miteux que lui.

vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Cavalletti10 sec en bouche et 10 ans sur les fesses
Serena Cavalletti
http://www.ciao-vecchio.com/t7077-serena-make-us-never-happen-sa http://www.ciao-vecchio.com/t7089-serena-keep-my-head-above-water
Faceclaim : Phoebe Tonkin ⟁ Avatar ©killing boys - Signa ©Beylin - Gifs ©Tumblr - Aesthetic ©Cattleya
Messages : 150 - Points : 818
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Jso4
Âge : Trente et un ans (21/04/89)
Métier : Bibliothécaire et femme de chambre à mi-temps chez Na Young Wang
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Dim 20 Sep 2020 - 12:19 )
Should know this could never end well I don't hate you. I couldn't if I wanted to.. Just hate all the hurt that you put me through

Une lionne enragée… C’était assurément ce qu’était Serena à l’instant présent. En effet, à partir du moment où elle avait ouvert sa porte d’entrée pour y trouver Francesco, elle s’était mise à bouillir de l’intérieur, prête à lui sauter au cou et le blesser avec violence. Oui… Dès l’instant où son regard s’était posé sur lui, une quantité folle d’émotions l’avait submergée et clairement pas des émotions douce. Elle avait bien essayé de rester un minimum serein pendant un temps, cherchant à lui parler juste froidement, mais il avait réussi à la faire sortir de ses gongs à cause de sa manière de présenter les faits. S’il avait assumé tout ce qui s’était passé, peut-être ne l’aurait-elle pas autant mal pris… Sauf que voilà, Francesco avait essayé de se justifier et pire que tout, il avait cherché à lui mettre la faute de toute cette histoire sur ses épaules à elle, sans rien assumer du tout. Alors forcément, Serena riait jaune, car elle trouvait cela tellement aberrant qu’il ose venir lui dire qu’il cherchait à assumer ses actes alors qu’il se comportait face à elle comme un gamin de deux ans. Et encore… C’était méchant de dire ça vis-à-vis de son petit Lorenzo qui lui semblait clairement plus mature que son père. Son père. Autant dire que la belle lionne ne s’était vraiment pas attendu à le revoir celui-là et pourtant… Pourtant il se trouvait à présent dans son appartement et elle n’avait pas attendu bien longtemps pour le gifler une seconde fois. Alors oui, elle était violente, virulente dans ses propos, mais en même temps, Francesco n’avait pas particulièrement assuré. Pour le PDJ d’une compagnie on aurait pu s’attendre à quelqu’un avec un peu plus de tact et de facilité à s’exprimer, alors que là c’était tout le contraire. Francesco n’avait de cesse de taper à côté, et tout ce qu’il disait ne réussissait qu’à agacer davantage la brune. Tout du moins, si c’était encore possible de l’énerver plus, car il fallait bien avouer qu’elle avait atteint un point de rage particulièrement important. Et clairement, si Francesco parvenait à sentir toute cette colère, cela aurait tôt fait de le tuer sur le coup.

Alors oui, le beau gosse devait faire particulièrement attention au reste de ses propos, car Serena avait atteint un point de non retour au niveau de sa colère. « Tu es encore plus belle quand tu te mets en colère. » La remarque perturba énormément la belle qui écarquilla les yeux. Oh elle n’avait vraiment pas voulu paraitre aussi surprise, mais en même temps elle ne s’était tellement pas attendue à cette remarque. De tout ce qu’il aurait pu dire, Francesco lui disait ça, forcément il y avait de quoi surprendre. Mais elle chassa bien vite la surprise au fond de ses yeux pour juste lâcher un. « Pardon ?! » Car autant dire que du point de vu de Serena, il n’avait aucun droit de lui dire cela, pas après tout ce qui s’était passé entre eux… Et pour tout avouer, cela l’agaçait d’autant plus qu’il avait réussi à la déstabiliser à cause de ses propos. Alors forcément, se rendre compte qu’il pouvait encore avoir un impact sur elle après toutes ces années, cela n’avait pas un ressenti particulièrement positif en elle. « Ok j'ai merdé vraiment merdé. Luca ne nous méritait pas. Et j'ai pas assuré, ni assumé. Je suis impardonnable. » Elle arqua alors l’un de ses sourcils, le toisant un peu en attendant la suite de ses explications. Au moins assumait-il à cet instant le fait qu’il avait merdé. Et il eut alors une réaction qui surpris une nouvelle fois la belle : il venait de baisser les yeux. Or ça c’était vraiment nouveau. Jamais ô grand jamais Serena n’avait vu Francesco détourner les yeux de la sorte. Plein de confiance en lui lorsqu’elle l’avait rencontré, il paraissait évident qu’il n’était pas homme à ne pas soutenir un regard. Et pourtant, voilà qu’il s’était mis à fixer le sol. « Tu m'as troublé … quand Luca t'a présenté .. » Et dieu sait qu’elle aussi avait été troublée… « Tout est de ma faute. J'ai tout foutu en l'air. Je n'ai pensé qu'à ma gueule. » C’était le cas de le dire, mais en même temps, c’était aussi de sa faute à elle, car elle n’avait pas résisté à ses avances. Mais concernant la suite, c’était lui qui avait merdé.

En tout cas, c’était particulièrement étrange pour Serena de le voir ainsi. Oh certes, elle était hors d’elle, en colère, pleine de rancœur, mais le fait de voir Francesco aussi mal, cela lui faisait quelque chose. Elle ne saurait trop expliquer quoi, mais ce qu’elle lisait sur le visage de son ancien amant la troublait énormément. Alors oui, elle s’en voulait d’être toujours autant chamboulée par lui après toutes ces années, mais il fallait croire qu’il y avait certaines choses immuables. « Je vais partir, je ne veux pas te priver de ta soirée. J'ai assez fais de mal. Prends soin de toi et de ton fils. » Et une nouvelle fois elle arqua l’un de ses sourcils en le voyant se diriger vers la porte. Francesco aussi docile ? Vraiment étrange… D’un côté elle était contente qu’il soit de dos, au moins ne pouvait-il pas voir la lueur particulière qui était passé au fond des yeux de la belle, car clairement le voir aussi vulnérable d’un coup, cela ne pouvait que la troubler davantage. « Juste une chose je suis sincère quand je te dis que tu es toujours aussi belle. » Elle ouvrit alors la bouche pour finalement la refermer aussitôt. Elle ne savait juste pas comment réagir à cette remarque. Finalement, elle resta un petit instant silencieuse tout en avançant comme lui vers la porte, une façon pour elle de le raccompagner en quelque sorte. Une fois qu’il fut arrivé devant l’entrée mais pas encore à l’extérieur de l’appartement, elle finit par inspirer un bon coup avant de dire. « Quel était ton but en venant ici Francesco hein ? Me perturber davantage ? Voir comment était ma vie sans toi dans l’équation ? Te donner bonne conscience ? Ta visite n’a pas le moindre sens… » Et elle se mit à secouer la tête, quelque peu dépitée. « Tu m’as dit en arrivant ici vouloir prendre tes responsabilités, puis au final tu rejettes la faute sur moi pour ensuite les assumer quand même et là tu me dis avoir déjà fait assez de mal. Alors je te repose la question. Quel était ton but ? Car j’ai l’impression que la seule chose que tu as réussi à faire c’est m’embrouiller, me déstabiliser et me faire sortir de mes gongs… » Les yeux levés au ciel, elle fini par les plonger une nouvelle fois dans ceux de son ancien amant. « Ah et il s’appelle Lorenzo, au cas où cela t’intéresserait. » Après tout, il avait bien le droit de le savoir, non ? Car même s’il n’avait en aucune façon mériter d’entrer dans la vie de son fils à l’heure actuelle, il n’en demeurait pas moins que Francesco demeurait son père.


You have taken all the wind out from my sails
AND I HAVE LOVED YOU JUST THE SAME
AND YOU HAVE BROKEN EVERY SINGLE FUCKING RULE
AND I HAVE LOVED YOU LIKE A FOOL

Revenir en haut Aller en bas
Francesco GrimaldiLe vin est un puissant lubrifiant social
Francesco Grimaldi
http://www.ciao-vecchio.com/t7214-francesco-vivre-et-laisser-viv http://www.ciao-vecchio.com/t7223-il-a-la-belle-vie-mais-il-y-a-un-mais
Faceclaim : Scott Eastwood © endlessly epic (vava) & Lay (crackships)
Messages : 379 - Points : 813
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Tumblr_onna76ERlG1uyd47mo1_500
Âge : 32 ans né le 29 février 1988 à Vérone
Métier : PDG de son entreprise d'import export ExImPort. Bureau dans le quartier de Santa Lucia.
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le Lun 28 Sep 2020 - 16:23 )


Serena & Francesco
Francesco sur ce coup là, n'a pas du tout assuré. Il est même carrément à côté de la plaque. Le cerveau un peu, voir beaucoup, embrouillé par la beauté qu'il lui fait face. Une beauté rebelle qui n'y va pas par quatre chemins en lui balançant ses vérités en pleine gueule, tout comme ses gifles. Il aurait mieux fait de tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de dire n'importe quoi. Mais il a encore voulu jouer, cherchant à retourner la situation à son avantage. Essayant de coller la faute sur Serena alors qu'il l'est autant qu'elle et même plus. Vu sa trahison et son abandon. Il n'a aucune raison d'être fier alors qu'il est chez elle. Mais il se dit que son charme peut toujours opérer et que tant bien elle va craquer. Ce qui est idiot en soit comment une femme jetée alors qu'elle est enceinte peu tout balayer juste d'un regard. Même le plus séduisant des regards ne pèse pas lourd dans la balance après une telle infamie. Francesco devrait capituler et s'excuser. Mais il préfère taper de ses mots et alourdir sa peine. La sentence sera sans appel et il en est conscient. Mais sa fierté lui fait tenir tête tout en essayant de faire perdre pied à Serena. Et bordel qu'elle est belle avec la rage au bord des lèvres. Lèvres qu'il a si souvent embrassé. Bordel qu'elle est belle avec son regard noir qui vient plonger dans ses yeux pour lire jusqu'au fond de son âme. Il y a tant de pêchés qu'il doit se faire pardonner. Même si là il ne sait plus trop où il habite. Serena a encore pas mal de pouvoir sur lui, il ne le reconnaîtra pas, ce serait avoué une part de sa faiblesse.

Pourtant Francesco finit par s'adoucir, après tout qu'a t-il à perdre ? Plus grand chose vu qu'au final cette histoire lui a tout pris. Ses meilleurs amis, son frère Tian, un fils et peut être la femme qui aurait pu l'accompagner un bout de chemin, parce qu'il n'ose pas penser que Serena serait restée toute sa vie. A présent il se retrouve poing et pied liés, fiancé à une femme pour qui il éprouve rien. Et il risque de perdre le peu qu'il lui reste s'il envoie chier ses parents. Enfin il est bien seul et le cœur aussi paumé que la tête. Face à une Serena qui a le mordant qu'il n'a jamais eu, et qu'il lui tient tête alors qu'il y a quelques années elle a cédé, brisant bien des promesses. Le merdier de sa vie lui apparaît bien plus sombre et plus lugubre qu'il le pensait. Et il en a le cœur lourd le PDG. Alors ok en arrivant il n'a pas employé la bonne méthode. Il a bien mérité les baffes. Il en aurait même mérité d'autres. Mais là il baisse les armes. Il pourrait même se mettre à genoux si la belle le lui demandait. Il se sent pitoyable, impardonnable. Il n'est qu'un traître et être banni a été son châtiment. Banni de la vie de toutes les personnes qui lui sont chères, parce qu'au fond de son cœur, c'est ce qu'il ressent. Il est juste trop con pour l'avouer. Trop fier. Mais il n'est plus un gamin et il se doit d'assumer. Son erreur. Tout est entièrement de sa faute. Il a joué et il a perdu. Mais il a perdu gros. Bien plus gros qu'il ne le pensait quand il a osé regardé Serena avec les yeux du désir. Jamais il n'aurait du. Mais le passé est acté et ne peut se détisser. L'avenir peut s'écrire un peu mieux, mais pour cela il va falloir que le Grimaldi revoit sa copie et ouvre son cœur sans chercher à en sortir vainqueur.

Alors après avoir dit ce qui lui semblait logique, il laisse Serena en juger. Il tourne les talons en direction de la porte. Il a assez fait de dégâts, à présent il est temps pour lui de tirer sa révérence sans aucune gloire. Plus dans le genre la queue entre les jambes. Sans faire de vague. Elle le suit mais en silence. Mais qu'y avait-il à rajouter de plus ? Francesco avait tout brisé et en plus il n'avait montré au départ aucuns remords, ni ressenti de culpabilité. Alors même là s'il est mal, abîmé de l'intérieur, voir vide comme si un trou noir avait pris la place de tous ses organes. Que pouvait-il faire de plus ? Réparer ? Mais y a t-il quelque chose à réparer ? Il pose sa main sur la poignée prêt à l'actionner mais il stoppe quand Serena lui parle à nouveau. Il lui fait face et plonge ses yeux dans les siens.

« Tu veux que je sois honnête ? » Il avale sa salive. Il a la gorge serrée. « Je ne sais pas. Je voulais te revoir. Peut voir ton fils. Et je sais que tout ça n'a pas de sens. Moi même je me sens paumé. » Il s'appuie contre la porte ne sachant s'il doit l'ouvrir ou la garder fermer. Ne sachant si le mieux pour lui, pour eux c'est partir et ne plus se retourner. Avancer. Et oublier. Ou rester. Enfin il sait que ce sera impossible. Cela l'a toujours été, il a juste fait semblant. « Quand je suis parti j'ai pensé que c'était mieux. Que fuir était la seule chose à faire. Je ne me sentais pas prêt à devenir père. Et je me suis dis que tu serais mieux sans moi. Je sais c'est idiot. » Il passe sa main nerveusement dans ses cheveux. « Tout ce que tu dois garder en tête c'est que je suis le seul fautif. Que j'ai tout bousillé. Surtout vos vies à Luca et à toi. Je ne sais même pas comment je pourrais me racheter. En plus vous n'avez certainement pas envie de m'avoir dans vos vies et je comprends. Qui aurait envie d'un gros con qui n'est pas foutu d'assumer ses conneries. » Il se décide à appuyer sur la poignée. Il vaut mieux qu'il parte avant de dire des conneries plus grosses que lui.  « Et je ne veux pas te déstabiliser plus. J'ai assez mis le bordel. » Il commence à sortir tout en la regardant. Serena est si belle qu'il en frissonne, mais elle mérite mieux que lui, comme Luca. Puis elle lui glisse dans une dernière phrase le prénom de son fils, de leur fils. « Lorenzo c'est un joli prénom. » Francesco aime beaucoup. Il s'arrête et reste là immobile. « Et si on essayait de repartir du bon pied. Pas tout de suite je te laisse le temps d'y réfléchir. Et puis je t'ai assez mis en retard. Mais on pourrait un jour manger un bout ensemble ? Ou boire un verre ? » Il dit ses mots sans trop d'espoir d'un retour positif. Il s'attend à cet instant à tirer un trait sur un passé douloureux et sur un avenir qu'il ne pourra jamais écrire.
vmicorum.


Remord

Le mal qui ronge l'âme et le cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
[terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I Empty
Sujet: Re: [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I ( le )
Revenir en haut Aller en bas
 
- [terminé] Should know this could never end well ⬙ FRANCENA I -
CIAO VECCHIO :: Naples, Italie :: Le Coeur de Naples :: Résidences
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant